Version classiqueVersion mobile

Sel et société

 | 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
Armelle Masse
, 
Gilles Prilaux

3.1. Sel, richesse et sociétés de la Protohistoire à l’Antiquité

17. Sel et natron en Égypte pharaonique

Didier Devauchelle

Résumé

Dans cet article sur le sel et le natron en Égypte ancienne, l’accent est mis sur leurs liens étroits : une provenance identique, une utilisation souvent comparable, des mentions associées dans les inscriptions – sauf dans les textes religieux –, mais un lexique distinct. Un dernier paragraphe est consacré à la taxe du sel à l’époque ptolémaïque à travers la publication d’un ostracon démotique inédit provenant de Karnak-nord.

Entrées d'index

Mots clés :

sel, natron, alun, taxe du sel, halikè

Keywords :

salt, natron, alum, salt-tax, halikē

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après une rapide présentation lexicographique du sel et du natron, nous évoquerons plusieurs textes qui, tout au long de l’histoire égyptienne, les associent, puis ceux qui, au contraire, semblent les distinguer. Nous essaierons ensuite de déterminer leur lieu de récolte et leur économie, avant de terminer sur une rapide présentation de la taxe du sel à l’époque ptolémaïque.

De fait, il est difficile de dissocier le sel1 du natron2 tant ils semblent liés dans certains de leurs usages, comme dans leurs lieux d’extraction, en Égypte ancienne ; les deux produits ont souvent été confondus par le passé : la région actuelle du Ouadi Natroun3 s’appelait, en égyptien, « Champ-de-sel » (Sekhet-hemat). On pourrait aussi étendre cette étude à l’alun qui désignait, alors, tout un groupe de sels « qu’on ne savait sans doute pas distinguer » et dont l’appellation couvrait parfois celle du natron en égyptien, du moins aux époques anciennes4. Un ouvrage perdu de Theophraste (IVe-IIIe siècle av. J.-C...

Auteur

Halma UMR 8164 (ULille – CNRS – MCC)

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search