Version classiqueVersion mobile

L'auteur pour la jeunesse, de l'édition à l'école

 | 
Jean-François Massol
, 
François Quet

2. Diversité contemporaine des auteurs de jeunesse

Un auteur dans tous ses états : l’auteur de littérature de jeunesse en Nouvelle-Calédonie ?

Dominique Jouve

Texte intégral

  • 1 « Depuis 2008, le mot kanak serait devenu invariable, cela étant il n’existe aucune publication de (...)

1La littérature écrite et éditée en Nouvelle-Calédonie entre dans le cadre des littératures d’émergence, ou en émergence, et peut être analysée selon des problématiques proposées par les études post-coloniales, comme la relation conflictuelle à un centre de références (la métropole) ou les interactions complexes entre une oralité aimée/honnie et l’écriture valorisée. Cependant, ces approches tiennent peu compte de la particularité de la littérature de jeunesse. L’ensemble des textes littéraires produits en Nouvelle-Calédonie procède du dialogue permanent entre les cultures de l’Europe (ou de la France) et celles de l’Océanie, premières à penser et donner forme à ces îles qui constituent aujourd’hui un territoire français accédant à l’autonomie de façon graduée et irréversible, pour devenir peut-être indépendant, Or c’est certainement dans la littérature de jeunesse que se marque le plus nettement la prise en compte des particularités liées à l’histoire des migrations de populations dans cette partie du monde. En effet, Louise Michel en 1875, Jean Mariotti dans les années 1930-1940 ont consacré une part de leur génie à adapter et raconter des contes et légendes kanak1 qu’ils présentent comme destinés aux enfants (J. Mariotti) ou témoignant de l’enfance de l’humanité (L. Michel). Des missionnaires protestants et catholiques avaient également collecté très tôt, traduit et commenté ces créations populaires orales. Dans notre article, nous envisagerons, cependant, un corpus plus contemporain pour montrer la complexité du problème de l’attribution de l’autorité à l’auteur. Nous nous demanderons où se situe exactement celui-ci ; s’il est nécessaire de le conserver comme hypothèse dans une perspective herméneutique, supposant une unité du texte et de sa signifiance. Sans conclure à la mort de l’auteur, peut-être nous faudra-t-il avouer que l’auteur est peut-être quelque peu indifférent au plaisir que chacun éprouve à raconter ou se faire raconter une belle histoire…

2Si chaque livre échappe à la destinée qui en fait un message confié à une bouteille jetée au gré des vents, des vagues et des courants, il a bien un auteur au sens où l’entendent les classifications des bibliothèques ; le nom d’auteur est une simple étiquette, moins chargée de résonances sémantiques, à première vue, que le nom d’un navire inscrit à sa poupe. Souvent ordinaire, sans rien des pouvoirs symboliques de l’Astrolabe, du Téméraire ou du Redoutable, le nom de l’auteur, tel qu’il est mentionné sur la page de couverture, reste « incertain » comme l’épave de ce bateau échoué sur un récif auquel J. Mariotti confie les chemins du rêve pour les deux enfants qui sont les héros de son roman À bord de l’Incertaine en 1942. Ce beau texte illustre, en effet, la double appartenance des deux enfants nés de parents français en Calédonie, sur une terre kanak, leur identité « baroque » (c’est le terme de J. Mariotti), leur souffrance de ne pas ressembler suffisamment à un ailleurs idéalisé ou à la terre qui les nourrit, les berce ou les enchante. Dans un tel pays, comment un auteur pourrait-il se considérer comme le commandant de bord au pouvoir absolu ? Quelque chose de son hésitation traverserait-elle les âges ? Pourtant cet esquif, aussi chétif soit-il, a un capitaine, et nous avons l’habitude de le considérer comme l’auteur : mais il y a capitaine et capitaine.

L’âge du capitaine et le syndrome Minou Drouet

  • 2 C. Gervolino, Mystérieuses disparitions, Colmars (06), éditions Melis, 2008
  • 3 Les références bibliographiques des ouvrages sont données dans la première annexe à cet article.

3Dans la production contemporaine pour la jeunesse, il ne manque ni le jeune auteur prodige ni le grand-père bienveillant. Une enfant calédonienne, Cindy Gervolino, a ainsi confié aux éditions Melis un court roman où deux enfants sont entraînés dans une aventure mystérieuse2 : le mauvais professeur devenu fou a investi le phare Amédée, une silhouette proche de Nouméa, signalant une passe permettant l’accès au port de la capitale, familière et un peu surannée sur son îlot ; grâce au courage des jeunes héros, tout rentre bien sûr dans l’ordre. Quelle peut être l’autorité de cet auteur sur son texte sorti tout droit de ses propres lectures et d’une imagination romanesque qui adapte au contexte calédonien les recettes du roman d’aventures ? L’écrivain produira-t-il d’autres œuvres ? Rien ne permet de faire des hypothèses de cet ordre. De l’autre côté de l’échelle des âges, Papou est un retraité de l’enseignement qui prend plaisir à écrire de petites histoires qu’il illustre lui-même. S’il écrit pour les enfants, c’est par une vocation tardive qui tient à son désir de partager, de moduler autrement son expérience d’instituteur observant les pratiques enfantines ; le goût de l’école buissonnière chez les enfants kanak forme le thème de son premier album3. Il participe alors non pas à une production gouvernée par les plaisirs de l’imaginaire, comme chez Cindy Gervolino, mais à un projet éducatif qui passe par une histoire inventée qui pourra séduire le lecteur et le conseiller quant aux attitudes à mettre en œuvre dans la vie. Il rejoint alors la tribu d’auteurs enseignants ou liés au monde scolaire : dans le désordre et sans exhaustivité, Catherine Régent, Louna Tcherko, Nicolas Kurtovitch, Taï Wahéo, Davel R. Cawa, Léonard Drilë Sam, Louise Michel… Car on peut soutenir que la volonté didactique est très présente dans cette production, qu’elle est même prépondérante dans nombre de textes, ce que nous retrouverons à propos de la place de l’auteur par rapport à la commande institutionnelle. On voit ici une dimension fondatrice de la littérature de jeunesse en général, pédagogique avant tout, et signalée par de nombreux critiques.

Où l’on verra plusieurs capitaines pour le même bateau…

  • 4 On pourra distinguer, ainsi que nous y invite le pseudonyme, Firmin Mussard, auteur de livres de je (...)

