Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient des écrivains et des savants à l’épreuve de la Grande Guerre

 | 
Jessica Desclaux

Deuxième partie. Aspects de l’Orient

Lettres de René Dussaud à Maurice Barrès (1914-1923)

Jessica Desclaux

Texte intégral

1Dans Une enquête aux pays du Levant, Barrès mentionne une fois le nom de René Dussaud pour évoquer le rôle de guide que le conservateur adjoint au département des Antiquités orientales du Louvre a joué dans la préparation de son excursion aux châteaux des Hachichins ou Assassins :

  • 1 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 172.

À Paris, M. René Dussaud, dans son cabinet du Louvre, m’avait dit : « J’ai fait le voyage ; voici mon itinéraire, et je suis prêt à vous donner tous les renseignements ; mais franchement, je ne crois pas que vous puissiez en supporter la fatigue, ni même en obtenir l’autorisation1. »

Dans la suite du chapitre « Le Vieux de la Montagne », l’écrivain n’inclut pas René Dussaud au sein de la liste des savants dont il se présente en lecteur assidu :

  • 2 Ibid., p. 176.

Je ne me donne pas pour un savant, pas même pour un élève, seulement un lecteur, enchanté, passionné. Silvestre de Sacy, — c’est vous le patriarche, — Hammer, Defrémery, à qui succède le noble et trop romanesque Stanislas Guyard, et plus près de nous Cl. Huart, Carra de Vaux, Louis Massignon, je me suis plongé dans vos livres, sans pouvoir discuter tant de problèmes que tour à tour vous résolvez différemment d’année en année2

  • 3 Théophile Gautier, « Le Club des hachichins » [1846], dans Œuvres, éd. Paolo Tortonese, Paris, Robe (...)
  • 4 « — Non, c’est le docteur Contenau et moi, Contenau, c’est un gentil garçon de 35 ans qui après avo (...)
  • 5 Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès. Étude de genèse, Genève/ Lille, Droz/ Giard, 1952. L (...)
  • 6 BNF, fonds Barrès, lettres de René Dussaud à Maurice Barrès. Ida-Marie Frandon n’a pas eu accès à c (...)
  • 7 Voir BNF, fonds Barrès, lettres de Louis Massignon à Maurice Barrès de 1921 à 1923 ; d’Henri Massé (...)
  • 8 Voir BNF, fonds Barrès, lettres de Clément Huart et de Georges Contenau à Maurice Barrès.

Barrès se réfère à une histoire de l’orientalisme allant du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine, centrée plus sur l’histoire des religions et la philologie que sur l’étude des monuments. À l’exception de l’orientaliste autrichien, Joseph von Hammer-Purgstall (1774-1856), cité également par Gautier dans « Le Club des hachichins3 », il s’agit d’un corpus français. Dans le reste du récit, à la liste des savants s’ajoutent Ernest Renan, Gustave Schlumberger, Henri Massé et Georges Contenau, archéologue, qui se démarque par son importance, en tant que compagnon de route de Barrès en Orient4. D’après Une enquête aux pays du Levant, le rôle de René Dussaud serait limité à la période de l’avant-guerre. Les notes de Mes cahiers confortent cette idée : René Dussaud y figure seulement en février 1914 dans le cadre de la préparation de l’itinéraire aux châteaux et c’est ainsi qu’Ida-Marie Frandon l’a étudié dans son ouvrage consacré à L’Orient de Maurice Barrès5. Les sept lettres de René Dussaud, écrites à Barrès de 1914 à 1923, conservées à la BNF, permettent de donner une vision nouvelle des relations de l’archéologue et de l’écrivain, quoique restant incomplète par l’absence des missives de Barrès6. Elles font saisir l’évolution du dialogue sur l’Orient entre les deux hommes, de la veille de la guerre au mandat du protectorat français. Après le conflit, s’il se tourne vers une nouvelle génération d’orientalistes, en particulier Louis Massignon (1883-1962) et Henri Massé (1886-1969), dont il a favorisé la carrière et la spécialité sur Saadi7, Barrès ne reste pas moins en contact avec ses premiers informateurs8. René Dussaud (1868-1958) et Georges Contenau (1877-1964) voient d’ailleurs leur rôle croître dans le monde archéologique de l’après-guerre, montrant une certaine continuité du personnel scientifique dans un Orient à la situation géopolitique renouvelée.

Dans le cabinet du Louvre : l’Orient à venir

  • 9 Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), Paris, Éditions (...)
  • 10 D’après Lina G. Tahan, « Dussaud, René », dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientali (...)
  • 11 René Dussaud, Histoire et religion des Nosairîs, Paris, E. Bouillon, coll. « Bibliothèque de l’Écol (...)

2En 1914, Barrès s’adresse à René Dussaud en tant que spécialiste de la région des châteaux des Assassins et de l’histoire des religions orientales. Fils d’un ingénieur ayant travaillé à la construction du Canal de Suez, élève à Centrale et aux Langues Orientales, René Dussaud accomplit « de 1895 à 1897 trois voyages à travers le Liban et la Syrie, préludes à l’exploration méthodique des régions du Safa et du Djebel Druze, qu’il effectu[e] en 1899 », suivis de l’étude de la région désertique au sud de Damas en 19019. Après avoir remplacé de 1904 à 1905 son maître Charles Clermont-Ganneau au Collège de France, il devient conservateur adjoint au département des Antiquités orientales au Musée du Louvre en 191010. En plus d’être codirecteur de la Revue de l’histoire des religions, il est l’auteur notamment de « notes archéologiques » issues de ses voyages en Syrie et de l’Histoire et religion des Nosairîs11. Dans les deux lettres que Dussaud adresse à Barrès en 1914, l’échange est de nature scientifique et documentaire : le spécialiste fournit à l’écrivain une bibliographie d’études sur les religions orientales, qui correspond en grande partie aux lectures que l’écrivain mentionne dans le chapitre « Le Vieux de la Montagne » ; il l’aide à fixer les étapes de son itinéraire et à organiser matériellement l’excursion.

