Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Première partie. L’histoire

Chapitre II. Trois histoires en une

Texte intégral

1942-1963

1L’exploitation en France a été marquée en certaines régions (Centre et Ouest notamment) par l’église catholique qui s’est intéressée très tôt au cinéma, en attachant la plus haute importance à sa diffusion pour des raisons morales et éducatives. L’hexagone a ainsi abrité un important réseau de salles paroissiales. De la sorte, Le Patis a juridiquement dépendu de l’Association d’Éducation Populaire St Lazare, association régie par la loi de 1901, émanation de la paroisse du même nom, qui était son opérateur économique, régisseur de ses biens jusqu’en 1981, puis qui l’a loué, jusqu’à sa fermeture en 1983, à la MJC Jacques Prévert.

Annonce dans la presse de l’ouverture du Patis

Annonce dans la presse de l’ouverture du Patis
  • 1 Annie Hamelin, Roger Noiseau, Pierre-Michel Robineau, 100 ans de cinéma au Mans et dans la Sarthe, (...)

2Elle n’était pas la seule dans cette situation : au Mans même, la Ligue de défense catholique de la Sarthe avait créé dès avril 1927 une commission cinématographique1 et « le mois suivant le cinéma Saint Georges était fondé, avec mission de parcourir le diocèse ». Est né ensuite un « Office manceau du cinéma », qui louait des films à des patronages. Une salle a été inaugurée le 19 octobre 1935 en plein centre-ville : le Cinéma des syndicats (les syndicats chrétiens du Mans), « un cinéma populaire sonore et parlant ». Une autre salle a été inaugurée le 25 octobre 1936, à proximité de centre-ville, à l’emplacement d‘une salle paroissiale datant au moins de 1921 où l’on donnait des concerts, des représentations théâtrales, parfois aussi du cinéma. Cette salle St André était à ce moment au Mans, avec ses 1247 places, celle qui offrait la plus grande capacité. Les séances de cinéma y avaient débuté le 16 janvier 1937 ; elle prendra le nom de Familial-cinéma à partir de novembre de cette année. Accidentellement détruite à peine quatre ans après, elle ne sera pas reconstruite et ne sera que beaucoup plus tard (en 1957) remplacée par une nouvelle salle paroissiale, Le Pax. Ce ne sont là que des exemples notoires, d’autres salles paroissiales ayant existé au Mans comme dans tout le département.

 

  • 2 La municipalité a repris dans le centre-ville la gestion d’un complexe de quatre écrans, rebaptisé (...)

3Lorsque Le Patis ouvre ses portes le 18 novembre 1942 il existe déjà six salles sur la ville. La dernière, Le Balzac, a été créée quelques mois plus tôt, le 14 juillet 1942 (elle fermera ses portes le 26 mai 1958). La ville comptera en 1962, à l’acmé de son équipement, onze salles, soit onze écrans. Un demi-siècle plus tard, en 2013, de nombreuses salles ayant été fermées, mais quelques autres ayant été créées, elle en comptera cinq (dont une Art et Essai2), soit quinze écrans et 2366 fauteuils, qui auront généré 325 000 entrées.

4Le Patis avait été aménagé dans un bâtiment datant des années trente, salle paroissiale où des spectacles étaient donnés depuis un an. Les issues, situées sur le côté gauche de la salle, débouchaient sur un passage (appellation qui figure sur le plan, ci-joint, de l’architecte) menant à une école de garçons. École paroissiale également, gérée par la même Association d’Éducation Populaire, construite perpendiculairement à la rue dans le prolongement de la salle. Ce passage permettait, en obliquant à gauche, de gagner le chevet de l’église, située de l’autre côté du mur de gauche. Ce passage, gardé sur la rue par un gros portail à deux battants dans l’un desquels était aménagée une porte, formait à la fois le prolongement de la cour et l’entrée de l’école. Les toilettes, situées dans la cour à la hauteur des classes, étaient communes à l’école et à la salle, mais assez frustes – conformes à une école des années 1940 et 1950. La chaufferie aussi était commune : il suffisait de manœuvrer une vanne pour que, à la fin de la journée de classe, la chaudière commence à chauffer la salle.

5À considérer le plan, les ordonnateurs se sont contentés de prendre sur la surface de la salle paroissiale pour aménager un hall, où a été installée, contre le mur de la rue, la caisse. Au fond, à droite des portes donnant accès à la salle, avait été prévu un vestiaire. Une façade a été créée avec un fronton où figurait en relief au-dessus des deux portes d’entrée dans le hall, le nom du cinéma. Un panneau de bois portant l’affiche du film programmé était accroché sur cette façade, entre les deux portes à une hauteur d’environ 1m70 du sol. La salle, d’une capacité de 290 places, ne comportait pas de balcon. Il eût été impossible d’en créer dans le volume de l’édifice. L’allée courant à gauche, le long du mur qui donnait sur le passage, les fauteuils étaient disposés en longues rangées d’au moins une dizaine.

