Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient des écrivains et des savants à l’épreuve de la Grande Guerre

 | 
Jessica Desclaux

Troisième partie. Voyages contemporains et postérité de Barrès

L’art du contrepoint et de la contradiction : La Marche turque et les fantômes de l’Orient gidien

Jean-Michel Wittmann

Texte intégral

  • 1 Gide parle avec un dédain affiché de ses « turqueries » (voir Gide à Henri Ghéon, 14 juin 1914, Cor (...)

1Strictement contemporain du voyage de Barrès en Orient, qui couvre les deux mois de mai et de juin 1914, celui de Gide dure à peine un mois, de la fin avril à la fin mai. Gide et ses compagnons de voyage, Henri Ghéon et Aline Mayrisch, arrivent à Constantinople le 28 avril et rejoignent la Grèce le 22 mai. Le récit de ces quelques jours en Grèce fait partie intégrante du journal de voyage publié dans la NRF du 1er août 1914 sous le titre La Marche turque. Ce journal constitue une œuvre assez mince, composée en tonalité mineure, et profondément marquée par le désenchantement et par la désillusion. L’Orient turc décrit par Gide est peuplé de fantômes, ceux de Barrès ou de Loti, voire de Maurras ou, sur un autre plan, les fantômes des jeunes Arabes rencontrés en Algérie au début des années 1890, dont l’écrivain espérait en vain retrouver les cousins en Turquie. Même si Gide n’a pas hésité à afficher une forme de mépris à l’égard de son journal même1, il s’agit cependant bien d’une œuvre, construite autour d’une série d’oppositions et de paradigmes dont la résonance est à la fois idéologique et esthétique. Gide oppose l’hybridité à la pureté, la maladie à la santé, l’Orient à l’Occident. L’opposition entre la Grèce et la Turquie en recouvre une autre, entre un temps mythologique et suspendu, et un présent miné, ou mité, par l’événement historique ; de même, l’opposition entre l’Orient algérien et l’Orient turc en recouvre une autre, entre la jeunesse passée de l’esthète encore symboliste et le présent de la maturité, entre le xixe siècle finissant et le xxe, qui va accoucher de la guerre. Toutes ces figures binaires donnent son sens et sa complexité à ce texte ambigu : elles ne servent pas tant une démonstration qu’elles ne répondent à la volonté d’inscrire l’inquiétude – le refus de conclure, voire de rien affirmer – au sein même du texte.

Le voyageur romantique rattrapé par l’histoire

  • 2 C’est le personnage d’Urien lui-même qui s’exclame, alors que son navire s’est enlisé en atteignant (...)
  • 3 Voir David Ellison, « André Gide et la question de la culture, de Brazzaville à Moscou », Travaux d (...)

2Le récit de ce voyage gidien en Turquie est placé sous le signe de la désillusion, mais on ne saurait apprécier ni interpréter le désenchantement exprimé dans ce journal sans constater que ce dernier s’inscrit ainsi dans une longue lignée de textes gidiens, récits ou journaux, qui modulent tous le thème du voyage décevant. Vingt ans plus tôt, Le Voyage d’Urien, conformément à ce que suggère le titre, est le récit d’un voyage « mal composé2 » et donné pour décevant, comme celui du narrateur de Paludes. Vingt ans plus tard, le Voyage au Congo puis le Retour de l’URSS témoigneront eux aussi d’un désenchantement. Certes, la désillusion n’est pas de même nature dans l’un et l’autre cas. Dans ses premières œuvres, marquées par le symbolisme, Gide proclame la supériorité du rêve sur le réel, en faisant implicitement référence au voyage imaginaire de Floressas des Esseintes en Angleterre, dont un chapitre de Paludes constitue une réécriture ironique. Dans les journaux de voyage, il s’agit de témoigner d’une prise de conscience face à une réalité sociale et politique. Mais il y a pourtant bien, dans les deux cas, une forme de constante, une posture de littérateur : David Ellison n’a pas tort lorsqu’il prétend retrouver dans le Voyage au Congo et le Retour de l’URSS « une mise en narration du thème de la désillusion, de la déception, dans la tradition du Voyage de Baudelaire3 ».

