Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 3. L’essor international de la technique, les années 1920

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un peu à la manière du cinéma, chaque pays possède son propre inventeur du Matte Painting. Si Guido Seeber1 cite un brevet pris en Allemagne le 11 janvier 1921 (n° 350076), c’est surtout en Grande-Bretagne que la technique semble se déployer. Ron Fry et Pamela Fourzon2 datent la première utilisation d’une peinture britannique à 1912, pour le film Santa Claus, sous la houlette d’Edgar Rogers. Ce dernier travaillait depuis un an avec les pionniers du film (et des effets spéciaux) Charles Urban et G. A. Smith (connu pour avoir utilisé une double exposition pour le film The Corsican Brothers en 1897). Frank Van der Veer3 affirme d’ailleurs qu’Edward (!) Rogers a perfectionné le procédé de Dawn, sans que l’on sache précisément en quoi consiste ce perfectionnement.

C’est d’ailleurs un compatriote de Rogers qui va breveter une variation du glass shot. Au moment où le caméraman Bitzer repousse les propositions de Dawn, le directeur artistique d’Intolérance, Walter G. Hall, met en place le pr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540