Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient des écrivains et des savants à l’épreuve de la Grande Guerre

 | 
Jessica Desclaux

Première partie. Genèse autour d’Une enquête aux pays du Levant

La mémoire des voyages en Orient dans Une enquête aux pays du Levant

Jessica Desclaux

Texte intégral

1Au début du chapitre V, intitulé « Une visite dans le Liban », Barrès présente au lecteur son récit de voyage comme « daté », appartenant à un temps qui n’existe plus :

  • 1 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 64.

Et voici mes notes de voyage, bien sommaires, telles que je les retrouve sur mes cahiers, jetées sans verbes, à coups de crayon, dans les cahots de l’automobile, ou dans la nuit des fêtes que les villages nous donnaient.
À quoi bon les compléter et chercher à les mettre au point ? Cent écrivains, depuis 1914, m’ont suivi et dépassé. Si je vaux, c’est pour témoigner quels étaient, à la dernière heure avant le drame, les sentiments de cette nation fidèle. Un tel chapitre, dûment daté, prend place dans la longue série des titres du Liban et dans les substructions de l’édifice franco-libanais1

  • 2 BNF, département des manuscrits, NAF 28210 (désormais fonds Barrès), Dossier de genèse d’Une enquêt (...)
  • 3 Ibid., dossier « chap. V », pochette « dernier état dactylographié », fo 1.

Dans le brouillon du passage, rédigé en 1922, il inscrit deux raisons pour justifier de reprendre ses notes de 1914 sans ajout : une raison littéraire et une raison politique. La concurrence des autres écrivains, dont le nombre varie, selon les étapes de rédaction, de « tant » à « mille », montrant que le chiffre « cent » a une valeur d’indéfini hyperbolique2, fait naître chez Barrès un certain embarras qui l’amène à affirmer son antériorité. Le changement politique suscite une autre difficulté qu’on lit dans une phrase biffée : « Tous les problèmes sont renouvelés3. » La déclaration du chapitre V est le signe d’une forte conscience que l’écrivain a du décalage entre le temps de son voyage et celui de sa rédaction. L’Orient des notes de ses cahiers rencontre un Orient en pleine mutation politique. Dans les marges du dossier d’Une enquête aux pays du Levant, Barrès commente plusieurs fois son travail, en insistant sur cette tension entre deux temporalités de la question orientale :

  • 4 Ibid., dossier « chap. I La traversée », Coro de la pochette verte.
  • 5 Ibid., dossier « Préface Orient », pochette n2, fo mss non numéroté.

La traversée
J’ai pris ces notes en 1914. Je les rédige en 1922. Les conditions ont changé. Aujourd’hui nous avons une tâche en Syrie. Nous devons y agir. Il s’agit d’abord d’en prendre une idée juste. « Travailler dur à bien penser. » Voilà le principal disait Pascal4.
Aujourd’hui 31 mars 1922, tandis quejerelis ces feuillets je viens d’examiner un projet du gouvernement pour favoriser la nationalité des Syriens5.

  • 6 Fonds Barrès, Cahiers d’Orient n1 à 19, boîte no 85 ; dossier de genèse d’Une enquête aux pays du (...)

Le dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, conservé à la BNF, montre cette double strate temporelle : les documents de 1914, composés de cahiers d’Orient numérotés de 1 à 19, de la correspondance, de brochures, d’articles, de livres, et les documents postérieurs à la guerre, en majorité des années 19206. L’étendue chronologique couverte dans ce dossier invite ainsi à revenir sur la déclaration du chapitre V.

2L’étude génétique de la mémoire des voyages en Orient est une manière de saisir l’évolution d’Une enquête aux pays du Levant au fil des années. Elle permet d’interroger la tension qui traverse l’écrivain, partagé entre la volonté de ne pas compléter ses cahiers et celle d’actualiser sa première enquête : le contexte littéraire et politique des années 1922-1923, issu de la guerre, amène-t-il Barrès à faire évoluer son projet de 1914, à repenser en particulier sa place dans l’histoire du voyage en Orient ?

1914 – Les circonstances politiques contre les livres ?

La vogue des enquêtes

3Le 28 novembre 1914, environ cinq mois après le retour de Barrès, dans un long article paru dans Lectures pour tous sous le titre « La visite de M. Maurice Barrès aux écoles françaises d’Orient », André Nadal déconstruit l’attente du lecteur, selon laquelle l’écrivain, élu à l’Académie française en 1906, serait allé en Orient pour se livrer à une série de pèlerinages littéraires :

  • 7 André Nadal, « La visite de M. Maurice Barrès aux écoles françaises d’Orient », Lectures pour tous, (...)

M. Maurice Barrès nous a fait l’honneur de nous recevoir, au retour de son voyage en Orient. Comme on le sait, il était allé, sans mission officielle, étudier en Asie mineure notre situation économique et morale. Mais, suivant l’expression de M. Barthou, M. Barrès est un ambassadeur des lettres françaises, un ministre de l’opinion publique. […] Enfin, comment ne pas penser que les grandes mémoires de Chateaubriand, de Lamartine, dont il est aujourd’hui le plus illustre héritier, ont dû bien souvent entraîner son imagination vers l’Asie ?
Mais ces sollicitations et ces curiosités n’ont été qu’accessoires dans la pensée du voyageur. […] M. Barrès m’a résumé les raisons profondes de sa longue randonnée de Beyrouth à Constantinople : « Ce ne sont point, m’a dit-il, les livres qui m’ont conduit là-bas : ce sont les circonstances7. »

À son retour d’Orient, Barrès minore l’idée d’un voyage livresque, d’un voyage d’écrivain ponctué par les lieux de mémoire littéraire. Dans les discours de 1914, diffusés dans la presse, il ne cherche pas à faire du voyage un moyen pour s’inscrire dans la filiation des grands voyageurs romantiques en Orient, Chateaubriand ou Lamartine. Réélu à la Chambre le 26 avril 1914 comme « député indépendant », il substitue à ces figures d’écrivains une autre liste de noms, composée de parlementaires et de journalistes :

  • 8 Maurice Barrès, « La leçon d’un voyage en Orient », L’Écho de Paris, 9 juillet 1914, p. 1. Maurice (...)

les discours retentissants de Georges Leygues, de Denys Cochin, de François Deloncle, à la Chambre, le rapport de Louis Marin sur le budget des affaires étrangères, le voyage d’étude de Maurice Pernot, publié par les soins du comité des intérêts français en Orient, les enquêtes menées par les grands journaux, par Paul Parsy dans L’Écho de Paris, par La Croix, par Le Temps […]8.

  • 9 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Bompard à Maurice Barrès, 24 janvier 1914.
  • 10 Maurice Pernot, Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople en Égypte et en Turquie d’Asie, op.  (...)
  • 11 Voir BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Pernot à Maurice Barrès, 27 mars 1914.
  • 12 L’exemplaire de Barrès est conservé à la BNF, département des imprimés, sous la cote [Z Barrès 2394 (...)
  • 13 L’expression figure dans l’avant-propos inédit d’Une enquête aux pays du Levant. BNF, fonds Barrès, (...)
  • 14 Maurice Barrès, « La leçon d’un voyage en Orient », art. cité p. 1.