  • 12 Stanislas Guyard, « Un grand maître des assassins au temps de Saladin », Journal asiatique, avril-j (...)
  • 13 Les croix au crayon à papier sont de la main de Barrès.
  • 14 Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Exposé de la religion des Druzes tiré des livres religieux de cett (...)
  • 15 Stanislas Guyard, Fragments relatifs à la doctrine des Ismaélîs, texte publié pour la première fois (...)
  • 16 Clément Huart, « La Poésie religieuse des Nosaïris », Journal asiatique, t. XIV, 7e série, 1879, p. (...)
  • 17 Michael Johan de Goeje, Mémoire sur les Carmathes du Bahraïn et les Fatimides [1862], Leyde, E. J.  (...)
  • 18 M.-C. Defrémery, « Nouvelles recherches sur les Ismaéliens ou Bathiniens de Syrie, plus connus sous (...)
  • 19 Emmanuel-Guillaume Rey (dir.), Carte de la montagne des Ansariès et du Pachalik d’Alep, Paris, Erha (...)
  • 20 Richard Kiepert, Syrien und Mesopotamien zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherrn von Oppenhe (...)
  • 21 Le croquis n’est plus joint à la lettre.
  • 22 Barrès partira en mai et sans faire la Palestine.
  • 23 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 12 février 1914.

3, rue du Boccador (VIIIe)
Paris, le 12 févr[ier] 1914
Cher Monsieur,
Vous trouverez tout l’essentiel de la doctrine ismaéli [sic] de Syrie, et en même temps un curieux recueil de contes touchant précisément les châteaux forts que vous allez visiter, recueil daté de 1324 de notre ère, dans :
Stanislas Guyard, « Un grand maître des Assassins au temps de Saladin », ext. [sic] du Journal asiatique, 187712.
Le libraire le plus à même de vous procurer cette brochure, qu’il sera bon d’emporter en voyage, est Geuthner, 13 rue Jacob.
Pour la doctrine de toutes ces sectes : Ismaélis, Nosaïris, Druzes, le livre fondamental est :
X13 Silvestre de Sacy, Exposé de la religion des Druzes, 2 vol., Paris, 183814.
X Pour les Ismaélis en particulier : Stanislas Guyard, Fragments relatifs à la doctrine des Ismaélis, Paris, 1874. (extr. du tome XXII, 1ere partie, des Notices des manuscrits de la Bibliothèque nationale)15.
Pour les Nosaïris, j’ai groupé ce qu’on en sait dans :
X Histoire et religion des Nosaïris Paris, Bouillon, 1900 (Biblioth. [sic] de l’École hautes études, 129). À mon grand regret je n’en ai plus d’exemplaire et c’est épuisé en librairie. Je ne puis vous envoyer que les Notes de voyagesur mes deux premières tournées dans la région. Ce n’est qu’au troisième voyage que j’ai eu des renseignements précis qui m’ont permis d’actualiser la publication ci-dessus.
J’allais oublier un petit recueil de poésies :
X Cl. Huart, « La Poésie religieuse des Nosaïris », dans Journal asiatique, 7e série, t. XIV, 1879, p. 190-26116.
X Pour les Ismaélis d’Alamout :
de Goeje, Mémoire sur les Carmathes du Bahraïn et les Fatimides, 2e édit., Leyde, Brill, 188617.
Il y a aussi une bonne étude de Defrémery, « Nouvelles recherches sur les Ismaéliens », (Journal asiatique, 1855)18
La carte à se procurer, outre Rey19, est celle de Richard Kiepert : Syrien und Mesopotamien zur Darstellung der Reise des Dr Max Frh. von OppenheimvomMittelmeere zum Persischen Golf189320. – C’est le voyage de V. Oppenheim qui est de 1893 : il n’est d’ailleurs pas allé dans les régions où la carte porte beaucoup de blanc. Mon modeste croquis y supplée à peine21.
J’ai réfléchi à la date du voyage. Décidément, il me semble que l’automne vous permettra seul de remplir votre programme : Octobre et Novembre, en terminant par la Palestine22.
Je crains qu’on ne soulève des difficultés à Beyrouth pour un voyage dans la région des Nosaïris et Ismaélis. Il serait peut-être plus prudent de ne parler d’abord que de Qal’at el-Hosn (le Crac des Chevaliers) d’accès facile. De là gagner le Mechta etc… Deux gendarmes (zaptiés) étant fournis par le gouverneur de Tripoli. Il ne sera peut-être pas très facile non plus de trouver quelqu’un pour vous accompagner et s’occuper de la partie matérielle. Les drogmans pour voyageurs ne peuvent être utilisés. Nécessaire aussi d’emporter d’ici une selle, de préférence ayant déjà servi.
Agréez, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments dévoués.
R. Dussaud
P.S. J’ai pu mettre la main sur un exemplaire de Hist. et Rel. des Nosaïris et le joins au paquet, en m’excusant de vous accabler si lourdement de papier23.

  • 24 Ibid., lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, lundi [1914].

3 rue du Boccador (VIIIe)
Lundi [1914]
Monsieur,
Je reçois ce matin seulement votre lettre du 6 qui a fait un crochet par l’avenue Malakoff. Je suis tout à votre disposition et très désireux de vous être utile.
Vous me trouverez au Louvre soit aujourd’hui, soit mercredi de 2 h à 5 h. Je me rends à Londres à la fin de la semaine pour affaires de service.
La semaine prochaine je serai aux mêmes heures à mon bureau : mercredi, vendredi et samedi.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments tout dévoués.
R. Dussaud24

  • 25 Ibid., boîte no 85, Cahier d’Orient no1, fo2 ro. * : lecture incertaine. Dans l’édition posthume de (...)

Barrès rend compte de l’entretien du Louvre avec René Dussaud en tête du premier Cahier d’Orient, qu’il emporte en voyage : « Voyage au pays d’El-Hassan*, au pays des châteaux/ réglé par M. Dussaud en fév [sic] 1914 au Louvre 25 ». L’itinéraire est médité par les deux hommes, la brochure des notes archéologiques de 1896 sous les yeux. Barrès inscrit en effet des renvois au deuxième voyage de Dussaud, qui ne sont pas retranscrits dans l’édition posthume de Mes cahiers :

  • 26 Ibid., fo 2ro-3ro. La version publiée de Mes cahiers ne comprend pas les références à l’ouvrage de (...)

