Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 2. Transformer la peinture en film : le cadre juste, le détail juste, le mouvement juste

Chapitre 3. La question du détail, trop ou pas assez ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cinéma, « les feuilles bougent.1 » Cette célèbre anecdote autour de la projection du Repas de bébé des frères Lumière de 1895, souvent analysée comme le signe du réalisme du cinématographe, est un indice éclairant sur la façon de voir un film2. Le spectateur s’est arrêté sur ce détail, l’a analysé comme un indice de lieu (on est en extérieur) et un indice technique (même ces mouvements fins et aléatoires ont pu être captés par la caméra). Ce simple détail qui fera couler beaucoup d’encre authentifie à lui seul tout le plan, considéré comme « vrai » par les premiers critiques fascinés par cette « vie prise sur le vif ». Il expose aussi clairement à quel point le cinéma est affaire de détails3, qui, du coup, n’en sont pas – voir par exemple le soin apporté au choix des couleurs, des accessoires, du positionnement précis des caméras… « Pinaillages » qui peuvent dérouter plus d’un néophyte en visite sur un plateau de tournage.

Or, en Matte Painting, les feuilles ne bougent pas. Et alo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540