S’il attribue l’idée de son enquête à Maurice Bompard, ambassadeur à Constantinople, rencontré le 22 janvier 1914 chez Raymond Poincaré, Président de la République9, Barrès conçoit son projet de voyage en lisant les enquêtes que les journalistes mènent en Orient sur les établissements français d’enseignement laïques et religieux. Parmi ceux-ci, Maurice Pernot, chroniqueur au Journal des Débats, chargé par le Comité des Intérêts français en Orient de mener de janvier à août 1912 « un voyage d’étude à Constantinople, en Égypte et en Turquie d’Asie » et de présenter « sur la situation des établissements laïques et religieux, un rapport impartial et complet »10, occupe une place particulière dans l’entreprise de Barrès. L’écrivain s’adresse à lui en mars 191411, emporte en voyage son Rapport, dont il se sert de guide : il inscrit son nom sur la couverture et des croix face aux établissements visités, procède à quelques corrections de chiffres12. Tout en partant de sa « propre initiative13 », Barrès suit le modèle de l’enquête de Pernot, dont il réduit l’ampleur géographique et temporelle. À son retour, il lance officiellement une pétition nationale pour « ouvrir sur le territoire français des noviciats », dans un discours prononcé au Comité des intérêts français en Orient, qui avait missionné le journaliste14.

  • 15 Maurice Barrès, La Grande Pitié des églises de France, Paris, Émile-Paul frères, 1914.

4Dans la continuité de La Grande Pitié des églises de France, qui paraît le 23 février 191415, Barrès se saisit d’un débat provoqué par la loi de la séparation des Églises et de l’État, où il veut adopter de nouveau un point de vue non confessionnel et rassembler largement par-delà les partis. Au modèle du voyageur romantique qu’André Nadal lui présente, Barrès répond par celui du journaliste enquêteur politique. Néanmoins, la mémoire littéraire des voyages est-elle tout à fait étrangère à son départ en Orient ?

Vers l’Orient des (voyages) romantiques

5Non missionné par un journal ou par la Chambre, Barrès est libre de s’écarter de l’itinéraire des enquêteurs contemporains. Lors de la préparation de son voyage, influencé par la lecture d’ouvrages de l’époque romantique et enregistrant le renouveau des études orientalistes, il aspire à élargir son enquête aux écoles de mystique orientale, en se rendant notamment aux châteaux des Hachichins et à la dervicherie de Konia. En partant sur les traces du « Vieux de la Montagne », il confie à André Nadal la source de son imaginaire :

  • 16 André Nadal, « La visite de M. Maurice Barrès aux écoles françaises d’Orient », art. cité.

Cela aussi, me dit-il, c’est le côté pittoresque du voyage. Ces grands châteaux, les châteaux des Assassins, ont une histoire bien curieuse. Car ces bâtisses ne sont point vides. Au milieu de ces murailles vivent les descendants du « Vieux de la Montagne » et de ses fameux sicaires, qui nous ont tant occupés dans la période romantique16.

  • 17 Théophile Gautier, « Le Club des hachichins » [Revue des Deux Mondes, le 1er février 1846], dans Pa (...)
  • 18 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, éd. Jean Guillaume et Claude Pichois, Gallimard, coll. « Folio  (...)

Théophile Gautier dans « Le Club des hachichins », Charles Baudelaire dans Les Paradis artificiels et Nerval dans son Voyage en Orient ont contribué à diffuser le nom de la secte des Hachichins avant que les écrivains de la fin du siècle ne s’emparent à leur tour de la figure du « Vieux de la Montagne » sans pour autant accomplir le voyage : Judith Gautier, Arthur Rimbaud, Alfred Jarry, Léon Bloy17… Dans le corpus des voyages en Orient, seul Gérard de Nerval mentionne « le Vieux de la Montagne », dont il situe l’origine en Égypte avant d’indiquer que ses descendants sont en Syrie18. Barrès est sensible à une lacune des écrivains voyageurs qu’il entend combler, en faisant appel à l’archéologue René Dussaud, rare orientaliste à s’être rendu aux châteaux en 1896. Pour la seconde étape des derviches de Konia, qui lui tient particulièrement à cœur, Barrès songe à se mesurer à Gautier. Rendant compte d’un entretien qu’il a avec Clément Huart, titulaire de la chaire de persan à l’École des langues orientales et auteur d’une étude consacrée à Konia : la ville des derviches tourneurs. Souvenirs d’un voyage en Asie Mineure, il note en avril 1914 :

  • 19 BNF, fonds Barrès, boîte no 52, 2 fo dactylo bleue : « conversation avec M. Huard [sic], 12 avril 1 (...)

— Leur histoire n’a pas été écrite.
M. Huard [sic] possède leur règlement.
Gautier a décrit leurs séances19.

  • 20 Théophile Gautier, « Les Derviches tourneurs » [La Presse, 15 et 16 avril 1853], Constantinople, ch (...)

Barrès, qui se souvient des pages de Constantinople écrites en 1853, prépare un dialogue polémique avec Gautier : écrire l’histoire des derviches plutôt que d’en présenter une description pittoresque20.

6Par l’ajout de ces deux étapes majeures, on voit donc que des livres de l’époque romantique, pas seulement des récits de voyage, amènent l’écrivain à concevoir une partie de son itinéraire. Pour préparer son voyage, Barrès réfléchit par rapport au modèle de l’enquête journalistique contemporaine, tout en la dépassant par le désir de se rendre aux sources d’un imaginaire en vogue à l’époque romantique. Néanmoins, le rapport de Barrès à ses devanciers romantiques est ambivalent, comme le montrent ses méditations faites en voyage.

La mémoire littéraire en voyage

  • 21 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahiers d’Orient no 1 à 19.
  • 22 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du grand Dictio (...)

7Dans les notes prises en Orient, la mémoire des écrivains voyageurs est présente, quoiqu’assez limitée. Les cahiers d’Orient sont rarement des cahiers de lecture, où Barrès inscrit des citations d’ouvrages relus sur place. La référence littéraire est diffuse, se marquant le plus souvent par l’apparition d’un nom d’écrivain au sein des notes. Le corpus est restreint à quelques figures : Lamartine en tête avec six occurrences de son nom, suivi de Loti avec trois, puis à égalité, Nerval, Gautier, Chateaubriand, Goethe et Alexandre Dumas avec une 21. La composition de ce corpus est à la fois attendue et inattendue. Attendue : il s’agit des noms les plus connus, ceux que Pierre Larousse mentionne dans les articles « Orient » et « voyage » du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle22. Inattendue : par la hiérarchie établie entre les auteurs, qui favorise Lamartine et Gautier ; Barrès évince Chateaubriand, dont il avait fait un modèle majeur dans ses écrits précédents. En laissant de côté la Terre Sainte, il rompt avec la tradition chrétienne, où le pèlerin relit la Bible sur les lieux. À Chateaubriand qui, en nouveau croisé, inscrit le combat de la Croix contre le Croissant au cœur de son récit, Barrès préfère les écrivains qui s’opposent à l’islamophobie et intègrent toutes les sectes religieuses à leur recherche spirituelle. Comme Lamartine et Nerval, il mène une enquête sur le fait religieux, sans se limiter à une seule école.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 Karl Baedeker, Palestine et Syrie, Leipzig, K. Baedeker, 1882, p. 130.
  • 26 Melchior de Vogüé, Syrie, Palestine, Mont-Athos. Voyage aux pays du passé, Paris, Plon, 1876.
  • 27 Christian Maréchal, Le Véritable Voyage en Orient de Lamartine, Paris, Bloud et Cie, 1908 [Z Barrès(...)
  • 28 Maurice Barrès, « L’Abdication au poète » [L’Écho de Paris, du 11 au 30 avril 1913], Paris, G. Crès (...)
  • 29 À Lamartine (1833-1913), préface de Maurice Barrès, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1914 [Z Barrès 1500 (...)

