Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Deuxième partie. Quelles cinématographies ?

Chapitre II. La prédominance du cinéma français

Texte intégral

1Les films français ne constituent pas seulement la majorité des films programmés, et les plus vus, au Patis durant ses quatre décennies de fonctionnement. On y trouve également les deux tiers (20 sur 29) des films qui, toutes entrées cumulées, y ont rassemblé le plus de spectateurs. Ces 20 films ont, hormis La Guerre des boutons, tous été produits avant 1960, et excepté Hiroshima mon amour, on ne trouve pas parmi eux de films que la critique qualifiera d’auteur.

2L’offre de films français domine largement de l’ouverture du Patis jusqu’en 1946 : 6 films sur 6 en 1942, 29 sur 40 en 1943, 28 sur 37 en 1944, 49 sur 49 en 1945, 42 sur 51 en 1946, assurément en raison de la suspension de la distribution de films américains et anglais, mais également parce que les films français se voient largement préférés aux films allemands et italiens. L’offre fléchit légèrement dès que les films américains reviennent sur le marché : 37 films français sur 53 en 1947. Le mouvement s’accélère en 1948, l’offre de films américains ayant doublé (22 films contre 11 l’année précédente) on ne dénombre plus que 25 films français sur 53, soit moins de la moitié. En 1949, on n’en compte plus que 21, contre 37 films américains, sur un total de 59. Après cette période de rattrapage, le cinéma français redevient majoritaire en 1950 avec 37 films sur 60, puis l’offre se stabilise jusqu’en 1954 (entre 30 et 36 films chaque année), après quoi sa part décroît : hormis l’année 1957 (34 films), le nombre de films français oscille de 1955 à 1959 entre 24 et 28. Cette décrue, qui se confirme en 1960 (22 films français seulement), ne résulte pas d’un accroissement de l’offre de films américains – il n’en est pas programmé davantage qu’en 1954 – mais de celui du nombre de films allemands et italiens, cinématographies à nouveau proposées régulièrement.

3Cette période sera toutefois de courte durée : le cinéma français redeviendra en effet majoritaire avec 28 titres sur 54 en 1961, 31 sur 57 en 1962, 32 sur 60 en 1963. Un pic est atteint l’année suivante (48 films sur 83), qui sera dépassé en 1967 (56 films, un nombre supérieur à celui de 1945). Le nombre de films français ne tombant jamais entre 1966 et 1971 en dessous de 45, on peut dire que les années soixante ont été au Patis, en termes d’offre, un âge d’or pour le cinéma national. Mais la salle programme depuis 1964 davantage de films : l’offre d’Art et Essai dédoublant la programmation, elle a durant une partie de l’année deux programmes par semaine. En pourcentage, le cinéma français est à peine majoritaire en 1963. Il le devient les quatre années suivantes pour décroitre à partir de 1968-69 (47 films sur 93). Le nombre de films français sera toujours ensuite, entre 1972 et 1979, inférieur à 40, et à trois reprises inférieur à 30. On ne dénombrera plus qu’une seule fois, en 1975, plus de 50 % de films français. Leur part chutera à partir de 1976 (23 films sur 81)… et s’effondrera dans les dernières années d’exploitation : 9 films sur 29 en 1980, 12 sur 74 en 1982, 9 sur 47 en 1983. Cette évolution résulte à la fois d’une augmentation du nombre de films américains, et de celui des autres films qui représenteront le tiers de la programmation à partir du milieu des années soixante-dix.

Graphique 13 - Répartition des films programmés selon leur nationalité (1943-1983)

Graphique 13 - Répartition des films programmés selon leur nationalité (1943-1983)

4Dans cette salle en mutation, un public s’est progressivement substitué à un autre. Le Patis continue à diffuser après 1963, la plupart du temps en fin de semaine, des films français grand public, de genre, dont certains sont à la source de ses meilleurs succès : La Madelon, Sénéchal le magnifique, La Marraine de Charley, Le Triomphe de Michel Strogoff, Le Comte de Monte-Cristo, Sérénade aux nuages, Sur le banc, Ali Baba et les 40 voleurs, La Belle Américaine, Le Trou normand. Et 6 d’entre eux atteignent ou dépassent en 1963 le seuil des 1000 entrées. Mais ils ne sont plus que 2 en 1964 : Le Triomphe de Michel Strogoff (1153 entrées) et La Belle Américaine (1198 entrées). Il n’en sera plus programmé en 1967 que 2 (Le Gendarme de Saint-Tropez et La Vache et le Prisonnier), un seul en 1968 (Un cheval pour deux, 1023 entrées), aucun en 1969, 1971, 1972. On ne relèvera ensuite que La Guerre des boutons en 1975.

5On trouve aussi dans le cadre de l’Art et Essai des films français qui atteignent le seuil des 1.000 entrées. Le palmarès se trouve cependant réduit et très clairsemé : Au hasard Balthazar en 1966 (1.494 entrées), Les Choses de la vie en 1970 (1.002 entrées), Hiroshima mon amour (1.265 entrées à son cinquième passage), La Maman et la Putain en 1973 (1.069 entrées), et More en 1979 (1.112 entrées lors de son second passage).

Un cinéma populaire

6Il est difficile de faire une analyse qualitative des premières années d’exploitation. Bien des titres de films français programmés, surtout les premières années, n’évoquent rien au spectateur contemporain et ne sont plus disponibles sur quelque support que ce soit. Mais, si ces titres ne sont pas passés à la postérité, il n’en va pas de même du nom de certains de leurs réalisateurs. On trouve en effet, dès le début de l’exploitation, des cinéastes dont certains possédaient déjà une réputation : Abel Gance, Marcel Pagnol, Julien Duvivier, Jean Delannoy, Claude Autant-Lara, Marcel L’Herbier, Louis Daquin. Mais Un Grand Amour de Beethoven, Le Schpountz, Adrienne Lecouvreur, Le Diamant noir, Le Mariage de Chiffon… ne sont pas les films qui ont fait de ces cinéastes des auteurs. Ils avaient peut-être déjà un renom mais, témoignage de ce que l’écart entre cinéma d’auteur et cinéma populaire remonte loin, le public du Patis qui consommait ces films n’en avait cure.

7D’autres réalisateurs ne sont pas non plus des inconnus : Raymond Bernard, Marc Allégret, Jacques de Baroncelli, Maurice Tourneur, Henri Decoin, Maurice Cloche, des cinéastes ayant œuvré jusqu’à la fin des années 1950, voire au-delà. Mais, illustration de l’écart entre le nombre de réalisateurs convoqués sur l’écran et le nombre de films passés à la postérité, Sans famille, Le Patriote, L’Homme du Niger, Marthe Bernard au service de la France sont peu connus. Et qui savait que Marc Allégret était le réalisateur de Fanny ? On dénombre davantage de réalisateurs, et de films, qui n’ont pas été retenus par les historiens, tels Pierre Colombier, René Jayet, Robert Péguy, Jean Boyer, Maurice Cammage, Albert Valentin, Richard Pottier, André Berthomieu … pour s’en tenir à ceux dont les films seront programmés plusieurs fois. L’offre de films français au Patis aura, été, et sera demeurée, hors de l’Art et Essai, une offre de films populaires, de divertissement, aux consommations et notoriétés éphémères.

8La programmation des années cinquante et du début des années soixante possède le même profil que celle des années quarante. On n’y trouve guère les films les plus représentatifs de ce que des critiques appelleront ensuite le cinéma de la qualité française, incarné par Carné, Duvivier, Grémillon, Autant-Lara. Cela peut se comprendre pour Duvivier dont la carrière s’étiole (ce n’est évidemment pas sur son nom qu’est programmé Le Petit Monde de Don Camillo, ou reprogrammé La Bandera), mais moins pour d’autres. Le Patis aura programmé en 1961 Porte des Lilas (René Clair, 1956, 6e au box-office), mais ni Les Belles de nuit (1952) ni Les Grandes Manœuvres (1955). Cette salle, qui n’a programmé de 1950 à 1963 aucun film de ce réalisateur, n’aura pas proposé à son public les adaptations de Stendhal réalisées par Claude Autant-Lara, qui avaient pourtant pour elles la présence de Gérard Philippe (nous reviendrons sur ce point lorsque nous étudierons la programmation sous l’angle des acteurs). Elle n’aura pas programmé non plus Marguerite de la nuit.

