Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Deuxième partie. Quelles cinématographies ?

Chapitre IV. Les cinématographies germaniques et transalpine

Texte intégral

Les avatars du cinéma italien

1L’Italie vient, avec 188 films, au troisième rang des pays dont les films ont été les plus programmés au Patis, et il n’y aura eu que très peu d’années sans projection de films italiens, essentiellement au sortir de la Guerre (1944, 1945, 1947, 1958).

L’offre durant les années de guerre

2L’offre a existé dès le début, puisque 7 films italiens ont été programmés au Patis de son ouverture jusqu’à la Libération. Une programmation concentrée, sur guère plus d’un an, de la mi-avril 1943 à la fin février 1944. Les années 1942 et 1943 sont de loin celles, où, entre 1938 et 1944, il a été distribué le plus de films italiens en France.

Tableau 42 : les films italiens sous l’occupation

Titre Année de production Année de sortie en France Année de programmation Nombre de films italiens distribués cette année-là en France
Scipion l’Africain 1937 1938 1943 19
Le Roman d’un génie 1938 1940 1944 1
Le Songe de Butterfly 1939 1942 1944 1
S.O.S 103 (Uomini sul fondo) 1941 1942 1943 19
La Tosca 1941 1942 1943 19
Les Fiancés 1941 1943 1943 19
Sancta Maria 1941 1943 1943 19

Source : Jean A. Gili, « Les films italiens en France de 1930 à 1944 », in Le cinéma italien, 1930-1945, sous la direction d’Aldo Bernardini et Jean A. Gili, Paris, Centre Georges Pompidou, 1986.

3Les trois premiers films projetés appartiennent au cinéma mussolinien. Film qui fait, à travers la métaphore de l’Afrique ancienne, une apologie de l’impérialisme du régime mussolinien, Scipion l’Africain en est l’emblème. Mais tourné, et sorti en France, avant la déclaration de guerre, il n’y a pas forcément été programmé pour sa dimension idéologique. Ce film, qui avait déjà été projeté au Mans (au Palace) au début de l’année 1942, n’aura eu de toute façon qu’une faible audience au Patis (367 entrées).

  • 1 Jean Gili, L’Italie de Mussolini et son cinéma, Paris, Henri Veyrier, 1985, p. 120. Mais on notera (...)

4Film contemporain, Sancta Maria de Pier Luigi Faraldo et Edgar Neville (la version espagnole porte le titre La Muchacha de Moscú) est l’une des 4 œuvres de propagande que l’on compte parmi la vingtaine de co-productions italo-espagnoles effectuées entre 1939 et 1948. Lancé dans la presse avec le slogan « le premier film italien antibolchevique », il inaugurait le genre du pamphlet anticommuniste, les autres étant souvent des films de divertissement. Mais le résumé 1 nous indique que le film doit autant sa valeur de propagande à la place de la religion qu’à celle de la politique. Sancta Maria n’est donc pas L’Assedio dell’Alcazar (1940) ou L’Uomo della legione (1940). Il est fort probable qu’il a dû son audience importante (presque trois fois plus de spectateurs que Scipion l’Africain) auprès du public du Patis à sa représentation, via la religion et l’amour, de la rédemption des deux protagonistes.

5Présenté à des fins de propagande mais destiné, selon les propres paroles du réalisateur, Francesco De Robertis, à montrer au public les qualités des sous-marins italiens, Uomini sul fondo parait davantage relever du documentaire technique. C’est plus une « œuvre didactique » (De Robertis l’avait présenté lui-même ainsi), voire un film néoréaliste avant la lettre, qu’une œuvre de propagande. La conception du scénario étant antérieure au début du conflit, ce n’est pas à proprement parler, d’ailleurs, un film de guerre.

6Les trois autres films projetés n’ont plus rien à voir avec la guerre ni, immédiatement, avec le régime. L’adaptation par Mario Camerini de ce best-seller de la littérature italienne qu’est Les Fiancés, œuvre-phare du Risorgimento et roman historique, ne saurait certes être anodine. Le fascisme, qui voulait reprendre possession du passé, et surtout l’interpréter dans son sens, reprenait ici l’effort « risorgimental » ; après La Tosca, Les Fiancés est le film italien qui a connu le plus de succès au Patis. Mais il paraît peu probable que ce public populaire français, qui ignorait certainement tout du Risorgimento et de l’histoire italienne, en ait fait la même réception que le public italien.

7Le héros du Roman d’un génie, Giuseppe Verdi, n’est pas, à cet égard, un personnage neutre. On a là, après Marie Stuart, un autre exemple de biopic ; or ce genre a souvent endossé dans l’histoire du cinéma une fonction idéologique. Avec un total de 1.031 entrées, on peut considérer que la programmation de ce film au Patis a connu un succès, dont on peut chercher les causes. Le public populaire français ne pouvant se reconnaître en Verdi comme s’y reconnaissait le public italien (il ne le peut toujours pas), le romanesque a eu certainement bien plus d’importance que l’historiographie.

8Le Songe de Butterfly, qui a enregistré 1.055 entrées, appartient à la veine, riche en Italie, des opéras filmés, ainsi que La Tosca. Des 7 films italiens programmés, c’est La Tosca qui a connu le plus de succès avec 1.578 entrées. Mais il faut tenir compte du fait qu’il s’agissait d’une co-production avec la France sur un scénario, outre Carl Koch, de Visconti et Renoir (d’après la pièce de Victorien Sardou), et de ce que le film a été réalisé avant la déclaration de guerre par un cinéaste français. On ne peut donc tirer ici des conclusions. Le Songe de Butterfly était, lui, parfaitement italien. Son réalisateur, Carmine Gallone, est le même que celui du Roman d’un génie. L’opéra filmé était pour cet italien un genre de prédilection. On notera en outre qu’il a eu pour collaborateur pour le scénario Ernst Marischka, futur réalisateur de la saga de Sissi. Il y a donc là, indépendamment de ce qui pouvait alors réunir les deux pays sur le plan de l’idéologie et du régime politique, une interférence esthétique, voire une relation entre deux cinématographies.

