Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Multimodalité du langage dans les interactions et l’acquisition

 | 
Audrey Mazur-Palandre
, 
Isabel Colón de Carvajal

Biographie des auteurs

Texte intégral

1Brahim Azaoui a été enseignant et formateur en anglais et en FLE/S (Français langue étrangère / seconde) en France et à l’étranger avant de devenir maître de conférences en didactique des langues à l’Université d’Aix-Marseille/ESPÉ (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation) et rattaché au laboratoire Parole et Langage. Ses travaux portent sur la pratique enseignante et les interactions didactiques, qu’il aborde en considérant le discours et la gestualité pédagogique. Il s’intéresse notamment à l’effet du contexte d’enseignement sur l’action multimodale du professeur.

2Aurore Batista, est docteure en sciences du langage et actuellement enseignante de français via la LSF (langue des signes française) à l’Institut national des jeunes sourds de Paris. Après avoir soutenu sa thèse sur le développement multimodal de la communication au cours de la petite enfance, elle poursuit ses recherches sur l’acquisition précoce.

3Jean-Marc Colletta est professeur en sciences du langage à l’Université Grenoble Alpes et rattachée au laboratoire LIDILEM (Linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles). Ses domaines de recherche se concentrent principalement sur l’étude du développement discursif et multimodal de la parole ; de la multimodalité de la communication parlée ; de l’analyse du discours et des interactions ; et enfin des techniques d’annotation de données multimodales.

4Isabel Colón de Carvajal est maître de conférences en sciences du langage à l’ENS de Lyon et rattachée au laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations). Elle développe ses recherches sur l’analyse des interactions impliquant, d’une part, des objets techniques (interaction par écran, interaction en situation de jeux vidéo), d’autre part, des personnes atteintes de pathologies langagières (exemples : aphasie, Alzheimer) et leurs aidants (famille, professionnels de santé). L’analyse de la multimodalité dans ces deux contextes est constante.

5Samira Ibnelkaïd est docteure en sciences du langage et chercheure associée au laboratoire ICAR. Elle mène ses recherches sur les modalités inédites d’interactions sociales induites par la Révolution Numérique et les enjeux épistémologiques et méthodologiques qu’elles soulèvent. Elle cherche à proposer le renouvellement des situations de communication par écran à partir de réflexions théoriques issues des travaux fondateurs de l’interactionnisme et d’observations empiriques de corpus numériques dans une démarche méthodologique réflexive et interdisciplinaire entre sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, épistémologie et philosophie des techniques. Elle est également fondatrice du laboratoire alternatif citoyen TheNeverL@b (<https://theneverlab.com/​>) qui réunit chercheurs, artistes, artisans étudiants, habitants autour de projets conjoints définis par ses participants en cycles thématiques avec toujours la même visée : penser et panser le monde ensemble.

6Marie-Thérèse Le Normand est directrice de recherche INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) à l’Institut de psychologie de l’Université Paris Descartes. Ses travaux concernent les troubles d’acquisition du langage oral et écrit dans le domaine de la neuro-cognition du développement et de la théorie de l’esprit. À travers des méthodes diverses (corpus longitudinaux, protocoles expérimentaux et imagerie cérébrales), elle mène des études sur des populations présentant des profils très différents : des troubles spécifiques des apprentissages à la surdité en passant par le spectre autistique ou encore les pathologies cérébrales.

7Kristine Lund est ingénieure de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), affectée au laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages et Représentations) et co-fondatrice de la société CogniK (sur la personnalisation des contenus multimédia). Dans une perspective pluridisciplinaire, ces domaines de recherche vont de l’analyse multimodale des interactions langagières, à des travaux sur l’interdisciplinarité dans les sciences en passant par des recherches sur l’argumentation et l’analyse et la visualisation des traces dans les interactions humaines.

8Audrey Mazur-Palandre est ingénieure de recherche à l’Université de Lyon, affectée au LabEx ASLAN (laboratoire d’excellence Advanced Studies on Language Complexity) et au laboratoire ICAR. Ses recherches portent sur le développement du langage chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte (présentant ou pas des troubles du langage), à l’oral et à l’écrit. Ses travaux s’inscrivent dans une démarche pluridisciplinaire et pluri-méthodologique.

9Aliyah Morgenstern est professeure à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et est rattachée à l’équipe d’accueil PRISMES (Langues, textes, arts et cultures du monde anglophone), dont elle est la directrice adjointe. Ses travaux s’inscrivent dans le domaine de l’acquisition et du développement du langage chez les jeunes enfants (présentant ou pas des pathologies du langage), ce qui se concrétise par des analyses de corpus oraux dans une perspective multimodale.

10Marion Tellier est professeure en didactique des langues à l’Université d’Aix-Marseille et est membre du laboratoire Parole et Langage au sein duquel elle codirige l’équipe Coconstruction du sens : intégration, interface et interaction. Ses recherches portent sur l’étude de la gestuelle coverbale dans les interactions asymétriques et sur le geste pédagogique dans l’enseignement des langues étrangères.

11Anna-Claudia Ticca est docteure en sciences du langage et chercheure associée au laboratoire ICAR. Ses recherches actuelles s’intéressent aux interactions plurilingues, aux pratiques de traduction et d’interprétation. Elle contribue notamment au projet ANR REMILAS (Réfugiés, migrants et leurs langues face aux services de santé) dont l’objectif est d’étudier les interactions entre migrants et personnels des services de santé en région Rhône-Alpes en présence de médiateurs ou interprètes.

12Biagio Ursi est postdoctorant à l’ENS de Lyon et rattaché au laboratoire ICAR, dans le cadre du projet ANR franco-allemand SegCor : Segmentation de corpus oraux. Après avoir soutenu sa thèse sur « le refus en interaction » dans une perspective syntaxique et interactionnelle, il mène ses recherches sur des corpus de langue parlée en interaction en mobilisant de manière centrale l’analyse multimodale de données vidéo en contexte de visite guidée avec des enfants malvoyants ou encore lors de conversations entre amis lors de repas.

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site