Version classiqueVersion mobile

Histoire des élèves en France

 | 
Jérôme Krop
, 
Stéphane Lembré

Troisième partie. Les élèves dans la cité, engagements et contestations

Chapitre 14. « 68, c’est trop vieux, 86, c’est mieux »

L’engagement des lycéens contre le projet Devaquet

Julien Cahon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les engagements des lycéens font figure de parent pauvre de l’historiographie, tant celle des lycées, que celles de la jeunesse française1 et des mouvements politiques et sociaux – y compris l’historiographie des engagements dans le monde de l’éducation. L’historiographie a d’une part délaissé les lycéens, au bénéfice des enseignants notamment2, et d’autre part privilégié les mouvements et syndicalismes étudiants. Certes, ces travaux n’oublient jamais véritablement les lycéens, mais ils les rattachent, voire les confondent toujours avec les étudiants et ne les étudient jamais comme un objet autonome, sauf pour le moment 1968-1973 : les recherches, qui restent extrêmement rares, sont notamment dues à des étudiants, souvent anciennement engagés dans des organisations lycéennes3.

Si les mobilisations lycéennes post-soixante-huitardes n’ont donné lieu à aucune analyse historique, des sociologues s’intéressent aux « nouveaux acteurs lycéens4 » après 1986 : cette année-là, du 13 novembre a...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search