4L’incertitude du statut de l’auteur, qui ne semble pas toujours avoir une vocation affirmée et exclusive pour l’écriture, est particulièrement nette dans les ouvrages collectifs. Prenons l’exemple du livre édité par L’Herbier de Feu, Le Bestiaire de Jake. Il s’agit d’un ouvrage dont Claudine Jacques, elle-même écrivain, auteur de plusieurs récits pour la jeunesse, a eu l’idée : pour son petit-fils Jake, elle a réuni des textes offerts par ses amis pour en faire un bestiaire. En tant que « cause première » du livre, Claudine Jacques en est l’auteur, même si les textes sont signés par environ vingt-cinq noms. Parmi ceux-ci on peut reconnaître une bonne dizaine d’auteurs connus pour avoir publié plusieurs livres : Bernard Berger (bande dessinée), Nicolas Kurtovitch (poésies, nouvelles, théâtre, roman), Jean-Noël Christment (poésies), Bernard Bénébig (souvenirs), Roland Rossero (nouvelles), Jean Vanmaï (romans) Catherine Laurent (récits, poésies), Claudine Jacques elle-même (romans, nouvelles). D’autres sont l’écrivain d’un seul livre, comme Nicole Perrier ou Catherine Vallette. D’autres enfin ne sont pas des auteurs mais avant tout des amis, comme Macate Wenehoua. Au moins deux textes sont inspirés de la littérature orale kanak ; là, l’individualité du signataire se dissout quelque peu dans l’anonymat de la parole collective, ou familiale, immémoriale. Enfin, seuls dans cet ensemble Nicolas Kurtovitch, Firmin Mussard et Claudine Jacques ont écrit de la littérature de jeunesse, ainsi d’ailleurs que des livres pour d’autres publics4. La notion d’auteur paraît ici singulièrement fluctuante : une seule participation dans un ouvrage collectif comme celui-ci suffirait-il à adouber « l’auteur-pour-la-jeunesse » ? Tout parent (père ou mère) qui invente une histoire pour son enfant devient alors « auteur pour la jeunesse » s’il est édité, fût-ce à « compte d’auteur », comme le dit l’expression consacrée. Mais ce flou est aussi celui qui prévaut pour la littérature pour adultes : nombreux sont ceux qui adhèrent à l’association des écrivains de la Nouvelle-Calédonie en ayant écrit un seul livre de souvenirs, ou un essai ou un recueil de critiques philosophiques, littéraires, linguistiques, etc., financé par d’autres instances qu’une maison d’édition. À la marge de l’institution littéraire, la littérature de jeunesse n’est pas moins prise dans les contraintes particulières de celle-ci et montre, de façon plus manifeste sans doute, ses zones périphériques et problématiques.

Y a-t-il un capitaine sur le navire ?

  • 5 Signés en 1988 à l’initiative du Premier ministre Michel Rocard, ces accords mettent fin à la guerr (...)

5De l’auteur collectif, passons à l’auteur institutionnel. Dans la série des petits livres en accordéon publiés par la Province Nord, seul figure comme auteur cette entité politique, administrative et économique issue des accords de Matignon5, tandis que la conception graphique est renvoyée à Grain de Sable. L’ensemble constitue une collection, identifiée par son format, son nombre de pages et sa présentation. Pourtant quelques-uns portent une mention d’auteur spécifique. En revanche tous les livres sont identifiés par la langue qui est ainsi mise en valeur. En effet, il s’agit de livres monolingues en langues kanak, chaque livre étant associé à une langue de la province Nord. Serait-ce que la langue parle toute seule, trésor commun et organisé de signes, selon la conception de Saussure ? L’absence de nom d’auteur pour les courtes historiettes racontées est troublante : celui ou celle qui a tenu le stylo et écrit devient là un simple prestataire au service d’une institution toute puissante, dominé par cette volonté et n’accédant pas à l’existence particulière, individuelle. On a bien compris qu’il s’agissait de promouvoir des langues en péril, vu leur petit nombre de locuteurs (il n’y a que 236 000 habitants en Nouvelle-Calédonie, dont environ 30 % sont des locuteurs des langues kanak et certaines d’entre elles voient mourir leurs derniers locuteurs…). Ces livres émanent donc d’une volonté politique qui se marque à travers l’édition, mais l’auteur reste discret voire inexistant par rapport à l’illustrateur ou au concepteur graphique ; ces deux « causes actives » du livre sont en revanche nettement nommées. Le récit émanant d’une culture spécifique prend tout son sens par rapport à la notion globale de culture kanak en péril et à sauver mais ne tient guère compte de ce qui lie une langue à une culture précise.

Au-dessus du capitaine, y a-t-il un super capitaine ?

6Autre institution, le Centre de documentation pédagogique, le CDP de Nouvelle-Calédonie : c’est l’instance éditoriale pour le livre Kaï, l’enfant trouvé (2009). La couverture fait mention de l’auteur (Léa Ponchet) et de l’illustrateur (Fanny Witkow), mais donne également en bonne place les financeurs du livre, qui sont partie prenante du projet éditorial. L’histoire racontée traite de la façon dont un enfant perd sa famille et la retrouve finalement malgré des forces maléfiques et contraires. Le nom du héros (Kaï), celui des personnages (les deux grands-mères Zana et Sipone, le père Koïla et sa femme Nimini), celui de la rivière (Naïo) semblent nous faire entrer dans un univers culturel kanak. Cependant, la mention finale instille un doute :

L’histoire de Kaï fut gravée sur un bambou coupé à la pleine lune. On raconte qu’il apprit tout de son père et qu’il devint le plus grand chasseur de la tribu.

  • 6 La Nouvelle-Calédonie est proclamée colonie française à Balade le 24 septembre 1853 par le contre-a (...)