     De Tripoli, je prends la route carrossable de Tripoli
à Homs, à un point donné, en une demi-heure de cheval, je
vais à Gal’at el-Kosn, le Krak des chevaliers
     auprès se trouve une source sabbatique dont parle
Joseph, où il y a un culte indigène
     de Gal’at el Kosn on remonte et on
gagne Meredje, village ismaéli
–––––––––
     2e jour. gagner agglomération de Mechta
el-Mechta. Visiter ancien temple syrien qui
est l’ancien Baetocée, actuellement Hosn Soleïman, la
forteresse de Salomon (p. 42. René Dussaud 1896
–––––––––––––
     3e jour déjeuner à Hosn Soleïman et le soir
gagner Khawabi, château, le Coïble des Croisades, il
couronne un pic au milieu d’un véritable cirque
 
     4e jour. De Khawabi, aller à Qal’at el Kaft
« On quitte Khawabi, dit Dussaud, p. 34 voyage de 1896,
pour atteindre en 40 minutes Meredje et qal’at
el Kaft en moins d’un quart d’heure
C’est la grande retraite et le tombeau (Dussaud 40) du fameux Rachid-ad-Din,
Chef de la secte des Assassins (et des Nossaïris) […]
     6e journée. […] Le château de Masyad (voir les détails dans Dussaud p. 45
1896) est le seul de ceux de la secte des Ismaéliens qui ait
été bien conservé26

  • 27 Ibid., lettre de Maurice Barrès à sa femme, Paulette, et son fils, Philippe, 12 mai 1914.
  • 28 Maurice Barrès, Cahier no 37, dans Mes cahiers, éd. cit., p. 79.
  • 29 René Dussaud, Voyage en Syrie, octobre-novembre 1895, notes archéologiques, éd. cit., p. 6.
  • 30 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, chap. IV « Le tombeau d’Henriette R (...)

3D’après ses notes, Barrès conçoit l’itinéraire comme une enquête centrée principalement sur la secte des Assassins, tout en étant ouverte à d’autres lieux religieux : « une source sabbatique », « un ancien temple syrien ». Au contact de Marteaux, directeur du chemin de fer de Damas à Hamah et de ses prolongements, qui l’aide à organiser matériellement son voyage, il réorganise son itinéraire de sept jours et se concentre sur cinq lieux ismaéliens mentionnés par Dussaud : « Voici les étapes, je souligne les points Ismaéliens : ( ?) Hama, Masyaf, Kadmos, El-Kaft, Banias (sur la mer). Par mer j’irai à Tripoli. De Tripoli à Kalab-el-Horn, château des croisés, celui-ci, où un agra dans le voisinage m’attend pour donner et des banquets et une fantasia27 », annonce-t-il de Beyrouth à sa famille, restée en France. Malgré cette évolution, Barrès marche en Orient dans les pas du savant : « D’après Dussaud, je serais le troisième visiteur : Dussaud et ensemble M. Sobernheim et le professeur B. Moritz28.  » En plus du circuit dans la région des Ansariés, Dussaud fournit peut-être à Barrès l’idée d’un autre pèlerinage : « C’est ici, dans le tombeau des Zakhia, que repose Henriette Renan. La famille Zakhia veille pieusement sur la pauvre morte et conserve précieusement un portrait de Renan daté du 1er janvier 1885 et deux lettres de lui29 », mentionne-t-il dans les notes de son premier voyage de 1895. Barrès inscrit l’étape dans son circuit et consacrera un chapitre de son récit au « tombeau d’Henriette Renan » où il citera deux lettres d’Ernest Renan30.

Présent politique

  • 31 Le rôle de René Dussaud durant la Première Guerre mondiale n’a pas fait l’objet d’étude.
  • 32 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Fernand Baldensperger, Na (...)
  • 33 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, MNR 103, lettre dactylographiée de Maur (...)
  • 34 Voir Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), op. cit., (...)

4Le dialogue entre l’écrivain et le savant reprend seulement en 1920. Pendant la Grande Guerre, Barrès et Dussaud, qui ne sont plus en âge d’être mobilisés, ne semblent pas être restés en contact31. Six ans après le voyage, le ton change et le discours accorde une plus grande place à la politique. Les deux hommes ont évolué dans leurs fonctions officielles et leurs préoccupations. Barrès est élu vice-président de la commission des Affaires étrangères et réoriente géographiquement sa politique : « Mon esprit est rhénan, syrien, peu électoral et peu alsacien-lorrain. N’est-ce pas une étape de franchie32? » déclare-t-il à Fernand Baldensperger, en novembre 1919. Il est partagé entre le désir de retrouver la mémoire orientale de son voyage de 1914, par l’intermédiaire notamment de René Dussaud, et celui de s’engager sur la question d’Orient, au cœur du débat politique. Dès avril 1916, quelques semaines avant l’accord Sykes-Picot, il s’était confié à Marteaux sur cette seconde intention : « Je vous remercie une fois encore de me donner une vue si claire de ces questions d’Orient qui m’intéressent passionnément et qui seront un des points et même plusieurs des points très graves à régler au moment de la paix33. » De son côté, Dussaud devient le patron de l’archéologie du Proche-Orient à l’époque du mandat français au Liban et en Syrie. Il fonde en 1920 la revue Syria, en 1921 la Bibliothèque archéologique et historique, avant d’être élu en 1923 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et de devenir, en 1928, conservateur en chef au musée du Louvre34.

  • 35 Maurice Barrès, « Le Mandat de la France en Syrie », L’Écho de Paris, 21 juin 1920, p. 1.

5Le dialogue entre les deux hommes reprend à l’occasion du débat politique sur le protectorat français en Syrie. Au printemps 1920, Barrès publie un article dans L’Écho de Paris où il défend le mandat en Syrie confié par la SDN à la France et s’oppose à la « rumeur infâme » du retrait de la France35 :

  • 36 Ibidem.

Certains gens ont osé dire que la France ne pouvait pas faire figure partout, et qu’obligée de comprimer toutes ses dépenses, elle allait abandonner sa politique traditionnelle en Syrie. À croire ces Judas, nous étions à la veille d’évacuer cette vieille terre des espérances françaises !
Rumeur infâme. La France victorieuse veut rester là-bas pour y accomplir l’œuvre que ses plus anciennes pensées et ses amis, ses clients, ses disciples lui demandent. […]
Soyons clair ! La France accepte le mandat sur la Syrie que la conférence de la paix vient de lui confier, et elle poursuivra activement le développement économique et intellectuel de ce beau pays que nous sommes nombreux à connaître et à aimer.
C’est entendu, il y a eu des difficultés. Elles nous vinrent de certains Anglais. La vie n’est pas toujours facile entre Alliés36.

  • 37 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Georges Contenau, 23 juin (...)

Dussaud apporte son soutien au député : « Je reçois un mot de Dussaud qui me fait plaisir parce qu’il approuve un article que j’ai écrit sur la Syrie et qui m’inquiète parce qu’il me dit que vous partez pour Sidon. Tout de même pas cette saison ? » écrit Barrès à Georges Contenau, le 23 juin 192037. René Dussaud, agent de la politique scientifique du général Gouraud en Syrie, venait de lui envoyer une longue lettre :

  • 38 Georges Contenau évoque sa mission archéologique de 1914, lors de laquelle Barrès l’avait rencontré (...)
  • 39 Sur le musée d’Adana, voir Joseph Chamonard, « À propos du service des antiquités de Syrie », Syria(...)
  • 40 Syria. Revue d’art oriental et d’archéologie est fondée en 1920 par René Dussaud, Édmond Pottier et (...)
  • 41 « On doit au général Gouraud d’avoir institué en Syrie et au Liban, qu’il administrait en qualité d (...)
  • 42 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 21 juin 1920. * : lecture incert (...)

