Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 3. Pour une esthétique de la rencontre : entre l’homme et la peinture, entre les images, entre le son et l’image, entre l’image et le texte

Introduction de la partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme pour tout effet spécial1, un plan de matte est par nature le lieu de toutes les rencontres. Au niveau technique, c’est la rencontre forcée de la peinture et du film, qui se redouble dans le cas du matte painting et de l’usage du cache/contre-cache, de la rencontre d’un film avec un autre morceau de film. Au niveau narratif, c’est celle d’un personnage avec un décor. Au niveau esthétique, c’est celle du spectateur avec le lieu.

Or, le Matte Painting est avant tout le résultat d’une rencontre manquée, puisqu’un décor réel ne peut, pour différentes raisons, rencontrer le corps humain. Par conséquent, le corps et le décor sont filmés séparément et ne se rencontrent au final que sur grand écran, remake d’une autre rencontre manquée, celle de l’acteur avec le spectateur.

L’idée de rencontre – comme celle d’aventure à laquelle le Collège d’histoire de l’art cinématographique avait naguère consacré une saison – n’est pas l’exclusivité du cinéma. Dans l’un et l’autre cas, au contraire, i...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540