Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Première partie. L’histoire

Chapitre III. Analyse statistique de la programmation

Texte intégral

1L’analyse des cahiers de l’exploitant, qu’il avait conservés en archives et sur lesquels il notait manuellement chaque semaine les principales indications concernant l’exploitation des films qu’il diffusait – titres, entrées, recettes, nombre de séances (pas toujours) –, ont constitué une ressource précieuse qui a permis d’analyser la programmation, son évolution ainsi que celle de la demande du public. Elles ont été comparées avec les données collectées par le CNC, établies hebdomadairement à partir des déclarations des bordereaux de films envoyés par l’exploitant dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais réellement exploitables, par l’informatisation ultérieure des supports hebdomadairement et soigneusement dactylographiés de l’époque, à partir des données de l’année 1960. Rares ont été les discordances entre les deux sources, qui se sont souvent au contraire complétées l’une l’autre.

Deux pages d’un carnet de programmation du Patis de 1955 (Les noms des réalisateurs et les dates des films ont été ajoutés par nous)

Deux pages d’un carnet de programmation du Patis de 1955 (Les                     noms des réalisateurs et les dates des films ont été ajoutés par nous)

1) Les périodes de diffusion

L’ouverture de la salle

2De 1942 à 1983, les 42 années civiles d’exploitation de la salle analysées sont en fait ramenées à moins de 41 car comprenant deux années partielles, celle de l’ouverture (1942) qui ne s’opère qu’en octobre, et celle de la fermeture définitive (1983) en août, soit précisément 2128 semaines de fonctionnement.

3Elles se répartissent en 1979 semaines d’exploitation et 149 de fermeture (7 % du temps d’exploitation), ces dernières comprenant deux catégories différentes. Des fermetures contraintes vont apparaître à deux moments essentiels : au lendemain de la Guerre (1944), puis en 1980, soit au total durant 68 semaines. Les autres semaines de fermeture correspondent à des choix d’exploitation, périodes de fermeture annuelle estivale, rares avant 1963, mais qui vont se systématiser à partir de cette date, durant quatre semaines de 1963 à 1976, pour s’interrompre les années suivantes, hormis 1982, année précédant la fermeture définitive (tableau 1). Quant à la période de fermeture annuelle, elle répond à la fois à une adaptation au départ en congés des spectateurs, et donc à une moindre rentabilité de la salle, et également à la prise des congés payés du personnel, dont la durée légale en France était passée à trois semaines en 1956 à quatre en 1969, puis cinq en 1982.

Tableau 1 : Semaines d’exploitation et films diffusés

Années Semaines d’ouverture Semaines de fermeture Nombre de programmes diffusés dans l’année Nombre moyen de films par semaine
1942 6   6 1
1943 51   51 1
1944 38 14 38 1
1945 49 3 49 1
1946 50 2 50 1
1947 53   53 1
1948 53   53 1
1949 52   59 1,1
1950 52   59 1,1
1951 52   53 1
1952 53   54 1
1953 52   59 1,1
1954 53   57 1,1
1955 51   52 1
1956 53   54 1
1957 52   55 1,1
1958 50 2 51 1
1959 52   52 1
1960 52   53 1
1961 52   56 1,1
1962 53   55 1
1963 49 3 60 1,2
1964 48 4 83 1,7
1965 48 4 78 1,6
1966 49 4 83 1,7
1967 48 4 87 1,8
1968 48 4 91 1,9
1969 48 4 93 1,9
1970 48 4 85 1,8
1971 48 4 85 1,8
1972 49 4 86 1,8
1973 48 4 80 1,7
1974 48 4 73 1,5
1975 49 4 75 1,5
1976 49 4 81 1,7
1977 53   81 1,5
1978 53   81 1,5
1979 53   76 1,4
1980 22 30 29 1,3
1981 14 38 14 1,0
1982 48 5 76 1,6
1983 30   46 1,5
total 1979 149 2612 1,3

Le nombre de films programmés

4Le mono-écran qu’est demeuré Le Patis tout au long de son existence ne pouvait diffuser qu’un seul film à un horaire donné, au contraire des complexes qui se développèrent à partir de 1969, qui pouvaient en proposer plusieurs simultanément, un par salle de l’établissement. Toutefois, au cours de la semaine, plusieurs films pouvaient être projetés à des horaires décalés, en général selon les différents publics auxquels ils s’adressaient. Les quatre décennies d’exploitation de la salle montrent de ce point de vue deux périodes distinctes. Avant 1962, la monoprogrammation (un seul film à l’affiche toute la semaine) demeurera la règle, absolue jusqu’en 1958, relative avec quelques exceptions annuelles durant toute la décennie suivante, dépendant davantage d’opportunités que relevant d’une politique choisie (graphique 1).

5En revanche 1963 marque une rupture dans le mode d’exploitation. La multiprogrammation va être systématique à partir de 1964, année à partir de laquelle le nombre de films annuels va passer de la cinquantaine à 80, soit une moyenne de 1,7 à 1,9 par semaine, celles ne diffusant qu’un seul titre devenant exceptionnelles. Elle est surtout liée à ce que, à partir de l’automne 1963, la programmation se dédouble : des séances avec des films recommandés Art et Essai projetés en version originale sous-titrée en semaine, une programmation commerciale traditionnelle le week-end. La part de l’une et de l’autre évoluera. La multiprogrammation coïncide également avec l’apparition de la période de fermeture estivale. Au total, sur toute la période, avec 2612 titres programmés sur les quatre décennies, Le Patis aura diffusé 1,3 film en moyenne par semaine de fonctionnement.

Graphique 1. Nombre de films diffusés au Patis : 1942-1983

Graphique 1. Nombre de films diffusés au Patis :                             1942-1983

Les séances

6Malgré l’imprécision dans l’exploitation des bordereaux de caisse pour certaines semaines, plusieurs périodes dans l’offre de séances ont été mises en relief :

  • de 1943 à 1950, la salle ouvre avec 10 séances hebdomadaires, offrant quelques variations inévitables selon des évènements conjoncturels (jours fériés, durée des titres, etc.) ;
  • pendant les deux décennies suivantes, de 1951 à 1969, le rythme est régulièrement de 9 séances hebdomadaires, avec les mêmes exceptions que pour la période antérieure, ainsi que l’égalité de traitement des titres à l’affiche (2 fois 5 séances) en cas de double programme ;
  • à partir de 1970 et de la généralisation de la multiprogrammation, le nombre de séances devient plus instable, dépendant davantage de la longueur des films et des publics auxquels ils s’adressent, mais il tourne autour de 8 séances hebdomadaires jusqu’en 1975, pour diminuer encore ensuite : 6-7 séances ;
  • à la réouverture de 1981 la rupture est complète : la salle offre tous les jours 2 à 4 séances quotidiennes, soit 12 à 20 séances hebdomadaires selon les films proposés, mais avec des variations assez erratiques.

2) Les programmes diffusés

7Parmi les 2612 programmes offerts au public durant ces quatre décennies, certains films furent diffusés plusieurs fois. Pour ceux-ci, plusieurs cas ont pu se produire : soit des films repris des mois ou années après leur première diffusion dans la salle, soit des films demeurant plusieurs semaines consécutives à l’affiche, ces deux phénomènes possédant des logiques et caractéristiques différentes, et apparaissant à des périodes distinctes. Si l’essentiel des titres programmés ne l’auront été qu’une seule fois, et durant une seule semaine, l’analyse détaillée de la programmation va nous permettre de saisir l’évolution de l’offre de la salle, parallèlement à celle de la carrière des films en salles.