7Il se trouve que les bambous gravés ne servent pas à la transmission de la littérature orale et que les hypothèses concernant leur usage mentionnent davantage des sortes d’aide-mémoire pour les messagers des chefs. Par cette référence à l’art des bambous gravés, le texte propose un rapport d’authenticité à la mémoire kanak, mais l’authentification paraît reconstruite et finalement non véridique. C’est donc un conte pseudo-kanak, même s’il est inspiré d’histoires provenant de cet ensemble culturel. Ce statut de texte non authentique vis-à-vis de la culture première est corroboré par l’absence totale de toponymes précis liés à des tertres, aux chemins d’alliance et à des épisodes mythiques ou légendaires : le texte ne semble pas appartenir à tel ou tel clan, ni même à telle ou telle aire linguistique. De plus, dans la typographie choisie par le CDP, les noms propres sont distingués par une police de caractères spécifique, comme pour souligner l’existence d’une double instance : le récit est en français, les lieux et les personnages sont kanak. Par ailleurs, l’auteur a ancré son histoire dans une Nouvelle-Calédonie reconnaissable à des signifiants tels que la case en peaux de niaouli, l’oiseau appelé notou, d’autres animaux totémiques comme le bulime (sorte de gros escargot), l’anguille, le lézard, ou encore l’utilisation d’herbes magiques, la présence des « esprits ». Cette dernière mention laisse à penser que l’auteur s’est inspiré des travaux ethnographiques de Maurice Leenhardt qui a utilisé ce terme pour traduire des expressions n’ayant guère de correspondant dans les croyances européennes, car le concept même d’esprit est étranger à cette aire culturelle. La dualité typographique manifeste la double présence caractéristique d’un pays colonisé : la langue dominante, celle qui régit le récit, est le français, langue imposée d’abord, puis acceptée comme langue de communication, tandis que la ou les langues kanak semblent réduites à un rôle d’authentification… Se rejoue ainsi la prise de possession6, en même temps que se trouve questionnée la fondation d’un pays qui dit respecter complètement les cultures composant sa mosaïque. Au-delà de l’auteur des mots utilisés, les choix typographiques révèlent ainsi un auteur idéologique et laissent agir le retour du refoulé.

  • 7 Dans S. Faessel et M. Perez (dir.), Littératures d’émergence et mondialisation, Paris, In Press, 20 (...)

8La même institution éditoriale et pédagogique, particulièrement importante vu de puissance de diffusion dans l’univers scolaire, a réédité assez récemment (2003) un conte de Jean Renault intitulé L’Oiseau Roi : conte de la grand’terre et des îles. Il s’agit de raconter pourquoi le cagou, oiseau endémique de l’île, qui ne vole pas, possède un cri proche de l’aboiement d’un chiot. C’est un récit étiologique plein de fantaisie, où l’amitié d’un chien bleu et du cagou remonte à l’âge où les bêtes communiquaient dans leurs différentes langues. À la suite d’un déluge, cet Eden disparaît et laisse chaque être animé enfermé dans son propre langage. Ce conte se donne pour émanant « de la grand’terre et des îles » (on remarque l’archaïsme !), une unité qui n’a absolument rien de traditionnel. En effet, les îles qui composent l’archipel actuel parlaient plus de trente langues distinctes au début du xxe siècle, et cette « unité » politique et administrative est née des frontières tracées par les puissances coloniales. Le texte nous convie à jouir des noms géographiques les plus amusants de cette entité et à effectuer un parcours d’appropriation de l’espace, ainsi que l’a souligné Jean Perrot dans son article « Littérature de jeunesse émergente : marginale ou centrale au cœur de l’institution ?7 ». Que l’utopie politique soit un désir de l’auteur, de l’institution ou des deux importe finalement peu ici : nous y reconnaissons, sous des formes particulières à la littérature pour la jeunesse, le caractère prospectif, inventif de la littérature calédonienne depuis les accords de Matignon tout particulièrement. L’auteur se veut un citoyen participant à la construction d’un « pays » particulier qui réunirait dans la paix des peuples d’origines très diverses, amenés par les mouvements liés à la colonisation.

Le capitaine se fait discret

  • 8 Il faudrait nuancer selon les genres, puisque d’après Patrice Godin, la création de grands mythes d (...)
  • 9 Nouméa, ADCK-Centre culturel Tjibaou, 2008.

9Les rapports entre création individuelle et création collective sont particulièrement délicats à étudier. En effet, la Nouvelle-Calédonie est encore un monde où coexistent deux systèmes. La littérature orale y est encore vivante et productive8 ; les ethnologues, les linguistes et les anthropologues recueillent, éditent et traduisent des contes, légendes, récits, comptines, dictons, etc., encore au travail dans la société kanak. Mais dans le même temps, des intellectuels kanak produisent des textes inspirés de leur propre tradition mais appartenant clairement au système de la littérature écrite, comme par exemple l’autobiographie de Taï Wahéo, Oûguk, le petit coco vert. Oûguk, ame metu ka caa ûen : récit autobiographique en français et en iaai9.

10Parmi les albums pour enfants édités sous l’impulsion du Centre culturel Tjibaou, certains récits n’appartiennent pas au corpus de la littérature orale : L’Enfant Kaori/Wanakat Kaori, de Maleta Houmbouy, Mèyènô de Réséda Ponga ou encore Le Chasseur dans la vallée d’Anna Pwicemwa Poatyie. Ces textes sont bien sûr en rapport avec ce fonds culturel, ainsi que le montrent les croyances à la présence des morts parmi les vivants, à l’existence des « esprits » de la forêt, à l’unité profonde des espèces vivantes (hommes, bêtes, plantes…), etc. Cependant, le récit en tant que tel a bien été inventé par une personne dont le nom figure sur la couverture de l’album. Ici, on remarque que l’ordre retenu est l’ordre français : le prénom précède le nom de famille, contrairement à l’usage kanak qui présente en premier le nom de famille. S’agit-il alors d’un continuum entre la tradition orale et la création individuelle contemporaine ?

11Dans cette collection initiée par le Centre culturel Tjibaou, certains livres sont en revanche connus pour appartenir de plein droit à la littérature orale. Il s’agit de La Leçon du bénitier, de Adrapo & Wanimoc et de Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies. Ces récits appartiennent à différents genres : le premier est un conte raconté à l’auteur par sa grand-mère (dans le genre du conte, il s’agit plus précisément de récits que les femmes sont autorisées à raconter, et destinés aussi aux enfants), le deuxième est davantage lié à des considérations sur la symbolique attachée à la chefferie, le dernier est un récit de fondation pour un clan tout entier. Mais ils ont été élaborés dans une aire linguistique précise, dans un clan précis ; sous leur forme orale, ils peuvent être encore racontés dans des conditions de performance caractéristiques de l’oralité : à la veillée au coin du feu, dans des cérémonies coutumières ritualisées, avec la variation caractéristique de l’oralité. Lorsqu’ils sont communiqués sous forme de livre, le lecteur en déchiffre une version désormais immobile dans sa lettre, soumise aux procédures herméneutiques du texte écrit, et dans ces procédures, le fait de présupposer un auteur unique et cohérent joue un rôle essentiel puisque la lecture suppose un sens, une direction unique, même si l’interprétation peut se dérouler sur différents plans.