Plan de l’architecte pour la création du hall et de la façade

Plan de l’architecte pour la création du hall et de la façade

6Entreprise artisanale, Le Patis n’a longtemps employé qu’un seul salarié : Michel Serceau père, qui en assumait la direction et avait la charge de la programmation. Le bénéfice de la vente aux entractes des friandises, qu’il achetait lui-même, lui revenait. Ne disposant pas sur place d’un local qui puisse faire office de bureau, il effectuait dans son propre appartement (situé à 500 mètres) le travail administratif. Il tapait lui-même sur une vieille machine à écrire les textes de présentation des films, qu’il portait en solex aux trois quotidiens locaux (Le Maine libre, Ouest-France, La République du Centre). L’appartement a également servi durant un certain temps à effectuer la mise en sachets des friandises vendues aux entractes, qui avaient été achetées en vrac ; toute la famille s’y mettait. Il recevait dans son appartement les représentants des grandes firmes de distribution, qui circulaient à pied dans la ville de salle en salle ; ils étalaient leurs dépliants publicitaires sur la table de la salle à manger. M. Serceau passait lui-même deux jours chaque mois (un lundi, jour où il n’y avait pas de séance, et un mardi) à Paris, pour rendre visite à des distributeurs et assister à des projections corporatives. Il lui fut attribué en janvier 1972 la médaille du mérite cinématographique (reproduction ci-jointe).

Médaille du mérite cinématographique

Médaille du mérite cinématographique

(Collection Michel Serceau)

Une cabine de projection au Mans au milieu des années 1950

Une cabine de projection au Mans au milieu des années 1950

(Collection Michel Serceau)

7Le projectionniste n’a été, un temps, qu’un extra : un artisan électricien habitant la maison voisine. Payé à la vacation, il trouvait là un moyen commode d’arrondir ses fins de mois, activité d’autant plus facile qu’il n’y avait guère de matinées (une le jeudi, deux le dimanche). Un professionnel, titulaire du CAP, a cependant été embauché au milieu des années cinquante. En cas de défaillance, M. Serceau, qui avait appris sur le tas le maniement des appareils, pouvait remplacer au pied levé le projectionniste ; il en ira de même, plus tard, pour son fils aîné. Quant à l’ouvreuse, ce fut en l’occurrence longtemps un ouvreur, un ouvrier-peintre habitant environ trois cents mètres plus loin, dans la même rue. Il sera remplacé par une seconde ouvreuse, amie d’enfance de Mme Serceau, l’épouse du directeur, qui exerçait elle-même cette fonction en cas de besoin. Il n’y avait pas de contrôleur, cette tâche étant effectuée au pied levé par tout un chacun. Un homme de ménage intervenait régulièrement.

8M. Serceau allait chaque matin ouvrir les grilles du hall. L’hiver, il y retournait en fin d’après-midi afin de faire basculer le chauffage de la chaudière commune de l’école et de la salle de cinéma. Les deux enfants du couple donnaient un coup de main pour de multiples tâches, du contrôle des billets à l’entrée de la salle (l’affluence du samedi soir, notamment, nécessitait de les retenir avant que l’ouvreuse ou l’ouvreur vienne les chercher) à la pose des photographies et de l’affiche du prochain film le dimanche soir. Ils ont aussi à maintes reprises assuré le transport au Palace, situé de l’autre côté de la rivière, près de la gare, à environ un kilomètre, de la bobine d’actualités dont, pour des raisons d’économie, les deux salles se partageaient la location.

 

9Le Patis n’a pas fait l’objet au cours de son histoire de transformations architecturales, hormis le hall qui a été restructuré. Deux grilles coulissantes ont été installées devant les portes extérieures, qui ont été ensuite ôtées. La caisse, non visible lorsqu’on entrait dans le hall et soumise aux courants d’air, a été transférée à la place du vestiaire, établissant une communication directe avec la salle. La réserve de friandises, puis plus tard le congélateur, se trouvait dans le fond de la caisse, où un escalier permettait aussi d’accéder à un grenier (derrière le fronton de la façade), dans lequel étaient entreposées entre autres les vieilles affiches.

10Un rideau couvert de publicités pour des commerçants de la ville, surtout du quartier, a été placé devant l’écran. Cet écran a été changé, et agrandi, non sans mal vu les dimensions et surtout la morphologie de la salle. Un problème s’est posé notamment lors de l’installation du cinémascope que Daniel Serceau évoque :

  • 3 Daniel Serceau, op. cit., p. 31.

« Au Patis, la situation était quelque peu différente, conséquence de la forme particulière de son plafond qui s’apparentait à la coque d’un bateau renversé. Lorsqu’il fallu aménager un écran propice au cinémascope (…) le coin supérieur droit de l’image en fut écorné, masqué par l’ombre de l’une des poutres soutenant la toiture. Définitivement. L’image avait la curieuse apparence d’un rectangle génétiquement modifié. Refaire le plafond était impensable ».3

11Les fauteuils ont été plusieurs fois changés, et ceux des premières rangées, qui étaient en bois, ont été remplacés par des fauteuils rembourrés. La cabine de projection, par contre, n’a jamais connu de transformation majeure. Voici à son sujet le témoignage d’un des projectionnistes, Olivier Rocheron, en fonction dans les années soixante-dix :

Bulletin de salaire d’un projectionniste

Bulletin de salaire d’un projectionniste

Certificat de travail d’un projectionniste

Certificat de travail d’un projectionniste

12« Nous formions deux équipes, un projectionniste et une ouvreuse, et travaillions du mardi soir au dimanche soir avec une séance à 21h et le dimanche 15h et 21h et ensuite une semaine de repos. Le dimanche soir après la projection, nous mettions en place l’affichage des films à venir dans les vitrines situées dans le hall ainsi que sur la façade du cinéma. Nous arrivions vers 20h30 pour l’ouverture et la préparation des appareils. La cabine de projection était située à l’extérieur du cinéma et nous la rejoignions par un escalier métallique. Aucune insonorisation de la cabine et je pouvais entendre les conversations des spectateurs durant les réclames.