Les programmes rediffusés

8Pour les 308 titres au total qui firent l’objet d’une reprise de diffusion au Patis, les deux tiers le furent une seule fois, et un tiers de deux à huit fois, composant un total de 451 programmes, soit 17 % de ceux offerts au cours des quatre décennies pour 14 % la totalité des films projetés, une proportion caractéristique d’une salle de quartier qui n’était pas d’exclusivité. La politique de reprise de titres répondra toutefois à des fréquences et des motivations distinctes selon les périodes, et elle concernera des titres de natures distinctes.

Tableau 2 : Films reprogrammés

Reprise du même film deux semaines non consécutives Nombre de films concernés
1 fois 217
2 61
3 16
4 11
5 1
6 0
7 1
8 1
Total des films reprogrammés 308

9Les reprises demeurèrent exceptionnelles au début de l’exploitation (graphique 2), n’atteignant pas un film par mois jusqu’en 1963, selon un rythme inversement proportionnel à la fréquentation globale. Elles apparaissent d’abord clairement, dans une optique commerciale, comme une mesure compensatoire à la baisse de fréquentation (années cinquante, soixante), avant de répondre, dans le cadre de la programmation Art et Essai, à une logique plus cinéphilique de re-proposition des œuvres reconnues (années soixante-dix).

Graphique 2 - Nombre de films rediffusés dans l’année

Graphique 2 - Nombre de films rediffusés dans                             l’année

10L’écart temporel entre les différentes diffusions d’un titre était originellement très élevé, de quatre à six ans entre les premières et secondes diffusions en général. Il tendra à se réduire dans les années soixante à trois ans, avant de devenir indépendant de la date de première diffusion, la logique devenant davantage – mais pas exclusivement – cinéphilique que commerciale, ce qui explique que, alors que le nombre de films rediffusés doublera de la décennie soixante à la décennie soixante-dix, ce seront de moins en moins des films récents (graphique 3).

Graphique 3 - Années d’origine et de premières rediffusions

Graphique 3 - Années d’origine et de premières                             rediffusions

Les films rediffusés

Affiche de L’enfant dans la tourmente

Affiche de L’enfant dans la tourmente

11Le premier film repris pour une seconde diffusion fut le mélodrame familial L’Enfant dans la tourmente : nouvelle sortie en avril 1942 du film de René Jayet avec Jules Berry et Suzy Vernon (le premier titre était Retour au bonheur) que Le Patis avait diffusé étonnement tôt, dès janvier 1943. Il aura donc été repris seulement six mois plus tard, ce malgré un succès fort relatif (1.026 entrées) qui se confortera cependant (1.138). Cette première reprise ne fut toutefois ni annonciatrice ni représentative des suivantes.

12Le film le plus anciennement diffusé au Patis à l’avoir été une seconde fois aura été la comédie musicale de Richard Pottier, Lumières de Paris (1938). Sorti au Patis en décembre 1942, soit quelques semaines seulement après l’ouverture de la salle, il sera repris quatre ans plus tard, en raison de son fort succès, lié à la présence du chanteur Tino Rossi. Il réalisera d’ailleurs davantage d’entrées lors de sa reprise : 2.233 contre 1.660.

13La logique initiale des rediffusions de films n’était pas absolument chronologique, c’est-à-dire qu’elle ne se voyait pas corrélée avec la date de première diffusion en salle. La comparaison (tableau 3) entre les premiers films à avoir été repris (partie haute du tableau) et les premiers à avoir été rediffusés (partie basse) fait apparaître une seule moitié de titres commune, et dans un ordre non chronologique. Les opportunités, genres de films et négociations avec les distributeurs priment très logiquement sur l’ordre chronologique de diffusion.

14La durée d’attente entre la première diffusion et la rediffusion tend à légèrement diminuer dans le temps. Supérieure à cinq ans en moyenne les deux premières décennies, elle n’est plus que de quatre ans ultérieurement. La reprise de quelques « classiques » des années quarante et cinquante (À l’Est d’Eden, Pour qui sonne le glas ?, Casablanca, etc.) fera augmenter cette moyenne qui, en réalité, pour les films d’exploitation commerciale traditionnelle, ne cessera de diminuer pour être plus proche de deux ans.

Tableau 3 : Premiers films rediffusés au Patis

An Sem. Titre Entrées
Selon la date de premier passage
1942 49 Lumières de Paris 1660
1942 52 Les Rois du sport 2582
1943 1 L’Enfant de troupe 1987
1943 4 L’enfant dans la tourmente 1026
1943 5 Monsieur Hector 974
1943 10 La Neige sur les pas 1636
1943 12 Ramuntcho 1411
1943 26 La Bandera 1298
1943 31 Sans famille 1951
1943 34 Paradis perdu 2428
1943 38 Les Cinq Sous de Lavarède 2443
1943 47 Marius 2418
1943 48 Fanny 2443
1943 49 César 2476
1943 51 Narcisse 3178
1944 5 Le Tigre du Bengale 2168
1944 6 Le Tombeau hindou 2229
Selon la date de première rediffusion
1943 22 L’enfant dans la tourmente 1138
1943 32 Un de la Canebière 2525
1946 19 Lumières de Paris 2233
1946 21 Le Secret de Madame Clapain 1184
1946 27 Patricia 1472
1946 48 Ramuntcho 1974
1947 8 Le Mariage de Chiffon 1529
1947 26 Monsieur Hector 873
1947 43 Le Tigre du Bengale 1610
1947 44 Le Tombeau hindou 1498
1948 21 Trois de Saint-Cyr 1335
1948 32 Marius 1462
1948 33 Fanny 1389
1948 34 César 1532
1949 3 Monsieur La Souris 1250
1949 19 Fièvres 1915
1949 20 Paradis perdu 1647

15(En gras : les titres qui apparaissent à la fois dans la liste des premiers films à avoir été repris et dans celle des premiers films rediffusés).

Les résultats des rediffusions

16Au début du phénomène des films repris, on relève qu’à de rares exceptions près (dont le premier film à l’avoir été), les entrées initialement générées par ces films sont relativement élevées (1.500 à 2.500 entrées dans la semaine), et que leur rediffusion engrange également un nombre important d’entrées. Quelques-uns en génèrent davantage que lors de leur première diffusion, mais la majeure partie nettement moins (graphique 4), sans qu’une loi de proportionnalité se dégage, ni par période temporelle, ni par genre ou nationalité des films. Hormis la première période, celle de l’immédiat après-guerre, où un effet de rattrapage peut expliquer ces bons résultats des secondes diffusions, la règle sera que les reprises génèreront moins d’entrées que les premières diffusions, dans plus de 90 % des cas.

