Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre V. Les genres minoritaires au Patis

p. 265-278


Texte intégral

I) Le film musical

1« Le musical cinématographique… est indissociable de la naissance du cinéma parlant à la fin des années 1920. Le cinéma était fort bien préparé à l’arrivée de ce genre, tant en raison de l’accompagnement musical des films muets qu’en raison de l’importance des spectacles chantés et dansés dans d’autres sphères artistiques, comme le théâtre de music-hall ou la danse. Les années 1930 voient donc se codifier les multiples formes du musical. Deux axes principaux sont alors observables, fonction de la place occupée par les numéros chantés et dansés dans le développement narratif de l’intrigue : les musicals « dont les numéros font pleinement partie de la narration (les « opérettes ») et ceux dont les numéros renvoient à une temporalité propre (les « revues »). Dans les années 1940, le genre évolue, l’héritage théâtral est de plus en plus nié et une nouvelle dimension s’invite, celle de la modernité technologique. Le grandiose, le magnifique, le superbe, l’extravagant et surtout le démesuré deviennent les premiers qualificatifs recherchés par les producteurs. La question méta-filmique (le « film dans le film ») est très souvent sensible dans le cadre des « musicals » américains, donnant même lieu à un sous-genre spécifique : le backstage film, qui montre l’envers du décor »1.

2L’offre de films musicaux fut au Patis essentiellement concentrée durant les années cinquante et soixante, même si 1981 fut atypique en accueillant de nombreuses reprises. La distinction de plusieurs catégories sensiblement différentes de films peut permettre d’affiner l’analyse.

Graphique 23 - Evolution de l’offre de films musicaux

Image

Les adaptations

Les films-opéra

3Ils ont exceptionnels au Patis, on en relève 2 dans les toutes premières années : La Tosca (1940), programmé en 1943, et Louise (1939), d’Abel Gance, d’après l’opéra de Charpentier (1896), programmé en 1945. Ils obtiennent de bons résultats dans cette salle populaire : 1.578 entrées pour La Tosca, 1.525 pour Louise.

Tableau 91 : Films-opéra programmés au Patis

TitresAnnée de productionAnnée de sortieBox-officeAnnées de programmationet nombre d’entrées
194319451951195519771981
La Fille du régiment19331933656
Louise*193919391.525
La Tosca194119421.578
La Fille du régiment19531953610
La Flûte enchantée19751975418
Don Giovanni1979197927e331

*Le personnage principal de Louise était interprété par Grace Moore, déjà interprète en 1936 de l’adaptation américaine de Sissi, (voir supra l’analyse de l’offre de films autrichiens), sortie en France en 1936.

4Il faut ensuite attendre le début des années cinquante avec La Fille du régiment en 1951 et 656 entrées seulement ; le sujet répondait à une demande puisqu’une autre version est offerte en 1955. Après quoi l’offre se tarit, jusqu’à ce que soient programmés dans le cadre de l’Art et Essai deux productions de prestige, La Flûte enchantée et Don Giovanni, pour un autre public, qui ne lui assure pas le succès, sûrement en raison de leurs diffusions tardives, deux ans après leur sorties, des délais d’attente devenus impossibles pour le public du début des années quatre-vingt.

Les films-opérette français

5La catégorie la plus représentée aura été celle des films-opérette, surtout français, venant de trois sources : les opérettes françaises, les opérettes viennoises et ce que nous appellerons les « espagnolades ». Il s’agit de films populaires, comme les opérettes dont ils sont tirés, qui datent souvent d’avant-guerre.

Tableau 92 : Les films-opérette français

TitresAnnée de productionAnnée de sortieAnnées de programmation et nombre d’entrées
194319451947195419551959
La Fille de Madame Angot193519351.971 entrées
La Mascotte193519351.615 entrées
Un de la Canebière193819382.525 entrées2.877 entrées
Les Trois Valses193819381.044 entrées
Marseillemes amours193919401.493 entrées
Au pays du soleil195119511.593 entrées1.355 entrées
Plume au vent19521953996 entrées

6Ces adaptations d’opérettes se trouvaient en concurrence avec des comédies musicales, dont certaines étaient aussi des adaptations (Frédérica, programmé en 1946), les plus significatifs étant Sérénade aux nuages (1946, programmé en 1948, 1956, 1964), Le Pays du sourire (en 1955). Mais, après avoir fait 2.246 entrées en 1948, Sérénade aux nuages, classé 3e au box-office, tombera en 1954 à 719 entrées, puis à 520 en 1964.

