Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Troisième partie. Une question de genres

Chapitre IV. Les films d’action

Texte intégral

I) Le film d’aventure et le western

  • 1 http://www.Europe-hollywood.net/ page consultée le 24 septembre 2012.

1« Le genre « action-aventure » est une catégorie très large qui regroupe de multiples sous-genres, comme les swashbucklers (films de cape et d’épée), les sea films (films de bateau et de pirate), les jungle epics (films exotiques), les sport films ou encore les family and children’s films (films destinés à toute la famille). Sa légitimité sociale et artistique varie considérablement selon le sous-genre concerné : les goona-goonas (forme appartenant aux films de jungle) sont parmi les moins considérés, alors que les films en costume type swashbucklers sont très bien perçus par la critique et les institutions. Assurément, l’héritage littéraire de certains sous-genres participe de leur valorisation et de leur accession au rang de formes dignes. »1

2Nous distinguerons pour notre part les films ayant peu ou prou pour référent des évènements historiques, dont les films de cape et d’épée, que nous appellerons pour cette raison « films d’aventures historiques », et des films qui, à cheval sur l’Histoire et la légende, transcendent la matière historique, que nous appellerons « films d’aventure fabuleux ».

  • 2 Claude Forest, op. cit. p. 114.

3Le film d’aventure, dont un à six films se sont classés parmi les plus grands succès annuels2, n’intéresse plus guère les spectateurs du Patis après 1968 ; il est dévalorisé par les cinéphiles, la demande se porte ailleurs. Régulière jusque-là, l’offre de films d’aventure se fait rare et on n’en dénombre plus que huit avant la fermeture, contre un à quatre par an auparavant, hormis les films d’aventures coloniales, ensemble que nous examinerons séparément.

L’offre de films d’aventure fabuleux 

4Une cinquantaine de passages sont enregistrés, les mêmes films, ou d’autres versions du même film, ayant parfois été reprogrammés, le tout attestant une focalisation, et même une polarisation, sur le Moyen Age avec 13 titres qui alimentent manifestement un imaginaire vivace. Pas d’autre époque, hormis le XIXe siècle européen (3 titres). L’Afrique (8 titres), suivie de l’Asie, dont l’Inde (4 titres, dont une adaptation du Livre de la jungle), viennent en tête des continents représentés, preuve d’un attrait pour l’exotisme. On voit, surtout, ressortir plusieurs figures d’origine littéraire, plusieurs titres étant consacrés à chacune : les héros de la geste Arthurienne, Tarzan (5 opus), Robin des bois (2 opus), bien que l’audience du premier ne se renouvelle pas. On trouve également 2 adaptations de romans de Jules Verne (20 000 lieues sous les mers, L’Île mystérieuse), ce qui est quantitativement peu malgré les 1.467 entrées de 20 000 lieues sous les mers, en accord avec le public national (le film était arrivé 2e au box-office). Il sera programmé plusieurs versions françaises du Comte de Monte-Cristo (toutes les versions parlantes produites en France pendant la période d’exploitation) ainsi que les différentes versions du Tigre du Bengale et du Tombeau hindou.

Graphique 20 – Les films historiques, d’espionnage et d’aventures au Patis (1943-1983)

Graphique 20 – Les films historiques, d’espionnage et d’aventures au Patis (1943-1983)

L’offre de films d’aventures historiques et de films de cape et d’épée

5On dénombre 10 films d’aventures historiques : 2 seulement avant 1961 (un français, un américain), 8 après 1961, tous français sauf un. Trois (Michel Strogoff, Le Triomphe de Strogoff, Cartouche) seront reprogrammés, le premier, déjà passé en 1958, repasse en 1963 et 1965 ; le second en 1964 et 1965, Cartouche en 1964 et 1966. Une offre réduite, mais sûre, qui suscite toujours l’adhésion.

Tableau 78 : Deux films d’aventures historiques au Patis

Œuvre littéraire Année de programmation des différentes versions cinématographiques, classement au box-office, nombre d’entrées
Le Bossu 1948
René Sti (1934)
2.057 entrées
1951
J. Delannoy (1944)
1.310 entrées
1956
J. Delannoy (1944)
1.161 entrées
1961
A. Hunebelle (1959)
2e au B.O
1.847 entrées
1966
A. Hunebelle (1959)
2e au B.O
494 entrées
1970
A. Hunebelle (1959)
2e au B.O
125 entrées
Michel Strogoff 1958
Michel Strogoff,
C. Gallone, (1956)
1er au B0
1.819 entrées
1963
Michel Strogoff
V. Tourjansky, (1961)
1.443 entrées
1964
Le Triomphe de Michel Strogoff,
V. Tourjansky (1961)
19e au B.O
1.253 entrées
1965
Michel Strogoff,
V. Tourjansky, (1961)
707 entrées

6L’offre de films de cape et d’épée a été plus importante : une quinzaine de films. Mais elle a été concentrée entre 1950 et 1967 ; aucun film n’aura été programmé avant et un seul après 1967. Du Capitaine Fracasse (16e au BO) à Fanfan la tulipe, en passant par Le Capitan (4e au BO), Cadet Rousselle (11e au BO), Les Trois Mousquetaires (6e au BO), Le Fils de Lagardère, on trouve là bien des classiques du genre. Ces films, dont l’action se situe toujours avant la Révolution de 1789 (comme Le Bossu et Cartouche – 4e au BO), sont, dans leur immense majorité, français. Seules exceptions : Le Fils de Lagardère (Italie) et Scaramouche (États-Unis). Non que la production ait été forcément plus abondante en France, mais parce que le cinéma français s’est nourri ici d’une production littéraire nationale vulgarisée.

Tableau 79 : Quelques films de cape et d’épée au Patis

Titre Année de production Année de sortie Box-office Entrées selon l’année de programmation
1953 1954 1961 1965 1966 1967
La Flèche et le Flambeau (États-Unis) 1950 1951 3e 863
Fanfan la tulipe (France) 1951 1952 556
Les Trois Mousquetaires
(France)
1953 1953 6e 921
Cadet Rousselle (France) 1954 1954 11e 1.204 474
Le Capitaine Fracasse
(France)
1960 1961 16e 561
Le Capitan (France) 1960 1960 4e 602

L’offre de films d’aventures coloniales

7L’offre de films d’aventures coloniales fut encore plus importante : une trentaine de titres. Ces films entrent dans le champ de ce qu’il est convenu d’appeler le « cinéma colonial », un ensemble spécifique, une production circonscrite dans le temps : elle a débuté dans les années vingt et l’essentiel a été produit dans les années trente. On l’a stigmatisée pour la manière dont, effaçant quasiment de la représentation les populations autochtones ou les réduisant au rôle de figurants, en faisant des stéréotypes, elle a occulté les aspects politiques et humains du fait colonial. Mais on n’en rend pas bien compte si on ne précise pas que la colonisation, ou plus souvent la conquête, y étaient saisies sous l’angle de l’aventure. Ce cinéma était donc l’expression d’un imaginaire, ayant certes de forts paramètres idéologiques, mais les transcendant parfois. Comme le western a pu transcender la conquête de l’Ouest. Il est du reste hautement significatif que cette production, fortement polarisée en France sur le Maghreb, se soit tarie dans les années soixante. Sergent X, le dernier film français du genre programmé au Patis, l’a été de manière significative en 1962. Les indépendances des pays colonisés étaient passées par là. Le dernier film américain, La Charge du 7e lanciers, est de même programmé en 1961 (sauf à considérer que Lawrence d’Arabie appartient au genre).

