Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écologies de l’attention et archéologie des media

 | 
Yves Citton
, 
Estelle Doudet

Pour une autre pensée des media et de l’attention

Média médiums : hantés par les algorithmes

Jeff Guess et Gwenola Wagon

Texte intégral

  • 1 Voir : www.mediamediums.net ; www.hauntedbyalgorithms.net (consultés le 9 février 2018).

1« Média Médiums » (2013-2014) et « Haunted by Algorithms » (2015-…)1 sont deux parties d’un projet de recherche explorant les multiples possibilités au travers desquelles le vivant, le machinique et le spectral s’entrelacent dans des réseaux de communication et d’attention. Ce projet a été l’occasion de réaliser deux expositions, d’éditer un ensemble de livres et de participer à la co-organisation du colloque tenu à Cerisy en juin 2016. Il nous a permis également de créer une plateforme de publication en temps réel qui consiste en un ensemble de textes et de projets commandités à des artistes et des chercheurs, accompagné d’une documentation de l’exposition, des séminaires et des événements.

« Média Médiums »

2La première partie du projet « Média Médiums » est conçue comme une enquête sur l’archéologie des media de communication, plus particulièrement les relations en Occident entre les technologies de transmission à distance de l’intelligence et certaines expériences spirites, médiumniques, extra-sensorielles et extra-terrestres. Nous avons proposé à un ensemble d’artistes, d’historiens, d’étudiants et de chercheurs de collaborer avec nous en explorant les liens entre les dispositifs techniques, issus des recherches scientifiques, et les divers phénomènes psychiques et surnaturels qui ont été engendrés par ces inventions ou ont conduit à leur émergence. Qu'il s'agisse d’informations véhiculées par des machines à travers des infrastructures technologiques, ou de dialogues entre des télépathes, entre des vivants et des morts, entre des humains et des aliens, ces échanges témoignaient d’un désir d’une communication étendue à travers l’espace et le temps, y compris au-delà de l’espèce humaine.

Illustration 1. Institut métapsychique international, Dossier 21:2 (2014). Cette série de documents issue des archives de l'IMI, Institut métapsychique international, sur des expériences scientifiques de télépathie, des comptes rendus de séances, des plans d’appareils et des résultats d'enquêtes sous forme de fac-similé, fait partie de la collection de livres « Média Médiums »

Illustration 1. Institut métapsychique international, Dossier 21:2 (2014). Cette série de documents issue des archives de l'IMI, Institut métapsychique international, sur des expériences scientifiques de télépathie, des comptes rendus de séances, des plans d’appareils et des résultats d'enquêtes sous forme de fac-similé, fait partie de la collection de livres « Média Médiums »

(Photo Jeff Guess et Gwenola Wagon. En ligne : http://www.mediamediums.net/​fr/​books [consulté le 9 février 2018]).

Forces et fluides

3Les découvertes de l'électricité et du magnétisme au xviie siècle ont donné naissance à toute une lignée d'objets techniques, de machines et de dispositifs permettant progressivement de percevoir des événements distants comme s’ils agissaient dans l’ici et maintenant. Ces inventions techniques ont également fait naître l'idée qu'il puisse exister d’autres forces, encore imperceptibles, qui permettraient l’action à distance.

  • 2 Voir la contribution d’Isabella Mattazzi au présent ouvrage.

4L'observation et la production d'électricité statique, et, plus tard, l'exploitation de la foudre dans la seconde moitié du xviiie siècle ont révélé que l’énergie électrique pouvait se manifester en des endroits insoupçonnés. Dans leurs laboratoires, Luigi Galvani et son neveu Giovanni Aldini piègent la foudre et la stockent sous forme d’électricité dans le but de ressusciter les membres amputés et les corps décapités d’hommes et d’animaux. Ces expérimentations sur l’électricité animale, aux allures effrayantes, où les corps sont animés de secousses et de soubresauts, ont contribué à forger une représentation galvanique du corps conçu comme un réseau d'impulsions nerveuses2, préfigurant les futures hybridations homme-machine.