3 rue du Boccador (VIIIe)
Paris, le 21 juin 1920
Monsieur le Député,
Il était temps qu’une voix vint mettre fin aux mouvements défaitistes qui ont pris pour champ d’action la Syrie. Elles devenaient redoutables parce qu’elles groupaient en sous-main toutes les fractions* d’attaque contre le ministère, invoquant auprès des siens les raisons humanitaires, envers les autres la fatigue des troupes, l’armée redoutable du chef Bédouin, auprès d’autres encore les raisons d’économie, la nécessité de se restreindre à l’Afrique du Nord, utilisant même le vieux levain des luttes anticléricales.
La raison d’économie n’est pas valable, car si nous abandonnons l’Orient, c’est un nouveau désastre financier. La prétention de concentrer nos efforts sur l’Afrique du Nord méconnaît les liens ethniques et de civilisation entre cette région et la Syrie. Si nous abandonnons le front d’Orient, c’est bientôt toute l’Afrique du Nord qui nous échappe.
Je me réjouis que le holà ! ait été prononcé par vous qui, à la plus haute autorité, joignez une connaissance intime du pays et de tout ce qu’on y a fait. Votre cri de ralliement remet les choses au point et trace la direction à suivre. Permettez-moi de vous en féliciter et de vous en remercier. Quand on nous parlera, avec des airs émus, d’« évacuation », d’« abandon », nous n’aurons plus qu’à répéter votre mot : « rumeur infâme » !
En dépit de l’incertitude, parfois du tragique, de la situation, bien des résultats sont prochains et apparaîtront quand le bruit des armes aura cessé. Pour ne parler que de ce que je connais, toute l’organisation archéologique du pays est sur pied et, après l’été, des fouilles vont être entreprises. Le Dr Contenau repart pour Saïda38, l’École d’Athènes ne demande qu’à installer un chantier de fouilles. Ce ne sont pas les ressources qui manquent.
Non seulement le général Gouraud, mais de nombreux officiers s’intéressent aux vestiges antiques et médiévaux que vous connaissez. Le colonel Normand a constitué à Adana un musée des plus remarquables39.
Nous avons organisé ici un périodique SYRIA qui sera, en même temps, une revue d’information archéologique et l’organe semi-officiel du Service des Antiquités et des Beaux-Arts de Syrie40. Nous avons eu l’appui non seulement du haut-commissaire mais aussi d’un groupe de Syriens. Dans le second fascicule qui paraîtra dans un mois, M. Chamonard qui dirige le Service des Antiquités et des Beaux-Arts, exposera ce qui a été fait par ce service et ce qu’il compte faire41. Ainsi, sur ce terrain, comme sur les autres, se manifestera l’œuvre de civilisation française.
Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments respectueusement dévoués.
R. Dussaud
Conservateur-adjoint des Antiquités Orientales au Musée du Louvre42.

  • 43 Maurice Barrès, « La Grande Pitié des laboratoires de France », L’Écho de Paris, du 7 juillet au 4  (...)

En plus de réagir à l’article de L’Écho de Paris, Dussaud cherche à sensibiliser Barrès à la situation scientifique et à la concurrence de l’Allemagne en Orient. En 1919, Barrès avait lancé une campagne en faveur du développement de la science française, en accordant une grande place aux laboratoires du Collège de France, mais sans prendre en compte les recherches archéologiques43. En dépit de la politique incitatrice du général Gouraud, marquée par la création du musée d’Adana et de nouvelles fouilles, malgré la naissance de la revue Syria, publiée chez l’éditeur parisien Paul Geuthner « sous le patronage du Haut-Commissaire de la République française en Syrie » pour servir de « trait d’union entre l’intellectualité française et l’élite syrienne », Dussaud insiste sur le retard de la France par rapport à l’Allemagne :

  • 44 Theodor Wiegang (dir.), Baalbek : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 (...)
  • 45 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 8 juillet 1922.

Les fouilles ne cessent de donner de précieux résultats. J’espère qu’on pourra les continuer, car il y a là un champ inépuisable de découvertes et nous avons à lutter vigoureusement contre les publications allemandes. Jamais les Allemands n’ont tant publié sur la Syrie. Ce sont encore trois volumes — à trois cents francs pièce — sur Ba’albeck qui viennent de paraître44. Nous ne pouvons lutter qu’avec des documents nouveaux. J’aurai l’occasion de vous reparler de cette question45.

Deux ans plus tard, son discours évolue ; Dussaud informe Barrès de l’avancée des fouilles françaises en Syrie. Il a contribué à leur développement, en suggérant le choix de plusieurs sites, dont celui de Byblos :

  • 46 Sur les découvertes à Byblos : « Nouvelles archéologiques », Syria, 1923, vol. 4-1, p. 79 ; sur cel (...)
  • 47 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 29 mai 1923.

Vous avez su les belles trouvailles de Byblos (qui nous reportent au 4e millénaire avant notre ère, avec cultes déjà établis) et de Doura sur l’Euphrate (peintures du Ier siècle avec signature d’artiste : un palmyrénien)46. J’espère qu’on pourra bientôt entreprendre deux grandes fouilles — grandes par le site, par les souvenirs, par l’espoir des trouvailles rares — Antioche et Palmyre. Pour Antioche, c’est la Fédération syrienne qui offre de faire les frais et qui demande des archéologues. Pour Palmyre, nous comptons sur le crédit que la Chambre a bien voulu voter. Il ne s’agit pas d’employer de grosses sommes ; mais de travailler de façon suivie. D’ailleurs Contenau qui se chargeait de Palmyre a dû vous mettre au courant47.

  • 48 Anonyme, La Syrie et le Liban à l’exposition coloniale de Marseille en 1922, Paris/ Marseille, 1922 (...)
  • 49 Pierre Montet, « Byblos », art. cité, p. 433-435 ; BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquê (...)
  • 50 Maurice Barrès, « Quelles limites poser au germanisme intellectuel ? » [La Revue universelle, 1er e (...)