12Ajoutons que l’autorité de l’auteur reste tout de même marquée par l’incertitude. Par exemple, Denis Pourawa a été chargé d’écrire le texte de l’album Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies, mais comme il n’est pas originaire de la région où est né ce mythe (si ce terme est pertinent), il a dû faire une démarche auprès des autorités coutumières de l’aire paicî (zone d’origine du mythe) pour obtenir l’autorisation de redire ce texte : question de légitimité, car Denis Pourawa ne saurait assumer une situation de « pirate » de la tradition orale d’un territoire voisin du sien.

13C’est donc que l’auctorialité dévolue à l’auteur dans la pensée occidentale et l’authentification du récit sont assurées également par une ou des instances distinctes de l’écrivain, simple scripteur du texte. Dans ce cas précis, Denis Pourawa est resté très proche de la version du mythe donnée par le Centre culturel Tjibaou, celle qui a été autorisée pour une diffusion générale et non pas restreinte, et qui représente déjà une modification importante par rapport aux versions du mythe enregistrées par les ethnologues.

14Pour envisager le cas de textes qui reprennent des récits proférés dans l’oralité, on devra donc, à propos de la fonction auctoriale, identifier une instance de légitimation, seule habilitée à autoriser ou non la diffusion du texte dans telle ou telle version : on est ainsi à la frontière entre auctorialité et propriété intellectuelle. Mais l’identification du territoire d’origine du récit reste fondamentale également parce que la narration donne du sens à des toponymes toujours localisés de façon très précise : en ce sens l’origine géographique est aussi sociale, historique et culturelle et il devient très difficile de développer des interprétations sans tenir le plus grand compte de cette origine. Très souvent, les anthropologues commentent les récits fondateurs en termes de stratégie de clans. Pour la littérature éditée en collection pour la jeunesse, on pourrait ajouter également le lien de parenté (la grand-mère) qui oriente l’interprétation.

  • 10 Il s’agit de l’acronyme d’un laboratoire de recherche pluridisciplinaire qui se consacre prioritair (...)

15Une autre instance s’occupe plus précisément de la graphie de la langue kanak considérée : pour les langues dont l’orthographe n’est pas encore fixée, il peut y avoir de notables différences et l’on parle, par exemple, de graphie « des religieux », des « Anglo-Saxons », du LACITO10, de tel ou tel linguiste. Ainsi Le Chasseur dans la vallée utilise une graphie du paicî propre à Anne Gonari, membre de l’Académie des langues kanak, et présentée sobrement sous l’indication « traduction ». On notera donc que la normalisation touche non seulement le texte dans son fonds mais également son habillement graphique. L’appartenance de textes de régimes différents à une même collection, identifiable à son format, sa jaquette et son type d’illustration, a ainsi tendance à gommer ou à minimiser les différences que nous venons de parcourir.

16Le cas particulier de La Leçon du bénitier a été étudié dans son mémoire de master par Tila Waitiko-Ayrault. Léonard Sam avait recueilli ce conte auprès de sa grand-mère et il l’avait publié une première fois en tant que création appartenant au régime de l’oralité. Dans l’album bilingue du Centre culturel Tjibaou, il rend hommage à sa grand-mère dans les marges du livre, mais le conte est radicalement transformé. Ses significations cultuelles et socioculturelles ont été reléguées au second plan au profit du sens moral : « ne fais pas violence à un faible ». On peut d’ailleurs se demander si cette réduction de la signification du conte n’est pas antérieure au livre : ce pourrait être une interprétation développée par les cercles religieux. L’auteur est désormais plus sensible à la moralité universelle qu’aux significations spécifiques à une famille ou un clan, les gestes rituels avec leur accompagnement de paroles se perdant ou devenant imprécis.

  • 11 Leur nombre est toujours limité, une dizaine environ.

17Les albums du Centre culturel Tjibaou sont accompagnés d’un glossaire explicitant un certain nombre de termes11 faisant référence à la culture kanak, de l’arbre kaori au mont Ceûma en passant par la valeur symbolique de la fauvette ou les caractéristiques des « esprits » de la forêt. Ces lexiques renvoient donc le lecteur qui souhaite « comprendre » à l’ensemble d’une culture, aux relations qu’elle établit entre les hommes, les lieux, les plantes, les animaux, et à sa façon de concevoir l’invisible. Ce faisant, l’interprétation du texte est renvoyée de façon globale à la connaissance de la symbolique culturelle et pas du tout (ou très peu) à l’intention claire ou non, consciente ou non, d’un auteur individuel, qui le plus souvent dit qu’il souhaite faire connaître sa culture. Cependant, ces lexiques laissent le lecteur exigeant sur sa faim, car finalement, il n’y a jamais assez de mots expliqués ; si on est déjà familier avec la culture kanak, les explications fournies sont trop superficielles : faudrait-il dès lors distinguer un niveau de lecture pour débutants, et un autre pour amateurs non seulement pour le déchiffrage mais pour l’approche du ou des sens ?

18Nous trouvons une déclaration exemplaire du point de vue selon lequel l’auteur se confond avec « la-culture » dans l’introduction du conte Le Lochon blanc et le Lochon noir : légende de Windu, édité en 1986 par l’Agence de développement de la culture kanak (ADCK) :

Les légendes qui se racontent à la veillée autour du feu sont le trait d’union entre les générations et participent à la connaissance et à la préservation des valeurs culturelles d’un peuple.

19Curieusement, la page de garde de l’ouvrage présente en quelques lignes la biographie de l’illustrateur, Émilien Thomo, ainsi que ses techniques de dessin, mais ne dit pas un mot du conteur, Victorin Thomo, probablement le père de l’artiste. Cette inégalité de traitement suggère que le statut d’artiste dessinateur est plus individualisé que celui de conteur. L’art personnel de celui-ci est complètement passé sous silence, comme s’il était tout entier conditionné par « la-culture-kanak », dont les messages sont collectifs et anonymes. L’auteur est alors celle-ci, c’est elle qui donne à connaître, c’est elle l’énonciateur. Le locuteur/conteur devient transparent, neutre, il est traité comme un simple outil au service de « la-culture ». Le texte de présentation dit en effet explicitement que « par ce petit recueil, […] l’Office culturel souhaite participer à la transmission du message culturel kanak » ; ce qu’il ne dit pas, c’est si le conteur a un talent particulier ou a marqué le récit de sa personnalité, ou encore pourquoi ce conteur a été choisi. Nous retrouvons le problème rencontré plus haut à propos des petits livres en accordéon de la Province Nord : la création kanak est renvoyée à l’anonymat de « la langue » ou de « la culture », peut-être sous l’influence des anthropologues et linguistes qui se sont efforcés de promouvoir la reconnaissance de la dignité des langues et cultures océaniennes. Mais ce choix amène à engager dans un seul sens le travail de l’interprétation. De plus, cela présuppose qu’il n’existe qu’une seule et unique manière d’interpréter la culture kanak, ce qui laisse sceptique.

