Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 2. Transformer la peinture en film : le cadre juste, le détail juste, le mouvement juste

Introduction de la partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En un siècle d’utilisation, le Matte Painting est donc passé de la peinture au pinceau numérique, de techniques « artisanales » à une industrie de pointe. « Depuis Méliès, le décor de cinéma s’est développé en relation étroite avec les truquages et les effets spéciaux. Leur utilisation s’est accrue au fil du temps pour les faire passer avec l’arrivée de la technologie numérique dans la dernière décennie du 20siècle, de simples procédés techniques d’illusion ponctuelle à de véritables outils intégrés à la production même du film.1 »

Si sa place a changé dans la post-production, les questions esthétiques que le Matte Painting soulève restent cependant les mêmes que celles déjà posées par Norman O. Dawn en 1907. À chaque outil, les questions trouvent des réponses légèrement différentes, mais prolongent les recherches précédentes. Cette seconde partie va donc évoquer les « invariants », les règles de mise en scène, de cadre, de mouvement… soit les enjeux esthétiques de ce type de plans...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540