Version classiqueVersion mobile

Sel et société

 | 
Christine Hoët-van Cauwenberghe
, 
Armelle Masse
, 
Gilles Prilaux

Thème 2 : Le sel des croyances

6. Rapport introductif : des mots aux croyances, le sel de la pensée

Séverine Clément-Tarantino

Résumé

Dans l’Antiquité gréco-romaine, le sel était généralement considéré comme un condiment indispensable, non seulement en cuisine, mais aussi dans l’éloquence et d’autres formes de maniement de la parole. Quand on considère ainsi le sel au figuré, il apparaît toutefois que tous les auteurs n’en font pas le même usage – qu’il y a une question de dosage à observer selon l’effet escompté (la saveur recherchée). Des études approfondies de cas sont encore souhaitables dans ce domaine, de même que des études linguistiques qui permettraient de cerner précisément les différentes connotations et valeurs du sel au sein des cultures et entre les différentes traditions culturelles. Dans cette partie de l’ouvrage, sont présentés quatre approfondissements de certaines significations du sel en rapport avec les religions et les croyances : la richesse et la variété de ces significations apparaissent à nouveau pleinement, rendant utile la poursuite de tels travaux. La place et la valeur du sel en littérature et spécialement dans la création poétique mériteraient elles-mêmes des considérations à la fois plus amples et plus précises.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« “Par le sel de ces larmes dont tu as couvert la terre, je t’appelle Salina”. »
« Chaque fois, depuis cinq ans, c’est pour elle l’épreuve des jours d’attente, le ventre tordu de peur, durant lesquels il n’y a pas une minute où elle ne redoute que le malheur se soit soudain rappelé son nom, Salina, qu’il s’en souvienne, oui, et décide – pourquoi pas – de le prononcer à nouveau. »
« Et il essaie de se souvenir de sa voix à elle, Salina, sa voix cassée, qui lui a si souvent raconté les histoires de l’origine, qui a si souvent charrié dans ses récits les combats, les guerres, sa voix qui l’enveloppait dans les nuits d’étoiles, lorsqu’ils n’étaient que deux, sa voix qui s’est maintenant retirée du monde, comme une mer lassée du sable. »
(Laurent Gaudé, Salina. Les trois exils, Actes Sud, 2018, p. 16 ; p. 22-23 ; p. 43)

Le sel de la vie, de l’esprit aux mots

Le passage de Pline l’Ancien (Hist. nat. 31, 88) vers lequel on est inéluctablement attiré, auquel on revient toujours volontiers, spéci...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search