  • 1 C’était, après celle réalisée en 1934 par Julien Duvivier, la deuxième adaptation du roman de Louis (...)
  • 2 La deuxième adaptation (avec Fernandel). Marc Allégret avait déjà réalisé la première (1931, avec R (...)

9Il faudra attendre 1967 pour voir programmé La Traversée de Paris (1957), alors que ce film était parvenu l’année de sa sortie au 4e rang du box-office national. Et il ne fait que 919 entrées ; son score tombera même, lorsqu’il sera reprogrammé en 1969, à 231 entrées. On est fondé à se demander pourquoi ce film, qui a dans un des deux premiers rôles Bourvil, n’a pas été offert plutôt au public du Patis. Vu l’écart (plus de dix ans), le statut de salle de reprise du Patis n’explique pas tout. Il faudra également attendre 1970 pour voir programmé La Jument verte (1959), classé 3e au box-office alors qu’y figure aussi Bourvil. Outre les contraintes propres au Patis (concurrence des autres salles, relations avec les distributeurs), l’autocensure a probablement joué dans ce cas un rôle. Il a fallu le passage à l’Art et Essai, et l’arrivée concomitante d’un public moins populaire, pour que ces films soient programmés. Si Marc Allégret, par exemple, n’a pas été absent de l’offre, les films proposés traitaient des sujets qui séduisaient le public populaire du Patis, dans une forme qui l’interpellait. Tiré d’un best-seller du roman1, Maria Chapdelaine faisait, à la différence de La Traversée de Paris et de La Jument verte, tous deux adaptés d’un Marcel Aymé inconnu de lui, écho dans son esprit. On peut en dire autant de Mam’zelle Nitouche, adaptation d’une opérette (ou « comédie-vaudeville ») créée en 18832.

10On peut parler d’un grand écart entre la réception du cinéma de la qualité française par le public du Patis et sa réception dans l’ensemble de l’hexagone. Exemple emblématique : La Marie du port, de Marcel Carné, est avec 320 entrées un échec, alors qu’il avait été classé 16e au box-office. Ont peut-être joué ici les normes morales qui limitaient ou encadraient les choix : Les Régates de San Francisco ont fait l’objet au Mans d’une interdiction, ainsi que Les Liaisons dangereuses. Ce contexte explique peut-être que Le Blé en herbe (autre film d’Autant-Lara) n’ait pas été programmé.

  • 3 Ou lorsqu’il adapte Le comte de Monte-Cristo.

11Les films à thèse, ou d’intervention sociale, ont par contre été les bienvenus. Les exemples sont nombreux : Justice est faite (André Cayatte, 1950), Chiens perdus sans collier (Jean Delannoy, 1955, 11e au BO), Les Hommes en blanc (Ralph Habib, 1955, 13e), Si tous les gars du monde (Christian-Jaque, 1955, 14e), Demain il sera trop tard (Léonide Moguy, 1950, 6e), L’Homme aux clefs d’or (Léo Joannon, 1956), Les Aristocrates (Denys de la Patellière, 1955), Le Cas du docteur Laurent (Jean-Paul Le Chanois, 1956). Autant-Lara, boudé comme on l’a vu, est convoqué lorsqu’il signe Le Journal d’une femme en blanc (13e au box-office) et Une femme en blanc se révolte 3. Il semble bien qu’il y ait eu là, pour revenir sur l’une de nos hypothèses, quelque chose qui faisait consensus. Le roman de Gilbert Cesbron, Chiens perdus sans collier, se trouvait d’ailleurs dans la bibliothèque du directeur du Patis.

Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (1re de couverture)

Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (1re de couverture)

Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (4e de couverture)

Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (4e de couverture)
  • 4 Daniel Serceau, op. cit.

12Mais le cinéaste le plus présent demeure André Berthomieu, Daniel Serceau l’avait souligné4. Cas unique, les trois quarts, soit 27 sur 38, des films qu’il a tournés depuis 1942 jusqu’à sa mort en 1959 ont été projetés sur l’écran du Patis.

Tableau 18 : Filmographie d’André Berthomieu*

Films diffusés au Patis Films non diffusés au Patis
Préméditation (1960)
Sacrée jeunesse (1958)
En légitime défense (1958)
Cinq millions comptant (1957)
À la Jamaïque (1957)
La Joyeuse Prison (1956)
Les Duraton (1956)
Quatre Jours à Paris (1955)
Le Mort en fuite (1954) ou « Les deux font la paire »
Scènes de ménage (1954)
L'œil en coulisse (1954)
Le Portrait de son père (1953)
Le Dernier Robin des Bois (1953)
Belle mentalité (1953)
Allô... je t'aime (1952)
Chacun son tour (1951, 7e au BO)Le Roi des camelots (1951, 5e au BO) Jamais deux sans trois (1951)
Mademoiselle Josette ma femme (1951)
Pigalle-Saint-Germain-des-Prés (1950) (12e au BO)Le Roi Pandore ou La Tactique du gendarme (1950, 9e au BO) La Petite Chocolatière (1950)
Le Cœur sur la main (1949) (9e au BO)Le Bal des pompiers (1949) La Femme nue (1949)
Blanc comme neige (1948) (3e au BO) L'ombre (1948)
Carré de valets (1947) Amours, Délices et Orgues (1947)
Pas si bête (1946) (4e au BO)Gringalet (1946)
Peloton d'exécution (1945)
L'Ange de la nuit (1944)
Le Secret de Madame Clapain (1943)
La Neige sur les pas (1942) La Croisée des chemins (1942) Promesse à l'inconnue (1942)

(Source : IMDB)
*Elle ne comprend pas les téléfilms. Il en ira de même de toutes celles présentées dans ce livre.

13Viennent après lui André Hunebelle (17 titres), Gilles Grangier (14 titres), Christian-Jaque (12 titres), Jean Boyer (9 titres). Hommes à tout faire, ces réalisateurs passent allègrement d’un genre à l’autre : du drame à la comédie dans le cas d’André Berthomieu, du drame à la comédie, au film de cape et d’épée et même au film d’espionnage dans le cas d’André Hunebelle. Connus ou inconnus, leurs noms n’importaient guère pour le public populaire de cette salle. Ils figuraient sur les affiches – la situation avait à cet égard, au fil des décennies, changé – mais les spectateurs ne s’en souciaient guère. Ils étaient plus attentifs aux sujets : L’Enfant de troupe, L’Enfant dans la tourmente, Le Mioche, Sans famille racontaient des vies, le plus souvent difficiles, d’enfants ; Marseille mes amours, Un de la Canebière, Marius, Fanny, César mettaient en scène Marseille ; La Piste du sud évoquait l’exotisme de l’Afrique du nord.

Tableau 19 : Filmographie d’André Hunebelle

Films diffusés Films non diffusés
Ça fait tilt (1978)
Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal ! (1974)
Les Quatre Charlots mousquetaires (1974)
Sous le signe de Monte-Cristo (1968), Pas de roses pour O.S.S. 117 (1968)
Fantômas contre Scotland Yard (1967)
Fantômas se déchaîne (1965)Furia à Bahia pour OSS 117 (1965)
Fantômas (1964)Banco à Bangkok pour OSS 117 (1964)
OSS 117 se déchaîne (1963) (14e au BO)
Les Mystères de Paris (1962) (7e au BO)
Le Miracle des loups (1961) (8e au BO)
Le Capitan (1960) (4e au BO)
Le Bossu (1959) (2e au BO)Arrêtez le massacre (1959)
Taxi, Roulotte et Corrida (1958)Les Femmes sont marrantes... (1958)
Casino de Paris (1957) Les Collégiennes (1957)
Mannequins de Paris (1956)Mémoires d'un flic (1956)
Treize à table (1955)L'Impossible Monsieur Pipelet (1955)
Cadet Rousselle (1954) (11e au BO)
Les Trois Mousquetaires (1953)
Monsieur Taxi (1952)Massacre en dentelles (1952) Mon mari est merveilleux (1952)
Ma femme est formidable (1951) (13e au BO)
Méfiez-vous des blondes (1950)
Millionnaires d'un jour (1949) Mission à Tanger (1949)
Métier de fous (1948)

