Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Deuxième partie. Quelles cinématographies ?

Chapitre I. De grandes disparités

Texte intégral

1Si Le Patis a diffusé tous types de films en provenance de tous pays, il convenait d’analyser sa programmation selon différents critères, à commencer par la nationalité des films diffusés, dont la répartition moyenne a subi des évolutions au cours de la période. La programmation aura en effet été quasi exclusivement française durant la guerre et immédiatement après ; la réintroduction des films américains modifiera ensuite la proportion en faveur de ces derniers jusqu’en 1958 ; une faveur sera accordée aux films européens durant la décennie suivante. À partir de 1972, les films français deviendront toutefois minoritaires sous l’effet d’un fort changement d’orientation dans l’offre de films. Au total, ce seront 1.343 programmes français, 696 américains qui auront été offerts, loin devant les 189 italiens, 82 anglais et 62 allemands, toutes les autres nations se voyant faiblement exposées.

Graphique 10 - Répartition annuelle des films selon leur nationalité

Graphique 10 - Répartition annuelle des films selon leur nationalité

Tableau 14 : Nationalité des films diffusés (1942-1983)D

Nations Total films Moyenne annuelle Nations Total films Moyenne Annuelle
Europe Reste du monde
Allemagne/RFA 62 1,6 Algérie 2 0,1
Autriche 23 0,6 Égypte 1 0,0
Belgique  2 0,1 Mauritanie 1 0,0
Danemark 1 0,0 Sénégal 2 0,1
Espagne 38 1,0 Argentine 1 0,0
France 1 343 33,6 Bolivie 2 0,1
Grande-Bretagne 82 2,1 Brésil 3 0,1
Grèce 2 0,1 Canada 4 0,1
Hongrie 4 0,1 Chili 6 0,2
Italie 188 4,7 Cuba 1 0,0
Norvège 1 0,0 Mexique 21 0,5
Pologne 7 0,2 États-Unis 697 17,4
Pays-Bas 1 0,0 Australie 3 0,1
Suède 39 1,0 Inde 2 0,1
Suisse 13 0,3 Japon 15 0,4
Tchécoslovaquie 6 0,2 Turquie 4 0,1
URSS 20 0,5
Total général 2 581 64,5

2Durant toute son activité, les films français auront été les seuls à se voir programmés chaque année, la période d’occupation interdisant la diffusion de films des pays alliés, dont américains, qui seront en revanche continûment présents à partir de 1946. Pour le quart des autres films, toutes nationalités offertes en moins grand nombre, plusieurs tendances se font jour.

  • Quantitativement peu nombreux – cinq en moyenne – durant les années quarante et cinquante, ils seront à partir de 1959 trois à six fois plus nombreux chaque année, pour revenir à une quinzaine dans les années soixante-dix.

  • Parmi eux, les films italiens seront les plus présents, et cela quasiment chaque année : un par mois ou tous les deux mois à partir de 1959 également.

  • Loin derrière quantitativement, et exposés de manière plus erratique et plus largement durant les années 1960-1970, les films allemands constituent la cinquième nationalité, mais avec moins de deux films par an en moyenne, et plus liés à quelques réalisateurs.

  • Aucune autre nationalité ne sera exposée au moins une fois par an au Patis, les pays qui l’auront le plus été – Suède 39 films, Espagne 38, Autriche 23 et Mexique 21 – l’étant essentiellement en raison des (re)diffusions d’auteurs fétiches (Buñuel, Bergman, etc.).

Graphique 11 - Programmation annuelle des films hors France et USA (1943-1983)

Graphique 11 - Programmation annuelle des films hors France et USA (1943-1983)

3Au total, l’offre s’avère extrêmement concentrée. Sur les quatre décennies d’exploitation étudiées, plus de la moitié (52 %) des films diffusés au Patis sont de nationalité française, un peu plus du quart vient des États-Unis (27 %), et un peu moins du quart restant vient du reste du monde. Ce « reste du monde » demeure presque exclusivement européen, se limitant pour l’essentiel avant 1963, à l’Europe de l’Ouest : on ne dénombre jusqu’à la fin des années soixante que quelques titres isolés, voire un seul, durant chaque décennie, de cinématographies autres que française, américaine, italienne, allemande, britannique.