Les film opérette allemands et autrichiens (les opérettes viennoises)

7Il y a eu dans ce genre une offre en provenance d’Autriche et d’Allemagne, à partir de 1955. Mais, s’il n’y avait pas eu une deuxième version de L’Auberge du cheval blanc, elle se serait éteinte dès 1958. On notera au passage que ce n’est pas dans ce genre, sous cette forme, qu’ont été tournés les différents opus de Sissi : l’opérette d’origine n’avait du reste jamais été adaptée en Autriche2.

Tableau 93 : Les film opérette allemands et autrichiens au Patis

TitresAnnée de productionAnnée de sortieAnnées de programmation et nombre d’entrées
19551956195819621966
La Veuve joyeuse195219531.007
Le Pays du sourire195219531.107
L’Auberge du cheval blanc195219531.148
Le Baron tzigane19541955747
L’Auberge du cheval blanc196019611.116367

8L’offre américaine fut, sur ce créneau précis, inexistante. Hollywood n’étant pas prolixe dans ce registre, sa présence fut quasi-nulle au Patis. On ne relève qu’une version de La Veuve joyeuse en 1955, sans grand succès (535 entrées).

Les « espagnolades »

9Cette offre, manifestement datée, disparaît après 1965, la demande se portant sur une autre cible : les espagnolades cinématographiques adaptées d’opérettes contemporaines. Le Patis a offert à son public les films emblématiques du genre. Tel Violettes impériales (1952, Richard Pottier, programmé en 1958) ; ce film, qui fut cette année-là classé 2e au box-office national, a été reprogrammé en 1961. Tels Le Chanteur de Mexico en 1956, reprogrammé en 1959, 1963, 1966 et La Belle de Cadix en 1959. Ce sous-genre était un reflet direct du succès des espagnolades théâtrales ; les mêmes acteurs passaient – ce qui n’est pas indifférent pour expliquer le phénomène – de la scène à l’écran.

10Le cinéma prend ici le relais d’un phénomène qui trouve son dernier souffle mais dont on ne doit pas oublier qu’il remonte au Second Empire. Ces espagnolades, qui ont connu un certain succès (Violettes impériales a fait 1.759 et 1.487 entrées ; Le Chanteur de Mexico 1867, 1.038, puis, il est vrai 534 ; La Belle de Cadix en a fait 1.371), succèdent aux films-opérette. Nous avons déjà étudié la prégnance de Luis Mariano, ses prestations cinématographiques n’étant toutefois pas limitées à ces adaptations. Ce chanteur, qui avait débuté au cinéma avec Ramuntcho 3, dont il était la voix, qui jouait dans Fandango en 1949 et dans Andalousie en 1951 (tous deux programmés), a été aussi la vedette de comédies musicales dont plusieurs ont été programmées au Patis : Quatre jours à Paris, À la Jamaïque. Au total, la moitié des films de sa carrière auront été programmés, une forte proportion comparée à d’autres acteurs.

Tableau 94 : Les « espagnolades » programmées au Patis

TitresAnnée de productionAnnée de sortieBox-officeAnnées de programmation et nombre d’entrées
195619581959196119631966
Andalousie195019512e1.083
Violettes impériales195219522e1.7591.487
La Belle de Cadix195319538e1.371
Le Chanteur de Mexico1956.19565e1.8671.038534

Les comédies musicales

11Le genre se voit dominé par les États-Unis. Mais Le Patis n’en n’a guère programmé : 4 seulement avant l’avènement de l’Art et Essai. Après le cas singulier en 1968 du Bal des sirènes de 1944, classé à sa sortie en 1946 7e au box-office : il faudra attendre 1971. Une demi-douzaine de comédies musicales à grand spectacle, adaptées de best-sellers ou nouveautés de Broadway, seront offertes au public jusqu’en 1983. La plus notable est West side story (1961), 10e au box-office, qui ne réalise néanmoins que 632 entrées du fait de sa programmation tardive en 1975. Mais La Fièvre du samedi soir (1977, 4e au box-office) ne fait lui-même, quoique programmé deux ans après, pas plus de 455 entrées. Le public préférait manifestement les comédies musicales à la française. L’offre aura été ici quelque peu diffuse, mais persistante : un film en moyenne chaque année de 1942 (Lumières de Paris, reprogrammé en 1946) à 1965, en accord, souvent, avec la réception nationale : Honoré de Marseille (1956, sorti en 1957), 8e au box-office, réunit un peu plus de 1.000 spectateurs.