(Source : IMDB)

Un cinéma de genre

14Les genres demeuraient pour le public populaire du Patis un cadre prévalent de la réception des films : Pierre Colombier ne lui importait pas, et le sport n’était pas forcément sa passion, mais Les Rois du sport était une comédie. Il ne cherchait pas à savoir qui était Jean Stelli, mais Le Voile bleu (2.289 entrées en 1945, 1.840 entrées en 1949) contait un déchirant mélodrame… On peut parler d’une prédilection pour ce genre, Nous examinerons de près cette question lorsque nous analyserons globalement, en tenant compte des autres pays, l’offre qui en a été faite. Notons déjà que le succès pérenne des mélodrames laisse entrevoir que le genre compte plus que la tenue de l’œuvre littéraire dont il est souvent issu : Le Comte de Monte-Cristo a enregistré une meilleure audience que Les Misérables. On voit, surtout, confirmée là une prédilection pour les comédies populaires, dont certaines ont donné lieu à des séries : celle des Piédalu notamment (cf. infra, troisième partie). On notera que le public du Patis se trouve en phase ici avec les succès nationaux. Quelques exemples :

  • Nous irons à Paris (1944, Jean Boyer), 1.920 entrées en 1952 et 1.100 en 1956, 3e au box-office ;
  • Pas si bête (1946, André Berthomieu), 3.046 entrées en 1950 ; 1.722 en 1954, 4;
  • Le Roi Pandore (1949, André Berthomieu), 2.174 entrées en 1951 ; 1.016 en 1954, 9
  • Le Roi des camelots (1950, André Berthomieu), 2.456 entrées en 1952 ; 1.800 en 1955, 5;
  • Le Trou normand (1952, Jean Boyer), 1.768 entrées en 1953 ; 1.124 en 1956, 10;
  • Le Passe-muraille (1950, Jean Boyer), 1.283 entrées en 1953, 14e.

15Marque par excellence de la forte prégnance des films de genre dans la programmation du Patis, comme dans l’offre nationale, 27 comédies ont été proposées jusqu’à la fin de 1945, 6 à 15 chaque année de la décennie suivante. Les années 1960 ont vu leur nombre augmenter : 12 en 1961, 14 en 1962, 20 en 1964. Il en sera offert une douzaine annuellement jusqu’à la fin de la décennie suivante.

Tableau 20 : Filmographie de Bourvil

Films diffusés Films non diffusés
Le Cercle rouge (1970) Le Mur de l'Atlantique (1970, 2e au BO, 14e au BO) L'étalon (1970) Clodo (1970) ou Clodo et les vicieuses (version classée X)
Le Cerveau (1969, 2e au BO) L'arbre de Noël (1969) Gonflés à bloc (1969) ou Le rallye de Monte Carlo
La Grande Lessive (!) (1968, 16e au BO) Les Cracks (1968, 9e au BO)
Les Arnaud (1967, 14e au BO)
La Grande Vadrouille (1966, 1er au BO) Les Grandes Gueules (1966), 6e au BO Trois enfants... dans le désordre (1966)
Le Corniaud (1965, 1er au BO) Guerre secrète (1965) Le Majordome (1965)
La Grande Frousse (1964) ou La cité de l'indicible peur
La Cuisine au beurre (1963, 2e au BO) Un drôle de paroissien (1963, 13e au BO) Le Magot de Josefa (1963) Les Bonnes Causes (1963)
Un Clair de Lune à Maubeuge (1962) Tartarin de Tarascon (1962) Le Jour le plus long (1962) Les Culottes rouges (1962)
Le Tracassin ou les Plaisirs de la ville (1961) Tout l'or du monde (1961) Dans la gueule du loup (1961)
Fortunat (1960, 12e au BO) Le Capitan (1960, 4e au BO)
Le Bossu (1959, 2e au BO) La Jument verte (1959, 3e au BO) Le Chemin des écoliers (1959)
Sérénade au Texas (1958) Le Miroir à deux faces (1958) Un drôle de dimanche (1958) Les Misérables (1958)
Le Chanteur de Mexico (1956, 5e au BO) La Traversée de Paris (1956, 4e au BO)
Les Hussards (1955)
Cadet Rousselle (1954, 11e au BO) Poisson d'avril (1954) Le Fil à la patte (1954) Si Versailles m'était conté (1954)
Les Trois Mousquetaires (1953, 6e au BO)
Le Trou normand (1952, 10e au BO) Grrr.... (1952)
Le Passe-muraille (1951, 14e au BO) Seul dans Paris (1951) Mr. Peek-A-Boo (1951)
Le Roi Pandore ou « La Tactique du gendarme » (1950, 9e au BO). Le Rosier de Madame Husson (1950) Miquette et sa mère (1950)
Le Cœur sur la main (1949, 9e au BO)
Blanc comme neige (1948, 9e au BO) Par la fenêtre (1948, 16e au BO)
Le Studio en folie (1947)
Pas si bête (1946, 4e au BO).
La Ferme du pendu (1945)
Croisières sidérales (1942)

(Source : IMDB)

Un cinéma d’acteurs

16Pas de cinéma de genre, et surtout pas de comédie, sans acteurs. Le public du Patis était certainement attentif et réceptif à ce que l’on appelle aujourd’hui le casting.

17Plusieurs d’entre eux ont été, quantitativement, très présents. Sur les 62 films dans lesquels Bourvil a joué entre 1942 et 1970, 37 ont été programmés au Patis. Après Fernandel, il est devenu l’acteur le plus présent sur l’écran du Patis, dont le public se trouve ici en phase avec l’ensemble de l’hexagone. On observe une remarquable continuité : la proportion de films programmés par rapport aux films tournés dans les différentes décennies est toujours aussi importante. Et une part importante de ces films programmés au Patis se voyait bien classée au box-office national.

18Si le nombre de films programmés dans lesquels a joué Fernandel s’avère encore plus important (43), le ratio par rapport à sa filmographie est moindre, cette dernière, avec 150 titres, étant bien plus importante. On remarquera que le Fernandel du début des années cinquante et des années soixante n’a guère été présent sur l’écran du Patis alors qu’il tourne davantage que Bourvil durant cette période. Mais il convient de tenir compte également de ce que, avec quatre opus de Don Camillo, il s’est produit un effet-série.