17Les 308 films repris générèrent 335.000 entrées lors de leur première diffusion, soit chacun près de 1.100 en moyenne, mais seulement 200.000 lors de leur deuxième passage (650 en moyenne), soit une baisse de 40 % d’une diffusion à l’autre. Le phénomène est parfaitement compréhensible : l’essentiel du public est toujours touché dès la première fois et ne retourne que très minoritairement voir le film une seconde fois ; et les spectateurs interpellés par le « bouche-à-oreille » au sujet d’un film qu’ils auraient raté lors de sa première diffusion sont toujours moins nombreux, surtout plusieurs années après. Pour cette salle, la logique de fréquentation du public était bien structurée par la présentation durant une seule semaine des œuvres, nettement moins sur une exploitation de longue durée ou de reprise.

Graphique 4 - Différentiel des entrées générées par les films entre leur première diffusion et leur première ???? (1943-1983)

Graphique 4 - Différentiel des entrées générées par                             les films entre leur première diffusion et leur première ????                             (1943-1983)

18Le choix des films repris semble avoir obéi à trois logiques distinctes et successives :

19– Une première période, qui concerne peu de films, regroupe celle de la guerre et de l’immédiate après-guerre, où domine essentiellement une logique de rattrapage, de rediffusion des films qui avaient été peu ou mal diffusés durant l’occupation, ou liés à la pénurie d’après-guerre ;

20– Une seconde période (1948-1965) concerne une centaine de films qui seront tous de grands ou très grands succès dans la salle. Les entrées initiales auront varié de 1.500 à plus de 3.000 entrées, le record étant La Pocharde de J-L. Bouquet et J. Kemm, qui aura généré 3.381 entrées lors de sa première diffusion en 1946 (mais trois fois moins trois ans plus tard). La visée est clairement commerciale : rediffuser des films qui ont généré des entrées pour optimiser la probabilité d’en engranger d’autres à nouveau ;

Tableau 4 : Nombre de films diffusés au moins trois fois au Patis

Années de rediffusion 2e rediffusion 3e rediffusion 4e rediffusion 5e rediffusion 6e rediffusion 7e rediffusion 8e rediffusion
1947 1            
1948 -            
1949 -            
1950 -            
1951 -            
1952 2            
1953 -            
1954 -            
1955 1            
1956 5            
1957 1            
1958 3 1        
1959 2            
1960 1            
1961 -          
1962 4            
1963 4 1 1        
1964 1 2        
1965 6 1          
1966 3          
1967 1 3 2        
1968 4            
1969 3            
1970 4 5        
1971 6            
1972 3 1 1 1      
1973 1   2        
1974 4 1   1      
1975 - 2   1      
1976 3 3     1    
1977 6 1 1        
1978 8 3 1        
1979 8 2 2     1  
1980 1 1 1       1
1981 -          
1982 3 3 3        
1983 2       1 1  
total 91 30 14 3 2 2 1

21– À partir de 1966, la logique des reprises deviendra mixte : commerciale pour l’essentiel, elle touchera également des titres ayant généré moins d’entrées, mais reconnus artistiquement. Le Crime était presque parfait, Les Fraises sauvages et Hiroshima mon amour inaugureront cette tendance, malgré de très faibles entrées initiales (251 et 486 respectivement pour les deux derniers), et ce critère prévaudra pour la reprise des films lors de la décennie suivante. Dans le cadre de la programmation Art et Essai, la rediffusion de films de patrimoine (Le Cameraman, Les Vacances de M. Hulot, etc.) ou recommandés par ce label (Charles mort ou vif, La Grande Bouffe, etc.) prendra une part grandissante, malgré de faibles, voire très faibles scores constants.

Les films multi-rediffusés

22À la fois pour des raisons de durée de l’exploitation, du temps nécessaire entre deux rediffusions, mais également de conception de l’exploitation de la salle et de politique de programmation, les films qui firent l’objet d’au moins deux rediffusions demeurent quantitativement rares, et ils apparaissent à partir du milieu des années cinquante. Le premier est en 1947 l’atypique L’Enfant dans la tourmente déjà cité, les suivants en 1952 Le Tombeau hindou (Richard Eichberg, 1937) et Fièvres (Jean Delannoy, 1941).

23Un accroissement du nombre des rediffusions, mais également des films pluri-rediffusés, s’observera en 1963 (tableau 4), le rang de rediffusion de certains films augmentant au fil des ans, moins en raison de l’ancienneté des œuvres que de la politique de programmation de la salle.

24En effet, si le premier film à être repris une troisième fois (4e diffusion) le sera en 1958 (le même Fièvres, Jean Delannoy), ce titre sera également le premier en 1963 à connaître une quatrième rediffusion. La Fille du puisatier (Marcel Pagnol, 1940) sera le premier en 1972 à connaître une cinquième rediffusion. Mais Il était une fois dans l’Ouest (Sergio Leone, 1968) le sera pour les sixième et septième fois, battant tous les records. C’est l’unique film à avoir été repris huit fois, c’est-à-dire diffusé neuf semaines non consécutives, en sus de sa première reprise, où il fut diffusé deux semaines consécutives.

25Cette trentaine de films diffusés de multiples fois accentue et éclaire la logique des rediffusions, en marquant clairement les deux périodes principales :

26– durant deux décades, de 1943 à 1963, les films diffusés plus de quatre fois au Patis sont tous des films populaires. Ils réalisent un nombre élevé d’entrées ; il y a là deux séries emblématiques : la trilogie de Marcel Pagnol (à laquelle on peut ajouter son quatrième film, La Fille du puisatier) et celle des Sissi ;

27– la période suivante sera dominée par des films qui auront marqué l’histoire du cinéma et la cinéphilie ; leurs reprises et rediffusions participent explicitement d’un choix de programmation de l’exploitant de la salle, et non d’une volonté commerciale, le public ne se trouvant guère au rendez-vous pour la majorité d’entre eux (Les Fraises sauvages, Pierrot le fou, etc.). S’intercaleront toutefois quelques films, à la fois populaires et Art et Essai (Family life, Woodstock, etc.), caractéristiques des années soixante-dix.

Tableau 5 : Les 30 films diffusés au moins 4 fois au Patis

1re diffusion Titres entrées hebdomadaire total entrées
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1943 César 2476 1532 1071 451           5530
1943 Fanny 2443 1389 1010 383             5225
1943 Marius 2418 1462 1306 395             5581
1946 Fièvres 2087 1915 1432 483 955           6872
1947 La Fille du puisatier 2401 1740 1644 1284 727 237         8033
1953 Le Trou normand 1768 1124 1873 620             5385
1956 Autant en emporte le vent 1277 836 569 262             2944
1956 Sur le banc 1928 2566 1721 847 256           7318
1958 À l’Est d’Eden 1018 363 365 80             1826
1959 Sissi 1854 1390 1151 308             4703
1959 Sissi impératrice 2370 1625 1264 348             7000
1960 Sissi face à son destin 1850 1580 1218 392             7664
1961 La Vache et le Prisonnier 2466 2018 1069 150             5703
1963 Les Canons de Navarone 2466 1013 627 259             4365
1963 Les Fraises sauvages 251 732 508 494             1985
1964 Hiroshima mon amour 486 711 579 778 1265 350 350 152     4671
1965 Le Pont de la rivière Kwaï 1089 612 822 791             3314
1965 Pitié pour eux (Los Olvidados) 82 315 336 172             905
1968 À bout de souffle 480 348 546 163             1537
1969 La Guerre des boutons 566 735 119 1158 982           3560
1969 Pierrot le fou 565 620 230 526 277           2218
1971 Il était une fois dans l’Ouest 1380 1391 1181 689 799 260 1424 1018 1246 928 10316
1971 Jeux interdits 877 866 594 744 153           3234
1971 Le Bal des vampires 523 413 666 532 632           2766
1972 Easy rider 959 303 502 503 1101           3368
1973 Délivrance 266 400 186 142 335           1329
1973 Family life 1921 1451 736 820 317 398         5643
1974 Harold et Maude 1005 1032 745 1553 578           4913
1976 Woodstock 1208 932 932 916 601           4589
1977 2001, l’odyssée de l’espace 519 624 534 396             2073