5Tandis que Galvani et Aldini élaborent leurs macabres machines à réanimer les morts, Franz Anton Mesmer publie en 1779 son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal. Mesmer imagine qu’il existe un fluide universel, le magnétisme animal, semblable à l'Éther, circulant à l’intérieur et entre les corps, pénétrant toute matière. La bonne circulation de ce fluide étant le signe d’une bonne santé, Mesmer, qui se préoccupait de tout ce qui peut entraver cette circulation vitale, invente alors une nouvelle forme de thérapie corporelle :

  • 3 Sauf indication contraire, dans cet ouvrage, toutes les traductions françaises des citations en lan (...)

En passant lentement ses mains sur le corps des patients, ou par un simple coup de baguette aimantée, Mesmer provoquait des hurlements, des rires hystériques et contagieux, des vomissements et des convulsions3. (Turner, 2006)

6De plus en plus populaire, Mesmer cherche à étendre ses services spectaculaires et invente un système de communication spécifique, le baquet, un dispositif de cure collective qui lui permet de stocker et de redistribuer le magnétisme animal simultanément à des douzaines de patients, tous interconnectés.

Illustration 2. Dessin représentant un charlatan mesmérien, gravure sur bois, 1780.

Illustration 2. Dessin représentant un charlatan mesmérien, gravure sur bois, 1780.

R. J. Hamerton, « Royal Mesmerism. Commercial Treaty in favor of England », juillet-décembre 1843, p. 119.

Si vous réussissez, vous serez bientôt couverts de gloire

7Le dispositif de communication de Mesmer coïncide également avec l’invention, par Claude Chappe, du télégraphe optique, un réseau composé de stations relais, des sémaphores situés à une dizaine de kilomètres les uns des autres. Des opérateurs postés à chaque station utilisent un vocabulaire de bras mécaniques articulés pour composer de brefs messages que les suivants décryptent en les observant au télescope. Dans ce système, destiné à la transmission sur de longues distances des rapports confidentiels des armées napoléoniennes, les messages sont cryptés, et seuls les officiers en bout de chaîne sont aptes à décoder leur contenu, que les agents intermédiaires se contentent de transmettre mécaniquement.

8Le système de télécommunication cryptographique inventé par Chappe, et l'accélération du temps qu’il induit en permettant d’acheminer rapidement une information optique d'une station à l'autre, impliquent une reconsidération radicale de l’espace, des corps et des subjectivités. La transmission d'une suite de signes parfaitement visibles et pourtant incompréhensibles s’exécute en clair, alors que les opérateurs sont maintenus dans l’ignorance de ce qu’ils transmettent. L'opérateur humain n’est ainsi que le maillon interchangeable, l’agent automatique d’un système technologique qui le dépasse, relevant autant du médium que du medium.

What hath God wrought?

  • 4 Voir la contribution de Thierry Bardini au présent ouvrage.

9Samuel Morse a commercialisé l’une des premières versions électromagnétiques du télégraphe dans les années 1840 avec pour premier message transmis la célèbre phrase « What hath God wrought? » (« Qu’est-ce donc là que Dieu nous a apporté ? »). Bien que réservé à une élite, car très coûteux, son impact est énorme. Le délai entre l'émission et la réception du message étant désormais réduit à néant, le télégraphe inaugure les conditions d'une communication à longue distance en temps réel4. À une époque où la vitesse de transmission du message était indexée sur la vélocité du cheval, le télégraphe semblait invraisemblable, magique et venu d’un autre monde.

10L'opérateur joue de nouveau un rôle important. Là où, dans le dispositif imaginé par Chappe, il servait à l’émission et à la reconnaissance de signes optiques, il incarne désormais une sorte de corps hyper-technique, capable de s’adapter au rythme effréné de la réception et de la transcription immédiates d'impulsions sonores électriques. Le flux tendu l’obligeait à suspendre toute activité consciente pour être en mesure d’exécuter mécaniquement sa tâche afin de traiter assez rapidement les salves de messages qui lui parvenaient.