Tableau 21 : Filmographie de Fernandel

Films diffusés Films non diffusés
Heureux qui comme Ulysse (1970)
L'Homme à la Buick (1968) Una Tranquilla Villeggiatura (1968)
La Bourse et la Vie (1966) Le Voyage du père (1966)
Don Camillo en Russie (1965)
L'Age ingrat (1964) /Relaxe-toi chérie (1964)
La Cuisine au beurre (1963, 2e au BO) Le Bon Roi Dagobert (1963)/Blague dans le coin (1963) Le Voyage à Biarritz (1963)
En avant la musique (1962) /Le Diable et les Dix Commandements (62) /L'assassin est dans l'annuaire (62)
Don Camillo... Monseigneur ! (1961, 4e au BO) Dynamite Jack (1961)/ Le Jugement dernier (1961) Cocagne (1961)
Le Caïd (1960) Crésus (1960)
La Vache et le Prisonnier (1959, 1er au BO) Le Confident de ces dames (1959) Le Grand Chef (1959)
Les Vignes du seigneur (1958) /La Vie à deux (1958) La loi c'est la loi (1958) /À Paris tous les deux (1958)
Sénéchal le magnifique (1957) L'Homme à l'imperméable (1957) Le Chômeur de Clochemerle (1957)
Sous le ciel de Provence (1956)Honoré de Marseille (1956, 8e au BO)Don Juan (1956) Le Tour du monde en 80 jours (1956) /Le Couturier de ces dames (1956) / L'Art d'être papa (1956) /Le Téléphone (1956)
La Grande Bagarre de Don Camillo (1955)Le Printemps, l'Automne et l'Amour (1955)
Ali Baba et les 40 voleurs (1954, 11e au BO) Mam'zelle Nitouche (1954) Le Mouton à cinq pattes (1954)
L'Ennemi public n° 1 (1953, 15e au BO) Le Retour de Don Camillo (1953, 2e au BO)Le Boulanger de Valorgue (1953, 13e au BO) Carnaval (1953)
Le Petit Monde de Don Camillo (1952, 1er au BO) Le Fruit défendu (1952) /Coiffeur pour dames (1952)
Topaze (1951, 5e au BO) L'Auberge rouge (1951)/La Table-aux-Crevés (1951)Adhémar ou le Jouet de la fatalité (1951) /Boniface somnambule (1951) /Tu m'as sauvé la vie (1951)
L'Héroïque Monsieur Boniface (1949, 11e au BO) On demande un assassin (1949)
L'Armoire volante (1948) Si ça peut vous faire plaisir (1948) Émile l'Africain (1948)
Cœur de coq (1946) /Pétrus (1946) L’Aventure de Cabassou (1946) /Les Gueux au paradis (1946)
Naïs (1945)/Le Mystère Saint-Val (1945)
Un chapeau de paille d'Italie (1944)
Adrien (1943) La Cavalcade des heures (1943) /Ne le criez pas sur les toits (1943) /Une vie de chien (1943) /La Bonne Etoile (1943)
Les Petits Riens (1942)/Simplet (1942)
Le Club des soupirants (1941) L'Acrobate (1941)
La Nuit merveilleuse (1940) La Fille du puisatier (1940) Monsieur Hector (1940) ou « Le nègre blanc » L'Héritier des Mondésir (1940)
Berlingot et Compagnie (1939) Les Cinq Sous de Lavarède (1939) Fric-Frac (1939) /Raphaël le tatoué (1939)
Barnabé (1938) Le Schpountz (1938) Hercule (1938) ou « L'Incorruptible » Ernest le rebelle (1938) /Tricoche et Cacolet (1938)
Les Rois du sport (1937) Un carnet de bal (1937) François 1er (1937) ou « Les Amours de la belle Ferronnière » Ignace (1937) /Les Dégourdis de la 11ème (1937) Josette (1937) /Regain (1937)
Un de la légion (1936)
Ferdinand le noceur (1935) /Les Gaîtés de la finance (1935)
La Porteuse de pain (1934) Le Cavalier Lafleur (1934) /Angèle (1934)Une nuit de folies (1934) /La Garnison amoureuse (1934)Le Chéri de sa concierge (1934)/Les Bleus de la marine (34) /L'Hôtel du libre-échange (1934) Le Train de huit heures quarante-sept (1934)
Adémaï aviateur (1933) L'Ordonnance (1933)/ Ça colle (1933)/Le Gros Lot (1933)D'amour et d'eau fraîche (1933) / Lidoire (1933)
Les Gaîtés de l'escadron (1932) Un homme sans nom (1932) /Pas de femmes (1932)/ Cœur de lilas (1932)/ Le Rosier de Madame Husson (1932) / La Claque (1932)/ Ordonnance malgré lui (1932) / Comme une carpe (1932) /Le Jugement de minuit (1932) /Vive la classe (1932) /Un beau jour de noces (1932) /Maruche (1932) / Par habitude (1932) /La Terreur de la pampa (1932) /Une brune piquante (1932) /Quand tu nous tiens, amour (1932)
On purge bébé (1931) / Le Blanc et le Noir (1931) /Pas un mot à ma femme (1931) /J'ai quelque chose à vous dire (1931) /La Fine Combine (1931)/Paris-Beguin (1931) /Attaque nocturne (1931) /Bric à Brac et compagnie (1931)
La Meilleure Bobonne (1930)

(Source : IMDB)

19Mais, et cela s’applique à tous les acteurs, il convient de relativiser. Car relever tous les films programmés dans lesquels un acteur a joué revient à pointer un certain nombre de films dans lesquels il n’exerçait pas de rôle de premier plan, surtout au début de sa carrière, des films qui n’ont donc pas joué dans la motivation des spectateurs ni dans la réception. Louis de Funès en est un exemple prégnant : la plupart des 42 films programmés au Patis dans lesquels il est crédité ont été tournés avant qu’il ait acquis une renommée, même si, sauf exceptions rares, il ne s’agissait pas de films dramatiques. Il en va de même pour Darry Cowl, avec 30 occurrences dans des films comiques. On observe une corrélation entre le type de film et le style dominant de tel acteur, même s’il ne fait là que ses premières gammes. On possède là une indication, un élément qui nous aide à cerner les goûts du public, surtout pour la comédie, même si la présence d’un acteur célèbre n’est jamais une garantie de succès. À preuve La Folie des grandeurs, comédie issue d’une adaptation décalée de Ruy Blas avec Louis de Funès et Yves Montand, classé 4e au box-office, programmé deux fois, qui n’a réuni que 188 et 236 spectateurs. La concurrence des autres salles de la ville, qui l’avaient déjà diffusé, explique également ce faible attrait d’un public moins fidèle à la salle.

20Le relevé des occurrences fonctionne donc dans plusieurs sens. L’examen des occurrences d’un acteur permet aussi de mesurer des écarts entre le goût du public du Patis et le goût national. Avec 11 films programmés sur les 25 dans lesquels il a tourné, Georges Guétary a bénéficié au Patis d’une audience qui peut être un reflet amplifié de son aura nationale, qu’il doit plus, du reste, à la scène lyrique qu’au cinéma. Mais, cette scène lyrique, le public du Patis ne la fréquentait guère : le cinéma était le lieu d’une compensation ; c’était, pourrait-on dire, la scène lyrique du pauvre. Il en va de même pour Luis Mariano : 11 occurrences pour 24 films dans lesquels il a tourné, mais il est logique que le public de cette salle ait fait un bon accueil à La Belle de Cadix, classé 8e au box-office.

Tableau 22 : Luis Mariano et Georges Guétary au Patis

Année de passage Luis Mariano Georges Guétary
s1943 Ramuntcho (1937)
1945 La Femme perdue (1942)L’Inévitable Mr Dubois (1942)
1950 Cargaison clandestine (1947) Jo la romance (1948)La Femme perdue (1942)
1951 Fandango (1948) Amour et Compagnie (1949)
1953 Ramuntcho (1937) Une fille sur la route (1951)
1954 Napoléon (1954, 4e au BO) Plume au vent (1952)
1956 Andalousie (1950, 2e au BO)
1958 Violettes impériales (1952) Le Baron tzigane (1954)
1959 Le Chanteur de Mexico (1956, 5e au BO)Quatre Jours à Paris (1955)La Belle de Cadix (1953, 8e au BO) Une nuit aux Baléares (1956)
1960 À la Jamaïque (1956) Amour, Tango et Mandoline (1955)
1961 Sérénade au TexasViolettes impériales (1952, 2e au BO)
1962 Quatre Jours à Paris (1955)
1963 Le Chanteur de Mexico (1956)À la Jamaïque (1956)
1966 Le Chanteur de Mexico (1956)

21Il est intéressant de mettre ces occurrences d’acteurs populaires, mais qui ne sont que des transfuges de la scène lyrique, en regard de celles de grands acteurs du cinéma. Il existe par exemple 21 occurrences d’Alain Delon dans la programmation du Patis : moitié plus que pour Georges Guétary et Luis Mariano. Ce n’est pas à la hauteur de la place qu’Alain Delon a occupée dans le star-system français, eu égard à une filmographie qui, quoique ne commençant qu’en 1957, et même si l’on s’arrête à 1980, comprend pas moins de 70 titres. À moins que la référence à ce star-system ne soit pas pertinente pour analyser la demande du public du Patis : Alain Delon n’a au total, si on considère le ratio par rapport à sa carrière, pas été plus exposé que Luis Mariano. Il faut évidemment tenir compte de ce que, dans une carrière aussi fournie, tous les films n’ont pas eu la même audience - et les titres ne sont pas équivalents. Mais, même en ramenant le nombre de films de 91 à 80, la proportion n’est guère plus d’un sur quatre.