 

4Le Patis ayant ouvert ses portes le 18 novembre 1942, sa programmation n’a pas été, du fait de la guerre et de l’occupation allemande qui avait entraîné l’interdiction de diffuser des films américains dans la zone occupée (dont faisait partie la ville du Mans) dès août 1940 (dans la zone sud à partir d’octobre 1942), ce qu’elle aurait été dans un contexte de paix. En pratique, les films anglo-saxons avaient été bannis des écrans en zone occupée dès le 9 septembre 1940. La loi du 26 octobre 1940, qui avait en outre supprimé le double programme (projection de deux longs-métrages), l’avait stipulé. L’ordonnance du 21 mai 1941 avait aussi interdit les films sortis avant le 1er octobre 1937, tout un patrimoine disparaissant des écrans même s’il y a eu quelques dérogations.

5De son ouverture au 15 mai 1944, date à laquelle Le Patis a suspendu son activité pour la reprendre le 30 août 1944 après la libération de la ville, sur les 75 films projetés, 58 ont été français, la plupart antérieurs à 1937. Exceptions : Marius (1931), Fanny (1932), Sans famille (1934), La Bandera (1935), Le Mioche (1936), Un mauvais garçon (1936), César (1936).

6Trois autres nationalités seulement ont été représentées : l’Allemagne (neuf films), l’Italie (sept films) et la Suisse (un film : Farinet ou L’Or dans la montagne, Max Haufler, 1938, d’après une œuvre de Ramuz, avec Jean-Louis Barrault et Suzy Prim). Aucun film d’une autre nationalité.

7Un premier film britannique (Victoire du désert, Desert Victory, Roy Boulting, 1943, sorti le 13/10/1944), sera programmé du 30 août au 4 septembre 1944, marquant ainsi la réouverture. On notera qu’il traitait sur le mode documentaire de la guerre en Afrique du Nord. Viendront ensuite, immédiatement, les deux premiers films américains : Magie musicale (There’s Magic in Music, Andrew L. Stone, 1943, sorti le 10/7/1946) et Un américain pur sang (Joe Smith American, Richard Thorpe, 1942, sorti le 13/10/1944).

L’offre de films soviétiques et de l’Europe de l’Est

8Le Patis en aura programmé une vingtaine. Les spectateurs de la salle ont pu voir trois titres dès 1946-1947. 22 films soviétiques avaient en effet été mis sur le marché en trois ans, de 1945 à 1947 inclus, puis 8 en 1948, 7 en 1949, 10 en 1950 et 10 en 1951. Nombre de ces films avaient trait à la guerre de 1939-1945. Mais il y eut également des films d’Eisenstein et de Donskoi qui feront le bonheur des ciné-clubs. Beaucoup étaient politiquement assez marqués à gauche. Les deux films soviétiques programmés au Patis en 1946 traitent de la guerre. Il s’agit de Les Partisans ou Le Secrétaire du comité de district ou Le Secrétaire de Raikom, (Sekretar Raikom, Yvan Pyriev, 1942) et de Camarade P ou Elle défend sa patrie, (Ona zachtchinatchalet rodinou – titre original du film, Camarade P n’étant que le titre du scénario –, Friedrich Ermler, 1943). Le premier était sorti en France le 22/06/1945, le deuxième le 10/11/1944. Le premier narre la lutte de partisans et villageois qui, trahis par un espion, se voient encerclés par les allemands. Camarade P. raconte l’histoire d’une paysanne qui, son mari et son bébé ayant été tués par des soldats allemands, rejoint la résistance et devient chef d’un groupe de partisans. Le climat de l’après-guerre explique cette programmation : entre la victoire des alliés et le début de la guerre froide l’époque vit un moment particulier, d’exception.

9Le Patis ne passera pas d’autre film soviétique avant 1960, hormis en 1956 Le Grand Cirque de Moscou (Leonid Variamov, 1953). Il ne s’agit pas nécessairement dans la programmation de cette salle d’un accident : ce film sonne tout à fait autrement en tant que film de reportage sur cette célèbre institution. Il remporta auprès du public autant de succès que les chœurs de l’armée rouge (voir infra l’analyse de l’offre de documentaires).

10Le Patis ayant fermé ses portes avant la chute du mur de Berlin, l’offre de films soviétiques doit, comme celle des autres pays de l’Est, être située dans le contexte politique de la période. L’URSS sera régulièrement présente à partir de 1960, mais à raison, jusqu’en 1980, de seulement un ou deux films par an. Hormis (en 1963) la re-programmation du Grand Cirque de Moscou, il s’agira encore, jusqu’en 1969, de films sur la Seconde Guerre mondiale, mais tournés après le XXVIe congrès, reflets, sinon d’un dégel idéologique, tout du moins d’un certain renouveau de la production, tel Quand passent les cigognes. L’offre de films soviétiques se fera ensuite exclusivement dans le cadre de l’Art et Essai. Deux offres se chevaucheront ainsi avec deux types de films : des classiques, surtout d’Eisenstein (dont certains seront programmés deux fois), et des films nouveaux (du Premier Maître à Stalker).