Les programmes diffusés plusieurs semaines consécutives

28De par sa situation dans l’ordre de diffusion des films sur la ville, Le Patis ne fut pas contraint, ni n’eut l’opportunité commerciale, de programmer de nombreux films plusieurs semaines consécutives, seulement 35 au total sur la période. L’apparition du phénomène coïncide avec l’évolution observée au niveau national, à savoir le milieu des années soixante, 1966 précisément pour cette salle. Il demeurera toutefois exceptionnel, avec seulement un à deux titres par an – et pas tous les ans – jusqu’en 1982, année où 9 films furent exploités plusieurs semaines consécutives, autant que l’année suivante ; cette pratique ne se développa donc qu’avec le changement du mode d’exploitation de la salle, juste avant sa fermeture.

Tableau 6 : Films exploités plusieurs semaines consécutives au Patis

Année Semaine Titre du film Entrées
Sem.1
Sem. 2 Sem.3 Sem.4
1966 5 Les Trois mousquetaires 464 550    
1969 19 Baisers volés 190 215    
1970 52 Ces messieurs de la famille 113 370    
1971 13 Cent fusils 85 110    
1973 17 Family life 1921 1451 736  
1974 39 Amarcord 1192 718    
1977 20 Comment Yukong déplaça les montagnes 313 161    
1978 46 L’oeuf du serpent 686 133    
1978 51 Une histoire simple 859 653 344  
1979 52 Dersou Uzala 26 256    
1980 21 Le Retour de Frankenstein 0 146    
1981 40 L'Homme de fer 979 586    
1981 51 L'Ombre rouge 367 247    
1982 19 1900 499 415    
1982 21 Le Prince de New York 299 116    
1982 23 Le Beau Mariage 578 271    
1982 41 La Dernière Vague 117 34    
1982 42 Yol 1821 1909 1215 925
1982 45 Les Fourberies de Scapin 169 208    
1982 46 Missing (Porté disparu) 387 220    
1982 50 Voyage au bout de l’enfer 581 439    
1982 52 Pink Floyd the Wall 426 275    
1983 3 La Nuit de San Lorenzo 1235 773    
1983 6 Hécate 382 248    
1983 10 Travail au noir 333 215    
1983 12 Antonieta 406 308    
1983 19 Fanny et Alexandre 617 514    
1983 21 Sarah 362 261    
1983 24 L'Histoire de Piera 944 522    
1983 26 Sans retour 247 86    
1983 28 Les Cadavres ne portent pas de costard 390 141    

29La logique qui a conduit les salles – dont Le Patis – à modifier leur mode d’exploitation, en cessant de changer de programme chaque semaine pour exploiter les films sur la durée, c’est-à-dire le passage d’une exploitation intensive raccourcie dans le temps à une exploitation plus extensive allongée dans le temps, obéit à des impératifs commerciaux qui ne coïncident pas toujours avec les intérêts économiques de la salle. Les résultats des films concernés montrent en effet clairement que, à six exceptions près, les résultats des entrées au Patis ne justifiaient pas commercialement une poursuite de l’exploitation du titre dans cette salle une deuxième semaine. L’absence de classement Art et Essai pour une grande majorité d’entre eux excluait également une logique cinéphilique. Il en est allé du Patis comme de nombreuses salles de l’hexagone : la montée en puissance du poids de certains distributeurs les a amenées à modifier les conditions de location des films ; l’octroi de certains d’entre eux ne pouvait s’opérer qu’en échange d’une garantie d’exploitation allongée, sur plusieurs semaines.

30Inversement, l’avantage qu’a pu en retirer Le Patis fut un accès aux films raccourci dans le temps. Alors que, durant les années soixante, le temps d’attente pour les spectateurs de cette salle était de plusieurs années après la première sortie nationale du film, il ne fut que de quelques mois pour Baisers volés ou Family life, un des rares films dont Le Patis a eu l’exclusivité sur la ville. D’où l’important succès de ce film, qui restera trois semaines à l’affiche, accueillant 4.108 spectateurs en mai 1973. La véritable césure intervient quatre ans plus tard : le délai se raccourcit encore, pour atteindre seulement quelques semaines à partir d’Une histoire simple. La condition d’obtention rapide des titres, qui a pour contrepartie leur exploitation deux semaines consécutives, quelles que soient les entrées enregistrées, ouvre un cercle pervers que Le Patis ne fera qu’inaugurer – pas de film si ces conditions n’étaient pas acceptées, et pas d’entrées si le film n’est pas obtenu rapidement. Ces conditions allaient toutefois se révéler insuffisantes pour générer un nombre d’entrées propre à permettre la survie de la salle, qui fermera au début de la généralisation de ce processus.

3) Les films diffusés

31Au-delà de la durée de diffusion des films, l’analyse détaillée de la programmation peut être menée sous plusieurs angles : la date de passage des titres, en fonction de celle de leur sortie au niveau national, et les entrées qu’ils ont pu générer.

Les délais de diffusion des films

32Les délais de diffusion des films au Patis, salle qui n’a jamais été d’exclusivité mais de deuxième ou troisième vision, ont connu plusieurs périodes :

33– durant la Seconde Guerre mondiale, et immédiatement après, les délais ont été les plus longs, les films étant diffusés cinq à neuf ans après leur sortie nationale française. Les délais se sont allongés après la Libération, la salle diffusant des films des nations alliées sortis dans leurs pays mais demeurés interdits en France durant l’occupation ;

34– après cet effet de rattrapage, durant toutes les années cinquante, le délai d’obtention des films tendra à se raccourcir : il sera environ de trois ans. Quelques films nettement plus anciens, souvent étrangers, qui n’avaient pu être diffusés durant la Guerre le seront jusqu’au début de la chute de fréquentation, où ce type de sorties cessera dans un premier temps ;

Graphique 5 - Délais de diffusion des films au Patis (1943-1983)

Graphique 5 - Délais de diffusion des films au Patis                             (1943-1983)

35– durant les années soixante, le délai moyen se stabilisera. Mais de 1964 à 1971 une politique de diffusion de films anciens – des deux à trois décennies antérieures, essentiellement européens cette fois - sera mise en place. Ces films alterneront avec les films de la distribution courante des deux ou trois années passées ;

36– cette politique cesse en 1971 et ne sera plus reprise, tandis que le délai moyen d’accès au film tend à se réduire à deux ans, puis moins d’un an à la fin de la décennie, jusqu’à la fermeture.