Tableau 23 : Filmographie d’Alain Delon

Films diffusés Films non diffusés
Le Battant (1983)
Le Choc (1982)
Pour la peau d'un flic (1981) /Teheran 43 - Nid d'espions (1981)
Trois Hommes à abattre (1980)
Le Toubib (1979) /Airport '80 Concorde (1979)
Attention, les enfants regardent (1978)
Mort d'un pourri (1977) /L'Homme pressé (1977) Armaguedon (1977) /Le Gang (1977)
Comme un boomerang (1976) /Mr. Klein (1976)
Flic Story (1975) Le Gitan (1975) /Zorro (1975)
Borsalino and Co. (1974) /Les Seins de glace (1974) La Race des 'seigneurs' (1974)
Deux Hommes dans la ville (1973,10e au BO)Les Granges brûlées (1973) Traitement de choc (1973) Big Guns (1973) /Scorpio (1973)
Un flic (1972) Le Professeur (1972) L'Assassinat de Trotsky (1972)
Soleil rouge (1971, 7e au BO) La Veuve Couderc (1971) /Doucement les basses (1971) Fantasia chez les ploucs (1971) /Il était une fois un flic (1971)
Le Cercle rouge (1970) Madly (1970) /Borsalino (1970)
La Piscine (1969, 9e au BO) Le Clan des Siciliens (1969) /Jeff (1969)
Ho! (1968)La Motocyclette (1968) Adieu l'ami (1968)/Histoires extraordinaires (1968)
Les Aventuriers (1967, 7e au BO) Diaboliquement vôtre (1967) /Le Samouraï (1967)
Les Centurions (1966) Paris brûle-t-il? (1966) /Texas, nous voilà (1966)
Les Tueurs de San Francisco (1965)
La Tulipe noire (1964, 10e au BO) La Rolls-royce jaune (1964) /L'Insoumis (1964) Les Félins (1964) /L'Amour à la mer (1964)
Mélodie en sous-sol (1963) Carambolages (1963)/ Le Guépard (1963)
L'Eclipse (1962) Le Diable et les Dix Commandements (1962)
Quelle joie de vivre (1961)
Rocco et ses frères (1960)
Plein soleil (1960)
Amours célèbres (1961)
Le Chemin des écoliers (1959) Faibles Femmes (1959)
Sois belle et tais-toi (1958) Christine (1958)
Quand la femme s'en mêle (1957)

(Source : IMDB)

  • 5 Claude Gauteur, Ginette Vincendeau, Jean Gabin, anatomie d’un mythe, Paris, Nathan, 1993.
  • 6 Mais ce titre ne paraît pas significatif dans la carrière de Gabin.

22L’hypothèse se confirme si l’on examine la place donnée à Jean Gabin : 17 occurrences seulement pour 96 films. Un faible ratio, d’autant plus que sa carrière avait commencé beaucoup plus tôt et que Jean Gabin était déjà une star lorsque Le Patis a ouvert ses portes. Le seul exemple du Patis ne suffit évidemment pas à mettre en cause la thèse qui veut que Gabin ait constitué un mythe5, édifié, qui plus est, sur l’image qu’il aurait construite du peuple. Mais cela amène à s’interroger. Le jour se lève n’a été programmé que tardivement, dans le cadre de l’Art et Essai, et c’est le seul film de Gabin emblématique du réalisme poétique à avoir été programmé. Le Gabin des spectateurs du Patis, s’il y en a eu un, est plutôt celui des années cinquante : 8 films programmés, assez vite hormis Napoléon 6, dont 6 sont arrivés dans les quinze premiers au box-office national. Mais les écarts sont, sauf pour Chiens perdus sans collier, patents. Les autres succès arrivent tardivement.

Tableau 24 : Films avec Jean Gabin programmés entre 1950 et 1960

Titres Box-office France Année de passage Entrées
La Marie du port (1950) 16e 1953 320
La nuit est mon royaume (1951) 15e 1953 658
Napoléon (1955) 4e 1967 216
Chiens perdus sans collier (1955) 11e 1956 + 1961 1.593 +1.086
La Traversée de Paris (1956) 4e 1957 + 1969 919 + 231
Le Cas du docteur Laurent (1957) 1961 + 1966 921 + 282
Archimède, le clochard (1959) 6e 1960 1.430
Rue des prairies (1959) 1960 1.365

23Il convient de noter que Pierre Fresnay bénéficie durant la même période dans la programmation du Patis de presque autant d’occurrences que Gabin : 8 titres programmés, dont 5 étaient arrivés dans les quinze premiers au box-office national. Avec plus de succès, puisque 5 titres dépassent les 1.000 entrées.

Tableau 25 : Films avec Pierre Fresnay programmés entre 1950 et 1960

Titres Box-office France Année de passage Entrées
Monsieur Vincent (1947) 3e 1950 1.607
Barry (1949) 6e 1950 + 1954 1.983 +842
Justice est faite (1950) 6e 1952 978
Il est minuit, docteur Schweitzer (1952) 15e 1958 1.232
Les Évadés (1955) 12e 1957 1.115
Les Aristocrates (1955) 1957 1.057
L'Homme aux clefs d'or(1956) 1958 739

24Monsieur Vincent, Barry, Il est minuit, docteur Schweitzer : autant de figures d’un homme en lutte, courageux, dévoué. On les retrouve, en partie, dans Chiens perdus sans collier, Le Cas du docteur Laurent. Mais Jean Gabin est plus volontariste et Pierre Fresnay, comme en son temps Harry Baur, plus souffrant. Raimu se situait à mi-chemin. Des nuances, donc, mais un dénominateur commun : l’image de l’homme qui motivait le public du Patis était morale plus que sociale.

25Le cinéma français du public du Patis – comme de l’ensemble de la France – se révèle davantage un cinéma d’hommes que de femmes. Aucune actrice n’est en effet aussi représentée que le sont Gabin, Delon… Sauf Romy Schneider (22 occurrences, plus que Gabin !) et Brigitte Bardot (12 occurrences).

Tableau 26 : Principaux acteurs français programmés

Nom Date de naissance Date du décès Tournage du 1er film Tournage dernier film Nombre de films tournés Films programmés % de films programmés
Harry Baur 1880 1943 1912 1942 78 7 11%
Bach 1882 1953 1930 1949 24 8 33 %
Raimu 1883 1946 1931 1946 54 13 24 %
Jules Berry 1883 1951 1911 1950 95 19 20 %
Louis Jouvet 1887 1951 1933 1950 33 13 39 %
Michel Simon 1895 1975 1925 1975 110 17 15 %
Gabriello 1896 1975 1931 1965 74 24 32 %
Noël–Noël 1897 1989 1931 1966 46 10 22 %
Pierre Fresnay 1897 1975 1915 1960 83 17 20 %
Jean Gabin 1904 1976 1928 1976 98 17 17 %
Raymond Rouleau 1904 1981 1930 1965 49 15 30 %
Pierre Brasseur 1905 1972 1925 1972 145 16 11 %
Julien Carette 1907 1966 1931 1964 131 21 16 %
Tino Rossi 1907 1983 1934 1970 28 13 50 %
Yves Deniaud 1907 1959 1937 1958 91 25 27 %
Jean Marais 1913 1998 1933 1985 81 23 28 %
Louis de Funès 1914 1983 1945 1982 152 36 23 %
Bernard Blier 1916 1989 1937 1989 180 30 16 %
François Périer 1919 2002 1938 1996 112 21 19 %
Yves Montand 1921 1991 1945 1991 60 13 22 %
Jean Carmet 1921 1994 1944 1994 178 33 18 %
Gérard Philippe 1922 1959 1944 1959 35 8 23 %
Darry Cowl 1926 2006 1955 2006 119 29 24 %
Alain Delon 1935 1955 91 22 24%
Jean-Paul Belmondo 1930 1956 80 27 34 %

26La carrière de Brigitte Bardot ne commençant qu’en 1952 et se terminant en 1973, sa place est relativement prégnante. Le nombre d’occurrences d’actrices ayant débuté plus tôt (Arletty, Viviane Romance, Danielle Darrieux), qui atteint la dizaine, ne dépasse guère le sien, mais Arletty et Viviane Romance seront très effacées, pour ne pas dire absentes, après la guerre. Danielle Darrieux ne se voit, alors que sa carrière a été continue, créditée que 11 fois. Trait encore plus significatif, Martine Carol, sex-symbole de l’époque, n’est créditée que 6 fois.

