Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Troisième partie. Une question de genres

Chapitre II. La comédie

Texte intégral

1La comédie est le deuxième genre le plus offert au cours de ces quatre décennies. Ce genre domine sans conteste avec plus d’une quinzaine de titres offerts chaque année, soit un film toutes les trois semaines en moyenne. On ne retiendra pas dans l’analyse les films de la constellation « Sissi » et de ses homologues. Films hybrides, à cheval sur la comédie et le film d’Histoire, variantes de biopics également, les films de la trilogie  « Sissi » sont en fait inclassables (cf. supra, le chapitre sur les films allemands et autrichiens). On ne tiendra pas compte non plus de ce que nous appellerons les « romances ». La plupart de ces films sont en effet à connotation historique et à rapprocher de la constellation « Sissi », dont ils sont des satellites. On relèvera parmi les très rares occurrences de romances contemporaines Love story, classé 5e au box-office national et programmé deux fois au Patis, deux semaines consécutives la seconde fois, malgré ses faibles résultats.

Graphique 18 - L’offre des comédies au Patis (1943-1983)

Graphique 18 - L’offre des comédies au Patis (1943-1983)

L’offre et la réception de comédies françaises

2On dénombre peu, parmi les comédies françaises, d’adaptations de pièces de théâtre, et elles ne viennent pas de pièces classiques. Exceptions : Don Juan (1955, John Berry), La Folie des grandeurs (Gérard Oury), tous deux d’après le Don Juan de Molière. Le second de ces films a, malgré la présence de Louis de Funès et Yves Montand et sa position de 4e au box-office national, été un échec au Patis : 188, puis 236 entrées. On relève aussi Monsieur Hector (ou Le Nègre du Negresco), film de 1940 programmé en 1943, puis reprogrammé en 1947 et en 1966, mais avec de moins en moins de succès (974, 873 puis 679 entrées), adaptation aussi fantaisiste que libre du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux. Citons enfin Espoirs (1940), adaptation de Roméo et Juliette au village, qui aura réuni par contre 1759 spectateurs.

  • 1 Éducation de prince, comédie en quatre actes de Maurice Donnay, publiée une première sous forme de (...)

3Les pièces du répertoire adaptées datent surtout de la « belle époque » : Messieurs les ronds de cuir (1893), Scènes de ménage, d’après Courteline, Le duel, d’après Henri Lavedan (1905) pour citer des auteurs passés à la postérité1. Les audiences dépendent de la notoriété des œuvres : Messieurs les ronds de cuir (d’après Courteline également, version de 1936, sortie en 1937) fait 2.217 entrées alors que Le Duel (1939, sorti en 1941) en fait 1.602 et Scènes de ménage 987.

Tableau 58 : Trois acteurs comiques

Bach Noel-Noel Robert Lamoureux
Le Martyr de Bougival (1949)
Le Charcutier de Machonville (1947)
Bach en correctionnelle (1940)
Le Chasseur de chez Maxim's (1939)
Mon curé chez les riches (1938)
Gargousse (1938)
Le Cantinier de la coloniale (1938)
Bach détective (1936)
J'arrose mes galons (1936)
Debout là-dedans ! (1935)
Bout de chou (1935)
Le Train de huit heures quarante-sept (1934)
Sidonie Panache (1934)
L'Enfant de ma sœur (1933)
Bach millionnaire (1933)
Tire au flanc (1933)
Le Champion du régiment (1932)
L'affaire Blaireau (1932)
En bordée (1931)
La Prison en folie (1931)
La Disparue (1931)
Le Tampon du capiston (1930)
Une Grave Erreur (1930)
À pied, à cheval et en voiture (1957, 12e au BO)
Bonjour Toubib (1957)
Ce cochon de Morin (1956)
Les Truands (1956)
Les Carnets du Major Thompson (1955)
Le Fil à la patte (1954)
La Fugue de Monsieur Perle (1952)
Les Sept Péchés capitaux (1952)
La Vie chantée (1951)
Retour à la vie (1949)
Les Casse-pieds (1948)
Le Père tranquille (1946, 4e au BO)
La Cage aux rossignols (1945, 2e au BO)
Adémaï bandit d'honneur (1943)
La Femme que j'ai le plus aimée (1942)
Sur le plancher des vaches (1940)
La Famille Duraton (1939)
L'Innocent (1938)
Tout va très bien madame la marquise (1936)
Moutonnet (1936)
Adémaï aviateur (1934)
Rencontre à Paris (1956)
Si Paris nous était conté (1956)
Papa, Maman, ma femme et moi... (1955)
Village magique (1955)
Papa, Maman, la Bonne et moi (1954)
Escalier de service (1954)
Virgile (1953)
Pattes de velours (1953)
Lettre ouverte (1953)
Allo, je t'aime (1952)
Chacun son tour (1951)
Au fil des ondes (1951)
Le Don d'Adèle (1951)
Le Roi des camelots (1951, 5e au BO)

(Les films de leurs carrières diffusés au Patis sont en gras)

  • 2 Avec Henry Laverne, Bach a écrit et enregistré plus de 200 sketches entre 1928 et 1938. Paul Misrak (...)
  • 3 Le personnage de Knock était interprété pourtant par Louis Jouvet.