Photo d’Ivan le terrible (Иван Грозный), Sergueï Eisenstein, 1942-1946

Photo d’Ivan le terrible (Иван Грозный), Sergueï Eisenstein, 1942-1946
  • 1 Le Grand Cirque de Moscou a enregistré 1.527 entrées en 9 séances (il en fera 1.110 en 5 séances en (...)

11À partir de 1960 apparaissent également des films d’autres pays de l’Europe de l’Est (Hongrie, Pologne). La critique et les ciné-clubs français s’étant fait l’écho de l’émergence dans ces pays d’un nouveau cinéma, la programmation du Patis reflète l’évolution des centres d’intérêt des cinéphiles. Le seul film tchèque programmé avant 1963, en 1959, Ça c’est du cirque (Oldrich Lipsky, 1954), est du même type que Le Grand Cirque de Moscou. Cette programmation se situe dans la mouvance de Sous le plus grand chapiteau du monde. Le Grand Cirque de Moscou et Ça c’est du cirque n’ont certes pas eu le même succès, mais ils sont loin d’être des échecs1 dans ce genre qui, manifestement, plaît. Le public du Patis ne se verra offrir d’autres films tchèques qu’en 1967 (2 films) et 1968 (2 également). Des échos d’un nouveau cinéma, mais, trois des quatre étant de Milos Forman, il y a là focalisation sur un auteur.

12Il en va de la Hongrie comme de l’URSS. Il aura fallu le nouveau cinéma hongrois des années soixante et l’Art et Essai pour que la cinématographie de ce pays trouve une place au Patis. Il n’y aura été projeté, en dehors de la semaine « cinéma hongrois », qu’un seul film, en 1961 : Vacances au Tyrol (Geza von Radvanyi, 1957).

Semaine du cinéma hongrois ; de gauche à droite : Michel Serceau père, Istvan Szabo, X

Semaine du cinéma hongrois ; de gauche à droite : Michel Serceau père, Istvan Szabo, X

13Pour la Pologne (5 titres au total, dont un a été programmé deux fois, un autre durant deux semaines consécutives) comme pour la Tchécoslovaquie, il y eut surtout un effet auteur : un titre de Polanski et quatre de Wajda.

L’offre des pays d’Europe de l’Ouest autres que l’Italie, l’Allemagne

141- La Grande-Bretagne vient, avec deux titres annuellement diffusés en moyenne (82 titres au total sur la période), en quatrième position, mais loin derrière l’Italie. La programmation des films britanniques a été en outre inégalement répartie dans le temps.

Tableau 15 : Les films britanniques ayant connu le plus grand succès

Titre Année de production Année de sortie Box-office national Année de programmation Nombre d’entrées
Les Quatre Plumes blanches 1939 1945 1948 2 299
Le Troisième Homme 1949 1949 3e 1951, 1955, 1963 2 050, 607, 499
Alerte aux Indes 1938 1348 1948 1 723
Missions secrètes 1944 1946 1947 1 596
Victoire du désert 1943 1944 1944 1 368
Odette agent S 23 1950 1950 29e 1952 1 353
Les Quatre Plumes blanches 1939 1945 1958 1 193
Les Bérets rouges 1953 1954 1956 1 133
Lawrence d’Arabie 1962 1963 3e 1965, 1973, 1978 1 027, 346, 343
  • 2 Nouvelle version (de 1955) des Quatre Plumes blanches, après celle de 1939, programmée en 1948.

15On ne dénombre en effet que 23 films britanniques de 1942 à 1963, avec de nombreuses années d’absence : 1942, 1943, 1945, 1946, 1949, 1952, 1957, 1959. Les trois premières s’expliquent par l’occupation allemande. Mais on remarque qu’il n’a été offert, de 1944 à 1947 inclus, que 2 films britanniques, tous deux sur la guerre. Sur les 4 films offerts en 1948, 2 traitent encore ce thème, mais les deux autres (d’avant-guerre : un film de 1938, un de 1939) sont des films d’aventures coloniales, genre assez récurrent (voir infra le chapitre sur les genres). L’année 1948 ne constitue donc qu’une année de rattrapage ; l’offre demeure ensuite diffuse avec 11 films britanniques dans les années cinquante, dont trois années blanches. Jamais, sauf en 1951, plus d’un ou deux films par an. Et encore ! Sur les 2 films de 1953, l’un, programmé deux semaines consécutives, est un reportage sur le couronnement d’Elisabeth II. Le film de 1955 (Le Troisième Homme) avait déjà été programmé en 1951, année qui constitue un pic – avec 3 films – aussi relatif que celui de 1948. À ceci près que 2 des 3 films offerts remportent un certain succès : Les Chaussons rouges fait 1936 entrées, Le Troisième Homme 2050. Il est encore offert un film d’aventures coloniales2, mais un seul, les drames dominant cette période.

