Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Partie 1. Un siècle (et plus) de Matte Painting. De la mission californienne à la mission pandorienne

Introduction de la partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du Matte Painting débute bien avant la naissance du cinéma. Comme on l’a vu précédemment, le Matte Painting repose sur une technique (peindre de manière photoréaliste), un support (du verre la plupart du temps), et un principe (compléter un espace réel par un espace construit). Ces trois éléments coexistent depuis plusieurs siècles, et se retrouvent à la fois dans la peinture, le théâtre et bien sûr dans la photographie. Dans un premier temps, nous aborderons les arts trompeurs ayant précédemment tenté d’altérer et de transformer un décor par la peinture, et nous verrons comment ces prédécesseurs ont résolu les problèmes posés par cette illusion particulière.

Au cinéma, ce principe se déploie depuis 1907, date « officielle » de sa première utilisation. De 1907 jusqu’au début du 21siècle, le Matte Painting se transforme en profondeur. Cependant, son histoire n’est pas linéaire, et il n’est pas question ici de mettre en avant un « progrès » technique, mais d’interroger les...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540