Version classiqueVersion mobile

Histoire des élèves en France

 | 
Jérôme Krop
, 
Stéphane Lembré

Deuxième partie. Les normes scolaires et disciplinaires au quotidien

Chapitre 5. Des écoliers fauteurs de troubles et la discipline dans les collèges jésuites au cours des années 1550-1570

Véronique Castagnet-Lars

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le temps long de l’histoire des élèves, les enseignants jésuites occupent une place singulière marquée par la prégnance dans les représentations de la rudesse de la discipline imposée aux jeunes gens fréquentant les collèges dans lesquels ils exercent. Gabriel Compayré, Émile Durkheim et Michel Foucault ont ceci de commun d’avoir, dans des contextes politiques et culturels différents, évoqué avec gravité la figure du jésuite. Le premier, auteur de l’article « Jésuites » dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson, insiste sur la mise en place par la Compagnie de Jésus d’un système de punitions dont la plus courante – mais aussi la plus mesurée – serait l’usage des coups de fouet infligés aux élèves. Il affirme citer la Ratio studiorum de 1599 : « Que le maître ne se presse pas de punir, qu’il ne pousse pas les punitions trop loin qu’il fasse semblant de ne pas s’apercevoir des fautes commises, quand il le peut sans compromettre l’intérêt de ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search