8Si l’on excepte un film italien (Légion étrangère) et quelques films britanniques (Les Quatre Plumes blanches, Alerte aux Indes, Aux frontières des Indes, dont le 1er et le 3e sont des adaptations), le gros du contingent est français et américain. Quinze films français : La Bandera (3 passages), L’Homme du Niger, Les Réprouvés, L’Escadron blanc, La Soif des hommes, La Piste du sud, Trois de Saint-Cyr (2 passages), L’Esclave blanche, L’Appel du bled, Bar du sud, Face au destin, Le Paradis des pilotes perdus, Sidi Bel Abbès, Alerte au sud, Ali Baba et les 40 voleurs, et Sergent X (1962), dont 5 (La Bandera, L’Homme du Niger, Les Réprouvés, L’Escadron blanc, La Soif des hommes) sont des adaptations.

9Douze sont américains : Les Trois Lanciers du Bengale, Hôtel impérial, Le général est mort à l’aube, Ali Baba et Le Fils d’Ali Baba, La Dernière Charge, Le Voleur de Tanger, Bagdad, La Légion du Sahara, La Révolte des cipayes, Les Amours d’Omar Khayam, La Charge du 7lancier (1961), dont 5 (Les Trois Lanciers du Bengale, Hôtel impérial, Le Général est mort à l’aube, Ali Baba, La Révolte des cipayes) sont des adaptations. Mais il faut distinguer Les Trois Lanciers du Bengale, Le général est mort à l’aube, La Dernière Charge, La Révolte des cipayes, dont l’action a l’Inde pour théâtre. La production américaine, converge ici avec la production britannique (Les Quatre Plumes blanches, Alerte aux Indes, Aux frontières des Indes) pour faire une autre offre : des films concernant l’épopée coloniale en Inde. Il y a là, manifestement, au-delà du Maghreb et du Machrek, un autre centre d’intérêt pour le public du Patis.

Tableau 80 : Principaux films d’aventures coloniales américains programmés

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1946 1948 1952 1958 1965 1958 1965
Les Trois Lanciers du Bengale 1935 1935 2.175 entrées 1.042 entrées 1.042 entrées
Le Général est mort à l’aube 1936 1936 1.643 entrées
Alerte aux Indes 1938 1938 1.723 entrées
Les Quatre Plumes blanches 1939 1945 2.299 entrées
La Dernière Chance 1945 1945 1.691 entrées
La Dernière Charge 1948 1949 930 entrées 1.193 entrées
Les Quatre Plumes blanches 1955 1956 1.193 entrées
Aux frontières des Indes 1959 1960 494 entrées 494 entrées
  • 3 Au début du siècle, une jeune Française a épousé un diplomate turc très occidentalisé. Pourtant, lo (...)
  • 4 Une princesse bédouine qui retourne à Bagdad après avoir été éduquée en Angleterre constate que son (...)

10Il faut distinguer pareillement les films dont l’action se situe dans une époque lointaine, indécise qu’on pourrait qualifier plutôt d’orientalistes, de ceux dont l’action est contemporaine, proprement liés à l’aventure coloniale. Il en est peu parmi les films français (L’Esclave blanche3, Ali Baba et les 40 voleurs) alors qu’on en dénombre pas moins de cinq américains : Ali Baba, Le Fils d’Ali Baba, Bagdad4, Le Voleur de Tanger, Les Amours d’Omar Khayam. L’écart s’explique par une production française moindre ; on aurait sans doute vu plus de films orientalistes américains au Patis si la distribution de films américains n’avait pas été bloquée durant l’occupation allemande. Deux des quatre films programmés sont aux limites de l’orientalisme : la version d’Ali Baba, adaptation du célébrissime conte, et sa suite et variation sur un scénario apocryphe. On mettra cela en parallèle avec la programmation du film de Jacques Becker (Ali Baba et les 40 voleurs, avec Fernandel dans le rôle-titre). On est très loin du Fils du sheikh ; on ne peut plus guère parler ici d’orientalisme. Le Voleur de Tanger et Les Amours d’Omar Khayam ne le représentent pas non plus, et font dans cette programmation du Patis figure d’exception.

Tableau 81 : Ali-Baba sur l’écran du Patis

Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation et nombre d’entrées
Ali Baba et les 40 voleurs
(États-Unis)
1944 1948 11e 1951
340 entrées
Le Fils d’Ali Baba
(États-Unis)
1952 1953 1955
752 entrées
Ali Baba et les 40 voleurs
(France)
1954 1954 10e 1964
1.316 entrées

11L’offre de films français est bien davantage le reflet du cinéma colonial français, dont la production, telle que concentrée dans les années trente et quarante, avait presque essentiellement pour cadre le Maghreb contemporain, avec comme exception L’Homme du Niger dont l’action se situe en Afrique noire. Deux de ces films mettent en scène la colonisation et la société civile : La Soif des hommes et L’Appel du bled, qui conte l’histoire d’un colon et d’une cantatrice. Mais nombre d’entre eux mettent en scène des militaires, le plus souvent des légionnaires ou des hommes qui le deviennent : Face au destin, Trois de Saint-Cyr, Sidi Bel Abbès, La Bandera. Trois de Saint-Cyr. Trois de Saint-Cyr a été programmé deux fois, La Bandera trois fois.

Tableau 82 : Principaux films d’aventures coloniales français programmés

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1943 1944 1945 1948 1950 1952 1955

La Bandera

1935 1935 1.298 entrées 650 entrées 535 entrées

Trois de Saint-Cyr

1938 1939 3.226 entrées 1.335 entrées

Face au destin

1939 1940 3.002 entrées 819 entrées

L’Escadron blanc

1948 1949 1.062 entrées

Sidi Bel Abbès

1953 1954 1.267 entrées
  • 5 Des soldats découvrent dans le désert une ville en ruines où un savant étudie les secrets atomiques (...)
  • 6 Une jeune femme vient récupérer dans une oasis saharienne le corps de son mari qui vient d'être ass (...)

