Version classiqueVersion mobile

L'auteur pour la jeunesse, de l'édition à l'école

 | 
Jean-François Massol
, 
François Quet

1. L'auteur pour la jeunesse dans l'Histoire

Homère : un auteur pour la jeunesse ?

Agathe Salha

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage de H. -I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 6 e éd., Paris, Seuil, 1 (...)
  • 2 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, dans Œuvres, vol. 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)

1Le titre de cet article s’appuie sur une constatation qui relève a priori de l’évidence : pour une part essentielle, la transmission de l’œuvre d’Homère jusqu’à nos jours est le fait d’une tradition pédagogique. Cette tradition assimile la figure de l’auteur grec à celle d’un éducateur, donc à un auteur pour la jeunesse, même si cette dernière notion a considérablement fluctué au fil du temps1. À la fin du XVIIe siècle, Les Aventures de Télémaque, le grand roman pédagogique de Fénelon2 souvent considéré comme l’œuvre fondatrice de la littérature de jeunesse en France, est à la fois une suite et une récriture de l’Odyssée. Tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, Homère figure au programme de l’enseignement des langues anciennes, mais aussi dans un certain nombre d’exercices rhétoriques faisant intervenir des auteurs et des œuvres de l’Antiquité. À l’époque contemporaine enfin, l’œuvre d’Homère survit, sous forme de traduction, à la quasi-disparition des langues anciennes des programmes de l’enseignement secondaire : en 1996, le nouveau programme officiel de la classe de sixième inscrit l’Odyssée au titre de « texte fondateur », avec la Bible, les Métamorphoses et l’Énéide. Le point commun entre ces œuvres variées est qu’il s’agit de textes anciens dont l’enseignement passe nécessairement par la traduction, voire par diverses formes d’adaptations et de récritures. Le statut de l’auteur est donc nécessairement modifié par ces nombreuses médiations et cela est d’autant plus important pour Homère, Virgile et Ovide que le programme de 1996 entérine pour la première fois le fait que l’étude de ces auteurs est désormais indépendante de celle du latin ou du grec : les œuvres traduites ou adaptées sont enseignées pour elles-mêmes et non plus comme propédeutique à l’apprentissage des langues anciennes. En 2004, L’Inspection générale des lettres a mené une enquête sur l’enseignement du français au collège et au lycée et établi un palmarès des œuvres étudiées : l’Odyssée arrive en troisième position, après Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor, L’Ami retrouvé de Fred Uhlman et juste avant Si c’est un homme de Primo Lévi.

  • 3 Par exemple, les adaptations de l’Iliade et de l’Odyssée proposées par les éditions Nathan, dans la (...)

2L’importance de l’Odyssée dans les œuvres étudiées au collège et au lycée la distingue ainsi des autres textes désignés comme « fondateurs » par les instructions officielles de 1996. Ce statut est d’ailleurs confirmé par un phénomène éditorial frappant : l’œuvre d’Homère, et l’Odyssée en particulier, occupe une place considérable dans la littérature de jeunesse contemporaine. Un nombre important d’éditions sont explicitement destinées aux collégiens et liées au programme de sixième, mais il existe de très nombreuses adaptations ou récritures de l’Odyssée sans visée spécifiquement scolaire et qui tendent d’ailleurs à s’adresser à des publics d’âges différents. L’œuvre d’Homère apparaît ainsi dans des recueils de contes et légendes et des collections à vocation historique ou encyclopédique où elle devient une source d’informations sur la religion des Grecs, les héros ou les mythes de l’Antiquité. Elle inspire aussi des biographies consacrées plus volontiers d’ailleurs aux héros de l’épopée qu’à leur auteur. Il faut aussi signaler l’importance de l’illustration, le texte d’Homère servant souvent de support à des albums illustrés, des bandes dessinées ou des beaux livres qui privilégient l’information historique ou culturelle. Cette expansion éditoriale date de la fin des années 1970 et surtout des années 1980, même si un certain nombre d’éditions proposent depuis le début du siècle des récritures ou des adaptations de l’œuvre d’Homère. Elle est liée à une visée vulgarisatrice et donc inséparable, en France, de la raréfaction de l’apprentissage des langues anciennes et d’un éloignement de l’œuvre d’Homère, ressentie de plus en plus nettement comme « étrangère ». Reflétant cet « éloignement », les traductions de l’œuvre laissent de plus en plus place à diverses formes d’adaptations et de récritures dans lesquelles on constate l’effacement progressif de l’auteur grec : dans de nombreuses éditions, le nom d’Homère n’apparaît plus sur la couverture, ni même sur la page de titre3. On peut donc s’interroger sur le paradoxe d’un « texte fondateur », représentant un maximum d’autorité et dont l’auteur tendrait pourtant à disparaître, à s’effacer derrière de multiples avatars : traducteurs, adaptateurs, voire auteurs modernes. On envisagera d’abord la tradition déjà ancienne des récritures et des adaptations d’Homère avant d’évoquer, dans un deuxième temps, l’offre éditoriale actuelle.

La tradition des adaptations d’Homère pour la jeunesse

  • 4 Ce sont respectivement les dialogues 4, 5 et 6 (Fénelon, Dialogues des morts pour l’éducation d’un (...)
  • 5 Les références entre crochets renvoient aux différentes traductions et adaptations des œuvres d’Hom (...)

