Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Peindre pour le cinéma

 | 
Réjane Hamus-Vallée

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un minimum de connaissance technique aurait épargné à nos théoriciens de chercher midi à quatorze heures1 »
Jean Mitry, 1965

Définir le Matte Painting

Le serment du jeu de paume de Napoléon d’Abel Gance (1927) ; la façade de l’Inquirer de Citizen Kane d’Orson Welles (1940) ; la visite d’un musée est-berlinois du Rideau déchiré d’Alfred Hitchcock (1965) ; ou encore les montagnes himalayennes du Narcisse noir (Michael Powell, Emeric Pressburger, 1947), la forêt du Retour du Jedi (Richard Marquand, 1983) ou celle d’Avatar (James Cameron, 2008) : tous ces plans d’ensemble possèdent un point commun, l’utilisation d’une même technique de trucage de décor, le Matte Painting. Ils font partie des milliers de plans qui utilisent cette technique quasiment depuis la naissance du cinématographe, sans que le public, ni même le critique, ne s’en rendent compte le plus souvent.

Le Matte Painting consiste à combiner dans un même plan large une scène réelle et son extension réalisée par peinture. « L’o...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540