13Aussitôt arrivé en cabine, nous devions monter les bobines sur les deux appareils car contrairement au 16 mm, nous avions en fonction de la durée des films six à sept changements de bobine. Nos points de repère pour ces changements étaient préparés lors de la réception du film au moment de son bobinage. En effet les 35 mm arrivaient dans des boîtes métalliques sans aucun support et nous devions les monter sur des mandrins pour pouvoir les installer sur les appareils de projection. La hantise du projectionniste au montage était de tomber sur un film mal remonté et de ce fait lors de sa mise sur mandrin, la pellicule cassait ou se déroulait entièrement et là vous aviez quelques dizaines de mètres de bobine à vos pieds. Après la dernière projection du dimanche soir, nous effectuions l’opération inverse pour retourner les films auprès des distributeurs. Les deux appareils de projection fonctionnaient au charbon (deux tiges de charbon qui donnaient un arc électrique et la lumière ainsi dégagée se reflétait sur un miroir) et avaient un rattrapage automatique au fur et à mesure que les charbons brûlaient. Là aussi, nous devions malgré tout surveiller ce rattrapage car en cas de défaut, la pellicule brûlait et nous devions suspendre la projection pour réparation. La séance commençait par un documentaire suivi des films à sortir et des réclames. Pour le fond sonore d’avant film et de l’entracte, nous disposions de cinq à six disques (musique de film). Cette salle de projection était froide en hiver malgré la chaleur dispensée par les projecteurs et chaude en été et nécessitait de projeter la porte ouverte sur la cour. Pour info les appareils de ce type étaient déjà tous éclairés par une lampe au Xénon ».

Slogans publicitaires utilisés pour les articles dans la presse locale

Slogans publicitaires utilisés pour les articles dans la presse locale

Photo illustrant un article sur la rénovation du Patis

Photo illustrant un article sur la rénovation du Patis

(Source : Le Maine libre)

Article sur la rénovation du Patis

Article sur la rénovation du Patis

(Source : Le Maine libre)

  • 4 Début d’un article paru à cette occasion dans la presse locale. Peut-être Le Maine Libre.

14La salle sera légèrement restructurée en 1970. L’allée de côté, le long du mur de la cour, sera supprimée au profit d’une allée centrale tracée au tiers de la largeur de la salle. Quelques places disparaîtront. Elle sera surtout rénovée avec de nouveaux fauteuils couleur vieil or, en mousse moulée ; les murs, retapissés, seront ornés de photos grand format des plus grandes vedettes du muet et du parlant. « Après trois décennies de bons et loyaux services, la salle du Patis vient d’absorber une cure de jouvence : elle est rajeunie, transformée, aimable et accueillante4 ».

Un programme de l’année 1959 (17e et 18e semaines)

Un programme de l’année 1959 (17e et 18e semaines)

1963-1979

15Le plus important ciné-club de la ville « Culture-Loisirs Cinéma », créé en 1951 par des membres du clergé local, se trouve alors au plus fort de son activité. Une section « Jeunes » avait été mise en place en 1956, qui proposait deux séances le jeudi après-midi au cinéma L’Eden. En 1964 Culture-Loisirs Cinéma pour les adultes va se diviser en deux : le ciné-club Max Ophuls, dont les séances seront accueillies par l’ABC, un des plus grands cinémas du centre-ville ; le ciné-club André Bazin, dont les séances seront accueillies par Le Français, dans le centre-ville également.

16À la même période, à l’automne 1963, Le Patis se lance dans l’aventure de l’Art et Essai, avec désormais une programmation à géométrie variable : des séances Art et Essai entre deux et six jours dans la semaine, des séances commerciales classiques les autres jours dont, dans tous les cas, le week-end. La programmation de la partie Art et Essai est une affaire d’équipe. Si le directeur de la salle en est toujours le seul responsable officiel et salarié, ses deux fils collaborent bénévolement avec lui et un comité, consultatif, de programmation est créé, une partie de ses membres appartenant au ciné-club « Culture-Loisirs Cinéma ».

17Le Patis n’est pas la seule, ni la première, salle de la ville à proposer des séances Art et Essai. Le cinéma Palace en fait depuis 1959, mais non de façon suivie. L’atout du Patis réside en leur régularité et dans le travail de l’équipe, source d’une dynamique qui draine vers lui les cinéphiles et le public averti, et cela en dépit de sa position géographique, excentrée et défavorable : c’est la seule salle de cinéma établie sur la rive droite de la Sarthe ; Le Patis est la salle « de l’autre rive ». Il suffisait certes physiquement de passer le pont, mais il fallait, dans tous les sens du mot, « franchir le pas ».

  • 5 Il figure, dans la catégorie B, sur la liste du 1er juillet 1971 des salles classées en catégorie A (...)