Le box-office

Les résultats hebdomadaires

37Les films les plus vus par les spectateurs du Patis lors de leur diffusion durant une seule semaine ont tous été programmés au cours de la période de « l’âge d’or » des salles en France, et même essentiellement durant les années quarante. On retrouve parmi les 27 qui ont réalisé plus de 2.500 entrées en une semaine, les vingt-deux premiers du BO général des années 1943-1983. Un seul, Sur le banc (1959) fait exception.

Tableau 7 : Meilleures entrées hebdomadaires au Patis (1943-83) Films ayant réalisé plus de 2.500 entrées en une semaine

Année Projection Semaine de passage Titre des films Entrées Rediffusion
1946 22 La Pocharde 3381 oui
1944 52 Trois de Saint-Cyr 3226 oui
1945 52 Marthe Richard au service de la France 3225
1943 51 Narcisse 3178 oui
1945 33 Port d’attache 3123
1950 1 Pas si bête 3046 oui
1945 39 Face au destin 3002 oui
1945 13 La Femme perdue 2998 oui
1945 36 Le Voile bleu 2989 oui
1945 44 La Brigade sauvage 2865
1945 51 Une de la cavalerie 2838
1945 30 Passeur d’hommes 2832
1943 50 Bach en correctionnelle 2808
1945 38 Graine au vent 2782
1945 42 Cœur de gosse 2729
1949 1 Ramona 2710
1944 50 Trois artilleurs en vadrouille 2666 oui
1946 8 Le Retour de Zorro 2613
1942 52 Les Rois du sport 2582 oui
1946 40 Camarade P… elle défend sa patrie 2576
1959 13 Sur le banc 2566 oui
1948 41 Les Plus Belles Années de notre vie 2553 oui
1945 28 Deuxième Bureau contre Kommandantur 2533
1943 32 Un de la Canebière 2525 oui
1948 53 La Bataille de l’eau lourde 2515
1945 22 Le Révolté 2515 oui
1945 37 La Fille de la Madelon 2514 oui

38Plusieurs autres enseignements sont à tirer de ce BO dont les films sont essentiellement :

  • français (23), les États-Unis n’en plaçant que 3 et l’URSS 1 ;
  • malgré leur succès, la moitié d’entre eux ne feront pas l’objet d’une reprise par la salle ;
  • la majorité d’entre eux ne correspond absolument pas à des succès nationaux : seuls 4 ont été classés dans les vingt premiers du BO national d’une année ;
  • un grand nombre d’entre eux ne sont pas non plus passés à la postérité, ni commerciale, ni cinéphilique ;
  • on retrouve parmi eux un très grand nombre de films de genre, essentiellement la comédie, mais également le film d’aventure ;
  • les dates de passage dans l’année s’avèrent surdéterminantes, puisque 40 % (11 d’entre eux) ont été diffusés au moment des fêtes de fin d’année (semaines 50, 51, 52, 53 et 1) ;
  • malgré ce facteur, aucun d’entre eux ne s’adresse aux enfants et très peu à un public familial.

Graphique 6 - Entrées hebdomadaires des films (classés par ordre décroissant, 1943-1983)

Graphique 6 - Entrées hebdomadaires des films                                 (classés par ordre décroissant, 1943-1983)

39Sur les presque 1,9 million de spectateurs que la salle a accueillis au cours de ses quarante années d’existence, la moyenne par film et par semaine est conséquente et représentative de toute cette période. Malgré la chute de fréquentation, la moyenne par film s’élève à 667 entrées et la médiane des effectifs se situe à 514 entrées (autant de films ont fait plus que moins que cette valeur). Éléments forts de cette salle populaire, il s’ensuit que les résultats hebdomadaires des films sont également homogènes, l’indice de concentration étant peu élevé. C’est le signe d’une répartition faiblement décroissante des entrées selon les programmes offerts par la salle, relativement peu de titres attirant un faible nombre de spectateurs, indication d’une grande fidélité de la population aux programmes régulièrement offerts.

Tableau 8 : Concentration des entrées hebdomadaires des films

Entrées Nombre de titres
>2500 27
2000-2499 65
1500-1999 175
1000-1499 413
500-999 716
250-499 646
0-249 566

Par film

40Le BO des films ayant réalisé le plus d’entrées au Patis ne coïncide toutefois pas avec celui des meilleures fréquentations hebdomadaires, la reprise de certains titres modifiant évidemment le box-office final.

41Parmi les 29 plus fortes audiences cumulées de l’histoire du Patis (plus de 3.500 entrées dans leur carrière), les meilleures places reviennent aux films rediffusés, plusieurs fois pour plus de la moitié d’entre eux. Les trois premiers appartiennent à trois périodes différentes : Il était une fois dans l’Ouest (diffusé en 1971 – 10.316 entrées), La Fille du puisatier (1947 – 8.033) et Sissi face à son destin (1960 – 7.664 entrées).

42Dix d’entre eux n’auront pourtant été repris qu’une fois, mais parmi ceux des meilleures audiences hebdomadaires. Cela atteste des fortes habitudes et de la fidélisation des mêmes spectateurs pour tous ces films de l’immédiat après-guerre.

Sur le banc , Robert Vernay, FR, 1954

Sur                                         le banc                                     , Robert Vernay, FR,                                     1954

43Trois opus de Sissi et quatre films de Marcel Pagnol, Raymond Souplex, Bourvil et Fernandel : les ressorts français les plus populaires se trouvent concentrés dans les meilleures audiences de cette salle. Celles-ci demeurent toutefois assez équilibrées et sont faiblement concentrées puisque ces 29 meilleures audiences (14 % des titres diffusés) ne pèsent que 156.000 entrées, soit 8 % des entrées cumulées sur les quatre décennies étudiées. Il y eut bien fréquentation régulière, assidue et répartie dans le temps, des habitués du Patis.

Tableau 9 : Meilleures entrées au Patis (29 films ayant réalisé plus de 3500 entrées durant leur carrière)

1re année de diffusion Titres Entrées cumulées Meilleures entrées hebdo
1971 Il était une fois dans l’Ouest 10316
1947 La Fille du puisatier 8033
1960 Sissi face à son destin 7664
1956 Sur le banc 7318 X
1959 Sissi impératrice 7000
1946 Fièvres 6872
1961 La Vache et le Prisonnier 5703
1973 Family life 5643
1943 Marius 5581
1943 César 5530
1953 Le Trou normand 5385
1950 Pas si bête 5361 X
1943 Fanny 5225
1974 Harold et Maud 4913
1949 Trois Artilleurs en vadrouille 4886 X
1945 Le Voile bleu 4829 X
1959 Sissi 4703
1964 Hiroshima mon amour 4671
1945 Le Révolté 4605 X
1976 Woodstock 4589
1972 Les Rois du sport 4578 X
1948 Les Plus Belles Années de notre vie 4578 X
1944 Trois de Saint-Cyr 4561 X
1963 Les Canons de Navarone 4365
1949 Narcisse 4285 X
1946 La Pocharde 4224 X
1945 La Femme perdue 3858 X
1945 Face au destin 3821 X
1969 La Guerre des boutons 3560

44Toutefois, la comparaison des plus fortes audiences du Patis avec le box-office national de la période révèle de très fortes disparités ; cette salle n’est donc absolument pas représentative de la demande moyenne nationale. Si des singularités sociologiques expliquent pour toutes les salles d’inévitables différences avec la moyenne nationale, elles concernent essentiellement l’ordre du classement, et non la présence – ou l’absence – d’une majorité de titres comme ici. En effet, parmi les plus grands succès générés par les spectateurs du Patis, on note de nombreux films qui n’ont pas connu un succès notable au niveau national – essentiellement durant la Guerre ou immédiatement après, et qui ne sont pas passés non plus à la postérité comme références cinéphiliques, tels Sur le banc, Fièvres, Le Trou normand, La Pocharde, etc.