4On trouve également nombre de pièces contemporaines, d’auteurs parfois oubliés, mais dont c’était quelquefois la deuxième version (Ma tante d’Honfleur, 1948 ; La Petite Chocolatière, 1949), sans que cela soit un gage de succès auprès du public du Patis. La célébrité de l’interprète primait : Bach, dont Le Patis aura programmé 8 films, fournit à L’Enfant de ma sœur ses 1.904 entrées2. À considérer les 1.420 entrées de Les Affaires sont les affaires, d’après Mirbeau (1942, programmé en 1944), et celui de la trilogie de Pagnol, dont on a vu quelle fortune elle a eu au Patis, l’audience dépendait là aussi de la notoriété, sans qu’elle paraisse une règle : Knock (1950) a été programmé sans grand succès en 1956 (786 entrées)3.

  • 4 Ce roman sera réadapté sous le titre Ni vu ni connu. Le Patis programmera trois fois cette version, (...)

5Un certain nombre de ces comédies sont tirées de romans, certains de très grande consommation : Les Cinq Sous de Lavarède, Mon oncle et mon curé, Mon curé chez les pauvres, Le Curé de Saint-Amour etc., la notoriété de l’interprète jouant là aussi. C’est à Bach encore, et à l’attente qu’avait créée l’interdiction sous l’occupation des films antérieurs à 1937, que L’Affaire Blaireau (d’après Alphonse Allais) doit en 1949, alors qu’il date de 1931, de faire 1.171 entrées4. C’est incontestablement à Bourvil que Le Roi Pandore (d’après La Tactique du gendarme), classé 9e au box-office, doit d’avoir été programmé trois fois et d’avoir fait 2174, 1.016 et 1.146 entrées. Cela paraît également vrai pour des adaptations de romans d’auteur : la version de Tartarin de Tarascon de 1934 réalise encore en 1954 1.180 entrées ; Raimu en était l’interprète. La présence de Bourvil dans le rôle-titre explique que Le Passe-muraille, classé 14e au box-office, fasse en 1953 1.280 entrées : Marcel Aymé était peu connu du grand public.

6Quelques-unes sont adaptées de BD qui ont eu leur heure de gloire jusque dans les années 1950 : Bibi Fricotin (1950, programmé en 1954), Les Aventures des pieds nickelés (1947). Quoique classé 7e au box-office, le premier de ces films a été un échec. Le second, classé 4e au box-office, a, lui, été programmé deux fois, en 1951 et 1958. Et son succès de 1951 (1.709 entrées) ne s’est pas vraiment démenti en 1958 (1.082 entrées). À public différent, goût différent : on n’observera pas l’équivalent de ce succès après 1963, avec les adaptations de Tintin ou d’Astérix. Quoique classé 10e au box-office, Les Douze Travaux d’Astérix n’aura que 306 spectateurs en quatre séances.

7D’autres sont adaptées d’émissions radiophoniques : Les Duraton vient de La Famille Duraton. D’abord intitulée Autour de la table, cette émission radiophonique fut créée en 1937 et diffusée sur Radio Cité, puis sur Radio Luxembourg à partir de la Libération. Ce feuilleton réunit une famille de Français moyens à l’heure du dîner pour commenter, avec verve et chaleur, l’actualité du jour. En 1939, Christian Stengel adapte les conversations de la famille Duraton dans un film éponyme. Sur le banc devient une émission-culte de Radio Luxembourg, créée en 1937, arrêtée pendant la guerre, puis reprise de 1949 à 1963. Le personnage de Piédalu, créé par Ded Rysel au cabaret sera repris ensuite sur Radio Andorre « Le Point de vue de Piédalu », représente un paysan de la Beauce à l'accent prononcé mais au bon sens des gens de la terre. On notera que Ded Rysel a contribué au scénario des films de la série et à celui des Duraton, et qu’il a joué aussi dans La Joyeuse Prison (1956), Bonjour jeunesse / L'orpheline des glaciers (1956), Cinq millions comptant (1957). Quant à Leguignon, son personnage du lampiste avait été créé par « Le Canard Enchaîné » pour incarner le petit, le sans-grade, celui qui régulièrement payait pour les autres, les gros, les profiteurs, les patrons. Il y a eu vers le début des années cinquante, sur Radio-Luxembourg relayée par Radio Monte-Carlo, une série hebdomadaire de « Tribunaux comiques », des saynètes assez courtes, dans lesquelles Yves Deniaud incarnait l’éternel accusé, éternellement innocent et donc éternellement condamné. La place atypique occupée dans l’histoire du Patis par ce film Sur le banc paraît largement symptomatique : diffusé cinq fois à trois ans d’intervalle à chaque fois, il réalisera des scores surprenants : 1.928 entrées en 1956, puis 2.566 (1959), 1.721 (1962), 847 (1964) avant de décliner avec 256 en 1967.

