Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 4. La généralisation des années 1930, premier âge d’or de la technique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec l’essor du parlant, la mise en place des studios, la division technique du travail s’organise. Le temps de l’artisanat s’achève avec une spécialisation grandissante des tâches.

Il est nécessaire de revoir le développement de ce travail particulier, afin de mettre spécialement en relief l’énorme différence existant entre l’opérateur d’il y a peu d’années effectuant des truquages avec une habileté tenant du prodige et le technicien d’aujourd’hui des effets spéciaux. Le premier était seulement un artisan ingénieux ; son successeur actuel est plus précisément comparable à un chef technicien de production qu’à toute autre chose.1

Les années 1930 sont synonymes de premier âge d’or des effets spéciaux2, et a fortiori des Matte Paintings. Les différentes techniques sont au point, les réalisateurs apprennent peu à peu à mettre en scène ces techniques et à les utiliser en lien avec l’histoire, d’autant que plusieurs genres « porteurs » sont à la mode dans ces années-là, telle la série de f...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540