27Mais ce n’est pas à Brigitte Bardot qu’est dû le succès durable du Trou normand et, si Babette s’en va-t-en guerre (1959) a été programmé en 1961, Et Dieu créa la femme (1956, 13e au BO) n’a été programmé, lui, qu’en 1965 et 1971, dans le cadre de l’Art et Essai. Il n’est pas certain que la Brigitte Bardot du Patis soit le sex-symbole des films tournés entre 1956 et 1959. Il s’agit plutôt, pour le second public de l’histoire de la salle, de celle du Mépris, mais certains titres comme La Vérité, Vie privée ne lui ont pas été offerts.

28La figure incarnée par Romy Schneider aura toutefois dominé quanti­ta­tivement. Il faut certes tenir compte de ses deux carrières : l’une jusqu’à la fin des années cinquante, dans les rôles de Sissi et consorts, l’autre – interrompue par sa mort brutale – à partir de la fin des années soixante dans des films d’auteurs français. Deux carrières très différentes, deux types de femmes très différents, mais ni dans l’un ni dans l’autre cas un sex-symbole. Ce n’est peut-être pas par hasard donc, que les deux publics successifs de l’histoire du Paris y ont trouvé chacun leur compte. Les images socio-psychologiques de la femme ont été au total plus importantes que son attrait physique. À considérer la place qu’a occupée, surtout jusqu'au début des années 1950, Gaby Morlay, héroïne de mélodrames comme Le Voile bleu, Mammy, de drames comme Anna, on voit aussi se dessiner une image de la mère. Ses rôles dans Papa, Maman, la Bonne et Moi, Lorsque l’enfant paraît l’ont prolongée en l’édulcorant quelque peu.

Tableau 27 : Principales actrices françaises programmées

Nom Date de naissance Date du décès Tournage du 1er film Tournage du dernier film Nombre de films tournés Films programmés % de films programmés
Françoise Rosay 1891 1974 1913 1972 112 14 12 %
Gaby Morlay 1897 1964 1914 1964 109 19 17 %
Arletty 1898 1960 1930 1960 62 10 16 %
Edwige Feuillère 1907 1977 1930 1967 59 3 5 %
Viviane Romance 1912 1991 1931 1974 65 10 15 %
Danielle Darrieux 1917 1961 1923 1961 114 11 9 %
Michèle Morgan 1920 2003 1932 1985 68 8 12 %
Micheline Presle 1922 1937 137 9 6 %
Martine Carol 1922 1967 1949 1967 47 6 13 %
Brigitte Bardot 1934 1955 1973 42 12 28 %
Romy Schneider 1938 1982 1953 1982 62 22 35 %
  • 7 Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars, Pierre Sorlin, avec la collaboration de G. Nesterenko, Génériqu (...)
  • 8 Ibid, p. 195.
  • 9 Ibid, p. 191.

29L’examen conjugué des images masculines et féminines dominantes conduit à conclure à une représentation peu érotisée. Qui n’est pas l’effet d’une censure, d’une offre restrictive eu égard à la production. Il n’est que de se rappeler l’étude de la production des années trente faite par un groupe de chercheurs7 : « Le cinéma des années trente, s’il raconte des histoires d’amour, ne met réellement en scène que des acteurs masculins »8. Ce sont des hommes mûrs plus que des séducteurs. Les auteurs concluent même à « la faiblesse d’une image masculine peu ancrée sociologiquement… fonctionnant sur le mirage et la tromperie »9. Plus légère que fatale, la femme, dont la figure est plus disséminée, tend à dépendre de la figure masculine. L’offre de films français au Patis, et leur réception, qui, concernant les années d’après-guerre, montre une correspondance entre l’offre et le demande, tend à vérifier cette thèse.

Un cinéma d’adaptations ?

30Nombre de films français programmés au Patis résultaient d’adaptations. On en dénombre 66 sur 123 de 1942 à 1945, et environ 120 de 1942 à 1949, proportion moindre mais encore conséquente dans les années cinquante.

31Mélodrames adaptés d’une œuvre littéraire

32César (d’après Marcel Pagnol)

33Embrassez-moi (d’après Tristan Bernard, Yves Mirande, Gustave Quinson)

34En famille (d’après Hector Malot)

35Espoirs (d’après Roméo et Juliette au village, Gottfried Keller)

36Fanny (d’après Marcel Pagnol)

37L’Arlésienne (d’après Alphonse Daudet)

38L’Auberge de l’abîme (d’après André Chamson)

39L’Embuscade (d’après Henry Kistemaekers)

40L’Orpheline des glaciers ou Bonjour jeunesse (d’après Johanna Spyri)

41La Joueuse d’orgue (d’après Xavier de Montépin)

42La Nuit de décembre (d’après Bernard Kellermann)

43La Passagère (d’après Guy Chantepleure)

44La Pocharde (d’après Jules Mary)

45La Porteuse de pain (d’après Xavier de Montépin)

46Le Diamant noir (d’après Jean Aicard)

47Le Droit de l’enfant (d’après Georges Ohnet)

48Le Duel (d’après Henri Lavedan)

49Le Maître de forges (d’après Georges Ohnet)

50Le Moussaillon (d’après Jean Rouix)

51Le Secret d’Hélène Marimon (d’après J.-B. Cherrier)

52Les Deux Gosses (d’après Pierre Decourcelle)

53Les Musiciens du ciel (d’après René Lefèvre)

54Les Mystères de Paris (d’après Eugène Sue)

55Mamy ou La Faute d'un fils (d’après Alejandro Casona)

56Maria Chapdelaine (d’après Luis Hémon)

57Maria du bout du monde (d’après Jean Martet)

58Marius (d’après Marcel Pagnol)

59Maternité (d’après Laurent Vineuil)

60Sans famille (d’après Hector Malot)

61Torrents (d’après Marie-Anne Desmarets)

  • 10 Programmé en 1943, il sera reprogrammé avec nettement moins de succès en 1950, puis en 1955.

62Il en est peu, parmi les 66 premiers, qui évoquent aujourd’hui quelque chose. Si l’on trouve des auteurs encore célèbres comme Joseph Kessel (mais pour l’adaptation d’un roman mineur, Le Bataillon du ciel), à un moindre titre Pierre Loti (Ramuntcho), si La Bandera 10, est encore aujourd’hui prisé des cinéphiles, combien savent qu’il est tiré d’un roman de Mac Orlan ? Ce n’est pas cela qui l’a fait programmer au Patis la première fois, en 1943, ni en 1950. Sa programmation se trouve au départ liée à un contexte ; l’adaptation d’un « roman d’aventures coloniales », genre, ou tout du moins courant littéraire, ayant engendré un genre cinématographique. Pas exclusivement français. Nous ne pouvons donc analyser la réception de La Bandera et des autres films français du genre hors de l’offre de films anglais et américains du même genre (cf. infra, troisième partie). Il en va de même d’un certain nombre d’adaptations d’œuvres lyriques et de pièces de théâtre, mais celles de romans dominent avec 90 % des cas.

63La plupart des mélodrames trouvaient leur origine dans un livre puisque le mélodrame a été un genre littéraire avant d’être un genre cinématographique, le cinéma en ayant pris le relais. Les romans adaptés n’avaient pas forcément été lus par ce public, mais leurs noms étaient connus. Si le mélodrame est totalement passé de mode aujourd’hui, il a eu une aura certaine, et ce n’est pas par hasard qu’ont programmés au Patis en 1946 et 1947, deux mélodrames tirés de romans emblématiques du genre : La Pocharde (version de 1936, programmée en 1946, puis à nouveau en 1949) et La Porteuse de pain (version de 1934, programmée en 1947). La version de 1952 de La Pocharde sera aussi programmée, ainsi que les versions de 1949 et 1963 de La Porteuse de pain. La Pocharde se sera trouvé en tête du box-office du Patis, parmi les films ayant réalisé plus de 2.500 entrées (dont aussi Le Voile bleu).

  • 11 Avant qu’une autre version, italo-française, de 1954, soit programmée en 1957. Une corrélation doit (...)

64Autre exemple emblématique : Les Mystères de Paris. La version de 1943 passera en 1953, celle de 1962 en 1969. Mais elle fera, quoiqu’étant arrivée 7e au BO, un très mauvais score. Exemple encore plus emblématique : Les Deux Orphelines (1932, Maurice Tourneur). Projeté en décembre 1946, il sera reprogrammé en 195211.