16Une offre similaire s’observe au début de la décennie suivante : un film en 1960, trois en 1961 dont encore un film d’aventures coloniales (La Charge du 7e lanciers) et une comédie (Moi et le colonel), un seul film en 1963 : c’est la troisième programmation du Troisième Homme, un des traits notoires, pour ne pas dire une caractéristique, de l’offre de films britanniques.

17L’offre sera plus conséquente à partir de 1964 avec en effet 50 films sur les trois décennies, et deux années blanches seulement (1964, 1981), soit un à deux films par an, mais également un pic en 1969 et 1970 avec 5 films, puis 8 en 1972. Jusqu’en 1969 l’offre, moitié plus abondante que dans les années cinquante (19 films offerts), est constituée en majorité de films grand public : si les films d’aventures coloniales disparaissent (la production s’éteignant ; un seul film offert en 1965), on voit proposés de nouveaux films de guerre, puis des films d’espionnage. De nouveaux films de guerre, ou plus exactement, hormis Le Crépuscule des aigles, deux films à grand succès : Le Pont de la rivière Kwaï et Lawrence d’Arabie. La quantité paraît négligeable eu égard au nombre de films de guerre produits durant la deuxième vague de production de films et drames de guerre (presque essentiellement sur la Seconde Guerre mondiale), mais elle paraît emblématique puisque ces deux films, programmés plusieurs fois entre 1965 et 1978, figureront parmi les best-sellers du Patis.

18Les films d’espionnage constituent une part importante des films britanniques de genre programmés au Patis durant une décennie. Mais ils ne connaîtront guère le succès : sur les 7 films, un seul dépassera les 500 entrées, trois en enregistreront moins de 300, malgré le phénomène « James Bond ».

19Un quart des titres seulement étant des films recommandés Art et Essai (selon les classements d’aujourd’hui), cette nouvelle orientation de la programmation n’explique pas l’accroissement de l’offre de films britanniques. Écho du renouvellement du cinéma britannique amorcée au début des années 1960, l’offre de films Art et Essai ne devient conséquente et systématique qu’à partir de 1970 (4 des 5 films offerts cette année-là sont recommandés). Mais ils n’expliquent pas le pic de 1969-1972 puisqu’il n’y en avait qu’un sur les 5 programmés en 1969, 2 sur les 8 programmés en 1972. Les autres, Le Docteur Jivago, Un amour de Coccinelle, La Fille de Ryan, Les Quatre Malfrats, Les diamants sont éternels, illustrent la reprise de l’offre traditionnelle, un moment en repli, l’Art et Essai faisant ensuite jeu égal de 1973 à 1983.

  • 3 Exception faite de Moi et le colonel, une comédie, qui donne sur la guerre un point de vue différen (...)

20L’offre de films britanniques sera donc restée, pour une part non négligeable, une affaire de genres. On en relève trois principaux : le film de guerre, le film d’aventures coloniales et le film d’espionnage. Parmi ces derniers Le Troisième Homme, qui sera repris quatre et douze ans après son premier succès, mais avec des résultats peu convaincants : 607 entrées en 1955, puis 499 entrées en 1963. Mais Le Patis, qui allait expérimenter quelques mois plus tard une programmation mixte, se trouvait alors dans une situation transitoire et, la programmation classique s’essoufflant, les tentatives de reprise d’anciens succès se comprenaient. Le film de guerre et le film d’aventures coloniales, majoritaires avant 1963, cèdent ensuite du terrain et, en dépit de la re-programmation en 1958 des Quatre Plumes blanches, le second de ces genres disparaît pratiquement. Les films d’aventures coloniales étant anciens (Les Quatre Plumes blanches a été réalisé dix ans avant Le Troisième Homme), la salle tend à proposer une programmation qui s’avère désuète à laquelle le public n’adhère plus. Quant au film de guerre britannique, moins programmé après 19563, année où avec Les Bérets rouges il avait encore réalisé un bon score, il se trouvait en concurrence avec le film de guerre américain.

21Il y eut également, veine peu féconde, quelques films d’aventure. En termes de résultats, L’Île mystérieuse ne fera en 1963 pas mieux que Le Troisième Homme, et S. O. S. Pacific guère plus. Aucun film d’aventures n’a atteint depuis 1958 le résultat obtenu cette année-là par Les Quatre Plumes blanches, emblème du film d’aventures coloniales, pour sa deuxième programmation.

