Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Première partie. L’histoire

Chapitre I. Une salle atypique : anachronisme, préfiguration ou emblème ?

Texte intégral

  • 1 Elle était fixée à 0,22 % du chiffre d’affaires brut, timbres déduits, « à envoyer au plus tard le (...)
  • 2 Indications figurant sur la carte envoyée le 13 avril 1956 par le CNC, mentionnant que la salle se (...)
  • 3 L’agrément « Jeunesse et éducation populaire » le plus ancien a en effet été défini dans une Ordonn (...)

1Le cinéma Le Patis fonctionnait sous le régime d’une exploitation commerciale, avec un fonds de commerce et se voyait à ce titre enregistré au CNC, auquel il versait une cotisation1 en étant titulaire de la carte d’autorisation d’exercice n° 244.441 PSP2. Toutefois, créé par la paroisse catholique du quartier dans une salle construite en 1930, où étaient donnés des spectacles depuis le 13 novembre 1941, Le Patis aura été jusqu’en 1981 géré par l’Association d’Éducation Populaire Saint Lazare, créée selon toute vraisemblance3 après son ouverture.

Collection Michel Serceau

Collection Michel Serceau
  • 4 Pour une histoire détaillée du fonctionnement de cette salle sur laquelle nous ne reviendrons pas, (...)

2Association d’Éducation Populaire, cela impliquait en l’occurrence que les bénéfices de l’exploitation du Patis se voyaient affectés au financement des écoles et des colonies de vacances de la même paroisse. Ce fonctionnement n’existe plus en tant que tel aujourd’hui. Au niveau de la programmation des films peuvent encore se trouver projetés hors des structures dominantes de l’exploitation, dans des établissements scolaires, des centres culturels municipaux, etc. Des institutions effectuent encore de manière ponctuelle une distribution « non commerciale » et certaines salles commerciales, d’Art et Essai surtout, peuvent projeter à la marge sous ce statut, dans le cadre de conventions qu’elles passent avec des associations, des films qu’elles n’ont pas, et n’auraient pas autrement, programmés, notamment dans le cadre de festivals. Juridiquement, d’autres salles peuvent fonctionner en régie municipale au sein desquelles la notion de bénéfices d’exploitation n’existe pas, les revenus de la salle étant affectés aux comptes publics de manière plus ou moins indifférenciée. L’esprit du fonctionnement n’est toutefois pas tout à fait le même, quoique l’on puisse trouver des analogies : le personnel est payé par la municipalité ou l’association gérant la salle, comme le personnel du Patis – c’est-à-dire que le directeur et le projectionniste se voyaient rémunérés par l’Association d’Éducation Populaire, propriétaire des murs et gérante du fonds4.

  • 5 Claude Forest : « Mettre un film à l’affiche : les stratégies des programmateurs », in « Cinéma et (...)
  • 6 À cette période, notamment dans le Centre et l’Ouest de la France, de nombreuses salles d’origine p (...)

3Intégré à l’Association dès sa création par la paroisse, Le Patis ne peut être assimilé aux salles « municipales » du XXIe siècle dans sa pratique, car il possédait notamment une réelle autonomie sur le plan de la programmation. Il ne dépendait d’aucun circuit de salles ou de programmation. Il n’en n’existait d’ailleurs pas dans la région lors de sa création ; il n’existait pas non plus de « programmateur », ce dernier métier se développant au cours des années 1960. Le Patis est toujours demeuré autonome sur ce plan, même si cette question s’avère complexe car le statut juridique de propriété et de fonctionnement de la salle peut s’observer d’un côté, l’autonomie de programmation d’un autre, le lien entre les deux n’étant pas toujours ni aussi systématique, ni aussi transparent5. Le Patis ne perdra cette autonomie de programmation que durant ses dernières années d’existence, au profit de l’équipe dirigeante d’une autre salle classée Art et Essai de la ville, qui avait loué le fonds de commerce à l’Association d’Éducation Populaire6.

4Après avoir pratiqué une programmation populaire ordinaire durant deux décennies, il évoluera à partir de l’automne 1963, en proposant, en parallèle de sa programmation habituelle, une programmation « Art et Essai ». Les résultats d’exploitation enregistraient une baisse en ce début des années 1960, pour Le Patis comme pour la majorité des autres salles. Si, nous le verrons, Le Patis initiait ainsi une nouvelle politique culturelle qui l’aura régi jusqu’à sa fermeture définitive en 1983, c’était aussi, et peut-être surtout, un moyen d’accroître ses recettes sans lesquelles la salle aurait certainement disparu plus tôt. Cette orientation aura donc davantage été imposée par les circonstances à la fois nationales – la baisse de fréquentation – et locales, une rude concurrence avec des salles mieux positionnées commercialement, que par un désir puissant, choisi et volontaire, de la part de ses animateurs.

