Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient des écrivains et des savants à l’épreuve de la Grande Guerre

 | 
Jessica Desclaux

Introduction

Jessica Desclaux

Texte intégral

  • 1 BNF, département des manuscrits, Naf 28 210 (désormais fonds Barrès), lettre de Maurice Barrès à He (...)
  • 2 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1923, t. I, p. 16.
  • 3 Ibid., p. 64.

1« Mon cher ami, devrais-je mettre “la Grande Guerre…” en tête de la dédicace, ou bien laisser cette phrase à la quatrième page ?… Peut-être à la mettre en titre ferais-je trop voir que (et bien injustement) que [sic] c’est un vieux voyage1 ? » En 1923, alors qu’il relit la dédicace d’Une enquête aux pays du Levant, adressée à Henri Bremond, Barrès s’interroge sur la place à accorder à l’événement historique qui a bouleversé la carte de l’Orient et rendu périmée une grande partie des notes prises en voyage : « Mais les maîtres et les élèves avec qui j’ai causé il y a huit ans, que sont-ils devenus aujourd’hui ? Leurs propos et leurs portraits, dont mes carnets sont couverts, risquent de n’être plus au point2 », s’inquiète-t-il avant de conclure : « Si je vaux, c’est pour témoigner quels étaient, à la dernière heure avant le drame, les sentiments de cette nation fidèle. Un tel chapitre, dûment daté, prend place dans la longue série des titres du Liban et dans les substructions de l’édifice franco-libanais3. »

  • 4 Voir sur ce sujet les études d’Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, Genè (...)
  • 5 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à sa femme, Paulette, Beyrouth, 2 juin 1914.
  • 6 Maurice Barrès, Mes cahiers, Éditions des Équateurs, t. I, 2010, cinquième cahier, p. 239 [entre dé (...)

2Parti du 1er mai au 2 juillet 1914, un an après la publication par Maurice Pernot de son rapport sur les œuvres françaises en Orient, quelques mois après les voyages de Loti et de Gide dans l’Empire ottoman, Barrès se livre à une vaste enquête sur les maisons d’enseignement laïques et congrégationnistes et sur les écoles mystiques d’Orient : le yézidisme, l’ismaélisme de la secte des Hachichins ou Assassins, le mysticisme des derviches de Konia, dont l’ordre fut fondé par Rumi, constituent les étapes importantes de la quête du voyageur4. « Ce qui m’égare vers Constantinople, c’est mon désir de voir Konia et les derviches tourneurs. Or, mon désir est si peu compris qu’à Damas et à Tripoli, les mêmes gens qui m’inventent tous les honneurs militaires et trente-six fêtes sans intérêt n’ont pas su me faire voir ces derviches5 ! » confie Barrès à sa femme. Durant son séjour, il récolte de nombreux documents d’Alexandrie à Constantinople. Revenu quatre jours après l’attentat de Sarajevo, l’écrivain, qui se veut un nouveau Goethe, repousse la rédaction de son « Divan d’Orient et d’Occident » pour soutenir l’effort de guerre dans L’Écho de Paris. Durant plus de quatre années, il consacre toute son énergie aux chroniques guerrières. « Goethe au bruit du canon français écrivit le Divan./ Chateaubriand dans son ambassade de Londres se rappelait sa misère. Moi, dans mes activités, dans ma vie extérieure, je me lave, je me purifie dans mes rêves d’Orient6. » Barrès n’écrit pas au bruit du canon le récit de son voyage, mais les souvenirs d’Orient surgissent ponctuellement dans ses chroniques, souvent comme des moments d’évasion du temps historique.

  • 7 L’exemplaire de Thibaudet d’Une enquête aux pays du Levant porte la dédicace : « À mon ami Albert T (...)
  • 8 Albert Thibaudet, Les Princes lorrains [1924], Réflexions sur la politique, éd. Antoine Compagnon, (...)
  • 9 Jacques Huré, « Le dernier des écrivains orientalistes », dans André Guyaux, Joseph Jurt et Robert (...)