Tableau 59 : Diffusion de séries comiques

Titre générique …du film (année de sortie) 1re programmation
et nombre d’entrées
2e programmation et nombre d’entrées 3e programmation
et nombre d’entrées
Trois Artilleurs… … en vadrouille (1938)
… à l’opéra (1938)
1944 - 2.666 entrées
1946- 2.083 entrées
1949 - 2.222 entrées
1952 - 613 entrées

1958 - 318 entrées
Adémaï… … aviateur (1934)
---bandit d’honneur (1943)
… au poteau frontière (1948)
1946 - 1.221 entrées
1947 - 805 entrées
1953 - 427 entrées
1950 - 915 entrées
Piédalu… … à Paris (1952)
… fait des miracles (1952)
… député (1953)
1951- 1.856 entrées
1954 - 1.630 entrées
1955 - 1.958 entrées
1951- 535 entrées
1959 - 940 entrées
1958 - 753 entrées
1955 - 1.436 entrées
1963 - 1.053 +837 entrées
Leguignon… … lampiste (1951)
… guérisseur (1954)
1953 - 1.035 entrées
1955 - 1.583 entrées
1957 - 1.357 entrées
Don Camillo…
Le petit Monde de… (1951)
Le Retour de… (1952)
… Monseigneur (
1961)
… en Russie (1965)
1951- 1.232 entrées
1961- 966 entrées
1963 - 1.295 entrées
1967- 442 entrées
1954- 1.305 entrées
Le Gendarme… … de Saint-Tropez (1964)
… à New-York (1965)
… se marie (1968)
… en ballade (1970)
1967- 837 entrées
1967 - 836 entrées
1970 - 393 entrées
1972 - 496 entrées
1968 - 588 entrées 1971 - 710 entrées
  • 5 Le 27 décembre 1944, le journaliste Guglielmo Giannini fonde un hebdomadaire baptisé L'uomo qualunq (...)

8Les séries de films sur les personnages de Piédalu et Leguignon, qui ont suivi la série des « Ademaï » et précédé celles des « Gendarme », constituent également un phénomène important, encore plus révélateur de la mentalité du public du Patis. Au croisement des deux types créés se dessine en effet l’image d’un homme du peuple, mi-victime mi-goguenard qui a, avant la lettre, quelque chose de poujadiste. Elle évoque cet homo qualunque théorisé en Italie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, au point de donner naissance à un journal5 et à un mouvement politique actif.

9La série des Piédalu, dont seul le premier opus (Piédalu voyage, 1950) n’aura pas été programmé au Patis, fut de loin, quantitativement, la plus importante. Si un seul des films de cette série (Piédalu à Paris) est parvenu dans les vingt premiers au box-office (16e), ses résultats n’ont chuté au Patis que lors de son troisième passage. Mais la veine s’épuise dès la fin des années cinquante. Le personnage de Leguignon n’a, lui, donné naissance qu’à 2 films : Leguignon lampiste (1952) et Leguignon guérisseur (1954), le premier réalisant en 1953, 1.035 entrées, en 1957, 1.232 ; le second en a fait 1.223 en 1955.

10La plupart de ces comédies reposent sur des scénarios originaux, mais beaucoup utilisent dans leurs rôles-titres des acteurs qui s’étaient fait un nom sur la scène ou à la radio, exploitant un personnage qui connaît au cinéma une extension. Bourvil et Fernandel sont ici très présents, avec Bach dans pas moins de 8 films, dont des adaptations (Bach en correctionnelle, Bach détective, Gargousse, Debout là-dedans).

  • 6 L’original des Choristes, Christophe Baratier, 2003.

11Noël-Noël, présent dans 10 films, venait pareillement de la scène et du disque, mais ses rôles au cinéma ne sont pas le prolongement de ses prestations antérieures : le personnage de La Cage aux rossignols6 n’a plus grand chose à voir avec Adémaï. A fortiori le résistant du Père tranquille. On ne se situe plus, en outre, dans le registre de la comédie, et Noël-Noël a obtenu autant de succès dans les drames et mélodrames que dans les comédies. Classé 2e au box-office, La Cage aux rossignols est un des grands succès de l’immédiat après-guerre.

12Autre acteur récurrent, jusqu’au milieu des années 1950 : Robert Lamoureux. Apparu directement au cinéma, il sera présent au Patis dans une demi-douzaine de films, dont deux arrivés parmi les tout premiers du box-office.

Tableau 60 : Robert Lamoureux sur l’écran du Patis

Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation et nombre d’entrées
1952 1955 1956 1969
Le Roi des camelots 1950 1951 5e 2.456 entrées 1.800 entrées
Papa, Maman, la Bonne et moi 1954 1954 3e 1.476 entrées 263 entrées
  • 7 Carré de valets, Le Roi Pandore, Le Roi des camelots, Les Duraton, Allo, je t’aime.
  • 8 L’Acrobate, La Madelon, Nous irons à Paris, Sénéchal le magnifique, Cent francs par seconde.
  • 9 L’amour madame, Faites-moi confiance, Poisson d’avril, Archimède le clochard.
  • 10 Millionnaires d’un jour, Métier de fous, Ma femme est formidable, Taxi, Roulotte et Corrida.
  • 11 Émile l’africain, Madame et son auto.
  • 12 Les Veinards, Fortunat, La Grosse Caisse, Les Cracks.