 

222- Vient ensuite la Suède avec 39 titres, plusieurs films étant reprogrammés. On observe surtout la domination absolue d’un seul réalisateur, Ingmar Bergman avec 35 programmes. Un film érotique et deux autres auteurs ne permettent pas de représenter la cinématographie suédoise sur l’écran du Patis. Une personnalité mondialement promue et reconnue s’y assure une position hégémonique.

233- L’Espagne se trouve dans la même position que la Suède avec 38 films, chiffre notable pour la cinématographie d’un pays qui, isolé politiquement et culturellement, ne diffusait pratiquement pas ses films en France. Une offre au sein de laquelle il faut mettre à part les films offerts tardivement, après la mort de Franco, à partir de 1975, en Art et Essai. Films d’auteur, ou plutôt films d’un auteur – étant tous sauf un de Carlos Saura – élu par la critique comme cinéaste emblème de la renaissance du cinéma espagnol. L’effet-auteur manifeste donc ici encore sa prégnance, un cinéaste ne représentant pas une cinématographie.

24Jusque-là l’offre de films espagnols aura été faite de quelques mélodrames. Le premier, en 1958 seulement, aura été Le Droit de naître (El Derecho de nacer, Zacarias Gomez Urquiza, 1952), sorti en France trois ans plus tôt. Il s’agit de l’adaptation d’une pièce radiophonique qui semble avoir aussi engendré depuis une série télévisée. Il réalisera 1136 entrées en 11 séances au Patis. Mais les mélodrames seront supplantés à partir de 1962 par des films musicaux ayant pour vedette Joselito, l’un des phénomènes de l’histoire de cette salle (cf. infra l’étude par genre).

  • 4 Autrichien d’origine, d’abord acteur en Allemagne, Léopold Lindtberg était passé en Suisse à l’avèn (...)
  • 5 Gilles Colpart, La saison cinématographique 1945/1947, Paris, La revue du cinéma.

254- Il aura été programmé au total 14 films helvétiques, ce qui peut paraître conséquent en regard de la place qu’occupe la Confédération Helvétique sur la scène du cinéma mondial. Sur la quarantaine produite entre 1930 et 1950, il en sera diffusé 4. Le premier est programmé en 1943 : Farinet ou l’Or dans la montagne (Max Haufler, 1938) d’après une œuvre de Ramuz, avec Jean-Louis Barrault et Suzy Prim. Celui de 1946 s’intitule Marie-Louise (Léopold Lindtberg4, 1943). Sa programmation s’explique par son thème : la guerre. Sorti en France le 22/02/1945, ce film narre l’histoire d’une petite rouennaise, fille d’un prisonnier de guerre, qui répugne à quitter la famille suisse où elle a été placée pour échapper aux bombardements. Il a été qualifié de « “film de bonne propagande” destiné à sensibiliser le public suisse au bien-fondé et à la nécessité de recueillir des enfants français victimes de la guerre »5. Marie-Louise se situe incontestablement dans la mouvance de la production militante des années de guerre ; mais, plutôt que de propagande, il convient de parler ici d’humanitarisme. Avec 1599 entrées, ce film n’a donc pas recueilli par hasard l’adhésion du public. Le film de 1948, La Dernière Chance (Die Letze Chance, 1944, sorti le 19/12/1945), du même réalisateur, se situe dans la même veine : en Italie du Nord, deux prisonniers évadés d’un convoi bombardé prennent la tête d’un convoi de civils et arrivent à passer la frontière. Ce film aujourd’hui oublié, qui a obtenu la palme d’or à Cannes en 1946, a rendu Lindtberg célèbre. Avec 1.691 entrées, il connut au Patis un succès proportionnel au succès national (3 millions d’entrées).

  • 6 Un petit tchèque, rescapé d’un camp nazi, devenu aphasique, est recueilli à Berlin par un soldat am (...)