3Publiée en 1699, Les Aventures de Télémaque est une œuvre fondatrice dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse. Fénelon y écrit dans les blancs de l’Odyssée, en imaginant les aventures du fils pendant l’absence de son père Ulysse. Le choix d’un héros adolescent traduit d’emblée la volonté de s’adresser à la jeunesse. Mais la vocation pédagogique de ce texte destiné à un futur roi de France s’affirme surtout à travers sa dimension politique. Mentor, alias Athéna, enseigne en effet au jeune Télémaque les principes d’un sage gouvernement. Fondés sur une idéologie pacifiste conforme à la morale chrétienne, ces principes contredisent la vision héroïque de l’épopée d’Homère et Les Aventures de Télémaque relèvent donc de la récriture plus que de l’adaptation. On peut toutefois noter que ce roman a été précédé d’une traduction de l’Odyssée par Fénelon, dans laquelle se succèdent des passages traduits et d’autres résumés sous forme de sommaires. Cette traduction, qui préfigure les versions abrégées modernes, apparaît donc, avant le Télémaque, comme une première tentative d’adaptation de l’épopée antique. Déjà lecteur, traducteur et adaptateur de l’Odyssée, Fénelon ne prend véritablement la place d’Homère qu’avec Les Aventures de Télémaque, mais cette œuvre nouvelle s’appuie elle-même sur une interprétation de celle d’Homère dont elle revendique paradoxalement l’autorité. Ce sont en fait les Dialogues des morts, autre ouvrage pédagogique composé par Fénelon quelques années avant le Télémaque, qui éclairent le mieux la relation complexe de l’auteur moderne à l’auteur antique. Au début du recueil, trois dialogues confrontent successivement Homère à Achille, puis Achille à Ulysse et enfin Ulysse à Grillus, personnage inventé par Fénelon et présenté comme un des compagnons d’Ulysse4. À la faveur du Dialogue des morts, Homère est donc placé sur le même plan que les personnages de son œuvre et l’enchaînement des trois dialogues laisse le dernier mot à une figure entièrement créée par l’auteur moderne. C’est bien le processus de récriture ou de recréation qu’allégorisent ces trois dialogues imaginaires, et il n’est pas anodin qu’ils s’ouvrent sur la mise en scène fictive de l’auteur antique : les propos d’Homère justifient l’entreprise de Fénelon et lui délèguent une partie de son autorité. Le premier dialogue entre Homère et Achille porte, en effet, sur la question de l’interprétation de l’Iliade : Achille affirme que l’épopée sert uniquement à la célébration des exploits guerriers et ne pourrait donc pas exister sans lui. Il critiquera donc violemment Ulysse dans le second dialogue en lui reprochant d’être étranger à l’héroïsme épique. Face aux affirmations orgueilleuses de son héros, Homère défend une lecture plus ouverte de son œuvre. Il rappelle à Achille qu’un auteur a toujours la liberté de choisir entre plusieurs sujets et que « les aventures du sage et patient Ulysse valent bien la colère de l’impétueux Achille » [1, p. 286]5. Il ajoute que, dans l’Iliade elle-même, plusieurs épisodes offrent un contrepoint à la célébration de l’héroïsme, comme par exemple le récit de la défaite des Grecs ou encore l’évocation de la douleur des Troyens. Cette interprétation ouverte de son œuvre par Homère justifie par avance la réponse d’Ulysse à Achille, dans le second dialogue :

Mais enfin j’ai essuyé pendant vingt ans, au siège de Troie et dans mes nombreux voyages, tous les dangers et tous les malheurs qui peuvent exercer le courage d’un homme. Mais qu’as-tu jamais eu à conduire ? Il n’y avait en toi qu’une impétuosité folle, et une fureur que les hommes grossiers ont nommée courage. [1, p. 289]

4Avec le dernier dialogue, qui met en scène Grillus, Fénelon franchit un pas supplémentaire dans l’affirmation de la liberté interprétative, en imaginant une suite inattendue à l’épisode de la métamorphose des compagnons d’Ulysse par Circé. Grillus refuse, en effet, de redevenir un homme et se justifie en dénonçant non seulement la vanité de l’héroïsme guerrier, mais aussi la prétention d’Ulysse à la sagesse :

J’aime mieux n’être que cochon gros et gras, content de mon ordure, que d’être homme foible, vain, léger, malin, trompeur et injuste, qui n’espère d’être après sa mort qu’une ombre triste et un fantôme mécontent de sa condition. [1, p. 294-295]

5Ces propos de Grillus illustrent une nouvelle lecture de l’Odyssée : se référant implicitement aux paroles de l’ombre d’Achille aux enfers et soulignant l’ambivalence du héros aux mille ruses, ils suggèrent la possibilité d’une interprétation de l’épopée antique qui serait compatible avec la révélation chrétienne.

  • 6 S. Rabau, « La méthode d’Achille (et celle d’Homère). À propos d’un dialogue des morts de Fénelon » (...)