  • 12 Voir chap. 2 « L’auteur », dans Le Démon de la théorie : littérature et sens commun, Paris, Seuil, (...)
  • 13 Sur Homère, voir dans cet ouvrage l’article d’A. Salha.

20Il ne s’agit pas pour nous de poser seulement la coprésence de deux systèmes discursifs, dont l’un serait l’oralité première, avec un caractère anonyme ou collectif des auteurs, l’autre le système aujourd’hui mondialisé de l’auteur unique formellement et juridiquement identifié. En effet, ainsi que l’a rappelé utilement Antoine Compagnon dans ses réflexions sur la notion d’auteur12, l’oralité indéniable de l’épopée grecque n’a pas empêché que celle-ci soit attribuée à un auteur unique et génial, Homère, dont on a tenté d’écrire la biographie depuis l’Antiquité, les grammairiens anciens ayant fondé sur des critères de cohérence stylistique la délimitation du corpus homérique13. Rien de tel, semble-t-il, pour l’oralité kanak, pour laquelle les réalisations de l’ADCK, en 1986 et 1992, arasent ou gomment les individualités dans Le Lochon blanc et le Lochon noir et dans Origine de la monnaie traditionnelle. La cohérence du texte vient de « la culture » (comme J. Lacan dirait « lalangue ») et non de l’action réfléchie et consciente d’un « passeur de culture ». Cette analyse reste à poursuivre.

21Dans ce cas, la distinction entre littérature pour la jeunesse et pour les adultes n’a plus guère de validité, puisque ces contes et récits peuvent être compris à différents niveaux et que leur découverte accompagne la progression de l’auditeur de l’enfance à l’âge adulte, par révélations successives de significations nouvelles, plus précises, voire ésotériques.

La prolifération des capitaines ?

  • 14 Nyaa Kumpini ?, The State of South Australia, Department of Education and Children’s Services, 2004 (...)

22L’auteur collectif n’est pourtant pas toujours aussi discret. Dans un livre australien pour la jeunesse élaboré pour promouvoir la langue aborigène pitjantjatjara14, la page de titre liste soigneusement tous ceux et celles qui ont participé à la conception et la fabrication de l’album : de l’auteur initial, Robert Wonga, aux Services d’éducation à Ernabella en Australie du Sud, en passant par les consultants pour la langue (on retrouve les questions de normalisation linguistique) et les infographistes. Il s’agit, dans ce cas, non pas d’un récit traditionnel mais d’une énumération fondée sur les réponses à une question, « qui est caché là ? », de manière à favoriser chez l’enfant l’acquisition ou la reconnaissance d’un vocabulaire de la nature. C’est sans doute la conscience aiguë de la propriété intellectuelle qui a poussé les éditeurs australiens à établir une liste d’acteurs aussi précise.

23Dans l’Abécédaire de mon île : Nouvelle-Calédonie, proposé par les éditions Grain de Sable Jeunesse et la Ville de Nouméa (2002), l’inflation atteint son maximum. L’éditeur a travaillé avec plusieurs classes dans huit écoles, toutes listées. Chaque illustration, chaque graphie de lettre est renvoyée à son auteur, collectif ou individuel, enfin une immense ronde présentée graphiquement comme un colimaçon contient les noms de tous les enfants qui ont participé aux dessins ou aux collages. L’attribution participe cette fois non seulement du souci de reconnaître l’apport de chacun, mais aussi d’une dimension ludique. Il est évident, cependant, que trop d’auteurs tuent l’auteur, et que, dans ce type de livre, chaque scripteur ou dessinateur a une responsabilité diluée, tandis que l’éditeur ou le concepteur devient tout puissant.

  • 15 Ce choix idéologique me semble assez net dans la liste de livres recommandés par la Direction de l’ (...)

24En effet, le cas de la Nouvelle-Calédonie montre clairement que la littérature de jeunesse est l’objet de calculs et de projets idéologiques : il ne s’agit pas seulement de promouvoir la lecture chez les enfants, mais aussi de leur donner à lire certains types de livres. Par exemple, les textes produits après 1988 portent la marque de la volonté de dire un monde métissé où l’on envisage de pouvoir vivre en harmonie avec les différentes communautés. Remarquons-le cependant, cette construction utopique liée à l’enthousiasme qu’a provoqué le retour à la paix sociale caractérise aussi bien la littérature d’enfance que celle qui est destinée aux adultes. En particulier, les nouvelles de Déwé Gorodé visent un lectorat large qui peut découvrir la culture de l’auteur, de 7 à 77 ans. Au-delà, on pourrait même suggérer que les instances institutionnelles15 (mairie, provinces, Gouvernement, Congrès, CDP, etc.) ont tendance à confier au livre pour enfants un pouvoir magique : celui de pouvoir régler les problèmes d’adultes ou des problèmes sociaux et poli tiques généraux, comme si une nouvelle génération ayant lu les « bons » livres allait disposer de pouvoirs extraordinaires, en particulier concernant la sauvegarde des langues kanak et de leur patrimoine culturel, ou encore une liste de questions sociales comme la violence à l’égard des enfants, l’inceste, la corruption du monde des adultes, la perte de repères des adolescents dans un monde en proie à une mondialisation incontrôlée…

25Au terme de ce parcours trop rapide, je me demande quand même si la question de l’auteur est capitale pour aborder la littérature pour les enfants du double point de vue critique et pédagogique. Nous avons goûté les aventures du Chat Botté, de Barbe-Bleue ou de Cendrillon bien avant de savoir que l’auteur du texte était Charles Perrault ; nous avons aimé Sinbad sans nous poser de questions sur les différents manuscrits des contes des Mille et Une Nuits. Ces lectures ont développé l’imaginaire de générations de jeunes lecteurs, ont su toucher leur capacité de symbolisation, elles ont séduit par la qualité de la langue, sa précision, son élégance. Ce n’est que progressivement que les dimensions parodiques ont été perçues et appréciées. L’hypothèse de l’auteur comme personne, individu signataire n’est sans doute pas vraiment nécessaire au simple plaisir de la lecture, ou au plaisir de la lecture simple, du point de vue du lecteur. En revanche, dès que l’on progresse dans l’art de la lecture, la contextualisation culturelle, temporelle, anthropologique – et ceci induit une connaissance plus fine du signataire en termes de liens familiaux et de visée signifiante –, a de plus en plus d’importance, c’est une médiation nécessaire pour approfondir la signifiance à l’œuvre dans le texte. Si l’on souhaite donc développer des lectures plus savantes, le statut de l’auteur pose problème et on voit peut-être en Nouvelle-Calédonie plus qu’ailleurs une sorte de statut mobile qu’on pourrait imaginer sur un curseur pour aller de la discrétion totale à la surabondance. Il faudrait alors distinguer « l’auteur », tel qu’il est conçu par l’institution scolaire secondaire aujourd’hui, de l’instance dont les coordonnées d’énonciation contraignent et encadrent la construction du sens. Quoi qu’il en soit de l’auteur au sens de scripteur, il apparaît bien que, dans le cas de l’édition de jeunesse en Nouvelle-Calédonie, le concepteur, le promoteur ont une importance primordiale pour que le livre voie le jour : on aborde donc bien le règne du livre comme objet et non comme simple support d’un récit imprimé, surtout quand le souci de l’illustration, la qualité du papier, des couleurs, de la mise en pages, le soin apporté à la fabrication en font un objet coûteux à produire.