9Ainsi, 3 films sur 7 sont certes, sinon de propagande, tout du moins empreints d’idéologie, mais 3 autres sont des films musicaux qui, eux, connaissent le succès. S’y ajoute Les Fiancés, film plus romanesque qu’historique pour le public français qui vient, avec 1.264 entrées, en seconde position. On remarquera aussi que 3 des 7 films programmés ont été réalisés par Carmine Gallone. La programmation, la publicité et la réception ne se faisait pas alors – nous l’avons dit d’entrée – sur le nom du réalisateur. Mais il convient de souligner que les types de films dont cet artisan assurait la mise en scène répondaient à l’attente, ou tout du moins au goût, du public du Patis. Son film fasciste, Scipion l’Africain demeure, de ses trois films programmés, et de loin, celui qui a fait le plus faible score. Sancta Maria et Uomini sul fondo ont séduit davantage le public, mais leurs résultats restent très en deçà de ceux des films-opéra ou des films historiques.

10Force est de remarquer, donc, que les résultats sont inversement proportionnels à la dimension historique et/ou documentaire des films ; elle est corollaire de leur dimension romanesque ou lyrique. On a là une piste pour le décryptage des attentes du public de cette salle à ce moment de son histoire.

L’offre de la Libération à la fin des années quarante

11Les trois années blanches, 1944, 1945, 1947, s’expliquent par le niveau de la production du cinéma transalpin, tombée au plus bas à la fin de la Guerre. Hormis Rome ville ouverte en 1946, il faudra attendre 1947 pour que de nouveaux films italiens sortent en France. Il y en aura 18 cette année-là. Le chiffre doublera en 1948, ce qui demeurera exceptionnel puisqu’il n’en sortira plus que 23 en 1949, 22 en 1950, 24 en 1951. Cela est dû en grande partie au retour en force du cinéma américain. Mais tout s’est passé finalement comme si l’enthousiasme suscité par la réémergence du cinéma transalpin n’avait pas duré.

12Le Patis, en tant que salle de reprise, ne programme qu’un seul film italien en 1948 et seulement 2 en 1950, 2 encore en 1951 : Un jour dans la vie (Un giorno nella vita, Alessandro Blasetti, 1946) et Scampolo (Nunzio Malasomma, 1941), soit autant de films d’avant 1945 que de films nouveaux. Mais, avec deux films seulement, Sciuscià et Un jour dans la vie, qui traitent de la guerre, de la résistance ou des conséquences de la guerre, le néoréalisme se voit peu représenté. Rome ville ouverte n’a d’ailleurs pas été programmé à cette période mais en 1965, dans le cadre de l’Art et Essai. On peut ajouter à ces 2 titres Quatre Pas dans les nuages, mélodrame de 1942 considéré par les historiens comme une préfiguration du néoréalisme. Mais avec trois films au maximum, la réception du néoréalisme dans cette salle reste faible. Les résultats de Sciuscià et Un jour dans la vie rassemblent bien un public : Siuscià fait le meilleur score des films italiens programmés et Un jour dans la vie un score très honorable. Mais il n’y a rien là qui puisse infirmer ce que l’on a observé dans l’ensemble de l’hexagone : les intellectuels et les militants ont consacré le néoréalisme, pas le public populaire,

  • 2 Mademoiselle Scampolo, jeune orpheline de 18 ans pleine de bonne volonté et d'attention, fait offic (...)

13Les autres films italiens sont, soit (Scampolo) des comédies, soit (L’Aigle noir) des films d’aventure ou (Lumières dans les ténèbres) des mélodrames. Hormis L’Aigle noir (1.157 entrées), ils n’ont pas rencontré le public. Le cas de Scampolo est toutefois intéressant car il ne s’agit pas de la première adaptation de la pièce de théâtre écrite en 1915 par Dario Niccodemi2 ; il y en avait déjà eu deux : Scampolo (Giuseppe Sterni, 1917) et Scampolo (Augusto Genina, 1928). Il y en aura encore au moins deux : Scampolo 53 (Giorgio Bianchi, 1953) et Scampolo (Alfred Weidenmann, 1958). Or ce dernier sera programmé au Patis en avril 1961, avec la meilleure audience (906 entrées). Mais elle est due en partie au fait que l’on y voit jouer Romy Schneider : prégnance encore une fois d’une actrice, preuve peut-être que le sujet en lui-même ne suffit pas.

Tableau 43 : Les plus grands succès du cinéma italien au Patis

Année de production Année de sortie en France Box-office Année de programmation Entrées (une semaine)
Les Deux Orphelines 1932 1933 1946 2.495
La Tosca 1943 1941 1943 1.578
Demain il sera trop tard 1950 1951 6e 1952 1.563
La Porteuse de pain 1949 1950 1958 1.466
Il était une fois dans l’Ouest 1968 1969 1er 1974 1.424
Sciuscià 1968 1947 1950 1.338
Pain, Amour et Fantaisie 1968 1954 1955 1.304
Don Camillo… Monseigneur ! 1961 1961 4e 1963 1.295
Les Fiancés 1941 1943 1943 1.264
La Nuit de San Lorenzo 1982 1982 1953 1.235

L’offre dans les années cinquante 

14L’offre ne progresse pas au cours des années cinquante (3 à 6 films chaque année, sauf en 1958 : aucun titre). Mais on note une certaine prégnance du mélodrame, ce dont attestent déjà les succès de Sciuscià et d’Un jour dans la vie. Trois films de ce genre sont offerts au public du Patis en 1954 (La Faute d’une mère, Le Mensonge d’une mère, Anna) ; la veine sera exploitée jusqu’en 1961 (La Prisonnière des ténèbres et La Fille de la rizière).

Couverture du numéro de Mon film consacré à L’amour viendra

Couverture du numéro de Mon film consacré à L’amour viendra

15L’audience du mélodrame est signifiante, mais il est rien moins que certain que l’offre en question ait quelque chose à voir avec l’italianité de ces films ; le genre incorpore un effet indépendant du pays. Si Le Mensonge d’une mère et Anna drainent en 1954 le plus de public pour les films italiens, un des meilleurs scores de l’année est réalisé par un mélodrame français, La Fille du puisatier (1.740 entrées). Il faut également tenir compte aussi des acteurs : Le Ciel brûle a pour acteur principal Amedeo Nazzari, déjà présent dans Scampolo et Sancta Maria, Un jour dans la vie, interprète du Mensonge d’une mère (1.162 entrées), d’Amour et Jalousie, du Fils de personne, de Marquée par le destin, L’Amour viendra, programmés entre 1949 et 1954. Cet acteur spécialisé jusqu’au milieu des années cinquante dans le mélodrame a sans doute été un repère pour le public du Patis, auquel auront été offerts au total 12 de ses films. Mais son type physique n’était pas spécifiquement latin.