12Ce public paraissait autant, sinon plus, fasciné par l’aventure guerrière, voire la mythologie de la légion étrangère, que par le désert. Car aucun de ces films ne s’y déroule, hormis L’Escadron blanc, adaptation du roman de Joseph Peyré, auteur qui a eu jusque dans les années cinquante un indéniable lectorat. Le désert constitue par contre le cadre des Réprouvés, dont l’intrigue possède des homologies avec celle de La Bandera ; il est aussi le cadre du Paradis des pilotes perdus, histoire de pilotes naufragés sauvés par des méharistes, d’Alerte au sud (1.175 entrées), film de guerre et d’anticipation 5 de Bar du sud (1.324 entrées), centré sur un marchand d’armes (qui fournit les rebelles), de La Piste du sud (728 entrées)6. Le désert avive la curiosité, mais ces films débordent par leurs sujets le champ spécifique du cinéma colonial.

13L’offre américaine (dans laquelle on mettra à part Le général est mort à l’aube, dont l’action se situe en Chine ; les films concernant ce pays n’ont pas été programmés au Patis), ne comporte guère, elle, de films sur le désert et la légion. On relève seulement La Légion du Sahara et La Dernière charge (Paul Gérard, un légionnaire français en poste au Maroc tombe follement amoureux de la fille d'un Emir…). Non qu’il n’en ait pas été produit. On voit s’affirmer ici l’écart entre les films français et les films américains programmés.

L’offre de péplums et leur réception

Couverture du dossier publicitaire d’Attila fléau de Dieu

Couverture du dossier publicitaire d’Attila fléau de Dieu

14Une douzaine de titres, dont les trois-quarts programmés avant l’avènement de l’Art et Essai : le péplum n’était pas dans la culture des héritiers des ciné-clubs, il n’en sera guère programmé après 1963. Presque la moitié sont italiens : Scipion l’Africain, Annibal, Salammbô, et l’Afrique du Nord se retrouve à l’honneur. Le contexte dans lequel il avait été programmé n’avait pas assuré, en 1943, le succès de Scipion l’Africain. La Muraille de feu (1957) ne fera en 1960 que 346 entrées, Annibal (1959) en 1961, 834 entrées, Ulysse (1954) en 1962, 662 et Salammbô (1959) en 1965, 443. On ne trouve pas davantage de titres américains. Cinq titres seulement, Samson et Dalila ayant été programmé deux fois. Si Le Patis a bien programmé Ben-Hur (la 2e version, en 1971), il n’a pas diffusé Les Dix Commandements, ce qui paraît largement surprenant. Hormis Ulysse, l’inspiration est biblique. Mais Samson et Dalila, qui était arrivé 1er au box-office, ne maintient pas en 1963 son score de 1957 : 651 entrées au lieu de 1.046. Quant à Ben-Hur, il n’aura jamais fait que 570 entrées en 7 séances.

15Force est de conclure que ce genre, à l’offre extrêmement dispersée, n’a été apprécié, à aucun moment de l’histoire du Patis, et par aucun de ses deux publics.

L’offre de films de pirates et leur réception

16On compte une douzaine de titres, dont une dizaine programmés entre 1946 et 1965. Une offre concentrée donc, mais avec de nombreuses années blanches : 1951, 1952, 1953, et de 1957 à 1963 inclus. L’offre culmine en 1955 et 1956, les deux seules années avec 1949 où il a été offert 2 films. Les titres sont presque tous américains - une seule exception, Le Fils du capitaine Blood (Italie) en 1965. On retrouve quelques titres célèbres, Le Cygne noir (1942), Le Corsaire rouge (1952), des acteurs phares, Errol Flynn (L’Aigle des mers, Le Vagabond des mers, 1953), Burt Lancaster (Le Corsaire rouge, 1952 ; Le Roi des îles, 1954), et quelques réalisateurs de renom : Frank Borzage (Pavillon noir), Cecil B. DeMille (Les Flibustiers, 1946), Jacques Tourneur (La Flibustière des Antilles), Henry King (Le Cygne noir), Robert Siodmak (Le Corsaire rouge), Michael Curtiz (L’Aigle des mers).

Tableau 83 : Films de pirates programmés au Patis

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1946 1948 1949 1950 1955

Les Flibustiers

1937 1938 1.313 entrées

Le Cygne noir

1942 1947 1.306 entrées

La Princesse et le Pirate

1944 1947 1.773 entrées

Pavillon noir

1945 1948 1.479 entrées
L’Aigle noir 1946 1947 1.157 entrées
Le Corsaire rouge 1952 1953 984 entrées

17L’audience aura été importante jusqu’en 1950, les films programmés ayant presque tous accueilli plus de 1.000 spectateurs, à l’encontre des films programmés la décennie suivante : les deux films programmés en 1964 et 1965 feront moins de 500 entrées.

18Qu’il s’agisse d’adaptations d’œuvres littéraires ou de films exploitant des veines mythologiques – comme celle de Tarzan-, le film d’aventure a eu jusqu’au début des années soixante un écho certain. Il a rencontré l’imaginaire du public. Le désert et la mer en ayant été longtemps des territoires privilégiés, il n’est guère étonnant que les films d’aventure coloniale et les films de pirates aient eu une notable audience, autant que les films de cape et d’épée, alors que le péplum n’a jamais intéressé le public du Patis.

L’offre et la réception de westerns

19Le western fait logiquement son entrée au Patis en 1946. On dénombre 3 films de ce genre chaque année de 1946 à 1949. C’est en ces années le genre américain, non seulement le plus programmé, mais le plus régulièrement programmé, avec un indéniable succès. Mais on ne trouve là que des films tournés avant la guerre, invisibles jusqu’à la libération, les westerns récents n’ayant sûrement pas été disponibles pour cette salle de continuation. Quant aux westerns tournés pendant la guerre, ils furent peu nombreux, puisqu’il en est sorti en France 14 entre 1941 et 1943, 3 tournés en 1944 et quelques-uns tournés en 1945. Mais aucun n’a été programmé au Patis, alors que l’on trouve là quelques films non négligeables comme Le Cavalier du désert, La Charge fantastique.

20Hormis Geronimo le peau-rouge et La Caravane héroïque, aucun des westerns programmés n’appartient non plus aux 10 westerns des années trente mis sur le marché dans la même période (Les Conquérants, Femme ou démon, Sur la piste des mohawks…). S’il a fallu le travail de la critique pour que ces films acquièrent une notoriété, il serait anachronique de prendre ce critère pour Le Patis, qui était dans l’impossibilité d’obtenir rapidement les films sortis : Geronimo a été programmé trois ans après sa sortie, La Caravane héroïque deux ans après. La focalisation de la programmation sur des films d’avant-guerre paraît donc un palliatif : recherche dans un fonds d’un reliquat de films qui avaient été bloqués mais qui, n’étant pas mis dans le circuit des première et seconde visions, se trouvaient accessibles à une salle de reprise.