  • 4 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, éd. Pierre Clarac, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la (...)

3Gide est parti en emportant avec lui une certaine idée, fantasmée, de l’Orient en général, et c’est au nom de cette idée, ou de cet idéal, qu’il va sans cesse dénigrer la réalité turque, forcément très inférieure au rêve de la Turquie. Tout comme Nerval a pu éprouver une « nostalgie de l’Orient4 » avant même d’accomplir son voyage, comme le souligne Proust, Gide lui-même a la nostalgie de l’Orient avant de faire ses valises. Mais les souvenirs personnels se mélangent aux souvenirs littéraires dans le cas de Gide, qui conçoit l’Orient comme un ensemble à la fois vaste et indistinct, englobant notamment l’Algérie, où il a effectué un séjour qui a bouleversé son existence, en 1893-1894. Au moment de préparer son voyage, il vante ainsi la Turquie à Mme Mayrisch, en dénigrant la Grèce vers laquelle celle-ci veut d’abord l’entraîner :

  • 5 Gide à Aline Mayrisch, 25 février 1914, Correspondance (1903-1946), éd. Pierre Masson et Cornel Med (...)

Oh ! dites-moi que, vous aussi, c’est à Brousse, à Troie ! à Koniah !!, à Smyrne, à Angora peut-être, que vous voulez aller ! […] C’est déjà là que je projetais d’aller l’été dernier (les désordres balkaniques m’ont empêché), et, depuis, je n’ai plus de regards que vers là-bas — vers cette terre peuplée d’autant de souvenirs et plus merveilleuse que la Grèce […]5.

Or, dans le journal de voyage, la Grèce par laquelle sont revenus les trois voyageurs permettra au contraire, par un complet renversement de perspective, de souligner à quel point la découverte de la réalité turque a pu être décevante pour Gide.

  • 6 Voir André Guyaux, « Le voyageur désabusé. Le repentir du voyage dans quelques itinéraires au XIXe  (...)
  • 7 André Gide, La Marche turque, dans Journal, t. I : 1887-1925, éd. cit., p. 778. Gide qui avait déba (...)
  • 8 Ibid., p. 779. 
  • 9 Ibid., p. 768.
  • 10 Nous reprenons l’orthographe adoptée dans Les Nourritures terrestres ; aujourd’hui, on écrit plutôt (...)
  • 11 Voir Les Nourritures terrestres, « Troisième livre », éd. Pierre Masson, Romans et récits. Œuvres l (...)
  • 12 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 768.

4Gide éprouve d’autant plus sûrement le « paradoxe du voyage romantique », décrit par André Guyaux comme « le paradoxe du désir qui appelle vers ce que l’on ignore, et de la mémoire qui rappelle vers ce que l’on connaît »6, que son désir d’Orient est nourri par le souvenir de l’Algérie. Ce qui retient son attention et mérite un trait de plume, ce sont donc d’abord les éléments qui lui rappellent ce premier séjour enchanteur, marqué par ses premières expériences homosexuelles. D’emblée, la découverte de la Turquie est donc placée par lui sous le signe de la remémoration, ou de ce que Loti avait défini dans Le Roman d’un enfant comme « le ressouvenir ». Il arrive par exemple à Koniah avec le souvenir de « la photographie d’admirables restes de monuments seldjoucides » et avoue : « D’après eux je construisais toute la ville, somptueuse et orientale à souhait. Je savais que c’était la ville des derviches, quelque chose comme un Kairouan turc7. » La déception est à la hauteur du désir et des rêves, car si « Koniah […] rappelle irrésistiblement Biskra », Gide ajoute aussitôt : « Mais combien ces montagnes sont moins belles […] ; combien moins belle que le désert, cette plaine ; moins beaux ces arbres que les palmiers, et que les Arabes ces Turcs8. » De même, après la déception suscitée par Constantinople, exécutée en quelques lignes, Brousse ne lui inspire un passage lyrique que parce qu’il y retrouve « le vert Sahel de Brousse », décrit comme une « rose de pureté »9, comme en écho implicite à la célébration de Blidah10, « petite rose » et « fleur du Sahel »11, dans Les Nourritures terrestres. « Se peut-il que ne t’ait point connue ma jeunesse ? » s’écrie Gide, dont le lyrisme est à la fois rétrospectif et introspectif, car il souhaite « recommencer à neuf et sur de nouveaux frais »12, avant de s’interroger sur son moi insaisissable.