Bibliographie

Annexes

1. Bibliographie de littérature pour la jeunesse en Nouvelle-Calédonie

Bestiaire de Jake (Le), ill. Lauren Lung Kong, Nouméa, L’Herbier de Feu, 2007, 82 p.

Blondy Patricia, Juliette la roussette, ill. Nicolas de la Tullaye, Nouméa, Éditions Aloès, 2002, [s. p.].

—, Le P’tit Génie calédonien, Wako le corbeau, ill. Nicolas de la Tullaye, Nouméa, Éditions Aloès, 2005, [s. p.].

Calandra Nicole, Le Totem perdu, ill. Pascal Phalippou, Nouméa, CDP/Grain de Sable, 2004, 155 p.

—, Le Secret de Keiko, ill. Myriam Schwamm, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse, 2007, 165 p.

Cawa Davel Raymond, Adrapo & Wanimoc : la mante religieuse et la petite fauvette, album bilingue français-nengone, ill. Dominique Berton, avec CD audio, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse/ADCK-Centre culturel Tjibaou, 22 p.

Décamp Florence et balez Olivier, Le Cycle du Nautile, 1. Traque à Sydney, Paris, Bayard Jeunesse, 2005, 52 p.

Gouin Sophie, Les Histoires de Lola, le poisson chirurgien, 2006, éd. Lilia Calédonie, 24 p.

Houmbouy Maleta, L’Enfant Kaori/Wanakat Kaori, ill. Isabelle Goulou, Nouméa, Grain de Sable/Centre cuturel Tjibaou, [s. p.].

Jacques Claudine, Les Grandes Vacances, Nouméa, Éditions du Niaouli, 1994, 11 p.

—, Le Piège, Nouméa, Éditions du Niaouli, 1999, 84 p.

—, K @ o. nc, ou le vrai voyage de Clara, ill. Paula Boi, Nouméa, CDP/Grain de Sable, 2001, 65 p.

—, Les Sentiers de l’Ouest, Nouméa, CDP, 2002, 90 p.

—, Au secours de Diego, Nouméa, éd. Babycar, 2008, 93 p.

Kurtovitch Nicolas, Iamélé et Willidoné : une histoire kanak, ill. Julie de Waligorski, Nîmes, Éditions du Bonhomme Vert, 2007, 40 p.

Le guerroué Armelle, Un parfait coupable, Nouméa, Éditions du Cagou, coll. « Bibliothèque du Caillou », 2006, 68 p.

Leriche Fernande, Dardanelles, ill. Philip Markham, Nouméa, Association des amis du livre et de la reliure, 2000, 22 p.

Mariotti Jean, À bord de l’Incertaine, [Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1942], rééd. Nouméa, Grain de Sable/Association pour l’édition des œuvres de Mariotti, 1996, 293 p.

—, Contes de Poindi, [Contes de Poindi : légende océanienne, New York, Domino Press, XI-64 p.], rééd., Nouméa, Association pour l’édition des œuvres de Jean Mariotti, 1996, 222 p.

—, La Tourterelle et le Corbeau [1948], ill. de Van Rompaey, Nouméa, CDP/Grain de sable Jeunesse, 2001, 143 p.

—, Nouveaux contes de Poindi, [Paris, Stock, 1945], Nouméa, Association pour l’édition des œuvres de Jean Mariotti, 2002, 190 p.

Ménager-stahl Noëlle, Le Voyage ou Minimax et Mélanie à la conquête de leur monde, Nouméa, Éd. du Chien bleu, 1995, 82 p.

Michel Louise, Légendes et chansons de gestes canaques : Aux amis d’Europe, Nouméa, Grain de Sable, 1996, 87 p. ; repris dans Légendes et chansons de gestes canaques (1875), suivi de Légendes et chants de gestes canaques (1885) et de Civilisation, Presses universitaires de Lyon, 2006, 238 p.

Mussard Firmin, Balthazar est en pétard, Nouméa, Éditions du Cagou, coll. « Bibliothèque du Caillou », 2004, 103 p.

—, Fausse Passe, polar paumotu, Arles, Actes Sud, coll. « Babel Noir », 2005, 274 p.

—, Jade et les petits farceurs, Nouméa, Éditions du Cagou, 2006.

Papou, Ce vendredi-là…, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse, 2005, non paginé [20 p.] Ponchet Léa, Kaï, l’enfant trouvé, ill. Fanny Witkow, CDP de Nouvelle-Calédonie, 2009, 33 p.

Ponga Réséda, Mèyènô, ill. Laurence Lagabrielle, bilingue français-ajië, Nouméa, ADCK/Grain de Sable, 2004, [s. p.].

Pourawa Denis, Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies, ill. Éric Mouchonnière, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse/Centre culturel Tjibaou, 2003, non paginé [28 p.].

Pwicemwa poatyie Anna, Le Chasseur dans la vallée, ill. David Dijou, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse/ADCK-Centre culturel Tjibaou, 2008, album avec CD audio, non paginé.

Régent Catherine, Emma de Ducos, fille de déporté, Nouméa, Éditions du Cagou, coll. « Bibliothèque du Caillou », 2003, 81 p.

—, Légendes pour un pays, t. 1, Nouméa, Éditions du Belvédère, 1983, 38 p.

—, La Pirogue enchantée, Nouméa, Éditions du Belvédère, 1984, 16 p.

—, Légendes pour un pays, t. 2, Nouméa, Éditions du Belvédère, 1986, 36 p.

—, Chasse et dérapage, Nouméa, Éditions du Cagou, coll. « Bibliothèque du Caillou », 2003, 78 p.