6Il est intéressant de noter que l’invention d’Homère par Fénelon est contemporaine des premiers débats érudits qui conduiront à remettre en question l’existence d’un auteur unique de l’Iliade et de l’Odyssée. Pour Sophie Rabau, qui propose une brillante analyse du dialogue d’Achille et d’Homère aux enfers6, l’auteur inventé par Fénelon tranche par avance ce débat en réaffirmant une forme paradoxale d’autorité :

Il ne s’agit pas de montrer que l’œuvre est cohérente et donc a un unique auteur, ou qu’elle est trop variée pour avoir été écrite par un seul homme, mais bien qu’un seul auteur a le droit d’écrire de plusieurs manières. [p. 91]

7Écrire de plusieurs manières, c’est célébrer à la fois l’ardeur d’Achille et la ruse endurante d’Ulysse et laisser à l’interprète le choix de valoriser l’un ou l’autre de ces personnages. À l’image de Fénelon, mais dans un contexte qui n’est évidemment plus le même, les adaptations contemporaines d’Homère privilégient nettement la figure d’Ulysse. Et de même que Fénelon invente un auteur fictif qui dialogue avec ses personnages, un certain nombre d’adaptations ou de récritures attribuent au héros de l’Odyssée un statut d’auteur : il n’est plus seulement le conteur de ses propres aventures, mais l’incarnation d’une vision du monde qui s’oppose nettement à l’idéologie guerrière de l’épopée antique.

  • 7 C. Lamb, The Letters of Charles and Mary Anne Lamb, t. 1 (1796-1801) et 2 (1801-1809), éd. par Edwi (...)
  • 8 The Adventures of Ulysses.
  • 9 The Mysteries of Udolpho, quatrième roman d’Ann Radcliffe, publié en 1794, est souvent cité comme l (...)
  • 10 « The Preface ought I think to tell that Homer was — the Father of poetry, the eldest of historians (...)

8L’invention d’Homère par Fénelon est aussi une manière de répondre à ceux qui l’accusent de s’être abandonné aux séductions de fables païennes peu édifiantes. La figure problématique d’Homère auteur pour la jeunesse a en effet partie liée avec une forme de censure idéologique ou commerciale qui s’exerce inévitablement. L’exemple de Charles Lamb, écrivain anglais de la fin du XVIIIe siècle7, est à ce titre révélateur. Auteur et critique littéraire, Charles Lamb est aussi une des figures pionnières de la littérature de jeunesse. Il est en particulier connu pour ses adaptations du théâtre de Shakespeare, sous la forme de contes, qui ont connu un succès certain, et ont été traduites en France tout au long du XIXe siècle. En 1808, sur la demande de son ami et éditeur Goodwin, Charles Lamb a publié un roman intitulé Les Aventures d’Ulysse8. Présentées au public comme la suite de l’œuvre de Fénelon, Les Aventures d’Ulysse sont une adaptation de l’Odyssée, réalisée à partir de la traduction déjà ancienne de l’écrivain élisabéthain George Chapmann. La publication de cet ouvrage de commande a été l’occasion d’une querelle révélatrice entre ^$. Lamb et son éditeur. Dans une lettre datée de mars 1808, C. Lamb refuse d’accéder à sa demande d’édulcorer certaines images jugées choquantes. Il répond à Goodwin que s’il ne veut pas choquer, il doit renoncer à éditer des histoires de monstres, d’anthropophages et de sirènes. Quant à savoir si de telles histoires répondent au goût du public, ^$. Lamb devance l’objection en rappelant que Les Mystères d’Udolfo ont trouvé de nombreux lecteurs9. Dans une lettre ultérieure, C. Lamb proteste contre une nouvelle requête de Goodwin qui lui demande d’étoffer sa préface en rappelant au public contemporain qu’Homère fut : « Le Père de la poésie, le premier des historiens, celui qui rassembla tout le savoir de son époque, l’origine du récit narratif, du style imagé, du caractère et du dialogue dramatiques et enfin d’une œuvre achevée ayant un début, un milieu et une fin10. » L’argument est commercial et Goodwin cherche évidemment à séduire et à rassurer les parents et acheteurs potentiels des Aventures d’Ulysse. Se déclarant incapable d’écrire une telle biographie, C. Lamb conservera finalement la préface initiale dans laquelle il ne mentionne qu’incidemment Homère. Il précise qu’il a abondamment modifié son œuvre en lui donnant une morale et une couleur modernes, et en l’abrégeant afin de la rendre plus attrayante pour de jeunes lecteurs. Modernisée et raccourcie, l’Odyssée récrite par C. Lamb se veut éminemment romanesque, parée des séductions d’un style frappant et imagé et d’une narration efficace. La comparaison avec Les Mystères d’Udolfo montre que l’adaptation cherche avant tout à répondre au goût des enfants pour le merveilleux et le sensationnel.

  • 11 « […] some of the most admired inventions of Grecian mythology. »
  • 12 Ces ouvrages sont encore fréquemment édités de nos jours en France, sous le titre Le Livre des merv (...)

9Pour Charles Lamb, il n’est plus possible de mettre en avant la figure vénérable de l’auteur antique, célébré comme le père de la poésie et de l’histoire : il présente plutôt Homère comme une sorte de mythographe ou de conteur, et son œuvre comme un vaste recueil contenant « certaines des inventions les plus admirées de la mythologie grecque11 ». Cette valorisation du contenu romanesque et merveilleux de l’œuvre d’Homère, aux dépens de sa forme épique et poétique, permet finalement de remettre en cause son unité et d’effacer complètement la figure de l’auteur. En 1851, l’écrivain américain Hawthorne publie ainsi deux volumes de contes et légendes dans lesquels les aventures d’Ulysse se mêlent à celles de Thésée ou de Prométhée12. Dans une préface générale, il insiste sur l’idée d’une parole originelle qui fonde la liberté de l’auteur moderne :

  • 13 « No epoch of time can claim a copyright in these immortal fables. They seem never to have been mad (...)

