Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Première partie. L’histoire

Chapitre IV. Le Patis, salle d’Art et Essai

Texte intégral

1Fait original, Le Patis ouvre ses portes au milieu de la Seconde Guerre mondiale, alors que le besoin de distractions s’impose dans une France vaincue et occupée militairement. Le succès est immédiat et important, la salle accueillant près de 73.000 spectateurs dès 1943. Si l’année suivante, troublée par les combats de Libération, enregistre une inévitable décrue, 1945 sera l’apogée de cette salle avec 98.865 entrées, et encore plus de 90.000 l’année suivante. Comme partout en France, la décrue s’amorce toutefois rapidement, quasi continument à partir des 86.000 entrées de 1948 jusqu’aux 29.000 de 1982, soit une chute des deux tiers en quatre décennies.

Graphique 8 - Fréquentation annuelle France et Le Patis (1942-1983)

Graphique 8 - Fréquentation annuelle France et Le Patis (1942-1983)
  • 1 Claude Forest, Quarante ans de fréquentation cinématographique française. Évolutions régionales et (...)

2À deux particularités près, l’évolution du Patis suit celle observée au niveau national : la chute est quasi-continue de 1948 à 1969, mais il faut rappeler que le bref regain national de 1952 à 1957 est dû à une recomposition régionale. Les disparités géographiques, annonciatrices du prochain déclin, sont considérables : si Paris se stabilise, de nombreuses villes moyennes continuent de perdre des entrées au contraire de certaines grandes villes et régions de province1, marquant un décalage lié au niveau de vie, à la moindre abondance des autres offres culturelles et de loisirs, à l'accroissement de la clientèle par la reprise de l'exode rural qui gonfle les faubourgs des villes, formant le point de départ de ce qui deviendra leurs « banlieues ». La seconde atypie paraît plus spécifique au Patis et concerne la dernière décennie, de 1975 à sa fermeture. Mais là encore, la stabilisation nationale des années soixante-dix est essentiellement due à l’essor des multisalles apparues dès 1969, que l’oligopole national développe à la suite de nombreux exploitants indépendants, comme au Mans le Français (5 écrans) et l’ABC (3 écrans). A noter également que cette période marque le début du déclin démographique (152.000 habitants en 1975, 145.000 en 1990, 142.000 en 2009) et économique de la ville, qui se cumuleront avec celles spécifiques au Patis, que son orientation Art et Essai n’aura pu enrayer.

3Le Patis a clairement, et très tôt, fait le choix de diffuser des films recommandés Art et Essai et de bénéficier du label du CNC : cette programmation s’étendant de 1963 à 1983, elle concerne en effet toute la seconde moitié de l’histoire de la salle. L’offre aura été croissante au fil des ans, sans concentration autour de quelques dates ou périodes. À ceci près que, pendant les week-ends et en été, la programmation redevenait plus populaire. Mais il est assez difficile de faire un compte précis des films programmés dans des séances labellisées Art et Essai par la direction de la salle. Faute de documents en attestant, surtout entre 1975 et 1981, et faute aussi de listes des films recommandés à l’époque Art et Essai. Certains films, qui ne l’étaient pas le sont devenus ensuite (l’exemple le plus marquant étant Il était une fois dans l’Ouest). Il est d’ailleurs des films que Le Patis a diffusés dans des séances commerciales avant de les (re)diffuser dans des séances Art et Essai. L’exemple le plus manifeste est Casablanca, Il était une fois dans l’Ouest en faisant peut-être aussi partie. Inversement, certains films qui étaient manifestement recommandés à l’époque Art et Essai ne le sont plus aujourd’hui, ou ont cessé d’être distribués. Le tableau 12 donne, compte tenu de ces incertitudes, une estimation de la programmation Art et Essai de 1963 à 1983.

Tableau 12 : La programmation Art et Essai au Patis (1963-1983)

  • 2 Le chiffre retenu est celui du nombre de programmes à partir de l’instauration de la programmation (...)
Années Nombre de programmes Nombre de titres programmés Nombre de titres programmés A et E % de titresprogrammés A et E Nombre des titres recommandés A et E en 2012
1963 22 2 22 9 40,9 8
1964 83 83 30 36,1 42
1965 78 78 28 35,8 39
1966 83 82 33 39,7 50
1967 87 87 37 42,5 56
1968 91 90 38 41,7 55
1969 83 82 51 61,4 43
1970 85 85 39 45,8 52
1971 83 79 35 42,1 53
1972 86 85 27 31,3 51
1973 79 76 44 70,8 45
1974 73 72 51 53 53
1975 75 75 61 52 52
1976 81 80 63 78,7 55
1977 81 80 51 63,7 47
1978 80 78 68 87,1 61
1979 76 74 66 88 56
1980 29 28* 22 78,5 18
1981 14 12 11 91,6 10
1982 75 67 58 86,5 54
1983 47 38 36 94,7 29

*L’exploitation a cessé une partie de l’année.

 

4Cette programmation Art et Essai est montée en puissance tout au long des années soixante, pour représenter les deux tiers des films diffusés. Le mouvement s’est accentuée à partir de 1978 : le taux avoisinera les trois quarts des films diffusés jusqu’à la fermeture de la salle. Pour les films étrangers, la quasi-totalité sera proposée en version originale, ce qui, compte tenu de l’offre majoritaire française (cf. infra), revient à dire qu’entre la moitié et les deux tiers des films Art et Essai étaient proposés en VO, soit entre 30 et 40% de la programmation totale, et cela dès le milieu des années soixante, offre relativement rare en cette ampleur dans les villes moyennes.