45Mais le plus surprenant pour cette salle populaire réside dans l’absence de succès de films ayant eu une forte audience au niveau national, quel que soit l’ordre de classement. En effet, seuls 3 d’entre eux se retrouvent dans le palmarès des 29 plus fortes entrées de la période : Il était une fois dans l’Ouest, La Vache et le Prisonnier et Les Canons de Navarone, tous trois des années soixante.

Tableau 10 : Les 29 plus grands succès de films en salles en France (1945-1983)

Rang France titre Réalisateur Année sortie Entrées France Rang Patis
1 Blanche-Neige et les Sept Nains David Hand 1938 18 319 651 -
2 La Grande Vadrouille Gérard Oury 1966 17 272 987 >1000
3 Autant en emporte le vent Victor Fleming 1950 16 723 812 >1000
4 Il était une fois dans l'Ouest Sergio Leone 1969 14 862 831 1e
5 Le Livre de la Jungle Wolfgang Reitherman 1967 14 695 741 -
6 Les 101 dalmatiens Clyde Geronimi 1961 14 680 121 -
7 Les Dix Commandements Cecil B. DeMille 1956 14 229 745 -
8 Ben-Hur William Wyler 1960 13 843 114 >1000
9 Le Pont de la rivière Kwaï David Lean 1957 13 481 750 36
10 Cendrillon Hamilton Luske 1950 13 217 443 -
11 Le Petit Monde de Don Camillo Julien Duvivier 1952 12 791 168 >50
12 Les Aristochats Wolfgang Reitherman 1971 12 621 843 -
13 Le Jour le plus long Ken Annakin 1962 11 928 257 -
14 Le Corniaud Gérard Oury 1965 11 740 438 >100
15 La Belle et le Clochard Clyde Geronimi 1955 11 189 035 -
16 Bambi David Hand 1948 10 679 571 -
17 Les Canons de Navarone J. Lee Thompson 1961 10 181 324 24
18 La Guerre des boutons Yves Robert 1962 9 959 601 40
19 Les Misérables Jean-Paul Le Chanois 1957 9 940 533 -
20 Le Docteur Jivago David Lean 1966 9 816 054 >1000
21 Vingt mille lieues sous les mers Richard Fleischer 1955 9 619 259 >800
22 E.T. l'extra-terrestre Steven Spielberg 1982 9 419 695 -
23 Emmanuelle Just Jaeckin 1974 8 894 024 >1000
24 La Vache et le Prisonnier Henri Verneuil 1959 8 844 199 7
25 La Grande Évasion John Sturges 1963 8 756 631 >1000
26 West Side Story Robert Wise 1962 8 732 613 >1000
27 Le Bataillon du ciel Alexander Esway 1947 8 649 691 >800
28 Pour qui sonne le glas Sam Wood 1947 8 274 596 >50
29 Violettes impériales Richard Pottier 1952 8 125 766 42

(Les titres soulignés ont été programmés au Patis)

46Par ailleurs, le tiers d’entre eux n’ont pas été diffusés au Patis, phénomène que ne suffisent pas à expliquer les retards dans l’obtention des copies pour diffuser les titres. Parmi eux, on note 8 films pour enfants, dont 7 productions Disney. L’analyse détaillée de la programmation montrera que, clairement, la direction de la salle a presque complètement occulté le jeune public, concentrant durant toute la période son offre sur les adultes. L’absence du Jour le plus long et, surtout, des Misérables semble, elle, nettement moins explicable, sauf à supposer des difficultés relationnelles avec les distributeurs concernés, ou des choix de programmation délibérés. On notera également – trait qui renforce l’atypisme du Patis – qu’un autre tiers des grands succès en France ont bien été diffusés, mais ont enregistré des scores de très faible ampleur : ils se classent au-delà de la millième place de son BO, alors qu’ils semblaient correspondre aux goûts et habitudes du public de la salle. Les délais de passage expliquent pour partie ces maigres scores – dix-sept ans d’attente pour Autant en emporte le vent, dix pour Ben-Hur, six pour La Grande Vadrouille ou pour Le Docteur Jivago, cinq pour Emmanuelle, etc. – sans que, là non plus, il soit aisé de distinguer entre un choix délibéré de programmation ou des difficultés d’accès aux films, peu probables toutefois sur une telle durée d’attente. En revanche, ce type d’explication ne vaut pas pour d’autres titres, qui n’intéressaient manifestement pas ce public local, tel Le Bataillon du ciel , diffusé comme les autres films de l’époque trois ans après sa sortie.

4) Le Patis et les distributeurs de films

47Au cours des quatre décennies de son fonctionnement, pour composer ses quelques 2.600 programmes, Le Patis a négocié l’obtention des films qu’il souhaitait diffuser avec tous les distributeurs en exercice. Il en a donc suivi les carrières et durées de vie. Répertorier les entreprises de cette branche revient d’abord à constater les très forts taux de natalité et... de mortalité des distributeurs de films, y compris parmi les plus importants économiquement qui avaient contribué significativement à l’alimentation de cette salle en programmes hebdomadaires. Artistes Associés, Cocinor, CFDC, Imperia, etc., les disparus sont infiniment plus nombreux que les survivants un demi-siècle plus tard. Certains ont seulement changé de nom, d’enseigne ou de voilure : Pathé qui cessera ses activités à la fin des années soixante, AMLF qui les débutera quelques années plus tard pour cesser deux décennies après au profit de… Pathé ; CIC, qui deviendra UIP, les majors la composant reprenant leur autonomie deux décennies plus tard. D’autres noueront des alliances fixes ou temporaires (Warner-Columbia, CFDC-UGC, etc.). Il n’en demeure pas moins que sur les 190 distributeurs avec lesquels Le Patis a négocié ses films de 1943 à 1983, seule une dizaine subsiste en 2014.

48Le Patis a ainsi pu négocier avec la totalité des distributeurs en activité durant sa période d’exploitation, et cela quels que soient leurs tailles, catalogues ou nationalités. Leurs importances économiques relatives ont toutefois induit un rythme très différent dans les relations commerciales. Le Patis n’a négocié avec plus d’un tiers des distributeurs (69) qu’un seul film ; il a négocié 2 à 5 programmes (un programme peut constituer la reprise d’un film déjà diffusé) avec un quart d’entre eux ; il a travaillé avec un autre quart moins d’une fois par an, soit 6 à 34 programmes au cours des quarante ans. La brièveté des catalogues et, souvent, leurs courtes durées d’existence, ne sont toutefois pas synonymes de résultats négligeables. Certains des plus grands succès du Patis ont en effet été obtenus par des films de ces structures : Sur le banc par Sonofilm (1954, 7.062 entrées en 4 locations), Paradis perdu (1943, 2.428 entrées en une semaine) par Seftar films, Trois de Saint-Cyr (1944, 4.561 entrées en 2 locations) par la SEDIF. Ces nombreux distributeurs occasionnels ont fourni au Patis près de 1000 programmes, soit près de 40 % de sa programmation et une part voisine des entrées.