  • 13 Voir André Guyaux, « Le voyageur désabusé. Le repentir du voyage dans quelques itinéraires au XIXe  (...)
  • 14 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 775.

5Si Gide, comme voyageur, assume généralement l’héritage des deux traditions du voyage romantique, le voyage comme « ego qui se déplace » et l’attention portée à l’altérité qui permet de ressaisir sa propre singularité13, la quête égotiste l’emporte nettement dans La Marche turque. Le motif égotiste, traité avec lyrisme, qui se déploie dans les pages suscitées par la découverte de Brousse et de sa mosquée, ne trouve cependant que de faibles échos, intermittents et saccadés, dans la suite de l’œuvre, par exemple lorsqu’il écrit ne « pas avoir goûté d’émotion plus étrange que cette entrée dans le petit village d’Isnie14 ». Ce lieu, qu’il décrit comme « un mystérieux village assoupi », annonce les pages de Si le grain ne meurt où Gide distinguera deux mondes, deux réalités différentes, la vie diurne et apparemment réelle, la vie nocturne qui est son envers et qui seule a une valeur, semblable à la vraie vie révélée par la littérature selon Proust. Ces moments de grâce restent cependant éphémères, alors que prédominent les notations qui expriment la déception face à la réalité turque, en insistant notamment sur la laideur des lieux ou de la race…

  • 15 Voir supra, et note 6.
  • 16 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 766-767.
  • 17 Ibid., p. 777.
  • 18 Ibid., p. 779.
  • 19 Ibid., p. 783.
  • 20 Ibid., p. 780.
  • 21 Ibid., p. 783.

6L’écriture de La Marche turque met donc en scène l’impossibilité du lyrisme, liée à la confrontation à une réalité décevante. Pour une part, Gide endosse la posture romantique du « voyageur désabusé15 » et joue à opposer le rêve et la réalité, le seul voyage qui vaille la peine ne pouvant s’accomplir que sur le plan de l’imaginaire et par le jeu de la création esthétique. Mais pour une autre part, le texte exprime aussi l’impossibilité du lyrisme, constamment interrompu par les bruits intempestifs de l’Histoire. La réalité historique découverte par Gide n’a rien à voir, par exemple, avec la Prague fantomatique et onirique décrite par Chateaubriand dans la dernière partie des Mémoires d’outre-tombe. Gide explore quant à lui un monde en ébullition qui se défait sans grâce : on a vu que dans sa lettre à Aline Mayrisch, en février 1914, il rappelait avoir été empêché d’aller en Turquie dès l’été 1913, en raison des « désordres balkaniques ». S’il souligne dans la première phrase de son journal « l’aridité du sol, l’immense terrain vague entre Andrinople et Tchataldja », il fait aussitôt allusion à la guerre des Balkans, en déclarant comprendre que « les Turcs ne l’aient pas plus âprement défendu »16. Dans le train, il décrit les soldats « loqueteux, sordides, moribonds17 » qui reviennent de cette même guerre et il croise « Enver Bey […] qui va de ville en ville s’assurer des forces dont dispose encore la Turquie18 ». En route vers Ouchak, il observe encore que « l’on entasse dans les wagons de troisième de [son] train quantité de recrues, insoumis ou déserteurs »19. Bien sûr, l’écrivain ne renonce pas à vouloir, sinon évacuer cette réalité, du moins la rendre grotesque ou pittoresque, qu’il évoque ici « l’état-major tudesco-turc20 » d’Enver Bey en souvenir du Bourgeois gentilhomme ou qu’il relève ailleurs la « plaisante et riche harmonie » des « costumes bariolés »21 des insoumis et déserteurs. La guerre passée, sinon celle à venir, n’en impose pas moins ses marques sur les hommes et sur les paysages.