26L’action du film Les Anges marqués (1948, sorti en 1949 et programmé en 1952), se situe juste après la guerre 1939-19456, ce qui explique également sa programmation. Ce film co-produit avec les États-Unis et distribué par la MGM, ayant pour titre original The Search, fut signé par Fred Zinnemann, réalisateur américain reconnu, avec pour interprète principal Montgomery Clift. Il est considéré comme suisse parce qu’il a été produit par une firme de Zurich et parce que le scénariste et le co-scénariste étaient suisses. Ses résultats (653 entrées en 8 séances) seront très en deçà de ceux de La Dernière Chance, mais conformes à leur niveau national (1,5 M). Hormis en 1962 Heidi et Pierre (Franz Schnyder, 1954, 879 entrées), dont la thématique (familiale), et non la provenance, explique la présence, il faut attendre son renouveau dans les années 1970 pour que le cinéma helvétique retrouve, en tant que cinéma national, une présence. Seront programmés, entre 1972 et 1982, dans le cadre de l’Art et Essai s’entend, 8 films des réalisateurs emblématiques de cette période, Alain Tanner, essentiellement, et Claude Goretta.

27En résumé : 5 films avant 1962, dont 4 sur la guerre - sans elle, il ne s’en serait sans doute trouvé qu’un seul- puis 8 films de la nouvelle vague du pays après 1972. C’est dire que l’offre de films helvétiques aura été de bout en bout, quel que soit le public, occasionnelle.

285- L’offre en provenance des autres pays d’Europe de l’Ouest est quasi nulle. Deux films belges, l’un en 1947, l’autre en 1970, un seul film danois en 1965, un seul film norvégien en 1954, un seul film hollandais en 1977, un seul film grec en 1971. Hormis un des deux films belges (Soldats sans uniforme, 1945) et le film norvégien (Bataille pour l’Atlantique, 1951), ils ont tous été programmés après 1963 dans le cadre de l’Art et Essai. Les exceptions d’avant 1963 sont tous des films de guerre. Le réalisateur de Bataille pour l’Atlantique, Titus Vibe Müller, avait co-réalisé en 1947, avec Jean Dreville, La Bataille de l’eau lourde (co-production avec la France). Après 1963, l’effet-auteur joue à plein, à des niveaux et sur des modes différents : un film de Dreyer (Jour de colère) pour le Danemark, un de Cacoyannis (Zorba le grec) pour la Grèce, un de Delvaux (Un soir un train) pour la Belgique, et un de Ken Russell (Liztomania) pour les Pays-Bas (le Canada, la Finlande, l’Italie, la Suède ont également participé à sa production, et le réalisateur est anglais). Élection, toujours, de cinéastes emblèmes plus qu’ouverture à de nouveaux pays.

Tableau 16 : Répartition par nationalité des films programmés (1943-83) (ordre décroissant)

Nationalité Total Moyenne annuelle Nationalité Total Moyenne annuelle
France 1 343 33,6 Turquie 4
États-Unis 699 17,4 Australie 3
Italie 188 4,7 Brésil 3
Grande-Bretagne 82 2,1 Algérie 2
Allemagne/RFA 62 1,6 Belgique  2
Suède 39 1,0 Bolivie 2
Espagne 38 1,0 Grèce 2
Autriche 23 0,6 Inde 2
Mexique 21 0,5 Sénégal 2
URSS 20 0,5 Argentine 1
Japon 15 0,5 Cuba 1
Suisse 13 0,5 Danemark 1
Pologne 7 0,5 Égypte 1
Chili 6 0,5 Mauritanie 1
Tchécoslovaquie 6 0,5 Norvège 1
Canada 4 Pays-Bas 1
Hongrie 4 Total général 2581 64,5

L’offre en provenance d’Amérique du Sud, d’Asie, d’Afrique, du monde arabe

29L’offre en provenance des autres pays demeure très réduite. Il aura certes fallu attendre longtemps pour que, en corrélation avec la diminution du nombre de films américains, le marché français s’ouvre à des films de provenances multiples (répertoriés alors dans la catégorie « diverses nationalités »). Mais on dénombrait déjà sur le marché en 1953 30 de ces films, quantité qui n’a cessé ensuite de croître pour atteindre 70 en 1986. Si les cinématographies étrangères n’ont guère eu de place dans la programmation du Patis, cela était peut-être surtout dû à son statut de salle de reprise. 3 % seulement des films programmés n’étant pas américains ou européens, l’écart est incommensurable aussi entre les continents : en quatre décennies Le Patis n’aura programmé que 38 films sud-américains, 11 films japonais, 3 films africains et 3 films arabes.

Le Sang du condor, (Jorge Sanjines, Bolivie, 1970)

Le Sang du condor, (Jorge Sanjines, Bolivie, 1970)
  • 7 Le Charbonnier et Chronique des années de braise. Le second aurait-il été programmé s’il n’avait pa (...)

