Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre enseignée

 | 
Nathalie Denizot
, 
Christophe Ronveaux

Les variations des usages

Ces lettres « scénographiées » qui se lisent au fil des ans de part et d’autre de la Sarine

Christophe Ronveaux et Bernard Schneuwly

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il serait vain de vouloir définir la lettre par des traits distinctifs stables qui permettraient de définir son essence. Notre projet est plutôt de considérer l’étiquetage des textes à l’intérieur d’un système générique élaboré par l’école pour l’école. Sous les termes de « lettre », « correspondance », « métatexte d’auteur », « roman épistolaire », se rangent des artéfacts dont les contours génériques ont été déterminés pour une bonne part par des savoirs utiles pour une discipline déterminée (Schneuwly, 1995). La lettre serait-elle pour autant un « hypergenre »1 dont la consistance générique « molle » aurait des vertus d’absorption qui lui permettrait de mettre en scène des énonciations variées ? La lettre aurait-elle per se une plasticité particulière qui la rendrait plus labile et perméable aux variétés génériques ou à leur brouillage ? La « correspondance », quand elle est associée à des activités d’écriture avec l’objectif de développer des formulettes stéréotypées, fait l’obj...

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540