 

L'Education Populaire représente un courant d'idées qui milite pour le développement de chaque personne (individuel) et communautaire (développement social) dans un quartier, une ville ou un groupe d'appartenance, religion, origine géographique, lieu d'habitation etc. afin de permettre à chacun de s'épanouir et de trouver la place dans la société. En France, l'éducation populaire est influencée par le personnalisme autour de la revue Esprit et par le syndicalisme marxiste (la CGT en particulier). Les mouvements d'éducation populaire collaborent avec d'autres mouvements étrangers autour de thèmes comme l'éducation, la solidarité, la culture, la liberté... Son action se définit en complément de l'enseignement formel, selon une éducation qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie. Elle ne se limite pas à la diffusion de la culture académique, elle reconnaît aussi la culture dite populaire (culture ouvrière, des paysans, de la banlieue, etc.) en s'intéressant à l'art, aux sciences, aux techniques, aux sports, aux activités ludiques, à la philosophie, à la politique. Construit à partir de plusieurs initiatives, dont la plupart remontent aux années 1930, le mouvement de l’éducation populaire comprend trois courants :

– laïc. Issu de la tradition de Condorcet, c’est l’instruction pour tous, la formation des citoyens et la prise en charge par la République. Mais le capitalisme ne laisse pas beaucoup de place à la démocratie du savoir. Les principales associations du courant laïc sont la Ligue de l’enseignement et la fondation Léo-Lagrange ;

– chrétien. C’est le courant catholique (les protestants étant du courant laïc), qui prône la morale, l’entraide. L’Église n’a jamais souhaité voir d’autres formes d’éducation que la sienne et a souvent empêché le développement des autres courants. Les Scouts et Guides de France descendent de ce mouvement ;

– ouvrier. Né avec le mouvement ouvrier du XIXe siècle, il fut à l’origine des amicales, mutuelles et coopératives, alors que les syndicats étaient interdits. Il pose les enjeux de l’instruction : les contenus, les éducateurs, les formations, les éduqués, la gestion et la mise en oeuvre.

Au début du XXIe siècle, les principales associations d’Éducation populaire qui demeurent sont :

– la Ligue de l’enseignement ;

– l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) ;

– les CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation actives) ;

– la Fondation Léo-Lagrange ;

– la FAGE ;

– les Éclaireuses et Éclaireurs de France ;

– les Scouts et Guides de France ;

– l’association Peuple et Culture ;

– la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne).

 

  • 7 La référence à la « qualité » tenait alors lieu de définition esthétique. Pour une étude de la ques (...)
  • 8 Décision réglementaire n° 43 du CNC du 28 mai 1959 « relative au classement des théâtres cinématogr (...)

5Nonobstant, répondant aux critères fixés, Le Patis se voit classé « salle d’Art et Essai » par décision du Directeur général du CNC en date du 26 juillet 1966, de surcroit en catégorie A, classement qui ne concernait que trois salles sur les treize distinguées par le même arrêté dans toute la France. Un pourcentage minimal de films était requis pour le classement, variable en fonction du nombre d’habitants, compte tenu du fait qu’il est plus aisé d’organiser des spectacles d’Art et d’Essai dans les grandes villes que dans les petites communes. Le pourcentage variait à cette date de 20 % pour les communes au-dessous de 20 000 habitants à 80 % pour Paris. Le Mans ayant plus de 100 000 habitants, le pourcentage requis était de 40 % (communes de 60 000 à 200 000 habitants). L’arrêté du 15 avril 1960 portant classement des salles d’Art et essai reprendra le texte de cette décision réglementaire, en prévoyant des dérogations pour le passage des films en version doublée, alors que la décision du CNC était plus restrictive. Même si les critères initiaux étaient moins exigeants qu’un demi-siècle plus tard, et la proportion de films ayant obtenu la recommandation « Art et essai » plus faible7, avec toutefois des conditions d’attribution relativement souples, la projection des films étrangers qui devait s’effectuer en versions originales avec sous-titres8 l’était sans minimum de films ni de séances pour les salles candidates ; ceteris paribus la précocité du classement de ce cinéma demeure historiquement remarquable.