  • 3 L’appellation ne sera officiellement créée qu’en 1991.

5Il convient de rappeler succinctement l’histoire de l’Art et Essai. L’AFCAE (Association Française des Cinémas d’Art et Essai) a été créée en octobre 1955, mais n’a pas initialement connu une rapide croissance. Aux cinq salles d’origine, parisiennes, s’étaient certes ajoutées en 1956 six nouvelles salles parisiennes et quelques salles de province, mais ce n’est qu’à partir de 1960-62 que le parc de salles s’accroit sensiblement : il n’y avait encore que 15 salles en 1959, puis 41 en 1960. Il aura fallu attendre que le label Art et Essai soit reconnu, c’est-à-dire que l’association ait obtenu, au terme d’une longue bataille avec le CNC et les ministères de tutelle, les compensations et/ou avantages économiques demandés (détaxe…). La progression moyenne fut au début de huit salles par an puis, de 1965 à 1974, de 59 par an. La programmation « culturelle » a progressivement quitté l’infrastructure de l’exploitation commerciale classique, qui avait cherché à la phagocyter pour aller vers une spécialisation (salles qui seront appelées « de répertoire3, des centres culturels, des salles municipales…) largement inédite, synthèse des ciné-clubs et de l’exploitation commerciale. Au sens hégélien du mot, la salle publique et le grand écran qu’elle implique étant préservés contre la consommation domestique et le petit écran, cette infrastructure opère un dépassement dialectique de l’opposition qui avait commencé à se créer dans les années cinquante, et qui aurait pu devenir irréductible, entre deux modes de consommation : le cinéma comme spectacle et loisir d’un côté, le cinéma comme art et outil de culture de l’autre.

Affichette présentant la programmation Art et Essai

Affichette présentant la programmation Art et Essai
  • 4 Daniel et Michel Serceau, op. cit. p. 99. On trouvera dans cet article des détails sur l’histoire, (...)

6Pierre Braunberger reconnaissait sans ambages en 1974 que, le mouvement étant divisé en grande, moyenne et petite exploitation, l’exploitation des films d’art les moins rentables étant rejetés sur cette dernière, le secteur Art et Essai avait acquis toutes les caractéristiques de l’exploitation commerciale classique. Sans surprise, le bulletin n°2 (1975) de la DIFARE (Chambre Syndicale des Distributeurs Indépendants de Films d’Art, de Répertoire et d’Essai) affirme explicitement que « beaucoup n’ont le choix qu’entre la faillite et l’adhésion à un circuit »4. L’exploitation Art et Essai se voyait menacée d’être récupérée par l’exploitation classique, et donc par les salles des centres des villes, voire par les circuits, quitte à diluer le label et ses exigences originelles. L’exploitation Art et Essai aura accru la consommation de cinéma dans une catégorie socioculturelle qui, pour une partie tout du moins, fréquentait auparavant davantage les ciné-clubs que les salles. Il ne s’agissait pas d’un public de cinéphiles, tel celui de la Cinémathèque française d’alors, mais d’un public de gens éclairés, ou tout simplement curieux. Si l’application du label Art et Essai se fait dès les années soixante-dix plus lâche, c’est que les exploitants et leurs représentants au sein de la Fédération Nationale des Cinémas Français tendent à ajuster l’offre à la demande d’un public émergent pour qui le cinéma est – peut-être – un art mais est avant tout un puissant moyen d’expression. À l’époque le label avalise autant, voire plus, qu’il promeut, accordant en auto-référence une valorisation symbolique aux salles détentrices.

Page de couverture de la brochure semestrielle

Page de couverture de la brochure semestrielle

7La création au Patis d’un comité de programmation, ou plus exactement de consultation, qui réunit d’anciens responsables ou militants du principal ciné-club de la ville, donne l’esprit dans lequel l’expérience a été engagée. Cet esprit conduira la salle à abriter, à partir de 1969, une section des « Amis de la cinémathèque », et des contacts seront pris au même moment avec Les Cahiers du cinéma dans le but d’améliorer l’accès aux films, de trouver une voie et une aide pour programmer des films qui ne sortent pas dans les salles commerciales, notamment de la ville du Mans. L’équipe prendra là une distance critique – précoce – avec l’AFCAE qu’elle juge trop laxiste et « commerciale ».

8L’équipe du Patis met au point dès 1964 une stratégie de communication, et fait imprimer chaque mois des affichettes spécifiques à la programmation Art et Essai, sauf bien entendu pendant les mois d’été, où la programmation demeure exclusivement commerciale. Elles seront apposées en divers lieux de la ville et diffusées par des relais. Leur maquette ne variera pas ; on y voit, sous un bandeau qui porte en, gros la mention « Cinéma Art et Essai » puis en plus petit la mention « Cinéma Le Patis » avec l’adresse de la salle, un tableau de deux colonnes. Dans la colonne de gauche figurent les jours et heures des séances. Dans la colonne de droite (deux fois plus large) figurent les titres des films (titres français pour les films étrangers, sans les dates) et à la ligne suivante (en beaucoup plus petit et en italiques) les noms des réalisateurs.

  • 5 Lancé dans l’Art et Essai à la même époque, il s’agrandira deux décennies plus tard (7 écrans) pour (...)