7Parti pour cultiver ses sensations afin de mieux éprouver sa singularité, Gide semble rattrapé par « l’Histoire avec sa grande hache », suivant la formule de Perec. La Marche turque paraît écrite avec l’ombre portée de la Grande Guerre en gestation. C’est à peine s’il s’agit d’une illusion rétrospective. La Marche turque a été publiée dans la NRF du 1er août 1914, le dernier avant l’interruption de la publication en raison de la guerre, et le jour même où le tocsin sonne partout en France, pour annoncer la mobilisation générale. Dans son Journal, en 1916, Gide lui-même évoquera le souvenir de

  • 22 André Gide, Journal, t. I : 1887-1925, éd. cit., dimanche [18 septembre] 1916, p. 954.

ces conversations, avec [Aline Mayrisch] et Ghéon, en Asie mineure (une à Smyrne, particulièrement), sur la lente décomposition de la France, […] sur l’imminence de la guerre – à quoi Mme Mayrisch se refusait de croire, et que, quelques mois avant la déclaration, Ghéon et moi prévoyions, prédisions, souhaitions presque, tant il nous paraissait que la guerre même était un moindre mal que l’abominable déchéance où reculait peu à peu notre pays22.

  • 23 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 785-786.

Que dire encore de la profession de foi à la tonalité maurrassienne placée à la fin de La Marche turque, en conclusion des pages consacrées à faire l’éloge de la Grèce, pour faire pendant à la critique de la Turquie ? « À présent je sais que notre civilisation occidentale (j’allais dire : française) est non point seulement la plus belle ; je crois qu’elle est la seule – oui, celle même de la Grèce, dont nous sommes les héritiers23 », écrit Gide. La Marche turque peut ainsi apparaître comme un texte qui annonce la proximité ultérieure avec Maurras et l’Action française, dans le contexte de la Grande Guerre et de l’Union sacrée. À tout le moins, elle se présente comme une sorte de marche militaire ou, du moins, une marche funèbre qui marque la fin d’une certaine innocence et d’un égotisme encore fin de siècle, tout en annonçant le déclenchement imminent de la guerre.

Un système d’oppositions soigneusement concerté

  • 24 André Gide à André Ruyters, 30 avril [1914], Correspondance, vol. II : 1907-1950, éd. Claude Martin (...)
  • 25 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 768.

8Dans ce contexte, La Marche turque peut apparaître comme une œuvre charnière, le passage d’une époque à l’autre s’accompagnant d’une rupture ou d’un revirement au plan idéologique, dans la mesure où Gide, qui n’avait cessé de s’opposer à Barrès, à Maurras et aux nationalistes, autour de 1900 et autour de 1910, entonne finalement un couplet nationaliste. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer l’ambiguïté du positionnement de Gide, soulignée voire entretenue par un jeu d’oppositions qui donne son sens et sa profondeur à ce journal de voyage. De Constantinople, le 30 avril, il écrit en effet à André Ruyters : « Voyage “de confirmation” […] ! Très utile dans son genre. Et de connaître à quoi l’on s’oppose. Et je sens aussi bien à quel point Barrès et Loti doivent s’y sentir à l’aise24. » À ce message lapidaire fait écho, dans La Marche turque, cette notation allusive, à la date du 2 mai : « Joie de quitter Constantinople, qu’il appartient à d’autres de louer25. » Parti pour s’opposer à Barrès, à qui il fait ainsi allusion indirectement au début de son journal, Gide tomberait donc finalement dans les bras de Maurras, avec la célébration finale de la Grèce et de la civilisation occidentale, et française en particulier : le mouvement est donc sans doute moins celui d’une conversion que celui d’un balancement idéologique, habituel chez Gide.