3Selon Albert Thibaudet7, la Grande Guerre n’a pas seulement modifié la géographie politique de l’Empire ottoman, mais a aussi eu pour conséquence de marquer la fin d’une lignée littéraire de voyageurs : « Le voyage de Barrès, après ceux de Chateaubriand, de Lamartine, de Gautier, de Gérard de Nerval, aura été le dernier des voyages romantiques d’Orient, des voyages vers l’Orient romantique. Là encore 1914 marque la grande coupure. Cet Orient n’existe plus8. » L’adjectif « dernier » dramatise la place de Barrès dans l’histoire littéraire. En 1989, Jacques Huré le reprend dans l’étude où il présente Barrès comme « le dernier des écrivains orientalistes9 ».

*

  • 10 « Je suis heureux de l’honneur que vous faites à L’Illustration en la choisissant pour publier votr (...)
  • 11 Vicomte Savigny de Moncorps, Journal d’un voyage en Orient 1869-1870. Égypte-Syrie-Constantinople, (...)
  • 12 Maurice Barrès, « Journal de ma vie extérieure. Notes sur Venise », La Batte, 17 août 1888 ; « Jour (...)
  • 13 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à Mme Baldensperger, 19 décembre 1922.
  • 14 Dominique Kalifa, « Enquête et culture de l’enquête au xixe siècle », Romantisme, no 149, « L’Enquê (...)

4Les modifications que Barrès apporte au titre de son récit de 1914 à 1923 semblent conforter cette lecture et marquer symboliquement le passage du modèle du voyage romantique à celui de l’enquête journalistique polémique. Le titre de Barrès, qui inscrit l’ouvrage dans un genre littéraire et un paysage idéologique, connaît une évolution, liée en partie à la guerre ou du moins à ses conséquences. En 1914, Barrès en formule deux ; dans ses cahiers de notes, il songe à « Voyage en Orient », avant de préciser en juillet à René Baschet, directeur de L’Illustration, qui accepte de publier son texte : « Journal de voyage en Orient10 ». L’ajout de « Journal » apporte une précision générique, qui range le livre dans la catégorie de l’écrit de soi et annonce un récit organisé selon un ordre chronologique et spatial. Barrès fait le choix d’une continuité avec ses prédécesseurs : Nerval et Lamartine — du moins, dans la version répandue à la fin du siècle du titre tronqué des Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-1833) — ont opté pour Voyage en Orient, tandis qu’en 1873 le vicomte de Savigny de Moncorps intitule son livre Journal d’un voyage en Orient11. Dès l’époque d’Un homme libre, Barrès goûte le genre du journal, qu’il se réapproprie en organisant par exemple ses articles sur Venise en un diptyque intitulé « Journal de ma vie extérieure. Notes sur Venise » et « Journal de ma vie intérieure »12. Néanmoins, dans ses écrits de voyage, il a peu adopté cette forme, préférant souvent le recueil de chroniques et de nouvelles. Huit ans après son voyage, en décembre 1922, Barrès annonce à Mme Baldensperger un titre qu’il a considérablement modifié : « Je suis mort de fatigue et d’obsession parce qu’au milieu de menus travaux je me suis imposé de terminer Une enquête dans le Levant (et ce n’est pas rien !) pour le plus prochain jour de janvier ou février13. » Les modifications concernent le genre et le nom du lieu. Pour la première, le terme « enquête » fait écho à un genre en vogue au tournant des xixe et xxe siècles. L’article indéfini « une », qui précède le nom, marque la volonté de Barrès de s’inscrire dans une série, celle de l’enquête et non plus du voyage en Orient. Selon Dominique Kalifa, l’enquête, qu’elle soit policière, administrative, judiciaire, sociale ou littéraire, connaît une véritable vogue vers 1900 puis au lendemain de la Première Guerre mondiale14. Durant la Belle Époque, le terme connaît une spécialisation que Jacques Julliard rappelle :

  • 15 Jacques Julliard, « Avant-propos », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 22, « Enquêt (...)