  • 12 Considérable même, à preuve le fait qu’il y ait eu plusieurs adaptations du Maître de forges dans l (...)

65Peu de classiques de la littérature dans les années quarante et cinquante, hormis Les Misérables, La Duchesse de Langeais, La Dame de pique, La Princesse de Clèves (10e au BO) Ce n’est pas la tenue littéraire qui importe, mais le renom du livre. Trouvent leur place des romanciers qui avaient alors une renommée (qu’ils ont totalement perdue). On retiendra par ordre chronologique  Georges Ohnet (Le Maître de forges 12, La Grande Marnière), Henry Bordeaux, reflet d’une des idéologies conservatrices de l’entre-deux-guerres (La Neige sur les pas, Les Roquevillard). On retiendra aussi des titres, comme Mon oncle et mon curé, qui ont eu auprès du lectorat populaire leur heure de gloire. Ils reflétaient une perception des rapports de classe. Nombre de ces titres inconnus aujourd’hui sont allusifs d’une idéologie ou d’un centre d’intérêt du moment. Pour ne prendre que cet exemple Notre-Dame de la mouise était l’adaptation d’un roman édifiant, Le Christ dans la banlieue, du Révérend Père Lhande.

Tableau 28 : Films français programmés issus d’une œuvre littéraire

1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959
8 13 12 15 11 5 7 9 8 10
1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
6 9 7 14 18 12 15 10 14 10
1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979
18 10 9 5 4 9 3 2 8 10
1980 1981 1982 1983
2 0 4 4

66Il sera encore offert environ 120 adaptations dans les années soixante. Mais, hormis Volpone et Cela s’appelle l’aurore, les adaptations de 1963 ne sont pas des films Art et Essai. Ces films grand public forment un ensemble très hétérogène. On relève là en effet une adaptation de Tintin, 2 adaptations d’opérettes, une adaptation de L’Aiglon. La grande littérature, n’est guère plus présente en 1964 (année où sont reprogrammés Michel Strogoff et Le Comte de Monte-Cristo). On peut tout de même pointer, outre Journal d’un curé de campagne, 2 adaptations de Maupassant (dont l’une, Partie de campagne, est, il est vrai, ancienne). La littérature moderne fait, avec l’adaptation de Tirez sur le pianiste (roman noir) et celle de Zazie dans le métro (roman de Raymond Queneau), son apparition. Mais on ne peut parler au total de passage d’un corpus à un autre.

  • 13 Il s’agit de la première adaptation du roman, réalisée par Jacques Daroy. Le roman de Louis Pergaud (...)

67L’année 1970 fait une plus grande place à la grande littérature : sur les 18 adaptations, 7 viennent d’auteurs classiques (Laclos, Les Liaisons dangereuses ; Stendhal, Lamiel, Diderot, La Religieuse) ou de grands auteurs du XXe siècle, et il s’agit toujours de films récents. Mais une décrue quantitative s’amorce dès l’année suivante (10 adaptations, puis 9 en 1972). Elle va s’amplifier puisqu’on ne dénombre au total qu’environ 70 adaptations dans la décennie, puis 2 en 1980, aucune en 1981, 4 en 1982 et en 1983. Les dernières années marquent-elles un changement qualitatif ? Avec India Song, La Dentellière, Le Mépris, les romans de référence et les films qui en sont tirés possèdent une tonalité plus moderne. Mais l’éclectisme demeure : ces adaptations voisinent en effet avec celles d’Emmanuelle, de Boudu, Peau d’âne, La Guerre des boutons. Cette re-programmation (la dernière) de La Guerre des boutons est significative. La célébrissime version d’Yves Robert aura été offerte au public du Patis rien moins que 5 fois entre 1969 et 1978. Et elle avait été précédée par la première adaptation en date : La Guerre des gosses (1936, sorti en 1938, programmé en 1945, 1.035 entrées)13.

  • 14 Quoiqu’ayant également suscité des adaptations dans le cinéma américain et le cinéma italien, ces r (...)

68Autre best-seller du Patis : Michel Strogoff. L’adaptation de Carmine Gallone (1956) s’est vue programmée trois fois ; sa suite, Le Triomphe de Michel Strogoff (1961) deux fois. Il convient de remarquer que plusieurs autres adaptations à succès du Patis (celles qui y ont été reprogrammées) ont pour origine des romans encore adaptés aujourd’hui, à la télévision si ce n’est au cinéma, la plupart du temps issus de romans du XIXe siècle, tel Le Comte de Monte-Cristo. La version de 1942 de Robert Vernay s’est vue programmée en 1945 ; celle de 1953, du même Robert Vernay, en 1957 et 1964 ; celle de 1961, d’Autant-Lara, en 1964. Citons aussi Le Bossu dont la version de 1944, proposée une première fois au public en février 1948, aura été programmée au total trois fois, et celle de 1959 trois fois également. Cette offre réitérée est un reflet de la notoriété qu’ont eue jusque dans les années cinquante ces romanciers. Paul Féval, auteur du Bossu, aura eu presque autant de succès qu’Alexandre Dumas14 : Le Bossu était, comme, comme Le Comte de Monte-Cristo, un best-seller de la littérature de jeunesse. Ils font partie l’un et l’autre de ce que l’on appelle le roman populaire, mais rien ne dit que le public qui venait voir et revoir leurs adaptations les avait lus dans leur version intégrale, peut-être – et encore n’est-ce pas sûr - dans des versions abrégées. Le cinéma possède également, en termes de réception, une autonomie par rapport à la littérature.

69On observe toutefois au Patis des disparités : Les Trois Mousquetaires ne seront programmés qu’une seule fois, en 1966, dans leur version de 1961, et ils ne feront que 927 entrées. Le Capitaine Fracasse (1960) le sera une seule fois aussi, en 1965. Et il n’est pas indifférent de constater que La Guerre des boutons aura eu une plus grande audience que Les Misérables et Le Comte de Monte-Cristo.

Tableau 29 : La fréquentation de La Guerre des boutons

1945 1969 1971 1974 1975 1978
La Guerre des gosses (1936) 1.035 entrées
La Guerre des boutons (1962) 614 entrées 735 entrées 119 entrées 1.158 entrées 982 entrées
  • 15 Voir à ce sujet Mireille Gamel et Michel Serceau (dir.), Le Victor Hugo des cinéastes, CinémAction (...)

70L’adaptation des Misérables réalisée en 1934 par Raymond Bernard n’a été programmée qu’en 1946 (197 et 2.002 entrées), les films antérieurs à 1937 étant en principe proscrits durant l’occupation. Elle a connu le succès, mais ce sera un échec lorsqu’elle sera à nouveau programmée en 1954 (648 et 582 entrées). Aucune autre adaptation du célébrissime roman d’Hugo ne sera programmée. Alors qu’il en a été produit une nouvelle chaque décennie et que, marque de son universelle aura, Les Misérables a eu dans les cinématographies du monde une importante réception15  . La version de 1957, réalisée par Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin dans le rôle-titre, étant le 23e meilleur succès de tous les temps dans les salles françaises, on enregistre ici un écart notoire.

71L’écart est beaucoup moins important pour Le Comte de Monte-Cristo dont trois versions auront été offertes au public du Patis, qui n’a pas été non plus ici en phase avec le public national. Leur diffusion tardive peut en être le facteur.

Tableau 30 : La fréquentation du Comte de Monte-Cristo

Box-office France 1945 1952 1957 1964
Le Comte de Monte-Cristo(Robert Vernay, 1942) 5e 1.577 et 1.988 entrées 1.001 entrées
Le Comte de Monte-Cristo(Robert Vernay, 1953) 8e 719 et 856 entrées
Le Comte de Monte-Cristo (Claude Autant-Lara, 1961) 4e 669 entrées

72On notera par contre le succès des adaptations de Sans famille, d’après le roman d’Hector Malot, qui était encore lui aussi dans les années cinquante parmi les têtes d’affiche de la littérature de jeunesse. À l’adaptation de Marc Allégret (1.951 entrées en 1943 et 1.547 entrées lors de sa rediffusion en 1952) succèdera celle d’André Michel (1957, 11e au box-office national), la trame mélodramatique du roman et son caractère édifiant ayant sans doute présenté quelque attrait (1.126 entrées en 1961).