18La période 1963-1977 aura été, malgré la chute de fréquentation au Mans comme partout en France, favorable à la diffusion d’un cinéma de qualité. Un nouveau type d’exploitation naissait, qui recueillait les fruits du travail des ciné-clubs, lesquels avaient formé un public potentiel, plus cinéphile et plus exigeant. Le Patis tente de passer, lors du départ à la retraite de son directeur, en septembre 1972, à une vitesse supérieure. Responsables à part entière désormais de la programmation, ses deux fils, dont l’un prend officiellement la direction de la salle, souhaitent en effet généraliser l’Art et Essai. L’arrêt définitif en 1969 des activités du ciné-club « Culture-Loisirs Cinéma » lui est favorable. Mais la situation a changé sur la ville. Au Palace, qui continue à faire des séances Art et Essai5, il faut ajouter l’Eden, qui s’est lui aussi engagé depuis la fin février 1967 sur cette voie et y consacre trois jours par semaine. L’ABC donne également depuis la fin novembre 1971, en principe chaque jeudi (mais dans les faits de manière irrégulière), des séances Art et Essai. Le Patis restera, de par l’exigence de sa programmation et son mode de fonctionnement, la seule salle qui corresponde à l’esprit de l’Art et Essai, devenant un pôle d’attraction pour tous ceux qui donnent une importance au cinéma dans l’éducation et la culture. Sa position géographique, moins favorable, que celle de l’Eden et surtout du Palace, n’est pas un obstacle : des professeurs n’hésitent pas à traverser à pied le soir avec leurs élèves la moitié de la ville. En bref le Patis deviendra sur la ville en ce domaine une référence et, quoique « de quartier », il obtiendra ultérieurement des « premières visions », et quelques exclusivités (cf. infra). Quelques distributeurs (Films Molière, Gaumont…) assuraient des premières visions rapidement après Paris. Mais certains films Art et Essai devinrent inaccessibles après un nouveau changement de situation sur la ville, quatre nouvelles salles ayant ouvert dans un nouveau complexe en avril 1979.

  • 6 Brochures distribuées au public à partir de la saison 66-67. Voir infra.

19La volonté de ne programmer que des films recommandés Art et Essai au Patis ne pourra néanmoins être tenue, et la plupart de ces films ne passeront que trois jours. On trouve à ce sujet, sous la plume du directeur, des précisions dans l’introduction de la première brochure de la saison 70-716 : « Un film d’un nouveau réalisateur sera présenté six jours. Je garde la formule des 3 jours, mardi, mercredi, jeudi, les distributeurs ne voulant pas traiter certains programmes en début de semaine, ceux-ci seront projetés les vendredis, samedis, dimanches ». La salle suspendra sa programmation le 1er juin 1980. Il ne s’agit officiellement que de la « fermeture annuelle », pendant les vacances d’été. Mais les projections ne reprendront pas à l’issue de ces vacances.

20L’histoire n’est pas pour autant terminée, car on voyait alors apparaître, à côté des entrepreneurs privés, des salles créées par des municipalités et/ou des structures culturelles. L’association « Cinéma Public », créée en mars 1978, rassemblera ces structures de diffusion du cinéma gérées par des associations subventionnées par les collectivités locales. Inaugurée le 29 octobre 1978, la MJC Jacques Prévert avait ouvert au Mans, dans ses murs mêmes, une salle de cinéma. La première séance avait eu lieu le 12 décembre 1978. Une salle de cinéma dans les murs d’une MJC, ce n’était pas la règle, pourtant, Jean Parthenay, son directeur, l’aura voulue et obtenue contre la hiérarchie du réseau des MJC.

1980-1983

21On comprend donc que Daniel Serceau, à la fois directeur du Patis et membre du comité de gestion de la MJC, ait adressé une lettre, datée du 15 février 1980, au Maire du Mans pour alerter la ville sur les difficultés de la salle. Militants et non commerçants, forts de la renommée acquise par Le Patis, ses animateurs attirent l’attention sur le vide dans le domaine de la culture que créerait sa fermeture. L’adjoint pour la culture transmettra cette lettre le 7 mars 1980 à Jean Parthenay, lui demandant en substance d’étudier la reprise du Patis. L’association Cinéma Public avait écrit de son côté au directeur du CNC.

22Il ne s’agissait que de formaliser une démarche militante ; Daniel Serceau, qui avait joué un rôle non négligeable dans la création du Ciné-Poche, avait eu au sujet du Patis des conversations avec Jean Parthenay, un « plan de sauvetage » ayant été établi dès novembre 1979. L’objectif était donc clair – du côté de la direction du Patis tout du moins – car il n’en était pas tout à fait de même du côté de la MJC, non exempte d’ambitions propres : pourquoi exactement ce projet de reprise, pour quelle politique, économique, culturelle ?