  • 26 Voir notamment Auguste Anglès, André Gide et le premier groupe de la NRF, Paris, Gallimard, coll. « (...)
  • 27 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 767-768.
  • 28 Ibid., p. 769.
  • 29 Ibid., p. 779.
  • 30 Ibid., p. 780.

9L’ode finale à la civilisation française ne constitue pourtant nullement une palinodie et un renversement des propositions exposées dans le corps même de ce journal de voyage. C’est en fait le texte tout entier qui, en dépit de cette pique contre Barrès, est palinodique, tant Gide semble prendre un malin plaisir à s’opposer aux arguments qu’il avait exposés et défendus dans des textes antérieurs, comme l’ont souligné les critiques26. Lui qui, contre Barrès et contre Maurras, s’était fait le chantre du déracinement et de l’hybridité, de la querelle autour des notions de déracinement puis de transplantation jusqu’à la série d’articles « Nationalisme et littérature », prend un malin plaisir à dénoncer l’impureté de la culture turque. D’emblée, à Constantinople, il vomit « cette écume épaisse que fait le frottement et le heurt de tant de races, d’histoires, de croyances et de civilisations27 ». À Brousse, il présente le « peuple […] laid » comme « l’écume que les civilisations ont laissée », avant de brosser complaisamment un portrait dépréciatif de cinq petits juifs qui semblent tous « de race différente »28 et incarnent un cosmopolitisme facteur de décadence. Koniah lui apparaît, un peu plus tard, comme ce qu’il a jamais « vu de plus hybride, de plus vulgaire et de plus laid29 », cependant que le mélange des « races aux vocations si diverses » lui apparaît congloméré en une « tourbe épaisse »30, etc.

  • 31 Ibid., p. 772.
  • 32 Ibid., p. 774.
  • 33 Voir André Gide, « Nationalisme et littérature (troisième article) » [1909], dans Essais critiques, (...)
  • 34 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 780.
  • 35 Ibid., p. 773.
  • 36 Voir André Gide, La Normandie et le Bas-Languedoc [1903], dans Souvenirs et Voyages, éd. Pierre Mas (...)
  • 37 Ibidem.

10Toutes ces notations, qui préparent la profession de foi presque chauvine de la fin, ne cessent pourtant pas d’être contredites par le voyageur, au fil du journal, ce qu’on a généralement peu remarqué. Ici, il note que les terres ne doivent d’être cultivées qu’à la présence des Grecs et des Arméniens31. Là, il exprime sa fascination pour une terre devenue marécageuse dont il évalue les ressources cachées32, comme en écho à son éloge des « terres marécageuses, mouvantes, aux exhalaisons délétères… ces terres inespérément fécondes33 », dans « Nationalisme et littérature ». Sous couvert de dénoncer l’hybridité, il n’en établit pas moins le principe d’un apport nécessaire de l’étranger, qu’il a régulièrement défendu face aux nationalistes, lorsqu’il constate avec une apparente sévérité : « tout ce que l’on trouve en Turquie de propre, de solide et de beau, vient d’ailleurs34 ». L’une des rares fois où il se montre enthousiaste, c’est face au spectacle des arbustes et des oiseaux sur la route de Nicée, alors qu’il a l’impression de retrouver « les cistes de l’Esterel, mêlés aux églantiers de Normandie35 ». En apparence, Gide oppose déjà la France et l’Occident à la Turquie qui leur ressemble un instant, en un lieu privilégié. Mais ce passage fait aussi écho à La Normandie et le Bas-Languedoc, texte écrit à la demande de la revue de Mithouard, L’Occident. Gide y avait défendu la fécondité de l’hybridité et exposé la dualité de ses origines afin de célébrer « le génie français » qui n’est « ni tout landes, ni tout cultures, ni tout forêts, ni tout ombre, ni tout lumière – mais qui organise et tient en un harmonieux équilibre ces divers éléments proposés36 ». Et précisément, cet article se refermait, comme La Marche turque elle-même, sur la célébration de « la terre française » comme « la plus classique des terres », elle-même comparée à « la classique terre grecque », alliage harmonieux des « éléments si divers : ionien, dorien, béotien, attique »37

  • 38 Voir Éric Marty, « Gide et les “classiques” », Bulletin des Amis d’André Gide, n° 149, janvier 2006 (...)