9Il sera publié en outre, à partir de l’automne 1966, pendant la quatrième année Art et Essai du Patis, deux fois par an, une brochure présentant, dans l’ordre des passages, chaque film. Le terme « année » sera remplacé à partir de 1968-1969 par le terme « saison ». La maquette ne variera pas non plus. Le format (13,5/21) demeurant toujours le même. Mais le format et l’emplacement de la photo (de film) de la première de couverture évolueront, cette photo étant remplacée pour les saisons 68-69 et 69-70, par un dessin (différent chaque année) exécuté par un artiste local. La mention « Studio “Art et Essai” », qui figure dans un cadre sur la première de couverture des deux premières brochures – celles de l’année 1966-1967 – au-dessus de la mention « cinéma « Le Patis », disparaît ensuite. Elle est remplacée par la mention « Cinéma “d’Art et d’Essai” ». Le terme « studio », que l’on trouvait dans les noms d’antiques et prestigieuses salles (Le studio 28 et Le studio des Ursulines à Paris) et dans ceux de certaines salles passées récemment à l’Art et Essai (Le Studio de Tours5 etc.), connotait la nouvelle voie dans laquelle s’engageait Le Patis, anoblissant son image. On ne sait pourquoi il a été, dès l’automne 1967, abandonné ; mais la brochure vivra jusqu’au printemps 1972.

  • 6 Il s’agit de l’installation de nouveaux fauteuils, dont la disposition a été changée.

10Le premier numéro comprenait 36 pages, dont, hormis la quatrième de couverture, 9 pages de publicité pour des commerçants de la ville. Les numéros suivants pourront atteindre 40 pages, dont 18 de publicité. Avant de tomber pour la saison 71-72 à 14 pages, dont une page seulement de publicité (la troisième de couverture), connaissant, pour des raisons économiques, quatre imprimeurs successifs. Cette brochure débutait, jusqu’à son avant-dernier numéro, par une « introduction », en fait un éditorial, qui comportait soit une défense et illustration de la programmation Art et Essai, soit un plaidoyer pour la philosophie qui l’inspirait, agrémenté de demandes de retour : vœux et réactions du public, etc. La première de ces introductions qui soit signée, celle du second numéro de la saison 67-68, ne rappelle pas par hasard que « Le Patis est programmé par un comité composé d’universitaires, professeurs, cinéphiles et étudiants qui s’efforcent de conjuguer les exigences du 7e art et du commerce ». D’autres, celle du premier numéro de la saison 70-71 notamment, comportent des appels clairs à la nécessaire fidélité du public, sans laquelle les efforts de la direction et les nouveaux investissements risquent de mettre en péril l’entreprise : « Cet effort financier très lourd6, étant donné la modicité du prix des places, sera supportable si vous maintenez votre fidélité ».

  • 7 Deuxième numéro de la saison 70-71.

11Ces textes parlent sans ambages des difficultés croissantes de l’entreprise, et la dernière introduction sera on ne peut plus claire : « Avec “La pendaison”, “Kes”, “Le journal d’une schizophrène” et même “Ils”, nous avons pris délibérément plus qu’un risque : la conscience certaine de l’échec commercial ». Sont également mises en avant les réticences de certains distributeurs (non nommés) à confier leurs films à la salle : « les distributeurs nous refusent de plus en plus leurs films… à moins qu’ils ne désespèrent d’en tirer le moindre profit ». L’introduction du premier numéro 68-69 le disait explicitement : « nous sommes contrariés par une législation absurde. Nous voulions organiser, pour la reprise de la saison Art et Essai, une soirée Godard : “À bout de souffle” plus “Le petit soldat”. Mais c’est impossible ». Sont stigmatisés les avantages donnés à d’autres salles, mieux placées sur la ville, on l’a vu : « certains (il s’agit des films inédits) passent longtemps après leur sortie à Paris ; la faute en incombe aux distributeurs qui ont cherché à passer ces programmes dans d’autres salles »7.

Page de couverture de la brochure semestrielle

Page de couverture de la brochure semestrielle

12Le premier numéro de la saison 69-70 était allé plus loin. Il y est en effet annoncé la prise de contact avec les Cahiers du cinéma destinée à obtenir des films qui ne connaissaient pas de sortie commerciale. « Un grand nombre de films sortent, non point dans les salles commerciales ou même « d’Art et Essai », mais à la Cinémathèque, dans le cadre de quelques séances extraordinaires organisées par de courageux programmateurs, ou même quelquefois dans des ciné-clubs…. Nous aimerions vous les montrer, mais les difficultés financières nous en empêchent… Les Cahiers nous permettront peut-être de les surmonter et ainsi de faire du Patis un défenseur actif du jeune cinéma ».

13La dernière introduction (celle du premier numéro de la saison 71-72) conclura sans ambages : « La situation de l’Art et Essai en France évolue mal, la grande exploitation augurant la mort de la petite… En bref les distributeurs nous refusent de plus en plus leurs films… à moins qu’ils désespèrent d’en tirer le moindre profit ». Le contenu et le ton sont typiques, emblématiques du caractère militant et associatif de l’entreprise. Même signés, ces textes emploient généralement la première personne du pluriel ; il est rare que l’on trouve la première personne du singulier. « Nous vous rappelons que vos suggestions sont toujours bien accueillies et que nous essayons de concilier les goûts de tous », lit-on par exemple dans l’introduction du deuxième numéro 70-71. Les rédacteurs rappellent sans cesse le contrat – implicite – passé entre le public et l’équipe.

