Version classiqueVersion mobile

Histoire des élèves en France

 | 
Jérôme Krop
, 
Stéphane Lembré

Troisième partie. Les élèves dans la cité, engagements et contestations

Chapitre 9. Des violences « scolaires » durant les affrontements confessionnels XVIe-XVIIe siècles ?

Véronique Castagnet-Lars

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[D]eux types de violence [existent], une violence imposée de l’extérieur, invasive, infligée, qui vient perturber le fonctionnement régulier de l’école et est donc, en quelque sorte, de l’ordre de la transgression, et une violence interne, consentie, tolérée, voire organisée, et qui relève par conséquent de la règle et de la contrainte1.

Dans l’espace scolaire, Jacques Verger illustre de façon dichotomique le recours à la violence par les élèves, violence définie par Furetière en 1690 comme l’usage de « la force envers quelqu’un pour luy faire quelque injustice, ou quelque dommage2 ». Cependant une telle affirmation pourrait être nuancée : ne peut-on penser que, selon les temps, les lieux, les acteurs, la première forme de violence l’emporte sur la seconde ? Ou réciproquement ? Est-il judicieux de distinguer ces deux types de violences en opposant d’une part les violences importées de l’extérieur dans l’établissement, et inversement des violences qui excèdent l’enceinte de l’établiss...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search