16Quant aux actrices, très latines quant à elles, et dont il y en eut à l’époque de forts célèbres, elles n’ont pas influé sur l’offre. À preuve la faible présence de Gina Lolobrigida (4 titres) et de Sophia Loren (5 titres seulement) sur l’écran du Patis. Peu de films en outre où elles figurent comme des sex-symboles. Deux pour Gina Lolobrigida (Pain, Amour et Fantaisie et La Belle des belles). Aucun pour Sophia Loren, à l’arrivée du reste beaucoup plus tardive : 3 films sur 5 après 1963, des films d’auteur dans le cadre de l’Art et Essai.

Tableau 44 : Deux actrices italiennes sur l’écran du Patis

1950 1954 1955 1959 1962 1965 1970 1978
Gina Lolobrigida L’Aigle noir (1946) Fanfan la tulipe (1951, 7e au BO) Pain, Amour et Fantaisie (1953) La Belle des belles (1955, 10e au BO)
Sophia Loren Les Mousquetaires de la mer (1949) Attila (1954) La Ciociara (1960) La Comtesse de Hong-Kong (1966) Une journée particulière (1978, 2e au BO)

17La question de l’italianité n’est pas liée seulement aux acteurs et actrices. Les comédies italiennes ayant eu, en-dehors de la série des Don Camillo, des résultats très partagés, il ne semble pas que le public populaire du Patis ait été sensible à l’esprit du voisin transalpin.

Tableau 45 : La comédie italienne jusqu’en 1960

Année de production Sortie en France 1954 1955 1957 1960
Les Surprises du wagon-lit 1940 1948 649 entrées
Le Petit Monde de Don Camillo 1951 1952 1.232 entrées 1.305 entrées
Amour et Jalousie 1952 1952 418 entrées
Patte de velours 1953 1954 637 entrées
Pain, Amour et Fantaisie 1953 1954 1.304 entrées
Sous le ciel de Provence 1956 1957 1.205 entrées
  • 3 Il s’agit du 13e succès de tous les temps dans les salles françaises.
  • 4 Fabrice Montebello, op. cit., p. 48.

18Le Petit Monde de Don Camillo n’arrive lui-même en 1954, avec 1.232 entrées, qu’au 8e rang, en 1960, avec 1305 entrées, rang modeste pour un film qui s’est placé en 1952, avec 12.790.676 entrées, premier au box-office national3. Faut-il conclure à une disparité ? Il faudrait croiser ces résultats avec d’autres. Fabrice Montebello fait remarquer que, comme celui des mélodrames, le succès de cette série a été particulièrement visible dans les zones de concentration de l’émigration italienne en France4. Le Mans n’en faisait nullement partie.

Tableau 46 : La série des « Don Camillo »

Année deproduction Sortie en France Box-office 1954 1960 1963 1967
Le Petit Monde de Don Camillo 1951 1952 1er 1.232 entrées 1.305 entrées
Don Camillo… Monseigneur 1961 1961 4e 1.295 entrées
Don Camillo en Russie 1965 1965 12e 442 entrées

19Si Le Retour de Don Camillo, second opus de la série, n’est pas programmé au Patis, Don Camillo… Monseigneur et Don Camillo en Russie, dirigés respectivement par Luigi Comencini et Carmine Gallone, le seront en 1963 et 1967. Mais, si le premier enregistre 1.495 entrées, le second n’en fait que 442. Paradoxe ? Ecart singulier ? À moins que cette série ne soit, en dépit de la présence de Fernandel, trop italienne pour les spectateurs du Patis. On toucherait aux limites de la réception du cinéma italien par ce public.

L’offre dans les années soixante

20L’offre sera un peu plus élevée dans les années soixante, entre 4 et 9 films par an, avec un pic en 1965, année qui marque le chant du cygne du cinéma italien de genre, populaire. Il se maintiendra peu ou prou jusqu’en 1964, pour s’effacer ensuite, Art et Essai et arrivée des films d’auteur obligent (cf. infra). Le ratio n’aura cessé de diminuer : 2 films de genre populaires, sur 5 titres, en 1963, 2 sur 6 en 1964, 2 sur 7 en 1965, etc.

  • 5 Le ciel brûle n’est pas, il s’en faut de beaucoup, le seul film à être à cheval sur deux genres.

21On dénombre en 1959 et 1960, sur 14 films, 2 films de guerre (Hommes torpilles et Le Ciel brûle), 2 films de cape et d’épée (Le Chevalier de la violence et Le Vicomte de Bragelonne), 3 adaptations (Le Vicomte de Bragelonne, La Muraille de feu, La Jerusaleme liberata, d’après Le Tasse, un film qui tient du péplum et du film de cape et d’épée, un biopic (La Symphonie inachevée, vie de Schubert) et pas moins de 4 mélodrames, cinq si l’on compte Le Ciel brûle 5, et un drame (Tu es mon fils).

22Deux des films programmés en 1960 (Sous le ciel de Provence, Tu es mon fils) ont quelque chose à voir avec le néoréalisme, qui n’a guère eu d’écho dans cette salle. Ils devraient plutôt leur audience à leur tonalité mélodramatique. Mais on observera à ce sujet que, hormis Sous le ciel de Provence, aucun des mélodrames italiens programmés n’a réalisé dans la salle un nombre remarquable d’entrées. Sous le ciel de Provence émerge du lot avec 1.205 entrées. Mais le seuil était, il est vrai, difficile à franchir en ces années où 2 films seulement ont, chaque fois, dépassé les 1.500 entrées. Il y a davantage en 1961 et 1962 de contre-performances qu’auparavant : on reste en deçà des 1.000 entrées. Alors que 11 films ont franchi en 1961 la barre des 1.200 entrées (dont 3 plus de 1.500 et un, La Vache et le Prisonnier, plus de 2.000), 11 encore en 1962, dont 4 ont fait plus de 1.500 entrées. Les scores des mélodrames demeurent inférieurs à leurs résultats antérieurs, et la venue d’un nouveau genre comme le péplum ne change rien à l’affaire, même si Ulysse a (ainsi que Fabiola, Alessandro Blasetti, 1951) remporté en France un succès considérable. Le genre a été très apprécié des salles populaires, dont fait en principe partie cette salle. Il s’observe ici un écart, un trait qui, corrélé avec les écarts d’audience de mélodrames de nationalités différentes, et avec le grand succès de la série des Sissi, permet de toucher du doigt sa spécificité. Il faudra, pour mieux la cerner, faire un examen systématique de l’audience des différents genres.