11L'accélération et la délocalisation transforment les concepts d'espace et de temps, en les rendant malléables et discrets (Carey, 1989). Les horloges distantes désormais reliées par le télégraphe, alors qu’elles étaient auparavant réglées sur les cycles naturels du soleil et des étoiles, deviennent soudainement comparables, et rendent visible l’existence d’une multitude de temps locaux hétérogènes, que l’expansion du capitalisme n’a pas encore pu rassembler en un réseau d’espaces-temps mondial synchrone. Mais l’effet le plus extraordinaire de cette disruption, c’est la possibilité alors de converser avec des intelligences désincarnées, des présences invisibles et fantomatiques.

Le télégraphe spirite

12Peu de temps après la diffusion des premières expériences de Morse, les jeunes sœurs Fox, de l'État de New York, déclarent être en mesure de communiquer avec l'esprit d’un mort (Sconce, 2000). Entendant d'étranges coups provenant du parquet en écho à leurs mouvements, elles se figurent qu’il s’agit d’une tentative de conversation. Elles initient alors un dialogue en posant des questions via un langage rudimentaire consistant à frapper des coups sur le plancher, et inventent par là une nouvelle forme de communication avec leur troublant interlocuteur. La rumeur se propage rapidement, et dans les jours qui suivent, des centaines de visiteurs assistent aux incroyables capacités médiumniques de Maggie and Kate Fox, pouvant converser avec le royaume des morts. Elles entament ensuite des tournées nationales, loin de leur maison hantée, pour exhiber leurs pouvoirs devant les foules.

13L’avènement d’une jeune femme incarnant la voix d’un défunt dans l’espace public devient le catalyseur du mouvement spirite moderne, un mouvement de réforme religieuse qui défie l'Église et ses principes en remettant en question l’autorité des institutions patriarcales par ses idéaux progressistes, centrés sur l'individu. Pour ces réformistes, les âmes des morts continuent à évoluer dans l'au-delà et peuvent être consultées par les vivants, qui se trouvent alors rassurés par leurs conseils.

Illustration 3. « Victorian planchette for automatic writing ».

Illustration 3. « Victorian planchette for automatic writing ».

Source non identifiée, tiré de http://mysteriousplanchette.com/​History/​history1.html [consulté le 12 février 2018]

14Le mouvement se cristallise autour de la figure du médium qui sert d’interface entre les vivants et les morts. Celui-ci agit comme un simple canal, un sujet évidé de sa substance, que les âmes et les esprits peuvent infiltrer pour émettre leur voix propre, allant jusqu’à conserver le timbre et les intonations de cette dernière.

15Tandis que ces manifestations publiques se déplacent petit à petit de l’espace public vers l’intérieur des maisons, se voyant reléguées dans l'espace quasi domestique de la séance, les états de transe deviennent de plus en plus spectaculaires, jusqu’à l’exhibition de corps incontrôlables vomissant des ectoplasmes. Mais ce déplacement amène également le médium dans un cadre propice à l’expérimentation, et la séance elle-même se transforme parfois en un dispositif d’enquête sur les manifestations émanant d'un autre monde.

Illustration 4. « Position for flourishing » (détail).

Illustration 4. « Position for flourishing » (détail).

Dans Daniel T. Ames, Ames’ Guide to Self-Instruction in Practical and Artistic Penmanship, New York, Daniel T. Ames, 1884, en ligne : https://archive.org/​details/​AmesGuideToSelfInstruction [consulté le 12 février 2018].

16La séance spirite rappelle, tout en lui étant concurrente, la naissance de la culture administrative et introduit d’autres figures intermédiaires, comme la secrétaire, la sténographe et la dactylographe. Les médiums développent des technologies pour l’écriture automatique et pour le transport de la voix des défunts, comme la planchette pour écriture automatique (illustration 3) et les larynx artificiels ectoplasmiques, au même moment où apparaissent des machines servant à transcrire la parole des dirigeants masculins : la machine à écrire, le dictaphone ou le standard téléphonique.