8La place privilégiée de Lamartine dans les cahiers amène à reconsidérer le contexte littéraire et politique du voyage de Barrès. À la fin du xixe siècle, le jugement sur le Voyage en Orient de Lamartine est assez sévère et l’ouvrage de 1835 apparaît daté. Pierre Larousse écrit en 1874 : « Ce que l’on pardonne le moins à Lamartine, dans ses longues digressions et descriptions, c’est leur inexactitude ; il voit de si haut et de si loin, que tout perd son relief et qu’il arrive, malgré l’écrit de son style, à la monotonie et à l’uniformité […]23. » Il cite la critique de Sainte-Beuve et oppose à Lamartine Nerval, l’auteur de « l’œuvre capitale », du « chef d’œuvre »24. Dans le guide de 1882 consacré à la Palestine et [la] Syrie, Baedeker déclare que « parmi les ouvrages français celui de Lamartine ne mérite guère la réputation dont il jouit25 » et préfère à ce Voyage l’ouvrage de Melchior de Vogüé26. Néanmoins, en 1914, la réception de Lamartine a évolué grâce à l’action de quelques personnalités, qui ont contribué à l’intérêt de Barrès pour l’écrivain. En 1908 est publiée la première étude sur le Voyage en Orient, que l’auteur, Christian Maréchal, envoie à Barrès et que René Doumic commente dans la Revue des Deux Mondes27. Mais Barrès ne la lit pas : son exemplaire n’est pas découronné. Son attention pour Lamartine provient d’Henry Cochin. Henry Cochin, député du Nord, membre du parti l’Action libérale, qui représente à la Chambre depuis plus de vingt années quatre des cinq cantons dont Lamartine fut le député de 1831 à 1837, est l’auteur d’une étude sur Lamartine et la Flandre (Plon, 1912). Barrès fait d’un « déjeuner lamartinien » en sa compagnie le point initial d’une série d’articles qu’il consacre à Lamartine du 11 au 30 avril 1913 dans L’Écho de Paris sous le titre « L’Abdication au poète28 ». En 1913, Barrès préface également le volume collectif À Lamartine qui réunit les textes et discours que Louis Barthou, Paul Deschanel, Henry et Denys Cochin écrivent pour le quatre-vingtième anniversaire de la première élection à la Chambre de Lamartine29. S’il n’y est presque pas question de l’Orient dans ces textes sur Lamartine, tous ces hommes politiques, à l’exception de Barrès, appartiennent au Comité des Intérêts français en Orient. Henry Cochin incite Barrès à placer son voyage sous le signe de Lamartine :

  • 30 BNF, fonds Barrès, lettre d’Henry Cochin à Maurice Barrès, 24 avril 1914.

Je suis ravi de penser à votre voyage en Orient et à ses épisodes lamartiniens. Si vous m’en envoyez des nouvelles, ce sera une grande joie.
Vous avez sans doute remarqué — puisque vous êtes plongé dans vos livres, — que des Cognets a utilisé un récit du compagnon de Lamartine en Orient le Docteur de Laroière. C’est moi qui lui avais communiqué ce livre, que je possède, et qui est très rare. C’est un peu le récit du domestique de Chateaubriand, — le récit lyrique contrôlé par le voyage prosaïque. S’il vous était agréable d’avoir en main le récit de De Laroière, je le mettrais à votre disposition, et je l’enverrais aussitôt chercher en Seine et Oise. Un mot de vous et ce sera fait30.

Alors que Barrès est déjà parti, il lui envoie le volume en Orient :

  • 31 Ibid., lettre d’Henry Cochin à Maurice Barrès, 4 mai 1914. J. V. de La Roière, Voyage en Orient, Pa (...)

4 mai [19]14
Mon cher ami,
Le bon Docteur — toujours en retard sur le poète, — est arrivé après votre départ. Cependant comme j’imagine que son récit, quoique terne, pourra à l’occasion vous apporter quelque lumière, — j’ai décidé que le compagnon de Lamartinecourrait après vous et tâcherait de vous rattraper. Je l’ai adressé aujourd’hui même sous pli recommandé, à l’adresse que l’on m’a donné Rue Sanval. Le Docteur Delaroière va refaire le Voyage en Orient ! Il me semble que je pars avec lui.
Je vous suis par le cœur et par l’imagination. J’attends votre retour, et les lumineux tableaux que vous allez projeter sur nous.
À vous
Henry Cochin31.

  • 32 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 1, fo 2ro.
  • 33 Ibid., fo 2Coro.
  • 34 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, éd. Sophie Basch, Paris, Gallimard, coll. « Folio classiqu (...)
  • 35 Ibid. p. 233.
  • 36 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 6, fo 14ro.
  • 37 Ibid., Cahier d’Orient no 7, fo 21.
  • 38 Ibid., fo 26ro.
  • 39 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à sa femme, Deir-el Kamar, 18 mai 1914.
  • 40 Paul Souday, « Les Livres. Maurice Barrès, L’Abdication du poète. Jean des Cognets, La Vie intérieu (...)

9Dans ce contexte, Barrès place son itinéraire sous le signe privilégié de Lamartine, dont il relit sur place le Voyage. D’après ses notes, il cherche dès son premier cahier un lieu pour méditer sur l’écrivain. Après une liste de projets de visites, il écrit au fo 2ro : « Lady Stanhope. Lamartine la visite à Djoun32. » Il reprend cette idée à la fin de ce cahier : « C’est Djoun le point pour penser à Lamartine33. » Dans Voyage en Orient, le dialogue entre Lady Stanhope et Lamartine constitue un moment important pour le voyageur à la recherche du « secret du mysticisme34 », ou s’interrogeant pour savoir si l’Orient est sa « patrie véritable » ou une « patrie de l’imagination »35. En plus de Djoun, Barrès marque deux autres stations de pèlerinage lamartinien, Hamama, près de Balbeck et Deir-el Kamar, près de Djoun : « Le cirque de Hamama où habitait Lamartine36 », inscrit-il dans son cahier no 6. « Ce village des feux d’artifice où je m’arrête, c’est Deir-el Kamar décrit par Lamartine37 », note-t-il au cahier no 7, avant d’ajouter, quelques pages plus loin : « Au soir, je fais cette petite promenade jusqu’au point que Lamartine a décrit le plus beau. Nous voyons les sœurs dans le jardin38. » Il renvoie d’ailleurs sa famille au livre de Lamartine pour suivre son itinéraire : « Si vous avez le Voyage en Syrie de Lamartine vous y verrez ce qu’il dit de Deir-el-Kamar39. » Barrès relève donc des lieux parcourus par Lamartine, et non des détails pittoresques ou des idées politiques sur l’Orient. Son pèlerinage se nourrit de la mémoire de Lamartine que les habitants ont conservée ou des discours critiques qu’il lit sur place, comme l’article de Souday sur L’Abdication du poète40 :

  • 41 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Paul Souday, 2 juin 1914.

En rentrant à Beyrouth après un long et charmant voyage sous la tente dans les monts Ansaryés, je trouve Le Temps et votre article sur Lamartine dont la trace est demeurée si forte ici. Son passage dans les villages de Syrie ou plutôt les mots qu’il en a écrits, car personne ne l’avait vu passer, est présent ici à toutes les mémoires. […] Je suis tombé malade dans un petit village du Liban et si vous aviez vu de quel air mon hôte m’a apporté le Voyage en Orient41 !