Nul temps déterminé ne peut revendiquer de droit d’auteur sur ces fables immortelles. Il semble qu’elles n’aient jamais été faites, et certainement, aussi longtemps qu’il y aura des hommes, elles ne sauraient périr ; mais du fait même de leur caractère indestructible, elles offrent de légitimes sujets à chaque époque, qui peut les revêtir de ses sentiments et de ses manières propres, comme aussi les imprégner de sa morale propre. Dans la présente version, peut-être ont-elles perdu de leur apparence classique (en tout cas l’auteur ne s’est guère soucié de la leur conserver) pour prendre une allure gothique ou romantique. [p. 8]13

10Si ces œuvres ne « sauraient périr » aussi longtemps qu’il y aura des hommes, c’est qu’à l’horizon de leur récriture ou de leur adaptation pour la jeunesse, demeure l’idéal d’une transmission orale. Mais entre la voix antique, instance sacralisée qui relève de l’ancien régime de la littérature, et le jeune lecteur moderne, s’interpose inévitablement la figure de l’interprète. Le modèle du conte implique, en revanche, la disparition de la figure historique de l’auteur, voire du contexte culturel ou idéologique de l’œuvre. Les nombreuses adaptations contemporaines qui présentent l’œuvre d’Homère sous la forme de contes et de légendes, et dont Hawthorne fournit un exemple ancien, tendent à effacer la figure de l’auteur antique. Elles témoignent néanmoins d’une autre forme de fidélité possible à une œuvre, dont la dimension orale a été progressivement démontrée, et à un auteur, dont le caractère légendaire, fort éloigné de notre conception moderne, est aujourd’hui reconnu.

Homère dans l’édition contemporaine pour la jeunesse

La transmission de l’œuvre

11Les exemples anciens montrent bien le statut complexe d’une œuvre devenue inaccessible au jeune lecteur en dehors de médiations diverses. Sa transmission est désormais inséparable des multiples interventions de traducteurs, adaptateurs et éditeurs, ou souvent de nouveaux auteurs, dont beaucoup n’ont plus accès au texte en langue originale. Une tendance assez nette de l’édition contemporaine vise à simplifier, à effacer ce processus de transmission pour donner une impression de familiarité et de proximité. L’œuvre d’Homère est présentée comme relevant d’une histoire immémoriale, voire d’une simple tradition, mais qui ne serait finalement assignable à aucune époque ni à aucun contexte culturel précis. L’Iliade et l’Odyssée apparaissent ainsi comme des histoires sans auteur, susceptibles de réappropriations indéfinies. C’est le cas, par exemple, avec la série à succès Odyssée de Michel Honaker, parue en trois volumes chez Flammarion. L’influence de la littérature anglo-saxonne est ici manifeste, dans l’aspect extérieur du livre et surtout dans la manière d’utiliser l’œuvre d’Homère comme une trame initiale à partir de laquelle Honaker développe à son gré une vaste saga inspirée de l’ heroic fantasy. Dans cette version éclectique qui mêle différentes traditions mythologiques, la disparition du nom de l’auteur grec correspond à la volonté de situer l’histoire d’Ulysse hors de tout temps et tout espace précis. La quatrième de couverture assimile ainsi la durée du retour du héros à la temporalité indéfinie du conte de fée : « Il y a longtemps, bien trop longtemps maintenant, qu’Ulysse a quitté le rivage de son cher royaume d’Ithaque, pour partir à la guerre. Pénélope et Télémaque espèrent chaque jour son retour mais le voyage n’est pas fini. » [9] Il s’agit là cependant d’un cas limite, car Honaker ne présente pas son livre comme une adaptation d’Homère, mais bien comme une œuvre autonome. Plus significatives sont donc les adaptations de l’Iliade et de l’Odyssée présentées sous forme de contes et légendes ou de récits mythologiques. Dans la plupart de ces versions, Homère disparaît de la couverture pour réapparaître soit sur la page de titre soit en quatrième de couverture. Dans la collection « Contes et Légendes » de chez Nathan, le nom qui figure sur la couverture est celui de l’adaptateur, tandis que la page de titre précise : « Jean Martin, d’après Homère ». Le processus d’adaptation est ainsi souligné, mais il n’est pas question de traduction, ni de la langue originale de l’œuvre d’Homère. Dans un autre ouvrage intitulé Les Voyages d’Ulysse, paru en 1997 chez Retz dans la collection « Initiation à la mythologie », le nom d’Homère n’apparaît que sur la quatrième de couverture, au terme d’une brève présentation qui le désigne comme l’origine lointaine d’une très célèbre histoire appartenant désormais à la mémoire universelle :

Qui ne connaît la célèbre Odyssée d’Ulysse ? Mais qui peut en citer toutes les péripéties et raconter l’histoire de ce héros de légende ? Ce récit, inspiré d’Homère, décrit le long et périlleux voyage d’Ulysse vers son île grecque. [12]

12Le plus souvent, en particulier dans les adaptations destinées aux collégiens, Homère fait l’objet d’une présentation, mais celle-ci intervient à l’intérieur de pages spéciales, sous la forme de dossier, parfois aussi de livrets de jeux placés à la fin du livre ou intercalés entre les chapitres. Cette présentation offre alors l’occasion de préciser la langue originale de l’œuvre, son statut générique, mais aussi d’évoquer le contexte historique et culturel dans lequel elle est apparue. La question de la traduction en revanche est rarement abordée, dans ces adaptations qui visent avant tout à une grande accessibilité et s’efforcent de réduire, sinon de gommer tout à fait, les écarts entre l’univers linguistique et culturel de l’œuvre source et celui de sa version moderne.