Renault Jean, L’Oiseau Roi, Conte de la grand’terre et des îles, ill. Odile Biliquey, Nouméa, CDP Nouvelle-Calédonie, rééd. 2003, 20 p. revol Isabelle, Fleur d’igname, Nouméa, Éditions Catherine Ledru, 2001.

—, Ma couleur à moi, Nouméa, Éditions Catherine Ledru, 2002. Sam Drilë et boi Francia, La leçon du bénitier, conte kanak drehu-français, Nouméa, ADCK-Centre culturel Tjibaou, 2006, 28 p.

Tcherko Louna, La Vengeance du Banian, ill. Arnaud Pheu, Nouméa, CDP/Grain de Sable, 2003, 133 p.

—, L’Enfant de la nuit, ill. Daniel Marteaud, Nouméa, Grain de Sable Jeunesse, 2007, 125 p.

Tcherko Louna et emilio Sandro, Au cœur de la pierre, Nouméa, Éditions du Cagou, 2001, 99 p.

Teg-seb, Le Vert. T. 1 : les pionniers, Nouméa, Éditions Teg et Séb, 2005, non paginé [80 p.].

Toutoute : comptines, berceuses et jeux de doigts d’ici et d’ailleurs chantés en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Association Lire en Calédonie/Grain de Sable, 2007, livre avec CD audio, 53 p.

Venon Mathieu et Camille Stéphane, Chaque baleine est une île, Nouméa, Éditions Madrépores, 2008, 33 p.

Wahéo Taï, Oûguk, le petit coco vert. Oûguk, ame metu ka caa ûen : récit autobiographique en français et en iaai, Nouméa, ADCK-Centre culturel Tjibaou, 2008, 195 p.

Série de petits livres illustrés, édités par la Province Nord

A nuu hôni, Marie-Adèle Jorédié, trad. en langue cèmuhî par Jacky Poanoui, ill. Francia Boi, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2004 ?].

Ciixa ma Ciibwi, langue nêlêmwa, ill. Cécile Lanchon, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2004 ?], livre en accordéon de 7 p.

Ka nea, langue nemi, ill. Tokiko, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2004 ?], livre en accordéon de 7 p.

Nââmo, langue nyelâyu, ill. Tokiko, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2004 ?], livre en accordéon de 7 p.

Pur da me wam wêêk xa lha dado ?, Patrice Gomen, trad. en langue nyelâyu par Scholastique Boiguivie, ill. Isabelle Goulou, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2005 ?].

Yaaru mâ Yiipù, langue ajië, ill. Cécile Lanchon, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2004 ?], livre en accordéon de 7 p.

Yee ve ru ven yaak ?, texte original en langue fwai d’Hélène Djaiwé, ill. Angelo Fisdieâs, création Grain de Sable, Koné, Province Nord, s. d. [2005 ?].

2. Éléments de bibliographie sur les contes kanak en Nouvelle-Calédonie

Bensa Alban et Rivierre Jean-Claude, Histoires canaques, Paris, Edicef, 1983, 159 p.

—, Les Filles du Rocher Até : contes et légendes paicî, Paris, Geuthner et Nouméa, ADCK, 2004, 490 p.

Bourret Dominique, Brou Bernard et Griscelli Paul, Littérature orale : 60 contes mélanésiens de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, publication de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, n° 21, 1980 (réimpression 1986), 259 p.

Contes et légendes de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, DEC, coll. « EVEIL, n° 2 », 1976, 40 p.

Guiart Jean, Contes et légendes de la Grande Terre, Nouméa, Éditions des Études mélanésiennes, 1957, 87 p.

Kaloonbat tein Gilbert, Kaan falik : boutures de paroles, contes de la région de Hienghène, Koné, Province Nord, Documents du bureau du patrimoine culturel, n° 1, mai 2003, 38 p.

Léonard Sam et Lercari Claude, Ifejicatre, contes et légendes de Lifou, Publications du CTRDP, Centre des langues vernaculaires, 1984,146 p.

Nguyen ba duong André et Ipéré Kamillo, Contes et légendes en xârâcùù : langue de Thio-Canala, coédition CDPNC et ADCK, coll. « Langues kanak, n° 20 », 2005.

Rivierre Jean-Claude, Ozanne-rivierre Françoise et Moyse-faurie Claire, Mythes et contes de la Grande Terre et des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie), Paris, CNRS, SELAF (LACITO-Documents, Asie-Austronésie), 1980, 223 p.

Rivierre Françoise, « Pue thawe » : origine de la monnaie traditionnelle, mythe en langue pije recueilli à Tiendanite en 1978, déjà publié dans la collection SELAF/LACITO, 1986, OCSTS, 1989 et Nouméa, ADCK, 1992, 12 p.

Thomo Victorin, Le Lochon blanc et le Lochon noir : la légende de Windu (région de Thio), racontée par Victorin Thomo, illustrée par Émilien Thomo, Office culturel scientifique et technique canaque (OCSTC), 1986 et Nouméa, ADCK, 1992, 18 p.

Weniko Ihage, La tradition orale à Lifou, Nouméa, Éditions du Niaouli et Agence de développement de la culture kanak (ADCK), 1992, 127 p.

3. Bibliographie pour l’étude de la littérature de jeunesse de Nouvelle-Calédonie

Bogliolo François, « Parole, parabole et silence dans la littérature néo-calédonienne pour enfants et adolescents (1843-1942) », dans Frédéric Angleviel (dir.), Parole, Symbole et communication en Océanie, actes du 7 e colloque de l’université française du Pacifique et CORAIL, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 141-165.

—, Entre langues et terre : émergence de la littérature néo-calédonienne, écriture et identité d’une île, 1774-1909, HDR, université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, 2000, 507 p.

Faessel Sonia, « Roman tahitien et néo-calédonien pour la jeunesse : vers une citoyenneté possible ? », dans Kodjo Attikpoé (dir.), L’inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 71-93.

Jouve Dominique, Bryant Lia, Gill Judith et Tedmanson Deirdre, « If I Don’t Speak to My Child in My Own Language, Then Who Will ? Kanak Women Writing Culture For Children », Kunapipi, Journal of Postcolonial Writing, vol. XXVII, n° 2, numéro special « Women of the South Pacific », 2005, p. 9-22.

Jouve Dominique, « Le mythe à l’épreuve du livre : Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies », dans Bernard Rigo (coord.), Outremer et Mondialisation, publications du CNRS, à paraître.