12Il faut aussi compter au début des années soixante avec l’offre de comédies musicales espagnoles, à ne pas confondre avec les « espagnolades » qui seront restées, en termes de cinéma encore plus qu’en termes de littérature, une spécificité française. Il s’agit le plus souvent de films joués par Joselito, un des phénomènes du cinéma populaire.

Affiche de La chanson de l’orphelin

Image

13Découvert par Luis Mariano, José Jiménez Fernández, dit Joselito, chanteur prodige, tourne de 1956 à 1969 un téléfilm et 14 films de cinéma, distribués dans le monde entier. Parallèlement, les chansons des films sont gravées en vinyl, et Joselito devient une des grandes vedettes avec Elvis Presley dans le catalogue R.C.A. Partout, de l'Espagne à l’Amérique du Nord en passant par l'Allemagne, les salles de cinéma, les télévisions publiques et privées et les radios s'arrachent les films et les disques de Joselito. Il chantera en privé dans le ranch du Président des États-Unis, Lyndon Johnson. Il fera la connaissance de Che Guevara et de Fidel Castro en pleine révolution cubaine, sera reçu par le pape Jean XXIII, dînera avec le Roi Baudouin et la Reine Fabiola de Belgique, participera aux plus grandes émissions télévisées aux États-Unis et, événement rare chez les artistes de l'époque, il sera trois fois l'invité de la célèbre émission télévisée : « The Ed Sullivan Show ». Le jeune espagnol effectuera plusieurs tournées en Amérique latine, donnera en 1965 un récital à l’Olympia de Paris, où le public l'acclamera à tout rompre. On notera que, si ses films ne sont plus aujourd’hui distribués, le public qui favorisa les premiers pas de Joselito lui demeure encore attaché : ses films ont été édités en DVD et sont recherchés.

Tableau 95 : Joselito au Patis

Titres et années de productionBox-officeAnnées de programmation et nombres d’entrées
1962196319641965196619671968
Le Petit Vagabond 1956789
L’Enfant à la voix d’or 19571.306613219
Le Rossignol des montagnes 195826e1.315345
Ecoute ma chanson 195922e977
La Chanson de l’orphelin 19606e1.218766
Le Petit Colonel 1960862
Mon ami Joselito 19612e742
Les Deux Gamins 1961251.382642388
Son fidèle compagnon 19621.014
Le Secret de Joselito 19631.067

14Dix de ces quatorze films ont été programmés au Patis, dont certains plusieurs fois. La proportion de ces comédies musicales - ou plus exactement drames musicaux - espagnoles (quelques-unes en fait tournées au Mexique) est, eu égard, à l’offre totale du genre et à leurs homologues français, importante. Le star-system aura joué pleinement et l’offre, expression d’un phénomène médiatique, aura été concentrée sur moins d’une décennie.

Les drames musicaux

15Ils ont recueilli une non négligeable audience, à preuve les 2 programmations de Marinella (1.391 et 1.056 entrées) et, surtout, les 5 programmations de Fièvres, les deux films ayant pour vedette Tino Rossi.

16Le Patis passera en 1961 Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy) et, beaucoup plus tard, fin 1981 et début 1982, deux semaines consécutives, Les Uns et les Autres (Claude Lelouch), 6e au box-office. Mais le public n’y sera pas : le film de Demy ne fera que 655 entrées en 9 séances, celui de Lelouch à peine 800 entrées en 9 séances. Quoique classé 4e au box-office, La Fièvre du samedi soir n’en fera que 455.

Les documentaires musicaux

17Il convient de tenir compte de la place qu’ont occupé sur l’écran du Patis, durant les dernières années de son histoire, des documentaires sur des artistes et/ou groupes musicaux, une production caractéristique de l’époque.