6En passant du statut de salle commerciale gérée sous forme associative, au statut de salle commerciale associative classée Art et Essai, Le Patis n’a pas connu de rupture mais une simple mue. L’Art et Essai n’étant pas, dans son fond, étranger à l’Éducation populaire, il se situait dans le prolongement de sa vocation originelle, dévoyée dans les faits par son utilité financière pour le compte des écoles et des colonies de vacances contrôlées par l’Eglise. Salle Art et Essai conservant en même temps une programmation classique en direction du public populaire, elle aura toutefois été, pratiquement jusqu’au terme de son existence, un hybride, avec, de 1963 à 1981, deux programmations et deux publics très différents. Cet hybride reflète – ce qui rend l’histoire du Patis intéressante – la situation de l’époque, de cette période où la programmation « Art et Essai » émergeait de la programmation classique, les films recommandés se voyant initialement proposés deux jours de la semaine. Structurellement, du point de vue historique, son évolution fait partie de celle d’un ensemble de salles qui constituent un maillon de l’évolution de la diffusion et de la réception du cinéma et de la formation d’un public cinéphile. Cette salle fait en effet partie de celles qui ont assuré la transition entre les ciné-clubs, à vocation purement culturelle n’ayant aucune visée commerciale mais devant louer des salles commerciales pour diffuser leurs films, et certaines salles contemporaines qui, quoique commerciales, se donnent une visée culturelle.

  • 9 Cf. infra chap. III.
  • 10 Voir à ce sujet Michel Serceau, Le cinéma et l’imaginaire, Liège, Céfal, 2009, p. 35.
  • 11 Cf. infra chap. II.

7Six décennies plus tard, le public des salles municipales ou des ensembles culturels est souvent plus homogène, ciblé, avec un profil socioculturel qui détermine, voire conditionne, en amont, le choix des films. Il peut s’agir d’un public attaché à la salle en question et au profil des films qu’elle propose : des films d’Art et d’Essai ou de recherche, primés ou élus par la critique. Ancêtre de ce public, celui de la programmation Art et Essai du Patis s’était vu, à travers un comité de réflexion9, associé au choix des films. Issu pour une part des cadres du ciné-club, ledit comité en reflétait évidemment les goûts et les choix, qui demandent à être historiquement et sociologiquement situés, et dont il faut dessiner les limites. Leur programmation révèle, quelque habillée qu’elle soit d’esthétique et de culture, d’évidents paramètres idéologiques : une pensée politiquement de gauche, qui se définit comme progressiste, socialisante et humaniste, y est dominante, pour ne pas dire exclusive10. Au Mans même, on avait vu se succéder dans l’histoire des ciné-clubs11, des militants catholiques et des enseignants laïcs ; deux ensembles apparemment allogènes mais ayant des dénominateurs communs, entre lesquels a pu s’opérer une symbiose.

8Le Mans, qui était resté jusqu'au milieu du XIXe siècle une ville de taille modeste, a connu ensuite, du fait de son développement économique, une expansion continue. Elle comptait 17 000 habitants en 1801, 60 000 en 1896. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le cap des 100 000 habitants sera franchi. La ville, préservée des destructions de cette période, s'étendra avec l'implantation de grosses installations en périphérie. L'industrialisation tous azimuts se traduira par l'émergence des premières zones industrielles, vers le sud. Le Mans compte désormais environ 144 000 habitants, ce qui en fait la première ville du département de la Sarthe, la troisième ville des Pays de la Loire en termes d'habitants intra-muros après Nantes et Angers, et la vingtième ville de France. La communauté Le Mans Métropole, qui regroupe quatorze communes, compte aujourd’hui 201 855 habitants. Il s'agit là d'une communauté urbaine et non d'une communauté d'agglomération, qui s'étend sur 160,5 km². Avec 322 122 habitants, l'espace urbain du Mans (une aire urbaine de 90 communes) est le deuxième espace urbain de la région, et avec une superficie de 52 km², la ville est aussi étendue que Lyon pour environ six fois moins d'habitants. Composée en grande partie de zones résidentielles dont les habitations sont majoritairement d'anciennes maisons ouvrières collées les unes aux autres, et bâties dans un même style : la maison dite « mancelle », avec jardin. Ce modèle d'habitat individuel traditionnel explique pour beaucoup son étendue et un urbanisme décousu.