23La situation avait évolué dans la région. Créée en 1949 pour assurer la programmation des cinémas paroissiaux et associatifs du Grand Ouest, l’association GASFO (Groupement d’Animation et de Sélection des Films de l’Ouest) avait constitué en 1968 la société SOREDIC, destinée à la fois à assurer la programmation des salles et surtout à prendre le relais des mouvements associatifs de l’époque pour la gestion des cinémas urbains confrontés à la concurrence. La SOREDIC avait donc pris en gestion directe d’anciennes salles de patronage devenues, dès lors, des salles commerciales avec le plus souvent un engagement « Art et Essai » : le Bretagne à Rennes, le Garenne à Vannes, le Gradlon à Quimper, le Celtic à Saint-Nazaire, etc. Au début de ces années quatre-vingt, la SOREDIC développe une stratégie d’adaptation au marché en transformant ses outils existants en complexes multisalles, et en s’implantant dans les villes dans lesquelles elle était absente afin de réaliser une offre cohérente sur l’ensemble de la région. En 1978 l’Athénée de Saint-Nazaire devient le Club (quatre salles), en 1979 le Garenne de Vannes se divise en trois salles, comme le Bretagne de Quimper. Cette expérience permet aux salles associatives de bénéficier de l’expérience d’adaptation des outils et des méthodes commerciales développées dans les agglomérations urbaines, ainsi qu’un meilleur accès aux copies de films pour leur circulation au sein de la région. La société assure aussi sa croissance par des acquisitions tels en 1979 les Ariel de Rennes, devenus Colombier (sept écrans). Elle complète ses implantations régionales par la construction de nouveaux complexes : le Rex à Lorient en 1981 (cinq écrans), le Club à Brest en 1982 (sept écrans). Le comité de gestion du Ciné-Poche du 13 mai 1982 pointera le renforcement de l’implantation de la SOREDIC sur la ville du Mans, qui met « de plus en plus » le Ciné-Poche et Le Patis en situation de « concurrence » avec les autres salles. Le rapport fait au bureau le 25 juin 1980 signalait sur le premier trimestre, eu égard au premier trimestre de 1979, un recul de 24 %. Mais la direction de la MJC, qui a une politique résolue de diffusion de la culture cinématographique – elle souhaite développer son activité « cinéma » en particulier vers les scolaires, les enfants, les comités d’entreprise – se sent plus limitée que handicapée : elle pointe le fait que le Ciné Poche n’offre que 99 places.

  • 7 Le signe * renvoie à un ajout manuscrit en marge : « Révisables sur un an ».
  • 8 Article 4 - Loyer, p. 2.

24Le Conseil d’Administration de la MJC Jacques Prévert votera le 26 février 1981 le principe et les conditions de la reprise du Patis. Une proposition prévoyant la programmation et l’animation du Patis par la MJC avait été faite à l’Association d’Éducation Populaire St Lazare le 12 juillet 1980. Des négociations auront lieu dans le courant du dernier trimestre de l’année. L’AEP St Lazare envoyant le 30 juin 1981 à la MJC un projet de location-gérance libre, elles se solderont par la signature le 7 septembre 1981 d’un bail de location intitulé « Convention d’occupation à titre précaire en sous-location et location de matériel ». Le bail est consenti pour une durée de 24 mois à compter du 1er septembre 1981. Les conditions sont les suivantes : « La présente location est consentie et acceptée moyennant, d’une part, un loyer annuel fixe hors taxes de VINGT-QUATRE MILLE FRANCS (24 000 francs*>7) payable trimestriellement à terme échu, et d’autre part, un loyer proportionnel aux recettes hors taxes, payable également à terme échu au trimestre dans un délai de trente jours à compter du dernier jour du trimestre »8. Le Patis rouvrira sur cette base juridique ses portes le 30 septembre 1981.

Une séance historiqueL’Homme de fer, d’Andrzej Wajda

« Le 30 septembre 1981, pour sa réouverture, Le Patis projette L’homme de fer d’Andrezj Wajda. Marian Czernik, ingénieur à Stettin, responsable du syndicat Solidarnosc créé l’année précédente, est invité par l’association France-Pologne à animer un débat. L’association est dirigée par Roland Becdelièvre, par ailleurs président de la Communauté Urbaine du Mans. Claude Brillant, secrétaire de la CFDT, et ses amis, sont venus nombreux. Il y a également des militants de la CGT, avec Gérard Huet, secrétaire du syndicat. Contre un mur, une banderole des agents communaux de la CGT demande « Le samedi libre pour les éboueurs, comme en Pologne. » La salle est comble, près de 300 personnes sont réunies : enseignants, jeunes, ouvriers. Sur fond de grève des éboueurs de la CUM, le débat est houleux, des sifflets fusent, des applaudissements éclatent. Il faut toute la sagesse et l’humour du délégué polonais pour calmer le jeu. Trois heures et demie plus tard, la discussion se poursuit dans la rue. L’homme de fer reste trois semaines à l’affiche du Patis. »