Tableau 96 : Les documentaires musicaux au Patis

Titres et années de productionBox-officeAnnées de programmation et nombres d’entrées
1975197619771978197919821983
Gimme shelter 1970562240
Jimi Hendrix 1973388255
Woodstock 197018e1.208932932916601
Pink Floyd the wall 198211e426 + 136139

18La demande de films musicaux ne disparaît pas totalement au fil des décennies, mais elle mue avec la production et avec le goût du public. L’offre se diversifie à l’extrême : documentaires sur les nouvelles musiques aussi bien que films-opéra, sans que les résultats suivent nécessairement. Le film musical aura connu un âge d’or au Patis, mais lorsqu’il avait un public essentiellement populaire, auquel étaient offertes des opérettes filmées.

II) Les autres genres minoritaires

19On entendra par là les genres dont l’offre fut occasionnelle dans cette salle, pas tous aussi minoritaires dans l’offre nationale, notamment le cinéma d’animation, dans une moindre mesure le cinéma de science-fiction et le cinéma fantastique. Manifestement mineurs lorsque cette salle a ouvert, ils auront acquis une place au moment de sa fermeture. Non promus par les ciné-clubs, ils n’appartenaient pas au début des années soixante à la culture cinématographique du nouveau public du Patis. Il sera donc intéressant de suivre l’évolution de l’offre et sa réception.

Graphique 24 - Evolution des six genres les moins programmés

Image

L’offre de films de science-fiction et leur réception

20Une trentaine de titres en tout, si l’on regroupe les films de science-fiction proprement dite, les films-catastrophe, les films d’anticipation, de politique-fiction ; il convient donc de distinguer au sein d’un faisceau de sous-genres, d’une constellation qui s’est constituée au fil des décennies. Il n’existe pas d’offre de films de science-fiction dans les années cinquante, alors que le genre existe. Mais il est mineur en France dans sa diffusion. On trouve par contre 5 films qui relèvent peu ou prou, avant la lettre, de ce que l’on appellera dans les années soixante-dix le film-catastrophe : Tempête sur la colline (422 entrées), Titanic (874 entrées), Quand la marabunta gronde (727 entrées), La Mousson (17e au box-office, 932 entrées), Typhon sur Nagasaki. (882 entrées). Il n’y aura pas – paradoxe – accroissement de l’offre lorsque le film-catastrophe se sera vraiment constitué en tant que genre. La Tour infernale, film emblématique, sera programmé en 1976 un an après sa sortie. Mais, 1er au box-office, il ne fait que 625 entrées, moins que la plupart des films programmés dans les années cinquante, dans un contexte plus favorable de fréquentation générale il est vrai. Contre-performance encore plus marquante pour Tremblement de terre (programmé en 1977 dix-huit mois après sa sortie) : classé 14e au box-office, il ne fait que 138 entrées. Tout se passe donc comme s’il y avait là un genre – formalisé ou pas, peu importe – auquel ne répugnait pas le premier public du Patis – qui est certainement allé voir le film dans d’autres salles concurrentes de la ville –, mais que boude le second public, celui qui s’est constitué à partir de l’instauration de l’Art et Essai.

21Il n’y aura pas non plus, si l’on s’en tient à la stricte définition du genre, d’offre de films de science-fiction avant la fin des années soixante. Et il n’y en aura jamais que 2 (La Planète des singes en 1968 et Je t’aime, je t’aime en 1970) entre 1960 et 1973, sans succès non plus : La planète des singes, quoique programmé deux fois dont la première relativement tôt (6 mois) après sa sortie, est un échec : 281 et 194 entrées. Quoique film d’auteur, Je t’aime, je t’aime n’obtient qu’un résultat médiocre : 576 et 316 entrées. La programmation en 1979 d’un best-seller comme Rencontres du troisième type (diffusé un an après sa sortie de 1978) ne change rien à l’affaire : il ne fait que 527 entrées. Exception : 2001, l’odyssée de l’espace, 7e au box-office ; exception pour le nombre de programmations tout du moins : 4 entre 1977 et 1982. Mais les entrées oscillent entre 400 et 600, ce qui n’est guère surprenant pour une première diffusion neuf ans après sa sortie nationale, ce qui nous amène à nous interroger sur les causes de cette programmation tardive : le statut de salle de continuation n’explicite pas un tel décalage. On relève toutefois durant cette période autant de films d’anticipation et/ou de politique-fiction que de films de science-fiction. Ils constituent, comme les films-catastrophe, un quart du total. Ils étaient presque tous classés au box-office ; est-ce la raison de leur programmation ? N’y a-t-il pas là un nouveau sous-genre qui intéressait davantage le public ? Certains, Orange mécanique notamment, rassemblent le public. Si les résultats d’Alphaville, signé de Godard et interprété par Eddie Constantine, sont compréhensibles, ceux de Soleil vert, de Rollerball et surtout de Blade runner ne sont pas non plus au niveau de leurs résultats nationaux. Même si Fahrenheit 451 fait mieux, l’accueil reste donc mitigé.