  • 42 Ibid., boîte no 85, Cahier d’Orient no 4, fo 16vo (passage non transcrit dans l’édition de Mes cahi (...)

La démarche de pèlerin qu’adopte Barrès est tantôt placée du côté de l’hommage, tantôt de la distance critique. Il s’inscrit dans la filiation de Lamartine, en relevant une citation qui pourrait servir sa campagne en faveur des congrégations religieuses : « Ce que Lamartine doit à la Syrie, au Liban “le pays le plus religieux du monde42”. » L’extrait est issu des « Paysages et pensées en Syrie », où Lamartine réfléchit sur la présence des écoles :

  • 43 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, éd. cit., p. 542-543.

— Deux à trois cents de ces monastères sont répandus sur toutes les crêtes, sur tous les promontoires, dans toutes les gorges du Liban : c’est le pays le plus religieux du monde, et le seul pays où l’existence du système monacal n’ait pas encore amené les abus qui l’ont fait détruire ailleurs. […] Les ordres monastiques modernes n’ont que deux choses qu’ils puissent faire mieux que les gouvernements et les forces individuelles : instruire les hommes, et les soulager dans leurs misères corporelles. Les écoles et les hôpitaux, voilà les deux places qui restent à prendre pour eux dans le mouvement du monde actuel […]43.

Barrès déforme le propos de Lamartine, en faisant de la présence religieuse au Liban la leçon principale de son voyage, afin de préparer un argument d’autorité pour sa défense des congrégations. Il noue un dialogue plus polémique avec son devancier dans une méditation à Balbeck :

  • 44 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 6, fo 15ro ; passage non transcrit dans l’éditio (...)

Parle, ruine sacrée ! Tu n’as plus
de cantique ? L’un des nôtres, à
l’abri des vergers qui t’entourent, a
jadis entrepris de te rendre une voix. Je
lis le grand Lamartine et je le rectifie44

À l’éloge porté par l’adjectif « grand » succède la distance critique : Barrès met à l’épreuve de la réalité le texte relu sur place.

10L’exemple de Lamartine et des autres écrivains convoqués par leur nom montre qu’en Orient, Barrès interroge de manière privilégiée son rapport aux voyageurs de l’époque romantique pour définir sa place dans l’histoire des voyages. Sa réponse est ambivalente dans la continuité du Voyage de Sparte. L’écrivain met ses pas dans ceux de ses devanciers, tout en se livrant dans leurs lieux à une méditation minée par l’ironie, comme pour se démarquer de ceux-ci :

  • 45 Ibid., Cahier d’Orient no 7, fo 6ro ; transcrit dans Mes cahiers, éd. cit., p. 109.

Le romantique voulait vivre des existences du passé ou d’ailleurs, moi j’aspire à faire des connaissances, à renouer des liens rompus, à retrouver des cousinages, des parentés, à élargir mon être, à conquérir toute l’humanité dont je suis capable. Je n’entends nullement me défaire de mon personnage, mais devenir le centre d’un être plus vaste45.

Le rejet du pittoresque, historique ou exotique, constitue la ligne de force de son dialogue polémique. Pour Barrès, le voyage sert une entreprise égotiste qui mène à un élargissement du moi.

« Moi, je suis antérieur » : Barrès et les voyageurs d’après-guerre

11Alors que la guerre interrompt la rédaction des notes ramenées d’Orient, Barrès reprend pleinement son projet au début de l’année 1922. Le nouveau contexte littéraire et politique amène-t-il l’écrivain à faire évoluer son projet de 1914, notamment à repenser sa place dans l’histoire du voyage en Orient ? Dans les années 1920, le voyage en Orient connaît un renouveau, qui oblige Barrès à resituer son récit par rapport aux écrivains d’après-guerre.

Un renouveau du voyage en Orient

  • 46 Anonyme, Un voyage en Syrie, Éditions de L’Illustration économique et financière, 1921.
  • 47 Ibid., p. 2.
  • 48 Ibid., p. 6.

12En avril 1921 paraît un livre sans nom d’auteur, intitulé Un voyage en Syrie, aux éditions de L’Illustration économique et financière46. La brochure de vingt-quatre pages est moins un récit de voyage qu’un guide incitant à accomplir le voyage. Il sert la politique du général Gouraud, haut-commissaire français en Syrie, dont un portrait est placé en tête du livre : développer économiquement le pays sous mandat français par le tourisme. À cette fin, il y est indiqué l’« Itinéraire type de visite de la Syrie47 », les villes et curiosités remarquables ; l’accent est mis sur l’infrastructure moderne facilitant les déplacements : routes, chemins de fer, que « depuis deux ans le haut-commissaire français n’a cessé d’améliorer48 ». Le guide mentionne un seul écrivain, Edmond Rostand, qui a chanté dans La Princesse lointaine, pièce de théâtre publiée en 1895, le château construit à Tripoli par Raymond de Saint-Gilles. L’écrivain est vu comme un intermédiaire servant à constituer l’aura d’un lieu. Dans ce prolongement, le général Gouraud invite les écrivains à se rendre en Syrie afin de rapporter de leur séjour un livre destiné à mieux faire connaître le pays aux Français.

  • 49 BNF, fonds Barrès, lettre de Pierre Lyautey à Maurice Barrès, Alep, 20 juillet 1922.
  • 50 « Le général Gouraud déjeunera chez nous, avant notre séance, le 12 janvier à midi ½. Voulez-vous n (...)
  • 51 Ibid., lettre de Henry Bordeaux à Maurice Barrès, 31 décembre 1922 : « Voulez-vous nous faire l’ami (...)
  • 52 Ibid., boîte no 50, dossier « chap. XV » : Délégations du haut-commissariat de la République frança (...)

13Barrès fait partie des écrivains qu’il convie en 1922. « Les amis Tharaud vous auront apporté un mot du général Gouraud : je n’ose espérer que dans votre vie très surchargée entre Charmes, Paris, le Parlement et votre lourd labeur, vous trouverez le temps de visiter cette Syrie… Chaude de tant de souvenirs qui sont notre énergie nationale », lui écrit d’Alep Pierre Lyautey, neveu du maréchal et chef du cabinet civil du général Gouraud, le 20 juillet 192249. Barrès a pu rencontrer le général Gouraud, dont aucune lettre ne figure dans le fonds de la BNF, au moins lors de deux déjeuners parisiens, l’un chez Louis Barthou en janvier 191950, l’autre chez Henry Bordeaux en janvier 192351. Dans le dossier de travail destiné à son enquête, l’écrivain conserve plusieurs brochures qui visent à promouvoir le tourisme en Syrie et au Liban : un tract publicitaire du haut-commissariat et une brochure de l’exposition coloniale de Marseille en 192252. Barrès décline l’invitation faite par le général Gouraud, au contraire de plusieurs de ses confrères. Henry Bordeaux, qui fait partie de ceux-ci, raconte cette vague de départs dans Voyageurs d’Orient :

  • 53 Henry Bordeaux, « Voyageurs d’Orient », Revue des Deux Mondes, mai 1926, vol. 33, p. 619-620.