17Le médium, l'opérateur, la secrétaire et les autres figures du monde bureaucratique représentent chacun à leur manière des états de conscience altérés. Allant de la sensualité débridée des médiums à la précision machinique nécessaire aux sténographes pour produire des documents verbatim, ils représentent une gamme de subjectivités déléguées, des corps instrumentalisés dans la production d’écritures automatiques.

Illustration 5. Compétition d’écriture aveugle à la machine, Paris, années 1940.

Illustration 5. Compétition d’écriture aveugle à la machine, Paris, années 1940.

« Haunted by Algorithms »

18La seconde partie de notre recherche, « Haunted by Algorithms », présuppose que depuis son âge d'or, la croyance envers les phénomènes spirites s’estompe petit à petit dans une courbe inversement proportionnelle à la conviction grandissante que les machines peuvent être intelligentes. La prolifération des fantômes, poltergeists et zombies dans la culture populaire contemporaine n’est que le résidu de cette opération, des allégories de notre troublante fascination envers l'algorithmisation généralisée.

Illustration 6. Suzanne Treister, « Cybernetic Séance ». Des cercles spirites aux cercles des penseurs des machines, les relations entre paranormal et inventions scientifiques se prolongent pendant la guerre froide, comme l’explore Suzanne Triester avec son projet « HEXEN 2.0 », 2014.

Illustration 6. Suzanne Treister, « Cybernetic Séance ». Des cercles spirites aux cercles des penseurs des machines, les relations entre paranormal et inventions scientifiques se prolongent pendant la guerre froide, comme l’explore Suzanne Triester avec son projet « HEXEN 2.0 », 2014.
  • 5 Voir la contribution de Marie Lechner au présent ouvrage.

19Nous sommes de plus en plus souvent entrelacés avec des agents intelligents et disséminés qui capturent et servent de proxys à nos perceptions, émotions, humeurs et désirs les plus intimes5. Les actes essentiels tels que se nourrir, se soigner, habiter, aimer, se reproduire, communiquer, ont été optimisés, instrumentalisés, capitalisés et fluidifiés dans un vaste océan informationnel. Le décentrement radical des cas particuliers d’humains traversés par des entités s’appropriant leurs corps pour communiquer semble être devenu notre condition à l'ère des machines intelligentes. C'est comme si une écologie fantôme apparaissait sur terre, enchevêtrant nos existences. Nous sommes hantés par les algorithmes.

  • 6 Voir leur contribution au présent ouvrage, qui exhibe le code source de ces opérations algorithmiqu (...)

Illustration 7. RYBN, Data Ghost 2. Le collectif RYBN met en scène une machine computationnelle introspective, kabbalistique et récursive qui étudie les traces écrites de son activité interne, les logs, dont l’exégèse donne forme à des séries de commandes compulsives qu’elle exécute frénétiquement6. RYBN, Dataghost, exposition Haunted by Algorithms, 2017.

Illustration 7. RYBN, Data Ghost 2. Le collectif RYBN met en scène une machine computationnelle introspective, kabbalistique et récursive qui étudie les traces écrites de son activité interne, les logs, dont l’exégèse donne forme à des séries de commandes compulsives qu’elle exécute frénétiquement6. RYBN, Dataghost, exposition Haunted by Algorithms, 2017.

Photo Jeff Guess et Gwenola Wagon.

Machines à influencer

20Dans son texte « Intelligent Machinery », Alan Turing propose une nouvelle description de la machine universelle qu'il élabore en 1936 :

Il est possible de simuler un calculateur en écrivant un ensemble de règles et en demandant à un homme de les exécuter. Un tel protocole où un homme suit des instructions écrites sera nommé « machine papier ». Cet homme muni d’un crayon à papier et d’une gomme, soumis à une discipline impeccable, est, en effet, une machine universelle. (Turing, 1948, p. 416)

21La machine universelle est au fond une abstraction du labeur humain, celui des hommes, mais plus souvent des femmes, une description d’un appareil hypothétique de lecture et d’écriture automatique. La machine universelle serait donc un modèle mathématique basé sur d'immenses salles remplies de human computers, de secrétaires et d’employés qui traitent sans réfléchir des fractions de calculs, exécutant les routines ultra-simplifiées d’un algorithme global et imperceptible. Leur abnégation méthodique est inversement proportionnelle à l'intelligence du système global.