  • 7 On n’y projettera donc pas par hasard encore en 1956 et 1957 deux des films qui ont mis en scène Da (...)

21On trouve peu, parmi ces westerns d’avant-guerre programmés, de films consacrés depuis, hormis Une aventure de Buffalo Bill. On relève bien les noms de deux auteurs (Cecil B. De Mille et Michael Curtiz), mais ce ne sont certainement pas leurs noms qui ont assuré le succès des films. Le public de la salle, où sera programmé plus tard (en 1958) Le Triomphe de Buffalo Bill, ne se préoccupait pas, encore une fois, du nom du réalisateur (qui ne figurait pas d’ailleurs en gros sur l’affiche) mais répondait à l’appel de personnages, de figures mythiques7. Si Les Vengeurs de Buffalo Bill a eu moins d’audience qu’Une aventure de Buffalo Bill, c’est sans doute parce qu’il s’agissait d’une fresque historique et non de la saga du personnage légendaire. Ce public répondait aussi bien à l’appel de Zorro (2 des films centrés sur ce personnage ont été programmés) qu’à celui de Buffalo Bill, les entrées le montrent : Le Signe de Zorro, Le Retour de Zorro, Une aventure de Buffalo Bill ont fait à peu près les mêmes scores… et ont été les grands succès du western dans cette salle durant ces années. Le Retour de Zorro, La Revanche de Zorro et Les Aventures de Buffalo Bill font partie des 17 films ayant dépassé en 1946 (l’année où ils auront été les plus nombreux à la franchir dans toute l’histoire de notre salle) les 2.000 entrées.

Tableau 84 : Westerns programmés avant 1950

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1946 1947 1948 1949

Une aventure de Buffalo Bill

1936 1937 2.136 entrées

Poigne de fer

1936 1946 1.282 entrées

Le Cavalier mystère

1936 1936 844 entrées
Les Vengeurs de Buffalo Bill, I, II 1936 1947 1.383 + 1.413 entrées
Ramona 1936 1937 2.170 entrées

Le Retour de Zorro

1937 1938 2.613 entrées

Une nation en marche

1937 1938 1.549 entrées

Suzannah

1939 1939 1.712 entrées

Pacific express

1939 1940 2.150 entrées
Geronimo le peau-rouge 1939 1946 1.605 entrées

Le Signe de Zorro

1940 1946 2.051 entrées
La Caravane héroïque 1940 1947 1.103 entrées
  • 8 Ce n’est pas le film qui a réuni en moyenne, par séance, le plus de spectateurs car il a eu droit à (...)

22Pacific express a obtenu autant de succès et fait partie des 13 films ayant franchi en 1948 les 2.000 entrées. DeMille y narre, dans une fresque aussi épique que romanesque, la construction de la première ligne de chemin de fer traversant les États-Unis, mais il est impossible de dire ce qui, du romanesque ou de l’épique, a emporté le plus l’adhésion du public. Une nation en marche, récit de la création puis de l’expansion de la compagnie de diligences « Wells Fargo », appartient aussi, mais sur un mode mineur, à la veine épique. Mais c’est Ramona qui fait, et de loin, le plus grand nombre d’entrées. C’est le western qui enregistre le meilleur score, le plus grand succès dans cette salle8 de l’année 1949, où 7 films seulement ont dépassé les 2.000 entrées ! Il vaut la peine, donc, de s’y arrêter.

Première de couverture du livret de la chanson Ramona

Première de couverture du livret de la chanson Ramona
  • 9 Elle a été précédée par Ramona, Griffith, 1910 ; Ramona, Donald Crisp, 1916 ; Ramona, Edwin Carewe, (...)

23Ramona est la quatrième adaptation (la première date de 1910 : un élément, parmi d’autres qui infirme les thèses simplistes soutenues parfois sur la représentation des indiens dans le western9) d’un roman de Helen Hunt Jackson, Ramona, a story (1884). Helen Hunt Jackson y narre l’histoire d’une jeune métisse recueillie par sa tante après la mort de sa mère, amoureuse d’un indien qu’elle préfère au fils de son père adoptif. Ce roman est un peu à la question indienne ce qu’est La Case de l’oncle Tom à la question noire. Il a connu rien moins que 300 éditions et a inspiré de nombreuses pièces de théâtre ; il se trouve à l’origine d’une représentation en plein air qui, depuis 1923, a lieu chaque année à Hemet en Californie. Le film d’Henry King se faisait donc l’écho en Europe d’un phénomène culturel d’une grande ampleur aux États-Unis, que son audience attestait. Il a d’ailleurs été édité une chanson (reproduction de la première de couverture jointe) en France. Le caractère mélodramatique de l’intrigue y étant pour beaucoup, ce n’est pas le western en soi qui est en jeu.

24Le Patis programmera encore régulièrement des westerns dans les années cinquante, mais sans en mettre jamais à l’affiche davantage. Sauf en 1955 où il en a été programmé six, on n’en comptera que quelques unités, voire un seul, par an, dont un seul d’avant-guerre : La Reine des rebelles, sorti en 1949. Les délais restent longs, car il n’y a plus de fonds accessible directement, ou les films qui le composent sont désormais trop anciens. Aucun des westerns programmés dans les années cinquante ne réalise de performance, mais pas non plus d’échec cuisant : les 1.009 entrées de La Loi du seigneur sont à l’image de son audience nationale (le film avait été classé » 15e au BO), mais on ne propose plus ces personnages fabuleux qu’étaient Zorro et Buffalo Bill.

Graphique 21 - Evolution de l’offre de westerns au Patis

Graphique 21 - Evolution de l’offre de westerns au Patis

25Au début des années soixante le genre connaît une décrue, quelques unités seulement jusqu’en 1963 : Le Trouillard du far-west, Règlements de comptes à O.K. Corral (14e au BO, 453 entrées seulement) Le Fidèle Vagabond, Le Dernier Train de Gun Hill (16e au BO, 479 entrées en 9 séances), L’Homme des vallées perdues, 17e au BO, déjà passé en 1957 (1.030 entrées, alors, 602 entrées seulement cette fois). Tous les résultats sont en retrait ; l’évolution du genre vers la psychologie et la réflexion en éloigne ce public populaire.

  • 10 On notera pour mémoire que Le Patis a aussi programmé dans cette période un western allemand (Le Tr (...)

