Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Deuxième partie. Quelles cinématographies ?

Chapitre III. La réception inégale du cinéma américain

Texte intégral

  • 1 Fabrice Montebello, op. cit.
  • 2 Ibid, p. 44.

1Les productions en provenance des États-Unis représentent entre 1940 et 1958 un tiers des entrées en France1. La proportion de films américains programmés au Patis correspond à peu près, jusqu’à 1958, à ce ratio national. Le nombre de films américains programmés n’aura été supérieur qu’une seule fois au nombre de films français. Le cinéma américain sera demeuré le second de ceux diffusés dans cette salle. À l’échelle nationale, de 1945 à 1965, 10 des 21 meilleures recettes annuelles sont américaines2. Mais Le Patis ne fut pas le reflet exact de ce cumul, car parmi ces dix films seuls trois y ont été de vrais succès, dont Sous le plus grand chapiteau du monde (1.341 entrées en 1957, puis 1.331 en 1962) et Les   Canons de Navarone (2.466 entrées en 1963, 1.013 en 1968, mais seulement 627 et 259 en 1971 et 1976). Deux ont été des échecs : Ben Hur (570 entrées) et La Grande Évasion (807 et 393 entrées en 1968 et 1976). On observera aussi que quatre de ces films à succès (Le Dictateur, Jeanne d’Arc, Les Dix Commandements, Le Jour le plus long) n’y ont même pas été programmés, absence étonnante pour les deux derniers, même si Le Patis était une salle de reprise.

2Conséquence de la Guerre, la proportion de films américains dans l’offre du Patis est pratiquement nulle jusqu’en 1947, puis elle croît rapidement : de 11 films cette année-là, on passe à 22 en 1948 puis à 37 en 1949. Mais elle retombe aussi vite : 2 films en 1950, 15 en 1951. Il faudra attendre 1955 pour retrouver le chiffre de 1948, mais ce sera la plus importante offre de la décennie. La tendance décroît dans la première moitié des années soixante (il y aura eu entre 9 films – en 1962 – et 13 films par an), puis repart à la hausse à partir de 1966. L’offre sera de 17 à 22 films selon les années jusqu’en 1975, avec un maximum atteint en 1976 et 1977 : 44 et 36 films. Après quoi la programmation sera irrégulière avec 19 films en 1978, 30 en 1979, 9 seulement en 1980, 40 en 1982, 23 en 1983.

Tableau 32 : Les dix plus grands succès américains au Patis

Année de production Année de sortie en France Box-office France Année de passage Entrées
Ramona 1936 1937 1949 2.710
Le Retour de Zorro 1937 1938 1946 2.613
Les Plus Belles Années de notre vie 1946 1947 8e 1948 2.553
Hula, fille de la brousse 1936 1936 1947 2.404
L’Odyssée du Docteur Wassel 1944 1946 5e 1948 2.304
Les Canons de Navarone 1961 1961 1er 1963 2.466
Le Triomphe de Tarzan 1942 1947 1948 2.247
Pacific Express 1939 1940 1948 2.150
Pour qui sonne le glas 1943 1947 2e 1949 2.011
Sabotage à Berlin 1942 1949 1951 1.805

3Ramona, Le Retour de Zorro, Hula, Le Triomphe de Tarzan : quatre des films qui figurent parmi les plus grands succès du Patis ne sont pas classés au box-office de l’hexagone parce qu’ils étaient sortis en France avant la guerre. Mais, trois d’entre eux étant parmi les quatre premiers, il serait intéressant d’avoir les résultats nationaux : le public du Patis est-il là en phase avec le public national ou est-il passéiste ? Huit de ces 10 meilleurs scores étant réalisés par des films antérieurs à 1945, on peut pencher vers la seconde hypothèse.

4On ne trouve pas là Autant en emporte le vent alors qu’il figure au 4e rang des 50 plus grands succès du cinéma de tous les temps dans les salles françaises avec 16.715.957 entrées. Déjà programmé au Mans lors de sa sortie en 1950, ce film avait déjà drainé une partie du public du Patis. Il réalise néanmoins en 1956, avec 1.277 entrées, le meilleur score – et c’est le seul succès des films américains cette année-là. Il n’en ira pas de même lors de ses autres passages, tardifs il est vrai, en 1971 (836 entrées), 1972 (569 entrées), 1982 (262 entrées).