L’offre dans les années soixante-dix quatre-vingt 

23L’offre sera un peu plus élevée dans les années soixante-dix : on ne dénombre jamais, de 1972 à 1979, moins de 6 films italiens par an. Elle décroîtra ensuite. On dénombre, lorsque l’offre atteint un pic en 1972-1973, 8 drames sociaux ou politiques (voir infra l’analyse de l’offre de ces genres), mais rien moins que 5 « westerns spaghetti », dont Il était une fois dans l’Ouest, programmé 2 fois en 1972 après avoir été programmé 3 semaines en 1971 : il repassera en 1974, 1976, 1979, 1980. Le nombre de titres de films d’auteur tombe, lui, à 11 sur 20, guère plus de la moitié.

24Les films de genre, populaires, sont encore présents de manière épisodique jusqu’en 1973. Plus précisément, le cinéma populaire italien survit en 1972 et 1973 au Patis grâce à 3 opus de comédies populaires : Deux Trouillards pistonnés, Deux Corniauds au régiment. La moitié des films offerts en 1978 seront des comédies. Mais cela ne se reproduira pas. Si l’on excepte Fellini Satyricon (inclassable), il n’aura encore été programmé en 1973 que 2 de ces nouvelles comédies « à l’italienne » saluées par la critique (Venez donc prendre le café chez nous et Les Complexés), et il n’en sera jamais programmé au total qu’une douzaine.

25Le dernier pic en 1978-1979 (11 et 8 films), est atteint grâce à des films nouveaux, dont trois seulement (Intérieur d’un couvent, Un génie, deux associés, une cloche et La Grande Bataille) ne sont pas des films d’auteur. Le nouveau cinéma italien d’auteur constituera désormais toute l’offre. Mais elle se rétrécit, puisqu’en partie constituée de reprises (Il était une fois dans l’Ouest, Portier de nuit), et les résultats sont, pour des films pourtant majeurs, décevants : 1900 fait 499 et 415 entrées, La Dolce Vita 317.

26Une rupture s’opère au début de la décennie suivante et l’offre du début des années quatre-vingt s’avère peu abondante (10 films) même si l’on tient compte de ce qu’il n’y a pas eu là trois années pleines d’exploitation. Majoritairement constitués de films nouveaux, d’auteur (Bertolucci, les frères Taviani, Marco Ferreri, Liliana Cavani), avec 3 exceptions seulement : la nième reprise d’Il était une fois dans l’Ouest, la reprise de Parfum de femme et le passage tardif de La Dolce Vita, tous deux programmés en 1980. Si l’on ne dénombre en 1981 qu’un seul film italien, c’est un film d’auteur… et de prestige : Don Giovanni.

27Alors qu’elle avait été très précoce, l’offre de films italiens aura été, jusqu’à la fin des années cinquante, quasiment absente. Elle aura connu ensuite une croissance, puis une apogée dans les années soixante-dix. Elle s’est s’éteinte au début des années quatre-vingt, moins par une désaffection du public du Patis que comme un effet de la crise dont le cinéma italien a, sur son propre territoire, pâti, au niveau de sa production et de la réception en salles.

Des films allemands… et surtout autrichiens

28L’Allemagne vient, avec 62 programmes offerts, très loin derrière l’Italie. Ouvrant ses portes à la fin de 1942 et les fermant en 1983, Le Patis a fonctionné dans une période dont les trois premières décennies étaient défavorables à la réception du cinéma allemand. Ce cinéma a mis en effet, après l’effondrement en 1945 d’une production au service du régime nazi, du temps à se reconstruire. Il a fallu attendre l’émergence d’une nouvelle vague dans les années soixante-dix pour qu’il se voie redonner un nouveau souffle et acquière une nouvelle audience.

29Mais on ne peut analyser l’offre de films allemands sans prendre en compte l’offre de films autrichiens – on y verra des dénominateurs communs – soit 23 films. D’où un ensemble de 85 films que nous appellerons germaniques.

L’offre de films allemands pendant les années de guerre

30Il est indispensable de décrire le contexte. La ville du Mans comptait fin 1942, nous l’avons vu, 7 cinémas.

  • 6 Cent ans de cinéma au Mans, op. cit.

31« À partir de décembre 1940, les principaux sont réquisitionnés à tour de rôle par l’autorité allemande, un jour par semaine. Le 27 février 1942, sous la forme d’un faire-part de deuil, le Pathé et le Rex annoncent qu’ils seront requis au moins une séance sur trois. À partir du 20 juillet, Le Pathé est réquisitionné <<de façon permanente>> et définitive jusqu’à la Libération »6.

  • 7 Il en avait été distribué 55, soit 56 % du total des films distribués, en 1941.

3275 films allemands auront été mis sur le marché français pendant l’occupation, dont 39 en 1942 (sur un total de 128 films distribués, soit 30 %), 28 (sur un total de 125 films distribués, soit 22 %) en 1943 et 8 (sur un total de 55 films distribués, soit 15 %) en 19447. Mais il faut tenir compte du fait que des films allemands étaient déjà sur le marché au moment de l’armistice, et y sont restés. Les films allemands réalisés et mis sur le marché avant le début de la guerre pouvaient être, aussi bien que ceux qui les ont suivis, des films nazis ou des films marqués de l’esprit du temps, et les films non fascistes contemporains pouvaient être des films de propagande. À preuve La Lutte héroïque et La Vie du Docteur Koch, productions commandées par Goebbels pour les 25 ans de l’UFA pour mettre en avant les savants allemands. Mais ils pouvaient aussi être d’une approche sensiblement différente.