26Peu de westerns sont programmés entre 1963 et 1970 dans le cadre de l’Art et Essai, pour l’essentiel des westerns classiques, d’auteur : La Flèche brisée (deux fois), Johnny Guitare, Le Convoi des braves, La Vallée de la peur, Les Cavaliers. Une offre qui n’aurait pas été proposée dans les années cinquante, pour un public peut-être plus exigeant. Il en est aussi offert hors de l’Art et Essai, en plus grand nombre : La Vengeance aux deux visages, Le Secret du grand canyon, Fais ta prière Tom Dooley, Alamo, L’Homme de la plaine, Alvarez Kelly, Les Professionnels, El Dorado, Nevada Smith, Les Quatre Fils de Kattie Helder, La Captive aux yeux clairs, Violence à Jericho, Soleil rouge. Il y a là des titres célèbres, des films d’auteur. Mais Alamo ne fait que 373 entrées, L’Homme de la plaine 215, Les Professionnels 461, La Captive aux yeux clairs 160 en 5 séances10.

27L’offre atteint par contre plusieurs fois dans les années soixante-dix un chiffre analogue à ceux des années 1949 et 1959 avec l’apparition des westerns dits spaghetti. Les Terreurs de l’Ouest avait en 1968 ouvert le feu ; on trouve ensuite des titres emblématiques : On l’appelle Trinita (1972), Le Bon la Brute et le Truand (1973), Les Quatre de l’Ave Maria, Mon nom est personne (1974). Mais, encore une fois, l’offre est une chose, les résultats en sont une autre. Ceux des westerns américains sont médiocres : El Dorado (279 entrées en 5 séances), Butch Cassidy et le Kid (222 entrées en 3 séances), Les Cent Fusils (195 entrées en 4 séances), La Kermesse de l’Ouest (271 entrées en 4 séances), Mondwest (146 entrées en 3 séances), Kid blue (109 entrées en 3 séances), Jeremiah Johnson (109 entrées en 3 séances), Un rabbin au far-west (136 entrées en 6 séances).  Ils sont même le plus souvent mauvais, voire très mauvais : Vera Cruz (7e au BO, 63 entrées en 4 séances), La Chevauchée sauvage (89 entrées en 4 séances), Les Proies (43 entrées en 2 séances), Les Cow-boys (43 entrées en 3 séances), Le Solitaire de Fort Humboldt (29 entrées en 3 séances), la plupart étant toutefois programmés tardivement après leur sortie nationale. Seuls Johnny guitare, Soleil rouge, Le Soldat bleu, Little Big Man (programmé deux fois) et Le Sheriff est en prison tirent leur épingle du jeu.

Tableau 85 : résultats au Patis des westerns à succès en France

Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation Nombre d’entrées

L’Homme des vallées perdues

1952 1953 17e 1957
1962
1.030
602

Vera Cruz

1954 1955 7e 1977 63

Règlements de comptes à O.K. Corral

1956 1957 14e 1960 453

La Loi du seigneur

1956 1957 13e 1958 1.009

Le Dernier Train de Gun-Hill

1959 1960 16e 1961 479

Les Professionnels

1966 1966 9e 1968 461

El Dorado

1966 1967 11e 1969 279

Butch Cassidy et le Kid

1969 1970 9e 1977 222

Soleil rouge

1971 1971 7e 1972
1976
454
443

28Il y a lieu de s’interroger sur cette abondance de l’offre alors que les résultats ne suivent pas. Des films comme Jeremiah Johnson, Soleil rouge (7e au box-office), Le Soldat bleu, Little big man, bien accueillis par la critique, redonnaient au western une faveur qu’il avait perdue : Butch Cassidy et le Kid atteignait le 9e rang du BO, Les Professionnels également, El Dorado le 11e. Le renouveau du western américain auquel on assistait suscitait l’intérêt de ce public plus sélectif qu’avait amené au Patis l’Art et Essai. Mais l’offre est demeurée déconnectée du niveau de la demande.

  • 11 C’est pour cela aussi qu’a été programmé un western français : Le Juge. 10e au box-office, il fait (...)

29On observe également des écarts importants dans la réception des westerns italiens. Il était une fois dans l’Ouest, 1er au box-office, est certes programmé 10 fois entre 1976 et 1980, et devient un des best-sellers du Patis, avec un public ici en phase avec le public national. D’où la programmation d’un nombre non négligeable d’autres westerns italiens, qui avaient fait aussi un score national11 ; mais le public du Patis ne suit pas, c’est la preuve d’un attachement et d’une attirance pour un film, non un genre.

30Pas un seul western ne sera reprogrammé au cours de la dernière période d’exploitation, lors du couplage avec le Ciné Poche, le nouveau groupe de programmation lui ayant préféré d’autres genres, comme le fantastique.

Tableau 86 : Westerns italiens programmés (hormis Il était une fois dans l’Ouest)

Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation Nombre d’entrées

Le Bon, la Brute et le Truand

1966 1968 3e 1973 429

Les Quatre de l’Ave Maria

1968 1969 1973 64

On l’appelle Trinita

1970 1971 11e 1972 475

Mon nom est personne

1973 2e 1974 767
Un génie deux associés une cloche 1975 1976 12e 1977
1979
395
85

31L’offre de westerns aura existé de bout en bout, en étant parfois assez conséquente. Mais seuls quelques titres révélateurs de quelques aspects du genre ont suscité l’adhésion. Aux deux extrêmes : le western épique et romanesque des années trente et le néo-western, voire le western déconstruit, d’après 1960. Pour deux publics très différents ; le premier adhérait à la légende, le second se réjouissait de voir le genre démythifié. Il semble bien que la réception du western au Patis ait dépassé, aussi bien dans un cas que dans l’autre, la simple représentation de l’américanité.

II) le film criminel et le film d’espionnage

  • 12 http://www.europe-hollywood.net/ page consultée le 27 septembre 2012.

32« Le crime film ne saurait être pensé comme un genre unique mais presque, en soi, comme un ensemble de catégories génériques. De nombreux sous-genres lui sont associés : detective film, gangster movie, G-men picture, prison film, thriller, trial film ou courtroom drama (film de procès), film noir, mystery ou encore snuff movie (ces films qui mettent en scène des crimes réels)… Si nous observons une telle pluralité générique aux États-Unis, là où, en Europe et en France particulièrement, nous aurions tendance à nous accorder sur une terminologie générale en qualifiant tous ces films de « films policiers », c’est qu’elle est fonction de contextes socio-historiques particuliers. En effet, si tous ces genres, cycles ou sous-genres, renvoient de façon générale au banditisme, chacun d’entre eux se développe en fonction d’un contexte, d’une configuration socio-historique (et judiciaire) particulière.»12

  • 13 Armand Cauliez, Le film criminel et le film policier, Paris, Éditions du cerf, 1956.