11Or Gide ne se contente pas de pratiquer un art qui serait celui du contrepoint systématique. Il construit et déploie des oppositions qu’il ne cesse de subvertir, afin d’entretenir l’inquiétude du texte. L’antithèse entre l’Orient (la Turquie, en l’occurrence) et la Grèce croise en effet, dans La Marche turque, deux autres oppositions qui en modifient le sens : l’une, d’ordre géographique et symbolique, entre deux Orients, l’Algérie et la Turquie, et l’autre, d’ordre thématique, entre la santé et la maladie. La résurgence de ce couple thématique contribue elle aussi à inscrire cette Marche turque dans une chaîne de textes consacrés aux deux questions, indissociables, du classicisme et de l’identité française. Tout au long de cette querelle, Gide n’a en effet cessé de reprendre et de subvertir les deux paradigmes idéologiques installés au cœur du débat, santé – classicisme – Occident, d’une part, et maladie – romantisme – Orient, d’autre part, avec d’autant plus de soin et d’autant plus de constance qu’il s’agissait aussi et surtout pour lui de se défendre et de défendre – sans jamais le dire ouvertement – l’homosexualité, considérée alors comme une perversion et comme une maladie38.

  • 39 Dans cette nouvelle édition du Journal dans la Bibliothèque de la Pléiade, Éric Marty s’est efforcé (...)
  • 40 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 776.
  • 41 Ibid., p. 770.
  • 42 Ibid., p. 779.
  • 43 Ibid., p. 786.

12Enjeu caché et cependant crucial du débat idéologique avec les nationalistes, la pédérastie représente aussi la motivation implicite du voyage de Gide en Turquie et une clef de lecture pour décrypter ce voyage. Une notation qui n’apparaît pas dans le texte de La Marche turque publié dans la NRF en 1914, mais qui figure dans la version « complète » du journal établie en 1996 par Éric Marty39, jette une lumière crue sur le voyage et l’aversion de Gide pour la Turquie. « Passé douze ans, dix ans même, l’enfant turc se tient sur la réserve, on dirait : sur la défensive », avait noté Gide, en ajoutant : « Une réserve de jeune fille ou de femme40. » L’Orient décrit par Gide est peuplé de fantômes, ou de fantasmes, dont l’absence donne corps et sens à La Marche turque : d’un côté, les jeunes Turcs qui se dérobent et de l’autre, les jeunes Algériens qui se sont régulièrement offerts à lui, en 1893 et plus tard. Il faut donc reconsidérer l’apparition du thème de la maladie dans ce contexte. En apparence, le peuple et les paysages turcs sont marqués par la maladie, dont Gide relève ici et là les stigmates, en raison de leur hybridité, au contraire de la Grèce, associée à la santé, à l’harmonie et à une forme de pureté. Mais en réalité, Gide dévalorise un Orient, celui qu’il découvre en Turquie, pour mieux assurer la promotion d’un autre Orient, fantasmatique. Les rares moments de grâce, en Turquie, le ramènent dans cet autre Orient, mais aussi dans l’antiquité grecque et latine : en s’enfonçant dans un « ravinement […] de l’Olympe », par exemple, il découvre des chèvres et un berger qui lui rappellent les heures passées « sur les pentes de l’Apennin ou de l’Aurès, à suivre les brebis et les chèvres, auprès des pâtres », avant de citer Virgile41. L’antithèse filée entre Koniah et Biskra, qui tourne évidemment au désavantage de la ville turque, la cité algérienne étant pour sa part associée aux premières expériences homosexuelles de Gide, conduit aussi à opposer à l’impureté, à l’hybridité malsaine de la Turquie, le caractère « pur » de ce qu’il a vu et vécu « en Afrique »42. Cet Orient algérien, fantasmatique, associé au classicisme, n’est rien d’autre qu’un Éden pédérastique, cependant que la Turquie, à l’image d’Isnie « honteux, moisi, décomposé de misère et de fièvre », est d’abord la terre du plaisir refusé. Et ce que Gide trouve et chante finalement en Grèce, c’est le « calme voluptueux de la chair »43, associé à la joie. On trouve donc déjà dans La Marche turque l’association entre l’Orient algérien des Mille-et-une nuits et la terre classique par excellence, la Grèce, que Gide reprendra et développera de manière systématique dans ses mémoires, dix ans plus tard, alors que par ailleurs, Corydon, son traité écrit pour défendre et illustrer la pédérastie, fait référence à la place réservée aux pédérastes dans l’Athènes classique. Par-delà les thèmes nationalistes repris par le voyageur, c’est donc bien une autre mélodie qui se fait entendre en sourdine.