5L’Odyssée du Docteur Wassel, qui figure au 27e rang des 50 plus grands succès du cinéma de tous les temps dans les salles françaises (9.488.114 entrées depuis 1953), sera reprogrammé en 1957, puis en 1960 avec moins de succès également. Mais Sous le plus grand chapiteau du monde, 1er au box-office, obtient en 1957 presque le même résultat que lui. Les deux meilleurs scores sont donc obtenus par deux films, signés par un réalisateur de films à grand spectacle, ayant de forts ressorts dramatiques, voire mélodramatiques, et diffusant un message humanitariste. On voit là se dessiner un des traits du public du Patis.

Dans les années quarante

  • 3 1946 est aussi l’année de la signature des accords Blum-Byrnes (28 mai), favorables au cinéma améri (...)

62.000 films américains, « gelés » par la guerre, demeuraient stockés à Hollywood, en attente d’être distribués, ce qui s’effectua en Europe dès la Libération. En février 1945, les programmes des salles d’exclusivité communiqués par Le film français montrent que les longs-métrages américains occupent 71 % des écrans, contre 21 % pour les films français et 9 % pour les étrangers. Mais deux seulement des 22 films américains sortis en 1944 ont été programmés au Patis, non en raison de la guerre, mais de son statut de salle de reprise. Sur 61 films américains sortis en 1945, il n’en programme en effet aucun et n’en programmera que 5 en 1946 (alors qu’il en était sorti 1033). La proportion double en 1947 (11 sur 217), en 1948 (22 sur 244), en 1950 (20 sur 197), mais demeure modeste, même en 1949 (37 sur 202).

  • 4 Ils sont signalés comme sortis à Paris, respectivement, le 5/12/1945 et le 13/10/1944. Mais cette s (...)
  • 5 Joyeux pique-nique (A Perfect Day), 1929 ; La Maison de la peur ou Feu mon oncle (The Laurel and H (...)

7Une première observation s’impose. Les films programmés ne sont pas, dans la quasi-majorité des cas, des films sortis depuis la libération. Exception : les 2 films programmés en 1944, Magie musicale et Un américain pur sang 4. Un seul des 22 films programmés en 1948, Le Mystère de Tarzan, était sorti depuis quelques mois seulement ; 7 étaient sortis l’année précédente, 3 en 1946 (comme en 1945), soit 13 films mis sur le marché depuis trois ans. Ces 13 films ayant, sauf Les Vengeurs de Buffalo Bill (1936), été produits entre 1939 et 1946, et pour la plupart entre 1940 et 1944, ils n’auraient pu être sortis avant l’interdiction. C’étaient, selon toute probabilité, des films inédits en France. L’écart entre leur sortie et leur programmation dans cette salle est faible dans plus de la moitié des cas. Penser qu’ils sont vite passés dans le circuit des reprises parce qu’ils n’avaient pas obtenu de bons résultats, ce serait penser avec la mentalité et selon les pratiques d’aujourd’hui, qui veulent que les films restent le plus longtemps possible à l’affiche, selon une durée proportionnelle à leurs entrées. Il n’en allait pas ainsi à l’époque : les films sortaient dans le réseau des reprises sans forcément avoir été usés économiquement, ce qui eût été du reste, dans ce système, illogique. Les résultats transcrits ici le confirment d’ailleurs : pour nous en tenir à ces exemples, Les Plus Belles Années de notre vie et Casablanca, programmés pas plus d’un an après leur sortie nationale, ont été des succès : 2.553 entrées pour le premier, 1.500 pour le second. Demeurent 8 films qui, antérieurs à 1939 (il en va ainsi des Aventures de Laurel et Hardy, 4 courts-métrages de 1929 et 1930 ayant été réunis sous ce titre5), étaient sortis avant l’interdiction. L’écart entre leur sortie et leur programmation dans cette salle s’avère donc très important, sans doute parce que la préférence allait à des films plus récents. Sans être des accidents de programmation, ils furent peut-être choisis par défaut, pour combler des « trous » de programmation. On compte parmi eux 3 westerns : Les Vengeurs de Buffalo Bill, Suzannah et Pacific express, Suzannah ayant par ailleurs ceci de commun avec Heidi et Petite Princesse d’avoir la même vedette : la jeune Shirley Temple.

  • 6 Voir Patricia Hubert-Lacombe, « L'accueil des films américains en France pendant la guerre froide ( (...)

8Conséquence directe de l’application des accords Schuman-Caffery6, on enregistre en 1949 une baisse du nombre de films américains mis sur le marché. Si le nombre de ceux programmés au Patis est important, plus important même qu’il ne l’a jamais été, c’est évidemment que, salle de reprise, elle programme des films qui sont depuis plusieurs années sur le marché.