Flyer du Ciné Poche

Flyer du Ciné Poche

14Défense et illustration de l’Art et Essai, ces brochures deviennent des outils au service de la culture cinématographique. Aux titres originaux des films, s’il s’agit de titres étrangers, accompagnés de leurs dates et quelquefois (rarement) des noms des principaux acteurs, succèdent des commentaires, et non de simples synopsis, plus ou moins étoffés selon le film, qui peuvent comprendre des extraits d’articles des critiques de l’époque, en étant même parfois exclusivement constitués. Ces commentaires sont, dès la saison 67-68, signés ; on trouve tout du moins à la fin les initiales du rédacteur. Une petite équipe s’est constituée, qui, ses membres se comportant comme des apprentis critiques, personnalise la présentation des films. Une mutation s’opère d’ailleurs à partir de la saison 69-70 : les commentaires se réduisent, mais on trouve de véritables articles sur quelques-uns des films de la programmation, signés cette fois (des noms apparaissent derrière les initiales). Ils sont groupés dans une deuxième partie, qui pourra occuper plus de la moitié de la brochure. Cette nouvelle formule est présentée dans l’introduction du premier numéro de la saison 69-70. « La grande nouveauté de cette saison… n’est point cinématographique mais critique. Nous avons pensé que les quelques lignes écrites dans le cadre de cette brochure afin de présenter hâtivement chacun de nos films constituaient un compromis assez peu défendable. Trop courts pour composer une étude valable, doublant ceux de la presse locale… ils nous apparurent si peu nécessaires que nous avons décidé de les supprimer. Secondés par une équipe locale et parisienne, nous préférons vous parler plus efficacement des principaux films de l’actualité par l’intermédiaire d’articles de fond ». C’est la même introduction, mot pour mot, qui figurera dans le second numéro de cette saison 69-70.

15Lorsque Le Patis sera géré par le Ciné Poche, des dépliants de quatre pages en format A4, présentant la programmation des deux salles, seront édités (que l’on nomme aujourd’hui flyers) ; les programmes du Ciné Poche et du Patis y sont conjointement présentés, avec les grilles horaires des deux salles. La visée est publicitaire : on ne trouve là, en effet, après l’essentiel du générique, qu’un synopsis prolongé par un commentaire qui est parfois un extrait d’un article paru dans une revue spécialisée, voire d’un livre, et une rubrique « Prochainement ». Ce dépliant édité tous les quinze jours passera à la mi-octobre 1982 à 8 pages, mais en format A3, plus proche de la brochure du Patis, dans la forme tout du moins (photo occupant une grande partie de la première de couverture). Quant au fond, pas de changement : la visée restera jusqu'au bout publicitaire.

Page de couverture du programme Ciné Poche/Patis

Page de couverture du programme Ciné Poche/Patis

Les axes privilégiés de la programmation Art et Essai

16La programmation Art et Essai du Patis n’est, de 1963 à 1980, pas tant conçue comme une alternative commerciale que comme une ouverture culturelle. Elle se trouve en effet proche de celle des ciné-clubs qui viennent de disparaître, auxquels Le Patis veut clairement se substituer. Les films d’auteur récents y occupent une place importante, essentiellement des films des réalisateurs de la Nouvelle Vague française, une trentaine d’Agnès Varda à Truffaut en passant par Louis Malle. Surtout des films de Godard : de 1 à 5 chaque année de 1965 à 1974. Des films des grands auteurs italiens qui se sont affirmés depuis le milieu des années 1950 : Fellini, 7 films, Antonioni, 4 films, Visconti, 3 films. Ils sont plus nombreux que les films d’auteurs du néoréalisme (2 seulement) et de son héritage (on relève bien 3 films de Rosi, mais un seul d’Olmi), des films du « nouveau » cinéma italien : Pasolini (3 films), Bertolucci (5 films), Bellochio (3 films). Confirmation de cette focalisation sur le cinéma d’auteur, l’équipe du Patis programme peu de « comédies italiennes » alors que le genre est en train de séduire la critique française. On relève Le Pigeon, Le Lit conjugal, Venez prendre le café chez nous et Les Complexés. Mais il faut voir là aussi, et peut-être surtout, un effet du décalage entre la reconnaissance de ces films par la critique et leur classement Art et Essai. Venez prendre le café chez nous et Les Complexés sont programmés de la même manière que des comédies triviales (proches du comique troupier) et des westerns spaghettis. Il était une fois dans l’Ouest entame en commercial une carrière qui le mènera en tête du box-office de la salle.

Tableau 13 : Les films de répertoire diffusés (films produits avant 1950)