9Ce modèle s’applique au premier chef au quartier Saint-Lazare. Ce quartier situé sur la rive droite de la Sarthe, la moins étendue et la moins peuplée, en a été longtemps un des plus ruraux. N’accueillant que des petits commerces de détail, ce quartier se voyait habité en majorité d’ouvriers et de petits employés, cet ancien faubourg devant son nom de Saint-Lazare à la léproserie qui y avait été implantée au XIe siècle. L’activité économique du faubourg s’était concentrée au Moyen Âge et à la Renaissance sur l’étamine, et avait subi de plein fouet à la fin du XIXe siècle l’essor industriel de la ville.

Le Mans : le point marque l’emplacement du Patis.

Le Mans : le point marque l’emplacement du Patis.

10En 1842, est créée la Compagnie du gaz du Mans et la première usine à gaz de houille le long du canal des Planches, creusé parallèlement à la rivière, sur le territoire du quartier Saint-Lazare (voir « US » et « GDF » sur le plan ci-joint). Le Mans devient la 26e ville de France éclairée au gaz. Une nouvelle usine est inaugurée en 1924, sur le modèle des unités de forte capacité de la région parisienne. Pour alimenter la ville, un gazomètre de 25 000 mètres cubes est construit en 1952. Ces installations fonctionneront jusqu'en 1962. Il s’y était ajouté une centrale EDF, qui a, elle, fonctionné jusqu’en 1993. Tout un périmètre, carré de 500 mètres de côté de part et d’autre du canal, appartiendra à GDF/EDF ; il y aura été aussi construit des bureaux, et des maisons pour le directeur et les ingénieurs.

11Le tournant intervient en 1854 avec l'arrivée du chemin de fer. Le Mans devient alors la plaque tournante du réseau ferré de l'Ouest français, avec la convergence des lignes de Nantes et de Rennes. La ville s'affirme dans son rôle d'interface entre le Bassin parisien, dont elle occupe les confins occidentaux, et le quart nord-ouest du pays. Après la guerre de 1870, la France ayant perdu l'Alsace et la Lorraine, les deux manufactures de tabac de Metz et Strasbourg sont cédées de force à l'Empire Allemand. Or, dès 1875, les seize établissements français produisant du tabac ne sont plus suffisants pour assurer l'augmentation de la consommation de cigarettes. Le Mans est, avec Dijon, choisi par l’implantation d’une nouvelle manufacture. La proximité de la gare (la manufacture bénéficiera d’une voie de dérivation) et de la rivière jouent un rôle essentiel : un rectangle d'une taille d'environ 19 000 m2, délimité à l’Est par la rivière, au Sud par la voie ferrée, également sur le territoire de l’actuel quartier Saint-Lazare (voir le plan), juste au sud de l’usine à gaz, est cédé à l'État par la Ville. Deux bâtiments provisoires sont édifiés, et les travaux de la manufacture définitive se déroulent de 1879 à 1883, la modernisation de l'établissement étant ensuite incessante. La ville ayant été, avec les frères Bollet, un des foyers nationaux de l’automobile, il n’est pas étonnant que l'industrie y soit tôt associée à l'automobile. Si Louis Renault achète dès 1920 un terrain en périphérie de la ville pour s'éloigner de la frontière allemande tout en restant relativement proche du siège social de Boulogne-Billancourt, c'est en 1936 que l'installation de l'usine deviendra effective. Au cœur d'une étoile ferroviaire, Le Mans présente l'avantage d'offrir une liaison directe avec Paris. Un atout déterminant qui suscitera à la veille de la Seconde Guerre mondiale la décentralisation stratégique d'usines. L'avènement du chemin de fer aura permis le décollage industriel de la ville. Le Mans deviendra la plaque tournante de l’Ouest à la fin des années 1950, et la SNCF emploiera à elle seule jusqu'à 6 300 personnes.

12Deux ponts, dont l’un ne se trouvait qu’à quelques centaines de mètres du cinéma, reliaient le quartier Saint-Lazare au centre-ville, géographiquement très proche et accessible sans utiliser des bus. Ces ponts, que les habitants du quartier traversaient, marquaient toutefois une barrière en sens inverse, la rivière marquant au contraire, avec l’usine à gaz, la centrale électrique et la manufacture des tabacs qui les jouxtaient sur la rive droite, une frontière pour les habitants des quartiers de centre, du nord et de l’est (résidentiels) et du sud, très éloignés du centre. Il y avait là une zone tampon, un no man’s land industriel.