Tableau 33 : Films américains programmés dans les années 1940

Années d’exploitation Nombre de films américains sortis en France Nombre de films américains programmés au Patis Sortis en France avant 1944 Sortis en France en 1944 Sortis en France en 1945 Sortis en France en 1946 Sortis en France en 1947 Sortis en France en 1948 Sortis en France en 1949
1944 22 2 0 1 1
1945 61 0 0
1946 103 5 5
1947 217 11 8 3
1948 244 22 5 2 3 4 8
1949 202 34 3 4 5 16 6
1950 197 20 2 0 2 4 8 4
Principaux genres
Comédie Drame Aventures Western Film d’Histoire
4 19 11 12 13

9Six films sont programmés environ une année après leur sortie, 6 seulement sur 37. 16 sont programmés environ deux ans après, et 6 trois ans après. 11 étaient sortis depuis trois ou quatre ans. Restent 5 films sortis, selon toute vraisemblance, avant la guerre, 3 datant d’avant 1939, deux autres (Ramona et Elephant boy) de 1936-1937. Si Elephant boy est un échec, Ramona réalise, lui, le meilleur score de l’année, attestant que l’ancienneté d’un film n’est pas un obstacle. Elephant boy, Le Livre de la jungle, Sahara, Aloma, princesse des îles , l’exotisme occupe ici une place non négligeable. Avec des fortunes fort diverses, il est vrai : aux succès du Livre de la jungle et d’Aloma, princesse des îles s’opposent les échecs d’Elephant boy et de Sahara, qui ont dû tous deux partager l’affiche avec d’autres films.

Dans les années cinquante

10Sur les 20 films programmés en 1950, pas un seul n’atteint la barre des 2.000 entrées, que passent quatre films français (dont l’un dépasse celle des 3.000 entrées). Trois seulement, en outre, dépassent celle des 1.500 entrées, atteinte par 11 films (dont 3 frisent les 2.000 entrées). Cinq dépassent celle des 1.200 entrées, dont 3 comédies.

11Sur les 15 films programmés en 1951, pas un seul n’atteint la barre des 2.000 entrées, que passent seuls il est vrai, cette année-là, 2 films. Quatre seulement dépassent celle des 1.500 entrées, atteinte encore, par contre, par 10 films, dont un approche les 2.000 entrées ; 2 seulement, sur 16 cette année-là, dépassent celle des 1200 entrées.

12En 1952, si l’on excepte Treize à la douzaine, qui l’approche, pas un seul de ces films n’atteint 2.000 entrées, que n’atteint il est vrai, cette année-là, qu’un seul film, français, et 2 seulement dépassent 1.500 entrées, atteinte par 7 films. Trois (sur sept seulement cette année-là) dépassent celle des 1.200 entrées.

13Il en va de même en 1953, 1954 et 1955 : pas un seul film programmé n’atteint 2.000 entrées. Aucun film américain n’atteint 1.500 entrées, atteintes par 2 films seulement en 1953, par 6 en 1954. Aucun n’atteint 1.200 entrées (dépassées par 3 films seulement). Sur les quinze programmés en 1957, pas un seul ne dépasse 1.500 entrées (3 autres films seulement les feront), et 2 dépassent 1.200 entrées (ce que font 8 autres films). En 1958, avec une majorité de films mis sur le marché postérieurs à 1953. Pas un seul de ces films n’atteint la barre des 1.500 entrées, dépassée par 3 autres films seulement, et 4 dépassent celle des 1.200 entrées, distancée par 9 films (dont 2, un français et un américain à égalité, frisent les 1.500 entrées).

14On notera qu’en 1958 le meilleur résultat (1.467 entrées) est obtenu par un film d’aventure, 20000 lieues sous les mers, adaptation d’un best-seller de la littérature grand public. Ce film, qui est un des 11 (sur 21) films américains arrivés en tête du box-office en France, et qui figure au 26e rang des 50 plus grands succès du cinéma de tous les temps dans les salles françaises, avait fait en 1955 dans l’hexagone 9.619.259 entrées.

15La décennie s’achève avec 12 films programmés en 1959. Ce chiffre nettement inférieur s’explique par le fait que ne sont guère plus programmés que des films mis sur le marché à partir de 1956 (quatre exceptions seulement). Pas un seul de ces films n’atteint la barre des 2.000 entrées, que ne passent cette année-là que 3 films, dont 2 sont français (l’un dépassant celle des 2.500). Aucun n’atteint celle des 1.500 entrées, atteinte et dépassée par 2 films seulement. Un seul atteint celle des 1.200 entrées.