Tableau 11 : Les distributeurs de films et Le Patis : 1943-1983

Distributeurs Programmes négociés Début des locations Fin des locations
Warner 151 1948 1982
Columbia 135 1949 1982
Gaumont 124 1947 1983
Paramount 121 1943 1979
CIC 106 1969 1983
Fox 106 1944 1983
Cocinor 96 1943 1974
CFDC 94 1946 1979
Artistes associés 93 1948 1983
Pathé 82 1943 1968
CCFC 76 1943 1983
Imperia 73 1957 1979
MGM 55 1944 1983
Cinedis 51 1947 1967
Sirius 50 1944 1960
Universal 48 1949 1982
Corona 40 1951 1976
F. Rivers 38 1950 1972
Lux 38 1945 1965
Grands films classiques 36 1965 1982
AMLF 35 1974 1983
(22) distributeurs ayant fourni 11 à 34 prog. 479
(24) distributeurs ayant fourni 6 à 10 prog. 224
(54) distributeurs ayant fourni 2 à 5 prog. 193
(69) distributeurs ayant fourni un seul prog. 69

49Si Le Patis a travaillé avec tous les distributeurs, il ne l’a fait régulièrement qu’avec une vingtaine d’entre eux (10 %), qui ont représenté 60 % des programmes loués. On retrouve là les huit majors hollywoodiennes. Cinq d’entre elles (Warner, Columbia, Paramount, CIC, Fox) se classent parmi les 6 distributeurs les plus importants ayant travaillé avec la salle, les cinq lui ayant loué plus d’une centaine de titres, soit deux en moyenne annuelle puisqu’ayant traité avec elle tout au long des quatre décennies, sauf CIC après 1967, date de création de ce regroupement de distributeurs états-uniens. Gaumont apparaît comme le distributeur français ayant le plus travaillé avec Le Patis (3 films/an) ; il est suivi par Cocinor et CFDC, disparus dans les années soixante-dix, et Pathé avec 82 programmes, mais sur 25 ans seulement en raison de sa cessation d’activité.

50Les entrées et recettes générées par les films ne sont toutefois pas proportionnelles au nombre de films loués. Avec plus de 97.000 entrées générées par ses films, la Paramount se détache nettement des autres, même si elle n’est que la quatrième en nombre de films distribués. Présente dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle alimente la salle d’un grand nombre de films qui feront ses succès réguliers, notamment de nombreux westerns (Une aventure de Buffalo Bill, Géronimo, etc.), films d’aventures (Les Trois Lanciers du Bengale, Hulla fille de la brousse, etc.) ou d’Histoire (L’Odyssée du Dr Wassel, Pour qui sonne le glas, etc.), qui réalisent tous plus de 2.000 entrées. Mais elle lui fournit également des films au potentiel nettement plus faible, ce qui lui a assuré au final une moyenne assez modeste de 802 entrées pour ses 121 programmes loués.

51Pathé se distingue également au niveau des entrées. Cette firme réalise la troisième meilleure moyenne d’entrées par films loués (1.002 pour ses 82 titres). Car la plupart des films de son catalogue de l’après-guerre séduisent le public populaire du Patis. Certains lui offrent ses plus grands succès : Port d’attache avec 3.123 entrées en 1945, les deux opus des Misérables plus de 2.000 entrées chacun l’année suivante, La Vache et le Prisonnier 2.466 en 1961, etc. On notera surtout que les deux tiers de son catalogue programmé rassemblent régulièrement entre 1.000 et 2.000 spectateurs par diffusion, de comédies essentiellement, soit un cumul de 82.000 entrées en 25 ans et 82 films.

52Sirius, également spécialisé dans le cinéma français, offre régulièrement aussi, quoiqu’à une moindre échelle, au public du Patis des films qui connaissent un succès voisin de ceux de Pathé. Des films d’autres genres : films d’espionnage (Capitaine Benoit 2.125 entrées en 1945, Deuxième bureau 2.144 en 1946), policiers, d’aventure ou musicaux (Quatre jours à Paris, 2.019 en 1959, La Joyeuse Prison, 1.603 entrées l’année précédente, etc.). Cessant ses activités au début des années soixante, elle n’aura pu fournir au Patis qu’une cinquantaine de programmes. Mais ils lui auront, de ce fait, permis d’obtenir la meilleure moyenne d’entrées par film (1.215) de tous les distributeurs, avec un cumul très significatif, plus de 60.000 entrées en seize ans.

53La société Lux se trouve un peu dans la même situation : elle a fourni 38 programmes en 20 ans, qui ont généré plus de 40.000 entrées, soit une moyenne de 1.080 par titre, dont la majeure partie des comédies françaises (Piédalu, etc.) et drames de l’après-guerre (Graine au vent, etc.).

Graphique 7 - Entrées et programmes négociés par distributeur (1943-1983)

Graphique 7 - Entrées et programmes négociés par                         distributeur (1943-1983)

54Les meilleures moyennes par film sont ainsi toutes assurées par des entreprises françaises de distribution, dont les catalogues correspondaient aux goûts du public de cette salle. Outre les trois déjà évoquées, il convient de citer Cinédis (45.601 entrées pour 51 programmes, soit une moyenne de 894 entrées par programme), Corona (40 programmes, 34.441 entrées, soit 861 de moyenne) et CCFC (64.535 entrées avec 76 programmes soit 849 de moyenne).

55Mais, au-delà de ces bons résultats moyens, dans l’absolu, le niveau cumulé des entrées générées va être favorisé par un catalogue quantitativement fourni, assuré massivement par les autres Majors hollywoodiennes. Après la Paramount, Warner et Columbia génèrent 80.000 entrées chacune avec les catalogues les plus conséquents (respectivement 151 et 135 programmes). Elles sont suivies par la Fox (70.000 pour 106), et de loin par CIC – à la courte existence – (41.000 entrées avec 106 programmes), la MGM (37.000 pour 55), les Artistes Associés (35.000 pour 93) et Universal (35.000 pour 48).

56Ainsi, les huit Majors auront constitué près du tiers des programmes, 31 % soit 815 sur 2.622. Mais, illustration de la préférence du public français, sur le plan local comme national, pour le cinéma hexagonal, elles n’auront généré que le quart des entrées, 476.444 soit 25,6 %.

Les relations du Patis avec les distributeurs

57Les relations avec les distributeurs ont évolué dans le temps. La salle a connu par exemple, avec la baisse de fréquentation des années soixante, la disparition de leurs représentants qui lui rendaient visite régulièrement. Les marges de négociations étaient toutefois réduites du fait de la faible importance économique de la salle. Outre le choix des titres, les délais d’obtention (dates de passage) faisaient partie des discussions, ceux-ci s’étant globalement réduits dans le temps avec le raccourcissement de la durée de vie économique des films entamé à cette période pour faire face à la baisse de fréquentation. Ainsi, le changement a été net pour de nombreux distributeurs : les délais de plusieurs années, 3 à 6 en moyenne dans les années quarante et cinquante, sont passés à moins de 2 années à partir de 1968, puis à moins d’une année à compter de 1972 pour les Artistes associés, le CCFC, le CFDC, la Fox, Gaumont, MGM, etc. Les rapports semblaient meilleurs avec la Columbia, qui alimenta continument Le Patis avec des films récents de moins d’un an dès le milieu des années soixante. Pour sa part CIC, qui commence à alimenter la salle en 1969, le fera immédiatement avec des délais très courts, moins d’un an également à partir de 1972. Il en alla de même avec l’UGC : tous les programmes fournis furent récents (de quelques semaines à moins d’un an). En revanche certains distributeurs restèrent rétifs à fournir des films assez tôt, le délai de plusieurs années demeurant la règle pour la Paramount, Universal et la Warner.