33Le film policier a du reste évolué comme le roman policier. Un roman noir est autre chose qu’un roman à énigme comme ceux d’Agatha Christie et de Gaston Leroux ; un film noir se distingue donc d’un film-enquête. Les enjeux, aussi bien moraux que spéculaires, sont distincts et il importe donc, pour une analyse du fond de la programmation de la salle, et pour affiner l’image du public, de les distinguer. Armand Cauliez 13 ayant déjà proposé au milieu des années cinquante un terme générique plus large que « film policier » : « film criminel » ; nous le suivrons.

34Examinons d’abord l’ensemble, le genre avant les sous-genres. À quelques exceptions près, l’offre de films criminels augmente sensiblement au début des années soixante : après avoir représenté de 2 à 4 % de la programmation durant deux décennies, elle évolue autour de 10 % à partir de 1966. Il n’y aura jamais, entre 1966 et 1976, moins de 4 films par an, et jusqu’à 11 en 1969, 10 en 1970, dépassant les deux pics des années cinquante. L’offre ne retombe qu’une seule fois (en 1978) au niveau de ce qu’elle était en moyenne dans les années cinquante. Hormis quelques titres, emblématiques il est vrai, comme Tirez sur le pianiste, cette offre, en majorité constituée de films français, comprend des films de qualité sans être nécessairement d’auteur (exceptions : Hitchcock, dont Le Patis aura passé 11 films, et le jeune Polanski), ou de cinéastes non encore reconnus comme tels. Elle demeure faite de films s’inscrivant quant à leur fond dans la tradition : les thrillers restent très minoritaires.

Graphique 22 - Evolution de l’offre de films criminels

Graphique 22 - Evolution de l’offre de films criminels

L’offre de films policiers, de films noirs, de thrillers et leur réception

  • 14 Voir à ce sujet Claude Forest, op. cit, chap. V.

35L’offre de films proprement policiers est constituée en majorité de films français, majorité écrasante puisque sur les 141 films policiers on ne relève que 16 films américains et un film britannique. Si l’on ajoute à cela le nombre important de comédies policières ou de policiers parodiques, la prédominance du cinéma français est sans conteste, demeurée longtemps en bonne santé14.

36Contrairement au western, le film policier américain ne fait pas son entrée au Patis de bonne heure ; il n’en sera jamais programmé que 2 dans les années cinquante, un à la toute fin de la décennie suivante, en 1969. On pointe là un écart révélateur des goûts du public. Cet écart, qui se manifeste sur le plan quantitatif par l’énorme disparité de l’offre, est confirmé par les résultats.

37À partir de 1969, l’offre de films policiers américains s’accroît : 9 films, soit la moitié du total, dont plus des deux tiers projetés à partir de 1969. Quatre films policiers américains seront encore programmés durant les trois dernières années (en 1981, 1982, 1983), liés à l’Art et Essai. Le différentiel entre les films des deux nationalités ne se réduit certes que dans la deuxième moitié de la décennie : 2 films américains sur 7 en 1974, 2 sur quatre en 1976, 2 sur 2 en 1979, 3 sur 5 en 1983. Mais la tendance est nette et, surtout, il n’y a plus la même disparité : les résultats des films américains s’égalisent. Preuve de ce (re)gain d’intérêt : on verra L’arnaque programmé trois fois : en 1974 (604 entrées), 1976 et 1979 (266 entrées).

Tableau 87 : Principaux films policiers programmés

1950
France Un flic
, 1.173 entrées
Cargaison clandestine
, 1.034 entrées
Tempête
, 133 entrées
La Voyageuse inattendue
, 1.412 entrées
Rapide de nuit
, 497 entrées
États-Unis Opium
, 864 entrées
1958
France Le Feu aux poudres
, 581 entrées
Chéri Bibi
, 821 entrées
Les Nuits de Montmartre
, 1.074 entrées
États-Unis La Maison de bambou
798 entrées
1969
France Le Deuxième Souffle
389 entrées
Galia
, 245 entrées
Le fauve est lâché
, 178 entrées
Tirez sur le pianiste
285 entrées
Ne nous fâchons pas
, 173 entrées
Trafic de filles
, 350 entrées
Ho !
, 272 entrées
États-Unis Le Procès Paradine
, 382 entrées
1970
France Diaboliquement vôtre
150 entrées
Mélodie en sous-sol
(7e au BO)
282 entrées
Le Scandale
, 245 entrées
Les Aventuriers, (7e au BO)
451entrées
1000000 dollars au soleil
(7e au BO)
493 entrées
Les Barbouzes
, 284 entrées
Dernier Domicile connu
(12e BO)
477 entrées
États-Unis Dans la chaleur de la nuit
, 543 entrées
Bullitt
(7e au BO)
593 entrées
1974
France Il n’y a pas de fumée sans feu,
353 entrées
L’Emmerdeur,
569 entrées
Deux Hommes dans la ville
(10e au BO)
471 entrées
Les Granges brûlées
602 entrées
La Scoumoune
, 602 entrées
La Valise
, 210 entrées
États-Unis L’Arnaque,
604 entrées
  • 15 Voir supra, 2e partie, La prédominance du cinéma français.
  • 16 Voir sur cette question l’ouvrage de Claude Forest, op. cit.

38Des films policiers français, Le Patis en a offert presque chaque année. Peu d’années blanches : 6 sur 40, 2 dans les années quarante (1947, 1949), 2 dans les années cinquante (1953, 1955), 2 seulement (1961, 1978) de 1956 à 1983. Le film policier français a une ancienneté et une assise qui peuvent expliquer qu’il reste prédominant lorsqu’arrive la vague du cinéma américain ; il possède des traits qui en favorisent la réception. On n’en dira d’ailleurs rien si l’on fait abstraction de l’audience, dès les premières années d’exploitation, des comédies policières, un sous-genre spécifique, symptomatiquement à cheval sur deux genres15. L’offre s’affirme au fil des décennies : 18 titres dans les années cinquante, 30 dans les années soixante, 33 dans les années soixante-dix, reflet d’un renouvellement du genre. On trouve là 4 films de Melville, 4 films de José Giovanni, 3 films de Robert Enrico, 4 films de Georges Lautner, 3 films de Claude Sautet, preuve que l’offre française est capable de résister à l’offre américaine16.

39Il y a toujours eu des adaptations. D’auteurs français  qui ne sont pas forcément passés à la postérité : Pierre Véry (Les Disparus de Saint-Agil), Marcel Arnac (Circonstances atténuantes), Claude Luxel (Entre onze heures et minuit), Claude Orval (Les Nuits de Montmartre)... Mais aussi d’Albert Simonin (Le cave se rebiffe), José Giovanni (Classe tous risques, Dernier Domicile connu, La Scoumoune, Le Gitan), Frédéric Dard (Commissaire San Antonio), S.A. Steeman (Quai des orfèvres, Mystère à Shanghaï), Gaston Leroux (les « Rouletabille » …, Chéri Bibi) et Simenon (La Maison des sept jeunes filles, Monsieur La Souris, Le sang à la tête). Mais les films policiers « originaux » sont en nombre plus important : une cinquantaine.