33La lutte héroïque et La vie du Docteur Koch ont été projetés au Mans. Face au bolchevisme y est passé le 7 septembre 1941, au Palace et à l’Alhambra. Le tristement célèbre Juif Süss a été projeté également au Palace le 10 septembre 1941. Mais il a rencontré, là comme ailleurs en France, un échec. On doit avoir aussi présent à l’esprit le fait que (relation de cause à effet sans doute) 14 films de propagande fasciste ont été retirés des programmes par les Allemands en novembre 1940, afin de ne pas « heurter le spectateur français ». Ceci explique peut-être que 9 films allemands seulement aient été programmés au Patis de son ouverture à la Libération. Et trois d’entre eux étaient antérieurs à 1939. Il n’y aurait eu comme films allemands sur le marché que ceux qui y avaient été mis après l’armistice, Le Patis en aurait, avec 8 sur un total de 75, programmé 12 %. La programmation de ces 8 films est toutefois concentrée sur deux années puisque la salle n’a commencé à fonctionner qu’à la toute fin de l’année 1942. Mais, avec 5 films allemands programmés en 1943, le ratio est très en-dessous du ratio national ; il le demeure en 1944, même si les 4 films ont tous été programmés au cours du premier trimestre.

Tableau 47 : Les neuf films allemands programmés sous l’occupation

Titre Année de production Année de sortie en France Année de programmation Entrées
Le Tigre du Bengale 1937 1938 1944 2.268
Le Tombeau hindou 1937 1938 1944 2.229
Sergent Berry 1938 1942 1944 597
Antoine le magnifique 1939 1942 1943 841
Marie-Stuart 1940 1941 1943 1.129
Les Joyeux Locataires 1940 1941 1943 789
Le Paysan parjure 1941 1943 1943 1.263
La Proie des eaux 1941 1942 1944 360
L’affaire Styx 1942 1942 1943 469

34Les Joyeux Locataires (1940, programmé la 3e semaine de 1943) est une comédie, adaptation d’une pièce de théâtre de Franz Gibitz, avec Hilde Krahl, vedette du cinéma allemand née en Croatie. Acteur, chanteur, le réalisateur, Theo Lingen, avait pensé à l’exil. Il avait en effet épousé Marianne Zoff, ex-épouse de Brecht, juive. Mais il dut à sa très grande popularité une autorisation spéciale pour demeurer en Allemagne. Nous ne pouvons malheureusement, en l’absence d’informations, rien dire de L’affaire Styx (1942, programmé la 14e semaine de 1943). D’origine tchécoslovaque, son réalisateur, Karel (dit Karl) Anton, a travaillé en Allemagne de 1936 à 1945 et y tournera à nouveau de 1952 à 1960. Mentionné comme réalisateur en 1938 du Croiseur Sébastopol (Weisse sklaven), version nazie du Cuirassé Potemkine, une indéniable œuvre de propagande, il semble que, comme avant la guerre en France (il y avait réalisé de 1932 à 1936 des opérettes et comédies, dont une version d’Arènes joyeuses), la plupart de ses autres réalisations allemandes soient des films de divertissement. On y relève une version de L’Auberge du cheval blanc. Rien à voir, donc, avec Veit Harlan, l’auteur du Juif Süss (1940) ou Karl Ritter, auteur de Légion condor (1939).

35Il en va de même pour Antoine le magnifique (1939, programmé la 18e semaine de 1943). D’origine autrichienne, le réalisateur, Emerich Emo était, lui aussi, un – prolifique – réalisateur de films de divertissement, dont des comédies musicales. Il avait commencé sa carrière dans les années 1920 ; il la poursuivra sans discontinuer jusqu’en 1958.

  • 8 Mais le même titre, Le Paysan parjure, figurant (pour l’année 1956) dans la liste des heimatfilm to (...)

36Le Paysan parjure (1939) a été programmé la 37e semaine de 1943. Nous n’avons pas d’informations sur son réalisateur, Leopold Heinisch, ni sa carrière8. Marie Stuart (1940, programmé la 43e semaine de 1943) est un film de propagande anti-britannique. Réalisateur de ce que les dictionnaires du cinéma appellent de grosses « machines » historiques, Karl Froelich, dont la carrière fut interrompue en 1944 (il ne put retrouver le chemin des studios qu’en 1950), a franchement, le profil du réalisateur nazi, et fut à ce titre décoré par Goebbels 

37Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou. Richard Eichberg, à qui Lotte Eisner reprochait de n’avoir tourné que d’insipides comédies, a réalisé (la même année qu’une version de Michel Strogoff) cette seconde adaptation du roman de Thea Von Harbou, avec qui Fritz Lang avait signé le scénario de la première adaptation, réalisée en 1921 par Joe May. Rien avoir donc avec le nazisme. On notera que jouaient dans ces deux films des acteurs français.

38La Proie des eaux (1941, programmé la 11e semaine de 1944) pourrait être un film de Günther Rittau. Opérateur de formation (il avait notamment travaillé sur Métropolis et L’Ange bleu), Günther Rittau est devenu cinéaste sous le nazisme, et a dirigé plusieurs films de propagande guerrière.

39Sergent Berry (1938, programmé la 12e semaine de 1944) a été réalisé par Herbert Selpin. Cet ancien collaborateur de Pabst s’était spécialisé dans les comédies, les pseudo-westerns (Sergent Berry en est un). Ce ne fut pas un cinéaste nazi. S’étant brouillé avec le scénariste et s’entendant mal avec Goebbels, il ne devait même pas achever la réalisation de Titanic, film sur le célébrissime naufrage, que les Allemands souhaitaient raconter dans un sens peu favorable aux Anglais. Arrêté à la suite de cet incident pour avoir tenu des propos outrageants pour l’armée allemande, il se pendit dans sa cellule.

40En résumé quatre, voire cinq si La Proie des eaux est de Frank Wysber, films de genre et/ou de divertissement, un film (Le Paysan parjure) au sujet duquel on ne peut rien assurer, d’autant plus que la carrière et le profil du réalisateur restent dans l’ombre, et un (Marie Stuart), voire deux (si La Proie des eaux est de Günther Rittau) films de propagande. Une nette majorité donc de films de divertissement ou de genre, de genres légers qui plus est (comédie, comédie musicale, films en costume). Reflet d’une production de films de divertissement qui subsistait, et qui constituait la majorité de l’offre, cette programmation se trouve dans la ligne de la programmation des films allemands avant-guerre, laquelle reprendra à la cessation des hostilités.