6Si l’archéologie française est en pleine refondation de 1920 à 1923, Barrès, informé par Dussaud, intervient-il sur le sujet ? Dans Une enquête aux pays du Levant, Barrès n’intègre pas le discours politique que Dussaud lui tient après la guerre sur la place de la science française en Orient. Plusieurs documents, conservés dans le dossier de genèse, renvoient pourtant au rôle politique de l’archéologue : Dussaud figure dans la brochure de l’exposition coloniale de Marseille de 1922, où une section est consacrée à « La Syrie d’autrefois. La Science et les œuvres françaises48 » ; Pierre Montet consacre un article aux fouilles de Byblos49. Barrès ne récupère pas cette matière pour nourrir son récit, reste en retrait des actualités scientifiques des années 1920 pour rédiger les chapitres sur Byblos, Adana ou Baalbek. De même, dans la réflexion qu’il développe dans La Revue universelle sur les limites à apporter au germanisme intellectuel, il reste dans le domaine de la littérature, de la philosophie ou de la musique, sans recourir à l’exemple scientifique de l’archéologie50.

7Le discours sur l’archéologie que Dussaud développe après la guerre a donc peu nourri les écrits de Barrès. L’écrivain privilégie une autre voix de l’orientaliste, une voix antérieure, plus ancienne, qui lui permet de raviver la mémoire de son voyage.

Raviver et nourrir la mémoire du voyage

  • 51 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Georges Contenau, samedi (...)

8À partir de 1922, moment où il se met à rédiger de façon continue Une enquête aux pays du Levant, Barrès recourt à Dussaud pour se remémorer son expédition aux châteaux des Assassins et alimenter sa réflexion sur les religions orientales. L’échange semble rejouer celui de 1914 : à l’envoi d’une bibliographie par Dussaud succède un rendez-vous au Louvre. L’archéologue reprend le rôle d’informateur, qu’il avait tenu avant la guerre, dans le même domaine. Preuve néanmoins du lien peu étroit qui l’attache à Dussaud, Barrès demande à Georges Contenau de lui servir d’intermédiaire pour retrouver les documents qu’il a égarés : « Et puis il est impossible de remettre la main sur le récit sommaire, l’itinéraire de son voyage au pays des Nosairis (aux châteaux de Masyad, Kadmous, etc) que m’avait donné Dussaud. Pourriez-vous lui exposer le désir que j’ai d’un nouvel exemplaire 51? » En juin 1922, René Dussaud envoie ainsi à l’écrivain une bibliographie de ses travaux :

  • 52 « Je verrai Dussaud ces jours-ci et lui ferai part de votre demande. » BNF, fonds Barrès, lettre de (...)

Musées nationaux
Palais du Louvre, le 9 juin 1922
Cher Maître,
Contenau me dit que vous aviez besoin d’une de mes études ou Notes de voyages52. Voulez-vous jeter les yeux sur cette bibliographie et me dire ce qui vous intéresse. Inutile d’ajouter que je me ferai un vif plaisir de vous l’envoyer.
En me rappelant à votre aimable souvenir, je vous prie d’agréer, cher Maître, l’expression de mes sentiments dévoués.
R. Dussaud

  • 53 BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 50, pochette du cha (...)

[Bibliographie jointe]
Histoire et Religion des Nosairis (Bibliothèque de l’École des hautes études. Section histor. et philol.) Un vol. in-8o de XXXV et 213 pages. Paris, Bouillon, 1900.
— « Influence de la Religion Nosairi sur la doctrine de Rachid ed-din, Sinan », Journal asiatique, 1900, p. 61-69.
— Article de la Grande Encyclopédie : « Nosairis »
Voyage en Syrie. Oc.-nov 1895 Notes archéologiques. Revue archéologique, 1896, I, p. 299-335
Voyage en Syrie. Oc.-nov 1896 Notes archéologiques. Revue archéologique, 1897, I, p. 305-35753

La bibliographie recoupe en partie celle qu’il a fournie au voyageur en 1914 et montre la continuité d’un discours par-delà la guerre. Dussaud est sensible à la rupture marquée par l’événement historique, à laquelle Barrès résiste dans la rédaction de son voyage :

  • 54 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, 8 juillet 1922.

Quel curieux pressentiment que celui qui vous a poussé sur les routes de Syrie, juste avant la guerre ! Je sais que vous préparez encore un beau volume sur votre voyage. Je cherche un exemplaire du compte rendu de mon second voyage et vous l’enverrai aussitôt trouvé54.

Le rendez-vous du Louvre, prévu en juillet 1922, a pour objet la remise des Notes archéologiques du voyage de 1896, mais il n’est pas certain qu’il ait eu lieu du fait des différentes commémorations auxquelles participe Dussaud :

  • 55 À l’occasion du centenaire de la Société Asiatique, une grande célébration, placée sous la présiden (...)
  • 56 Plusieurs cérémonies ont lieu pour commémorer le centenaire de la lettre célèbre à M. Dacier par la (...)
  • 57 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 11 juillet 1922.

Je suis pris tous ces jours-ci par les fêtes du Centenaire de la Société Asiatique55 et de Champollion56. Les délégués étrangers sont venus en foule. Mais à partir du 17, vous me trouverez tous les jours au Louvre de 2h à 4h. Si vous vouliez me prévenir d’un mot ou d’un coup de téléphone de votre venue, ce serait encore plus sûr57.

  • 58 Barrès modifie par la suite la numérotation et le titre du chapitre, qui devient « Chapitre XIII Le (...)

Dans cette reprise du discours savant, placée sous le signe de la répétition, Dussaud apporte toutefois une nouveauté, qui retient l’attention de l’écrivain. Il ajoute dans sa bibliographie l’article de 1900, omis en 1914, intitulé « Influence de la Religion Nosairi sur la doctrine de Rachid ed-din Sinan ». Trois feuilles de notes dactylographiées, issues de cette étude, sont conservées dans le dossier de documentation du « chapitre XII Les Assassins58 », entre des feuillets de citations de Guyard et un de Massignon, et portent dans la marge la mention manuscrite :« Tout ceci semble devoir se placer au Kaft [sic]. »

  • 59 René Dussaud, « Influence de la Religion Nosairi sur la doctrine de Rachid ed-din, Sinan », Journal (...)
  • 60 Ibid, note p. 61.
  • 61 Ibid, p. 63-64.
  • 62 Ibid, p. 66.
  • 63 Ibid, p. 69.
  • 64 BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 50, pochette no 2 d (...)