Tableau 97 : Les films de politique-fiction au Patis

TitresAnnée de productionAnnée de sortieBOAnnées de programmation et nombres d’entrées
1966196919701973197519771978197919801982
Alphaville, (France)19651965978170
Fahrenheit 451, (UK)19661966757
Orange mécanique, (EU)197119721er1.4951.2341.133
Rollerball, (EU)1975197521e373
Soleil vert, (EU)1973197415e841521249
Blade runner , (EU)1982198217e174

L’offre de films fantastiques et leur réception

22Ce genre est le moins représenté, même si on ajoute à la demi-douzaine de films programmés les films expressionnistes allemands programmés en 1969 dans le cadre d’une semaine thématique intitulée « L’écran démoniaque ». Il a certes, comme le film de science-fiction, été longtemps mineur dans la diffusion en France. On comprend donc que l’offre ait été, au Patis, tardive : aucun film avant 1969. Elle sera à partir de cette date constituée pour moitié de films de répertoire (« L’écran démoniaque », King Kong), et de films alors à la mode valorisés par les cinéphiles (Rosemary’s baby, Dracula 73), tous deux programmés deux fois (le premier en 1971 et 1977, le second en 1973 et 1982), ce qui constitue très peu de titres au total.

23Hormis Rosemary’s baby (532 entrées en 4 séances et 506 en 7 séances), Dracula 73 (un total de près de 250) et Traitement de choc (368 entrées en 4 séances), les autres films n’ont pas réuni plus de 50 personnes par séance. « L’écran démoniaque » n’a fait lui-même que 455 entrées en 9 séances. Et il n’y a eu que 41 spectateurs pour l’unique projection de King Kong ! Le Retour de Frankenstein (Terence Fisher, 1969) a fait 146 entrées en 4 séances. Quoique 4e ou box-office, L’Exorciste (programmé en 1975) n’a fait que 359 entrées en 6 séances.

24On peut en déduire que, même dans le cadre de l’Art et Essai, il y avait peu d’affinités entre ce genre et le public du Patis. Exception : Le Bal des vampires ; Le Patis aura passé ce film, classé 6e au box-office rien moins que cinq fois entre 1971 et 1982 et les résultats, quoique moyens (entre 413 et 666 entrées), se seront maintenus.

L’offre de films d’horreur et leur réception

25On trouvera une confirmation de ce que certains genres ne sont guère compatibles avec le goût, et surtout la culture, du public du Patis dans l’apparition tardive des films d’horreur, qui se substituent progressivement aux films d’aventures et historiques à la fin des années soixante. Le public populaire et familial aimait surtout, on l’a vu, les comédies, drames et mélodrames, les films qui, même s’ils l’amplifient ou la caricaturent, ont pour référent la réalité. Longtemps absente de la programmation Art et Essai, parce qu’elle ne correspondait pas non plus, pour des raisons différentes, à la demande du nouveau public, l’offre s’est en fait limitée sur les sept dernières années, le genre n’ayant connu que tardivement une expansion significative.

