Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 3. Pour une esthétique de la rencontre : entre l’homme et la peinture, entre les images, entre le son et l’image, entre l’image et le texte

Chapitre 2. Le montage, ni trop ni trop peu : la règle des 5 secondes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment et où un matte painting est employé dans un film est crucial pour sa réussite. Un matte painting a besoin d’être à l’écran juste assez longtemps pour que le public ait le temps de comprendre ce qu’il dit, mais pas trop pour ne pas qu’il commence à le regarder de près et à remarquer des problèmes. La différence entre un plan de matte réussi ou raté tient littéralement dans une poignée d’images.1

La durée d’un plan de matte est donc un élément essentiel pour sa crédibilité selon la citation précédente d’Harrison Ellenshaw. Une technique de peinture parfaite, une ligne de cache camouflée, des détails authentifiants en nombre « juste », ne suffiront pas à assurer une illusion satisfaisante, dans l’esprit du spectateur, si le plan est « mal » monté : mal situé dans le film, dans une mauvaise alternance de cadres, avec une durée non adaptée (soit trop longue, mais aussi trop courte). « Même les meilleurs matte paintings seront repérés s’ils sont à l’écran trop longtemps2 », insiste...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540