Roger Noiseau

25La MJC Jacques Prévert a donc carte blanche pour une politique préméditée. Il y a plus d’un an en effet que la réflexion est, sur le fond, engagée. Dans un rapport fait au C.A. le 25 juin 1980, Jean Parthenay avait mis en avant la qualité de la programmation du Patis, les liens établis avec le monde scolaire et avec des comités d’entreprise de son quartier (EDF, Régie Renault, Manufactures des tabacs…). Il en avait pointé la « bonne image », mais avait souligné en même temps que Le Patis n’était en fait connu que d’une tranche d’âge. Il s’agissait moins, donc, de reprendre l’image de marque du Patis que d’y « véhiculer » celle du Ciné Poche. À tel point que l’on s’était demandé s’il ne fallait pas changer le nom du Patis. On optera finalement pour une complémentarité : la politique ne sera pas de doubler, mais de partager la programmation. Le comité de gestion du 25 juin 1981 a prévu clairement ce partage : au Patis, les « 1re visions adulte et enfants grand public », les « grandes rééditions » et les reprises. Au Ciné-Poche les films les plus exigeants, les plus culturels : « films de recherche », « 1re vision Art et Essai “restreint” » et « classiques du cinéma ». Auxquels s’ajouteraient des films « en prolongation du Patis », en clair des films qui y auraient du succès. Le Patis est en substance désigné comme la salle « commerciale » du tandem, comme locomotive dans certains cas. « L’Art et Essai », ou plutôt « l’Essai et Art », au Patis, « L’Art et Recherche » au Ciné-Poche.

26La situation politique s’était également modifiée. Robert Jarry, membre du PCF, premier secrétaire de sa fédération de la Sarthe depuis 1949, était devenu, avec le soutien du PS, maire du Mans en mars 1977. Il le demeurera jusqu’en mars 2001, mais après avoir été exclu du PCF en 1989 pour avoir refusé de laisser la place au candidat voulu par Georges Marchais, Daniel Boulay. La ville était, pour la première fois, passée à gauche. La France avait élu au mois de mai, lorsque l’équipe du Ciné Poche menait encore sa réflexion sur la reprise du Patis, un président de gauche.

27Créées en 1978, l’association Cinéma Public, la MJC Jacques Prévert et le Ciné-Poche ont trouvé évidemment là un terreau favorable. La nouvelle équipe rouvre Le Patis en inscrivant à son programme L’Homme de fer. Ce type de choix n’est pas nouveau : L’homme de marbre, le précédent film de Wajda, avait été programmé en 1979. Mais cette fois-ci la communauté urbaine et les syndicats sont partie prenante de l’affaire. La presse locale se fait l’écho de l’événement. La salle est comble. L’Homme de fer restera deux semaines à l’affiche. Ses résultats (979 entrées la première semaine, 586 entrées la deuxième) ont une valeur symbolique.

Article relatant la réouverture du Patis

Article relatant la réouverture du Patis

Article relatant la projection de L’homme de fer

Article relatant la projection de L’homme de fer

28Tout se passe comme si la programmation allait basculer, comme si, tout du moins, le versant politique – que, en digne héritier des ciné-clubs, l’Art et Essai avait toujours eu – allait être davantage exploité. Mais, mis à part peut-être L’Ombre rouge, qui tiendra aussi deux semaines, rien dans le reste de la programmation de cette fin d’année 1981 ne vérifiera une telle orientation. Par ailleurs, si l’équipe du Ciné Poche possède la volonté de travailler avec les comités d’entreprise et la vie politique locale, elle garde aussi le souci de proposer du cinéma pour les enfants. Le bulletin du 8 juillet 1982 du Comité de gestion sera entièrement consacré à cette question. Il reproduit la liste, mise à jour (arrêtée au 4 juin 1982) des films recommandés depuis 1976 par la Commission de promotion « Cinéma et enfants » de l’AFCAE. Certains titres étant cochés, comme avec les listes « Jeunesse et famille », attestant qu’il en a été tenu compte pour la préparation de la programmation.

Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE

Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE

Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE (suite)

Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE (suite)

29Le Ciné Poche a certes, à travers sa « Commission cinéma », une base collective et militante. Mais l’affaire reste, comme le dira un de ses protagonistes, entre les mains des professionnels, dans une optique commerciale. Il en ira de même au Patis :

  • 9 Témoignage de Roger Noiseau, fourni le 15 avril 2012 pour la rédaction du présent ouvrage.

« En 1981, j’étais membre de la Commission cinéma de Ciné-Poche dirigée par Pierre Devaux-Lemonnier, programmateur. La Commission cinéma réunit autour du professionnel – le programmateur – des personnes passionnées qui veulent contribuer au développement de la salle ou des salles. Généralement, ces personnes sont vite déçues car elles pensaient d’abord participer au choix des films, ce qui est une erreur, car ce choix qui obéit à plusieurs critères, notamment commerciaux, est l’affaire du professionnel. Cependant, les bénévoles continuent le plus souvent de participer en assurant des tâches matérielles comme celle de caissier remplaçant, de contrôleur, de vendeur d’affiches à l’occasion de manifestations diverses. Il me semble que cette forme de militantisme a aujourd’hui disparu. La MJC Prévert décidant de rouvrir Le Patis en l’associant à la salle unique du Ciné Poche, comme les autres bénévoles, je suis tantôt caissier, tantôt contrôleur au Patis9. »

30Le Ciné-Poche devient membre de l’ACOR (Association des Cinémas de l’Ouest pour la Recherche) créée en 1982. Association inter-régionale implantée dans six régions de l’ouest de la France-Bretagne, Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes, elle regroupe une trentaine de structures, cinémas pour la plupart labellisés « recherche » et associations tournées vers la défense de l’Art et Essai et de la recherche dans le cinéma. Il est même question (sa dernière réunion ayant eu lieu au Ciné-Poche) d’y placer le secrétariat ou même d’y domicilier l’association. En avril 1983 ce sera chose faite : le siège social de l’ACOR est à la MJC Jacques Prévert et le Ciné-Poche est une des 70 salles de France classées « Recherche ».