Me voici maintenant dans la Syrie nouvelle que j’ai visitée à mon tour, parmi des camarades que je me contenterai de dénombrer. Le général Gouraud, désireux de relier plus étroitement la Syrie à la France et de renouer les traditions interrompues par la guerre, appela, je l’ai dit, des archéologues, mais aussi des artistes comme Pierre Vignal dont les fatigues du voyage ont hâté la mort, des journalistes de la grande race, celle de quelques maîtres du xixe siècle, MM. Henry Bidou, Raymond Recouly, Maurice Muret, des parlementaires et parmi eux l’abbé Wetterlé qui au retour, publia la Syrie de Gouraud, enfin des écrivains, MM. Jérôme et Jean Tharaud […]53.

  • 54 BNF, fonds Barrès, lettre de Raymond Recouly à Maurice Barrès, 16 juin 1922.
  • 55 BNF, fonds Barrès, lettre de Victor Chapotot à Maurice Barrès, 10 mai 1922.

Barrès reçoit ainsi régulièrement d’Orient des cartes postales que lui envoient ses confrères, particulièrement en mai et juin 1922 : le 8 mai 1922, Henry Bordeaux lui écrit d’Alep. Le 25 mai et le 5 juin 1922, les frères Tharaud, qui ont été secrétaires de Barrès de 1901 à 1914, lui envoient des cartes de Beyrouth et de Damas ; le 16 juin 1922, Raymond Recouly annonce à l’écrivain son retour de Syrie54. Victor Chapotot fait part à son ancien compagnon de route de cette affluence soudaine à Beyrouth : « Les Frères Tharaud viennent d’arriver de Jérusalem à Beyrouth (jeudi dernier) et avant-hier ils sont partis dans la Région des alaouites que nous avons parcourue ensemble. […] Nous avons aussi à Beyrouth M.M. Henri Bordeaux et Lichtenberger55. »

  • 56 R. R. [Raymond Recouly], « Le Krak des chevaliers », Le Temps, 21 mai 1922 [fonds Barrès, boîte no  (...)
  • 57 Raymond Recouly, « Une enquête en Syrie. Alep la cité des marchands », Le Figaro, 12 mai 1922.
  • 58 BNF, fonds Barrès, lettre d’Henry Bordeaux à Maurice Barrès, Paris, 20 avril 1923.

14Alors qu’il rédige son enquête de 1914, Barrès voit donc paraître peu à peu les récits de cette nouvelle génération de voyageurs : le journaliste Raymond Recouly publie une double série d’articles, l’une dans Le Figaro sous le titre « Une enquête en Syrie », l’autre dans Le Temps56, dont Barrès conserve plusieurs articles dans le dossier de documentation de son voyage. La comparaison de l’enquête de Raymond Recouly avec les enquêtes de 1913-1914 fait saisir le renouvellement des questions politiques ; sous la plume de Recouly, il n’est question ni de congrégations religieuses ni des écoles, mais de l’attrait commercial des villes et de la politique de Gouraud57. En décembre 1922, les Tharaud prépublient Le Chemin de Damas dans L’Illustration, revue dont la maison d’édition avait fait paraître la brochure d’Un voyage en Syrie, et dédient leur texte au général Gouraud en tant qu’« amis ». En avril 1923, Henry Bordeaux publie Yamilé sous les cèdres et sollicite Barrès pour faire le compte rendu de son roman58. On pourrait mentionner bien d’autres écrivains, tels que Pierre Benoit.

15Si on retrouve la mémoire de ce contexte dans le dossier de documentation d’Une enquête aux pays du Levant, dans la correspondance ou la bibliothèque de Barrès, quelle influence ce renouveau du voyage en Orient a-t-il sur la rédaction du récit, sur le discours de Barrès sur l’Orient ?

Un discours de la différenciation

16En réaction à ces nombreux départs en Orient, Barrès développe dans son récit un discours de la différenciation, qui passe notamment par la satire des nouveaux voyageurs :

  • 59 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 298.

Vers charmants et pleins d’ombre ! Bijou enlevé à la dea Syria, à la déesse multiforme, qu’après Gérard je suis allé honorer. Ceux qui viendront après moi se défendront mieux sans doute contre cette contagion de poésie […]. La mystique procession n’est-elle pas interrompue ? Le général Gouraud a créé de grandes routes qui ouvrent ces régions aux curiosités les plus paresseuses. Des touristes iront bâiller, où le cœur me battait si fort de fatigue et d’émotion. J’aurai clos, en juin 1914, la longue série des pèlerins du mystère59.

  • 60 Anonyme, Un voyage en Syrie, op. cit.

Barrès se réapproprie le portrait satirique du touriste, lieu commun des récits de voyage, en prenant pour cible le discours diffusé par le général Gouraud. À sa conception du voyage en Orient comme enquête sur les mystères religieux il oppose la présentation du voyage véhiculée par le haut-commissariat en Syrie et au Liban : la brochure de 1921, Un voyage en Syrie, met l’accent sur le progrès matériel des routes, les « curiosités » et le tourisme, tandis que le vocabulaire du sacré est absent60. La multiplication des routes contribue à désacraliser la terre en la rendant facilement accessible, le mystère devient simple curiosité. Barrès repense sa place dans l’histoire du voyage en Orient par opposition aux nouveaux voyageurs. Il affirme plus nettement qu’en 1914 son appartenance à la lignée des romantiques, notamment sa filiation avec Nerval : « J’aurai clos la longue série… » Dans le prolongement de ce passage, Barrès insère ponctuellement dans son récit des remarques sur les différences matérielles entre 1914 et 1922 :

  • 61 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. II, p. 1.

C’était une affaire, en 1914, de s’en aller de Beyrouth à Constantinople par terre. La voie de fer demeurait inachevée entre Alep, Antioche et Alexandrette, et pour traverser le Taurus on m’avertissait que j’aurais à me procurer des voitures61.

  • 62 Ibid., t. I, p. 213.

Les Qadmousiens me racontèrent d’autres histoires. Je crains de les dénaturer. En 1914 nous n’avions pas, pour ces conversations, les facilités qu’apportent aujourd’hui les excellents interprètes de l’armée62.

Ces notations visent moins à faire l’éloge de la politique de développement menée par le général Gouraud, comme dans les articles de Recouly, qu’à rappeler les difficultés du voyage éprouvées par Barrès, signes de son antériorité et de son originalité. Les extraits cités se trouvent à des passages clés du récit : à l’ouverture du second volume, ou au sein de l’expédition aux châteaux des Assassins.

17Pour se différencier de la nouvelle génération des voyageurs, Barrès n’use pas toujours de la satire. Il indique aussi aux écrivains les lacunes de son récit qu’ils pourront combler ou les changements d’objet et de tonalité entre les récits d’avant-guerre et d’après-guerre :

  • 63 Ibid., t. I, p. 160.

Les Tharaud et Henry Bordeaux raconteront, je pense, les heures noires. Moi, je suis antérieur, et, du fait de notre victoire, la tragédie germano-turque n’est qu’un épisode odieux dans l’histoire qui m’occupe, histoire de l’étincelle jaillie du contact des deux esprits d’Orient et d’Occident63.

Barrès place son récit du côté du dialogue spirituel de l’Orient et de l’Occident contre le récit historique des affrontements de la guerre ou les considérations sur le rôle de la France en Syrie. À plusieurs reprises, il évoque cette séparation spirituelle entre son entreprise et celle de ses successeurs :

  • 64 Ibid., t. II, p. 194.

Cette magnifique tâche d’annaliste des plus récents services de la France ne pouvait être la mienne. Mon enquête avait un objet bien délimité, essentiellement spirituel, d’actualité constante, quoi qu’il advienne !
« À nous, toujours et quand même, l’amitié des âmes », cette pensée, cet instinct de mes premières songeries sur le bateau du départ, pourrait être l’exergue de cette médaille dédiée à nos missionnaires. J’allais voir ce que valent à cette heure nos congrégations, considérées comme instruments de la haute civilisation occidentale64.