13De manière frappante, un certain nombre de maisons d’édition font cependant le choix inverse et mettent au contraire en avant le rôle de la traduction, pour souligner leur volonté de fidélité à l’œuvre originelle. Le cas le plus emblématique est celui de l’École des loisirs, qui inscrit le nom d’Homère en lettres capitales sur la page de titre, et propose une version abrégée et remaniée de la traduction de Leconte de Lisle. Il s’agit cependant d’une adaptation relativement ancienne, dont la première édition remonte à 1988, et si le choix de l’École des loisirs fait aujourd’hui figure d’exception, il a longtemps été dominant dans les adaptations d’Homère pour la jeunesse. Les exemples sont encore relativement nombreux au début des années 1990. Les traductions le plus souvent reprises étaient celles de Leconte de Lisle ou encore de Victor Bérard, par exemple dans une des deux adaptations de l’Iliade et de l’Odyssée encore disponibles aujourd’hui dans la collection « Folio Junior ». Dans tous les cas, ce choix d’une « grande » traduction correspond à la volonté de reconnaître le statut littéraire de l’œuvre source et celui d’Homère comme auteur et écrivain, et non plus seulement comme l’origine d’une tradition légendaire. Dans la même perspective, de plus en plus d’éditions proposent des traductions originales d’Homère. Dans la collection « Folio Junior », outre la version abrégée des traductions de Victor Bérard, une édition plus récente offre des traductions originales par des spécialistes de lettres classiques. Le nom du traducteur est inscrit sur la page de titre et ce dernier propose, à la suite du texte, un certain nombre de remarques sur ses choix de traduction. On peut aussi retenir l’exemple, un peu plus ancien, des traductions de l’Iliade et de l’Odyssée réalisées en 1980 par Michel Woronoff pour les éditions Casterman. Les noms de l’auteur et du traducteur apparaissent sur la couverture, et leurs rôles respectifs sont précisés par la page de titre : « Homère, l’Odyssée, un texte traduit et adapté du grec ancien par Michel Woronoff » [7]. Le texte traduit est précédé d’une courte préface, intitulée « Pour entrer dans le monde de l’Odyssée », qui restitue le contexte historique et culturel de l’œuvre, tout en soulignant qu’elle n’est pas le reflet d’un monde réel, mais surtout de l’imagination du poète. Il est suivi d’un glossaire du traducteur et d’une présentation d’Homère évoquant à la fois la figure traditionnelle de l’aède et celle de l’auteur qui rassembla et composa « en une forme harmonieuse » un ensemble de traditions composites. De manière significative enfin, la quatrième de couverture de chaque volume cite la célèbre invocation à la muse qui sert de prologue aux épopées. La forme poétique du texte est immédiatement soulignée.

14La question de la transmission et la manière dont elle est présentée est donc un enjeu majeur par rapport au statut de l’auteur antique. Le choix de la proximité, de l’accessibilité du texte conduit à simplifier, mais aussi à opacifier ce processus, en éludant en particulier le phénomène de la traduction au risque de couper totalement le texte adapté de sa source littéraire. Il cherche, en revanche, à faire jouer de la manière la plus efficace et directe possible la séduction que peut exercer le récit mythologique quitte à évoquer ensuite, dans le paratexte éditorial, l’œuvre originale, son contexte et son auteur. Cette démarche est aussi très souvent celle de la classe qui repose sur une découverte progressive de l’Odyssée. Un certain nombre d’enseignants proposent, en effet, d’aborder Homère dans des adaptations très simplifiées, avant de faire lire sous forme d’extraits des traductions savantes de l’œuvre originale. Parfois, la lecture de la version adaptée est elle-même précédée de mises en scène ou de récits oraux de l’histoire d’Ulysse.

La figure de l’auteur

15Au-delà de la transmission, le statut de l’auteur est évidemment lié à la manière dont celui-ci est explicitement présenté au jeune lecteur. La plupart des éditions contemporaines consacrent, en effet, au moins quelques lignes à Homère et s’appuient sur l’évolution des connaissances érudites sur la question. Ainsi, les différentes traditions antiques, qui mettaient en valeur le plus grand poète de la Grèce et l’aveugle inspiré, sont rappelées, mais présentées comme des légendes. On souligne, en revanche, que l’incertitude domine sur tous les détails de la biographie d’Homère et même sur son existence. La dimension orale de l’œuvre est également rappelée et permet de préciser le rôle et l’importance des aèdes en Grèce ancienne. Ces présentations sont intéressantes car elles tranchent avec la valorisation de la figure de l’auteur dans la littérature pour la jeunesse et la tradition scolaire. Elles montrent au contraire l’importance de l’évolution historique du statut de l’auteur et permettent de remettre en question ce qui pourrait relever de l’évidence pour les jeunes lecteurs : l’idée qu’une grande œuvre est forcément due au génie d’un créateur unique.

16Au-delà de ces informations minimales, certaines éditions insistent plus particulièrement sur les représentations anciennes de la parole poétique et de l’inspiration, ou encore sur l’art de la composition, témoignant de l’habilité particulière d’un aède dont la version a été transmise par écrit. Ces précisions supplémentaires correspondent généralement à des choix importants dans l’adaptation du texte, comme par exemple de conserver ou non l’invocation initiale à la Muse, ou encore, dans l’Odyssée, de respecter la construction savante de l’œuvre originale. On peut penser aussi au choix de mettre en valeur les épithètes et les vers formulaires, en ne leur attribuant pas seulement une fonction mnémotechnique, mais aussi une dimension ornementale et poétique. Dans tous les cas, même si la figure historique de l’auteur est remise en question, il s’agit néanmoins d’appuyer le texte adapté sur une source écrite particulière, génériquement déterminée et assignable à une forme quelconque d’autorité.

