Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 2. Les pionniers : des débuts difficiles (1907-1919)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du cinéma retient unanimement l’année 1907 comme date de naissance du Matte Painting au cinéma. Quel que soit l’ouvrage consulté1, l’Américain Norman O. Dawn est systématiquement présenté comme le premier, ou l’un des premiers utilisateurs de cette technique au cinéma. Car, ainsi que le remarque Brosnan : « le glass shot était déjà utilisé en photographie (mais qui l’a inventé, personne ne le sait) ; mais il est très probable que Dawn fut le premier à l’utiliser au cinéma.2 » Or, de nombreux cinéastes des premiers temps, à commencer par les frères Lumière, étaient aussi des photographes plus ou moins amateurs, au fait des manipulations photographiques, qui auraient donc pu facilement adapter la technique au cinéma. Dawn insiste d’ailleurs à plusieurs reprises dans ses écrits et interviews sur ce point : « (je) tiens à dissiper toute affirmation visant à faire de moi l’inventeur de cette technique – j’ai construit autour d’elle et profité de circonstances pour faire avance...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540