  • 65 Voir la réponse de Maurice Barrès à l’enquête sur le romantisme née de la polémique suscitée par Da (...)

18Alors qu’avant la Guerre, dans ses discours officiels, Barrès minorait les références aux écrivains, désormais dans son récit, dans le contexte de la parution du pamphlet de Léon Daudet, Le Stupide xixsiècle65, il se situe à la fin d’une lignée de pèlerins romantiques. Il met en valeur le « mystère », le « rêve », l’âme et la quête spirituelle d’un individu. Par ce discours où il cherche à affirmer son antériorité face à la nouvelle génération, Barrès construit une histoire littéraire du voyage en Orient structurée par la guerre. L’évolution concerne moins des questions esthétiques (le retour au pittoresque, au réalisme…) qu’un changement du rapport du voyageur au monde oriental, entraîné par la nouvelle situation géopolitique du mandat français : l’enquête spirituelle d’un individu ferait place aux réflexions économiques et politiques formulées d’un point de vue national. Barrès propose ainsi en creux une histoire française des voyageurs en Orient, pensée à partir de la Syrie et du Liban, et non de la Turquie, de l’Égypte ou de la Palestine.

« Nos voix s’entre-croisent » : le maître et ses disciples

  • 66 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 218.

19Néanmoins, s’il éprouve le besoin d’affirmer sa différence, Barrès « entre-croise »66 ponctuellement sa voix à celle de ses successeurs. Il s’agit de cas particuliers, où le maître noue un dialogue avec l’un de ses disciples, parti en Orient. L’Enquête conserve quelques traces de ces échanges, que la correspondance permet de compléter. Barrès intègre à la genèse de son récit plusieurs voyageurs d’après-guerre, que ce soit en leur confiant des missions, ou en insérant leur voix au sein de son livre.

  • 67 BNF, fonds Barrès, carte de Jérôme Tharaud à Maurice Barrès, Beyrouth, 25 mai 1922.

20Huit ans après son voyage, Barrès confie en effet à quelques voyageurs un rôle d’informateur : il ne s’agit pas de mettre à jour ses connaissances mais de récolter des documents en Orient, dont la guerre a interrompu l’envoi. Les frères Tharaud, ses anciens secrétaires, doivent ainsi retrouver plusieurs personnes que Barrès a connues lors de son séjour, à commencer par le médecin de Deir-el Kamar. Ce dernier est nécessaire pour le projet que Barrès a d’écrire sur lady Stanhope, à la suite de Lamartine. Les Tharaud insèrent ainsi la visite à leur voyage : « Nous venons de recevoir votre lettre. Nous allons monter un de ces jours à Deir-el Kamar, et tâcherons de secouer l’indolence de ce citoyen de la lune ! C’est une idée charmante de vous intéresser à cette folle lady67. » Une dizaine de jours plus tard, ils répondent à une autre demande que Barrès a formulée :

Damas 5 juin 1922
Mon cher ami
Le pauvre garçon dont vous nous avez envoyé la lettre est mort il y a deux mois. Je vais tâcher de voir la femme et le parent auquel il fait allusion dans sa lettre. Mais j’ai peu d’espoir de vous rapporter une merveille ! Amitiés à tous
Tharaud

  • 68 Ibid., carte de Jérôme Tharaud à Maurice Barrès, Damas, 5 juin 1922. * : lecture hypothétique.

Melamon* m’assure qu’il a traduit pour vous la moitié d’un manuscrit arabe du xviiie siècle. Mais faut-il le croire beaucoup ??? Les Syriens sont de fameux illusionnistes68.

  • 69 Ibid., carte postale de Pierre Benoit à Maurice Barrès, Bruges, 15 juin 1922.

Les Tharaud échouent à rapporter à Barrès les « merveilles » espérées. Quelques mois plus tard, Pierre Benoit, d’une dizaine d’années leur cadet, s’acquitte mieux de cette tâche, anticipant en partie les désirs de Barrès. Alors que le récit de l’Enquête est en cours de prépublication dans la Revue des Deux Mondes, il part en Orient en pèlerin de Barrès, après s’être rendu en 1922 à Bruges pour « cherch[er] la maison du bourgeois aux deux femmes », en souvenir de la nouvelle de Du sang, de la volupté et de la mort69. Il s’empare en 1923 de deux enquêtes laissées inabouties par Barrès et les Tharaud : l’une sur lady Stanhope, l’autre sur la source d’un poème de Nerval. Barrès commente son initiative dans une lettre adressée à l’un des membres de La Revue hebdomadaire, publiée en tête de l’article où, en décembre 1923, paraît la documentation récoltée pour lui par Pierre Benoit :

  • 70 « Sur les traces de Lady Stanhope », La Revue hebdomadaire, 1er décembre 1923.

Charmes, 2 novembre
Mon cher ami,
Dans le Liban, en 1914, j’avais cherché les traces de Lady Esther Stanhope. J’explique cela dans mon tome Ier, au chapitre intitulé : « Une promenade dans le Liban ». On m’avait promis des documents. (Voir mes conversations de Deir-el-Kamar, dans ce chapitre.) La guerre est arrivée ; je n’ai rien reçu. Pierre Benoit, avec une parfaite activité, et une plus parfaite amitié, a cherché, a trouvé, m’a écrit. Voulez-vous publier ses charmantes lettres ? Je compte les annexer à la fin de mon second volume. Je crois que cette correspondance de Syrie peut intéresser vos lecteurs.
Barrès70.

  • 71 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., note no 7 du tome I, p. 206. Voir BNF, fo (...)

Barrès ajoute en effet l’intégralité de la recherche de Benoit sur lady Stanhope dans les notes finales de l’édition Plon, ce qui constitue l’un des apports importants de l’édition en volume à la prépublication. Il entrecoupe les citations des longues lettres de Benoit, datées du 31 juillet et du 13 août 1923, de quelques commentaires sur l’épisode raconté par Lamartine avant de conclure : « … J’arrête notre dialogue pour le moment. Elle est charmante, cette collaboration, que m’accordent l’amitié de Pierre Benoit et notre goût commun pour les dames du Liban71. » Outre l’enquête sur lady Stanhope, Pierre Benoit s’empare de celle sur Gérard de Nerval que Barrès n’a pu mener à bien. Alors qu’il est au Liban, il peut lire dans la prépublication du 15 juin 1923 le regret formulé par Barrès :

  • 72 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, Revue des Deux Mondes, 15 juin 1923, p. 747 (éd. ci (...)

Très fier d’avoir vu des sites mystérieux, je savais mauvais gré à Qalaat el Hoesn d’avoir été décrit par Lockroy et Gérard de Nerval. Sur un seul point, ma curiosité était en éveil. J’aurais voulu y lire de mes yeux une inscription que je sais qui s’y trouve, griffonnée par un chevalier, au douzième siècle, sur les murs du vestibule de la chapelle, et dont je ne doute pas que Gérard de Nerval l’ait heureusement méditée.
Ultima sit prima
Sit prima secunda
Sit una in medio posita

Nomen habebit ita72.

  • 73 Aristide Marie, Gérard de Nerval : le poète, l’homme, d’après des manuscrits et documents inédits, (...)
  • 74 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. II, note no23, p. 215.
  • 75 Ibid., t. I, p. 298.

