Version classiqueVersion mobile

Sel et société

 | 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
Armelle Masse
, 
Gilles Prilaux

Thème 2 : Le sel des croyances

8. La dispersion de sel sur le sol de Carthage après sa destruction par les Romains : un mythe tenace

Christophe Burgeon

Résumé

Carthage ne fut pas entièrement détruite, car des missions archéologiques mirent au jour des vestiges de la muraille qui l’entouraient, et les fondations de certaines habitations dans Byrsa. En outre, aucune source ancienne ne nous rapporte le fait que la métropole ait été rasée de fond en comble, et ait été perdue dans le sable du temps. Cette image toute faite d’une Carthage salée est sans doute due au pape Boniface VIII à la fin du XIIIe siècle. Ce topos historiographique erroné fut notamment propagé par B. L. Hallward dans la première édition de la Cambridge Ancient History, publiée en 1930, dans le but de donner une interprétation allégorisante à sa destruction.

Entrées d'index

Mots clés :

punique, Scipion, sel

Keywords :

Punic, Scipio, salt

Géographique :

Carthage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Carthage1, ennemie historique de Rome, fut détruite au printemps de l’année 146 avant J.-C., après une guerre qui dura quatre ans. Il fallut quatre consuls pour briser les solides murs qui défendaient les citoyens de la cité punique. Les écrivains de la fin de la République et de l’Empire identifièrent l’an 146 comme étant la fin d’une époque. En effet, la destruction de la capitale punique fut souvent mise en parallèle avec la situation intérieure de Rome. Désormais sans rivale, celle-ci s’était abandonnée au luxe2.

Le seul véritable danger que représentait Carthage pour les Romains en 149 avant J.-C. était son port et ses navires marchands qui, en exportant une myriade de produits autour de la Méditerranée, purent décupler les fruits d’une conduite jusque-là pondérée. La guerre entre Massinissa, le vieil allié romain, et les Carthaginois constitua le principal prétexte de la troisième guerre punique. Cependant, pour beaucoup de Romains, le fait d’anéantir Carthage avait...

Auteur

Université Catholique de Louvain

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search