Version classiqueVersion mobile

Le Patis

 | 
Claude Forest
, 
Michel Serceau

Introduction

Texte intégral

1Se situant au carrefour des études des salles de cinéma et de la réception des films par le public, le présent ouvrage ambitionne de mettre en perspective l’histoire et l’analyse de la programmation (titres, genres, entrées, etc.) d’une salle de cinéma d’un quartier d’une ville de province, depuis son ouverture le 18 novembre 1942, jusqu’à sa fermeture définitive à la fin du mois de juillet 1983.

2Il peut être difficile, pour qui ne connaît que les structures contemporaines de l’exploitation cinématographique, de se représenter cette salle et son contexte. Située au Sud-Est de ce que l’on a coutume d’appeler une « ville moyenne », Le Mans, Le Patis était une « salle de quartier » dotée d’une capacité de 290 places, séparée symboliquement du centre de la commune par une rivière, la Sarthe, bien que deux ponts la franchissent à proximité. Son nom n’était autre que celui de la place la plus proche, sur laquelle se tenait un marché. Ce type de salles, aujourd’hui disparu, se voyait exclusivement fréquenté par des spectateurs habitant à proximité, ici le quartier Saint-Lazare.

  • 1 Afin de mieux rendre compte du phénomène, nous indiquerons, dans la mesure du possible, en même tem (...)
  • 2 Emmanuel Ethis, Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, Armand Colin, 2007, p. 35.

3Depuis ses origines, la diffusion des films en salles est régie par un ordre de passage déterminé par – et renforçant la – puissance économique des établissements cinématographiques, mesurée par le nombre de spectateurs les fréquentant, et incidemment par le chiffre d’affaire généré. Dans cette hiérarchie, rigide et davantage formalisée durant les décennies de fonctionnement du Patis, la « première vision » des films avait lieu dans les salles du centre-ville, qui pouvaient  drainer, lorsque sortait un titre de renom, le public de tous les quartiers de la cité. À l’instar du plus grand nombre de salles en France, Le Patis ne proposait que des programmes dits de « seconde vision ». D’où des clivages, des temps d’attente1 de plusieurs mois (dans le meilleur des cas) ou années (le plus souvent), délais qui n’existent plus en cette ampleur et dont les spectateurs n’ont plus connaissance aujourd’hui, l’ancienneté des films s’étant mesurée ensuite en mois, puis en semaines à compter de leur jour de sortie nationale. Aussi bien à Paris que dans les villes de province, lorsque sortait dans la capitale un nouveau film, seuls un ou deux « ciné-palaces » du centre le présentaient en exclusivité ; il fallait « en général attendre de trois à dix semaines pour qu’une douzaine d’autres salles du centre diffusent le film en “seconde exclusivité” »2. Les autres salles, de seconde vision, devaient attendre la fin de l’exploitation dans les premières salles avant d’en obtenir la copie.

  • 3 Centre National de la Cinématographie de 1946 à 2009, Centre National du Cinéma et de l’Image Animé (...)
  • 4 Claude Forest, « De Vichy au Quartier latin : l’âge d’or du cinéma populaire » in Le cinéma du sam’ (...)

4La hiérarchie nationale, puis locale, des salles, déterminait la date d’obtention des films, ainsi que les prix des places, fixés selon une grille officielle définie par le CNC3. Le processus avait commencé de facto dès avant la Seconde Guerre mondiale, puis s’était vu institutionnalisé à partir de mars 1950 : les prix pratiqués par les salles de cinéma se voyaient corrélés avec leur rang dans l’ordre de projection des films : première, puis seconde exclusivité, première puis seconde vision. D’où des catégories, de A à F, établies par le CNC, qui décidait des classements en entérinant les rapports de forces économiques antérieurs admis par la profession. Appartenaient à la catégorie A les salles de 1re exclusivité de Paris, à la catégorie B les salles de 2e exclusivité de Paris, à la catégorie C les salles de 1re vision des villes-clés de province. Venaient ensuite dans la catégorie D les salles de 2e vision de ces mêmes villes de province-clés et les salles de 1re vision des autres villes, puis dans la catégorie E les autres salles de ces villes de province-clés, lieux des visions ultérieures, et les salles de 2e vision des autres villes. La dernière catégorie, F, comprenait les tournées substandards4, c’est-à-dire qui exploitaient les films en format réduit, 16 mm, essentiellement donc les salles itinérantes du milieu rural, le format standard étant demeuré le 35 mm jusqu’au basculement (2010-2013) de la projection en format numérique.

  • 5 Fabrice Montebello, Le cinéma en France depuis les années 1930, Paris, Armand Colin, 2005, p. 49.
  • 6 Au début des années soixante, avant que commencent à disparaître les salles de quartier, quasiment (...)
  • 7 Claude Forest, Les dernières séances. 100 ans d’exploitation des salles de cinéma, Paris, CNRS Écon (...)
  • 8 La notion de « répertoire » liée à celle de « patrimoine » devenant progressivement un des axes du (...)

