Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 3. Pour une esthétique de la rencontre : entre l’homme et la peinture, entre les images, entre le son et l’image, entre l’image et le texte

Chapitre 3. Le son fait la peinture

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Matte Painting nécessite un travail particulier du son, ne serait-ce qu’en raison de ses conditions de tournage. Cet univers peint ne possède, par définition, aucun environnement sonore, qu’il faut donc entièrement créer. Dans le cas des glass shots, avec un tournage en extérieur, les rushes contiennent un son direct, qu’il est possible d’utiliser, sans être sûr toutefois qu’il corresponde vraiment à ce que représente la peinture. Mais dans le cas d’un tournage en studio, seuls les éventuels dialogues et bruits de mouvements sont utilisables, tout l’environnement sonore (bruits de l’extérieur, espace dans le cas de grandes salles…) est à créer. De plus, le Matte Painting se déployant surtout au cours des années 1920, il fut d’emblée pensé avec un environnement sonore. D’autant que l’essor du son, entre autres causes favorisant les tournages en studio, aura comme contrecoup de favoriser l’essor des Matte Paintings.

Mais au-delà de cette cause technique et historique, le son prend u...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540