Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 5. Les mutations technologiques de 1940 à la fin des années 1950

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1940 et 1960, le cinéma ne cesse de se transformer. La couleur tout d’abord, qui était déjà présente dès le début du cinéma avec les colorisations manuelles ou au pochoir, se généralise et se simplifie, passant d’un complexe Technicolor nécessitant trois bandes, à une seule bande de film. En 20 ans, elle passe du statut d’exception, à celui de règle.

Dans le domaine des effets spéciaux, la couleur implique un redéploiement des techniques, certaines n’étant pas réalisables en couleur (le Dunning-Pommeroy), d’autres devant être adaptées (les miniatures, les Matte Paintings). Or, au même moment, la mise au point des dispositifs de capture de mouvement, capables de reproduire à l’identique un même mouvement de caméra, fait aussi bouger le monde des effets spéciaux. De cette façon, il est possible de combiner ensemble deux morceaux d’images en mouvement en un seul plan, puisque les deux mouvements réalisés pendant les deux prises de vues seront identiques.

Enfin, la taille de l’écran...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540