41Les résultats sont médiocres : La Proie des eaux et Sergent Berry enregistrent respectivement 360 et 597 entrées Les Joyeux Locataires et Antoine le magnifique font un peu mieux (respectivement 789 et 841 entrées), et le seul bon score est dû au Tigre du Bengale et au Tombeau hindou (2.168 et 2.229 entrées), film en deux épisodes qui sera un des best-sellers de cette salle. Elle le reprogrammera en effet en 1947 et en 1952 (759 entrées en 8 séances), et elle programmera en 1961 sa troisième version, qui fera 1.270 entrées. Un indice des goûts du public ?

42L’affaire Styx n’a pas eu de succès (469 entrées), Marie Stuart, « le » film de propagande, et Le Paysan parjure ont fait moitié moins d’entrées que Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou, ce qui demeure non négligeable. On ne peut donc écarter facilement leur présence dans cette programmation, ni leur réception, le public de cette salle pouvant se laisser séduire par certains arguments idéologiques, peut-être surtout pour Marie Stuart, un biopic.

L’offre de films allemands après la guerre

43Pas un seul film allemand ne figure sur les listes de films sortis en France de 1945 à 1947. Il n’en a guère été réalisé, et le public français ne les souhaitait pas. Le premier réalisé (Les assassins sont parmi nous, 1946) n’est sorti qu’en juin 1948, le second (La route est longue, Lang ist der weg, 1947) en décembre 1948. Ces deux films seront suivis en 1950 par La Chauve-souris (Die fledermaus, 1945, Geza von Bolvary), sorti dès 1946, Ballade berlinoise (Berliner ballade, Robert A. Stemmle, 1948), Mariage dans l’ombre (Ehe im schatten, Kurt Maettzig, Prod. DEFA, 1947) et L’Affaire Blum (Affäre Blum, Erich Engel, Prod. DEFA, 1948). Des productions et sorties de circonstance : hormis La Chauve-souris, d’après Johan Strauss, tous ces films sont des films politiques anti-nazis ou réhabilitant les juifs.

44Cantonné dans la reprise (Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou, reprise des deux films projetés en 1944 à nouveau programmés en 1947), Le Patis ne peut se faire l’écho tout de suite de cette production. Sera-t-il trop tard ? Est-ce que cette orientation du cinéma ne convient pas à son public ? Aucun film traitant ces thèmes n’y sera jamais en fait programmé. Ils se verront préférer, un peu plus tard, des films sur la guerre : Le Dernier Pont (Die letzte brücke, Helmut Kautner, 1954, sorti le 5/1/1955), en 1960 et Le Pont (Die brücke, R. Wicky, 1959, sorti le 30/3/1960) en 1962. Mais ils ne feront respectivement que 713 et 416 entrées (en demi-programme sur la semaine). Le Patis programmera par contre en 1956 le Titanic commencé par Herbert Selpin et terminé par Werner Klinger en 1943 (sorti le 10 novembre 1943) qui ne fera que 874 entrées en neuf séances.

45Les deux films allemands qui sortent en 1951, Tromba (Helmut Weiss, RFA, 1949) et Une fille du tonnerre (Die dritte von rechts, Geza von Cziffra, RFA, 1950, sorti le 11/10/1951), sont des drames classiques. Le film programmé à la toute fin de l’année 1954 Petite maman, (Das doppelte Lottchen, 1950, sorti le 16/2/1953), est l’œuvre de Joseph von Baky, réalisateur d’origine hongroise qui avait travaillé à l’UFA. Mais, hormis un Münchhausen qui avait fait date, il était demeuré un modeste artisan, auteur presque essentiellement de comédies.

Tableau 48 : Les cinq meilleurs scores du cinéma allemand

Titre Année de production Année de sortie en France Année de programmation Entrées
Le Tombeau hindou 1937 1938 1944 2.229
La Dernière Chance 1945 1945 1948 1.691
Le Tigre du Bengale 1937 1938 1944 1.610
La Famille Trapp en Amérique 1958 1959 1959 1.283
Le Paysan parjure 1941 1943 1943 1.263
  • 9 Inspiré du livre autobiographique de Maria Augusta Trapp, La Famille des chanteurs Trapp, l’action (...)
  • 10 Adaptation de la comédie musicale homonyme de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II, créée à Broa (...)

46Les films programmés en 1955 et 1956 sont quant à eux des adaptations d’opérette, une programmation circonscrite dans le temps à mettre en relation avec l’offre de films-opérette français (voir infra 3e partie). Le cinéma allemand trouve ici une vocation de fournisseur de films de divertissement qui se lisait déjà en filigrane dans le choix des films diffusés sous l’occupation. Cette orientation se confirme en 1959 : y sont programmés en effet, sur 4 films, 3 de divertissement, tous récents, L’Amoureuse aventure (Der Vogelhändler, A.-M. Rabenalt, 1953) et Le Beau Danube bleu (Ewiger walzer, Paul Verhoeven, 1955), qui ne font respectivement que 614 et 727 entrées, suivis de La Princesse et le Capitaine (Ihr leibregiment, Hans Deppe, 1955), qui ne fait que 372 entrées. Le dernier proposé, La Famille Trapp en Amérique (Die Trapp-Familie in Amerika, Wolfgang Liebneiner, 1958), sera le seul à dépasser les 1000 entrées. Il s’agit du quatrième meilleur score du cinéma allemand au Patis. C’est le seul film allemand d’après-guerre qui ait fait un tel score. Exception ? Accident ? Non : il y avait là un sujet propre à satisfaire le public populaire du Patis9. La trame de ce film sera d’ailleurs reprise à Hollywood en 1965 pour La Mélodie du bonheur (The Sound of music), comédie musicale de Robert Wise 10 qui a bénéficié, en France et ailleurs, d’une audience certaine.

Des films allemands aux films autrichiens : le renforcement d’un axe de réception

47L’année 1960 est l’année d’une assomption, ou ré-assomption, de l’offre de films allemands dans cette salle. Y sont programmés en effet : Kitty, Le Dernier Pont, Violence sous les tropiques, Jeunes Filles en uniforme (Mädchen in uniform), Tant certes que mon cœur battra (Liebe). Quant à la réception, les résultats ne sont pas probants, encore moins pour les films appartenant à des genres sérieux que pour ceux qui appartiennent à des genres de divertissement. Quatre films sont encore programmés en 1961 : Melle Scampolo, Le Tigre du Bengale, Le Tombeau hindou, Mon premier amour ; trois en 1962 : Le Plus Beau Jour de ma vie, Le Pont, Le Brigand au grand cœur, mais un seul en 1963 : La Bataille de la mer de corail. La tendance est donc nettement décroissante. De Violence sous les tropiques à La Bataille de la mer de corail, le film d’aventure a fait une percée. Mais la réception n’a pas été à la mesure de l’offre : Violence sous les tropiques n’aura enregistré que 512 entrées, La Bataille de la mer de corail 606, Le Brigand au grand cœur 829.