Si Barrès incite Aristide Marie, qui étudie le sonnet Arthémise [sic] dans son ouvrage sur Nerval73, à vérifier la source du poème, c’est Pierre Benoit qui reprend la recherche, en se rendant au château. De nouveau, au sein d’une note, Barrès rend compte de l’enquête que son disciple lui raconte dans la lettre du 31 juillet 1923 : « Pierre Benoit m’écrit de Galaat el Hoesn : “Je n’ai pu retrouver ici les vers latins que vous citez. Mais j’en ai découvert quatre autres tout aussi nervaliens…” Attendons74… » De la prépublication à l’édition en volume, Barrès ajoute cette note qu’il raccroche au passage où il se situe dans l’histoire des voyageurs en Orient : « J’aurai clos en juin 1914, la longue série des pèlerins du mystère75. » Par cette addition marginale, qui n’entraîne pas de modification du corps du texte, il atténue l’idée de clôture, en donnant l’exemple d’un nouveau pèlerin qui met ses pas dans les siens et reprend son intérêt pour les romantiques.

21Le dialogue avec les disciples n’est pas réservé aux marges d’Une enquête. Barrès insère une rare citation d’un voyageur d’après-guerre au sein du chapitre « Le voyage aux châteaux des Assassins ». À Hama, il cite un long extrait de l’article de Raimond Recouly, « La Chanson de l’Oronte », paru dans Le Temps le 28 mai 1922 :

  • 76 Ibid., t. I, p. 218.

Un voyageur, qui vient de visiter, huit années après moi, la petite ville, y remémore mon passage en termes qui me touchent, et je lui emprunte sa description, afin que nos voix s’entre-croisent et se contrôlent.
« Une petite ville, dit-il, cachée serrée dans un repli zigzaguant de l’Oronte, enjambant la rivière de tous ses ponts, plongeant ses maisons, ses palais dans cette eau précieuse dont elle tire l’ornement de ses fontaines et la parure de ses jardins, c’est Hama76… »

  • 77 BNF, fonds Barrès, lettre de Raymond Recouly à Maurice Barrès, 16 juin 1922.
  • 78 Ibid.

Avec Recouly, Barrès choisit un cas où le voyageur mêle ses impressions d’Orient à la mémoire du Jardin sur l’Oronte : « Après l’avoir lu dans la Revue, je viens de relire, dans le volume Un jardin sur l’Oronte. C’est un de vos livres que j’aime le mieux, un de ceux qu’on voudrait le plus avoir écrit./ Revenant de Syrie, moi-même, ayant passé une journée à Hama, je l’associe aux Souvenirs attachants de mon voyage. Il se colore pour moi de reflets particulièrement vifs », confie Raymond Recouly à Barrès, quelques jours après la parution de l’article où il citait son roman77. Dans Une enquête, Barrès répond à cet hommage, en déléguant la description du lieu à son pèlerin, entrecroise sa voix à la sienne, avant de réaffirmer sa différence sur la question politique : « Après nous avoir donné cette aquarelle délicate, M. Raymond Recouly passe immédiatement à une vue politique. […] En 1914, à Hama, je ne pouvais pas aborder ces problèmes, et je m’en allais dans le rêve78. » En citant l’article de Recouly, Barrès inscrit dans son Enquête la mémoire de la réception de son roman oriental et son influence sur la nouvelle génération de voyageurs.

*

  • 79 Albert Thibaudet, Les Princes Lorrains [1924], Réflexions sur la politique, éd. Antoine Compagnon, (...)

22Ainsi, face à l’arrivée en Orient de nouveaux écrivains, Barrès reconsidère sa place dans l’histoire des voyageurs, en se situant plus nettement qu’en 1914 à la fin de la lignée des pèlerins romantiques, point auquel Thibaudet put être sensible79. Néanmoins, il est partagé entre deux discours : affirmer sa différence avec la génération de l’après-guerre ; intégrer sa filiation en Orient dans Une enquête. Dans sa correspondance et son récit, il apparaît en passeur de la mémoire des voyageurs romantiques auprès de la nouvelle génération, qui, par-delà le bouleversement politique de la guerre, reprend ses pèlerinages littéraires.

Notes

1 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 64.

2 BNF, département des manuscrits, NAF 28210 (désormais fonds Barrès), Dossier de genèse d’Une enquête aux pays du levant, boîte no 49, dossier « chap. V », fo mss non numéroté.

3 Ibid., dossier « chap. V », pochette « dernier état dactylographié », fo 1.

4 Ibid., dossier « chap. I La traversée », Coro de la pochette verte.

5 Ibid., dossier « Préface Orient », pochette n2, fo mss non numéroté.

6 Fonds Barrès, Cahiers d’Orient n1 à 19, boîte no 85 ; dossier de genèse d’Une enquête aux pays du Levant, boîtes no 49 à 53.

7 André Nadal, « La visite de M. Maurice Barrès aux écoles françaises d’Orient », Lectures pour tous, 28 novembre 1914, p. 81. Je souligne le point car, dans la préface de son édition, Jacques Huré reprend l’idée répandue que Barrès part, missionné par la Chambre. Le député ne le sera qu’à la fin de l’année 1922 pour établir des rapports sur des congrégations.

8 Maurice Barrès, « La leçon d’un voyage en Orient », L’Écho de Paris, 9 juillet 1914, p. 1. Maurice Pernot, Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople en Égypte et en Turquie d’Asie, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1913 ; Paul Parsy, « Les intérêts français en Orient. L’École au service de la France », L’Écho de Paris, 29 septembre 1913 ; Ambo, « L’influence catholique et française en Syrie », La Croix, 4, 6, 9, 12, 15, 19, 21, 25, 28 novembre, 2, 5, 7, 11, 16, 19 décembre 1913 ; Louis-Paul Alaux, « Les écoles françaises laïques en Orient », Le Temps, 11 octobre et 3 novembre 1913.

9 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Bompard à Maurice Barrès, 24 janvier 1914.

10 Maurice Pernot, Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople en Égypte et en Turquie d’Asie, op. cit., p. II.

11 Voir BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Pernot à Maurice Barrès, 27 mars 1914.

12 L’exemplaire de Barrès est conservé à la BNF, département des imprimés, sous la cote [Z Barrès 23949].

13 L’expression figure dans l’avant-propos inédit d’Une enquête aux pays du Levant. BNF, fonds Barrès, boîte no 49, dossier no 1 « La préface », pochette no 5 « Avant-propos », version dactylographiée.

14 Maurice Barrès, « La leçon d’un voyage en Orient », art. cité p. 1.

15 Maurice Barrès, La Grande Pitié des églises de France, Paris, Émile-Paul frères, 1914.

16 André Nadal, « La visite de M. Maurice Barrès aux écoles françaises d’Orient », art. cité.

17 Théophile Gautier, « Le Club des hachichins » [Revue des Deux Mondes, le 1er février 1846], dans Partie carrée [Souverain, 1861] et dans Romans et contes [Charpentier, 1863] ; Gérard de Nerval, Voyage en Orient [1851], Paris, G. Charpentier, 1882 [Z Barrès 23477] ; Charles Baudelaire, Paradis artificiels [1860], Œuvres complètes, Paris, C. Lévy, vol. 4, 1877 [Z Barrès 15745] ; « Voici le temps des Assassins. », Arthur Rimbaud, « Matinée d’ivresse», dans Illuminations ; Judith Gautier, Le Vieux de la Montagne, Paris, Armand Colin, 1893 ; Alfred Jarry, Au paradis ou Le Vieux de la Montagne, La Revue blanche, 1er mai 1896 ; Léon Bloy, Le Vieux de la Montagne, dans Journal, t. III (vol. XIII), Paris, Mercure de France, 1963, p. 63 (20 avril 1910).

