Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 3. Pour une esthétique de la rencontre : entre l’homme et la peinture, entre les images, entre le son et l’image, entre l’image et le texte

Chapitre 1. La rencontre de l’homme et de la peinture, la frontière ou la contagion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La règle bazinienne du montage interdit est essentielle pour la mise en scène des Matte Paintings. En termes narratifs, les plans avec peinture soulignent la place de l’homme dans son environnement, qu’il soit naturel ou fabriqué. L’espace qui entoure le corps humain est donc un élément « essentiel de l’action », puisque ces plans mettent en place, directement ou indirectement, la rencontre de l’homme avec un lieu. Par conséquent, le montage peut alterner des plans rapprochés sur l’homme, puis des plans rapprochés du décor, en champ/contre-champ, à condition, nous explique Bazin, qu’il y ait au moins un plan qui unifie le tout et qui crée dans l’esprit du spectateur une unicité de lieu.

En termes esthétiques, cette présence de l’homme complique néanmoins le travail du matte painter, puisqu’il faut prévoir de relier deux espaces différents (glass shot), voire deux espaces-temps différents (prise en cache, puis contre-cache peint en studio). Cependant, cette présence est une constante ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540