13On trouve, parmi les signataires de ces comédies, des réalisateurs récurrents, de ces hommes à tout faire déjà évoqués : André Berthomieu7, Jean Boyer8, Gilles Grangier9, André Hunnebelle10, Robert Vernay, Maurice Labro11, Alex Joffé12… Les films que l’on peut dire d’auteur sont par contre très rares, même si on peut relever Quatorze juillet, Tout l’or du monde (René Clair), Antoine et Antoinette (Jacques Becker), ou beaucoup plus tard Le Déjeuner sur l’herbe (Jean Renoir). Plusieurs de ces comédies ont été, comme les séries, des best-sellers ; certaines se sont toutefois épuisées.

Tableau 61 : Carrières de comédies au Patis (1950-70) 1/4

Titres An. Prod. Acteur principal BO 1950 1951 1952 1953 1954
François 1er 1937 Fernandel 9e 1577
Pas si bête 1946 Bourvil 4e 3046 1722
Blanc comme neige 1947 Bourvil 9e 2313
Le Roi Pandore 1949 Bourvil 9e 2147 1016
Nous irons à Paris 1949 X 3e 1920
L’Héroïque Monsieur Boniface 1949 Fernandel 11e 1305
Le Boulanger de Valorgue 1952 Fernandel 13e 155
Le Trou normand 1952 Bourvil 10e 1768
La Madelon 1955 Jean Richard 15e
Honoré de Marseille 1956 Fernandel 8e
La Traversée de Paris 1956 Bourvil
Jean Gabin 4e
Archimède le clochard 1958 Jean Gabin 6e
La Vache et le Prisonnier 1959 Fernandel 1er
Fortunat 1960 Bourvil 12e
La Cuisine au beurre 1963 Bourvil
Fernandel 2e
Les Cracks 1967 Bourvil 9e

Tableau 61 : Carrières de comédies au Patis (1950-70) 2/4

Titres An. Prod. Acteur principal BO 1955 1956 1957 1958 1959
François 1er 1937 Fernandel 9e 1086
Pas si bête 1946 Bourvil 4e
Blanc comme neige 1947 Bourvil 9e 1603
Le Roi Pandore 1949 Bourvil 9e
Nous irons à Paris 1949 X 3e 1100
L’Héroïque Monsieur Boniface 1949 Fernandel 11e
Le Boulanger de Valorgue 1952 Fernandel 13e 987
Le Trou normand 1952 Bourvil 10e 1124
La Madelon 1955 Jean Richard 15e 2173
Honoré de Marseille 1956 Fernandel 8e 1005
La Traversée de Paris 1956 Bourvil
Jean Gabin 4e
Archimède le clochard 1958 Jean Gabin 6e
La Vache et le Prisonnier 1959 Fernandel 1er
Fortunat 1960 Bourvil 12e
La Cuisine au beurre 1963 Bourvil
Fernandel 2e
Les Cracks 1967 Bourvil 9e

Tableau 61 : Carrières de comédies au Patis (1950-70) 3/4

Titres An. Prod. Acteur principal BO 1960 1961 1962 1963 1964
François 1er 1937 Fernandel 9e
Pas si bête 1946 Bourvil 4e 595
Blanc comme neige 1947 Bourvil 9e 1152
Le Roi Pandore 1949 Bourvil 9e 1146
Nous irons à Paris 1949 X 3e
L’Héroïque Monsieur Boniface 1949 Fernandel 11e
Le Boulanger de Valorgue 1952 Fernandel 13e 6129
Le Trou normand 1952 Bourvil 10e 1873 620
La Madelon 1955 Jean Richard 15e 732
Honoré de Marseille 1956 Fernandel 8e
La Traversée de Paris 1956 Bourvil
Jean Gabin 4e
Archimède le clochard 1958 Jean Gabin 6e 1430
La Vache et le Prisonnier 1959 Fernandel 1er 2466 2018
Fortunat 1960 Bourvil 12e 1478 869
La Cuisine au beurre 1963 Bourvil
Fernandel 2e
Les Cracks 1967 Bourvil 9e

Tableau 61 : Carrières de comédies au Patis (1950-70) 4/4

Titres An. Prod. Acteur principal BO 1967 1969 1970 1971 1972
François 1er 1937 Fernandel 9e
Pas si bête 1946 Bourvil 4e
Blanc comme neige 1947 Bourvil 9e
Le Roi Pandore 1949 Bourvil 9e
Nous irons à Paris 1949 X 3e
L’Héroïque Monsieur Boniface 1949 Fernandel 11e
Le Boulanger de Valorgue 1952 Fernandel 13e
Le Trou normand 1952 Bourvil 10e
La Madelon 1955 Jean Richard 15e
Honoré de Marseille 1956 Fernandel 8e
La Traversée de Paris 1956 Bourvil
Jean Gabin 4e 919 231
Archimède le clochard 1958 Jean Gabin 6e
La Vache et le Prisonnier 1959 Fernandel 1er 1069 150
Fortunat 1960 Bourvil 12e 377
La Cuisine au beurre 1963 Bourvil
Fernandel 2e 485 746
Les Cracks 1967 Bourvil 9e 485 422 696

14On observera dans les années soixante, et surtout dans les années soixante-dix, des écarts patents entre le box-office national et les scores réalisés dans cette salle.