Tableau 34 : Films américains programmés dans les années 1950

Années 1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1956
Effectifs 20 15 19 16 12 19 20 15 19 12
Principaux genres
Comédie Drame Aventures Western Film d’Histoire Film criminel
13 18 27 24 24 8

16Westerns, comédies, films de guerre, films d’aventure, la réception du cinéma américain aura été dans les années 1950 une affaire de genres. Ces genres sont, hormis évidemment le western, dans le principe les mêmes que ceux du cinéma français. Mais ils ont leur spécificité et leur style. D’où des écarts, que feront apparaître dans le détail les études comparatives du chapitre consacré aux genres. Notons tout de suite que, quoiqu’en valeur absolue, plus prégnants, la comédie et le film policier américains ont eu beaucoup moins d’audience que leurs homologues français : dans cette salle populaire de province le cinéma américain n’a ni dominé quantitativement l’offre ni accédé aux faveurs dominantes du public.

Dans les années soixante

17Durant la décennie suivante, aucun film américain n’arrive non plus en tête du box-office du Patis. Seules performances notables : celle du Trouillard du Far West en 1960 (1.622 entrées) et, surtout, celle des Canons de Navarone en 1963 (2.466 entrées). Si l’offre est, en 1960 et 1961, étale (12 et 13 films), elle recule à partir de 1962 ; il y a là le creux le plus marqué des 40 années d’exploitation. Le Patis n’initiant une programmation « Art et Essai » qu’à l’automne 1963, il ne semble pas que cette dernière en soit la cause. Le recul semble donc dû à la crise du cinéma de genre traditionnel, un ensemble auquel appartiennent la quasi-totalité des films proposés (la comédie est, avec 6 films sur 20 en 1962 et 1963, la plus représentée). C’est en 1964 seulement, la première année pleine de l’Art et Essai, que l’on sent l’effet de cette nouvelle politique : la moitié des films programmés sont anciens ou plus classiques (tournés avant 1960). Leur part s’accroît en 1965 avec plus des deux tiers, mais la proportion s’inverse en 1966, année où l’offre augmente, les deux tiers des 15 films étant plus récents, sortis après 1960. La programmation Art et Essai se faisant plus actuelle, on relève en effet en 1966 un film de Fuller, 2 de Preminger, un de Kubrick. Comme il n’y a pas davantage de films grand public qu’en 1964 et 1965, l’Art et Essai constitue les effectifs de la progression, ce qui se confirme en 1967 avec un seul film grand public sur 15 titres. Deux seulement, parmi les autres, sont d’après 1960, et 7 d’avant 1950, ce qui n’avait jamais eu lieu auparavant. Mais ce sera qu’un épiphénomène. Sur 23 films programmés en 1968, année où on dénombre 3 films grand public, 7 datent encore d’avant 1950, mais un total de 10 films seulement d’avant 1960.

Tableau 35 : Films américains programmés dans les années 1960

Années 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
Effectifs 20 15 19 16 12 19 20 15 23 12
Principaux genres
Comédie Drame Aventures Western Film d’Histoire Film criminel
23 29 5 17 14 23

18Ce recul de la part du patrimoine se confirme les années suivantes : il n’y a plus en 1970 que 3 films d’avant 1960 (tous trois d’avant 1950), 4 en 1971 (dont 2 d’avant 1950), 3 en 1972 (tous d’avant 1940), aucun en 1973, 5 en 1974 (dont 2 d’avant 1940), 3 en 1975, (dont un d’avant 1940). On dénombre en outre 4 reprises en 1971 : La Canonnière du Yang-Tsé, L’Express du colonel von Ryan, Les Canons de Navarone. Le cinéma de guerre à grand spectacle continue donc à assurer sa présence, mais il ne fait plus recette depuis longtemps.

Dans les années soixante-dix et quatre-vingt

19De nouveaux genres trouvent un débouché, tels le film-catastrophe (La Tour infernale, Les Dents de la mer) ou le documentaire musical (Woodstock, Janis Joplin, etc.). La science-fiction, un genre que Le Patis a très peu programmé encore, trouve un petit créneau (2 titres). Restent 25 titres d’auteurs ayant émergé, ou s’étant confirmés, après 1960 : Arthur Penn, Robert Mulligan, Roman Polanski, Robert Altman, Sidney Lumet, Jerry Schatzberg, voire de tout nouveaux auteurs comme Steven Spielberg, Terrence Malick.