  • 11 Deux films de 1947 en 1948, dont un film politique, un film (de 1948) en 1949, un film (de 1949) en (...)

48Il faut tenir compte de ce que les années 1959 et 1960 voient l’entrée fracassante au Patis d’un autre cinéma germanique : le cinéma autrichien. Il aura fallu attendre ce moment pour que le cinéma autrichien, dont des films sortaient pourtant en France depuis 194811, fasse son apparition sur l’écran du Patis. Sont programmés d’un coup en 1959 Le Maître de poste, Les Jeunes Années d’une reine, Sissi et Sissi impératrice. Puis en 1960 Amour, Tango et Mandoline, Sissi face à son destin, Mam’zelle Cri-cri.

Tableau 49 : La décennie du cinéma autrichien au Patis

1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967
0 5 3 2 1 3 1 3 2 0
  • 12 Voir infra le développement sur le genre.
  • 13 Qui sera reprogrammée en 1966, mais sans succès.
  • 14 Seul le premier opus de la série des Sissi est une adaptation. Les autres sont des « suites ».

49Le phénomène demande à être analysé au-delà du constat de l’exclusivité des films de divertissement. Le Maître de poste, adaptation de la nouvelle de Pouchkine, est un cas isolé qui n’a pas réalisé un score significatif. Adaptation d’une célébrissime opérette, L’auberge du cheval blanc (W. Jacobs, 1961), diffusé en 1962, est la nouvelle version d’un film dont la version précédente, allemande, avait déjà été programmée au Patis12. L’opérette filmée est évidemment un genre, ou sous-genre prisé du public du Patis. Mais on ne dénombre ici que deux films : L’Auberge du cheval blanc 13 et La Veuve joyeuse (1962) qui sera programmé en 1964. Plusieurs des films produits mêlant, à l’instar de la série des Sissi, sans adapter forcément un roman ou une œuvre scénique14, l’Histoire à la romance et à la comédie, ce cinéma autrichien possède, sans se rattacher formellement à aucun genre, une spécificité. Les titres sont du reste plus qu’évocateurs : Amour, Tango et Mandoline ; Bal à l’opéra ; La Belle et l’Empereur.

  • 15 Qui n’a pas non plus été un succès au Patis.
  • 16 Le nom n’apparaît pas dans le titre français des Jeunes Années d’une reine, ni dans aucun des titre (...)
  • 17 Sissi était apparue sur la scène dès 1931, héroïne cette année-là d’une pièce de théâtre Sissys Bra (...)

50Cinq de ces films (Les Jeunes Années d’une reine, la trilogie de Sissi et Bal à l’opéra, sont réalisés par le même homme : Ernst Marischka. Un seul, Bal à l’opéra (575 entrées), ne fait pas recette. Or c’est le seul des cinq qui n’ait pas comme actrice Romy Schneider, qui ne figurait pas non plus au casting d’Amour, Tango et Mandoline 15. Si la programmation de films autrichiens est en ces années relativement importante au Patis, et si elle y rencontre du succès, il convient de noter la conjonction entre la – progressive – confection du personnage de Sissi16 et l’émergence sur la scène cinématographique de Romy Schneider. C’est un des phénomènes de l’histoire du Patis, dans lequel l’Autriche ne joue en elle-même, au bout du compte, guère de rôle17.

51Le phénomène ne durera d’ailleurs pas au-delà de l’année 1966. Le Patis tentera encore en vain en 1970 de réunir autour de la trilogie son public populaire, mais les scores ne cesseront de décroître. Les trois films, qui avaient cumulé en 1965 les trois meilleurs scores de l’année pour la programmation « grand public », verront leur nombre d’entrées s’effondrer en 1970. L’audience aura donc été très circonscrite dans le temps. Elle est l’expression d’un goût qui, quoique prégnant d’une catégorie socioculturelle, a été vite dépassé. Le cinéma autrichien disparaîtra tout bonnement et simplement de l’écran du Patis.

Tableau 50 : La décennie « Sissi »

1959 1960 1963 1965 1966 1970
Les Jeunes Années d’une reine 1.699 entrées 426 entrées
Sissi  1.390 entrées 1.151 entrées 308 entrées
Sissi impératrice 2.370 entrées 1.625 entrées 1.264 entrées 348 entrées
Sissi face à son destin 1.850 entrées 1.580 entrées 1.218 entrées 392 entrées

52La présence de Romy Schneider explicite pour beaucoup ces succès, mais son aura était indissociable, pour ne pas dire dépendante, d’un genre. Elle n’aura pas eu auprès des spectateurs du Patis, dans ses autres films, l’audience que lui auront donnée les films de Marischka. Non qu’il n’en ait pas été proposé : douze des films dans lesquels elle a joué avant 1960 avaient été programmés ; il en sera programmé dix de ceux qu’elle a tournés après.

La décrue de l’offre de films allemands

53La proportion de films allemands n’aura, pendant ce temps, cessé de décroître. Il y en aura encore eu trois en 1961 : Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou, Melle Scampolo et Mon premier amour, et encore trois en 1962 : Le Plus Beau Jour de ma vie, Le Pont (R. Wicky, 1959) et Le Brigand au grand cœur. Mais il n’y en aura ensuite qu’un au plus par an, excepté en 1961-1962 : on dénombre ces deux années-là pas moins de sept films allemands. On y enregistre les remakes de deux films déjà programmés deux fois et trois films qui appartiennent à la nébuleuse « Sissi ». Tout se passe, donc, comme si ne faisait sens que la partie du cinéma allemand qui a des homologies avec le cinéma autrichien. Sans la matière viennoise, peut-on dire pour tenter de conceptualiser, la programmation ne serait pas ce qu’elle est.

