Version classiqueVersion mobile

Histoire des élèves en France

 | 
Jérôme Krop
, 
Stéphane Lembré

Troisième partie. Les élèves dans la cité, engagements et contestations

Chapitre 11. Les élèves des écoles d’arts et métiers et leurs mutineries au XIXe siècle : les débuts mouvementés de l’école de Lille en 1901-1902

Stéphane Lembré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis leurs origines et jusqu’au début du XXe siècle, les écoles d’arts et métiers sont réputées pour la discipline militaire qui y règne, au point que la mémoire de ces écoles, soigneusement entretenue par la puissante association des anciens élèves fondée dès 1846, valorise ce que l’historien canadien Charles Day a qualifié de « culture du refus » entretenue face aux injonctions disciplinaires propres à ces « petits états policiers » que sont encore les écoles d’arts et métiers à la fin du XIXe siècle1. Cette « culture » serait à relier aux traditions et aux rites, dont le rôle est fondamental dans cet esprit « gadzart » que les anciens veillent à entretenir2. Ces écoles sont très sensibles aux soubresauts politiques, comme ce fut par exemple le cas en 1848 à l’école d’Angers, dont quelques élèves sont jugés en 1849 pour avoir notamment réclamé l’avènement de la république démocratique et sociale3. Bien d’autres épisodes témoignent, tout au long du XIXe siècle et jusqu’à un assou...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search