58Le nombre élevé de distributeurs qui ont alimenté la salle atteste bien de l’autonomie de choix dont elle a bénéficié tout au long de son activité. L’alternance des distributeurs de films au fil des semaines demeure la règle durant les années quarante, sauf rares exceptions pour des films comportant des suites ou ayant des liens (Fanny puis César de la Gaumont, semaines 33 et 34 de 1948 ; Les Vengeurs de Buffalo Bill 1 et 2 de Filmonde, semaines 38 et 39 de 1948, etc.). Toutefois, il ne devint pas rare que deux semaines (au début des années cinquante), puis trois semaines (dans les années soixante) de suite les films proviennent du même distributeur, sans que ces pratiques, régulières, ne cessent jamais. Elles semblèrent toutefois moins s’apparenter à du blockbooking (location d’un film à fort potentiel à la condition d’en prendre d’autres de moindre valeur commerciale) qu’à des commodités réciproques d’alimentation en films de la salle. En effet, tous les films du même distributeur qui se suivirent obtinrent globalement un nombre voisin d’entrées.

59Par ailleurs, il est important de noter que, si la première période « populaire » de la salle a massivement correspondu à la programmation d’un seul film par semaine, toutes les fois où une semaine accueillit une multiprogrammation (2 films à l’affiche la même semaine), cela le fut exclusivement avec des titres provenant du même distributeur. Le cas se présenta la première fois la quatrième semaine de janvier 1949 et fut possible avec 2 films policiers de Filmonde (L’Homme de la nuit + Le Voleur se porte bien), puis le mois suivant avec 2 films d’aventures de Filmsonor, puis en mai avec RKO, la plupart des distributeurs, y compris les Majors, ayant ensuite permis cette pratique. La double programmation avec deux distributeurs différents apparaitra en août de l’année suivante, deux semaines consécutives de surcroit : les semaines 32 avec Brigade criminelle (CFDF) et La Nuit de décembre (Discina), la semaine 33 avec Sous le regard des étoiles (Cinefil) et Le Château du dragon (Fox).

60Le Patis a ainsi pu travailler durablement avec tous les distributeurs présents sur le territoire français au cours des quatre décennies de son existence, l’importance de leurs catalogues influençant proportionnellement le nombre de locations de films souhaités par la salle. Sur les 190 distributeurs avec lesquels elle a négocié, seuls deux semblent atypiques relativement à la situation nationale, l’un étant sous-pondéré, l’autre étant sur-représenté.

  • 1 Entretien le 29/09/2012 avec Daniel Serceau, programmateur de l (...)
  • 2 Pour l’étude détaillée des films par genre, cf. infra.

61Parmi les distributeurs occasionnels ayant peu traité avec Le Patis, un seul attire donc l’attention : Walt Disney. La salle ne lui a loué que cinq films en quarante ans, les cinq étant de surcroit fortement concentrés dans le temps, entre 1972 (Un amour de Coccinelle) et 1976 (Le Nouvel Amour de Coccinelle). Le retard dans leur diffusion – un à deux ans après leurs sorties nationales (comme les autres films) – n’explique que très partiellement leurs très mauvais résultats au Patis : entre 160 et 600 entrées pour chacun, Mais c’est surtout l’absence de tous les autres films d’animation, qui depuis la Seconde Guerre mondiale étaient des succès populaires partout en France (et dans le monde occidental), qui suscite l’interrogation. Une explication partielle peut être fournie par l’attitude de ce distributeur : il aurait pu être influencé par la pression de salles concurrentes qui souhaitaient conserver ces films en exclusivité sur une longue période, voire les interdire au Patis, même en diffusion ultérieure. « Pour les Disney, ils étaient réservés aux concurrents possédant de grosses salles, soit, pour les années quarante et cinquante, les propriétaires des salles autour de la place centrale de la ville. Il ne fallait pas distraire le public de ces films en leur permettant de les voir ailleurs, même tardivement. De plus l'un de nos concurrents faisait tout pour nous empêcher d'avoir certains films. Ce n'était donc pas parce qu'il ne passait plus un Disney qu'il acceptait qu'il nous soit rendu accessible ! » 1. Pour réelle qu’elle ait pu ponctuellement exister, le maintien de cette attitude sur une aussi longue période parait peu probable. Le fait, surtout, que toutes les autres Majors aient régulièrement – même si tardivement – fourni de nombreux programmes au Patis amène à relativiser l’explication. Les choix de programmation de l’équipe semblent en revanche prévalents. Tournée avant tout vers le public familial, indifférencié, puis le public adulte lors de l’orientation Art et Essai, alors que s’esquissaient au niveau national des stratégies de différenciation de la part des salles, notamment en direction des différents segments de public, dont le public « jeune », elle s’en sera volontairement et nettement tenu à l’écart, intériorisant et surévaluant peut-être les difficultés d’obtention de ces films, éloignant de ce fait durablement une fraction de la clientèle potentielle, parentale et enfantine Entretien le 29/09/2012 avec Daniel Serceau, programmateur de la salle durant cette période. 2.

62Inversement, un autre distributeur, les Grands films classiques, spécialisé dans les films de répertoire (Patrimoine) et Art et Essai fournira 36 programmes en moins de vingt ans. Apparu au milieu des années soixante, il correspondait parfaitement à l’orientation Art et Essai donnée exactement au même moment à la programmation par les animateurs de la salle. Toutefois, la reprise des films de ce catalogue (les « Charlot », les films de Buñuel, Bergman) apparaîtra comme nettement volontariste et déconnectée de la demande du public : elle a réalisé la plus faible moyenne d’entrées par programme (254) de tous les distributeurs réguliers de la salle.

Notes

1 Entretien le 29/09/2012 avec Daniel Serceau, programmateur de la salle durant cette période.

2 Pour l’étude détaillée des films par genre, cf. infra.

Table des illustrations

Titre Deux pages d’un carnet de programmation du Patis de 1955 (Les noms des réalisateurs et les dates des films ont été ajoutés par nous)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 1. Nombre de films diffusés au Patis : 1942-1983
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 2 - Nombre de films rediffusés dans l’année
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 3 - Années d’origine et de premières rediffusions
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Affiche de L’enfant dans la tourmente
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 4 - Différentiel des entrées générées par les films entre leur première diffusion et leur première ???? (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique 5 - Délais de diffusion des films au Patis (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 6 - Entrées hebdomadaires des films (classés par ordre décroissant, 1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Sur le banc , Robert Vernay, FR, 1954
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique 7 - Entrées et programmes négociés par distributeur (1943-1983)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search