18 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, éd. Jean Guillaume et Claude Pichois, Gallimard, coll. « Folio », 1998, p. 464 et p. 517.

19 BNF, fonds Barrès, boîte no 52, 2 fo dactylo bleue : « conversation avec M. Huard [sic], 12 avril 1914 ». Une version antérieure se trouve dans le cahier d’Orient no 17, fo 6ro-7ro.

20 Théophile Gautier, « Les Derviches tourneurs » [La Presse, 15 et 16 avril 1853], Constantinople, chap. X et XI.

21 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahiers d’Orient no 1 à 19.

22 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du grand Dictionnaire universel, t. XI, 1874, p. 1464-1465.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Karl Baedeker, Palestine et Syrie, Leipzig, K. Baedeker, 1882, p. 130.

26 Melchior de Vogüé, Syrie, Palestine, Mont-Athos. Voyage aux pays du passé, Paris, Plon, 1876.

27 Christian Maréchal, Le Véritable Voyage en Orient de Lamartine, Paris, Bloud et Cie, 1908 [Z Barrès 8720] ; René Doumic, « Lamartine en 1830 et le Voyage en Orient », Revue des Deux Mondes, 15 août 1908, p. 869-895.

28 Maurice Barrès, « L’Abdication au poète » [L’Écho de Paris, du 11 au 30 avril 1913], Paris, G. Crès, 1914.

29 À Lamartine (1833-1913), préface de Maurice Barrès, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1914 [Z Barrès 15006].

30 BNF, fonds Barrès, lettre d’Henry Cochin à Maurice Barrès, 24 avril 1914.

31 Ibid., lettre d’Henry Cochin à Maurice Barrès, 4 mai 1914. J. V. de La Roière, Voyage en Orient, Paris, Debécourt, 1836 [Z Barrès 21502] L’exemplaire de la bibliothèque de Barrès porte le nom manuscrit d’Henry Cochin.

32 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 1, fo 2ro.

33 Ibid., fo 2Coro.

34 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, éd. Sophie Basch, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2011, p. 234.

35 Ibid. p. 233.

36 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 6, fo 14ro.

37 Ibid., Cahier d’Orient no 7, fo 21.

38 Ibid., fo 26ro.

39 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à sa femme, Deir-el Kamar, 18 mai 1914.

40 Paul Souday, « Les Livres. Maurice Barrès, L’Abdication du poète. Jean des Cognets, La Vie intérieure de Lamartine », Le Temps, 13 mai 1914.

41 BNF, fonds Barrès, copie dactylographiée de la lettre de Maurice Barrès à Paul Souday, 2 juin 1914.

42 Ibid., boîte no 85, Cahier d’Orient no 4, fo 16vo (passage non transcrit dans l’édition de Mes cahiers).

43 Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, éd. cit., p. 542-543.

44 BNF, fonds Barrès, boîte no 85, Cahier d’Orient no 6, fo 15ro ; passage non transcrit dans l’édition de Mes cahiers ; réécrit dans Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 131-132.

45 Ibid., Cahier d’Orient no 7, fo 6ro ; transcrit dans Mes cahiers, éd. cit., p. 109.

46 Anonyme, Un voyage en Syrie, Éditions de L’Illustration économique et financière, 1921.

47 Ibid., p. 2.

48 Ibid., p. 6.

49 BNF, fonds Barrès, lettre de Pierre Lyautey à Maurice Barrès, Alep, 20 juillet 1922.

50 « Le général Gouraud déjeunera chez nous, avant notre séance, le 12 janvier à midi ½. Voulez-vous nous faire, Mme Barrès et vous, le grand honneur d’être aussi des nôtres ? » Ibid., lettre de Louis Barthou à Maurice Barrès, 3 janvier 1919.

51 Ibid., lettre de Henry Bordeaux à Maurice Barrès, 31 décembre 1922 : « Voulez-vous nous faire l’amitié de déjeuner le mardi 9 janvier à midi ¾. […] Vous trouverez le général Gouraud. »

52 Ibid., boîte no 50, dossier « chap. XV » : Délégations du haut-commissariat de la République française en Syrie et au Liban, La Syrie et le Liban à l’exposition coloniale de Marseille 1922, Orléans, impr. de P. Pigelet et fils, 1922.

53 Henry Bordeaux, « Voyageurs d’Orient », Revue des Deux Mondes, mai 1926, vol. 33, p. 619-620.

54 BNF, fonds Barrès, lettre de Raymond Recouly à Maurice Barrès, 16 juin 1922.

55 BNF, fonds Barrès, lettre de Victor Chapotot à Maurice Barrès, 10 mai 1922.

56 R. R. [Raymond Recouly], « Le Krak des chevaliers », Le Temps, 21 mai 1922 [fonds Barrès, boîte no 50, Dossier du chap. XII] ; « La Chanson de l’Oronte », ibid., 28 mai 1922 ; « Sur les pentes du carmel », ibid., 4 juin 1922 ; « Entre deux mers », ibid., 18 juin 1922.

57 Raymond Recouly, « Une enquête en Syrie. Alep la cité des marchands », Le Figaro, 12 mai 1922.

58 BNF, fonds Barrès, lettre d’Henry Bordeaux à Maurice Barrès, Paris, 20 avril 1923.

59 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 298.

60 Anonyme, Un voyage en Syrie, op. cit.

61 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. II, p. 1.

62 Ibid., t. I, p. 213.

63 Ibid., t. I, p. 160.

64 Ibid., t. II, p. 194.

65 Voir la réponse de Maurice Barrès à l’enquête sur le romantisme née de la polémique suscitée par Daudet (Le Temps, 22 mai 1922).

66 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 218.

67 BNF, fonds Barrès, carte de Jérôme Tharaud à Maurice Barrès, Beyrouth, 25 mai 1922.

68 Ibid., carte de Jérôme Tharaud à Maurice Barrès, Damas, 5 juin 1922. * : lecture hypothétique.

69 Ibid., carte postale de Pierre Benoit à Maurice Barrès, Bruges, 15 juin 1922.

70 « Sur les traces de Lady Stanhope », La Revue hebdomadaire, 1er décembre 1923.

71 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., note no 7 du tome I, p. 206. Voir BNF, fonds Barrès, lettres de Pierre Benoit à Maurice Barrès, Antoura, 31 juillet et 13 août 1923.

72 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, Revue des Deux Mondes, 15 juin 1923, p. 747 (éd. cit., t. I, p. 297).

73 Aristide Marie, Gérard de Nerval : le poète, l’homme, d’après des manuscrits et documents inédits, Paris, Hachette, 1914, p. 294-995 [Z Barrès 22524 et Z Barrès 22525]. L’ouvrage est dédié à Maurice Barrès, qui couvre de notes les deux pages où figure le sonnet.

74 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. II, note no23, p. 215.

75 Ibid., t. I, p. 298.

76 Ibid., t. I, p. 218.

77 BNF, fonds Barrès, lettre de Raymond Recouly à Maurice Barrès, 16 juin 1922.

78 Ibid.

79 Albert Thibaudet, Les Princes Lorrains [1924], Réflexions sur la politique, éd. Antoine Compagnon, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2007, p. 30.

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site