22Dans « Computing Machinery and Intelligence », Turing expose son célèbre jeu d'imitation (le « test de Turing ») et s’efforce de réfuter point par point neuf objections à la question « les machines peuvent-elles penser ? », la dernière étant précisément le débat sur la perception extra sensorielle :

Je suppose que le lecteur connaît bien l'idée de la perception extra-sensorielle et le sens de ses quatre formes : la télépathie, la clairvoyance, la précognition et la psycho-kinésis. Ces phénomènes troublants semblent aller à l’encontre de la pensée scientifique la plus commune. Nous aimerions tant pouvoir les discréditer ! Malheureusement, les preuves issues des statistiques, en ce qui concerne la télépathie, sont imparables. Il est très périlleux de changer nos manières de penser en prenant en compte ces phénomènes. Et si nous les acceptons, il ne reste qu’un pas à franchir avant de croire aux fantômes et aux farfadets. (Turing, 1950, p. 453, notre traduction)

23Le raisonnement de Turing au sujet de la perception extra-sensorielle fait émerger une autre figure également étudiée dans le projet « Média Médiums », un humain, dans la lignée de Mesmer, doté de capacités extra-humaines inexpliquées, qui a la possibilité de détecter les pensées, de voir à distance, de prévoir les événements, de piloter des objets par la pensée et d’influencer le comportement des autres, y compris celui des machines :

Supposons que l'ordinateur contienne un générateur de nombres aléatoires, il sera naturel de s’en servir pour savoir comment répondre. Mais alors le générateur de nombres aléatoires sera soumis aux pouvoirs psycho-kinésique de l'interrogateur. Peut-être que cette psycho-kinésie pourrait conduire la machine à choisir correctement plus souvent que ne le prévoirait un calcul probabiliste, de façon à ce que l'interrogateur soit incapable d’émettre la bonne identification. D'un autre côté, il pourrait aussi deviner juste, par clairvoyance. Avec les ESP, tout peut arriver. (Turing, 1950, p. 453-454, notre traduction)

Équivalence générale

24Julian Bigelow, Arturo Rosenblueth et Norbert Wiener, dans leur texte « Behavior, Purpose and Teleology » (1943), qui théorise la fusion cybernétique de l’animal, de l’homme et de la machine, ont su anticiper notre époque contemporaine. Ils proposent un classement hiérarchique privilégiant non pas le biologique sur le mécanique, mais organisant ces catégories selon la sophistication et l’intelligence du comportement observé. Les auteurs posent les bases d'une équivalence radicale entre les systèmes organiques et inorganiques, une analogie instrumentale entre des substrats indifféremment biologiques, chimiques, métalliques ou gazeux. Les contours se brouillent, les enveloppes deviennent poreuses, les formes se fluidifient et se métamorphosent, et nos manières de penser se réorganisent autour d'un nouvel ensemble de valeurs que sont les systèmes, les relations, les connexions et les réseaux. L'accent est mis volontairement sur l’espace intermédiaire entre les choses, sur les flux de communication, les échanges d'informations et les interfaces qui les rendent possibles.

25Dans son manifeste cybernétique The Human Use of Human Beings, Norbert Wiener décrit non seulement la nature homologue de l'esprit humain et des machines pensantes, mais propose l’hypothèse curieuse de la dématérialisation complète des êtres humains, la téléportation des corps en tant que données. Dans la cosmologie techno-scientifique de Wiener :

Un pattern est un message, et pourrait être transmis en tant que message. Comment utilisons-nous la radio si ce n’est pas pour transmettre des patterns de sons, et la télévision, des patterns de lumière ? Il est amusant ainsi qu’instructif de considérer ce qui adviendrait si l’on transmettait le pattern entier du corps humain, du cerveau humain avec ses souvenirs et connexions en réseau, pour qu’un instrument de réception hypothétique puisse réincarner ces messages dans une matière appropriée, capable de continuer les processus déjà présents dans le corps et l’esprit, et de maintenir l’intégrité nécessaire pour cette continuation via un processus d’homéostasie. (Wiener, 1950, p. 96)

26Au cœur du texte de Wiener, littéralement au centre exact du livre, l'équivalence générale avancée par la cybernétique atteint le niveau moléculaire, où les atomes et les chiffres binaires deviennent interchangeables.