Enquêter, c’est s’enquérir, c’est-à-dire s’informer. Autrement dit, assembler une documentation. Le premier sens du mot histoire, c’est enquête, nous le savons depuis Hérodote. Mais à la fin du xixe siècle, le mot prend un sens nouveau, plus spécialisé. Il s’agit de faire parler des gens, de confronter leurs opinions, et d’en tirer ensuite des conclusions15.

  • 16 Raymond Recouly, « Une enquête en Syrie. Alep la cité des marchands », Le Figaro, 12 mai 1922.
  • 17 Maurice Barrès, Faut-il autoriser les congrégations ? [Paris, Plon-Nourrit, 1923-1924, t. I-II], da (...)
  • 18 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à Mme Baldensperger, 30 décembre 1922.

5S’il ne retient pas « enquête » pour le titre de 1914, au moment de concevoir son voyage, Barrès est influencé par la lecture d’une série d’enquêtes sur les établissements laïques et religieux en Orient que des journalistes publient dans les grands quotidiens. La série d’articles que Raymond Recouly fait paraître en 1922 sous le titre « Enquête en Syrie » a pu raviver chez lui l’intérêt pour ce terme16. La reprise à la Chambre du débat sur les congrégations incite également Barrès à jouer avec le modèle de l’enquête parlementaire ou administrative. À la fin de l’année 1922, le député et vice-président de la commission des Affaires étrangères se voit en effet confier la rédaction de cinq rapports sur des congrégations différentes de celles qu’il a visitées en Orient17. Il présente son récit de voyage comme un appui à cette campagne. Ce contexte parlementaire provoque un sentiment d’urgence chez l’écrivain, qui confie à Mme Baldensperger à la fin de décembre 1922 : « Je cours à mon coffre oriental où gisent mes manuscrits afin d’en tirer en huit jours de vacances un premier manuscrit18. » Ainsi, la précision générique de 1922 fait signe vers un autre horizon que celui des titres de 1914, sans pour autant que la guerre ait joué un rôle dans ce changement. Elle éclaircit plutôt un projet et un modèle déjà très présents en 1914. Pour la seconde modification, qui concerne le nom de lieu, l’empreinte de la guerre sur la rédaction du voyage est plus nette. Le terme « Levant », que Barrès étoffe ensuite en « pays du Levant », évince « Orient ». Un brouillon, conservé dans le dossier de genèse, révèle la charge polémique contenu dans ce choix : 

  • 19 Ibid, boîte no 49, Dossier no 2 « chap. 1 La traversée ». Le passage n’est pas conservé dans l’état (...)

le proche Orient ! — cette expression anglaise que nous avons sottement substituée à notre désignation traditionnelle du Levant est tout au moins d’une frappante exactitude sentimentale sentimentale. Nul pays n’est de ce côté du monde plus proche de nos cœurs que la Syrie. Voir ce que dit Berthelot de l’alchimiste syriaque qu’il a [illis.]. C’est à travers la Syrie elle que l’Orient et même la Grèce nous ont transmis leurs idées. À côté des juifs, il y avait dans nos villes mérovingiennes des colonies de Syriens. Plus tard les croisades ont multiplié les contacts19.

  • 20 Georges Grente, Une mission dans le Levant, Paris, G. Beauchesne, 1922. L’ouvrage se trouve dans la (...)
  • 21 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 2.

6Avec « Levant », Barrès opte pour un terme ancien, inscrit dans la tradition française, en résistance à l’expression anglaise de « Proche-Orient ». Ce retour à une nomination datée, par-delà le nouveau vocabulaire géopolitique, n’est pas le propre de l’écrivain. En 1922, Georges Grente fait ainsi paraître Une mission dans le Levant20. Néanmoins, tout comme l’Orient ne disparaît pas des titres de la librairie, il se maintient dans le récit de l’écrivain. Barrès alterne « Levant », « Orient », « Asie », avec un certain flou pour les deux derniers, mais du point de vue quantitatif avec une nette préférence pour « Orient ». Il utilise même une fois « proche Orient », en ayant gommé le discours incisif développé dans le brouillon : « Qu’aujourd’hui du moins, il me soit permis d’aller, comme au seuil de mon véritable destin, dans le proche Orient et d’y tendre mon verre aux échansons de l’éternité21. » Entraîné par le contexte polémique de l’après-guerre, le choix d’inscrire « Levant » sur la couverture crée donc un certain écart avec l’ensemble du récit.

