Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Chapitre 1. Une archéologie du Matte Painting

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’objet qui semble le plus proche, à première vue, d’un Matte Painting semble être le trompe-l’œil. Cette assimilation se retrouve particulièrement dans les rares articles théoriques citant le Matte Painting. Ainsi dans Décadrages, Pascal Bonitzer se demande justement dans quelle mesure « le trompe-l’œil serait-il le dénominateur commun du cinéma et de la peinture ? Du plan et du tableau ?1 »

De même, le traducteur de l’un des épisodes de la série Le cinéma des effets spéciaux, diffusée en France sur Canal + en 1995, choisit de remplacer « matte painting » par « trompe-l’œil » (le titre français de l’épisode étant « Décors et trompe-l’œil2 »). Le Matte Painting fait-il partie de la longue famille des trompe-l’œil picturaux, ou cette assimilation relève-t-elle d’un abus de langage ? En quoi l’objet « peinture sur verre » se rapproche-t-il, ou non, des trompe-l’œil « classiques » ?

Car nous verrons dans ce premier chapitre que le trompe-l’œil est l’objet qui ressemble le plus au Matte P...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540