Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Conclusion

Texte intégral

1L’histoire du Patis aura suivi un mouvement que l’on pourrait qualifier de dialectique. Il est passé en effet d’une programmation autonome et exclusive de films populaires (1942-1963) à un découpage de la programmation dans le cadre du tandem Ciné Poche/Patis (1981-1983), après une période de programmation croissante de films de répertoire et/ou d’Art et d’Essai (1963-1981). Il se trouvait en mutation lorsque son exploitation a été définitivement interrompue : il tendait à devenir un lieu de vulgarisation de la cinéphilie. Après être passé d’un pôle à un autre, de l’exploitation la plus commerciale à une revendication élitiste, il est devenu, au risque de se perdre, foyer local de diffusion d’une seconde cinéphilie. Non plus celle de l’époque audacieuse et pionnière des ciné-clubs, centrée sur l’histoire de l’art cinématographique, les films d’auteur et la modernité cinématographique, qu’il avait relayée dans les années 1960. Mais celle, beaucoup plus attentive au traitement de thèmes de société et au développement de nouveaux genres, qui est née au début des années soixante-dix. Le mouvement fut dialectique mais progressif : la projection hautement symbolique en 1981 de L’Homme de fer avait été précédée deux ans plus tôt par celle de L’Homme de marbre ; Le Patis avait tenté, bien avant son annexion par le Ciné Poche – la multi programmation de Family life en témoigne avec éclat – la commercialisation d’un cinéma thématiquement et esthétiquement exigeant.

2Quelque pertinents qu’ils aient été en fonction du profil socioculturel de la population de son quartier (ils étaient peut-être même inhérents à cette population d’ouvriers et d’employés), les composants de son offre de cinéma populaire ne peuvent être séparés de l’analyse de sa réception. Adepte du drame, et longtemps du mélodrame, comme de la comédie, le public du Patis était bien un public populaire, pour qui le cinéma était, comme pour tout le public de l’hexagone, avant tout un divertissement. La prédilection pour quelques acteurs emblématiques, surtout comiques, l’atteste ; les convergences entre ce public local et le public national qui apparaissent ici doivent être mesurées par une comparaison des entrées du Patis et du box-office national.

3Friand du film de guerre, le public populaire du Patis n’a pas répugné non plus au film d’aventure, au western avant que ce dernier ne devienne, dans les années cinquante, psychologique. Il n’a jamais par contre été sensible à la comédie musicale en tant que genre spécifique formalisé par Hollywood, alors qu’il affectionnait les opérettes filmées et qu’il a plébiscité la série des Sissi. Il n’aura guère affectionné le film noir, le film d’espionnage, auxquels il aura préféré le film policier à la française et, surtout, le drame social empreint de réflexion morale. On est tenté de dire que la substance et parfois le discours idéologique lui importaient ici plus que le spectacle. D’où aussi des écarts avec le box-office national, au-delà d’absences dans la programmation que n’explique pas totalement son statut de salle de reprise. Son moindre intérêt pour le cinéma américain que pour le cinéma français est néanmoins lui aussi un trait générique.

4À considérer la moindre présence des vedettes féminines que des vedettes masculines (sauf, encore une fois, dans des mélodrames et dans la série des Sissi), mais la virilité atténuée des vedettes masculines, aussi bien américaines que françaises, et surtout les écarts avec l’audience nationale des sex-symboles, la programmation du Patis n’a pas entretenu un érotisme de masse, même discret, et encore moins pornographique. Même durant les quelques années d’explosion du genre, durant lesquelles l’offre régulière d’une (tardive) séance a assuré à nombre de salles de ce type une fréquentation non négligeable et de confortables et réguliers compléments de recettes. Si la mutation de la programmation Art et Essai a permis, surtout dans la dernière période, la programmation de quelques films érotiques, si elle a été, donc, plus ouverte quant à la représentation du corps et de la sexualité, les films d’auteur ont conservé leur prééminence.