Tableau 62 : Carrières de comédies au Patis (années soixante-dix)

Titre Année de sortie
et classement au BO
Année de programmation
et nombre d’entrées
Le grand blond avec une chaussure noire 1972
9e au BO
1973, 501 entrées
1977, 228 entrées
1978,  351 entrées
Les Fous du stade 1972
2e au BO
1973, 531 entrées
Moi y’en a vouloir des sous 1972
9e au BO
1973, 413 entrées
1974, 32 entrées
Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil 1972
6e au BO
1974, 397 entrées
Le Retour du grand blond 1974
16e au B0
1978, 104 entrées
A nous les petites anglaises 1975
3e au BO
1978, 258 entrées
1979, 441 entrées
Un éléphant ça trompe énormément 1976
12e au BO
1977, 122 entrées
Et la tendresse bordel ! 1978
4e au BO
1980, 304 entrées

Le comique troupier et les comédies policières

15Deux types de comédies attirent l’attention : les comédies « troupières » (nous forgeons ici par nécessité un néologisme ; on ne parle jamais que de « comique troupier ») et les comédies policières. Les premières, qui venaient de la scène, ont été vite datées. L’offre s’est cependant maintenue pendant les années cinquante, expression encore des goûts du public populaire du Patis, avec un best-seller : Narcisse. On observera une résurgence de ce genre beaucoup plus tard, au début des années soixante-dix, avec la série des « Bidasses » : Les Bidasses en folie, Les Bidasses s’en vont en guerre. Il y aura alors une nouvelle offre française, ainsi qu’une offre italienne : Deux Trouillards pistonnés, Deux Corniauds au régiment, Deux Trouillards en vadrouille….

Tableau 63 : Le comique troupier français au Patis

Titre Année de prod. Année de sortie B.O Année de programmation et nombre d’entrées

Debout là-dedans

1935 1935 1947
2.452 entrées
1950
639 entrées

Les Gaîtés de l’escadron

1932 1932 1952
399 entrées
1957-
785 entrées

Tire au flanc

1949 1950 1954
650 entrées

Trois Artilleurs …

1938 1938-1939 … en vadrouille
, 1944-
2.666 entrées
… à l’opéra
, 1946 
2.083 entrées
… en vadrouille
, 1949
2.222 entrées
... à l’opéra
, 1952 
613 entrées +1958
318 entrées

Narcisse

1939 1940 1943
3.178 entrées
1949
1.107 entrées
1959
931 entrées
Les Bidasses en folie 1971 1971 2e 1972
764 entrées
Mais où donc est passée la 7e compagnie ? 1973 3e 1977
134 entrées
Les Bidasses s’en vont en guerre 1974 1974 6e 1975
578 entrées

16Mais le genre avait, en France, mué, d’où la programmation de La Grande Vadrouille (1966) et la re-programmation de La Vache et le Prisonnier (1959) ; le métissage avec le film de guerre avait porté ses fruits. Ces films ayant été tous deux 1er au box-office, La Grande Vadrouille n’a pas reçu la même adhésion que La Vache et le Prisonnier de la part du public du Patis : 568 entrées en 1971, 659 l’année suivante. Il arrivait tard (5 ans après sa sortie) dans une salle elle-même en mutation. La Vache et le Prisonnier enregistrera lui-même en 1970, pour sa quatrième diffusion, de faibles résultats (150 entrées). Mais il avait été un grand succès lors de ses deux diffusions de 1961 (2.466 et 2.018 entrées) ; il le sera encore six ans plus tard (1.069 en 1967).

17Ce phénomène s’observe également pour la comédie policière. Ce sous-genre, assez spécifique au cinéma français, est présent dès les premières années : en 1943 Chambre 13, en 1944 L’Innocent. Si une comédie policière réalise dans les années 1940 1.300 entrées en moyenne, le genre est toujours présent la décennie suivante (en 1950 L’Héroïque Monsieur Boniface, en 1951 L’Ennemi public n° 1 avec Fernandel...) mais les résultats sont plus disparates. L’Héroïque Monsieur Boniface, classé 11e au box-office, et Cette sacrée gamine, classé 12e, sont les seuls dont le score égale ceux des films programmés dans les années quarante. L’offre ne se tarit pas au début des années soixante. Mais, hormis cette année-là Vacances explosives (1.077 entrées), le genre ne fait plus recette.

18On retrouvera cette veine relookée, mise à l’ordre – ou au désordre – du jour dans certains films de Georges Lautner, avec une pointe plus acérée, mais le principe, qui consiste à déconstruire de l’intérieur un genre, demeurera. Georges Lautner en parodiera franchement les situations et personnages et introduira une ironie décapante là où il n’y avait que de plaisants décalages. Mais aucun de ses films ne rencontrera le succès : le public populaire n’est plus là et ils ne conviennent pas au public de l’Art et Essai.

Tableau 64 : Quelques écarts très signifiants

Titre Année de production Année de sortie BO Année de programmation Nombre d’entrées

Ces messieurs de la famille

1967 1968 ; 1er 1970
1971
113
370

D’où viens-tu Johnny ?