17Une tendance inverse consiste à montrer qu’Homère est non seulement l’héritier d’une tradition orale collective, mais que son œuvre transcrite n’est elle-même qu’une des multiples versions possibles de l’histoire d’Ulysse ou de la guerre de Troie. C’est le cas, par exemple, d’une adaptation de l’Odyssée parue chez Hachette en 1990 et intitulée Ulysse et ses merveilleux voyages. Cette version sous forme d’album est suivie d’un petit dossier qui présente une rubrique intitulée « L’Odyssée de l’Odyssée ». Après avoir rapidement évoqué Homère et suggéré qu’il fut sans doute l’assembleur de traditions diverses, l’auteur de la notice ajoute que l’Odyssée d’Homère n’est elle-même que la plus ancienne des multiples versions écrites de l’histoire d’Ulysse :

De nombreux textes ont par la suite été ajoutés à l’Odyssée. C’est ainsi que Sophocle, Euripide, Platon, Pindare au v e et au IV e siècle av. J.-C. ou des auteurs latins comme Ovide, Cicéron, Sénèque au début de l’ère chrétienne, ont développé le texte d’Homère en l’interprétant selon leur propre sensibilité. C’est pourquoi Ulysse apparaît parfois comme un héros fourbe, intrigant et menteur ; ailleurs, il est un modèle de sagesse, de vertu et d’intelligence. [10, p. 31]

18Mêlant les commentaires de l’Odyssée et les versions épiques ou tragiques du destin d’Ulysse, cette liste suggère que l’œuvre d’Homère contient toutes les interprétations possibles du personnage. Un second dossier sur la « postérité d’Ulysse » montre comment le héros a été une source d’inspiration continue dans la littérature et la peinture, mais aussi, à l’époque contemporaine, en BD et au cinéma. La présentation conclut sur l’idée d’Ulysse comme figure universelle :

Le mythe d’Ulysse a une dimension universelle : il peut représenter la victoire de la raison calculatrice sur la nature incontrôlée, la civilisation contre la sauvagerie inconnue, la nostalgie de la terre natale et l’aspiration au retour, la ténacité, la fidélité, l’endurance, l’expérience acquise par les épreuves, etc. Mais c’est principalement comme l’incarnation du voyageur aventureux qu’Ulysse reste présent […]. [10, p. 32]

19Ce dernier visage d’Ulysse comme voyageur aventureux confirme l’émancipation définitive du personnage par rapport à l’œuvre qui l’a rendu célèbre : dans l’Odyssée, Ulysse incarne au contraire le désir du retour et la nostalgie de la terre natale. Massivement préféré à Achille par les éditions contemporaines pour la jeunesse, devenu un type universel sur lequel peuvent se projeter toutes les interprétations, Ulysse l’emporte en notoriété et même en autorité sur son créateur. Plusieurs adaptations consacrent Ulysse non seulement comme le seul narrateur, mais aussi comme l’interprète et le véritable auteur de ses propres aventures ; elles lui attribuent finalement plus de réalité qu’à la figure lointaine et incertaine d’Homère. On peut considérer que ce triomphe du personnage sur son auteur est déjà inscrit dans l’Odyssée puisqu’Ulysse y est un maître de l’éloquence et le conteur de ses propres aventures. L’œuvre antique distingue, cependant, toujours la parole du voyageur, sujette à caution et parfois clairement mensongère, du discours de vérité qui est celui de l’aède inspiré. Beaucoup d’adaptations de l’Odyssée se limitent au contraire au seul récit du périple d’Ulysse, ce qui conduit finalement à attribuer au héros un statut d’auteur. C’est le cas par exemple de l’édition des Deux Coqs d’or, parue en 1987, qui traduit une adaptation anglaise de l’Odyssée par Robin Lister. L’ouvrage commence avec l’arrivée d’Ulysse chez les Phéaciens et s’achève sur le retour d’Ulysse à Ithaque, à l’instant où le héros s’apprête à commencer le récit de son histoire qui sera répétée d’âge en âge :

Ulysse raconta ses périples. Dans un silence respectueux, il parla des Cyclopes, de Circé et d’Hadès, des sirènes et de Calypso, des troupeaux du soleil, des dieux, des déesses et des héros tombés devant Troie. Il parla longtemps et il aurait pu parler toujours. Parce que l’histoire qu’il contait était si belle et si étrange que tous ceux qui l’écoutaient ne pouvaient s’en lasser. Parce que chacun, à son tour, pourrait alors la raconter jusqu’à la fin des temps. [2, p. 62]