5Le Patis appartenait ainsi à la catégorie des salles les plus courantes en format standard en France, relevant de ce que l’on appelait la « petite exploitation », qui, quoique représentant au milieu des années cinquante les deux tiers du parc des salles, n’enregistrait que le quart des spectateurs et seulement le cinquième des recettes. À l’opposé, les 38 plus grands établissements enregistraient à eux seuls 19 % du total des recettes et 11 % des entrées5. Mais les salles de 2e vision formaient un dispositif qui, par son important maillage du territoire6, permettait aux nouveaux films d’avoir une carrière incomparablement plus longue qu’aujourd’hui (trois ans en moyenne) : elle s’est raccourcie au fil des décennies. La « fraîcheur » d’un titre, sa nouveauté n’étant pas à cette époque un critère de la demande des spectateurs, les films se voyaient exploités de manière extensive sur la totalité du territoire et ne quittaient pas définitivement les écrans aussi rapidement. On comptait par exemple en 1954 « sur les 3349 films en exploitation, 382 inédits, 2531 (soit 75 %) réalisés entre 1947 et 1953, 436 (soit 13 %) entre 1930 et 1946 »7. En l’absence de « salles de répertoire » comme il en est apparu plus tard (les Studios Action à Paris par exemple)8, à côté des ciné-clubs, ou hors d’eux, les salles de 2e vision permettaient donc de voir des films longtemps après leur sortie parisienne. Elles remplissaient une « fonction de conservation » ; elles ont même ont joué un rôle déterminant d’opérateurs culturels de proximité en donnant naissance à de véritables désirs de cinéma parmi au moins deux générations de spectateurs.

6Un demi-siècle plus tard, les modes de vie, de consommation et donc d’attentes et de représentations se sont radicalement modifiés. Faute de choix et de comparaison possible, vivant à un autre rythme, en général moins rapide, soumis à moins d’autres offres concurrentes, faute également de moyens de transport, attendre la date de passage d’un film dans sa salle « de quartier » constituait la règle, la norme, l’habitude. Dès lors, le temps laissé aux films se trouve structuré par la demande des spectateurs, pas par l’offre des salles qui n’en n’est qu’une résultante, non une cause. Ce délai participait de la sédimentation culturelle qui ne peut s’opérer que si elle est permise par ce temps qui autorise alors la construction de ce (type de) désir de cinéma. La demande des spectateurs, se modifiant de par la mutation de tout l’environnement social, technique et économique, a provoqué l’accélération du rythme de vision des films et donc la disparition des salles de quartier ; au-delà des discours nostalgiques, il convient de conserver à l’esprit que le lien de causalité a opéré en ce sens, pas à l’inverse.

7Une première partie, consacrée à l’histoire du Patis, décrira son origine, son contexte, son évolution –  il possède la particularité de s’être, à la moitié de son existence, mué en salle d’Art et d’Essai –, et présentera une analyse statistique de sa programmation. Compte tenu de la situation, nous indiquerons, à côté des dates de programmation des films, leurs dates de sortie sur le territoire national – de facto celles de sortie à Paris –, le plus souvent en salle, rarement celles de présentation à la profession ou au festival de Cannes lorsque la date de sortie fut impossible à retrouver. Le but recherché a été de mettre en évidence cet écart temporel entre la première présentation d’un film sur le territoire et son arrivée au Patis, et d’en mesurer l’évolution au fil de la période étudiée.

8Une seconde partie sera consacrée à l’analyse de la part qu’ont occupé dans cette programmation les différentes cinématographies selon les pays de production. Une analyse comparative qui, confrontant les films offerts à la demande du public – mesurée par les entrées payantes déclarées au CNC et aux distributeurs –, visera à faire ressortir des préférences, des lignes de force représentatives du public de cette salle d’abord populaire, puis d’Art et Essai.

9La troisième partie complétera et enrichira la description de ce public. Nous y réexaminerons la programmation du Patis de manière transversale, selon les genres des films proposés. Une question importante vu la double histoire de cette salle : repère essentiel dans la production et la réception du cinéma jusqu’à l’avènement du cinéma moderne et la Nouvelle Vague, le genre ne sera plus en effet un critère pour une programmation « Art et Essai ». En apparence tout du moins.

Notes

1 Afin de mieux rendre compte du phénomène, nous indiquerons, dans la mesure du possible, en même temps que la date de programmation du film dans cette salle, la date de sa sortie, antérieure, en France.

2 Emmanuel Ethis, Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, Armand Colin, 2007, p. 35.

3 Centre National de la Cinématographie de 1946 à 2009, Centre National du Cinéma et de l’Image Animée depuis lors.

4 Claude Forest, « De Vichy au Quartier latin : l’âge d’or du cinéma populaire » in Le cinéma du sam’di soir, CinémAction, n° 95, 2e trimestre 2000.

5 Fabrice Montebello, Le cinéma en France depuis les années 1930, Paris, Armand Colin, 2005, p. 49.

6 Au début des années soixante, avant que commencent à disparaître les salles de quartier, quasiment toutes les agglomérations bénéficiaient d’un cinéma, la France comptant jusqu’à 6000 établissements.

7 Claude Forest, Les dernières séances. 100 ans d’exploitation des salles de cinéma, Paris, CNRS Économie, 1995.

8 La notion de « répertoire » liée à celle de « patrimoine » devenant progressivement un des axes du classement des salles « Art et Essai » (cf. infra).

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search