27Ces textes spéculatifs, écrits par deux des plus grands mathématiciens et penseurs du xxe siècle, visent à prouver la viabilité d’hypothétiques machines intelligentes, posant ainsi les fondements théoriques nécessaires à la matérialisation d’une longue série de dispositifs numériques qui, depuis les années 1940, ont progressivement formé la base de notre société réticulée, par sédimentations successives. La magie opératoire des ordinateurs est née de leur capacité de lire et écrire automatiquement des textes, de les échanger avec des humains ou avec d’autres machines ou entités, et de pouvoir les actualiser de façon à suggérer de manière convaincante l’existence d’une intelligence alien insondable.

Les fantômes de nos attentions

  • 7 Voir : www.hauntedbyalgorithms.net (consulté le 12 février 2018).

28« Haunted by Algorithms »7 est une tentative d’explorer les ramifications de cette équivalence générale ouvrant sur un vaste horizon de perspectives non anthropocentriques. Des qualités identifiées dans le passé comme intrinsèquement humaines, telles que l'intelligence, les émotions, les affects et l’intentionnalité, sont maintenant attribuées à des machines, à des animaux et à toutes sortes d’acteurs non humains. Dans ce nouveau bestiaire, l'humain est marginalisé, entouré par d'autres formes de sensibilité et de subjectivité : des spirites, des animaux, des insectes, des intelligences artificielles, des virus, des objets intelligents, des systèmes de surveillance et autres robots conversationnels.

29La plateforme est composée d’un ensemble de textes et de projets que nous avons commandités à des artistes, des philosophes, des écrivains et des chercheurs. Notre projet pose la question de savoir quelles écritures seraient appropriées pour rendre compte de ces sensoriums si différents des nôtres. Quel serait le langage des microbes (Lou-Maria Le Brusq) ? Comment dialoguer avec les plantes (Suzanne Treister et Jean-Louis Boissier) ? Comment parler avec les morts, s’entretenir avec un défunt (Pierre Cassou-Noguès, Emmanuel Guez et Jean-Noël Lafargue) ? Quelles sont les pathologies des écritures en réseau (Stéphane Degoutin et Jeffrey Sconce) ? Comment interroger l’écriture automatique du xixe siècle à aujourd’hui (Jeff Guess) ? Les vers de terre peuvent-ils composer de la poésie romantique (Martin Howse) ? Comment entrer en télépathie avec les extra-terrestres (Gwenola Wagon) ? Est-il possible de parler avec des machines d’écritures (Emanuele Quinz) ? Peut-on converser avec une intelligence artificielle (fleuryfontaine) ? Comment sonder les fantômes des réseaux Internet (RYBN) ? Prédire le climat comme les nouvelles tendances artistiques à venir (Antoine Chapon et Nicolas Gourault, Nicolas Maigret et Maria Roszkowska) ? Capturer l’attention des internautes jusqu’à l’amnésie (Yves Citton, Antony Masure et Anne Zeitz) ? Ou encore faire une archéologie des robots d’écriture (Marie Lechner) ?

30Nous proposons aux auteurs de se laisser hanter par des robots d’écriture qui parcourent la plateforme, qui s'immiscent dans les marges et sillonnent les pages. Les bots se déplacent avec des comportements et des rythmes spécifiques, comme des entités autonomes. Ce sont des algorithmes braconniers, des « fantômes cachés » qui surgissent dans les textes comme des points aveugles de l’algorithmisation du monde. Ils ouvrent des discussions potentielles avec des interlocuteurs imaginaires. Un certain nombre de bots font revivre des auteurs morts, tels Friedrich Kittler et Warren Weaver, des algorithmes se servent des chaînes de Markov œuvrant dans les archives de leurs textes pour en imiter le style.