années effectifs Titres
1963 1 Volpone
1964 8 Correspondant 17, Tonnerre sur le Mexique, Les Enfants du paradis, La Soupe au canard, Partie de campagne, L’Atalante, Ivan le terrible, La Vie est belle
1965 9 (1 muet) Les Portes de la nuit, Le Mécano de la « General », Alexandre Nevski, Les Visiteurs du soir, Jour de colère, To be or not to be, Ma femme est une sorcière, Rome ville ouverte, La Règle du jeu 
1966 5 (1 muet) Hôtel du nord, Les Raisins de la colère, Le Monde comique d’Harold Llyod, Une femme disparaît, Terre sans pain
1967 9 Drôle de drame, Ivan le terrible, Le Faucon maltais, Le Grand Sommeil, La Vallée de la peur, L’Eternel retour, La Maison du docteur Edwards, La Dame de Shanghai, Le Jour se lève
1968 10 (2 muets) La Terre tremble, Le Diable au corps, Le Cuirassé Potemkine, La Pêche au trésor, Gentleman Jim, La Kermesse héroïque, L’Impératrice rouge, Le Cameraman, Citizen Kane, Les Amants de la nuit
1969 10 (5 muets) Les Raisins de la colère, M le maudit, La Croisière du Navigator, Cape et Poignard, Les Fiancées en folie, Grand Casino, Le Procès Paradine, « L’écran démoniaque » : 3 films
1970 3 Rebecca, Lettre d’une inconnue, Espoir
1971 1 Pour qui sonne le glas
1971 0
1972 3 (1 muet) Monkey Business, Le Cuirassé Potemkine, L’Ombre d’un doute
1973 0
1974 6 (1 muet) Casablanca, Los Olvidados-Pitié pour eux, Monsieur Verdoux, Les Lumières de la ville, Le Kid, Les Enfants du paradis
1975 1 (1 muet) Les Lois de l’hospitalité
1976 3 (3 muets) Le Cuirassé Potemkine, La Revue de Charlot, La Ruée vers l’or
1977 0
1978 3 (1 muet) Boudu sauvé des eaux, Festival Charlie Chaplin, Une nuit à l’opéra
1979 3 (2 muets) Le Cameraman, Festival Charlie Chaplin, Jour de fête
1980 0
1981 0
1982 3 (1 muet) Festival Charlie Chaplin, Freaks, King Kong
1983 0
  • 8 Patrick Brion et Claude-Jean Philippe, authentiques cinéphiles, en furent les créateurs, programmat (...)

17Quelle est la proportion de films de répertoire ? En prenant en compte tous les films produits avant 1950, il s’en trouve une cinquantaine les dix premières années (de l’automne 1963 à 1974). Mais, si les effectifs sont significatifs jusqu’en 1969, ils décroissent radicalement dès 1970, suivant en cela l’évolution nationale, la diffusion du patrimoine cinématographique ayant trouvé un nouveau support en la télévision française, et surtout son ciné-club de la nouvelle deuxième chaine de l’ORTF8.

18L’effet « auteur » ne semble pas aussi patent. On trouve 6 films d’Hitchcock, 5 de Buster Keaton (ou considérés comme de Buster Keaton), 4 d’Eisenstein, 3 films de Chaplin (plus 2 programmes de courts-métrages), 3 de Marcel Carné, 2 d’Orson Welles, 2 de Renoir, 2 de Lang. Mais on trouve un seul film de Ford, de Sternberg, de Hawks, de Rossellini. On compte par contre 18 films muets. Les burlesques, qui constituent la quasi-totalité de ces films muets diffusés (14 sur 18), occupent à partir de 1975 presque tout l’espace (8 programmes sur 12).

19Le nombre de ces films de répertoire décroît d’un coup à partir de 1970. On enregistre cinq années blanches, et elles seraient toutes à partir de 1980 s’il n’y avait pas eu en 1982 Freaks et King Kong. Et s’il n’y avait pas les reprises : leur nombre est important: on voit repris Le Cuirassé Potemkine, Le Cameraman, Les Lumières de la ville, ainsi que l’ensemble intitulé Festival Charlie Chaplin (il sera à nouveau programmé en 1982).

20Non que l’ambition de diffuser la culture cinématographique ait fait long feu. Il faut en effet tenir compte des circonstances et des contraintes : on peut faire l’hypothèse que bien des films qui n’ont pas été programmés l’auraient été s’ils avaient été accessibles, ou réédités, recommandés. Il faut, surtout, prendre acte de ce que nombre de films des grands auteurs des années cinquante ont été programmés, surtout des européens (Buñuel, Bresson, Bergman, Fellini…), mais aussi de nouveaux auteurs américains des années soixante : Arthur Penn, Sidney Pollack, Scorsese, et Polanski… Le cinéma d’auteur a donc, tout du moins jusqu’en 1981, toujours sa place. Et bien des spectateurs y trouvent leur miel (Voir encadré présentant le témoignage de M. Leroux).