7Le titre apporte ainsi de premiers éléments pour mesurer l’influence de la guerre sur la vision et l’écriture de l’Orient par Barrès et le rapport de l’écrivain à ses modèles. Son étude constitue la porte d’entrée à la réflexion plus vaste présentée dans le volume.

*

  • 22 La journée d’étude « L’Orient à l’épreuve de la Grande Guerre. Autour d’Une enquête aux pays du Lev (...)

8Réparties en trois sections, « Genèse d’Une enquête aux pays du Levant », « Aspects de l’Orient », « Voyages contemporains et postérité de Barrès », les contributions, issues d’une journée d’étude tenue en 201722, explorent les mutations du discours sur l’Orient chez des personnalités qui ont connu l’Empire ottoman et qui se remémorent, rédigent leur voyage, voire retournent sur les lieux, dans les années de guerre et d’après-guerre. Dans quelle mesure la Grande Guerre a‑t‑elle mis à l’épreuve leur(s) vision(s) de l’Orient ? Y a-t-il une permanence ou un renouvellement du discours sur l’Orient après la Grande Guerre dans leurs écrits, plus particulièrement dans le genre du récit de voyage ? Pour éclairer Une enquête aux pays du Levant, on a confronté l’exemple de Barrès aux cas d’orientalistes, archéologues, savants et écrivains, en privilégiant les contemporains mentionnés par l’auteur dans son récit ou lui ayant servi d’informateurs.

  • 23 L’étude importante d’Ida-Marie Frandon n’a pas abordé cette dimension de l’histoire du texte. Voir (...)

9La première partie se concentre sur la « Genèse d’Une enquête aux pays du Levant ». Quelle place occupe la guerre dans la création23? La réflexion part du récit de Barrès, caractérisé par sa longue genèse, commencée avec le voyage en 1914, interrompue par le conflit, reprise dans les années 1920 dans un nouveau contexte géopolitique et littéraire, aboutissant en 1923 à la publication du récit. L’évolution de la mémoire des voyages en Orient dans le dossier de genèse montre comment Barrès est amené à reconsidérer sa place dans l’histoire des voyageurs entre 1914 et 1923 : après avoir noué un dialogue ambigu avec ses prédécesseurs romantiques, oscillant entre pèlerinage et polémique, Barrès fait de la guerre une césure nette, se présente comme le dernier de cette lignée de pèlerins romantiques et affirme ses différences avec la nouvelle génération d’écrivains. L’étude des chroniques de L’Écho de Paris permet d’aborder sous un autre angle la question de la place de la guerre dans la création : les articles écrits sur l’Orient entre 1914 et 1918 constituent-ils un avant-texte du récit de voyage ? Leur analyse fait mieux saisir les nuances des discours sur l’Orient que Barrès formule selon les genres et les lieux de publication.

  • 24 Voir Albert Thibaudet, « Les jardins de l’Orient » [NRF, 1er août 1922], Réflexions sur la littérat (...)
  • 25 Maurice Barrès, « Quelles limites poser au germanisme intellectuel ? » [La Revue universelle, 1er e (...)