1963 1963 ; 10e 1968
1970
751
162

L’aventure, c’est l’aventure

1972 1972 ; 8e 1975 537

Quelques messieurs trop tranquilles

1972 1973 ; 13e 1973 635

L'offre de burlesques et leur réception

19Il convient de distinguer entre les burlesques originels, réalisés au temps du muet, et leurs héritiers. Pas d’occurrences des premiers avant l’avènement de l’Art et Essai, soit parce qu’ils n’étaient plus distribués, soit parce que l’offre de ces films muets était impensable. L’attrait du public de l’Art et Essai pour l’histoire du cinéma et la réédition de certains classiques concourent à partir de 1963 à leur apparition sur l’écran du Patis. Il s’agit pour l’essentiel de films de Chaplin et de Keaton, qui constitueront à partir de 1964 presque un tiers de la programmation de burlesques, mais sans grand succès. Pour Charlie Chaplin : La Revue de Charlot (172 entrées), La Ruée vers l’or (193 entrées), Les Lumières de la ville (325 entrées), Monsieur Verdoux (450 entrées). A peine mieux pour Buster Keaton : 753 entrées pour La Croisière du Navigator, 257 pour Le Mécano de la General et 570 pour Les Fiancées en folie.

20On trouve également dans la programmation Art et Essai des films de cinéastes contemporains héritiers du burlesque : Tati et Etaix. Le Soupirant et Le Grand Amour (Pierre Etaix) se voient respectivement programmés en 1964 et 1969. Les Vacances de Monsieur Hulot est programmé au milieu des années soixante. Jour de fête en 1951 et 1955, puis en 1979. Mais le tout sans succès : le public du Patis n’est pas en phase ici avec la cinéphilie, même s’il est vrai que Playtime a été un échec commercial.

Tableau 65 : Deux réalisateurs français de comédies au Patis

Films de Jacques Tati
Titre Année de production Année de sortie Box-office Année de programmation et nombre d’entrées
1951 1955 1966 1979

Jour de fête

1949 1949 2e 1.666 entrées 1.085 entrées 495 entrées

Les Vacances de Monsieur Hulot

1951 1953 7e 1.011 entrées 536 entrées
Playtime 1964 1967 278 entrées
Films de Pierre Etaix
Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1969 1970

Le Soupirant

1962 1964 499 entrées

Le Grand Amour

1968 1969 283 entrées

Les comédies italiennes

21L’offre a été diffuse et elle n’a connu une véritable exposition, au début des années soixante-dix, que suite à l’émergence de la « comédie à l’italienne ». La réception, réduite vu l’importance de l’offre, se concentre autour de quelques évènements (la série des Don Camillo) ou films-phare : Amarcord, programmé en 1974 et 1976, La Grande Bouffe (11e au box-office en 1973) en 1974 et 1981 (cf. supra).

Les comédies américaines

22Le Patis a présenté un nombre non négligeable de comédies produites dans les studios hollywoodiens, leur nombre allant croissant au fil des décennies. On en dénombre 21 dans les années cinquante, 27 dans les années soixante, plus de 30 dans les années soixante-dix. On relève aussi quelques classiques, d’avant 1950 : To be or not to be, La Vie est belle, Ma femme est une sorcière.

Tableau 66 : Les Marx Brothers au Patis

1964 1968 1972 1978
La Soupe au canard
, 202 entrées
La Pêche au trésor
, 234 entrées
Monkey business
, 382 entrées
Une nuit à l’opéra
, 404 entrées

23La programmation de plusieurs films ayant pour protagonistes les Marx Brothers est une autre incidence des redécouvertes ou des rééditions. On n’aurait pas imaginé auparavant la programmation au Patis de ces films, plus proches, à vrai dire, du non sense que de la screwball comedy, présente sur l’écran depuis la fin de la guerre dans sa forme la plus populaire avec plusieurs films interprétés par Laurel et Hardy : Les Aventures de Laurel et Hardy en 1948, Quel pétard ! en 1950, Laurel et Hardy chefs d’ilôt en 1951.

24Autre duo : Abbott et Costello, dénommés en France, mais en France seulement, « les deux nigauds ». Les Deux Nigauds cow-boys faisant en 1952 moitié plus d’entrées que La Course au mari, cet avatar de la screwbal comedy aura pu un temps séduire davantage le public du Patis que la sophisticated comedy. Mais la veine s’est vite usée. Il faut prendre acte du succès beaucoup plus grand de Laurel et Hardy (Quel pétard ! fait 1667 entrées), qui ne sont pas par hasard encore connus aujourd’hui, alors que l’on a oublié Abbott et Costello. Leurs films sont tous trois des comédies de guerre, des parodies ; mais, trait significatif, Les Deux Nigauds et l’Homme invisible doit en 1955 partager l’affiche avec un autre film.

Tableau 67 : Les deux nigauds au Patis

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1949 1950 1952 1955
Les Deux Nigauds aviateurs 1941 1948 758 entrées
Les Deux Nigauds cow-boys 1942 1950 922 entrées
Les Deux Nigauds démobilisés 1947 1948 2174 entrées
Les Deux Nigauds marins 1941 1949 615 entrées
Les Deux Nigauds et l’Homme invisible 1951 1951 219 entrées

25On dénombre aussi, dans le total des screwball comedies programmées, 11 films ayant pour vedette Jerry Lewis : une offre considérable. Mais Le Patis n’aura jamais passé par contre que 4 des films du Jerry Lewis réalisateur, et de manière épisodique : il faut pour cela, après les deux titres de 1963, attendre 1968 et 1969… pour de faibles résultats.