Reprogrammations

Titres Année de sortie en France 1er passage « Art & essai » au Patis Autres passages au Patis
1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
Le Cuirassé Potemkine 1925 1968 x
Les Enfants du paradis 1943 1964
Ivan le terrible 1944 1964 x
Journal d’un curé de campagne 1950 1964 x
Los Olvidados 1950 1965 x
Jeux interdits 1951 1971
Les Vacances de M Hulot 1953 1966
A l’est d’Eden 1955 1969 (commercial en 1958)
La Fureur de vivre 1956 1969
Géant 1957 1969
Le Septième sceau 1957 1964
Les Fraises sauvages 1959 1963 X x
Les Quatre Cents coups 1959 1967 x
Hiroshima mon amour 1959 1964 X x x
A bout de souffle 1960 1965 x x
L’Année dernière à Marienbad 1960 1968 x
Tirez sur le pianiste 1960 1964 x
L’Avventura 1960 1963 x
La Source 1960 1964 x
Le Procès 1962 1965 x
Les Communiants 1962 1965 X
Le Couteau dans l’eau 1962 1964 x
Les Dimanches de Ville d’Avray 1962 1966 x X
Mourir à Madrid 1962 1965 x
Huit et demi 1963 1965 x
America America 1963 1965 x
Le Silence 1963 1967 x
Une femme mariée 1964 1965 x
Pierrot le fou 1965 1969 x X
Alphaville 1965 1966 x
Suzanne Silmonin la religieuse de Diderot 1966 1969 x
La Chinoise 1967 1967 x
Titres Année de sortie en France 1er passage « Art & essai » au Patis Autres passages au Patis
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979
Le Cuirassé Potemkine 1925 1968
Les Enfants du paradis 1943 1964 x
Ivan le terrible 1944 1964
Journal d’un curé de campagne 1950 1964
Los Olvidados 1950 1965 x x
Jeux interdits 1951 1971 x x x
Les Vacances de M Hulot 1953 1966 x
A l’est d’Eden 1955 1969 (commercial en 1958) x x
La Fureur de vivre 1956 1969 x x
Géant 1957 1969 x
Le Septième sceau 1957 1964 x x
Les Fraises sauvages 1959 1963 x
Les Quatre Cents coups 1959 1967
Hiroshima mon amour 1959 1964 x x
A bout de souffle 1960 1965 x
L’Année dernière à Marienbad 1960 1968
Tirez sur le pianiste 1960 1964
L’Avventura 1960 1963
La Source 1960 1964 x
Le Procès 1962 1965
Les Communiants 1962 1965 x
Le Couteau dans l’eau 1962 1964
Les Dimanches de Ville d’Avray 1962 1966
Mourir à Madrid 1962 1965 x
Huit et demi 1963 1965 x
America America 1963 1965
Le Silence 1963 1967
Une femme mariée 1964 1965 x
Pierrot le fou 1965 1969 x x
Alphaville 1965 1966
Suzanne Silmonin la religieuse de Diderot 1966 1969
La Chinoise 1967 1967
  • 9 Le palmarès a donné lieu à la publication le 13 novembre 2008 par les éditions des Cahiers du Ciném (...)
  • 10 Publiée, sur un site du web : Cinémagora.

21Quantitativement parlant, si l’on considère l’ensemble de la programmation entre 1963 et 1980, on trouve là près de la moitié des films qui figureront sur la liste des 100 meilleurs films de l’histoire du cinéma qu’établira en 2008 un jury composé de 78 cinéastes, critiques, producteurs, scénaristes, directeurs de festivals9. On peut y ajouter 15 films qui figureront un peu plus tard, en 2011, sur la liste obtenue par un vote de spectateurs10. Peu importe, encore une fois, que ces films n’aient pas tous été programmés dans le cadre officiel de l’Art et Essai : on en est aux débuts du processus de recommandation des films. On arriverait donc, si l’on fusionnait ces deux listes, à 58% de films du répertoire reconnus, inscrits dans un palmarès, programmés au Patis.

  • 11 Tous ces films sont aujourd’hui recommandés.

22Il convient d’observer cependant que la liste des films recommandés Art et Essai d’aujourd’hui ne répond pas toujours à l’esprit qui a présidé à l’établissement par des critiques et/ou des spectateurs d’un « panthéon » du cinéma, et que, de surcroît, les critères de classement changent selon les époques : nombre de films diffusés dans ces années n’ayant pas été recommandés lors de leur diffusion, le sont aujourd’hui (Apocalypse now, etc.). Aux films de patrimoine s’ajoutent en effet des films qui témoignent d’un élargissement, voire d’une banalisation, de la notion de film d’auteur, de l’extension du concept Art et Essai. Mais il est intéressant de voir que la programmation du Patis a manifestement constitué, à partir de 1964, un reflet anticipé de cet élargissement. L’offre de l’équipe qui animait la salle n’était pas uniquement, donc, ou n’est pas restée, celle des ciné-clubs et de la cinéphilie classique. Elle correspondait, comme celle de la plupart des salles d’Essai et de Recherche d’aujourd’hui, à la demande d’un public qui, même s’il l’incluait, débordait le champ des cinéphiles. Ce public avait, entre autres, un goût pour les sujets politiques. Les nouveaux cinéastes italiens que programme Le Patis font un cinéma ouvertement politique, de contestation, voire de rupture. Qu’il s’agisse des films de Bertolucci, programmés à partir de 1968 (Prima della Rivoluzionne, Le Conformiste, La Stratégie de l’araignée, 1900), de Bellochio, programmés à partir de 1969 (La Chine est proche, Les Poings dans les poches, Viol en première page, Au nom du père), de Pasolini, programmés à partir de 1970 (Théorème, Salo ou les 120 Journées de Sodome…), d’Elio Petri, programmés à partir de 1972 (Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, La classe ouvrière va au paradis), de Francesco Rosi, programmés à partir de 1974 (L’Affaire Mattei)11. Le Patis a également programmé en 1970 Z (4e au box-office), en 1972 Coup pour coup, en 1982 Missing (20e au box-office), ainsi que des films hongrois, des films chiliens qui représentaient des défenses et illustrations de l’Unité Populaire, et quelques films d’Amérique latine, du Tiers-Monde. Une partie des cinéphiles était devenue alors tiers-mondiste, voire partisane d’un « Troisième cinéma ». Le public du Patis et l’équipe d’animation avec laquelle il entrait en interaction n’étaient pas aussi radicaux, mais l’un et l’autre politiquement ancrés à gauche.

  • 12 Kanal en 1969 n’en avait fait que 234.
  • 13 On pourrait ajouter Kashima paradise.