10La seconde partie présente quelques aspects du discours idéologique sur l’Orient, développés dans le contexte de la rivalité de la France avec l’Allemagne. Les contributions éclairent des silences et des ambivalences de Barrès, présents dans Une enquête aux pays du Levant. Elles commencent par brosser un tableau de l’archéologie entre 1914 et 1923. Deux figures d’archéologues se détachent : Georges Contenau, compagnon de Barrès en Orient, et René Dussaud, spécialiste de la région des châteaux des Assassins. Les deux hommes, dont le rôle grandit sous le mandat français en Syrie, montrent la continuité du personnel par-delà la guerre, et une montée du discours politique dans leurs échanges avec l’écrivain. Dans les années 1920, Barrès laisse dans les marges de la création les nouvelles questions sur la politique des fouilles, marquées par la concurrence avec l’Allemagne et l’Angleterre, pour privilégier l’enquête sur les religions orientales. Malgré cette retenue, dans les conclusions d’Une enquête, Barrès durcit son discours sur l’Orient. Une enquête porte la trace du débat intellectuel sur l’orientalisme qui, dans les années d’après-guerre, au moment du voyage de Tagore et de la parution des écrits de Keyserling, regarde du côté de l’Inde24. Prolongeant ses réflexions de 1922 sur les « limites à poser au germanisme intellectuel25 », dans l’épilogue, Barrès appelle à canaliser la magie irrationnelle de l’Orient ou de l’Asie, alors même que plusieurs passages de son récit échappent à cette direction, montrent sa fascination et présentent un jugement plus ambivalent.

11La dernière partie porte sur les « voyages contemporains et la postérité de Barrès ». Elle met tout d’abord en regard le cas de Barrès avec celui d’autres écrivains qui se sont rendus dans l’Empire ottoman à la veille de la guerre : Loti part vers septembre 1913 à Constantinople, en habitué et invité par les Turcs ; Gide délaisse l’Algérie pour découvrir la Turquie avec Henri Ghéon et Mme Aline Mayrisch-de Saint-Hubert du 25 avril au 31 mai 1914 ; Barrès mène une vaste enquête sur le fait religieux d’Alexandrie à Constantinople, un mois après le retour de Gide. Les contributeurs atténuent l’idée d’une rupture entraînée par la guerre. Ils montrent la continuité d’un propos par-delà les contradictions apparentes des discours idéologiques pris dans le temps historique : cohérence de la pensée de Loti sur la question coloniale ou la critique de la modernité, ressassement du discours sur la désillusion du voyage et dépassement de l’histoire par la mythologie personnelle de l’Orient fantasmé pour Gide. Par rapport aux écrits de Gide et de Loti, Une enquête aux pays du Levant apparaît comme un livre charnière pour identifier les mutations du genre du récit de voyage entre le long xixe siècle, marqué par le romantisme, motivé par la quête spirituelle, et les années d’entre-deux-guerres où se développe le genre du grand reportage, marqué par un intérêt plus politique, lié en particulier à la présence coloniale française en Syrie et au Liban. La postérité de Barrès dans l’entre-deux-guerres est importante : plusieurs écrivains (les frères Tharaud, Henry Bordeaux, Roland Dorgelès…) se réapproprient les pèlerinages littéraires de leur devancier.

*

  • 26 Uneenquête aux pays du Levant a paru dans trois éditions : 1°/ Paris, Plon-Nourrit, 1923, 2 t. ; 2° (...)
  • 27 Maurice Barrès, Un jardin sur l’Oronte [Revue des Deux Mondes, 1er et 15 avril 1922], Paris, Plon-N (...)
  • 28 Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, op. cit., chap. « Au bout du rêve : (...)
  • 29 Ida-Marie Frandon consacre quelques pages à ce recueil dans L’Orient de Maurice Barrès, étude de ge (...)