a. Influence de la religion Nosaïri sur la doctrine de Raschid ad din Sinan, par Dussaud (Journal asiatique, Juillet-décembre 1900)
––––––––––
La doctrine de Raschid ad din, le fameux grand maître des Assassins de Syrie est connue par trois fragments publiés par Stanislas Guyard59.
Ils ont été écrits, inspirés et retouchés par Raschid Eddin pour appuyer ses prétentions60.
« Le fossé, dit Dussaud, entre la doctrine de Raschid Eddin et le système d’Ismaïl est profond. Raschid Eddin parvenu à la première place parmi les Ismaïlis de Syrie n’avait pas voulu se borner à être à la tête de quelques partisans. Il prétendit à la divinité. Il y parvint, mais il eût échoué parmi les Ismaïliens. Il rencontra chez les montagnards de Syrie des adeptes plus faciles à convaincre61.
b. DUSSAUD
Les contes publiés par Stanislas Guyard dans « Un grand Maître des Assassins au temps de Saladin », montrent ces agissements. Quelques-uns de ses compagnons Ismaïlis voyant clair dans son jeu refusent de le suivre (p. 43). Le grand maître Ismaïli de Perse tente à plusieurs reprises de le faire assassiner (p. 44). Un fort parti Nosaïri se range sous son autorité (p. 165). Ce sont des Chamalis ou adorateurs du soleil. Il oppose sa propre divinité à celle du soleil. Il fait des tours de passe-passe en abaissant la croyance Nosaïri à la métempsycose62.
De ces fragments ressort avec évidence que Raschid Eddin cherchait à capter la confiance des indigènes de la montagne Nosaïri où il s’était fortement retranché.
Les Nosaïris ne se sont pas laissé sérieusement entamer et ils ont aujourd’hui perdu tout souvenir de Raschid ad Din. C’est que le fameux chef des Assassins en cherchant à supplanter la vénération attachée à Ali, à Mohammed et à Salman n’a pas su leur offrir un système qui conservât leur vieux culte naturel, car avant tout Ali est pour eux le ciel, Mohammed le soleil et Salman la lune63.
c. DUSSAUD
Sans les fragments heureusement recueillis par le Consul Rousseau et publiés par Guyard, nous ignorerions les curieuses doctrines de Raschid et nous en serions réduits à admettre les fables naïves des chroniqueurs qui attribuent aux illusions du haschisch le prestige du Vieux de la Montagne64.

  • 65 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 245.

En prenant ses notes, où il intègre les références à l’article de Guyard, Barrès prépare une méditation polémique sur Rachid ed-Din pour son récit de la visite du Kaf, lieu de son tombeau. Il rédige en effet un développement, où il reprend le jugement de Dussaud en le dramatisant — « Ah ! la superbe prétention ! » —, la référence à Guyard, qu’il amplifie en insérant une citation, et le commentaire sur la métempsychose : « Peut-on établir son autorité avec une ampleur plus majestueuse que par ces grandes vues de métempsychose65? » Barrès retient également la conclusion polémique sur le hachich, qu’il reverse au début du chapitre « Tripoli » :

  • 66 Ibid., t. I, p. 288-289.

Nos savants se moquent des vieux chroniqueurs qui attribuent au hachich le dévouement absolu des sicaires ismaéliens à leur chef ; nos savants ont découvert que le Vieux de la montagne simulait des miracles, et recourait aux prestiges d’un Robert Houdin. Je crois à l’explication de nos savants et à celle des vieux chroniqueurs ; je crois au hachich, aux escamotages, et à bien d’autres choses encore66.

  • 67 Théophile Gautier, Le Club des hachichins, éd. cit., p. 733.

Par l’intermédiaire de Dussaud, Barrès ne dialogue pas seulement avec les vieux chroniqueurs, mais aussi avec Gautier qui, dans « Le Club des hachichins », a contribué à diffuser la légende : « Par quels artifices le Vieux de la Montagne obtenait-il une abnégation si complète ?/ Au moyen d’une drogue merveilleuse dont il possédait la recette, et qui a la propriété de procurer des hallucinations éblouissantes67. » L’écrit de Dussaud sert donc de source ponctuelle à Barrès, nourrissant son discours polémique, même si l’écrivain n’adopte pas tout à fait le point de vue de l’archéologue. Barrès se présente comme un intermédiaire entre l’orientalisme et la légende, entre la science et le mystère. En découvrant le récit de voyage, Dussaud loue l’art de Barrès à faire passer le savoir, reprenant une conception classique de la littérature, selon laquelle l’écrivain instruit en plaisant :

  • 68 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, 29 mai 1923. La prépublication d’Une en (...)

Je lis avec un vif intérêt votre remarquable Enquête dans le Levant. — et je vous rends les armes : rien n’a pu vous arrêter ni la dureté des chemins ni la lourdeur des grimoires ; vous animez ce qui était fastidieux et vous nous enseignez comment il faut lire et comprendre68.

*

9Les lettres conservées à la BNF permettent ainsi de mieux mesurer le rôle que Dussaud a joué auprès de Barrès : un rôle central par son objet touchant aux châteaux des hachichins et plus ponctuel pour la rédaction du récit. Elles font saisir le travail de sélection que Barrès opère pour rédiger son voyage, le choix que l’écrivain a de privilégier l’enquête sur les religions au discours politique, l’Orient de 1914 à l’Orient des années 1920. Elles révèlent qu’un second dialogue lié aux actualités en Syrie est demeuré dans les marges de la création. Dans une lettre à Barrès, Dussaud vante le pouvoir de la littérature à faire revivre le « passé fabuleux » par-delà les destructions entraînées par la guerre :

  • 69 Maurice Barrès, Un jardin sur l’Oronte, Paris, Plon-Nourrit, 1922, chap. VI, p. 53.
  • 70 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 8 juillet 1922.

C’est quand on connaît les sites et quelque peu leur histoire qu’on goûte pleinement votre œuvre. Pour que ce pays ruiné, pour que ce jardin où « les fleurs sont mortes de soif69 » puisse encore inspirer si joliment un poète, il faut croire qu’il vit toujours, porté par son passé fabuleux70.

  • 71 Ibidem.

Bien que formulé à propos du « délicieux Jardin sur l’Oronte71 », ce jugement dit quelque chose du travail de résistance au temps historique que Barrès mit en œuvre pour écrire Une enquête aux pays du Levant.

Notes

1 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 172.

2 Ibid., p. 176.

3 Théophile Gautier, « Le Club des hachichins » [1846], dans Œuvres, éd. Paolo Tortonese, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2011, p. 734. Joseph von Hammer-Purgstall, Histoire de l’ordre des Assassins, trad. de l’allemand et augm. de pièces justificatives par J.-J. Hellert et P.-A. de La Nourais, Paris, Paulin, 1833 [Z BARRÈS 20465 : note autographe de Maurice Barrès sur l’avant-dernière page].

