Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 2. Transformer la peinture en film : le cadre juste, le détail juste, le mouvement juste

Chapitre 4. Du refus du mouvement à une esthétique du mouvement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le mouvement dans l’image est crucial dans la réalisation des Matte Paintings, le mouvement de l’image apporte un niveau supplémentaire dans la quête de distinction du Matte Painting avec la peinture. Car certes, la peinture offre un mouvement figé, mais nombres d’auteurs ont insisté sur le mouvement qu’elle contient (outre le célèbre et cinématographique Le nu descendant un escalier de Marcel Duchamp, 1912 et aux exemples du même type chez les cubistes et futuristes) : la peinture est indéniablement concernée par le mouvement des objets qu’elle encadre. Néanmoins, son cadre n’en demeure pas moins fixe, et le mouvement de caméra reste bien une spécificité de l’art cinématographique, différence de taille avec la photographie ou la peinture.

L’histoire du cinéma pourrait d’ailleurs être vue comme une longue quête de mouvement : une caméra fixe, puis les premières ruptures (le travelling de Promio à Venise, puis celui de Cabiria de Giovanni Pastrone en 1914), les essais de Napoléon o...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540