  • 10 11 060 entrées. C’est le dernier trimestre qui marque la chute. Sur toute l’année 1981, le Ciné Poc (...)

31La ligne arrêtée en 1981 par la direction de la MJC Jacques Prévert pour la programmation du Patis sera réaffirmée en février 1982. Mais, de l’aveu des responsables, les résultats sont « médiocres ». La chute du nombre de spectateurs au Ciné-Poche est « vertigineuse ». Il est fait état, pour la période allant du 1er octobre 1981 au 19 janvier 1982 d’une baisse de 35,4 %10. On assiste à un « tassement au Patis ». Les charges que représente la gestion d’un deuxième cinéma font prévoir un déficit « mettant en grand danger l’action cinéma et à moyen terme l’association ». Le rapport du comité de gestion indique que « de nombreux points de politique sont à réexaminer, en pensant que les actions des deux cinémas sont complémentaires, et indépendantes (« avec une programmation plus large au Patis, nous pouvons mener au Ciné-Poche une programmation de recherche »). Le conseil d’administration, réuni le 15 juin 1982, ne remet cependant pas en cause l’exploitation du Patis : « Il y a neuf mois, nous rouvrions Le Patis, avec pour objectifs principaux de gagner un public plus large, d’offrir un choix de films plus important et d’accentuer le travail de recherche au Ciné-Poche ». La nécessité est affirmée de « renforcer » « l’identité de chacun des deux cinémas », « en évitant par exemple, le croisement entre les deux salles, en systématisant les reprises en V.O des films passés en V.F., en passant plus de films de recherche. Le passage d’un deuxième film au Patis s’avère nécessaire pour augmenter sensiblement le nombre de spectateurs, pour éviter les mauvaises reprises (ex. Cargo, Sanglantes confessions, Le Mépris, Une femme d’affaires…) ».

Flyer commun Le Ciné Poche/Le Patis

Flyer commun Le Ciné Poche/Le Patis

32Il ne faudra pas un an cependant pour que tout soit remis en question. Le bail du Patis expirant en août 1983, le comité de gestion d’avril 1983 engagera la discussion sur le fait de savoir s’il doit être ou non reconduit. Il y aura des arguments pour : « Arrêter Le Patis serait un recul » par rapport aux « projets de la MJC », liés à sa réouverture en septembre 1981, « au niveau de la diffusion culturelle » ; avoir une salle de moins, dont une de 250 places, entraînerait une « perte de crédibilité au niveau des distributeurs ». Et des arguments contre : le seuil de rentabilité non atteint, l’augmentation du nombre de salles de cinéma au Mans, la situation géographique défavorable. Les arguments contraires l’emporteront. Il faut tenir compte aussi (le fait a, aux dires de certains acteurs locaux, pesé lourd) de ce que Jean Parthenay quittait ses fonctions de directeur de la MJC Jacques Prévert pour prendre la direction du flambant neuf PCC (Palais des Congrès et de la Culture), où il avait l’intention de programmer aussi des films (l’expérience ne réussira pas).

33Le Patis va donc fermer définitivement ses portes après la dernière séance qui a lieu le 26 juillet 1983. Il deviendra quelque temps plus tard propriété de l’association La Cénomane, chargée de gérer le patrimoine immobilier diocésain de l’école. Elle envisagera en 1986 de le vendre. Le président de la Cénomane ne voulant le céder qu’à un organisme qui sache lui conserver sa vocation culturelle, La Flambée de l’Epau se proposera. Cette association, bien connue des Manceaux pour la Revue de Fin d’Année, était, au vu de son projet, bien placée pour une telle succession. Restaurations et rénovations dureront 8 ans. Quelques entreprises locales se chargeront du gros œuvre. Mais l’essentiel du travail sera effectué bénévolement par les membres de La Flambée. La nouvelle salle de spectacle sera inaugurée le 3 novembre 1994. Cependant, il faudra attendre septembre 1995 pour voir les premières programmations. Les locaux, vendus par l’A.E.P. Saint Lazare à l’association « Quai de scène », seront réaménagés. Ils donneront place à partir de juin 1995 à un café-théâtre, régi par cette association, qui conservera le nom Le Patis. Après des débuts timides, Le Patis est devenu une salle de référence pour tous les amateurs d’humour et de music-hall. Il fonctionne toujours en 2014.