26Mais, 5 films ayant été programmés la même année (en 1982) dans le cadre d’un cycle, elle est demeurée expérimentale et, avec l’offre de films érotiques et pornographiques, la plus faible. Elle n’a pas été, de plus, spécifiée comme telle. Trois des cinq films d’horreur de 1982 (La Nuit des masques, Les Maléfices de la momie, Nuits de cauchemar) sont associés à un film d’épouvante dans une « Nuit de l’épouvante ». Les deux autres (Le Jour ou les morts vivants, Les Monstres sont toujours vivants) voisinent dans le programme de la semaine avec King Kong, Freaks, Des monstres attaquent la ville, ensemble pour le moins hétéroclite.

27Il n’y en aura eu au total qu’une douzaine, en comptant Et mourir de plaisir en 1968 et Au rendez-vous de la mort joyeuse en 1973, les deux premiers programmés, qui ne sont pas représentatifs (il faut prendre en compte le fait que ce sont, comme certains films érotiques offerts, des films d’auteur). Ces films ayant eu des temps d’exploitation très divers (de une à huit séances), il est difficile d’analyser les résultats. Deux seulement atteignent ou approchent le chiffre de 100 spectateurs par séance. Huit n’ont pas fait plus de 20 entrées par séance. C’est dire que le genre n’a pas eu d’audience au Patis, au contraire de nombreuses salles de quartier durant cette période.

L’offre de fables et de contes et leur réception

28Isolés apparaissent également les films de Cocteau (Orphée et Le Testament d’Orphée), programmés en 1966, nombre de ces films rompant avec le réalisme, ou plus exactement la vraisemblance et le psychologisme ; quelques unités, de 1965 à 1970, puis de 1974 à 1979.

29Des films-fable et/ou poétiques. Du Buňuel du Chien andalou à La Montagne sacrée et Zardoz, en passant par Le Procès, l’éventail est thématiquement et stylistiquement assez large et fort éclectique. On reste, avec Le procès, dans le cinéma d’auteur : on est, avec La Montagne sacrée et Zardoz, aux portes de la fantasy.

30L’éventail des titres est d’autant plus restreint que plusieurs (Le Chien andalou, L’Ange exterminateur, La Montagne sacrée) sont reprogrammés. Les reprises du Chien andalou correspondent davantage aux goûts de l’équipe d’animation qu’à ceux de son public : 82 entrées en 3 séances en 1965 (il fera cependant mieux en 1970 : 315 entrées en 4 séances). Il en va de même pour Peau d’âne : 64 entrées en 4 séances. Font plus de 100 entrées par séance Orphée, L’Ange exterminateur en 1966, Théorème, Porcherie, La Montagne sacrée. Pasolini (Théorème, Porcherie) retient un peu l’attention du public, mais pas Marco Ferreri : La Dernière Femme et Rêve de singe sont des échecs.

L’offre de films pornographiques et érotiques et leur réception

31On pourrait s’attendre à trouver plus de films érotiques ou pornographiques dans les années soixante-dix. Or on ne dénombre au total qu’une dizaine de titres, dont cinq pour la seule année 1979, avec une offre sélective puisque 3 de ces 5 films (L’Empire des sens, Contes immoraux, Intérieur d’un couvent) étaient en fait des films d’auteur, bénéficiant tout du moins d’un label de qualité. C’était déjà le cas en 1970 de Jeux pervers ; ce sera a fortiori celui d’Emmanuelle, programmé, ainsi qu’Emmanuelle 2, en 1979. Effet de mode aussi puisque le premier opus s’était classé 1er au box-office, L’Empire des sens n’apparaissant qu’à la 18e place.

32Combien de films véritablement X ? Kama sutra, Laissez faire vos fesses, Supervixens. Le Patis a tardivement tenté une incursion dans un domaine dont une autre salle de la ville, l’Eden, s’était fait une spécialité : la programmation de ce cinéma a été ensuite durant dix ans, de 1981 à 1991, exclusivement pornographique. La décennie précédente, les films X y apparaissaient en complément au sein d’une programmation éclectique, dès 1971, cette offre suffisant sans doute dans une ville demeurée ouvrière de taille moyenne.