Tableau 36 : Films américains programmés dans les années 1970 

1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983
15 16 21 44 36 19 30 9 2 40 23
Principaux genres
Comédie Drame Aventures Western Film d’Histoire Film criminel
29 49 1 16 19 19

20Mais la part des reprogrammations s’accroît : s’il n’y en a encore que de une à trois de 1970 à 1975, on en dénombre 6 en 1976, 10 en 1979, 9 en 1982. Des reprogrammations de films propres à réaliser des entrées : 2001, l’odyssée de l’espace, Easy rider, Soleil vert, Woodstock, Harold et Maude, Le Bal des vampires, Orange mécanique, Délivrance… Le Patis tend à s’installer dans une politique de commercialisation de l’Art et Essai.

  • 7 Déjà passé en 1972, classé 5e au BO, programmé cette fois deux semaines consécutives.

21Quelle est l’origine du pic conjoncturel des années 1976-1977 ? La part de films du répertoire demeure, parmi les 44 titres de 1976, modeste. On relève 2 burlesques du muet, 2 films avec James Dean, puis Les Sentiers de la gloire et La Grande Évasion. Soit 6 titres sur 44 : la cinéphile classique n’exerce plus guère d’influence. On dénombre par contre 6 films grand public : 2 films de guerre (Les Canons de Navarone et Les Centurions), un film de montage hagiographique (Il était une fois Hollywood), 2 films d’animation, une comédie (Le Nouvel Amour de Coccinelle, 8e au BO de l’année programmé au moment de Noël). Il en reste 32. Les 36 titres de 1977 sont plus contemporains (deux films de répertoire seulement), et seulement 3 films grand public (un film de guerre, Love story 7 et Le Nouvel Amour de Coccinelle, pour sa deuxième semaine en début d’année) et encore 6 films des « nouveaux genres » (science-fiction, film d’horreur et film karaté). On voit aussi reprogrammé Woodstock. Restent 24 titres, proportion aussi importante qu’en 1976, illustrant la confirmation d’un intérêt pour les nouveaux auteurs hollywoodiens tels Martin Scorsese ou Clint Eastwood. Non que tous les films soient très nouveaux : 2001, l’odyssée de l’espace est de 1968, Orange mécanique date de 1971, mais il s’agit de deux films de Kubrick. Peu importent donc les décalages, la notion d’auteur prévaut. Orange mécanique a du reste déjà été programmé en 1973, et il le sera à nouveau en 1980, tandis que 2001, l’odyssée de l’espace le sera aussi à nouveau en 1978, 1980, 1982.

22La moitié seulement des titres de 1978, 1979, 1980, 1982 sont nouveaux, et il convient de préciser que certains films sont désormais, à partir de 1982 notamment, programmés deux semaines consécutives. Les 40 programmes de 1982 se ramènent de ce fait à 36 titres différents. Le nombre de films de répertoire étant en outre cette année-là de 4, auxquels s’ajoutent 4 des 5 films de la « Nuit de l’épouvante » et 6 reprogrammations (films nouveaux ou films du répertoire), il demeure 22 titres nouveaux. Ils seront encore moins nombreux l’année suivante : 15 sur 23, dont 2 sont programmés deux semaines consécutives. Et aucun film de répertoire n’est plus programmé. Même si l’on tient compte de ce qu’il y a encore 3 films de genre (musical, horreur, érotique), il reste 12 films d’auteur, soit une bonne moitié. L’hypothèse précédente se voit donc confirmée, et on peut supposer que la baisse du nombre de titres est liée à une clarification de la programmation.

L’effet très relatif des best-sellers de la littérature

23Le tiers des titres provient d’adaptations mais, outre qu’il y a moins de films que de titres, beaucoup d’entre eux sont des adaptations de romans de grande consommation ; c’est particulièrement vrai des westerns. Mais, si l’on compare avec le cinéma français, on relève là beaucoup plus de films d’envergure, de meilleure qualité que le roman de départ.

24On relève également davantage d’adaptations de la littérature contemporaine que dans le corpus de films français : des romans noirs, de science-fiction (La Planète des singes…), des romans fantastiques (Charly, Rosemary’s baby…), d’espionnage (Casino Royale…), dont beaucoup sont prégnants.

25Il n’en va pas de même pour les romans d’aventure. Il se trouve parmi ces adaptations des best-sellers (Ben-Hur, Autant en emporte le vent, La nuit est mon royaume, Le Docteur Jivago ). Mais s’il y a, au niveau national, un rapport de cause à effet, le public du Patis ne suit pas nécessairement. 