20La parole prosaïque et la figure pleinement humaine d’Ulysse offrent des modèles immédiatement familiers et accessibles aux jeunes lecteurs, comme le suggère le texte qui les incite à prendre le relais, en misant à leur tour sur le pouvoir de séduction d’une histoire « étrange et belle ». On peut d’ailleurs noter, pour mémoire, que cette figure familière d’Ulysse inspire désormais plus facilement le genre biographique que l’improbable Homère. Ainsi un volume consacré à Ulysse est-il paru aux éditions Milan dans la collection « De vie en vie ». Cette collection rassemble des personnages aussi divers que Martin Luther King, Einstein, Boudha, Marco Polo, Néfertiti, Coluche, Van Gogh ou Tolkien et se présente comme « une collection de livres qui racontent des vies faites de projets, d’actions, d’œuvres, mais aussi d’erreurs et d’échecs ». On terminera cependant par un dernier exemple plus significatif : l’adaptation de l’Odyssée par Martine Laffon, parue en 2004 dans la collection du « livre de poche jeunesse », et recommandée par l’Éducation nationale aux professeurs de sixième. Le titre, Ulysse et l’Odyssée, indique d’emblée un écart, une disjonction entre le héros éponyme et la version de son histoire par Homère : la page de titre précise d’ailleurs, « Ulysse et l’Odyssée, relu par Martine Laffon », ce qui souligne explicitement qu’un parti pris interprétatif fonde cette adaptation de l’œuvre d’Homère. Ce parti pris s’incarne dans le texte sous les traits d’un Ulysse vieillissant, désormais veuf de Pénélope, et qui se remémore les vingt années passées loin d’Ithaque. Le récit oscille ainsi entre la narration à la première personne des errances du héros, et ses réflexions d’homme âgé, proche de « l’ultime voyage », c’est-à-dire de la mort. Présentées en italiques entre les chapitres, ces réflexions servent d’introduction, mais aussi de commentaire critique aux différents épisodes du récit homérique. Cette voix de la sagesse, assez proche de celle des ombres imaginées par Fénelon dans ses Dialogues des morts, se démarque, en effet, de la figure traditionnelle d’Ulysse et des valeurs héroïques de l’épopée :

La gloire a un goût amer. Elle ne réjouit que les poètes, eux qui en racontent seulement les épopées. Mais les héros ne sont pas des dieux. […] Demain, dès l’aube, fidèle à ce qu’il veut savoir de lui-même, il appellera ses souvenirs, et ils surgiront des profondeurs de la nuit. [6, p. 28]

21Par le biais du récit rétrospectif placé sous le signe de la mort, la célébration épique des exploits d’Ulysse devient une quête existentielle. Elle apprend au héros que le pire oubli, c’est de « tout confondre et de ne plus savoir désormais distinguer le bien du mal » ou encore que, si « la barbarie, peut surgir à tout moment, à chaque escale », elle « naît aussi dans les entrailles de l’homme » [6, p. 60].

  • 14 Nous rejoignons sur ce point l’argument volontairement paradoxal de Gérard Genette en faveur d’un u (...)

22On a bien affaire ici à un commentaire philosophique et moral de l’épopée d’Homère : la voix de l’interprète se substitue explicitement à celle de l’auteur antique en faisant surgir un texte non seulement différent de l’œuvre source, mais qui en inverse clairement les valeurs. Le principe de la double narration permet de rendre explicite ce jeu de déformation et de récriture et en fait d’ailleurs la richesse. Cette adaptation indique cependant un danger : celui de substituer le commentaire au récit et d’effacer l’ambivalence de l’œuvre source au profit d’une version édulcorée, rendant les héros d’Homère totalement acceptables dans une perspective contemporaine. Le privilège souvent accordé à la figure d’Ulysse plutôt qu’à celle d’Achille, le choix d’instituer Ulysse comme nouvelle figure de l’auteur – puisqu’il peut être le narrateur, mais aussi le commentateur et l’interprète de ses propres aventures –, comportent à la fois un avantage et un risque : l’avantage, c’est celui de la proximité d’une figure pleinement humaine et perçue comme universelle, mais le risque serait de perdre le bénéfice du détour que permet la découverte d’une œuvre appartenant à un autre univers de pensée. Ne serait-ce que parce qu’elle favorise la prise de conscience de cette distance, parce qu’elle témoigne de l’écart d’un autre régime littéraire, d’une autre langue et d’autres valeurs, la figure problématique d’Homère, auteur de deux épopées composées en miroir, porteuses de contradictions et susceptibles d’interprétations diverses, mérite d’être valorisée14.

Œuvres d’Homère : traductions et adaptations

23[1] Fénelon, L’Odyssée d’Homère, œuvres Complètes de Fénelon, Précédées de son histoire littéraire, par M. Gosselin, t. 6, Genève, Slatkine Reprints, 1971, réimpression de l’édition de Paris, 1851-1852.

24[2] Homère, L’Odyssée, racontée par Robin Lister, ill. d’Alan Baker, texte français de Christine de Cherisey, Paris, Deux Coqs d’Or, 1987.

25[3] Homère, L’Odyssée, trad. du grec par Leconte de Lisle, éd. abrégée et remaniée par Bruno Rémy, dessins de Notor, Paris, L’École des loisirs, coll. « Les Classiques abrégés de l’École des loisirs », 1988.

26[4] Homère, Voyages et aventures d’Ulysse. Extraits de l’Odyssée, préface d’Évelyne Scheid, trad. de Victor Bérard, ill. d’Étienne Thery, Paris, Gallimard, coll. « Folio Junior », 1994.

27[5] Homère, L’Odyssée, adaptation de Jean Martin, ill. de Romain Slocombe, Paris, Nathan, coll. « Contes et Légendes », 1998.

28[6] Homère, Ulysse et l’Odyssée, relu par Martine Laffon, Paris, Hachette Jeunesse, coll. « Mythologie », 2004.

29[7] Homère, L’Odyssée : un texte traduit et adapté du grec ancien par Michel Woronoff, ill. par B. Pilorget, Paris, Casterman, coll. « Épopée », 2006.