5Les acteurs comiques n’avaient pas eu par hasard dans la programmation populaire davantage de prégnance que les autres. La comédie, dont l’audience se prolonge tant que subsistent en marge de l’Art et Essai des séances commerciales classiques, lui est inhérente. La programmation Art et Essai n’aura jamais cette tonalité. Sans doute faut-il prendre en compte la présence sur l’écran du Patis de quelques burlesques du temps du muet, la relative audience d’un Woody Allen. Mais la faible réception de la comédie italienne, les échecs des films réalisés par Jerry Lewis et les résultats plus que relatifs de ceux d’un Pierre Etaix témoignent du peu d’appétence pour le comique du second public du Patis. Il n’en avait guère plus pour des genres nouveaux, ou tout du moins en expansion, comme la science-fiction, le fantastique, le film d’horreur. Il n’en avait guère, au total, pour les genres. Il était à ce niveau encore marqué par la culture des ciné-clubs, dont la fin des années soixante-dix enregistrait le déclin, amplifié par l’accroissement du nombre et du temps de diffusion des chaines de télévision, et surtout l’apparition d’une vidéophilie dont les fonctions s’y substituaient largement.

6Quatre décennies après la fermeture du Patis, l’offre de salles sur Le Mans s’est drastiquement restreinte, comme dans l’ensemble des villes moyennes de France. Il ne reste plus qu’une salle de quartier mono-écran, Le Royal, et plus aucune sur la rive droite. L’offre s’est clairement bipolarisée autour de deux complexes. Pour la programmation Art et Essai, Les cinéastes (4 écrans), alimentant épisodiquement un Ciné poche qui se consacre majoritairement depuis longtemps à d’autres activités. Pour la programmation commerciale généraliste et populaire, au sein d’un circuit national, le CGR Colisée domine la ville avec ses 7 écrans.

7Les animateurs du Patis ont vu leur salle fermer au moment de l’arrivée au pouvoir de la Gauche. Ironie de l’Histoire – ils en portaient les valeurs –, leur fermeture coïncida avec le deuxième déclin en France (1982-92) de la fréquentation en salles. Ils avaient pu œuvrer durant trente-cinq ans avec des maires de droite ou du centre, reflets de profils sociologiques et d’aspirations culturelles correspondantes. Mais ils ont connu l’acmé de leurs difficultés au début du déclin national et dû se résoudre à la fermeture peu de temps après l’arrivée d’un maire communiste, par ailleurs écho des mutations en cours dans la composition et les attentes de la population de la ville du Mans.

8La première période d’exploitation, populaire, demeure en elle-même, de par son inscription historique, captivante. On ne trouve pas seulement là, en effet, un témoignage de l’âge d’or d’un cinéma de quartier ayant ouvert dès la fin de la Guerre, puis de ses difficultés la décennie suivante. On peut notamment y lire l’usure, auprès du public lui-même, de la programmation traditionnelle. On voit, au fil des re-programmations de succès et de best-sellers, la fréquentation de maints films diminuer, et celles de certains genres se déplacer, sans que cette salle ait toutefois pu complètement s’y adapter. À côté de ces mutations de la demande, on lit en effet en creux les contraintes liées à l’offre, notamment le poids et les pratiques de la concurrence, la hiérarchie des dates de passages assise sur une puissance économique défavorable aux salles de quartier comme Le Patis, une (auto)-censure dans les choix de films liée à l’identité du propriétaire de la salle, qui explicitent les absences parfois surprenantes, notamment en direction d’un public très familial ou plus jeune, de films ayant connu de forts succès au niveau national – et peut-être local, mais dans d’autres salles. À lire son évolution sur une longue période, il convient de souligner le fait que cette programmation populaire traditionnelle s’est poursuivie jusque dans les années soixante elles-mêmes. Mais il importe de noter que la programmation Art et Essai, émergente dans une seconde période, puis s’affirmant dans la troisième, en parallèle de laquelle elle a été pratiquée, a dérouté une large fraction du public originel, sans qu’un autre s’y substitue dans les mêmes proportions. D’autres facteurs sont intervenus : maintien en mono-écran la décennie suivante, alors que tout l’environnement national et local se voyait bouleversé par l’arrivée des complexes multisalles, accroissement d’une offre Art et Essai concurrente non maitrisée sur la ville, politique culturelle et alliances défavorables. Tant et si bien que le maintien en activité du Patis avec une fréquentation cinq fois moindre qu’à son apogée de 1945 s’avérait économiquement intenable. L’étude des 2610 films qu’il a proposés durant quatre décades pleines a tenté de montrer l’évolution vivante de son public et de ses exploitants.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search