12La démarche qui guide l’ensemble du volume est l’attention au texte et au contexte d’écriture. Il s’agit d’appréhender Une enquête aux pays du Levant, à laquelle aucun ouvrage n’a été entièrement consacré et qui n’a pas fait l’objet de réédition scientifique26, en retournant au dossier de genèse, en comparant le texte à d’autres écrits de Barrès sur l’Orient, ou en le confrontant aux discours de ses contemporains. Ce jeu de croisement permet de mieux cerner la pluralité et les nuances des représentations de l’Orient que Barrès développe de 1914 à 1923. En préférant mettre en avant des textes peu étudiés, comme Une enquête aux pays du levant, Chronique de la Grande Guerre, Les Grands Problèmes du Rhin et la correspondance, en privilégiant le genre du récit de voyage, le volume laisse de côté deux livres pourtant importants : Un jardin sur l’Oronte et Le Mystère en pleine lumière27. Le premier, roman paru en 1922, présente une genèse différente du récit de voyage et offre un contrepoint intéressant aux visions de l’Orient présentées dans Une enquête aux pays du Levant. Barrès ne songe pas à l’écrire lors de son voyage en 1914 ni à son retour immédiat, aucune note prise dans ses cahiers d’Orient ne renvoie directement à un projet de fiction. Mais, après la guerre, il reporte l’écriture du récit de voyage pour une nouvelle orientale qui prend finalement les proportions d’un petit roman : pour ce faire, il réécrit et transpose en Orient une nouvelle espagnole laissée inachevée en 1905, « La musulmane courageuse », et trouve dans la poésie persane et les toiles les plus romanesques de Delacroix les images pour nourrir l’Orient de ses rêves. Seule l’histoire cadre renvoie au contexte géopolitique contemporain de l’auteur, qui rattache ainsi la fiction à son propre voyage, tandis que l’histoire enchâssée se déroule au temps des croisades. Ida-Marie Frandon, Émilien Carassus et Vital Rambaud ont reconstitué la genèse du livre dans leur thèse ou leur édition ; Claire Évesque a retracé la « sotte querelle de l’Oronte » faite à Barrès par plusieurs lecteurs catholiques déstabilisés par la vision religieuse du roman28. Nous renvoyons à ces riches travaux en compléments, tandis que la réflexion reste à poursuivre pour les textes du recueil posthume Le Mystère en pleine lumière, auquel à l’origine Un jardin sur l’Oronte devait appartenir29.

  • 30 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 64.
  • 31 Voir Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités e (...)

13Le volume entend ainsi explorer les liens entre l’histoire du genre du voyage en Orient et l’histoire politique. Au sortir du conflit, Barrès a conscience que la guerre a bouleversé le paysage littéraire, non seulement du point de vue de la génération décimée, mais aussi de l’écriture. Il réfléchit à la question, en rédigeant Une enquête aux pays du Levant. Il y répond en termes temporels : « un vieux voyage ». L’écrivain résiste à actualiser ses informations, à intégrer les nouvelles questions politiques sur le mandat français, préfère réaffirmer son appartenance à la lignée romantique et le terme ancien de « Levant ». La Grande Guerre insuffle à l’écriture cette dynamique de résistance et de retour en arrière. L’obsolescence des informations récoltées pour son enquête amène l’écrivain à repenser son récit en termes de témoignage : « Si je vaux, c’est pour témoigner… »30 La conséquence de la guerre provient peut-être en fin de compte de la fonction testimoniale que Barrès assigne à son écrit d’Orient. L’essor des témoignages durant le conflit n’a-t-il pas influencé le regard que l’écrivain porte sur son récit de voyage, sa manière de penser son écrit par rapport à la société31?

Notes

1 BNF, département des manuscrits, Naf 28 210 (désormais fonds Barrès), lettre de Maurice Barrès à Henri Bremond, Charmes, s. d. [1923]. Je remercie de sa grande aide M. Jérôme Villeminoz, conservateur au département des manuscrits de la BNF, responsable du fonds Barrès.

2 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1923, t. I, p. 16.

3 Ibid., p. 64.

4 Voir sur ce sujet les études d’Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, Genève/ Lille, Droz/ Giard, 1952, p. 353-363 ; « Assassins » et « Danseurs mystiques » dans Une enquête aux pays du Levant de Maurice Barrès, Genève/ Lille, Droz/ Giard, 1954.

5 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à sa femme, Paulette, Beyrouth, 2 juin 1914.