30[8] Homère, L’Odyssée, traduit et adapté du grec par Isabelle Pandazopoulos, Paris, Gallimard Jeunesse, « Folio Junior. Les Universels », 2007.

31[9] Honaker Michel, Odyssée, 3 vol., Paris, Flammarion, 2006.

32[10] Ikor Laurent et rocHut Jean-Noël, Ulysse et ses merveilleux voyages, Paris, Hachette, coll. « L’Histoire fabuleuse. L’Antiquité », 1990.

33[11] Labbé Brigitte, Ulysse, ill. de Jean-Pierre Joblin, Toulouse, Milan Jeunesse, coll. « De Vie en Vie », 2004.

34[12] Vivet-rémy Anne-Catherine, Les Voyages d’Ulysse, ill. de Chica, Paris, Retz, coll. « Un récit – des jeux pour découvrir ses classiques », 1997, 127 p.

Notes

1 Voir l’ouvrage de H. -I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 6 e éd., Paris, Seuil, 1965.

2 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, dans Œuvres, vol. 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1997, édition présentée, établie et annotée par Jacques Le Brun.

3 Par exemple, les adaptations de l’Iliade et de l’Odyssée proposées par les éditions Nathan, dans la collection « Contes et Légendes », ou encore chez Retz, Les Voyages d’Ulysse, parus dans la collection « Initiation à la mythologie ». Une liste des traductions et adaptations figure à la fin de l’article.

4 Ce sont respectivement les dialogues 4, 5 et 6 (Fénelon, Dialogues des morts pour l’éducation d’un prince, dans Œuvres, vol. 1, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1983, édition présentée, établie et annotée par Jacques Le Brun).

5 Les références entre crochets renvoient aux différentes traductions et adaptations des œuvres d’Homère figurant en fin d’article.

6 S. Rabau, « La méthode d’Achille (et celle d’Homère). À propos d’un dialogue des morts de Fénelon », dans Dialogue des morts, Otrante, Paris, éditions Kimé, coll. « Art et littérature fantastiques, n° 22 », automne 2007, p. 85-96.

7 C. Lamb, The Letters of Charles and Mary Anne Lamb, t. 1 (1796-1801) et 2 (1801-1809), éd. par Edwin W. Marrs, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 1975.

8 The Adventures of Ulysses.

9 The Mysteries of Udolpho, quatrième roman d’Ann Radcliffe, publié en 1794, est souvent cité comme l’archétype du roman gothique.

10 « The Preface ought I think to tell that Homer was — the Father of poetry, the eldest of historians, the collector and recorder of all that was then known, the parent of continuous narration, of imagery, of dramatic character, of dramatic dialogue, of a whole having beginning, middle and end. » (C. Lamb, The Letters of Charles and Mary Anne Lamb, t. 1 [1796-1801] et 2 [1801-1809], éd. par Edwin W. Marrs, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 1975, t. 2, p. 283.)

11 « […] some of the most admired inventions of Grecian mythology. »

12 Ces ouvrages sont encore fréquemment édités de nos jours en France, sous le titre Le Livre des merveilles qui traduit le titre du premier volume de Hawthorne, A Wonder book. (N. Hawthorne, A Wonder Book and Tanglewood Tales, Londres, J. M. Dent and Son, 1910 ; Le Premier Livre des merveilles, trad. de l’anglais par Pierre Leyris, Paris, Pocket Junior, coll. « Mythologie », 1996 ; Le Second Livre des merveilles, trad. de l’anglais par Pierre Leyris, Paris, Pocket Junior, coll. « Mythologies », 1996.)

13 « No epoch of time can claim a copyright in these immortal fables. They seem never to have been made ; and certainly, as long as man exists, they can never perish ; but, by their indestructibility itself they are legitimate subjects for every age to clothe with its own garniture of manners and sentiments, and to imbue with its own morality. In the present version they may have lost much of their classical aspects (or, at all events, the author has not been careful to preserve it) and have, perhaps, assumed a Gothic or romantic guise. »

14 Nous rejoignons sur ce point l’argument volontairement paradoxal de Gérard Genette en faveur d’un unique auteur de l’Iliade et de l’Odyssée : « Iliade/Odyssée : le plus fort argument en faveur de l’unité d’auteur est peut-être justement le fait que la seconde ne soit pas platement un démarquage de la première, mouvement naturel d’un épigone ou d’un concurrent, que l’auteur lui-même aura davantage la force et le goût d’éviter, plus tenté par une œuvre toute différente, et dont la relation à la précédente est ici assez oblique : dix ans après, comparse devenu héros, changement du thème d’action (de l’exploit à l’aventure) et de l’attitude narrative, soudain presque entièrement focalisée sur le seul héros, – et secondairement, dans la Télémachie, sur son fils […]. Quasi-changement de genre, donc, car Homère fait ici plus de la moitié du chemin qui sépare l’épopée du roman […]. Rupture, donc, changement à vue, et, comme dira Proust à propos d’autre chose, prodigieux coup de barre du génie pour produire, à la même époque et à partir d’une première œuvre, une seconde œuvre aussi différente. » (Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. » Poétique », 1982, p. 200.) Pour une « réhabilitation » de la figure de l’auteur et de l’Iliade et de l’Odyssée comme œuvres écrites, et non seulement comme traces d’une tradition orale et collective, voir aussi l’ouvrage de S. Rabeau : Fictions de présence : la narration dans le texte romanesque du roman antique au XXe siècle, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2000, [version abrégée et remaniée de la thèse de doctorat].

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search