31Un monde parallèle s’ouvre, dont la profondeur paraît insondable, peuplé par des générateurs de textes, des algorithmes de correction, de suggestion, d’autocomplétion, de reconnaissance vocale et de traduction… L’humain se trouve alors requalifié dans la place qu’il occupe au sein de ce système élargi. « Est humain celui qui occupe une place d'humain » (Lestel, 2015, p. 96), écrit Dominique Lestel, nous invitant à penser cette redéfinition en des termes de rapport : rapport à l’autre, aux forces, aux éléments. Dans l’océan des textes qui s’écrivent en permanence sur tous ces réseaux interconnectés, l’écriture produite par les humains semble en effet n’être plus rien d’autre que l’écume, la surface mouvante, visible, navigable, mais désormais mue par des courants d’une échelle bientôt incommensurable à la sienne, et qu’il lui revient d’apprendre à connaître et à apprivoiser.

Notes

1 Voir : www.mediamediums.net ; www.hauntedbyalgorithms.net (consultés le 9 février 2018).

2 Voir la contribution d’Isabella Mattazzi au présent ouvrage.

3 Sauf indication contraire, dans cet ouvrage, toutes les traductions françaises des citations en langue étrangère sont des contributeurs eux-mêmes.

4 Voir la contribution de Thierry Bardini au présent ouvrage.

5 Voir la contribution de Marie Lechner au présent ouvrage.

6 Voir leur contribution au présent ouvrage, qui exhibe le code source de ces opérations algorithmiques.

7 Voir : www.hauntedbyalgorithms.net (consulté le 12 février 2018).

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Institut métapsychique international, Dossier 21:2 (2014). Cette série de documents issue des archives de l'IMI, Institut métapsychique international, sur des expériences scientifiques de télépathie, des comptes rendus de séances, des plans d’appareils et des résultats d'enquêtes sous forme de fac-similé, fait partie de la collection de livres « Média Médiums »
Crédits (Photo Jeff Guess et Gwenola Wagon. En ligne : http://www.mediamediums.net/​fr/​books [consulté le 9 février 2018]).
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-1.png
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Illustration 2. Dessin représentant un charlatan mesmérien, gravure sur bois, 1780.
Crédits R. J. Hamerton, « Royal Mesmerism. Commercial Treaty in favor of England », juillet-décembre 1843, p. 119.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-2.png
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 3. « Victorian planchette for automatic writing ».
Crédits Source non identifiée, tiré de http://mysteriousplanchette.com/​History/​history1.html [consulté le 12 février 2018]
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-3.png
Fichier image/png, 123k
Titre Illustration 4. « Position for flourishing » (détail).
Crédits Dans Daniel T. Ames, Ames’ Guide to Self-Instruction in Practical and Artistic Penmanship, New York, Daniel T. Ames, 1884, en ligne : https://archive.org/​details/​AmesGuideToSelfInstruction [consulté le 12 février 2018].
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-4.png
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Illustration 5. Compétition d’écriture aveugle à la machine, Paris, années 1940.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Illustration 6. Suzanne Treister, « Cybernetic Séance ». Des cercles spirites aux cercles des penseurs des machines, les relations entre paranormal et inventions scientifiques se prolongent pendant la guerre froide, comme l’explore Suzanne Triester avec son projet « HEXEN 2.0 », 2014.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-6.png
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Illustration 7. RYBN, Data Ghost 2. Le collectif RYBN met en scène une machine computationnelle introspective, kabbalistique et récursive qui étudie les traces écrites de son activité interne, les logs, dont l’exégèse donne forme à des séries de commandes compulsives qu’elle exécute frénétiquement6. RYBN, Dataghost, exposition Haunted by Algorithms, 2017.
Crédits Photo Jeff Guess et Gwenola Wagon.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-7.png
Fichier image/jpeg, 2,9M
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-8.jpeg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-9.jpeg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/10395/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site