6 Maurice Barrès, Mes cahiers, Éditions des Équateurs, t. I, 2010, cinquième cahier, p. 239 [entre décembre 1898 et février 1899]. Barrès cite de mémoire les premiers vers du sonnet de Gautier qui ouvre Émaux et camées : « Pendant les guerres de l’Empire,/ Goethe, au bruit du canon brutal,/ Fit Le Divan occidental,/ Fraîche oasis où l’art respire. » (préface, v. 1-4).

7 L’exemplaire de Thibaudet d’Une enquête aux pays du Levant porte la dédicace : « À mon ami Albert Thibaudet, avec l’expression de ma gratitude, Barrès ». Conservé dans la réserve des livres rares de la BNF [RES P-O2-2374 (1) et (2)], il a fait l’objet d’une numérisation, mise en ligne sur Gallica.

8 Albert Thibaudet, Les Princes lorrains [1924], Réflexions sur la politique, éd. Antoine Compagnon, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2007, p. 30.

9 Jacques Huré, « Le dernier des écrivains orientalistes », dans André Guyaux, Joseph Jurt et Robert Kopp (dir.), Barrès, une tradition dans la modernité. Actes du colloque de Mulhouse, Bâle et Gribourg-en-Brisgau des 10, 11 et 12 avril 1989, Paris, Honoré Champion, coll. « Travaux et recherches des universités rhénanes » n°5, 1991, p. 223-231.

10 « Je suis heureux de l’honneur que vous faites à L’Illustration en la choisissant pour publier votre Journal de voyage en Orient./ J’accepte le prix de trente mille francs que vous me demandez pour cette publication qui aura l’importance d’un volume de roman. » BNF, fonds Barrès, lettre de René Baschet à Maurice Barrès, Paris, 21 juillet 1914.

11 Vicomte Savigny de Moncorps, Journal d’un voyage en Orient 1869-1870. Égypte-Syrie-Constantinople, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1873.

12 Maurice Barrès, « Journal de ma vie extérieure. Notes sur Venise », La Batte, 17 août 1888 ; « Journal de ma vie intérieure », ibid., 20 septembre 1888.

13 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à Mme Baldensperger, 19 décembre 1922.

14 Dominique Kalifa, « Enquête et culture de l’enquête au xixe siècle », Romantisme, no 149, « L’Enquête », dir. Dominique Kalifa, 3e trimestre 2010, p. 4-5.

15 Jacques Julliard, « Avant-propos », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 22, « Enquête sur l’enquête », 2004, p. 3.

16 Raymond Recouly, « Une enquête en Syrie. Alep la cité des marchands », Le Figaro, 12 mai 1922.

17 Maurice Barrès, Faut-il autoriser les congrégations ? [Paris, Plon-Nourrit, 1923-1924, t. I-II], dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, Paris, Club de l’Honnête Homme, t. XI, 1968.

18 BNF, fonds Barrès, lettre de Maurice Barrès à Mme Baldensperger, 30 décembre 1922.

19 Ibid, boîte no 49, Dossier no 2 « chap. 1 La traversée ». Le passage n’est pas conservé dans l’état final du texte.

20 Georges Grente, Une mission dans le Levant, Paris, G. Beauchesne, 1922. L’ouvrage se trouve dans la bibliothèque de Barrès, conservée au département des imprimés sous la cote [Z BARRÈS 20132].

21 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 2.

22 La journée d’étude « L’Orient à l’épreuve de la Grande Guerre. Autour d’Une enquête aux pays du Levant de Maurice Barrès » (21 juin 2017, Collège de France) a été organisée dans le cadre de l’USR République des savoirs : lettres, sciences, philosophie (USR 3608, Ens/ Collège de France/ Cnrs) avec le soutien de la Chaire de M. le professeur Antoine Compagnon (« Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique et théorie »). Je remercie M. Antoine Compagnon de sa confiance et de ses conseils. Je suis reconnaissante à M. Henry Laurens, Mme Sophie Basch, MM. Sarga Moussa et Rémy Arcemisbéhère d’avoir enrichi la journée par leur présence et leurs interventions. Je remercie également les directeurs de la collection « Vers l’Orient », MM. Daniel Lançon et Sarga Moussa, pour leurs suggestions précieuses qui ont permis de mener à bien la publication.

