Version classiqueVersion mobile

Sel et société

 | 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
Armelle Masse
, 
Gilles Prilaux

3. 2. Sel, richesse et sociétés : études régionales de l’époque médiévale à l’époque contemporaine

25. Le sel à Dieppe à la fin du Moyen Âge. D’une ressource locale à un impôt royal

Philippe Lardin

Résumé

Les salines de Bouteilles près de Dieppe sont apparues avant même la naissance de la ville dont elles dépendirent par la suite. Situées au bord de la rivière qui les alimentait en eau salée grâce aux marées, elles fournissaient le sel nécessaire à la conservation des poissons pêchés aux environs. Elles furent d’abord utilisées par les rois francs, puis par les ducs-rois normands pour faire des dons à des abbayes ou à des fidèles. Elles devinrent ensuite une source de revenus pour les archevêques de Rouen, seigneurs de Dieppe et Bouteilles à partir de 1197. Elles commencèrent à rencontrer des difficultés lors de la Guerre de Cent mais ce fut surtout la mise en place de la gabelle qui bouleversa la production en mettant en place un monopole royal de la vente. La production locale devint plus complexe du fait de la surveillance intense des agents du roi au moment où la concurrence de sels extérieurs à la région se faisait plus vive.

Entrées d'index

Géographique :

Dieppe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme dans de nombreuses autres régions côtières du Nord de l’Europe1, l’embouchure de la rivière de Dieppe, entre Arques, Bouteilles et la mer, fut très tôt utilisée pour la production de sel. Cette production indispensable à la conservation des aliments, particulièrement du poisson dans une zone de pêche relativement productive, fut l’objet de nombreuses donations au bénéfice d’abbayes plus ou moins éloignées de la région.

Au cours du XIe siècle, lorsque la ville de Dieppe commença à se développer, les ducs-rois qui y exerçaient le pouvoir ne s’intéressèrent que modérément à cette production qui leur servait avant tout à récompenser des fidèles ou des établissements religieux pour lesquels ils avaient une dévotion particulière. Les choses changèrent quelque peu, en 1197, quand Richard Cœur de Lion échangea « la ville de Dieppe et le lieu de Bouteilles », qui étaient étroitement liés, contre les terres archiépiscopales sur lesquelles il était en train d’édifier Château-Gaillard. Dés...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search