13La population de ce quartier était électoralement plutôt ancrée à droite, dans une ville dont la municipalité est demeurée jusqu’en 1980 de cette couleur politique. Mais le public du Patis se comportait et réagissait comme tous les publics de quartier, répondant à l’offre sans se poser la question de la propriété de la salle, ici son appartenance à l’Association d’Éducation Populaire. Il n’affichait, sauf exceptions, pas une position politique bien tranchée, se trouvant peut-être même, en grande partie, en phase avec ce qu’elle représentait. Il pouvait y avoir là une superstructure intégrée, l’implicite ou inconscient garant de certains critères, de normes et/ou limites quant aux contenus et à la forme des films. Mais le profil exact de la demande du public de l’époque demeure évidemment impossible à saisir précisément ex-post. Il est clair par contre que l’offre se voyait, sinon dictée ou encadrée par l’appartenance du cinéma à l’Association, de facto contrainte, ne serait-ce que parce que le directeur en était l’employé et le salarié, ce qui ne pouvait pas être sans incidence sur le choix des films que, en tant que responsable de la programmation, il effectuait.

 

14Ce lien de subordination paraît essentiel pour comprendre l’orientation d’une offre de films qui, pouvait être le reflet, sinon d’une idéologie, tout du moins d’une morale. Mais on se gardera de replier trop vite l’infrastructure – la nature de l’association –, sur, non seulement la programmation factuelle, mais l’esprit qui y présidait. Il est toutefois possible de faire état des souvenirs, des témoignages des proches du directeur quant à ses réflexions, ses attitudes face à l’offre des distributeurs. Deux hypothèses apparaissent : celle d’une auto censure et celle d’orientations délibérées, expression, sinon d’un accord total et constant avec les positions et jugements de l’Association, et donc à travers eux du clergé et des croyants, d’un consensus lié à son histoire et à son profil socioculturel.

  • 12 Liste arrêtée au 24 juin 1957, publiée dans le Bulletin d’Information du CNC, n° 46-47, août-octobr (...)
  • 13 Les additifs publiés régulièrement par la revue « La cinématographie française » étaient aussi publ (...)

15Cette seconde hypothèse parait la plus plausible. Issu de la JOC, Michel Serceau père fut artisan menuisier jusqu’en septembre 1939. Mobilisé, puis fait prisonnier, il fut libéré du stalag au printemps 1942 à la suite d’un grave accident de travail. Mutilé, et donc dans l’incapacité de reprendre son métier, il avait occupé divers emplois avant d’être embauché par le curé de la paroisse pour diriger la salle en passe d’ouvrir. Des documents attestent qu’il a eu dans son travail le souci de tenir compte de normes, largement morales, auxquelles il adhérait. En témoigne par exemple la liste des films pour la jeunesse et la famille12, sur laquelle des titres ont été soulignés, rayés, ou cochés, de sa main. Il convient également de préciser que la programmation de films de cette liste permettait des dégrèvements13 : il ne s’agissait pas de films classés mais – formulation précise – de films agréés pour des « séances cinématographiques destinées à la jeunesse et à la famille ».

Liste de films destinés à la jeunesse et à la famille

Liste de films destinés à la jeunesse et à la famille

16Qu’il s’agisse de L’Auberge du cheval blanc, de Bagdad, de Barry, du Bossu… une forte majorité de ces titres se retrouve dans la programmation : 14 exceptions seulement sur 180 en comptant la « Liste complémentaire », tirée à part. Il convient d’ajouter que ces listes ne sont pas celles de films comportant des interdictions (qui ne seront, eux, pas programmés au Patis), et qu’elles n’étaient certainement pas consultées uniquement par le directeur d’une salle paroissiale.

17Il existait également une cote des films établie par l’Office catholique du cinéma, héritière de l’Office Catholique International du Cinéma (OCIC) instituée en 1928, qui deviendra en 1980 l’Organisation Catholique Internationale du Cinéma et de l’Audiovisuel, et en 2001 fusionnera avec l’UNDA (pour la radio et la télévision) pour devenir SIGNIS, association mondiale pour la communication. En 1934 avait été instituée la Centrale Catholique du Cinéma, qui cotait les films, et qui deviendra en 1959 l’Office Catholique Français du Cinéma, puis en 1982 Chrétiens-Media.