30La très faible proportion de films africains s’explique partiellement par le fait que la production n’a réellement émergé sur ce continent que dans les années soixante, après les indépendances. En outre, la critique, sauf celle proche du Tiers-mondisme, a été longue à la prendre en compte. Ceci explique qu’il n’en ait pas été offert au Patis avant 1972. Mais l’offre se tarit dès 1978. La faible proportion de films arabes tient aussi à ce que nombre de ces pays ont également émergé tard sur la scène du cinéma mondial. Mais l’argument ne vaut pas pour l’Égypte. On dénombre en tout et pour tout deux films algériens – de l’Algérie indépendante qui faisait du cinéma une de ses armes – 7 et un film égyptien La Terre, de Youssef Chahine (on élit là encore – trait récurrent – un auteur et non un pays). La faible proportion de films arabes illustre plutôt l’un des traits de la cinéphilie nationale. Celle-ci pouvait, tiers-mondisme et émergence d’un « tiers cinéma » aidant, élire – toutes proportions gardées – le continent sud-américain. Mais le monde arabe, que l’Égypte représentait pourtant avec brio dans le cinéma depuis des décennies, se voyait ignoré.

31L’offre de films asiatiques appelle la même analyse. On peut comprendre (contexte politique et ignorance de son passé cinématographique obligent) l’absence de la Chine. Mais comment expliquer l’absence du Japon, dont le cinéma est aussi ancien que celui des occidentaux ? Si la production de ce pays est demeurée longtemps ignorée, même des cinéphiles, ce n’est plus le cas en 1964, lorsque Le Patis propose à son public son premier film japonais. Or, bien qu’étant la seconde en importance de celles des pays non occidentaux, l’offre totale restera, avec 15 titres, en deçà de celle du Mexique (21), sans commune mesure avec la production des deux pays. Cantonnée à la programmation Art et Essai, elle fut constituée presque exclusivement de films de réalisateurs reconnus, pour l’essentiel Mizoguchi (4 films), Oshima (3 films), Kurosawa (3), qui entraient alors dans le panthéon des cinéphiles (a pu jouer aussi l’érotisme de deux des films programmés). La tentative, en 1977, de programmer des films populaires, fantastique (La Revanche de King Kong) ou thriller, n’a pas été renouvelée.

32Quant à l’Inde, une des premières cinématographies du monde en termes de production, Le Patis n’a diffusé que deux de ses films, tous deux de Satyajit Ray, demeuré longtemps le seul cinéaste indien valorisé et médiatisé en Occident (davantage que dans son propre pays).

33Cette offre de films non occidentaux ne fut au total que le reflet d’une ouverture de la cinéphilie française, moins endogène à partir des années 1970. Il aura, surtout, fallu l’instauration d’une programmation Art et Essai pour que tous ces pays non occidentaux aient droit de cité. Avant 1963, la très faible offre de films de pays non européens, pourtant producteurs réguliers (Inde, Égypte, etc.) et – quoique un peu plus abondante – de films du Japon ou d’URSS (à peine un film tous les deux ans) était liée au caractère populaire du public. Quoique s’adressant à un public différent, la programmation Art et Essai n’aura pas structurellement modifié la proportion de films non occidentaux, ce qu’il convient de souligner.

  • 8 Prix de la meilleure bande sonore au Festival de Cannes 1953, la chanson du film, Olê muié rendeira(...)

34Il faudra attendre 1972, date de réelle rupture dans l’offre, pour voir programmés des films venus d’autres pays d’Amérique latine que le Mexique. Souvent lors de cycles thématiques. Ils sont le reflet d’une ouverture - le contexte politique a pesé sur la cinéphilie -, ou plus exactement d’une sensibilité de gauche. On peut parler d’un effet « tiers-mondiste ». Il n’y aurait pas eu le tiers-cinéma, expression des luttes politiques en Amérique latine, il n’aurait pas été offert deux films boliviens, un film cubain et un film argentin, très faible nombre au total. Il est davantage programmé – cinéma de l’Unité populaire oblige – de films chiliens (5 au total, 3 en 1974, 1 en 1975 et 1 en 1977) que de films brésiliens, de ce que l’on a appelé le cinema novo. On mettra à part la programmation en 1956 d’O’Cangaceiro (Sans peur, sans pitié, Lima Barreto, 1953). Distribué par la Columbia, ce film, dont la musique devait devenir célèbre, plus célèbre que son réalisateur, révéla en Europe le cinéma d’Amérique latine8. Mais, écart entre l’accueil du public de la salle et celui du public hexagonal, il n’a pas été, avec 765 entrées en 8 séances, un succès. Comme pour la Suède en Europe, la programmation s’est souvent polarisée sur quelques cinéastes emblématiques, voire un seul dans le cas du Sénégal, de la Mauritanie, de l’Égypte (on n’a longtemps, de fait, connu en France d’autre cinéaste égyptien que Chahine). On voit bien là que l’on ne tendait pas tant à explorer la cinématographie d’un pays qu’à mettre en exergue une personnalité, témoignage de ce que la cinéphilie reste imprégnée de la politique des auteurs. Exemple le plus emblématique : l’offre de films mexicains est, jusqu’en 1972, constituée uniquement de films de Luis Buñuel.