33Mais où s’arrête et où finit le genre ? De La Motocyclette (en 1972) à Salo ou les 120 journées de Sodome, en passant par Le Dernier Tango à Paris et Portier de nuit, classé 3e au box-office, l’équipe d’animation et le public du Patis ne refusaient pas l’érotisme. Mais il leur fallait un label artistique. Les audiences sont demeurées plus que relatives. L’Empire des sens, Contes immoraux et Intérieur d’un couvent n’ont rassemblé qu’une soixantaine de spectateurs par séance, Jeux pervers une cinquantaine, Emmanuelle (1er au box-office national, il est vrai) est le seul à en avoir attiré plus de 100 : 729 en 7 séances. Il aura fallu 13 séances pour que Supervixens atteigne 545 spectateurs. Quoique classé 3e au box-office, Le Dernier Tango à Paris (6 séances) diffusé près de trois ans après sa sortie n’aura pas rassemblé non plus 100 spectateurs par séance, Portier de nuit non plus, quoique programmé deux semaines, mais cinq ans après la sortie nationale, La Motocyclette encore moins. Salo ou les 120 journées de Sodome aura été le seul à le faire, mais certainement plus du fait de l’identité de son réalisateur. Davantage que le genre en lui-même, les noms de quelques réalisateurs et la renommée de quelques films auront suscité la curiosité du public. Le film érotique sera demeuré très exceptionnel au Patis, n’arrondissant pas les fins de semaine de la salle, même durant les quelques années où ce fut le cas pour nombre de salles identiques.

L’offre de films pour le jeune public et leur réception

34La rareté des films de ce genre est également, et beaucoup plus, surprenante. Alors qu’au niveau national ils représentent chaque année un ou plusieurs des plus grands succès annuels, Le Patis n’en diffusera que quatre en quatre décennies, occultant par exemple la quasi-totalité des Walt Disney même si les rares à être diffusés réalisent des résultats moyens, tel le Cendrillon de Clyde et Geronimi, classé 2e au box-office, qui ne fait en 1953 que 864 entrées. Il faut l’arrivée sur les écrans du célébrissime Tintin (Tintin et le Mystère de la toison d’or, 1961, classé 9e au box-office, programmé en 1963) pour réunir plus de 1.000 spectateurs. On pourrait prendre en compte en 1979 Peau d’âne. Mais c’est un exemple isolé… et un film d’auteur. On n’a pas vu programmer par exemple Le Roi et l’oiseau. Cette absence récurrente de films en direction du jeune public, y compris les plus grands succès, est totalement atypique, le statut de salle de reprise du Patis n’expliquant pas tout. Ces films pour le jeune public n’y ont pas connu non plus de diffusion tardive, qu’aurait pu expliquer, vu l’attitude des distributeurs concernés, une difficulté d’accès. On pourrait aussi arguer de l’absence, tout du moins partielle, de travail spécialisé des autres salles en direction de ce public. Mais les productions Disney et autres films d’animation ont fait au niveau national d’excellents scores, réguliers. Ces films ont donc bien, ailleurs, été diffusés. Pourquoi pas au Patis ?

35On ne peut arguer non plus des contraintes d’exploitation. Qu’il y ait eu longtemps dans cette salle de quartier, en dehors du dimanche, une « matinée », le jeudi, aurait dû suffire : pourquoi donc cette absence d’offre en direction d’un public « familial » ? Elle se comprend plus aisément pour la seconde période (Art et Essai), l’ensemble de la programmation étant majoritairement le reflet des goûts de l’équipe, sous contrainte de l’accès aux films : un cinéma majoritairement de l’offre, pas de la demande, légitimée par le volontarisme de l’Art et Essai, qui délaisse aussi les films familiaux, plus populaires, de la première période4. Pour la première période, on peut avancer l’hypothèse que le programmateur, trop en symbiose peut-être avec la composante adulte de son public, avait peu de goût pour les productions Disney et donc, par capillarité, pour tous les films d’animation et pour enfants qui ne se trouvaient, ni dans une période ni dans l’autre, dans la culture des décideurs de la programmation du Patis.

Notes de bas de page

1 http://www. Europe-hollywood.net/ page consultée le 26 septembre 2012.

2 Elle semble ne l’avoir été qu’une seule fois, aux États-Unis.

3 René Barberis, 1937, adaptation du roman de Pierre Loti (1897), déjà adapté en 1919 par Jacques de Baroncelli.

4 Mais on notera que Le Ciné Poche a fait, lui, des séances pour enfants.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.