*

Une répétition

  • 44 Voir André Gide, Billets à Angèle (mars 1921), dans Essais critiques, éd. cit., p. 280.

13Comme beaucoup de textes de Gide, en particulier ses études critiques auxquelles ce journal de voyage fait implicitement écho, en raison des thèmes abordés, La Marche turque est à la fois inscrite dans l’histoire et hors de l’histoire. D’un côté, ce journal est adossé au passé et bute sur le présent, celui d’une Europe en crise et prête à basculer dans la Grande Guerre. Dans cette perspective, ce texte constitue une sorte de répétition, au double sens du terme : ressassement d’un passé et d’une jeunesse enfuis, et déclinaison avant l’heure du moment maurrassien de la carrière gidienne, dans le contexte de l’Union sacrée. De l’autre côté, La Marche turque enjambe la Grande Guerre et s’inscrit très naturellement dans le développement d’une chaîne continue de textes où Gide, contre les nationalistes, revendique et finalement s’approprie la notion de classicisme, jusqu’à se déclarer « le meilleur représentant du classicisme44 ». Dans cette annexion de cette notion par Gide, la reconfiguration de l’Orient, appelé à devenir le lieu d’un classicisme subversif associé à une pédérastie solaire et triomphante, joue incontestablement un rôle de premier plan.

Notes

1 Gide parle avec un dédain affiché de ses « turqueries » (voir Gide à Henri Ghéon, 14 juin 1914, Correspondance, vol. II : 1897-1944, éd. Anne-Marie Moulènes et Jean Tipy, Paris, Gallimard, 1976, p. 848). Il avoue aussi, dans son journal, ne pouvoir considérer ses « notes turques », qu’il peine à mettre au point, « que comme un entraînement et une préparation à un travail plus important et plus sérieux », mais il observe cependant, deux jours plus tard : « elles ne méritaient pas que j’y passe plus de quatre jours et voici bientôt dix jours que j’y suis. Au demeurant je ne puis consentir à écrire moins bien une petite chose qu’une importante » : voir Journal, t. I : 1887-1925, éd. Éric Marty, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1996, p. 790 (15 juin 1914) et p. 791 (17 juin 1914).

2 C’est le personnage d’Urien lui-même qui s’exclame, alors que son navire s’est enlisé en atteignant la Mer des Sargasses : « Notre voyage est vraiment bien mal composé. » : voir Le Voyage d’Urien, éd. Jean-Michel Wittmann, Romans et récits. Œuvres lyriques et dramatiques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », vol. I, 2009, p. 210.

3 Voir David Ellison, « André Gide et la question de la culture, de Brazzaville à Moscou », Travaux de littérature, tome XXII, Genève, ADIREL, 2009, p. 377-384 (p. 378).

4 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, éd. Pierre Clarac, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 233.

5 Gide à Aline Mayrisch, 25 février 1914, Correspondance (1903-1946), éd. Pierre Masson et Cornel Meder, Paris, Gallimard, 2003, p. 105.

6 Voir André Guyaux, « Le voyageur désabusé. Le repentir du voyage dans quelques itinéraires au XIXe siècle », dans Sophie Basch, André Guyaux et Gilbert Salmon (dir.), Orients littéraires. Mélanges offerts à Jacques Huré, Paris, Honoré Champion, coll. « Travaux et recherches des universités rhénanes », 2004, p. 165-183 (p. 181).