Cotes morales attribuées en France en 1950 par la Centrale catholique du cinéma :

- 3 (enfants même non accompagnés)

- 3bis (familles)

- 4 (adultes)

- 4a (adultes avertis)

- 4bis (à déconseiller)

- 5 (à proscrire : par discipline chrétienne, il est demandé de s'abstenir de voir ce film).

 

18Il serait évidemment hasardeux d’extrapoler ou induire des conclusions à partir de la programmation effective. Il faudrait la comparer à celle d’autres salles de quartier, dont les habitants auraient eu le même profil que ceux du quartier St Lazare. On peut néanmoins considérer Le Patis comme représentatif de ces salles de quartier fréquentées par un public populaire, pour lequel le nom du réalisateur du film représente peu, au contraire du casting avec la présence, ou non, de stars. Le cinéma de genre (mais pas en l’occurrence tous les genres) occupait là, comme dans l’ensemble de l’exploitation commerciale, une place qu’il n’avait pas dans les ciné-clubs. Ce public ayant a priori peu souci de l’esthétique.

  • 14 Jean-Marc Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 20 (...)
  • 15 Emmanuel Ethis, op. cit., p. 16.
  • 16 Pour un exposé détaillé de la question, voir Fabrice Montebello, Le cinéma en France, Paris, Armand (...)

19Possédait-il un plus grand souci de la morale que celui des ciné-clubs ? Il convient de distinguer deux périodes, celle où les ciné-clubs n’avaient sur la ville du Mans qu’une existence embryonnaire, et celle qui a vu se développer le ciné-club « Culture-Loisirs Cinémas » (cf. infra). D’une manière générale, on pouvait observer avec les ciné-clubs d’un côté et les salles paroissiales –Le Patis en était de facto une – de l’autre, des réseaux très différents. Ces derniers n’étant que des infrastructures, quant à la superstructure on ne peut se contenter d’opposer de manière mécaniste une gauche et une droite, et on se reportera ici aux analyses d’Emmanuel Ethis ou de Jean-Marc Leveratto14. On doit, même en prenant acte de ce qui, sur le moment, les opposait effectivement, avoir présent à l’esprit que ces deux types de réseaux étaient éléments d’un éventail de structures alternatives, dont certaines très anciennes, qu’ils étaient l’écho de préoccupations très anciennes, pratiquement contemporaines de la naissance du cinéma. Ces deux réseaux possédaient donc des principes analogues d’action : « un mode d’intervention identique qui privilégie l’encadrement des spectateurs par l’instauration de lieux de projections spécifiques et leur organisation en réseaux pour mieux peser sur la distribution cinématographique : « salles spécialisées » des premiers ciné-clubs à vocation artistique, « maisons du peuple », « salles paroissiales », « écoles »15. Était en jeu dans l’un et l’autre un esprit et une forme d’exploitation désireux de tourner le dos à la grande exploitation commerciale et à ses visées exclusivement commerciales. Ces deux réseaux ayant ceci de commun de dénoncer le cinéma dominant jugé « commercial », « grossier », abêtissant », « immoral » pour certaines, et de réclamer l’élévation artistique, sociale, éducative, politique pour certaines, morale et spirituelle pour d’autres16, on pointe même un consensus qui ne transcende pas forcément des clivages idéologiques, mais qui, résolument culturaliste, a joué un très grand rôle dans l’histoire de la réception du cinéma. Il s’est montré un artisan majeur du saut épistémologique qui a vu le cinéma devenir, de divertissement et art populaires, un élément de la culture de l’honnête homme de la seconde moitié du XXe siècle. Ce consensus historique explique que Le Patis ait pris, dans sa ville, en se muant en salle d’Art et Essai, le relais de Culture-Loisirs Cinéma, qui aura été de loin le plus important ciné-club local.

20Plus que comme un objet anachronique, une curiosité archéologique, il peut donc être considéré, pour deux raisons au moins, comme un emblème, une préfiguration de ce qui s’est développé en deux décennies en marge des grands circuits de distribution. Son histoire se situe dans une période-charnière. Le public du cinéma était jusqu’à l’aube des années soixante un public populaire. On a dit que ce public avait ensuite déserté les salles obscures, même si la réalité est plus mêlée, l’apparition des complexes dans le centre des villes ayant changé la donne. Néanmoins, fruit de la politique d’éducation menée notamment par les ciné-clubs, un nouveau public est apparu, acquérant progressivement un poids économique déterminant, permettant le développement du secteur Art et Essai dans ces années soixante/soixante-dix, corrélativement à une mutation de la production dont la Nouvelle Vague aura été l’emblème, mais qu’elle ne saurait résumer à elle seule. Il faut plutôt considérer que le public s’est scindé, et cette scission, la salle qui nous intéresse possède ceci de particulier d’avoir participé à sa création et de l’avoir, un temps, géré.

