Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 8. Le numérique, renaissance ou achèvement ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’image générée par ordinateur fait ses premières apparitions au cinéma dans le courant des années 1970. Quelques images pixellisées dans Mondwest (Michael Crichton, 1973) figurent la vision subjective d’un robot, quand une séquence d’une minute à peine expose la création d’une tête de synthèse au milieu de sa suite, Futureworld (Les rescapés du futur, Richard T. Heffron, 1976). Les essais plus complexes interviennent dans les années 1980, et se répartissent en deux catégories : la simulation du corps (façon Looker en 1981, Michael Crichton), la simulation de décor – façon Tron1 (Steven Lisberger) ou Star Trek 2 (Nicholas Meyer) en 1982.

Dans ce dernier film, ILM réalise une séquence (intitulée Genesis) dans laquelle une planète se forme sous nos yeux. Prémisse des mouvements virevoltants, la caméra tourne autour de la planète, où les océans, les forêts, les montagnes, se dessinent au fur et à mesure que s’accomplit le prodige scientifique Genesis. On a donc affaire, dès le début, à ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540