Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et maintenant, où va le Matte Painting ? Une approche historique du Matte Painting (partie 1) montre à quel point cette histoire se compose d’hésitations, de retours en arrière, d’utilisations parallèles de dispositifs ou encore de matériaux (pastel, huile, acrylique), de recyclage, bref, qu’elle est loin d’être linéaire1. Le numérique rentre dans cette histoire au même titre que les autres mutations, et propose autant de points de rupture (fin des pinceaux « physiques », autre organisation du travail) que de continuité (détails authentifiants vs. détails désillusionnistes).

La numérisation des effets autorise plus facilement et plus rapidement ce que les techniques analogiques proposaient déjà depuis quasiment un siècle. Cette plus grande souplesse d’usage, et le succès économique de films comportant de nombreux effets spéciaux (Titanic en tête) ont conduit à un usage important de ces techniques :

Dans la dernière décennie, les budgets des studios pour les effets spéciaux ont explosé...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540