L’offre et la demande selon la nationalité des films

35Cette diversité, réelle (33 pays représentés) mais quantitativement limitée (seules cinq nations se verront programmé au moins un film par an en moyenne) ne doit pas abuser. L’offre – majoritaire – de films français a dominé toute l’existence du Patis et constitue le fait marquant de ce point de vue. La demande du public s’est également davantage portée sur ces titres puisque les 1340 programmes de cette nationalité (52 % des titres) ont généré 1 114 152 entrées payantes, soit 60 % des entrées globales du Patis sur quarante ans. La moyenne d’environ 700 entrées par film diffusé s’avère ainsi non représentative ; elle masque une nette césure entre les films français et ceux de toutes les autres nationalités, qui se situent loin derrière.

Tableau 17 : Entrées moyennes par film diffusé selon la nationalité (1943-1983)

Nationalités Total des films Entrées cumulées Entrées moyenne par film
France 1 340 1 114 152 831
États-Unis 699 435 871 640
Italie 188 107 582 569
Grande-Bretagne 85 53 910 634
Allemagne/RFA 63 16 675 265
autres Europe 155 92 844 599
reste du monde 68 23 655 348
moyenne 2 581 1 844 689 715

36La nature volontariste de l’offre, qui exclut notamment les cinématographies non occidentales, s’est accentuée au moment du déclin de la fréquentation et avec l’essor de l’Art et Essai. La demande du public aura été proportionnellement deux fois moindre que pour les films français. Les films venus des États-Unis et de Grande-Bretagne auront fait un peu mieux, mais un quart de moins que les films français. Le public du Patis, au cours de ses deux périodes, populaire et Art et Essai, a ainsi nettement marqué une préférence continue pour le cinéma national.

Graphique 12 - Offre et demande des films au Patis selon leurs nationalités (1943-1983)

Graphique 12 - Offre et demande des films au Patis selon leurs nationalités (1943-1983)

Notes

1 Le Grand Cirque de Moscou a enregistré 1.527 entrées en 9 séances (il en fera 1.110 en 5 séances en 1963), Ça c’est du cirque en a obtenu 1.190 en 9 séances.

2 Nouvelle version (de 1955) des Quatre Plumes blanches, après celle de 1939, programmée en 1948.

3 Exception faite de Moi et le colonel, une comédie, qui donne sur la guerre un point de vue différent, pour ne pas dire décalé.

4 Autrichien d’origine, d’abord acteur en Allemagne, Léopold Lindtberg était passé en Suisse à l’avènement du nazisme. À partir de 1933, l'émigration en provenance d'Allemagne, en raison du troisième Reich, sera bénéfique pour Zurich qui voit de nombreuses personnalités artistiques allemandes s'installer au Schauspielhaus et les techniciens suisses de cinéma ayant travaillé en Allemagne rentrer au pays.

5 Gilles Colpart, La saison cinématographique 1945/1947, Paris, La revue du cinéma.

6 Un petit tchèque, rescapé d’un camp nazi, devenu aphasique, est recueilli à Berlin par un soldat américain tandis que sa mère le cherche à travers l’Europe. Ce film devait faire l’objet d’un remake en 2014 par Michel Hazanavicius.

7 Le Charbonnier et Chronique des années de braise. Le second aurait-il été programmé s’il n’avait pas été primé à Cannes ?

8 Prix de la meilleure bande sonore au Festival de Cannes 1953, la chanson du film, Olê muié rendeira, sera reprise par de nombreux artistes (Joan Baez, Los Incas, etc.). Mais ce « western brésilien », comme l’ont qualifié certains critiques, se verra pourfendu par le cinema novo.

Table des illustrations

Titre Graphique 10 - Répartition annuelle des films selon leur nationalité
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Graphique 11 - Programmation annuelle des films hors France et USA (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo d’Ivan le terrible (Иван Грозный), Sergueï Eisenstein, 1942-1946
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Semaine du cinéma hongrois ; de gauche à droite : Michel Serceau père, Istvan Szabo, X
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Le Sang du condor, (Jorge Sanjines, Bolivie, 1970)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Graphique 12 - Offre et demande des films au Patis selon leurs nationalités (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search