L’offre de « sophisticated comedies » et leur réception

  • 13 Un couple est à la recherche d’une nouvelle bonne. Celle qui se présente s’avère en fait être un ho (...)
  • 14 Adaptation d’une œuvre d’Hugh Herbert, le film met en scène deux jeunes amies qui multiplient bêtis (...)
  • 15 Le Patis aura passé au total 6 des 20 films dans lesquels elle a tourné entre 1937 et 1949. Voir in (...)

26Il peut sembler, à considérer le fait que Bonne à tout faire13 réalise en 1950 le meilleur score, que ce genre séduisait le public du Patis. Mais, quoiqu’interprété par Shirley Temple, L’Apprentie amoureuse ne fait pas un grand score, inférieur en tout cas aux précédents films de cette jeune actrice. Est-ce parce que – à 17 ans – elle n’est plus assez jeune, parce qu’elle ne peut plus, à l’âge de l’adolescence et dans un rôle d’adolescente14 susciter l’empathie qu’elle devait à une âme et une fraîcheur d’enfant ? L’hypothèse paraît plausible, même si Shirley Temple a encore tourné régulièrement jusqu’en 1949 (dans pas moins de 9 films15) et a eu encore longtemps un fan-club. Mais le phénomène n’a jamais connu en France la même dimension qu’aux États-Unis.

27Ali Baba et les 40 voleurs emportera encore l’adhésion : 1.316 entrées. Mais, outre le fait que ce film s’était classé 11e au box-office, l’orientalisme semble influer sur la réception d’un film dont le premier rôle féminin est interprété par Maria Montez. Il doit également son succès au fait qu’il met en scène un personnage très vulgarisé.

 

28Le public se sera vu offrir en 1952 pas moins de 6 sophisticated comedies (soit un tiers des films américains programmés, une proportion bien plus forte que l’année précédente). Mais, par exemple, Allez coucher ailleurs, d’un auteur que la critique va consacrer, interprété par Cary Grant, ne remporte pas l’adhésion : 669 entrées. Le seul vrai succès vient de Treize à la douzaine : le film approche les 2.000 entrées. Retenons ce succès d’une comédie socialisante, plus populiste que « sophistiquée », plus proche de certaines comédies européennes.

29L’offre se fait très diffuse (4 titres seulement entre 1953 et 1958) et très éclectique. Avec des résultats également divers. Le Clown est roi fait en 1958 1.300 entrées. Mais ce film, qui date de 1954, doit son succès auprès du public du Patis au caractère largement burlesque de ses situations, et peut-être à ce qu’il est interprété par Jerry Lewis. Vacances romaines, 7e au box-office, n’a fait, lui, l’année précédente que 816 entrées. L’échec de cette comédie romanesque, dont une « novellisation » a été traduite et publiée en France, est un des traits qui permettent de caractériser le public du Patis. Il y a là un écart qui se confirmera : Le Nouvel Amour de Coccinelle, 8e au box-office, sera en 1976 et 1977 programmé 2 semaines, mais il fera au total moins de 250 entrées.

30L’offre reprend un peu ensuite : 12 titres de 1959 à 1963 inclus, dont plus de la moitié n’ont pas par hasard pour vedette Jerry Lewis. L’écart des goûts se confirme.

Tableau 68 : Woody Allen au Patis

Titre Année de production Année de sortie Année de programmation et nombre d’entrées
1973 1976 1979 1982 1983
Prends l’oseille et tire-toi 1969 1972 477 entrées
Tombe les filles et tais-toi 1972 1972 284 entrées
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir… 1972 1973 569 entrées
Bananas 1971 1072 169 entrées
Le Prête-nom 1976 1977 123 entrées
Comédie érotique d’une nuit d’été 1982 1982 211 entrées
  • 16 Les Internes, Les Nouveaux Internes, Prudence et la Pilule, La Dernière Corvée.
  • 17 On relève aussi Une cadillac en or massif, On s’fait la valise docteur, American graffiti (2 fois), (...)

31Le Patis aura aussi programmé à partir de 1963, si l’on excepte les burlesques, les classiques…, 27 comédies plus récentes. Des comédies très grand public16, dont certaines avaient eu du succès, mais aussi des comédies d’auteur. On trouve en effet les noms de Blake Edwards (Quand la panthère rose s’emmêle, Le Retour de la panthère rose), Billy Wilder, Embrasse-moi idiot, Spéciale première et Certains l’aiment chaud, 7e au box-office, programmé trois fois, mais pour des résultats très médiocres (394 et 248 entrées en 1968, 323 à sa reprise en 1970), attestant des goûts et de la volonté des programmateurs17. Il en ira de même pour Woody Allen, acteur, puis réalisateur. Le public du Patis ne se trouve pas vraiment non plus ici en phase avec une certaine cinéphilie.