4 « — Non, c’est le docteur Contenau et moi, Contenau, c’est un gentil garçon de 35 ans qui après avoir été médecin à Paris a cédé à son goût pour l’Assyriologie et vient de faire pour le gouvernement français des fouilles à Saïda. Il a repris les anciennes fouilles de Renan. Comme il rentrait en France, mon itinéraire l’a séduit et ça a été une vraie ressource pour moi. Jamais seul on ne pourrait faire ce terrible parcours. » BNF, département des manuscrits, NAF 28210 (désormais fonds Barrès), lettre de Maurice Barrès à sa femme, Paulette, Konia, 17 juin 1914.

5 Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès. Étude de genèse, Genève/ Lille, Droz/ Giard, 1952. L’auteur consacre quelques lignes à la rencontre de René Dussaud en 1914 (ibid., p. 271, p. 273 et p. 278), sans aborder la question de l’impact de la guerre sur l’orientalisme.

6 BNF, fonds Barrès, lettres de René Dussaud à Maurice Barrès. Ida-Marie Frandon n’a pas eu accès à cette correspondance.

7 Voir BNF, fonds Barrès, lettres de Louis Massignon à Maurice Barrès de 1921 à 1923 ; d’Henri Massé à Maurice Barrès de 1905 à 1923.

8 Voir BNF, fonds Barrès, lettres de Clément Huart et de Georges Contenau à Maurice Barrès.

9 Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 2002, p. 467.

10 D’après Lina G. Tahan, « Dussaud, René », dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française [2008], Paris, IISMM-Karthala, nouvelle édition revue et augmentée, 2012, p. 360-361.

11 René Dussaud, Histoire et religion des Nosairîs, Paris, E. Bouillon, coll. « Bibliothèque de l’École des Hautes Études. Sciences philologiques et historiques » no 129, 1900 [Z Barrès 8459. Autographe : « à Monsieur Maurice Barrès, député, membre de l’Académie Française. Hommage de l’auteur R.D. » Sur la quatrième de couverture, Barrès note au crayon à papier « Tous les noms de leurs châteaux p. 23. »] ; Voyage en Syrie, octobre-novembre 1895, notes archéologiques, Paris, E. Leroux, 1896 [Z Barrès 9691. Autographe de l’auteur à Maurice Barrès : « à Monsieur Maurice Barrès de l’Académie Française, Député. Hommage de l’auteur »] ; Voyage en Syrie, octobre-novembre 1896, notes archéologiques, Paris, E. Leroux, 1897.

12 Stanislas Guyard, « Un grand maître des assassins au temps de Saladin », Journal asiatique, avril-juin 1877, t. IX, VIIe série, p. 324-489.

13 Les croix au crayon à papier sont de la main de Barrès.

14 Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Exposé de la religion des Druzes tiré des livres religieux de cette secte ; précédé dune introduction et de la Vie du khalife Hakem-Biamr-Allah, Paris, Imprimerie royale, 1838, 2 vol. [Z Barrès 25354 et Z Barrès 25355].

15 Stanislas Guyard, Fragments relatifs à la doctrine des Ismaélîs, texte publié pour la première fois avec une traduction complète et des notes, Paris, Imprimerie nationale, 1874, extrait du t. XXII, 1re partie [Z Barrès 9511].

16 Clément Huart, « La Poésie religieuse des Nosaïris », Journal asiatique, t. XIV, 7e série, 1879, p. 190-261.

17 Michael Johan de Goeje, Mémoire sur les Carmathes du Bahraïn et les Fatimides [1862], Leyde, E. J. Brill, 1886.

18 M.-C. Defrémery, « Nouvelles recherches sur les Ismaéliens ou Bathiniens de Syrie, plus connus sous le nom d’Assassins, et plus principalement sur leur rapport avec les états chrétiens d’Orient (suite et fin) », Journal asiatique, janvier 1855, t. V, 5e série, p. 5-76.

19 Emmanuel-Guillaume Rey (dir.), Carte de la montagne des Ansariès et du Pachalik d’Alep, Paris, Erhard gr., 1880 ; ou Carte de la Palestine et du Liban, comprenant, en outre, les régions situées à l'est de l’Anti-Liban, du Jourdain et de la mer Morte, Paris, imp. de Lemercier, 1883 ; ou Carte du nord de la Syrie, Paris, Hachette, 1885.

20 Richard Kiepert, Syrien und Mesopotamien zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherrn von Oppenheim vom Mittelmeere zum Persischen Golf, Berlin, Dietrich Reimer Ernst Vohsen, 1893.

21 Le croquis n’est plus joint à la lettre.

22 Barrès partira en mai et sans faire la Palestine.

23 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 12 février 1914.

24 Ibid., lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, lundi [1914].

25 Ibid., boîte no 85, Cahier d’Orient no1, fo2 ro. * : lecture incertaine. Dans l’édition posthume de Mes cahiers, les notes d’Orient sont retranscrites de façon incomplète ; la mention du rendez-vous du Louvre est ainsi gommée : « Voyage au pays des châteaux, réglé par M. Dussaud », Maurice Barrès, Mes cahiers, éd. Ph. Barrès, Paris, Club de l’honnête homme, t. XVIII, 1968, p. 77.

26 Ibid., fo 2ro-3ro. La version publiée de Mes cahiers ne comprend pas les références à l’ouvrage de Dussaud : Maurice Barrès, Mes cahiers, éd. cit., t. XVIII, p. 77-79.

27 Ibid., lettre de Maurice Barrès à sa femme, Paulette, et son fils, Philippe, 12 mai 1914.

28 Maurice Barrès, Cahier no 37, dans Mes cahiers, éd. cit., p. 79.

29 René Dussaud, Voyage en Syrie, octobre-novembre 1895, notes archéologiques, éd. cit., p. 6.

30 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, chap. IV « Le tombeau d’Henriette Renan ».

31 Le rôle de René Dussaud durant la Première Guerre mondiale n’a pas fait l’objet d’étude.

32 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Fernand Baldensperger, Nancy, mercredi [novembre 1919].

33 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, MNR 103, lettre dactylographiée de Maurice Barrès à Raymond Marteaux, 10 avril 1916.

34 Voir Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient (1842-1947), op. cit., « La répartition des crédits : l’action de René Dussaud », p. 467-470 et « L’archéologie française en Syrie et au Liban », p. 283 et sq.