40Il y aura eu, en proportion, davantage de films noirs américains, une spécificité du cinéma d’outre-Atlantique. On en dénombre pas loin de 10 sur un total d’une douzaine ; 3 titres dès 1950, mais plus aucun titre jusqu’en 1964. Le genre reviendra sur l’écran du Patis dans le cadre de la programmation Art et Essai, essentiellement entre 1964 et 1968 : 6 classiques des années quarante et cinquante. Ces films n’ayant pas été programmés auparavant, l’effet cinéphilique est évident, à ceci près que, là encore, hormis La Femme à abattre (403 entrées), ils ne font en moyenne que 200 entrées.

41Il sera aussi offert à partir de 1960 des adaptations françaises de romans noirs américains. Comme si ce genre allait trouver au Patis par ce biais, grâce au nouveau cinéma français, un souffle qui lui avait manqué au début des années cinquante. Mais leur nombre restera restreint : Tirez sur le pianiste, L’Arme à gauche, Le Saint prend l’affût, Mélodie en sous-sol, Le Casse, Les Innocents aux mains sales, Série noire. Il y a là un effet-auteur plus qu’un effet-genre : on relève parmi les réalisateurs les noms de Truffaut, Chabrol, Corneau.

42On voit aussi apparaître à cette époque des films policiers que nous appellerons « policiers décalés » pour les différencier des vieilles comédies policières, une veine avec laquelle renouent cependant les films de Georges Lautner. Mais, Art et Essai et nouveau public obligent, le leader de la réception au Patis de cet avatar du film policier est À bout de souffle. Le film de Godard sera programmé rien moins que 4 fois en une décennie (entre 1968 et 1978). Pierrot le fou, qui est de la même veine, sera, lui, programmé 5 fois entre 1969 et 1977.

Tableau 88 : Le film noir américain au Patis

Année de programmation Titre, année de production, année de sortie, nombre d’entrées
1950 Brigade criminelle
(1947, sorti en 1947)
457 entrées
La Cité sans voiles
(1948, sorti en 1949)
1.143 entrées
Boomerang
(1946, sorti en 1947)
506 entrées
1958 La Maison de bambou
(1955, sorti en 1956)
798 entrées
1964 La Soif du mal
(1958, sorti en 1958)
189 entrées
1965 La Femme à abattre
(1950, sorti en 1951)
403 entrées
1967 Le Faucon maltais
(1941, sorti en 1946)
173 entrées
Le Grand Sommeil
(1946, sorti en 1947)
191 entrées
La Dame de Shanghaï
(1947, sorti en 1947)
210 entrées
1968 Les Amants de la nuit
(1949, sorti en 1951)
245 entrées
1973 Le Parrain
(1972, sorti en 1972, 7e au BO)
157 entrées
1979 Le Parrain
112 entrées

43La proportion de films américains parmi les thrillers sera encore plus forte : 22 titres sur un total de 36, soit presque les deux tiers. Seuls 2 des titres offerts avant 1969 ne sont pas américains, au contraire de la totalité de ceux offerts de 1976 à 1983. Le genre apparaît sur l’écran du Patis en 1956. Mais on ne comptera jamais plus d’un ou deux films par an jusqu’en 1969. La moyenne passera ensuite à 3, avec un pic en 1977 (5 films) : c’est pour partie un effet de la programmation Art et Essai : sur les 11 films d’Hitchcock programmés au Patis, 7 l’ont été après le passage à l’Art et Essai. Effet-auteur  donc. Mais seul Psychose, programmé trois fois, atteint 300 entrées (473 la 3e fois) ; Le crime était presque parfait ne fait que 214 entrées en 1966 (contre 251 en 1957), La Main au collet 169 en 1967 (contre 832 en 1958).

44Le thriller n’entre donc pas facilement dans les goûts du nouveau public, et ce n’est pas un hasard si l’équipe du Patis lui offre entre 1969 et 1976 autant de thrillers européens que de thrillers américains : une parenthèse intéressante. Outre M le maudit, film de répertoire, 4 sur 7 de ces thrillers européens sont en effet signés par Polanski : l’effet-auteur est décidément plus fort que l’effet genre.

Tableau 89 : Thrillers programmés

États-Unis Europe
1957 Le crime était presque parfait ,251 entrées
1958 La Main au collet , 832 entrées
1964 Le Couteau dans l’eau , 171 entrées
1966 Le crime était presque parfait 214 entrées
1967 La Main au collet 169 entrées
1969 Me faire ça à moi, 334 entrées
M le maudit, 271 entrées
Le Couteau dans l’eau171 entrées
1970 Répulsion, 612 entrées
Jeux pervers, 208 entrées
1971 Psychose, 318 entrées
1972 L’Ombre d’un doute, 218 entrées
Les Tueurs de la lune de miel, 124 entrées
L’Heure du loup, 322 entrées
1973 Marnie 186 entrées
Frenzy 237 entrées
Deep end 746 entrées
1974 Psychose 326 entrées
1975 La Mort aux trousses 232 entrées
747en péril , 327 entrées
Cul de sac 265 entrées
1976 Duel 202 entrées
Terreur sur le Britannic 66 entrées
Les Dents de la mer 400 entrées
1977 Les Dents de la mer 277 entrées
1978 Psychose 473 entrées Répulsion 202 entrées

45Le film policier français aura bénéficié sur l’écran du Patis de la présence la plus régulière, avec davantage d’audience que le film policier américain. C’est une preuve de l’aptitude de l’offre française à rivaliser avec l’offre d’outre-Atlantique, même dans le domaine du thriller. L’exemple de cette salle recoupe l’analyse de la réception du genre dans l’ensemble de l’hexagone et nous montre aussi que les gangsters à la française ont plu davantage que les gangsters américains. La forme la plus spécifique du film criminel américain, le film noir, n’a pas trouvé d’audience, même dans la rétrospective qui en a été faite dans le cadre de l’Art et Essai.

L’offre de films d’espionnage et leur réception

46On dénombre une cinquantaine de films d’espionnage, sous-genre à cheval sur le film de guerre et le film criminel. Les films proposés dans les années quarante sont de circonstance :   ils ont tous un rapport avec la Seconde Guerre mondiale. Il en va de même pour la moitié de ceux programmés dans les années cinquante. L’orientation de la production reflète les goûts du public. La montée de l’offre dans les années soixante – plus de la moitié, 30 sur 50, des films d’espionnage passés au Patis auront été programmés durant cette décennie – illustre le renouvellement du genre, qui devient à la fois plus humoristique et plus sophistiqué.