Laubreaux-tauru Liliane, « Écouter Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies », dans L’enfant en Océanie, actes du colloque CORAIL, Nouméa, éditions CORAIL, 2004, p. 86-95.

Peronnet Muriel, Le métissage du texte dans la littérature calédonienne (1970-1997), mémoire de DEA sous la direction de François Bogliolo et Dominique Jouve, université Française du Pacifique, 1998.

Perrot Jean, « Littérature de jeunesse émergente : marginale ou centrale au cœur de l’institution ? », dans Sonia Faessel et Michel Perez (dir.), Littératures d’émergence et mondialisation, Paris, In Press, 2004, p. 345-361.

Annexes

4. Direction de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) : livres et outils d’accompagnement pour l’enseignement primaire

Sont officiellement recommandés :

Romans/récits illustrés

Chasse et dérapage

Catherine Régent

Cycle 3

Emma de Ducos

Catherine Régent

Cycle 3

Juju le cagou

André Capiez

Cycle 3 (CM1-CM2)

K @ o. nc ou le vrai voyage de Clara

Claudine Jacques

Cycle 3

La Vengeance du banyan

Louna Tcherko

Cycle 3

Le Gardien de la baie N’go

Irina Drodz

Cycle 3

L’Enfant du zoo

Didier Daeninckx

Cycle 3

Le Piège

Claudine Jacques

Cycle 3

Les Aventures de Nili et Rio

Lili Pijcke

Dès 6 ans

Le Totem perdu

Nicole Calandra

Cycle 3

L’Herbe de guerre

Xavière Gauthier

Cycle 3 (CM1-CM2)

Zélandia

Claire Mazard

Cycle 3

Contes et/ou légendes

Contes d’Australie

Annie Langlois

Cycles 2 et 3

Contes de Nouvelle-Calédonie

Pascale Germain

Fin de cycle 3

Contes du Pacifique

Benson Cliff

Cycle 3

La Légende de Kiu et Uga

Collectif de Wallis et Futuna

Cycles 2 et 3

La Tourterelle et le Corbeau

Jean Mariotti

Cycle 3

Albums

Fa’a’amu, le petit secret de la nuit

Roxane Marie Galliez

Cycles 2 et 3

Fleur d’igname

Isabelle Revol

CM1/CM2

La Couleur des oiseaux

Aborigènes d’Australie

Tous niveaux

L’Enfant Kaori

Maléta Houmbouy

Cycles 2 et 3

Lifou

Didier Lévy

Cycle 2

Lou, la petite goutte d’eau

Enfants de 5 classes de CM2 de 5 pays différents

Cycle 3

Ma couleur à moi

Isabelle Revol

Cycles 2 et 3

Mèyènô

Réséda Ponga

Cycles 2 et 3

Mon amie la raie

Isabelle Hoarau

Cycle 2

Petit Maori

Patricia Geis

Tous niveaux

Regarde en haut – Il y a toujours de l’amour

Toshio EGi, Takachi Aoyama, Koji Kita et Masao Orimo

Cycles 2 et 3

Sloup

Yvon Jauneau

Cycle 3

Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies

Denis Pourawa

Cycle 3

Walkatju

Jean-Marc Troubet

Cycle 3 (CM1-CM2)

Yapa

Chrystel Proupuech

Cycles 2 et 3

Notes

1 « Depuis 2008, le mot kanak serait devenu invariable, cela étant il n’existe aucune publication de l’ADCK ni texte paru au JO de la Nouvelle-Calédonie pour affirmer l’invariabilité de ce mot. Le fait de ne pas accorder ce mot marque un certain refus de la grammaire française amplifiant ainsi le caractère identitaire et indépendantiste de ce mot. » (Source : Wikipedia)

2 C. Gervolino, Mystérieuses disparitions, Colmars (06), éditions Melis, 2008

3 Les références bibliographiques des ouvrages sont données dans la première annexe à cet article.

4 On pourra distinguer, ainsi que nous y invite le pseudonyme, Firmin Mussard, auteur de livres de jeunesse en Nouvelle-Calédonie et de nouvelles « pour adultes » à la Réunion, et Claude Maillard, auteur d’un livre de documentation scientifique lié à son métier de médecin.

5 Signés en 1988 à l’initiative du Premier ministre Michel Rocard, ces accords mettent fin à la guerre civile par une entente entre les Kanak indépendantistes et les partis « loyalistes » qui souhaitent conserver la Nouvelle-Calédonie dans la nation française.

6 La Nouvelle-Calédonie est proclamée colonie française à Balade le 24 septembre 1853 par le contre-amiral Febvrier Despointes sans doute par souci de devancer l’Angleterre, alors très active dans cette zone, surtout à partir de l’Australie. On peut consulter l’article sur la Nouvelle-Calédonie dans Wikipedia.

7 Dans S. Faessel et M. Perez (dir.), Littératures d’émergence et mondialisation, Paris, In Press, 2004, p. 345-361.

8 Il faudrait nuancer selon les genres, puisque d’après Patrice Godin, la création de grands mythes de fondation semble s’être tarie au début du XXe siècle, voir O. Filippi (dir.), Chroniques du Pays Kanak, Nouméa, Planète mémo, 1999.

9 Nouméa, ADCK-Centre culturel Tjibaou, 2008.

10 Il s’agit de l’acronyme d’un laboratoire de recherche pluridisciplinaire qui se consacre prioritairement à l’étude des « Langues et civilisations à tradition orale », et particulièrement à l’étude des langues kanak. Le LACITO (UMR 7107 du CNRS) a une longue histoire, puisqu’il a été fondé en 1976. Il a longtemps fonctionné administrativement en sous-équipes (« départements ») dont les dernières étaient : « Anthropologie de la parole » ; « Études océaniennes » ; « Langue, culture, environnement » ; « Typologie et changement linguistique ». Les linguistes Jean-Claude Rivierre, Françoise Ozanne-Rivierre et Claire Moyse-Faurie en ont fait ou en font partie.

11 Leur nombre est toujours limité, une dizaine environ.

12 Voir chap. 2 « L’auteur », dans Le Démon de la théorie : littérature et sens commun, Paris, Seuil, 1998, p. 51-110.

13 Sur Homère, voir dans cet ouvrage l’article d’A. Salha.

14 Nyaa Kumpini ?, The State of South Australia, Department of Education and Children’s Services, 2004. Ce livre n’a rien à voir avec la Nouvelle-Calédonie, cet exemple n’est donné qu’à titre comparatif.

15 Ce choix idéologique me semble assez net dans la liste de livres recommandés par la Direction de l’enseignement primaire. Voir annexe bibliographique.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search