Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 2. Transformer la peinture en film : le cadre juste, le détail juste, le mouvement juste

Chapitre 1. L’indétectable détecté ou le détectable indétecté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Octobre 2005. L’exposition Star Wars à la Cité des Sciences de Paris lève le voile sur les objets et accessoires de la saga. Entre les costumes des soldats de l’Empire, l’animatronique de maître Yoda, ou la « plaque » de carbone renfermant Han Solo, on peut apercevoir une peinture de l’intérieur de l’étoile noire. Le spectateur ressent alors une sensation proche de l’inquiétante étrangeté : c’est à la fois le plan que l’on connaît, et à la fois quelque chose de très différent. Face à la peinture, on est dans le film, mais aussi dans la touche, la matière puisqu’ici, la peinture se voit, se sent, et surtout, on peut la regarder à quelques centimètres de distance.

Ce phénomène est bien connu et touche toute personne ayant participé à un tournage : entre ce que l’on voit sur le plateau, et ce qui ressort sur grand écran, l’écart est immense1. Pour l’épisode de la série Le Cinéma des effets spéciaux déjà évoqué, portant sur les « Décors et trompe-l’œil », on assiste à la création d’un pl...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540