Tableau 90 : La constellation « James Bond » au Patis

Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation et nombre d’entrées
1968 1969 1972 1974
James Bond 007 contre Dr. No 1962 1963 4e 167 entrées
Bons baisers de Russie 1963 1964 466 entrées
Goldfinger 1964 1965 2e 255 entrées
L’espion qui venait du froid 1965 1966 162 entrées
Bien joué Matt Helm 1966 1967 110 entrées
Casino royale 1966 1967 544 entrées 217 entrées
F comme Flint 1966 1967 199 entrées
On ne vit que deux fois 1967 1967 4e 382 entrées
Les diamants sont éternels 1971 1971 12e 416 entrées
  • 17 Un seul, américain (Un américain pur sang), dans les années 1940 (en 1944), un britannique en 1952, (...)

47Ceci explique une répartition différente des films selon les nationalités : au cours des années soixante ont été programmés le plus de films étrangers, américains et britanniques17 pour la moitié du total avec une forte montée dès les années cinquante. Mais la deuxième moitié des années soixante concentre à elle seule la moitié des films d’espionnage passés au Patis, la plupart britanniques (7 pour 3 films américains seulement), tous codés : centrés sur un personnage du type James Bond. Trois films de ce type (sur 5) ont été programmés en 1968, et 5 (sur 5) en 1969, mais sans succès. Il en sera pourtant encore offert un autre en 1972 et en 1974. Il avait déjà été programmé un film de ce type (OSS 117 se déchaîne, 14e au box-office) en 1965. Un film français comme le reste de l’offre de cette année, dans laquelle on ne compte pas moins de 4 (sur 7) films avec Eddie Constantine, interprète aussi d’un film d’espionnage britannique programmé en 1963 (SOS Pacific), de 5 des films policiers français programmés entre 1956 et 1963 et d’un des rares thrillers français, programmé en 1969 (Me faire ça à moi). Eddie Constantine apparaît au total dans pas moins de 19 titres, dont l’un, Votre dévoué Blake (1954, programmé en 1957), s’est classé 8e au box-office.

48Ces films d’espionnage à la française de 1965 ont, globalement, réalisé de meilleurs scores que les films étrangers en 1968 et 1969  avec tous plus de 400 entrées, un seuil qui ne sera atteint que par deux des films étrangers (la moitié seront même en-dessous des 200 entrées) : OSS 117 se déchaîne en avait fait 777. On n’enregistre pas seulement là, donc, une donnée statistique (la majorité des films d’espionnage passés au Patis sont français), mais un fait de réception : le public du Patis aura, toutes proportions gardées, réservé un meilleur accueil aux films d’espionnage à la française. Son goût ne paraissait pas ici aussi affirmé que dans le domaine du film policier, à preuve le fait que Le monocle rit jaune (pourtant de Lautner) n’ait fait en 1966 que 236 entrées.

49Certains films d’espionnage à la française sont adaptés de romans. Mais en nombre réduit et, sauf peut-être Pierre Nord (Deuxième Bureau contre Kommandantur, Le Serpent, 1972), d’auteurs très peu connus : Pierre Frondaie (Les loups chassent la nuit), Charles-Robert Dumas (Deuxième Bureau, Les loups entre eux, L’Homme à abattre). Il y a beaucoup plus de sujets originaux.

50Les films d’espionnage se font de plus en plus rares à partir de 1970. La chute est, après le pic de 1968-1969, spectaculaire : un film en 1971, un en 1972, 3 en 1973, un en 1974. Après quoi ils disparaissent complètement de l’affiche. Epuisement d’une veine au niveau de la production ? Sans doute, mais désaffection du public surtout : les 6 films programmés dans les années soixante-dix (parmi lesquels trois avatars de James Bond, voir tableau ci-joint) font tous moins de 500 entrées.

51Très concentrée sur les années soixante, l’offre semble corrélée à la mutation que connaissait alors le genre. Mais, paradoxalement, la majorité des films d’espionnage programmés au Patis sont restés des films français, même si le public a boudé les films, trop parodiques, de Georges Lautner et a préféré Eddie Constantine à James Bond.

Notes

1 http://www.Europe-hollywood.net/ page consultée le 24 septembre 2012.

2 Claude Forest, op. cit. p. 114.

3 Au début du siècle, une jeune Française a épousé un diplomate turc très occidentalisé. Pourtant, lorsque son mari l'emmène en Turquie, elle se rend compte des mœurs encore barbares de ce pays. Poursuivis par la haine du sultan ils sont tous deux sauvés par un révolutionnaire qu'elle avait aidé autrefois.

4 Une princesse bédouine qui retourne à Bagdad après avoir été éduquée en Angleterre constate que son père a été assassiné par un groupe de renégats. Elle s’efforce de faire traduire le coupable en justice tout en étant courtisée par le Prince Hassan.

5 Des soldats découvrent dans le désert une ville en ruines où un savant étudie les secrets atomiques à des fins guerrières.

6 Une jeune femme vient récupérer dans une oasis saharienne le corps de son mari qui vient d'être assassiné par son associé.

7 On n’y projettera donc pas par hasard encore en 1956 et 1957 deux des films qui ont mis en scène Davy Crockett : Davy Crockett roi des trappeurs et Davy Crockett et les Pirates de la rivière.

8 Ce n’est pas le film qui a réuni en moyenne, par séance, le plus de spectateurs car il a eu droit à davantage de séances.

9 Elle a été précédée par Ramona, Griffith, 1910 ; Ramona, Donald Crisp, 1916 ; Ramona, Edwin Carewe, 1928, Ramona. Il y en aura encore au moins une, au Mexique : Ramona, Victor Urruchuà, 1946, et des séries télévisées en 1988, 1991, 2000, 2003.

10 On notera pour mémoire que Le Patis a aussi programmé dans cette période un western allemand (Le Trésor du lac d’argent) et un western français (Le Juge).

11 C’est pour cela aussi qu’a été programmé un western français : Le Juge. 10e au box-office, il fait 332 entrées.

12 http://www.europe-hollywood.net/ page consultée le 27 septembre 2012.

13 Armand Cauliez, Le film criminel et le film policier, Paris, Éditions du cerf, 1956.

14 Voir à ce sujet Claude Forest, op. cit, chap. V.

15 Voir supra, 2e partie, La prédominance du cinéma français.

16 Voir sur cette question l’ouvrage de Claude Forest, op. cit.

17 Un seul, américain (Un américain pur sang), dans les années 1940 (en 1944), un britannique en 1952, deux américains en 1953 et 1954.

Table des illustrations

Titre Graphique 20 – Les films historiques, d’espionnage et d’aventures au Patis (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Couverture du dossier publicitaire d’Attila fléau de Dieu
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Première de couverture du livret de la chanson Ramona
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Graphique 21 - Evolution de l’offre de westerns au Patis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 22 - Evolution de l’offre de films criminels
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search