54On dénombre 4 films d’aventure et un film d’espionnage en 1963, 1964 et 1965… Si l’on excepte la programmation de M le maudit et les films regroupés sous le titre « L’écran démoniaque » (voir supra et infra, les genres, le fantastique), l’offre se tarit entre 1965 et 1973. Autant d’années blanches. Sur l’échelle des résultats, la hiérarchie des genres est toujours la même : Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou, projetés la même semaine, ont fait 1270 entrées, Le Plus Beau Jour de ma vie en a fait 947, Melle Scampolo 906. La Bataille de la mer de corail 606, La Panthère noire du Retana 583, Le Trésor du lac d’argent 488, Le Mystère de la jonque rouge 426, Le Brigand au grand cœur en a fait 829, Mon premier amour 739. Le pont n’en a fait que 416.

  • 18 Peu d’exceptions en effet (4 titres sur 17) : Top hat en 1975, un film pornographique en 1977, Le P (...)

55L’offre de films allemands ne repart que très lentement après ces années : un film en 1973, un en 1975. Il faut en réalité attendre 1976. La vague du nouveau cinéma allemand, dont plusieurs films seront programmés chaque année jusqu’en 1979 – et certains (Aguirre, la colère de Dieu ; L’Enigme de Kaspar Hauser) deux fois – atteint alors Le Patis. On peut se demander si le cinéma allemand aurait continué sans elle à être présent sur l’écran du Patis18. Quatre des six films programmés en 1982 appartiennent en effet à ce courant. Dont trois sont de Fassbinder : l’effet auteur joue donc encore plus. Les deux autres sont un drame musical (Parsifal) et un film d’Histoire, Méphisto, de la vague que l’on a appelée « rétro ». Un seul de ces six films (Querelle, Fassbinder) fait de toute façon plus de 500 entrées. Le pic de 1982 est donc trompeur ; un seul film allemand avait du reste été programmé en 1980, un drame conventionnel (Melody in love) qui n’a fait que 250 entrées. Aucun ne le sera en 1983.

56Le nouveau cinéma allemand des années 1970 n’aura pas relancé l’audience d’une cinématographie qui n’aura jamais eu qu’une présence épisodique sur l’écran du Patis. Le cinéma autrichien y aura été encore plus fugace. Non que les deux cinémas d’outre-Rhin n’aient pas parfois séduit le public de cette salle ; des années quarante aux années soixante, on observe même des points de rencontre. Mais la partie populaire de ce public est essentiellement attirée par les films de genre, au premier chef les films opérette, dont les thématiques recoupaient celles de certains films français, puis les films à cheval sur l’Histoire et la romance, une veine qui s’est cristallisée sur le personnage de Sissi et son interprète Romy Schneider. Quant au Tigre du Bengale et au Tombeau hindou, ils correspondaient dans le domaine du film d’aventure à un âge du genre. Le public du Patis n’en affectionnera pas autant les avatars des autres époques.

Notes

1 Jean Gili, L’Italie de Mussolini et son cinéma, Paris, Henri Veyrier, 1985, p. 120. Mais on notera que, en contradiction avec les sources, l’auteur ne crédite qu’Edgar Neville.

2 Mademoiselle Scampolo, jeune orpheline de 18 ans pleine de bonne volonté et d'attention, fait office de guide touristique sur son île d'Ischia, mais quand elle le peut, n'hésite pas à venir en aide à son amie Mariette, la blanchisseuse, en livrant du linge. Lors de l'une de ces livraisons, elle fait la connaissance d'un architecte sans le sou qui ne peut régler sa note. Elle lui avance l'argent et l'architecte, reconnaissant, l'invite à dîner…

3 Il s’agit du 13e succès de tous les temps dans les salles françaises.

4 Fabrice Montebello, op. cit., p. 48.

5 Le ciel brûle n’est pas, il s’en faut de beaucoup, le seul film à être à cheval sur deux genres.

6 Cent ans de cinéma au Mans, op. cit.

7 Il en avait été distribué 55, soit 56 % du total des films distribués, en 1941.

8 Mais le même titre, Le Paysan parjure, figurant (pour l’année 1956) dans la liste des heimatfilm tournés en RFA, on peut conjecturer qu’il s’agit d’une des versions d’un même scénario, Un sujet, sans doute historique mais emblématique, qui remonte à avant 1945, une question sociale non dépourvue de connotations idéologiques qui a pu être exploitée par le régime nazi.

9 Inspiré du livre autobiographique de Maria Augusta Trapp, La Famille des chanteurs Trapp, l’action se situe en 1938. Les Trapp, fuyant les nazis, ont quitté l'Autriche et se sont réfugiés en Amérique. La petite chorale qu'ils avaient formée (les sept enfants, la mère, dirigés par l'abbé Wasner) essaie de se produire dans divers théâtres des États-Unis… Mais il n’est pas sûr que leur autorisation de séjour soit prolongée.

10 Adaptation de la comédie musicale homonyme de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II, créée à Broadway en 1959, qui a servi de relais.

11 Deux films de 1947 en 1948, dont un film politique, un film (de 1948) en 1949, un film (de 1949) en 1949, un film (de 1948) en 1950, un film – politique – de 1949 en 1951.

12 Voir infra le développement sur le genre.

13 Qui sera reprogrammée en 1966, mais sans succès.

14 Seul le premier opus de la série des Sissi est une adaptation. Les autres sont des « suites ».

15 Qui n’a pas non plus été un succès au Patis.

16 Le nom n’apparaît pas dans le titre français des Jeunes Années d’une reine, ni dans aucun des titres originaux, mais le personnage est déjà là.

17 Sissi était apparue sur la scène dès 1931, héroïne cette année-là d’une pièce de théâtre Sissys Brautfahrt, d’Ernst Décsey et Gustav Holm, deux écrivains autrichiens. Cette pièce se trouve à l’origine, quelques années plus tard de l’opérette Sissy (livret d’Hubert et Ernst Marischka, musique de Fritz Kreisler), tôt adaptée au cinéma : The King steps out (Sa majesté est de sortie), Josef Von Sternberg, USA, 1936. Quoique sorti en France (le 9/10/1936), le film était complètement oublié. L’interprète de Sissi, Grace Moore, était morte prématurément, dans un accident d’avion, en 1947 avant de devenir célèbre. Le film n’avait pas été programmé au Patis dans les années d’après-guerre, peut-être en raison de son ancienneté.

18 Peu d’exceptions en effet (4 titres sur 17) : Top hat en 1975, un film pornographique en 1977, Le Pont en 1979, Melody in love en 1980.

Table des illustrations

Titre Couverture du numéro de Mon film consacré à L’amour viendra
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search