7 André Gide, La Marche turque, dans Journal, t. I : 1887-1925, éd. cit., p. 778. Gide qui avait débarqué en Tunisie, en 1893, avant de gagner l’Algérie, avait visité Kairouan ; l’évocation de cette ville sainte, dans ses mémoires, participe de la sacralisation de la pédérastie entreprise dans la seconde partie du livre.

8 Ibid., p. 779. 

9 Ibid., p. 768.

10 Nous reprenons l’orthographe adoptée dans Les Nourritures terrestres ; aujourd’hui, on écrit plutôt « Blida ».

11 Voir Les Nourritures terrestres, « Troisième livre », éd. Pierre Masson, Romans et récits. Œuvres lyriques et dramatiques, éd. cit., vol. I, p. 377 : « Blidah ! Blidah ! petite rose ! au début de l’hiver, je t’avais méconnue » et « Blidah ! Blidah ! fleur du Sahel ! petite rose ! »

12 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 768.

13 Voir André Guyaux, « Le voyageur désabusé. Le repentir du voyage dans quelques itinéraires au XIXe siècle », art. cité, p. 177.

14 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 775.

15 Voir supra, et note 6.

16 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 766-767.

17 Ibid., p. 777.

18 Ibid., p. 779.

19 Ibid., p. 783.

20 Ibid., p. 780.

21 Ibid., p. 783.

22 André Gide, Journal, t. I : 1887-1925, éd. cit., dimanche [18 septembre] 1916, p. 954.

23 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 785-786.

24 André Gide à André Ruyters, 30 avril [1914], Correspondance, vol. II : 1907-1950, éd. Claude Martin et Victor Martin-Schmets, Lyon, PUL, 1990, p. 127.

25 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 768.

26 Voir notamment Auguste Anglès, André Gide et le premier groupe de la NRF, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1986, t. III, p. 350-352 et p. 379-193 ; ainsi que la synthèse sur cette question proposée par André-Alain Morello, dans « Gide et le dialogue des cultures : relire La Marche turque au XXIe siècle », dans Martine Sagaert et Peter Schnyder (dir.), Actualités d’André Gide, Paris, Honoré Champion, coll. « Babelania », 2012, p. 155-166.

27 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 767-768.

28 Ibid., p. 769.

29 Ibid., p. 779.

30 Ibid., p. 780.

31 Ibid., p. 772.

32 Ibid., p. 774.

33 Voir André Gide, « Nationalisme et littérature (troisième article) » [1909], dans Essais critiques, éd. Pierre Masson, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, p. 196.

34 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 780.

35 Ibid., p. 773.

36 Voir André Gide, La Normandie et le Bas-Languedoc [1903], dans Souvenirs et Voyages, éd. Pierre Masson, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, p. 3-6 (p. 6).

37 Ibidem.

38 Voir Éric Marty, « Gide et les “classiques” », Bulletin des Amis d’André Gide, n° 149, janvier 2006, p. 19-32 ; après avoir évoqué la question de « la santé classique » (p. 27-30), Marty revient sur « le classicisme et l’Orient » (p. 30-32), en observant très justement que « le classicisme de l’Orient, conçu par Gide, est en fait celui par lequel il retrouve la possibilité de vivre l’homosexualité antique et païenne » (p. 30).

39 Dans cette nouvelle édition du Journal dans la Bibliothèque de la Pléiade, Éric Marty s’est efforcé d’établir un « texte complet », suivant ses termes : « notre projet a consisté à réunir tous les inédits disponibles à partir des cahiers manuscrits déposés à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet ou se trouvant en la possession de Catherine Gide, la fille de l’écrivain. » (Journal, t. I : 1887-1925, éd. cit., p. 1326).

40 André Gide, La Marche turque, éd. cit., p. 776.

41 Ibid., p. 770.

42 Ibid., p. 779.

43 Ibid., p. 786.

44 Voir André Gide, Billets à Angèle (mars 1921), dans Essais critiques, éd. cit., p. 280.

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site