Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 2. Transformer la peinture en film : le cadre juste, le détail juste, le mouvement juste

Chapitre 2. Cadrer, éclairer : révéler le décor

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme l’explique Hugues Laurent, « l’angle dessine l’image, et la lumière peint l’image.1 » Il en est ainsi pour tous les plans cinématographiques, les plans avec Matte Painting ne font pas exception. Si Resnais travaille sur deux lumières différentes pour La vie est un roman, voire deux cadres différents pour chaque image, le principe du plan composite veut, au contraire, qu’il n’y ait qu’une lumière, et qu’un cadre visible par plan. Ainsi, les deux éléments (le décor réel, le décor peint), doivent-ils comporter les mêmes traits distinctifs.

Le cadre tout d’abord est garant de l’unité de lieu. En ce qui concerne la grosseur, le cadre d’un plan avec Matte Painting sera forcément toujours large2, qu’on le désigne sous l’appellation plan de grand ensemble, plan d’ensemble, plan de demi-ensemble, ou encore plan large. D’une part, cette règle a une cause économique. Le Matte Painting s’est répandu comme un moyen d’économiser sur les coûts, le bas du décor étant traditionnellement constru...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540