23Mais, même si elle est le produit conjugué d’une offre et d’une demande latente, cette programmation est une chose ; les résultats en sont une autre. Le Sang du condor (qui n’est pas ou plus recommandé aujourd’hui Art et Essai) fait 514 entrées, les films chiliens 991 (Il ne suffit plus de prier) et 449 (Quand le peuple se réveille), Le Charbonnier 609. La Terre (de Youssef Chahine) ne fait en 1972 que 121 entrées, La Bataille du Chili que 158. Lucia (film cubain) ne fait à la fin de 1972 que 154 entrées en 3 séances. Chronique des années de braise (Algérie) ne fera jamais en 1976 que 612 entrées en 8 séances. Autre exemple, lié à l’actualité politique de l’Europe, L’Homme de marbre n’enregistre en 1979 que 101 entrées en 4 séances12. Il faudra attendre la reprise du Patis par le Ciné Poche et la programmation de L’Homme de fer, dans un contexte, et avec une mobilisation – on l’a vu – politique pour voir un tel type de film obtenir un score remarquable. On pointera aussi un assez conséquent contingent de documentaires politiques, dont le nombre augmente significativement dans cette période. On en compte, de Mourir à Madrid à Mai 68 en passant par Français si vous saviez et Le Chagrin et la Pitié, pas moins de 13 13: 4 films de Frédéric Rossif, 2 films de Chris Marker, La Guerre d’Algérie, Soleil O, et des films très engagés comme L’Heure des brasiers, La Spirale, Comment Yukong déplaça les montagnes, Mais les résultats, en moyenne d’entrées par séance, sont fort médiocres ; nous les détaillerons dans le chapitre consacré à l’offre de documentaires.

24Il faut également tenir compte d’une offre significative de documentaires sur des artistes, des groupes ou de grands évènements musicaux. Le Patis qui avait déjà programmé Quatre Garçons dans le vent (reprogrammé en 1983) et Le Sous-marin jaune, en a programmé pas moins de 8 entre 1975 et 1983, avec des résultats parfois très médiocres : Gimme shelter n’a fait – lors de son deuxième passage – que 240 entrées en 9 séances, AC DC : let there be rock 101 en 9 séances. Quoique programmé tard (il date de 1970), Woodstock (18e au box-office national) fait par contre partie des films les plus souvent réédités par la salle, et ses entrées n’ont chuté que lors de son dernier passage ; elles ont auparavant toujours été au-dessus de 900. Si, globalement (cf. troisième partie), l’offre de films musicaux a été plus concentrée durant les années cinquante et soixante, il s’agissait presque exclusivement de fictions, ou de comédies musicales. Liée à un changement de public, l’abondance de documentaires musicaux dans les années soixante-dix atteste donc d’une mutation ; de Woodstock à Don Giovanni, le public du Patis fait un grand écart. Ou, plutôt, les publics se croisent. Dès lors, l’équipe qui anime Le Patis ne s’est-elle pas trouvé en décalage avec son public, quand elle déclare (texte de la première brochure de la saison 69-70 déjà cité) vouloir en revenir à l’esprit militant et à l’exigence des ciné-clubs et, corollairement, de la Cinémathèque française ? Cette équipe a par ailleurs des raisons, et ses raisons, d’entrer en dissidence au sein de l’AFCAE, devenue à ses yeux laxiste. Mais l’équipe est une chose, le public en est une autre ; il s’accommode et se nourrit, lui, de ce qui est sans doute de plus en plus éclectique.

Graphique 9 - Proportion de films Art et Essai diffusés au Patis(1963-1983)

Graphique 9 - Proportion de films Art et Essai diffusés au Patis(1963-1983)

25Initiée de manière volontariste, la programmation Art et Essai a été conçue au départ comme un prolongement de l’esprit et du travail des ciné-clubs, l’offre provenant de films d’auteurs. Leurs noms et la réputation de leurs films importait, même si le thème n’était pas indifférent. Il y eut aussi quelques tentatives de mettre en avant la cinématographie d’un pays (« Semaine du cinéma hongrois »), voire un genre (« L’écran démoniaque »). Mais elles sont demeurées limitées, la notion de cinéma d’auteur continuant longtemps à influer sur la programmation. Le Patis, qui a réussi à obtenir en première vision quelques films de qualité à succès (Amarcord, Familly life) a prouvé qu’il pouvait être un lieu, non seulement de référence, mais de commercialisation du cinéma d’Art et de Recherche. Mais il eût fallu, pour que l’essai soit transformé, que les distributeurs y croient. La création du Ciné Poche lui fera, enfin, perdre sa position de pionnier sur la ville. Ce dernier redonnera bien au Patis, lorsqu’il le prendra en location et en assurera la programmation, un second souffle. Mais il en utilisera plus l’image que l’esprit, dans un contexte où l’offre de films Art et Essai devenait de plus en plus éclectique, mais constamment proposée à un niveau élevé au Patis, soit entre les deux tiers et les trois quarts des titres.

Le parcours initiatique d’Alain Leroux au cinéma Le Patis (1968 -1974)

« À mon sens la question centrale de ce témoignage est de démontrer si ces quelques années en tant que spectateur des films Art et Essai projetés le jeudi après-midi, puis le mercredi au cinéma le Pâtis, il y a environ quarante ans, m’ont apporté quelque chose. La réponse est clairement oui ! Il s’agit même d’une sorte de parcours initiatique personnel, cependant aucun débat à l’issue de la projection n’est venu éclairer ma lanterne.