35 Maurice Barrès, « Le Mandat de la France en Syrie », L’Écho de Paris, 21 juin 1920, p. 1.

36 Ibidem.

37 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Georges Contenau, 23 juin 1920.

38 Georges Contenau évoque sa mission archéologique de 1914, lors de laquelle Barrès l’avait rencontré, dans les premiers numéros de Syria : Georges Contenau, « Mission archéologique à Sidon (1914) », Syria, vol. 1, 1920, p. 16-55 ; p. 108-154 ; p. 198-224 ; p. 287-317.

39 Sur le musée d’Adana, voir Joseph Chamonard, « À propos du service des antiquités de Syrie », Syria, vol. 1, 1920, p. 93-94.

40 Syria. Revue d’art oriental et d’archéologie est fondée en 1920 par René Dussaud, Édmond Pottier et Gaston Migeon. « Notre programme se résume en deux phrases : développer en Syrie le goût de l’art et des antiquités du pays ; mieux faire connaître en dehors les arts syriens de toutes les époques. La revue Syria doit servir de trait d’union entre l’intellectualité française et l’élite syrienne en leur fournissant l’occasion d’une collaboration féconde. Nous seconderons de tous nos moyens les groupements locaux, tels que la Société syrienne d’art et d’archéologie, actuellement en formation./ Le Haut-Commissaire de la République française en Syrie, M. le général Gouraud, a bien voulu nous encourager dans cette œuvre et nous accorder son haut patronage. » La direction, « Avertissement au lecteur », Syria, vol. 1, 1920, p. 2.

41 « On doit au général Gouraud d’avoir institué en Syrie et au Liban, qu’il administrait en qualité de Haut-commissaire, un service des Antiquités dont il confia la direction à un Athénien expérimenté, Joseph Chamonard. » René Dussaud, « L’œuvre scientifique syrienne de M. Charles Virolleaud », Syria, vol. 33, 1956, p. 9. Joseph Chamonard, « À propos du service des antiquités de Syrie », art. cit., p. 81-98.

42 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 21 juin 1920. * : lecture incertaine.

43 Maurice Barrès, « La Grande Pitié des laboratoires de France », L’Écho de Paris, du 7 juillet au 4 septembre 1919.

44 Theodor Wiegang (dir.), Baalbek : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 bis 1905, Berlin-Leipzig, W. de Gruyter, 1921-1923, 3 vol.

45 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 8 juillet 1922.

46 Sur les découvertes à Byblos : « Nouvelles archéologiques », Syria, 1923, vol. 4-1, p. 79 ; sur celles à Doura : Franz Cumont, « Les fouilles de Sâlihîyeh sur l’Euphrate », ibid., p. 38-39. Dans le dossier de genèse d’Une enquête se trouve conservé l’article de Pierre Montet, « Byblos », L’Alsace française, no 28, 9 juillet 1921, p. 433-435 (BNF, fonds Barrès, boîte no 49, pochette du chapitre VI).

47 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 29 mai 1923.

48 Anonyme, La Syrie et le Liban à l’exposition coloniale de Marseille en 1922, Paris/ Marseille, 1922, p. 21-23 ; BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 50, pochette du chapitre XV.

49 Pierre Montet, « Byblos », art. cité, p. 433-435 ; BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 49, pochette du chapitre VI.

50 Maurice Barrès, « Quelles limites poser au germanisme intellectuel ? » [La Revue universelle, 1er et 15 janvier 1922], Les Grands Problèmes du Rhin [1930], dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, Paris, Club de l’honnête homme, t. X, 1967, p. 377-415.

51 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Georges Contenau, samedi matin [mai 1922].

52 « Je verrai Dussaud ces jours-ci et lui ferai part de votre demande. » BNF, fonds Barrès, lettre de Georges Contenau à Maurice Barrès, mardi 30 mai 1922.

53 BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 50, pochette du chapitre VIII, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Paris, 9 juin 1922. Il s’agit de la seule lettre de Dussaud conservée dans le dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, indice de son importance particulière pour la rédaction.

54 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, 8 juillet 1922.

55 À l’occasion du centenaire de la Société Asiatique, une grande célébration, placée sous la présidence d’Émile Senart, a lieu du 10 au 13 juillet 1922, où affluent des délégations de nombreuses sociétés et institutions savantes d’Europe et d’Asie. Voir Société asiatique. Le Livre du centenaire (1822-1922), Paris, Paul Geuthner, 1922.

56 Plusieurs cérémonies ont lieu pour commémorer le centenaire de la lettre célèbre à M. Dacier par laquelle Champollion annonce sa découverte « relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques », notamment le 10 juillet 1922, lors d’une séance solennelle de la Société Asiatique à la Sorbonne, et, le 12 juillet 1922 au Louvre devant le buste de Champollion. (D’après Paul Monceaux, « Allocution à l’occasion du centenaire de la découverte de Champollion », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 66e année, no 5, 1922, p. 336-345.)

57 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 11 juillet 1922.

58 Barrès modifie par la suite la numérotation et le titre du chapitre, qui devient « Chapitre XIII Le voyage aux châteaux des Assassins ».

59 René Dussaud, « Influence de la Religion Nosairi sur la doctrine de Rachid ed-din, Sinan », Journal asiatique, juillet-août 1900, p. 61. Barrès n’harmonise pas l’orthographe de Rachid ed-din, Raschid ad-din, ou Raschid Eddin. Il omet le guillemet fermant.

60 Ibid, note p. 61.

61 Ibid, p. 63-64.

62 Ibid, p. 66.

63 Ibid, p. 69.

64 BNF, fonds Barrès, Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîte no 50, pochette no 2 du chapitre XII, trois feuillets (a b c) de notes de lecture de l’article de René Dussaud (« Influence de la Religion Nosairi sur la doctrine de Rachid ed-din, Sinan », art. cité, p. 61-69).

65 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 245.

66 Ibid., t. I, p. 288-289.

67 Théophile Gautier, Le Club des hachichins, éd. cit., p. 733.

68 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, 29 mai 1923. La prépublication d’Une enquête aux pays du Levant a commencé le 15 février 1923 dans la Revue des Deux Mondes. Le 15 mai 1923 le chapitre « Le Vieux de la Montagne » a paru, tandis que dans le numéro du 1er juin figure celui du « Voyage aux châteaux des Assassins ».

69 Maurice Barrès, Un jardin sur l’Oronte, Paris, Plon-Nourrit, 1922, chap. VI, p. 53.

70 BNF, fonds Barrès, lettre de René Dussaud à Maurice Barrès, Bellevue, 8 juillet 1922.

71 Ibidem.

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site