Tableau 37 : Quelques best-sellers de la littérature

Année de parution du roman Année de productiondu film Box-office Année de programmation Entrées
Ben-Hur 1880 1961 (3e version) 2e 1971 570
Autant en emporte le vent 1936 (Prix Pulitzer en 1937) 1939 1er 1956, 1971, 1972, 1982 1.277836569262
Le Docteur Jivago 1957 1965 2e 1972, 1979 953403
Exodus 1958 1960 11e 1966 855

26Le Patis aura programmé quatre fois Autant en emporte le vent, mais, effectuées en parallèle de l’Art et Essai, les 2e, 3e et 4e programmations auront été des échecs. Il aura fallu attendre 1971 pour que soit programmé Ben-Hur, et il n’aura fait que 570 entrées en 7 séances. A best-sellers populaires succès populaires… tant que la salle garde son public populaire. 20000 lieues sous les mers (2e au box-office) avait fait en 1958 beaucoup mieux : 1.467 entrées. Guerre et Paix aussi : 1.381 entrées en 1960.

27Dans le cadre de l’Art et Essai, certains écrivains doivent leur présence à un cinéaste reconnu par les cinéphiles, dont le nom pèse plus que le leur. C’est le cas de Steinbeck (Les Raisins de la colère, À l’est d’Eden), qui le doit donc à John Ford et Elia Kazan, de Daphné du Maurier (Rebecca, Les Oiseaux), qui le doit donc à Hitchcock. On ne relève du reste presque pas d’adaptations des classiques proprement dits, de références aux grands écrivains, hormis Ulysse : le péplum est trop loin d’Homère. On relève Shakespeare (Falstaff, Macbeth), Tchekov (La Mouette), Conrad (Lord Jim, Apocalypse now, mais la réception de ce dernier film ne doit rien à l’écrivain, passé en l’occurrence inaperçu), Steinbeck, Hemingway (Pour qui sonne le glas), Stefan Zweig (Lettre d’une inconnue).

L’homo americanus tel que dessiné par des acteurs

28Les acteurs ne semblent pas avoir pesé du même poids dans cette offre et cette réception que dans l’offre et la réception de film français. Sauf peut-être Gary Cooper qui doit être pour quelque chose dans le succès de L’Odyssée du Docteur Wassel, et qui se trouve au casting des Trois lanciers du Bengale, programmé deux fois, des Tuniques écarlates, de Sergent York, d’Une aventure de Buffalo Bill, de La Mission du commandant Lex, des Aventures du capitaine Wyatt. Cela peut paraître peu eu égard à l’importance de sa filmographie (voir infra le tableau des acteurs américains). Mais ce n’est pas par hasard que ne sont diffusés au Patis, parmi les films dans lesquels il a tourné, que des westerns et des films d’aventure. On a là deux genres dont les sujets et les atmosphères ont compté longtemps pour le public populaire du Patis.

Graphique 14 - Films tournés par Gary Cooper (1923-1961)

Graphique 14 - Films tournés par Gary Cooper (1923-1961)

29Gary Cooper est du reste, au total, en étendant le relevé aux années 1960 et à celles de l’Art et Essai, avec 16 titres, l’acteur américain ayant avec Anthony Quinn (18 titres) le plus d’occurrences. Des acteurs aussi célèbres que lui, Humphrey Bogart, Errol Flynn, Marlon Brando, ne sont en effet crédités, si l’on peut s’exprimer ainsi, que 10 fois, Burt Lancaster 9 fois, Kirk Douglas 8 fois, Clark Gable 3 fois. Mais il faut tenir compte aussi des 12 occurrences de Tyrone Power, proportion élevée d’autant plus que cet acteur est mort en 1958 ; c’est proportionnellement plus que pour Gary Cooper. Charlton Heston est aussi crédité 12 fois.

30Il se dégage donc des lignes de convergence ; il est possible de dire que, si une image de l’homo americanus a fonctionné (ou s’est créée), ce n’est pas celle du séducteur. De Gary Cooper à Charlton Heston en passant par Tyrone Power, ce serait plutôt celle d’une virilité sûre d’elle-même mais en rien démonstrative, une sorte de puissance tranquille. Est-ce par hasard que l’on relève 6 occurrences d’Henry Fonda – parce qu’il y a chez lui une gravité qui ne coïncide pas avec cette image ?–, 9 occurrences seulement de Gregory Peck et … de John Wayne.