23 L’étude importante d’Ida-Marie Frandon n’a pas abordé cette dimension de l’histoire du texte. Voir Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, op. cit. La démarche qui consiste à interroger l’impact de la Grande Guerre sur la genèse d’une œuvre s’inscrit dans le prolongement des travaux que l’équipe proustienne de l’Item a menés. Voir Philippe Chardin et Nathalie Mauriac Dyer (dir.), Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2014.

24 Voir Albert Thibaudet, « Les jardins de l’Orient » [NRF, 1er août 1922], Réflexions sur la littérature, éd. Antoine Compagnon et Christophe Pradeau, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007, p. 694-705. « Keyserling et la France » [NRF, 1er juillet 1930], Réflexions sur la politique, éd. cit., p. 417 et sq.

25 Maurice Barrès, « Quelles limites poser au germanisme intellectuel ? » [La Revue universelle, 1er et 15 janvier 1922], Les Grands Problèmes du Rhin [1930], dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, Paris, Club de l’Honnête Homme, t. X, 1967, p. 377-415.

26 Uneenquête aux pays du Levant a paru dans trois éditions : 1°/ Paris, Plon-Nourrit, 1923, 2 t. ; 2°/ dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, préfacée par Henry de Montherlant, Paris, Club de l’Honnête Homme, t. XI, 1968 ; 3°/ éd. préfacée par Jacques Huré, Houilles, éditions Manucius, coll. « Orients », 2005. Aucune édition ne comporte un appareil critique. On a choisi comme édition de référence pour ce volume l’édition originale de 1923, l’exemplaire de Thibaudet étant facilement consultable en ligne sur Gallica. Toutes les contributions se réfèrent à cette édition. En dépit de l’importante préface de Jacques Huré, à laquelle nous renvoyons, l’édition de 2005 a été écartée en raison des nombreuses coquilles présentes dans le texte et de la mauvaise qualité de la reproduction des photographies. L’édition de Philippe Barrès, peu accessible hormis dans les rayons des bibliothèques, ne correspond pas tout à fait à l’état de l’édition originale : l’éditeur a retiré les photographies placées au sein du texte et a ajouté d’autres images dans les annexes, il a renuméroté les chapitres, reprenant la numérotation de la prépublication et non de l’édition parue en deux tomes.

27 Maurice Barrès, Un jardin sur l’Oronte [Revue des Deux Mondes, 1er et 15 avril 1922], Paris, Plon-Nourrit, 1922 ; Le Mystère en pleine lumière, Paris, Plon, 1926.

28 Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, op. cit., chap. « Au bout du rêve : Un jardin sur l’Oronte », p. 311-351. Maurice Barrès, Un jardin sur l’Oronte, éd. Émilien Carassus, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1990 ; Romans et voyages, éd. Vital Rambaud, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, t. II. Claire Bompaire-Évesque, « “La querelle de l’Oronte” (1922) : un débat entre Maurice Barrès et les critiques catholiques sur les devoirs de l’écrivain », dans Carole Auroy, Olivier Gallet, Denis Labouret et Aude Préta de Beaufort (dir.), La Plume et le goupillon. L’écrivain catholique en FranceFrance, Anatole au xxe siècle. Actes du colloque sur « l’écrivain catholique » coorganisé par les universités de Paris-Sorbonne, d’Angers et de Lorraine (novembre 2013-février 2014), Paris, Classiques Garnier, à paraître.

29 Ida-Marie Frandon consacre quelques pages à ce recueil dans L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, op. cit., chap. « Variations orientales ».

30 Maurice Barrès, Une enquête aux pays du Levant, éd. cit., t. I, p. 64.

31 Voir Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928 [Paris, Éditions Les Étincelles, 1929], Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993.

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site