Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 3. Pour une esthétique de la rencontre : entre l’homme et la peinture, entre les images, entre le son et l’image, entre l’image et le texte

Chapitre 4. Le plan paysage, personnage à part entière ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mise en scène d’un plan de matte va donc être intimement liée au rôle que le scénario lui attribue. En ce sens, le plan de matte rejoint les débats sur le rôle et la place du décor en son ensemble dans un film. Or, dès l’essor des décors des années 1920, une première tension apparaît dans les écrits des décorateurs, et autour d’eux. « Un décor ne doit pas déborder de son rôle qui est d’être le cadre de l’action. De même qu’il est déplorable que l’harmonie de l’accompagnement étouffe le thème soliste, un angle de décor pris pour le décor risque la plupart du temps de nuire à l’action et de ce fait, ne peut que desservir le film et lui-même.1 »

Le décor ne doit « surtout pas nuire à l’action soit par sa richesse, soit par son indigence ; il ne doit pas gêner le déroulement de l’action. Le décor doit incorporer le spectateur à l’écran.2 » Autrement dit selon René Clair, synthétisant une idée que l’on retrouve sous de nombreuses plumes, « à l’écran, le meilleur décor est celui que l’o...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540