Tableau 38 : Acteurs américains au Patis

Nom Date de naissance Date du décès Année du tournage du 1er film Année de tournage du dernier film Nombre de films tournés Nombre de films programmés % de films
Humphrey Bogart 1899 1957 1930 1956 81 10 12 %
Clark Gable 1901 1960 1923 1960 82 3 4 %
Gary Cooper 1901 1961 1923 1961 112 16 14 %
Henry Fonda 1905 1982 1935 1981 114 6 5 %
James Stewart 1908 1997 1935 1986 95 3 3 %
Errol Flynn 1909 1959 1930 1959 63 10 15 %
Burt Lancaster 1913 1994 1946 1991 88 9 10 %
Tyrone Power 1913 1958 1932 1957 51 12 23 %
Victor Mature 1915 1999 1939 1984 55 6 11 %
Anthony Quinn 1915 2001 1946 2002 167 18 11 %
Kirk Douglas 1916 1946 92 8 9 %
Gregory Peck 1916 2003 1944 1998 57 9 16 %
Charlton Heston 1924 1941 130 12 9 %
Marlon Brando 1924 2004 1950 2001 44 10 23 %
Paul Newman 1935 2008 1954 2002 63 5 8 %
Rock Hudson 1925 1985 1948 1984 74 7 9%
Jerry Lewis 1926 1949 63 14 22 %

31Le cinéma américain du premier public du Patis aura également été un cinéma d’hommes plus que de femmes. On ne relève en effet, du côté des femmes, qu’une demi-douzaine d’occurrences de Liz Taylor et Ava Gardner, 3 occurrences de Marylin Monroe, 2 de Marlène Dietrich et de Rita Hayworth. C’est peu pour des stars et, pour plusieurs, des sex-symbole. On en relève pas plus (4) d’Ingrid Bergman.

Tableau 39 : Actrices américaines au Patis

Nom Date de naissance Date du décès Année de tournage du 1er film Année de tournage du dernier film Nombre de films tournés Nombre de films programmés % de films
Marlène Dietrich 1901 1992 1923 1984 54 2 4 %
Ingrid Bergman 1917 1982 1934 1978 53 4 7%
Rita Hayworth 1917 1987 1935 1972 65 2 3%
Ava Gardner 1922 1990 1941 1986 68 6 11 %
Marylin Monroe 1926 1962 1947 1962 42 3 7 %
Elisabeth Taylor 1932 1948 2001 68 6 11 %
Nathalie Wood 1938 1981 1946 1980 70 6 8%
  • 8 Shirley Temple, née en 1928, a débuté au cinéma dès l’âge de quatre ans. Elle était dès 1934 une st (...)

32On notera l’audience qu’a eue par contre, au Patis comme ailleurs, la jeune Shirley Temple8, vedette de Suzannah aussi bien que d’Heidi la sauvageonne (1502 entrées) et de Petite Princesse (2177 entrées). Trois films des années trente, programmés tous trois en 1948. Le phénomène est sans doute lié à la prégnance du mélodrame, ou plus largement à la tonalité mélodramatique de ces films. S’ils sont tous trois de genres différents, ils l’ont en effet en commun. On peut aussi poser l’hypothèse que l’aura d’une star tend à transcender la spécificité des genres. Le Patis offrira d’ailleurs encore à ses spectateurs deux des films dans lesquels elle a tourné entre 1945 et 1949 (date où elle a interrompu sa carrière) : L’Apprentie amoureuse (1945) et Mr. Belvédère au collège (1949).

Tableau 40 : Shirley Temple au Patis

Année de production Année de sortie en France Année de programmation Nombre d’entrées
Heidi la sauvageonne 1937 1937 1948 1.502
Petite Princesse 1939 1939 1948 2.177
Suzannah 1939 1939 1948 1.712
L’Apprentie amoureuse 1945 1947 1950 1.043
Mr. Belvédère au collège 1949 1949 1952 1.020

33Autre trait notable : la relative, mais réelle, présence d’acteurs comiques, non pas les vedettes du muet mais certains acteurs des années soixante et soixante-dix, tels Jerry Lewis et Woody Allen. Nous en traiterons lorsque nous analyserons la réception du film comique, mais notons que Jerry Lewis a eu, avant 1963, à partir de 1958 pour être précis, alors qu’il n’était encore qu’acteur, pas encore réalisateur et auteur, une aura auprès du public populaire du Patis. Il faut sans doute lier le fait au goût qu’avait ce public pour la farce. Il aura figuré chaque année, de 1958 à 1963 inclus, sur l’écran du Patis. Il n’aura plus, lorsqu’il y reviendra en 1968 et 1969, la même audience. Il s’en faudra de beaucoup. Une dernière tentative, effectuée en 1979, connaîtra un échec cuisant.