73La pérennité de la réception d’œuvres plus légères comme Les Gaîtés de l’escadron, Tartarin de Tarascon, au moment où elles étaient programmées, puis éventuellement reprogrammées, au Patis doit être soulignée, ce qui est patent pour Les Gaîtés de l’escadron (la version de 1932 passe en 1952 puis en 1957) et Tartarin de Tarascon (la version de 1934 passe en 1954). On observe ainsi des écarts de plus de vingt ans ! Mais il n’y avait généralement pas à ce moment de nouvelle version du texte littéraire. Les versions suivantes des Gaîtés de l’escadron et de Tartarin de Tarascon, réalisées en 1962, eussent pu, par contre, être programmées. Mais au moment où elles lui étaient disponibles Le Patis avait changé ses orientations.

74Le cinéma français populaire, de genre et d’acteurs, a fait les beaux jours de cette salle de quartier. L’offre abondante de films français, largement majoritaire dans les années cinquante, qui n’a pas été réellement concurrencée par le cinéma américain, s’est amenuisée au fur et à mesure que Le Patis s’engageait dans l’Art et Essai et, corollairement, dans la conquête d’un nouveau public. Avec la volonté affirmée de lui offrir des classiques du cinéma et d’ouvrir la programmation à d’autres cinématographies, notamment européennes comme d’une partie du reste du monde, le cinéma français a perdu son hégémonie dans cette salle pour tendre vers un cinéma parmi les autres.

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 1/6

Pays 1942-43 1944 1945 1946 1947 1948
France 46 28 49 42 37 25
États-Unis 2 5 11 22
Italie 5 2 1 1
Grande-Bretagne 1 1 4
Allemagne/RFA 5 4 3
URSS 2
Suisse 1 1 1
Tchécoslovaquie
Belgique  1
Norvège

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 2/6

Pays 1949 1950 1951 1952 1953 1954 1955
France 21 37 32 30 36 36 24
États-Unis 37 20 15 16 16 12 19
Italie 2 2 2 3 5 3
Grande-Bretagne 1 1 3 1 1 2 1
Allemagne/RFA 1 1 2
URSS tableau 31
Suisse 1
Tchécoslovaquie 1
Belgique 
Norvège 1

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 3/6

Pays 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962
France 28 34 28 26 22 28 31
États-Unis 20 15 19 12 13 12 8
Italie 2 6 5 9 5 7
Grande-Bretagne 1 1 1 1
Allemagne/RFA 1 1 5 5 4 3
Suède
Espagne 1 1 3
Mexique
Autriche 3 3 2 1
URSS 1 1 1 1
Japon
Suisse 1
Pologne
Tchécoslovaquie 1
Canada
Hongrie 1
Brésil 1
Inde
Grèce
Danemark

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 4/6

Pays 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969
France 32 48 36 45 56 46 47
États-Unis 11 9 11 15 14 25 20
Italie 5 6 9 5 4 5 6
Grande-Bretagne 3 4 2 2 3 6
Allemagne/RFA 1 2 2 1 2
Suède 1 1 2 2 3
Espagne 2 6 4 2 3 2 1
Mexique 1 4 1 5 1 1 2
Autriche 3 1 3 2
URSS 1 1 2 1 1 1
Japon 1 1 2 2 1
Suisse
Pologne 1 2
Tchécoslovaquie 2 2
Canada 1
Hongrie 2
Brésil 1
Inde 1 1
Grèce 1
Danemark 1

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 5/6

 Pays Total 1970 1971 1972 1973 1974 1975
France 1340 47 51 34 38 34 39
États-Unis 696 19 17 21 15 17 22
Italie 189 3 5 10 12 9 6
Grande-Bretagne 85 6 3 8 8 3 1
Allemagne/RFA 63 1 1 1
Suède 39 1 4 3 2
Espagne 38 2
Mexique 21 3 1 1
Autriche 21 3
URSS 20 2
Japon 15 1 1
Suisse 13 1 1 2 1
Pologne 7
Chili 6 1 3 1
Tchécoslovaquie 6
Canada 4 2 1
Turquie 4
Hongrie 4
Brésil 3 1
Australie 3
Algérie 2 1
Sénégal 2 1
Bolivie 2 1 1
Inde 2
Belgique  2 1
Grèce 2 1
Égypte 1 1
Mauritanie 1 1
Argentine 1 1
Cuba 1 1
Danemark 1
Norvège 1
Pays-Bas 1
Total 2581 85 82 85 80 72 75

Tableau 31 : Ventilation annuelle des films selon leur nationalité (1942-1983) 6/6

 Pays Total 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983
France 1340 23 27 34 27 9 6 12 9
États-Unis 696 44 36 19 30 9 2 21 23
Italie 189 6 7 11 8 2 5 5
Grande-Bretagne 85 1 2 3 2 3 1 4
Allemagne/RFA 63 2 2 3 4 1 5
Suède 39 2 2 4 1 1 2
Espagne 38 2 1 1 2 2 3
Mexique 21 1
Autriche 21
URSS 20 1 1 1 1 1
Japon 15 2 1 1 1 1
Suisse 13 1 1 1
Pologne 7 1 1 2
Chili 6 1
Tchécoslovaquie 6
Canada 4
Turquie 4 4
Hongrie 4 1
Brésil 3
Australie 3 3
Algérie 2 1
Sénégal 2 1
Bolivie 2
Inde 2
Belgique  2
Grèce 2
Égypte 1
Mauritanie 1
Argentine 1
Cuba 1
Danemark 1
Norvège 1
Pays-Bas 1 1
Total 2581 81 81 79 76 29 14 55 47

Notes

1 C’était, après celle réalisée en 1934 par Julien Duvivier, la deuxième adaptation du roman de Louis Hémon (1913), qui a été aussi transformé en BD, pièces de théâtre, en un roman illustré, un radio-roman, une série télévisée. Des auteurs ont même publié des suites. Il existe également une chanson d'Henri Kubnick, interprétée par Line Renaud, « Les Noces de Maria Chapdelaine ».

2 La deuxième adaptation (avec Fernandel). Marc Allégret avait déjà réalisé la première (1931, avec Raimu).

3 Ou lorsqu’il adapte Le comte de Monte-Cristo.

4 Daniel Serceau, op. cit.

5 Claude Gauteur, Ginette Vincendeau, Jean Gabin, anatomie d’un mythe, Paris, Nathan, 1993.

6 Mais ce titre ne paraît pas significatif dans la carrière de Gabin.

7 Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars, Pierre Sorlin, avec la collaboration de G. Nesterenko, Générique des années trente, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1986.

8 Ibid, p. 195.

9 Ibid, p. 191.

10 Programmé en 1943, il sera reprogrammé avec nettement moins de succès en 1950, puis en 1955.

11 Avant qu’une autre version, italo-française, de 1954, soit programmée en 1957. Une corrélation doit être établie ici avec le cinéma italien. C’est grâce à lui, autant, sinon plus, qu’au cinéma français, que le cinéma a prolongé, jusqu’au milieu des années 1950, la réception du mélodrame. Voir infra 3e partie, chapitre II.

12 Considérable même, à preuve le fait qu’il y ait eu plusieurs adaptations du Maître de forges dans le cinéma égyptien.

13 Il s’agit de la première adaptation du roman, réalisée par Jacques Daroy. Le roman de Louis Pergaud étant tombé dans le domaine public, deux nouvelles versions sont sorties sur les écrans en 2012.

14 Quoiqu’ayant également suscité des adaptations dans le cinéma américain et le cinéma italien, ces romans français ne constituent pas l’unique source de l’offre. On y trouve aussi un nombre notable de films bâtis sur des scénarios originaux : La Tour, prends garde en 1959, Cadet Rousselle (en 1961 et 1966), Le Capitan en 1962 et 1967, Cartouche en 1964 et 1966. Nous les traiterons dans le chapitre consacré à ce genre.

15 Voir à ce sujet Mireille Gamel et Michel Serceau (dir.), Le Victor Hugo des cinéastes, CinémAction n° 119, Corlet éditions, 2006.

Table des illustrations

Titre Graphique 13 - Répartition des films programmés selon leur nationalité (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (1re de couverture)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Jaquette du roman Chiens perdus sans collier (4e de couverture)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search