Version classiqueVersion mobile

Itinéraires de Roberto Rossellini

 | 
Robert Bonamy

Les films de télévision de Roberto Rossellini

Jean-Louis Comolli

Texte intégral

1Quand j’ai un peu connu Roberto Rossellini, c’était en 1968, à Venise puis à Rome, je n’avais pas eu l’idée de le filmer. André S. Labarthe et Jean Rouch s’en étaient occupés : on ne saurait mieux faire. Ces rushes malheureusement se sont perdus. Avant-goût de ce qui se passe aujourd’hui avec les cartes « mémoire », infiniment moins encombrantes que des galettes de 16 mm. Quand Gérald Collas m’a proposé, en même temps qu’à Bruno Deloye, de faire un film sur « Rossellini et la télévision » – c’était en 2005 et j’avais lu le livre érudit d’Adriano Aprà –, il m’a semblé que Rossellini était là, encore, à habiter notre mémoire cinématographique, à bousculer nos trop rapides satisfactions cinéphiles. J’ai donc commencé ce tournage à Rome, chez Aprà, qui n’est pas seulement notre ancien complice des années 1960 aux Cahiers du cinéma, qui n’est pas seulement le meilleur connaisseur mondial de l’œuvre de Rossellini, qui n’est pas seulement l’acteur merveilleux du Othon de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub (1969), et le fondateur de Cinema e Film, cette revue sœur : nous étions donc dans une relation où les affects étaient plus forts encore que les références savantes. Et tant mieux. On ne saurait filmer autour ou à partir de R. R. sans, disons-le d’un mot : amour. Ce film est donc un film polémique, qui prône un cinéma en partie improvisé, moins dispendieux, plus bricolé. Ce film est donc un exercice d’admiration à l’endroit du cinéma, de la parole et du geste de R. R. C’est bien pourquoi nous avons, avec Ginette Lavigne au montage, fait flotter la figure rossellinienne en marge ou en écho des propos de ses collaborateurs. La question reste : voir le cinéma non pas comme une collection d’œuvres mais comme un chantier interminable où les procédures et les techniques – les manières de faire – ont autant sinon plus d’importance que les films accrochés aux murs des musées. Dans le « comment », il y a le « pourquoi », il y a aussi l’enjeu esthétique en même temps qu’économique. Raconter l’histoire d’un film n’est pas raconter ce qu’il raconte mais comment il en arrive à pouvoir raconter. Mais nous a retenu avant tout la rupture déclarée en 1975 (année charnière) de R. R. avec ce qu’il appelait, après Guy Debord, « la société du spectacle ». Rencontre inattendue mais essentielle. Les « films de télévision » de Rossellini introduisent dans son cinéma une nouvelle manière de filmer (la combinaison des travellings poussés et des zooms du Pancinor agi par R. R.), une nouvelle manière de jouer (la récitation ou la citation) au lieu du jeu mimétique des émotions, une nouvelle manière encore d’écarter toute dramaturgie en laissant une histoire se développer à la façon d’un récit historique plus « froid » que le drame. R. R. retrouve la mise à distance prônée par Bertolt Brecht. Et telle est sa modernité. Rossellini est là, quelque part en nous, inspirateur et critique à la fois. Mais il faudrait dire tout autant le contraire, qu’en la télévision comme elle apparaissait alors, au milieu des années 1960, infiniment plus jeune et innocente qu’elle n’a été ensuite, Rossellini croyait de toutes ses forces. Il faudrait dire qu’il a voulu une télévision proche de chacun, savante et rusée à la fois, portant l’idée de peuple du côté des grandes vertus : la connaissance du monde et des autres, l’enseignement des histoires et des crises ; et que son « cinéma-de-télévision » s’était voulu exemplaire de cette manière de prendre l’autre au sérieux, loin de tout mépris et de tout esprit mercantile. Utopie, oui, mais en partie réalisée en moins de dix ans. Il n’y a d’utopie véritable que celles qui donnent lieu à un nouveau début. Commencer, c’est recommencer encore et encore. Rossellini a cru au recommencement de la relation entre le cinéma et ses spectateurs, ses réalisateurs et ses producteurs, réunis dans un même désir de Lumières.

2La dernière utopie. La télévision selon Roberto Rossellini

3Par Jean-Louis Comolli (90’)

4Adriano Aprà & Jean-Louis Comolli

5Entretien (39’)

6Tous les droits des documents reproduits sur ce DVD sont réservés.

7© Ina / Paris – Vivo Film / Rome – 2006.

© UGA Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search