Tableau 41 : Jerry Lewis sur l’écran du Patis

1958 Le Clown est roi (1954) 1.300 entrées
1959 Un pitre au pensionnat (1955) 1.215 entrées
1960 Le Trouillard du Far West (1956) 1.622 entrées
1961 P'tite tête de trouffion (1957), C'est pas une vie, Jerry ! (1954), Le Kid en kimono (1958) 935 entrées, 773 entrées, 928 entrées
1962 Tiens bon la barre matelot ! (1959), Amour, Délices et Golf (1953) 908 entrées, 304 entrées
1963 Le Soldat récalcitrant (1950), Le Tombeur de ces dames (1961) 552 entrées, 528 entrées
1968 Docteur Jerry et Mister Love (1963) 129 entrées
1969 Un chef de rayon explosif (1963), Jerry chez les cinoques (1964) 367 entrées, 195 entrées
1979 Jerry chez les cinoques (1964) 5 entrées

Graphique 15 - Films tournés par Jerry Lewis (1949-2008)

Graphique 15 - Films tournés par Jerry Lewis (1949-2008)

34Il ne s’agit plus du public populaire mais du public de l’Art et Essai, qui accueillera par contre Woody Allen : sept des films dans lesquels il a joué avant 1983 seront programmés ; les deux publics du Patis se sont successivement reconnus dans deux acteurs qui ont été plutôt mieux reçus en France qu’aux États-Unis.

35Tôt présent sur l’écran du Patis, le cinéma américain y a bien accru sa présence dans les années cinquante. Mais, s’il a manifesté un attrait pour le film d’aventure, et même (dans les premières années d’après-guerre tout du moins) le western, le public de cette salle n’a pas affectionné tous les genres. Il n’a jamais prisé la comédie américaine, lui préférant les burlesques, puis les nouveaux burlesques. Le cinéma américain a plus été pour lui support de divertissement qu’aliment de fantasmes : pas d’actrices-culte dans la réception par les publics de Patis du cinéma américain, pas d’acteurs érotisés.

36Le cinéma américain a du reste tendu à disparaître de l’écran du Patis au début des années soixante. Parce qu’il était en crise et, surtout, parce que l’instauration d’une programmation Art et Essai qui faisait la place belle au cinéma d’auteur nuisait à ce cinéma de genre. Le cinéma français connaissait avec la Nouvelle Vague un renouveau et on voyait émerger de nouvelles cinématographies. Le cinéma américain reprendra toutefois à partir du milieu des années soixante-dix de l’importance dans la programmation du Patis, avec de nouveaux auteurs, plus libres vis-à-vis des codes du cinéma classique hollywoodien, qui auront émergé outre Atlantique. Parce que, aussi, cette programmation se sera ouverte à des genres (science-fiction, fantastique) dans lesquels elle ne s’aventurait pas dans les années cinquante.

Notes

1 Fabrice Montebello, op. cit.

2 Ibid, p. 44.

3 1946 est aussi l’année de la signature des accords Blum-Byrnes (28 mai), favorables au cinéma américain, pour la distribution. Ils n’avaient pas défini un nombre maximum de films américains, mais créé un quota de 4 à 5 semaines par trimestre pour la distribution des films français. Il faudra attendre septembre 1948 pour que, grâce à de nouveaux accords, le quota soit relevé et que, comme avant la guerre, soit contingenté le nombre de films importés (et diminué le nombre de films doublés).

4 Ils sont signalés comme sortis à Paris, respectivement, le 5/12/1945 et le 13/10/1944. Mais cette salle les a passés respectivement du 6 au 11 septembre 1944 (802 entrées), et les 13 et 14 septembre 1944 (164 entrées).

5 Joyeux pique-nique (A Perfect Day), 1929 ; La Maison de la peur ou Feu mon oncle (The Laurel and Hardy Murder Case), 1930 ; Les Deux Cambrioleurs ou Une nuit agitée (Night owl), 1929 ; Derrière les barreaux ou Laurel et Hardy au bagne (The Hoosegaw), 1929 ; Les Bricoleurs ou Pêle-mêle (Hog Wils), 1929.

6 Voir Patricia Hubert-Lacombe, « L'accueil des films américains en France pendant la guerre froide (1946-1953) », Revue d'histoire moderne et contemporaine (1954-) No 2 (Apr.-Jun., 1986), Société d'Histoire Moderne et Contemporaine, pp. 301-313.

7 Déjà passé en 1972, classé 5e au BO, programmé cette fois deux semaines consécutives.

8 Shirley Temple, née en 1928, a débuté au cinéma dès l’âge de quatre ans. Elle était dès 1934 une star, numéro un au box-office.

Table des illustrations

Titre Graphique 14 - Films tournés par Gary Cooper (1923-1961)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Graphique 15 - Films tournés par Jerry Lewis (1949-2008)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search