21Elle a dû finalement fermer ; est-ce à dire qu’un tel statut mixte était utopique ? Non viable ? Avec davantage d’écrans, ou situé ailleurs – en centre-ville – Le Patis n’eût peut-être pas été ainsi condamné ; mais il n’a pas non plus eu l’opportunité d’opérer cette mue adaptative à l’aube d’une décennie qui verra de nouveau la fréquentation nationale chuter de moitié. Si nous intéresserons surtout aux films diffusés au Patis durant ces quatre décennies, et à l’évolution de leur réception sur cette période, il ne faudra jamais perdre de vue les conditions économiques qui conditionnaient leur obtention par les programmateurs, leurs difficultés récurrentes rencontrées sur ce marché, qui les contraignaient souvent à faire des choix par défaut, et non selon un optimum par eux librement souhaité.

Notes

1 Elle était fixée à 0,22 % du chiffre d’affaires brut, timbres déduits, « à envoyer au plus tard le 20 de chaque mois pour le mois précédent ».

2 Indications figurant sur la carte envoyée le 13 avril 1956 par le CNC, mentionnant que la salle se trouve en catégorie « E ».

3 L’agrément « Jeunesse et éducation populaire » le plus ancien a en effet été défini dans une Ordonnance du 2 octobre 1943, rendue applicable par l’Ordonnance du 9 août 1944 (en l’espèce, il s’agissait de réserver aux associations agréées le bénéfice de subventions éventuelles).

4 Pour une histoire détaillée du fonctionnement de cette salle sur laquelle nous ne reviendrons pas, voir : Daniel Serceau, Les goûts du public. Une salle de quartier dans les années cinquante, Biarritz, Séguier/Archimbaud, 2006.

5 Claude Forest : « Mettre un film à l’affiche : les stratégies des programmateurs », in « Cinéma et stratégies. Économie des interdépendances », Laurent Creton (dir.), Théorème 12, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2008.

6 À cette période, notamment dans le Centre et l’Ouest de la France, de nombreuses salles d’origine paroissiale étaient gérées par une AEP. Dans la Sarthe, tel était notamment le cas de la salle des Perrières à Allonnes, du Familia à Bazouges-sur-le-Loir, Sainte Louise à Bonnétable, Saint-Michel à Loué, Jeanne d’Arc à Noyen, la salle des fêtes à Saint-Denis d’Orques, le Familia à La Suze, le Charnie-ciné à Saint Symphorien, l’Arc-en-ciel à Jean d’Assé.

7 La référence à la « qualité » tenait alors lieu de définition esthétique. Pour une étude de la question, voir Daniel et Michel Serceau, « Le mouvement Art et Essai en France, quelle signification culturelle et économique ? », La Revue du cinéma, n° 339, mai 1979.

8 Décision réglementaire n° 43 du CNC du 28 mai 1959 « relative au classement des théâtres cinématographiques d’Art et Essai ».

9 Cf. infra chap. III.

10 Voir à ce sujet Michel Serceau, Le cinéma et l’imaginaire, Liège, Céfal, 2009, p. 35.

11 Cf. infra chap. II.

12 Liste arrêtée au 24 juin 1957, publiée dans le Bulletin d’Information du CNC, n° 46-47, août-octobre 1957.

13 Les additifs publiés régulièrement par la revue « La cinématographie française » étaient aussi publiés dans le Bulletin Officiel de Contributions Indirectes.

14 Jean-Marc Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000, et surtout Cinéma, Spaghettis, Classe ouvrière, Immigration, Paris, Éditions La Dispute, 2010.

15 Emmanuel Ethis, op. cit., p. 16.

16 Pour un exposé détaillé de la question, voir Fabrice Montebello, Le cinéma en France, Paris, Armand Colin, 2005.

Table des illustrations

Titre Collection Michel Serceau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Le Mans : le point marque l’emplacement du Patis.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Liste de films destinés à la jeunesse et à la famille
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search