La façade du Patis en 2010

La façade du Patis en 2010

(Source : Ouest-France, 19/2/2010)

34L’histoire de cette salle, pionnière à plusieurs égards mais successivement support de stratégies commerciales et culturelles diverses, est loin d’être anodine. Elle engage des questions essentielles pour l’histoire, non seulement de l’exploitation cinématographique, mais aussi de la réception de ce qu’il est convenu d’appeler le 7e art, appellation qui a toutefois l’inconvénient d’occulter le fait que le cinéma a toujours été un art populaire. Le Patis a dû fermer définitivement en 1983, l’utopie de la mixité sur laquelle il avait tenté de fonctionner jusqu’en 1980 ayant certainement fait long feu. La programmation commerciale classique, la production « populaire » sur laquelle s’appuyait ce cinéma davantage que les salles du centre – un cinéma populaire français que l’on appelle non sans raison « cinéma du sam’di soir » –, avait mué, pour ne pas dire qu’elle était en passe de disparaître. Mais la prolongation de la vie du Patis de 1981 à 1983 était, on l’a vu, fallacieuse : le partage des rôles établi entre le Ciné-Poche et Le Patis tendait à altérer l’image de ce dernier. On ne peut pas dire, donc, que Le Patis était nécessairement à bout de souffle ou dépassé. Les deux faits – les deux causes de sa fermeture – sont non seulement concomitants, mais corollaires. Une partie non négligeable du parc français de salles a continué à vivre parce qu’elles ont su se transformer en complexes multisalles et/ou changer d’orientation de programmation. L’industrie a en partie mué, contrainte par la deuxième chute de fréquentation nationale qui s’amorçait, pour passer de 200 millions de spectateurs en 1982 à 116 millions en 1992.

35Mais l’histoire du Patis est intéressante en ceci que, après avoir développé son activité dans la période où l’exploitation était la plus facile, la salle a connu des moments décisifs : la crise du début des années soixante, la mutation du début des années soixante-dix et la redistribution des cartes dans le domaine de l’exploitation Art et Essai. Quelque singulière qu’elle ait été, sa programmation et ses résultats (l’offre et les réponses, ou non-réponses, à cette offre) témoignent de cette histoire. Ils possèdent donc une valeur en tant qu’exemple. Ils permettent d’avancer des hypothèses, qui devront évidemment être soumises aux résultats d’autres enquêtes, à d’autres analyses de l’histoire et de la programmation d’autres salles. Des hypothèses sur la relation entre une forme d’exploitation (dans son évolution) et un public, et, surtout, sur les goûts de ce public, la relation (adéquations, écarts…) entre son profil socioculturel et sa réception du cinéma.

La façade du Patis en 2012

La façade du Patis en 2012

(collection Michel Serceau)

L’intérieur du Patis en 2012

L’intérieur du Patis en 2012

(collection Michel Serceau)

Notes

1 Annie Hamelin, Roger Noiseau, Pierre-Michel Robineau, 100 ans de cinéma au Mans et dans la Sarthe, Le Mans, Cinemaniak, 1995, p. 80.

2 La municipalité a repris dans le centre-ville la gestion d’un complexe de quatre écrans, rebaptisé Les Cinéastes.

3 Daniel Serceau, op. cit., p. 31.

4 Début d’un article paru à cette occasion dans la presse locale. Peut-être Le Maine Libre.

5 Il figure, dans la catégorie B, sur la liste du 1er juillet 1971 des salles classées en catégorie Art et Essai. Cette liste figure en annexe (annexe 1) du dossier sur le cinéma d’Art et d’Essai que publie à la fin de cette année-là La documentation française : Le cinéma d’Art et d’Essai, Notes et Études documentaires, n°3839, 30 novembre 1971. Soit deux salles au Mans (22,20 % du total) et 890 fauteuils (15 % du total). Trois salles étaient classées dans le département : outre Le Patis et Le Palace au Mans, l’Eden à La Flèche (catégorie A).

6 Brochures distribuées au public à partir de la saison 66-67. Voir infra.

7 Le signe * renvoie à un ajout manuscrit en marge : « Révisables sur un an ».

8 Article 4 - Loyer, p. 2.

9 Témoignage de Roger Noiseau, fourni le 15 avril 2012 pour la rédaction du présent ouvrage.

10 11 060 entrées. C’est le dernier trimestre qui marque la chute. Sur toute l’année 1981, le Ciné Poche aura fait 34 337 entrées, contre 36 728 en 1979, 36 714 en 1980, Alors que les résultats globaux (Ciné Poche + Patis) font apparaître pour cette même période (du 1/10/1981 au 19/1/1982) une augmentation de 16 %. Les résultats détaillés, semaine par semaine, montrant que Le Patis n’a que quatre fois fait plus d’entrées que le Ciné Poche, la fréquentation de ce dernier étant bien en cause.

Table des illustrations

Titre Annonce dans la presse de l’ouverture du Patis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Plan de l’architecte pour la création du hall et de la façade
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Médaille du mérite cinématographique
Crédits (Collection Michel Serceau)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Une cabine de projection au Mans au milieu des années 1950
Crédits (Collection Michel Serceau)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Bulletin de salaire d’un projectionniste
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Certificat de travail d’un projectionniste
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Slogans publicitaires utilisés pour les articles dans la presse locale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Photo illustrant un article sur la rénovation du Patis
Crédits (Source : Le Maine libre)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Article sur la rénovation du Patis
Crédits (Source : Le Maine libre)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Un programme de l’année 1959 (17e et 18e semaines)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Article relatant la réouverture du Patis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Article relatant la projection de L’homme de fer
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Liste « Cinéma et enfants » publiée par l’AFCAE (suite)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Flyer commun Le Ciné Poche/Le Patis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre La façade du Patis en 2010
Crédits (Source : Ouest-France, 19/2/2010)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre La façade du Patis en 2012
Crédits (collection Michel Serceau)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre L’intérieur du Patis en 2012
Crédits (collection Michel Serceau)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9933/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search