Deux films m’ont particulièrement marqué et qui s’opposent : Les Clowns trop méconnu et incontournable et La Montagne sacrée qui est le film le plus incompréhensible que j’ai vu. Les Clowns (1971) est une sorte de documentaire réalisé par un passionné de cirque dénommé Federico Fellini… Un très grand Fellini à revoir en famille. La Montagne sacrée (1973) est réalisé par Alejandro Jodorowsky (1929) qui s’inspire du roman inachevé intitulé Le Mont Analogue de René Daunal (1952) dont le sous-titre : Roman d'aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques donne la teneur.

Abordable, mais pas dénoué de symbole, celui qui a le mieux maîtrisé le portrait : Ingmar Bergman (1918-2007)… La Source (1960) est la transposition par la romancière Ulla Isaksson du conte médiéval « La fille de Töre à Vänge »… Les Communiants (1963) met en scène un pasteur, inspiré par le père de Bergman, qui perd la foi face à la réalité du monde.... L’Heure du loup (1968) est aussi un film intimiste… Qu’importe les mots que l’on écrit sur Ingmar Bergman ; ce qui compte est de découvrir et revoir l’ensemble de son œuvre. Bergman a été une révélation pour le jeune spectateur que je fus au Pâtis.

Je découvre Pier Paolo Pasolini avec Théorème (1968) qui met la sexualité en avant, mais aussi le spirituel. Ce film est dominé par le mysticisme. …

Luis Buñuel  (La mort en ce jardin, 1956) traite de manière symbolique un ensemble de thèmes telle la religion, la chair, l’argent et les institutions. La mise en scène est surréaliste. Le journal d’une femme de chambre (1963) dénonce les agissements de la bourgeoisie provinciale grâce au témoignage d’une femme de chambre. Buñuel choisit l’austérité du noir et blanc, sans musique, non sans plaisir.

Nagisa Ōshima (1932) réalise toujours de grands films comme Le petit garçon (1969) et Une petite sœur pour l’été (1972), mais La pendaison est celui que je n’ai pu oublier… Les Marx Brothers sont des comédiens américains. Monnaie de singe (1921) réalisé par Norman Z. MacLeod met en scène Groucho, Chico, Harpo, Zeppo comme passagers clandestins sur un bateau qui voyagent à la manière d’un film burlesque. Une nuit à Casablanca (1946) raconte la vie dans un hôtel dirigé par un directeur très particulier suite à des circonstances dramatiques. Des espions nazis face aux Marx Brothers. Sans doute les deux meilleurs qu’ils ont joués.

Quelques autres réalisateurs connus que je découvre : Jean-Luc Godard signe un film poétique et coloré avec Pierrot le fou (1965) sur le thème de l’amour et de la mort. Une cavale entre Paris et la Méditerranée qui semble rejeter la société de consommation. Belmondo montre son grand talent en compagnie d’Anna Karina… Eric Rohmer travaille par cycles… L’intrigue s’articule sur l’amour et le hasard, l’infidélité, des dialogues élaborés qui sont sa marque de fabrique. Comme tous les films de Rohmer Ma nuit chez Maud (1969), Le genou de Claire (1970), sont des moments de simplicité et de réflexion… Alain Resnais réalise un nouveau film sur la mémoire avec Hiroshima mon amour (1959) d’après l’œuvre de Marguerite Duras… Ce film est tout simplement remarquable.

Les films d’Art et Essai du Patis ont été pour le jeune homme que j’étais très formateurs, allant avec une autre formation pourtant non scolaire à cette époque de diverses lectures et de réflexion. Ils ont été un maillon indispensable à l’autodidacte que je suis. »

Notes

1 Claude Forest, Quarante ans de fréquentation cinématographique française. Évolutions régionales et départementales (1957-1996), revue 1895, n°23, décembre 1997, pp. 63-80.

2 Le chiffre retenu est celui du nombre de programmes à partir de l’instauration de la programmation Art et Essai, en octobre.

3 L’appellation ne sera officiellement créée qu’en 1991.

4 Daniel et Michel Serceau, op. cit. p. 99. On trouvera dans cet article des détails sur l’histoire, jusqu’à cette date, de l’exploitation Art et Essai.

5 Lancé dans l’Art et Essai à la même époque, il s’agrandira deux décennies plus tard (7 écrans) pour devenir l’un des premiers établissements du genre en France (plus de 300.000 entrées en 2013).

6 Il s’agit de l’installation de nouveaux fauteuils, dont la disposition a été changée.

7 Deuxième numéro de la saison 70-71.

8 Patrick Brion et Claude-Jean Philippe, authentiques cinéphiles, en furent les créateurs, programmateurs et animateurs à partir de 1971.

9 Le palmarès a donné lieu à la publication le 13 novembre 2008 par les éditions des Cahiers du Cinéma d’un ouvrage collectif, sous la direction de Claude-Jean Philippe, intitulé 100 films pour une cinémathèque idéale, où chaque film est présenté par un membre du jury.

10 Publiée, sur un site du web : Cinémagora.

11 Tous ces films sont aujourd’hui recommandés.

12 Kanal en 1969 n’en avait fait que 234.

13 On pourrait ajouter Kashima paradise.

Table des illustrations

Titre Graphique 8 - Fréquentation annuelle France et Le Patis (1942-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Affichette présentant la programmation Art et Essai
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Page de couverture de la brochure semestrielle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Page de couverture de la brochure semestrielle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Flyer du Ciné Poche
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Page de couverture du programme Ciné Poche/Patis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Graphique 9 - Proportion de films Art et Essai diffusés au Patis(1963-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9935/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search