32Des titres comme Harold et Maude feront exception. Ce film devient même un des succès du Patis : il passe cinq fois en moins d’une décennie avec 1.005 entrées en 1974, 1.032 en 1975, 745 en 1977, 1.533 en 1978 et 578 en 1982.

L’offre de comédies musicales et leur réception

33Le Patis n’aura par contre presque pas programmé de comédies musicales américaines, alors qu’il en a passé de françaises ; on en dénombre 2 dans les années cinquante, 3 dans les années soixante, et il s’agit de films mineurs. Il faut attendre les années soixante-dix pour voir apparaître des titres significatifs – mais il n’en sera jamais programmé que quatre dans la décennie – : Funny girl en 1971, West side story, 10e au box-office, en 1975, Jésus-Christ super star en 1976, La Fièvre du samedi soir, 4e au box-office, en 1979. Des événements du moment, des films-culte plus que des films d’art. La programmation de comédies musicales américaines n’aura donc jamais été que ponctuelle et, dans la dernière période, circonstancielle. Sans succès, même pour West side story (632 entrées en 3 séances), sa diffusion tardive explicitant ce résultat. New York New York ne fait en 9 séances que 401 entrées, Divine madness n’en fait que 204 en 13 séances, et quant à Jésus-Christ super star, les spectateurs n’ont été que 9, en 2 séances…

34Le cinéma comique américain n’a pas réussi, même dans un sous-genre comme la comédie musicale, dans lequel Hollywood avait un fort savoir-faire, à s’imposer au Patis. Quoique programmées en nombre notable, les sophisticated comedies n’ont pas séduit son public. De Laurel et Hardy à Dean Martin et Jerry Lewis, les duos comiques de la screwball comedy ont, toutes proportions gardées, davantage séduit. Le comique en tant que mécanique a donc eu plus d’audience que l’humour. À preuve aussi, et surtout, l’audience prolongée de sous-genres spécifiques du cinéma français comme le comique troupier et la comédie policière, et le succès de séries confectionnées à partir de célèbres émissions de radio. À quoi on opposera l’insuccès des parodies de Georges Lautner. On remarquera aussi que, contrairement aux burlesques américains du muet, Tati et Etaix n’ont, même dans le cadre de l’Art et Essai, pas trouvé une audience. La comédie du public du Patis aura été largement française, dans le registre populaire.

Notes

1 Éducation de prince, comédie en quatre actes de Maurice Donnay, publiée une première sous forme de feuilleton dans la Vie parisienne en 1893, puis créée sur la scène du Théâtre des Variétés le 17 mars 1900.

2 Avec Henry Laverne, Bach a écrit et enregistré plus de 200 sketches entre 1928 et 1938. Paul Misraki s'est inspiré de leur sketch « Tout va bien » pour sa célèbre chanson « Tout va très bien, Madame la Marquise » (1931), interprétée par l'orchestre de Ray Ventura, et Fernand Raynaud leur doit son « Toto, mange ta soupe ». « La Madelon » n'est qu'un bref aperçu de l’abondance de sa production.

3 Le personnage de Knock était interprété pourtant par Louis Jouvet.

4 Ce roman sera réadapté sous le titre Ni vu ni connu. Le Patis programmera trois fois cette version, en 1960, 1968, 1970, mais elle ne connaîtra pas le même succès : 361, 455 et 197 entrées.

5 Le 27 décembre 1944, le journaliste Guglielmo Giannini fonde un hebdomadaire baptisé L'uomo qualunque et tiré à 25.000 exemplaires. Il le présente ainsi : « Ceci est le journal d’un homme quelconque (uomo qualunque), revenu de tout, dont le seul, l’ardent désir, est que personne ne lui casse les couilles ! ».

6 L’original des Choristes, Christophe Baratier, 2003.

7 Carré de valets, Le Roi Pandore, Le Roi des camelots, Les Duraton, Allo, je t’aime.

8 L’Acrobate, La Madelon, Nous irons à Paris, Sénéchal le magnifique, Cent francs par seconde.

9 L’amour madame, Faites-moi confiance, Poisson d’avril, Archimède le clochard.

10 Millionnaires d’un jour, Métier de fous, Ma femme est formidable, Taxi, Roulotte et Corrida.

11 Émile l’africain, Madame et son auto.

12 Les Veinards, Fortunat, La Grosse Caisse, Les Cracks.

13 Un couple est à la recherche d’une nouvelle bonne. Celle qui se présente s’avère en fait être un homme. L’engageant tout de même, sur l’insistance de leurs enfants, ils s’en féliciteront.

14 Adaptation d’une œuvre d’Hugh Herbert, le film met en scène deux jeunes amies qui multiplient bêtises et marivaudages

15 Le Patis aura passé au total 6 des 20 films dans lesquels elle a tourné entre 1937 et 1949. Voir infra 2e partie chapitre II.

16 Les Internes, Les Nouveaux Internes, Prudence et la Pilule, La Dernière Corvée.

17 On relève aussi Une cadillac en or massif, On s’fait la valise docteur, American graffiti (2 fois), Le Sheriff est en prison, American college, Frankenstein junior, Tootsie.

Table des illustrations

Titre Graphique 18 - L’offre des comédies au Patis (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search